Derniers sujets
» Froide Noblesse
par Huayan Song Hier à 19:52

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Hier à 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Hier à 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Jeu 16 Nov 2017 - 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Jeu 16 Nov 2017 - 5:58

» Il était une fois ... Toxine (En cours )
par General Primus Jeu 16 Nov 2017 - 2:06

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Shadow Mer 15 Nov 2017 - 16:46

» Sauver Tania [Exploit]
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:56

» Déménagement
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:34

» Contrats - Demande de Mission
par Merrion Dexelo Mar 14 Nov 2017 - 23:00

» Fiche d'Identité de Narantuyaa
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 9:17

» Attaque Nocturne
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 2:54

» Avant de poster dans Histoires de Grimm...
par General Primus Mar 14 Nov 2017 - 0:15

» L'âme d'un chercheur
par Huayan Song Lun 13 Nov 2017 - 15:45

» La fiche d'identité de D.Va
par D.Va Lun 13 Nov 2017 - 15:03


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Engagements
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 768
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1094/500  (1094/500)
Ven 13 Fév 2015 - 3:54
Depuis qu'il avait son propre vaisseau, Genesis avait... perdu l'habitude de prendre les transports en commun. Le train interstellaire ne le dérangeait pas à ce point, néanmoins il appréciait le confort et la personnalisation de son vaisseau dans lequel il se sentait presque aussi bien que dans la tour de la Tragédie. Il avait ses appartements et un espace impressionnant pour lui seul, s'il n'invitait personne.

Ici, pour des circonstances particulières, l'agitation dans les wagons était à peine descriptible. Il régnait un brouhaha, des cris, des ordres fusaient tandis que Genesis, lui était plus silencieux que la terre... absente, d'ailleurs.

Il ferma les yeux quelques minutes et ne fut réveillé que lorsqu'il sentit que sa main était doucement serrée par une autre. Il regarda à sa droite et vit Mizore qui, un très léger sourire aux lèvres maquillant à peine son expression austère, le fixait dans le blanc des yeux. Elle avait un don pour à la fois ignorer et mépriser l'agitation alentour. Rien n'énervait plus sa compagne que le monde... Pour dire, elle manquait à ce point de confort qu'elle ne daignait plus adresser le moindre regard aux nombreux soldats qui passaient près du couple et qui les gratifiait d'un salut militaire. Une voix grave interrompit d'ailleurs ce croisement de regard.


" Monseigneur Rhapsodos, ma Dame... "

" Oui, capitaine ? "

" Colonel, monseigneur. "

" Toutes mes excuses. "

Genesis inclina la tête pour se faire pardonner, ignorant s'il avait déjà vu auparavant cet homme. Non pas qu'il se fichait bien des militaires qu'il croisait, mais disons que l'uniforme, les casques et tout l'appareil ne servaient guère à les différencier.

" Nous arriverons dans cinq minutes. Avez-vous des ordres de dernière minute ? "

" Non, vous vous débrouillerez très bien. "

Le consul lui sourit poliment et tourna une nouvelle fois la tête vers Mizore.

" Tu es prête ? "

" Plus que toi, on dirait. "

Le ton neutre et ironique de Mizore le fit rire légèrement. Comme dans une mimique, il toucha ses cheveux désormais gris du bout des doigts.

" Tu es déjà venue ? "

" Non. "

" Moi non plus... malheureusement. J'aurais aimé venir tranquillement, sans en faire toute une affaire et... avec la pression que m'a infligée Natalia et le Sanctum... "

" L'important c'est que tu sois là. Tu ne leur dois rien. "

" J'aurais du venir plus tôt. "

Genesis s'était toujours montré incroyablement intéressé par Atlantica. Depuis l'apparition de ce monde, il avait profité de la moindre occasion pour y envoyer un consul charmer les filles du roi Triton et s'attirer leur amitié... mais il n'avait jamais pu venir en personne auprès du Roi de ce monde ni même auprès des princesses. Cela en avait gêné plus d'un.

" As-tu seulement vu la façon dont elle m'a regardé quand elle m'a parlé de mes obligations envers Atlantica ? "

" Elle veut juste de l'attention. "

" Tu la défends ? "

" Non... c'est une peste. Mais je la préfère à des centaines d'autres consuls. "

Etait-ce parce que Mizore et Natalia étaient toutes deux des filles de Muse ? Genesis aimait le penser. Cela voudrait dire que sa compagne accordait une véritable importance à cette fatrie de neuf que les consuls formaient.

