Argument Imparable

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
48/1000  (48/1000)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 18 Mar 2015 - 3:06
C'était plutôt spéc de refaire le même chemin à l'envers et dans une ambiance complètement différente. On était venu tranquillement, on avait traversé ces jardins y a trente minutes de bonne humeur, en se racontant des trucs, en prenant notre temps... Et on repassait dedans, en essayant de courir le plus vite qu'on le pouvait. On parlait à peine et on flippait un peu.

Ouais, vous vous dîtes "Attends, Jecht ! Toi t'as peur ? " et c'est vrai que c'est plus compliqué que ça. C'est marrant... Quand ce Behemoth a commencé à nous poursuivre dans la rue, j'étais un peu agité ouais... mais j'étais pas effrayé, genre... pas du tout. Non, je pense qu'un peu comme Belle et Alice, malgré mon état, je me disais qu'on allait sans sortir sans bobo, parce qu'on était quand même dans la capitale du Consulat, hein. Genre... on s'attendait logiquement à l'aide du Consulat ?

Mais voilà, dix minutes après cet instant où on a commencé à courir, y a toujours pas de consul. Je... j'avais l'impression de me revoir au domaine enchanté, à faire n'importe quoi pour qu'on m'accorde un peu de considération face à tous ces crétins du Sanctum qu'avaient des yeux que pour Ukiyo. Sérieux... j'étais avec deux princesses de coeur. Ca intéressait personne ou quoi ?

On pouvait toujours entendre les pas du Béhémoth. Ah vous dire, il courait pas mais il était pas si lent que ça. Surtout que j'étais un peu en mauvais état. Belle me soutenait, j'avais un bras autour de ses épaules alors qu'elle me tenait par la taille et... j'me traînais un peu. Et c'est dingue mais à chacun des pas du sans-coeur, je pouvais sentir la prise de Belle qui relâchait peu à peu, comme si les tremblements qui secouaient la terre lui donnaient des crampes au bras.

C'est dingue ce que la lumière des deux princesses m'avait atteint. Je me sentais tout... nul. J'avais l'impression d'avoir été tabassé par quinze gars durant les deux dernières heures... En dehors de ça, sûr que j'aurais défoncé ce sans-coeur, aussi balaise qu'il soit. Et pour le prouver, ça aurait pas été mon premier. Ce genre de bête, j'en avais déjà écrasé pas mal.

Et alors le sans-coeur, marrant... J'vous jure, il démordait pas. Là il commençait à traverser le jardin, et genre en mode machine. Un arbre devant lui ? S'en fout ! Un étang ? Il passe à travers ! Y avait des gens qui fuyaient genre pas loin de lui, non, il restait braqué sur nous et il avançait.

Alice regardait souvent derrière nous, et même Belle et moi pouvions pas vraiment nous empêcher de jeter un regard par-dessus notre épaule. Alors qu'on commençait à rejoindre un quartier, on a vu des gardes se mettre en travers de la route du monstre. J'ai bien dit gardes, hein... ça avait pas l'air de grosses tanches, mais y avait ni sorts ni trucs exceptionnels. Ca allait pas sauver le monde, quoi.


" On va se réfugier là-dedans... "

Belle pointa une maison délabrée. Je dis ça parce que les vitres étaient petées, que la porte était tordu et... ah et ouais, y avait pas de toit.

" Il va nous trouver, princesse. "

" Si je fais encore dix mètres, Jecht, je m'évanouis. Là au moins, il y aura un mur entre lui et nous. "

J'ai encore une fois regardé le Behemoth, toujours soutenu par Belle... Il ralentissait le rythme, défonçait un garde puis essayait de continuer jusqu'à ce qu'on l'emmerde de nouveau.

" Tu peux marcher, Jecht ? "

" ... Ouais t'inquiètes, je te l'avais pas dit pour continuer à toucher tes seins. "

Elle m'a regardé avec des yeux noirs, j'ai même pas croisé son regard et je me suis approché de la porte. J'ai essayé de l'ouvrir, avant de la défoncer d'un coup de pied. Belle m'a dépassé et on l'a suivie dans les escaliers pour arriver au deuxième étage. De là y avait une fenêtre en oeil de boeuf qui donnait sur la rue qu'on v'nait de quitter... et on entendait le bruit du combat mais on pouvait encore rien voir.