" Et puis, je haissais les précédents comédiens. De vrais connards. "

" Oui... A côté d'eux, Natalia est la plus adorable des gamines. "

* Avis à tous les passagers. Vous allez être téléportés au concessionnaire sous-marin, à Atlantica. Vous allez être physiquement changés et vous pourrez nager et respirer dans l'eau sans la moindre difficulté. Nous espérons que vous avez passé un bon voyage. La compagnie Shinra toute entière vous souhaite un bon séjour sous l'océant. *

Tous les soldats du wagon s'activèrent avec efficacité, préparant leurs affaires et leurs bagages, tandis que les deux consuls laissaient la tornade d'agitation passer.
Mais la transformation n'attendit pas qu'ils soient prêts, et déjà, avant même qu'ils ne soient téléportés, leur corps commença à changer.

...

Des dizaines de tritons et de sirènes sortirent du concessionnaire shinra immergé, tous avec un épais plastron de corail, marqué par l'emblême du Consulat, une arme à leur ceinture. Ils s'arrêtèrent, parfaitement en rang, dans une discipline militaire, devant la foule des habitants d'Atlantica venue pour voir l'arriver du Consulat.
Un capitaine (ou un colonel) cria un ordre et chaque soldat dégaina son arme, une rapière magnifique pourvue d'un aileron. Cette arme avait été créée à l'origine par Ulthane et se nommait la Rapière d'Atlante. Elle serait l'arme officielle des armées du Consulat sous l'océan. Les soldats se mirent au garde-à-vous, rapière verticale et devant eux, la pointe vers la surface.

Le bataillon se divisa alors en deux et creusa un chemin entre les deux moitiés, partant de la sortie du concessionnaire jusqu'à une estrade faite de pierres...
Du hangar sous-marin sortit Genesis, accompagné de sa jeune et jolie compagne. Il nagea lentement et péniblement à travers l'océan, ne s'éloignant guère du sol.

Maintenant, à la place de ses membres inférieurs, il était doté d'une queue de poisson. Il n'aurait d'ailleurs pas su dire lequel, mais cette queue ressemblait à celle de la plupart des tritons... hormis le fait que les nageoires en son extrémité était d'un rouge éclatant, mais que les écailles de sa queue de poisson étaient de plus en plus grises, jusqu'à devenir d'un blanc cassé au niveau de son bas-ventre.

Il était torse-nu, ce qui ne l'aurait pas dérangé il y a quelques mois mais qui à présent pouvait l'embarasser. D'assez près, n'importe qui pouvait voir ses épaules, ses pectoraux et ses avant-bras en piteux état, pleins de crevasses, comme si sa peau se fissurait à la manière de la terre. L'on ne voyait néanmoins pas une seule goutte de sang, non... entre les différents pans de sa peau, tout semblait plus gris, comme du sang séché.

Genesis fit face à cette foule d'Atlantes... et avant de commencer à parler, il invita Mizore à le rejoindre en hauteur, et se permit un regard sur l'horizon.

Car derrière cette foule, l'on pouvait voir un étincelant joyaux, la cité d'Atlantica... Elle rayonnait comme de l'or au fin fond d'une sombre mine. L'on pouvait voir s'en aller et y partir de nombreuses sirènes et tritons, s'engouffrer dans ses méandres... Genesis avait hâte de voir ça, ainsi que de nombreuses autre chose.


" Cher peuple d'Atlantica... Je suis comme vous le savez le porte-parole du Consulat. Mon nom est Genesis Rhapsodos. La jeune femme à  mes côtés se nomme Mizore Shirayuki. Je représente aujourd'hui non pas seulement les miens... mais l'alliance qui unit désormais le Sanctum et le Consulat. Quand je m'adresserai, cette après-midi, à votre bon roi Triton, Atlantica deviendra une cité dorée du Consulat ! "

Genesis tendit un bras vers l'incroyable chateau, heureux de pouvoir dire de ce monde qu'il est enfin... allié à sa cause. De nombreux cris de joie accompagnèrent cette dernière proposition. Un seul regard sur les jeunes Atlantes devant lui suffit à lui faire comprendre ô combien le peuple d'Atlantica était un peuple heureux. Certes il avait ses moments durs, comme chacun, mais plus qu'aucune autre nation, il prouvait que les valeurs du Consulat suffisaient à elles seules de garantir l'harmonie.