" J'sens qu'il va rentrer dans cette bicoque et qu'on va crever sous les décombres. "

" C'est charmant, Jecht... Vraiment charmant ! "

" Bah quoi ? "

Elle avait l'air à la fois super anxieuse et furieuse. Et ses yeux décolaient pas de la fenêtre, ou de ce qu'il en restait.

" Tu pourrais essayer de rassurer Alice au lieu de dire ce genre de choses ! "

" Oh de toutes manières, je vous écoute à peine. "

" Tu vois ! Elle s'en cogne ! Puis franchement, c'est pas moi qu'ai voulu qu'on se planque ici."

" Diable, mais que font les consuls ?... "

" Ah ça j'ai ma petite idée. Ils vont attendre que la situation soit catastrophique pour arriver, façon héroïque, histoire qu'on leur en veuille pas trop d'être des méga branleurs. "

" Et c'est à eux que tu veux nous confier ? "

" Oh j'suis... quasiment sûr que quand vous serez vous-même consuls, ils en auront un peu plus à foutre de vos jolies fesses. "

Mais pour le coup, moi aussi ça me mettait en colère. Autant juste avant, contre les vagues de sans-coeurs, je pouvais comprendre qu'ils aient été absents. Ils peuvent pas non plus être partout, alors à moins qu'y en ait eu qu'étaient pas loin au moment des faits, ça partait plutôt mal. Mais là putain, ça faisait vingt-cinq minutes qu'on se démenait pour survivre.

" Il arrive. "

J'ai acquiescé. J'avais pas besoin qu'elle me le dise pour m'en rendre compte. Sans même regarder la rue, je sentais la maison toute entière trembler, la poussière qui tombait du plafond... même la vitre de la fenêtre déjà pétée semblait toujours se fissurer un peu plus. C'est dingue comme tout mon point de vue changeait d'un combat à l'autre. Dans un autre cas, si ça m'était arrivé, j'aurais pas remarqué les tremblements et tout ça. J'aurais foncé et tout. Mais ici où on est un peu les victimes, je sens carrément... toute l'ambiance oppressante que la proie subit.

Je me suis assis à terre pour reprendre mon souffle, toujours vachement affaibli par la décharge de lumière que je m'étais ramassée. Là on pouvait tous entendre le bruit du combat, des gardes du consulat qui se démenaient dans la rue pour tuer la bête.


" Qu'est-ce qu'on va faire ?... "

J'ai levé mon regard sur Belle. Elle avait dit ça pour elle-même, en se mordant une lèvre, totalement obsédée par ce qu'il se passait dehors.
Alice était... un peu comme d'habitude. Elle regardait pas à travers la fenêtre non. 'Fin je pouvais pas le jurer mais elle avait l'air plus intéressée par la fenêtre elle-même que par ce qu'il se passait derrière. 'Fin voilà, je vous disais, comme d'habitude.


" Je vais y aller. "

Je suis resté assis et j'ai dit ça genre normalement... sans essayer d'avoir l'air encore plus cool que ce que je suis au naturel. Belle m'a regardé. Je la sentais même pas hésitante à ce niveau-là, j'ai vraiment senti qu'elle comptait sur moi, à partir du moment où je m'étais engagé.

" Ca ira ? "

" ... Je crois que... "

J'ai posé une main à terre et j'ai essayé de me relever, avant de m'écraser sur mes fesses. J'ai fait une mine genre complètement essoufflé et d'un air sérieux, je lui ai dit...

" J'y arriverais pas sans un truc, je pense... "

" Un truc ?! A quoi penses-tu ? "

" Euh... La seule chose qui pourrait me remettre sur pieds, je pense. "

" Jecht, dis-moi ! "

" Un baiser d'amour sincère ? "

" J... Encore avec ça ?! Arrête de plaisanter, Jecht ! "

" ... Tu refuses ? Alors qu'on est en danger ?! Alors qu'Alice est sur le point de mourir ?! "

" Ca alors ! "

Alice et moi avons regardé Belle avec effarement. Et la belle brune était genre au sommet de l'angoisse possible. Sérieusement, je la voyais sur le point de s'évanouir, tellement elle paniquait. Et les sourcils froncés, elle me regardait l'air de dire "Tu crois que c'est le moment ?! "

" Tu crois que c'est le moment ?!"

Ah bah j'vous disais quoi !

" J'en sais rien, princesse ! C'est p'têtre en effet le moment, histoire que j'aie la force de détruire ce sans-coeur. Sans ce baiser... "

J'fais une pause et d'un air sérieux, j'ajoute...

" J'donne pas cher de ma peau. "

" Belle ! Il faut que tu l'embrasses ! "

" Al... Alice, s'il te plait, ne t'en mêle pas ! "

" Notre vie a si peu d'importance à tes yeux, Belle ? Pour que tu refuses de m'accorder un simple baiser et le droit pendant un mois de te regarder sous la douche...

" Pardon ?! Ca jamais. "

" Ok, juste le baiser ! "

" Non, Jecht, je te l'ai déjà dit, ce n'est pas possible ! "

Bon sang !

" Belle... Ca n'a rien à voir avec toi, avec la Bête ou même avec moi. C'est pour l'Angleterre que tu dois le faire. "

" Pour l'Angleterre, Belle ! "

Oh là je l'ai vu ! Elle a hésité ! 'Fin plutôt qu'elle en pouvait plus qu'on la harcèle avec ça alors que juste à côté, elle voyait des gardes se faire défoncer et que sans doute ça allait être notre tour. Mais bon ça c'est pas mon problème, hein.
Alors elle s'est approchée.


" Vas-y Belle ! "

J'ai regardé Alice avec des yeux meurtriers ! N'en fais pas trop petite, que j'avais envie de lui dire. J'étais... à ça... Vraiment à rien de l'embrasser ! Putain sur mon CV, ça allait tellement le faire ! Ou même pour draguer !! "J'ai embrassé une princesse de coeur qu'était absolument dingue de mon corps, tu sais... mais elle, c'était rien par rapport à toi, poupée. "

Ca déchirait.

Belle s'est mise à genoux, devant moi, a saisi mon visage de ses deux mains et a finalement approché son visage du mien pour un baiser de quelques secondes.

Bon sang, Jecht ! Ta nation est fière de toi ! Sans déconner je pouvais entendre des trompettes entonner un putain d'hymne à la hauteur de l'exploit que j'avais accompli. Et oui, ça piquait à mort... embrasser une princesse de coeur quand on est aussi ténébreux que moi, c'est à la fois désagréable et le grand pied.

Et oui... Jecht, le grand Jecht, s'est relevé. Vaillant, pourvu d'une force nouvelle, il s'est approché de la fenêtre et... Badaboum ! J'ai frappé le mur devant moi pour le briser, la fenêtre avec.


" Vas-y Jecht ! On compte sur toi ! "

Behemoth était juste là, devant la maison. J'ai sauté sur lui.

Oh oui l'univers allait me détester pour avoir embrassé la princesse de coeur la plus bonne de la profession... Oh oui tous les hommes allaient être jaloux et chercheraient à me tuer. Oh oui dans trois jours, tout le monde parlerait de ça, et sans doute que je pourrais plus sortir dans la rue sans être reconnu.

Mais au nom de ce qui est bon sur la terre, je suis une putain de légende !

J'ai atterri sur le dos du monstre. Et direct j'ai sauté en avant, pour attraper sa corne. Il a rien compris et a rien pu faire avant que je flanque quelques coups de poing redoutables sur elle. J'étais sur le ring depuis cinq secondes et j'avais déjà fissuré sa corne de merde ! Ensuite j'ai essayé de me tenir debout pour enfiler un coup beaucoup plus sérieux, voir fatal... Et ok, ça allait... La bête était agitée mais je tenais ! Alors j'ai croisé les doigts de mes mains, ai levé bien haut cette masse improvisée et...


" Woh ! "

La bête s'est juste penchée, j'ai chancelé, me suis cogné le mollet contre la corne, j'ai trébuché pour tomber de son dos et me retrouver juste devant elle.
C'était pas hyper douloureux mais juste me relever me demandait un effort quand même assez important. J'ai voulu direct lui bourrer dans la face pour la renverser mais soudain, y a un bras qui m'a tiré, j'ai même pas cherché à lutter et... dix secondes plus tard, un peu plus loin, j'étais aux côtés de deux gardes qui se préparaient à se battre. L'un d'eux me regardait avec des yeux accusateurs;


" Vous êtes dingue ? "

" Tu racontes quoi ? Je l'ai déjà bien amoché. "