" Nous ne changerons pas vos habitudes,  je m'y engage. Vous ne pourrez être que plus heureux et mieux protégés... car votre monde sera le premier à être aussi bien sous l'égide du Consulat que sous celle du Sanctum.  Nous rendrons les océans plus sûrs et vos jours plus beaux encore qu'ils ne le sont déjà, cela aussi je m'y engage ! "

Une salve d'applaudissement l'accueillit. Il attendit simplement que la foule s'interrompe pour continuer, d'une voix moins chaude.

" Récemment, votre pays a été blessé. Un de vos temples a été saccagé, des innocents ont trouvé la mort par dizaine. Dans... notre monde, nous avons l'habitude de respecter une minute de silence, pour nos morts... Je vous propose, avec moi, de penser à ceux que nous avons perdus. Et que cela n'arrive plus jamais. "

Il se tut en premier et baissa la tête, suivi par beaucoup d'autres. Sans dire qu'il compta les secondes, il attendit le bon moment, lorsque soudain il se sentit basculé en avant. Non... il n'avait pas l'habitude de ce corps, donc tandis que sa queue partait en arrière bon gré mal gré, il semblait trébucher au ralenti quand... Mizore le retint d'un bras, beaucoup plus stable que lui, et mieux encore, discrète.

" Je vous dirai simplement que le Consulat respectera et protègera vos cultes. Pour cette raison... le bataillon que vous voyez derrière moi sera divisé à travers tout Atlantica pour défendre tous vos temples. Ces hommes et femmes viennent certes de la terre ferme, mais ils ont été entraînés ces dernières semaines par de très grands instructeurs au combat sous-marin. Désormais, nous serons responsables de votre sécurité. Nous prendrons cela très au sérieux. "

Genesis jeta un rapide regard vers le ciel... qui n'était que la surface. Se sentir bien, sans masque d'oxygène, sans rien et sous l'eau... était un sentiment délicieux. Il devait exister un lot d'inconvénients, mais à cet instant, le consul envia les Atlantes. Lui aurait aimé naître dans un monde aussi beau, dans un monde en paix... Sans doute serait-il devenu bien différent.

" Mais notre objectif principal ici restera de répandre les arts. La bannière du Consulat ira parfaitement avec votre culture, je le pressens avec une certaine excitation. J'espère pouvoir faire profiter l'univers entier de vos danses, de vos voix... et de vos magnifiques palais ! "

Une dernière salve d'applaudissements libéra Genesis de ce moment. Il avait essayé d'être sincère... puisque pour une fois, il n'avait aucun mensonge à cacher. Les deux consuls rejoignirent le colonel qui hurlait ses ordres. Avant de l'atteindre, ils discutèrent un peu.

" Heureusement que tu es porte-parole du Consulat et pas sergent instructeur ou un truc du genre... "

" Pourquoi dis-tu ça ? "

Mizore tira légèrement la main de Genesis pour qu'il s'arrête et lui fasse face.

" Parce que tu es un truand ", dit-elle avec un sourire amusé." Tu n'arrêterais pas de frauder et tu promouvrais toutes les jolies filles dans ta garde privée. "

" Tu plaisantes ? ", répondit-il avec un air faussement sérieux. " Je n'aime que les hommes, tu devrais le savoir ! "

" Oh je le sais. Mais c'est le fait d'être devenu le chef de tous ces artistes qui t'a fait changé de bord ! Si tu avais été un colonel, je suis sûre que tu aurais été très viril et infiniment macho. "

Il balaya les alentours d'un regard vif à la recherche d'un gêneur qui voudrait lui poser typiquement à ce moment précis des dizaines de questions mais... rien à l'horizon. Genesis s'approcha de Mizore, mit ses bras derrière sa taille et l'approcha tout contre lui.

" Tu te trompes. C'est pour te rendre jalouse que je m'entoure de si beaux mecs. "

Elle pouffa de rire, sans vraiment d'élégance, mais c'était typiquement son comportement, que Genesis avait fini par adorer.

" C'est la promotion des consuls les plus moches qu'il m'ait été donnée de voir ! Même Frollo m'attirait plus qu'Ulthane et que Smogogo... "

C'est ainsi qu'elle appelait Ghagull, lorsqu'ils étaient en privé. En fait, elle ne se retenait pas de le désigner ainsi même entourée d'une cinquantaine de spectateurs, mais... disons qu'au moins, personne ne la comprenait.

" Tu as raison. Je vais les virer et ne recruter que des poufs. "

" Je reconnais mon homme. "

Elle lui fit un clin d'oeil et battant de sa nageoire, s'avança jusqu'à son visage et l'embrassa. Mizore avait... ce trop plein de défauts qu'il avait appris à chérir davantage que ses qualités. Cette sincérité, ce franc-parler... le changeaient tellement de cette hypocrisie politique qu'il subissait tous les jours.  Elle n'avait aucun problème à se faire dix fois plus d'ennemis que de simples connaissances, si elle avait une occasion de critiquer. Vivre au quotidien avec Mizore n'était en rien facile mais... s'il arrivait à écouter ce qu'elle dit avec humour et ne jamais la vexer, il pouvait être bien plus qu'heureux.

Il finit tout de même par amener sa compagne jusqu'au colonel qui les attendait depuis peu.


" De votre côté, tout est ok ? "

" Oui monseigneur. Des gardes atlantes vont conduire les soldats à leur affectation. Et... que voulez-vous, ils attendront la relève ! "

" Très bien. J'ai encore à faire, je vous laisse. "

Il préférait avoir le moins possible à faire avec l'armée du Consulat, qu'il dirigeait de très loin. Comme Mizore l'avait présumé, Genesis avait tout d'un guerrier mais rien d'un soldat. Il détestait la discipline, désobéissait au moindre ordre... Et si en politique, il pouvait se débrouiller sans trop de mal pour inspirer son peuple ou les consuls ou convaincre un maximum de gens... Il n'y avait pas plus lamentable que lui pour exhorter des hommes ou hurler ses ordres.
Ils quittèrent donc, tous deux, les limites du concessionnaire, traversant la foule. Genesis salua les gens avec gentillesse tandis que Mizore se contentait de sourire.


" Messire ! "

Un jeune homme frêle arriva jusqu'à eux...

" Votre attelage qui vous mènera jusqu'au palais d'Atlantica même est là. "

Genesis ne répondit pas immédiatement, jetant un regard sur la cité flamboyante...

" Elle n'est qu'à quelques kilomètres. Je préfère nager jusque-là et rencontrer le peuple. Tr... Le roi Triton comprendra. "

Le cocher disparut, laissant enfin Genesis et Mizore seuls. Certes, leur promenade risquait d'attirer des passants, mais ce n'était pas un problème... du moment qu'ils puissent prendre leur temps.

" Par rencontrer le peuple, tu veux dire rencontrer les sirènes ? "

" Evidemment. "

" Non je suis sérieuse. "

Malheur à celui qui rendrait jalouse une femme des neiges... Genesis se raidit aussitôt, se tourna vers Mizore qui affichait comme à son habitude un air vide... qu'il interpréta tout de même comme étant de mauvaise augure.

" Moi aussi. ", dit-il d'une voix étouffée. " Tu... connais mon point de vue sur la beauté. Il n'est à mon sens de plus belle oeuvre d'art que le corps d'une femme. Et en l'occurrence, les peuples hybrides sont à ce point singuliers que je... je ne puis que les trouver encore plus splendides. "

" Ca marche. "

" Vraiment ? "

" Si je sens ne serait-ce qu'une intention de la part de ta main de venir se glisser à la taille de la moindre fille plus canon que moi, je la tue et toi... Toi tu le paieras cher. "

Genesis soupira discrètement. Le visage de la chanteuse n'était pas tellement dur, au contraire, elle semblait dire ça sans vraiment comprendre le sens de ses paroles. Et pourtant oui, elle était sérieuse, mais c'était le mieux qu'il puisse espérer d'elle. En la voyant se retourner, il ne put s'empêcher de penser à Mila... avec qui il avait commis une erreur, oui. Encore aujourd'hui, il avait du mal à se dire que tout cela était derrière lui. En une nuit, Mila était entrée dans sa vie et avait tout changé.

Le Tragédien cessa de penser à tout cela et rejoignit Mizore...