" Comment cela ? Il a l'air indemne. "

" Non mais... "

J'ai réfléchi et ouais... normal qu'ils sachent pas vraiment quoi faire, que je me suis dit. J'ai regardé la ruelle, ainsi que la maison dans laquelle étaient réfugiées Belle et Alice. Avec le mur que j'avais pété, je pouvais voir les cheveux blonds de la gamine. Bref, en cherchant un peu, j'ai compté une quinzaine de gardes dispatché dans la ruelle.
J'ai porté mes deux mains en cloche devant ma bouche et j'ai gueulé :


" Les mecs ! Il est invulnérable ! Faut attaquer sa corne, c'est le seul moyen ! "

" Sa corne ? Elle est à trois mètres de hauteur ! "

" Ouais bah y a que ça à faire."

" Bon... "

" Sergent, il ne porte pas l'emblême du Consulat. "

" Oh putain... "

Je m'en foutais de tout ça, moi. J'avais rien à prouver et j'avais le droit d'être là. Pas de temps à perdre avec leurs conneries. J'ai foncé sur le sans-coeur avec pas vraiment de plan en tête... Et lui, il m'a pas attendu. Je l'ai vu mettre son poids sur ses pattes arrière... ce qu'était pas bon.
Il a cabré, a complètement soulevé ses deux pattes avant et... pour finir, après quelques secondes d'équilibre dans les airs, s'est laissé tomber en avant. J'ai rien pu faire, l'onde de choc m'a complètement balayé. C'était pas hyper douloureux non plus mais je me sentais vraiment trop crevé et... ouais à nouveau, m'a fallu quelques secondes pour me relever. Et j'étais pas le seul. Les bâtiments avaient l'air d'avoir souffert de cette secousse, et tous les gardes avaient été mis à terre.
J'ai fini par me remettre debout, et là le sans-coeur a tendu le cou et levé sa corne haut dans le ciel. J'ai vu une étincelle mais... essaie d'être plus rapide que la foudre. J'vous jure que quasi toutes les personnes qui étaient là se sont pris une décharge électrique dans la gueule. Et l'air de rien, ce gros tas de sans-coeur connaissait bien la magie. Je l'ai senti parcourir tout mon corps, un truc détestable.

Ca arrangeait rien.


" Bon les gars ! ", que j'ai entendu derrière moi. " Tous les fusiliers visent la corne. N'essayez même pas autre chose. Les lanciers, vous essayez de l'atteindre à ce point précis. Tous les autres attendent une opportunité avant de se lancer à l'attaque. "

J'savais pas s'ils allaient servir à quelque chose mais bon... je me suis remis à courir, cinq mètres. J'ai fait un petit bond sur une des pattes avant du monstre, me suis légèrement tourné vers la gueule du monstre et j'ai sauté une nouvelle fois, m'accrochant à l'une de ses défenses. Et j'ai tiré. J'ai même pas essayé de me hisser sur son crane, j'ai juste tiré comme une brute. Bah j'vous avait dit qu'j'avais pas de plan ! Et il a fallu que je force comme une brute pour que le behemoth commence à pencher sur la gauche. Et fatalement, tout le corps a suivi... comme en tirant, je le déséquilibrais vers la gauche, c'est par là qu'il a avancé, la tête baissée et... il a fini par heurter une maison, avant de carrément s'effondrer sur ses pattes. Et moi dans tout ça? Bah je me suis retrouvé sous les décombres de la maison, encore plus ou moins accroché à sa défense. Non pour le coup j'ai pas pu vraiment profiter de l'opportunité mais j'espérais bien que les gardes allaient direct attaquer cette corne de merde, qu'on en parle plus !

Je me suis dégagé de là à peu près au même moment que le Behemoth s'est relevé. Et lui et moi étions encerclés par des gardes armés. Et après quelques secondes de réflexion de ma part, c'est lui qu'a agi. Il a sauté, tout simplement... un très grand saut dont je l'aurais pas cru capable. Et il a atterri à dix mètres de là, près de trois gardes qui se battaient à distance. Ils ont tous les trois été projetés contre les murs à proximité, et ont été sonnés, voir tués j'en savais rien, sur le coup.