" Je n'arrive pas à m'y faire, je nage horriblement. "

" Oui. "

Elle mit son bras autour du sien et se pencha en avant, commençant à nager un peu plus vite, sa nageoire ondulant magnifiquement. Il l'imita et tenta de ne pas la ralentir... alors qu'elle se contentait de ralentir ou de tirer sur son bras quand il prenait trop de retard.
Mizore était quant à elle paradoxalement plus habillée qu'en temps normal. Elle avait une magnifique et fine queue de sirène de couleur bleue ciel. La chanteuse n'avait ni jupe courte, ni pull, deux éléments primordiaux de son charme... Au lieu de ça, deux coquillages blancs recouvraient sa poitrine. Bien sûr, elle avait toujours son médaillon autour du queue et sa fameuse sucette à la bouche.

Certes, Mizore était assez petite, et ses formes n'étaient pas les plus généreuses qu'il ait vues mais... Elle était parfaitement proportionnée, avait un corps totalement sublime... Oui, le terme est le bon, sublime. Genesis n'aimait pas forcément comparer les femmes qu'il avait aimée mais... aucun corps n'était aussi beau à regarder que celui de la chanteuse. Et en plus de cela, la pureté s'était incarnée dans son visage blanc.

Ces deux choses faisaient que même dans un sac à patates, si ce dernier était assez déchiré, nombreux étaient les passants s'accordant un regard en arrière sur Mizore.


" Tu aimerais rencontrer les sept filles du roi Triton ? "

" Oui. Enfin disons que si je pouvais zapper la partie présentation, je serais contente mais... je serais curieuse de les entendre chanter. Du moins si elles sont moins bonnes que moi. "

" Ne dis pas n'importe quoi. "

" Si elles me surpassent, je vais les détester. "

" Dans ce cas, tu les adoreras. "

Sans regarder Mizore, Genesis lui avait adressé ce compliment. A vrai dire, c'était davantage une vérité qu'un avis. Elle était fille de Polymnie. Il n'existait pas de meilleur voix que la sienne. Lorsqu'elle chantait, c'était différent de tous les autres chants où il y a la mélodie, les paroles et la puissance... Non, c'était... comme vivre cent vies, être transporté.

" Je ne suis pas pressé d'y être. "

" Tu m'étonnes. "

" Je déteste la noblesse... Et j'ai horreur des rois. "

" Tu te souviens que je suis moi-même de très haute noblesse ?", répondit Mizore avec un léger sourire moqueur. " Rappele-toi que tu parles à la Princesse des femmes des neiges ! "

Il acquiesça sans sourire. Oui c'était vrai.

" Tu ne fais pas de politique... Et tu dis toujours ce que tu penses. Tu sais te battre et finalement... tu ne supportes pas la moindre injustice. A mes yeux, tu n'es pas une noble. "

" Merci. De ta part, c'est un compliment. "

" J'aimerais tellement pouvoir traiter sans eux. Sans l'Empereur de Chine, sans le Roi Triton... le Consulat n'aurait à faire aucune concession. "

Non pas qu'il souhaitât la mort de l'un ou de l'autre. Simplement il mesurait les difficultés éprouvées et bien souvent, les souverains ne servaient qu'à passer par quelques intermédiaires en plus avant de faire quoi que ce soit.

" Cela dit, mon amour, ce n'est pas le genre de choses que tu devrais dire ici. On est vraiment à deux pas du palais. "

Il acquiesça... et ils continuèrent à nager, errant parfois ici et là. A quelques reprises, des sirènes et tritons vinrent saluer le couple. Avec sympathie, il essaya de tenir une conversation respectable avec chacun, trouvant un intérêt suffisant chez chacun des membres de cette belle espèce.

Ils arrivèrent finalement dans la salle du trône qui, malgré l'aversion que ressentait Genesis pour les Rois et leur symbole, lui inspira une profonde admiration. Le Roi Triton les attendait, du haut de son trône haut perché. Les deux consuls nagèrent jusqu'à lui et s'arrêtèrent à cinq mètres de son siège. Genesis s'inclina tandis que Mizore inclina juste la tête légèrement.


" Bienvenue à Atlantica, Sir Rhapsodos. "

Le consul se redressa lentement et en souriant au monarque.

" Je vous remercie, votre Majesté. "

" Qui est la jeune femme qui vous accompagne ? "

" Je vous présente Mizore Shirayuki, fille de

" Pardon ? Shilalu ? "

" Non, hum... prononcez Mi-zo-lé Chi... comme dans chiot... La - you - ki. "

" Quelle sonorité spéciale. "

" C'est sûr qu'il y a plus de syllabes que dans Triton. "

" Certes. ", répondit le roi en caressant sa barbe et en jaugeant la jeune femme.

" Mizore est fille de Polymnie, la Muse du Chant. Elle est aussi la princesse du peuple des neiges, d'une contrée dans le pays de Noël... et finalement ma compagne. "

" Bonjour. "

" Oh, c'est bien. Vous-même êtes fils de Muse, m'a-t-on dit. "

" C'est exact. Je suis le fils de Melpomène, Muse de la Tragédie. "

" Je vois. Je suis ravi de faire enfin votre connaissance. Qui plus est, vous me voyez content de découvrir que vous êtes marié. Avoir une femme est l'arme secrète d'un souverain... "

Le mariage n'avait jamais vraiment été abordé, entre Genesis et Mizore. Il n'était pas fondamentalement contre mais... n'y tenait pas plus que ça. Toutefois il savait que Mizore souhaitait qu'ils se marient, pour, en résumé, faire plaisir à sa mère.

"  De même. Je voulais vous dire depuis longtemps que votre monde est une merveille. Son peuple et sa culture seront d'incroyables atouts pour le Consulat, si notre entente se passe aussi bien que je l'espère. "

"Vous avez pu visiter ? "

" Pas autant que je l'aurais souhaité. Mais en venant, nous avons profité de la ville et de vos jardins. "

" C'est regrettable. Je vous sais très intéressé par Atlantica depuis longtemps, vous me l'avez répété maintes fois quand nous avons échangés des lettres... mais c'est la première fois que vous venez ici. "

" C'est vrai, je le déplore moi aussi. "

" Je recevais régulièrement des visites du Primarque Angeal Hewley. J'ose espérer que vous et moi garderons un plus proche contact. Je dois pouvoir compter sur vous quand la situation l'exige. "

" Et c'est normal. J'aimerais toutefois... "

" Il est vrai que vous m'avez envoyé Natalia. C'est une très gentille fille et j'ai toute confiance en elle mais je dois savoir avec qui je m'apprête à conclure une alliance. Angeal m'a parlé d'une guerre. "

" Genesis a énormément de travail, m'sieur. "

" Oui, j'entends bien, madame. "

" Votre Majesté... Considérez tout consul envoyé ici comme tout aussi important que moi. Ma seule présence ici est en tant que porte-parole du Consulat et non emportant un titre de chef. J'espère le plus possible pouvoir vous transmettre de ma bouche et de mes mains les décisions et l'aide du Consulat, mais je ne peux le garantir. Tous les consuls dirigent sur les cités dorées, votent pour la moindre décision... J'ai peut-être de l'influence, même beaucoup pour ne rien vous cacher, mais rien qui saurait justifier que l'on me qualifie de dirigeant. "

" Vous êtes plus qu'un messager à partir du moment où le Primarque s'est porté garant de vous."

" Oui... Ecoutez... "

Genesis tourna légèrement sa tête vers Mizore qui acquiesça... Il reprit quelques secondes plus tard.

" Je suis un homme d'action. Ne comptez pas sur moi pour vous donner des nouvelles hebdomadaires. Je représente le Consulat d'abord parce que je suis puissant et dévoué plus qu'un autre aux Muses, et non pour mes piètres capacités en politique. Vous aurez de nos nouvelles, vous serez constamment en contact avec de nombreux consuls et nous pourrons avoir la relation épistolaire la plus soutenue que vous souhaitiez... Mais je ne peux vous promettre l'impossible. Ma mission est d'aller là où le Consulat en a le plus besoin. "

" ... Quel âge avez-vous ? "

" Tr... Trente-deux ans, votre Majesté. "

" D'où viennent... "

" Je suis mourant. Il ne me reste que quelques mois et je compte bien accomplir le maximum pour le Consulat avant de m'éteindre. J'espère que cela peut vous convaincre de ma bonne foi."

Il sentit la froide main de Mizore serrer affectueusement son bras.