Bon... Et là, la bête me tournait le dos, c'était le moment. J'ai ignoré les secousses sismiques et une nouvelle fois j'ai couru. Il s'est pas retourné tout de suite, non, au lieu de ça il a lancé quelques sorts. Mais j'ai encaissé les brasiers et la foudre qui me tombaient du ciel. Et pour finir, j'ai fait un grand bond, suivi d'un double-saut, pour atterrir sur le dos du Behemoth, encore une fois; Ni une ni deux, j'ai couru sur la bête pour atteindre sa corne et je lui ai flanqué trois coups de pied, comme on achève un blessé !

En réponse à ça, le sans-coeur s'est cabré et... Putain ouais ! Je suis encore tombé ! Je passais ma vie à terre, j'en avais marre !
Il me fallait une prise, c'était urgent. J'sentais quasiment plus mes membres, j'étais hyper crevé, tout mon corps pesait une tonne et... les coups, j'encaissais déjà mal mais la magie c'était plus possible. Ouais je supportais mieux qu'avant mais je m'en étais tellement pris dans la gueule... Les gardes se sont battus avec la bête pendant que j'essayais de trouver une solution. Et puis elle m'est apparue, aussi bêtement. Y avait deux soldats à terre pas loin... et chacun d'eux portait une dague à sa ceinture.

C'était ça ma prise.

J'ai dépouillé sans pitié ces deux gars, et j'ai crié à tous les autres :


" Attirez son attention, j'vais l'achever ! "

Et ouais, c'est ce que j'allais faire. J'ai sauté sur son dos pour la troisième fois. Et beaucoup plus prudemment, je me suis approché de la corne. Là... pas de chance ! J'vois l'étincelle caractéristique de la foudre qui va tomber. Et v'la le réflexe, j'y ai à peine cru, j'ai fait une roulade en avant, sur le dos du monstre et en me relevant plus ou moins correctement. Le sort était passé !

" Ca c'est le baiser... "

J'étais devant la corne... La bête était en train de lancer ses sorts, de charger des trucs et bref...
J'ai planté les deux dagues en même temps dans la corne. La bête a commencé à remuer comme un dingue, pour me dégager de là mais non que dalle ! J'étais bien accroché aux deux poignards, et je laissais couler. Au bout de dix secondes, j'ai voulu passer au niveau supérieur. Et poussant de mes jambes sur la nuque de la bête, tirant comme un dingue les deux poignards vers le haut, j'ai violemment arraché la corne du crane du sans-coeur.
Les deux parties de cette créature ont disparu aussi tôt.

Et une dernière fois, je me suis écrasé contre le sol.

J'ai entendu les gardes se féliciter, avant que l'un d'eux m'aide à me relever. Il a pas fallu plus de vingt secondes pour que Belle et Alice nous rejoignent en bas. Et aussi surprenant que c'était, la belle brune avait pas l'air en colère, nan, elle était soulagée.


" Si y a encore un sans-coeur plus gros qui se ramène, je jure qu'on se barre de ce monde. "

" Bravo, monsieur, en tout cas. C'est bien que vous ayez été là. "

" T'inquiètes mon gars... Tu vas vite comprendre que ça serait pas arrivé si on n'avait pas posé un pied sur ce monde. "

Le garde m'a regardé, genre à la fois étonné et à la fois craintif. J'ai regardé les deux princesses et je lui ai dit, d'une voix vraiment blasée :

" C'est Belle et Alice, deux des sept princesses de coeur. J'ai été chargé par les mercenaires de confier ces deux-là au Consulat. "

" Vraiment... ? Et bien, enchanté, mesdemoiselles. Je n'ai aucun pouvoir ici et ne suis pas représentatif du Consulat, toutefois, je...

" Bon écoute, tu vas emmener ces deux filles à votre QG et puis... elles deviennent votre problème. J'compte sur vous pour les protéger. "

" Bien d'accord. Puis-je connaître votre nom ? "

" Je sais pas si ça va t'être utile mais ouais. J'm'appelle Auron. "

" Très bien. "

J'ai regardé Belle et Alice avant de hocher la tête. C'était pas la peine de faire une connerie devant le Consulat en me montrant au préalable trop collant envers elle. Ils étaient pas obligés de savoir qu'on était amis.

" Les filles, si vous avez besoin d'un garde du corps, vous me contactez. "

" On le fera. Merci, Auron. "

" Au revoir, monsieur le mercenaire ! "

_______________________________
messages
membres