" Disons que... Oui, tout à fait. J'aime la patience et la prudence, Genesis... mais j'aime encore davantage un bon soldat. A présent, à défaut de savoir ce que j'encours à m'allier au Consulat, je sais quel genre d'homme vous êtes. "

Genesis sourit légèrement. Cela il en doutait. Certes, il n'avait pas la plus belle gueule d'ange des cités dorées, mais... comment aurait-il pu savoir précisément quel genre d'homme il était ?... Même le Tragédien en doutait parfois.

" Mes filles seront folles de joie! Le Consulat est devenu très populaire auprès des jeunes gens de mon peuple. J'attends de voir quelles retombées artistiques aura cette alliance sur Atlantica. "

" Vous n'imaginez pas ce que nous pourrons créer ensemble... "

" Et... Ariel a décidé de rejoindre le Consulat. "

" Tout à fait, votre majesté. "

" Ca ne me dérange pas... Mais je refuse qu'elle mette sa vie en danger. Et si elle pouvait rester surtout à Atlantica, là je serais content. "

" Ce n'est malheureusement pas à moi de décider. Je peux vous promettre que nous en prendrons grand soin, toutefois... Je ne sais pas dans quelle mesure son départ d'Atlantica serait possible, toutefois. "

" Ca... ça me regarde. "

" Tout à fait. Mais je vous en prie, ne voyez pas son arrivée dans le Consulat comme un danger pour elle. La plupart des consuls se contentent d'exercer leurs arts et de les répandre, sans tâter de l'inconnu. Il est inévitable, d'ailleurs, maintenant que votre monde fait partie des cités dorées, qu'un grand nombre de sirènes, de tritons... et peut-être même de poissons, deviennent des consuls mais restent toutefois toujours ici. "

" Oui... J'imagine que c'est une bonne chose. "

" Faîtes-nous confiance. Rien ne lui arrivera. "

" Parlons d'autre chose. Comment va Eva ? "

" Fort bien. Je m'en suis assuré avant mon départ. "

" A-t-elle de la compagnie ? "

" Et bien pour ne rien vous cacher, elle s'est liée d'amitié avec un de nos consuls. Le changement n'a pas été facile pour elle, mais elle commence à se plaire au Moulin Rouge. Qui plus est, nous commençons à remplir... son espace... de poissons. Nous le faisons de manière précise, voir... à peine perceptible. Nous devons nous assurer antérieurement qu'elle apprécie la présence de ces nouveaux compagnons. "

" Je vois. "

" Vous n'approuvez pas ? "

" Vous vous compliquez la tâche, je pense. Trouvez des poissons volontaires ici et amenez-les à elle. A priori, s'ils vivent à Atlantica, ils auront des choses à partager avec elle... Qui plus est, ils sauront sûrement jouer de la musique. "

Genesis entendit Mizore rire derrière son épaule. Il ne comprit pas de suite mais à y réfléchir, il était vrai qu'imaginer, dans le Moulin rouge, des poissons jouer du saxophone... était surréaliste. Il doutait que ça soit possible mais... après tout, ils avaient bien réussi à élaborer une chorégraphie avec des colombes.

" Mais je vous interdis de cuisiner les poissons que vous embaucherez. "

" Bien sûr. "

" De la même façon, soyons bien clairs. Notre alliance ne signifie pas que vous ayez le droit de pécher ou de chasser les poissons. "

" Ca ne me pose pas de soucis, le Consulat s'adaptera. "

" Et comment puis-je m'assurer de votre bonne foi ? Je vous le demande en toute sincérité, sans véritable suspicion. "

Genesis acquiesça... il comprenait la manœuvre. Lui-même n'accordait pas beaucoup d'estime à un homme incapable de défendre ses points de vue. Pour le principe, le simple fait d'être entendu suffirait au Tragédien à prouver ses intentions.

" Le Consulat n'aspire qu'à créer et à protéger ce qui est créé. Quand les Muses nous ont choisis, mes frères, soeurs et moi, nous avons dédié notre vie à la sauvegarde des oeuvres d'art et à la propagation des arts, pour que tous les mondes soient aussi harmonieux que le vôtre. Je considère votre palais, vos jardins sous-marins et votre peuple comme d'innombrables et de magnifiques oeuvres d'art. S'en prendre à votre peuple ou à votre culture est devenu un crime odieux punissable par la mort. "

" Et le Sanctum ? "

" Nous sommes désormais leurs alliés, nous ne..."

" Non non... Je parle de la religion. Vous devez savoir qui je suis. "

Le Tragédien acquiesça et inclina légèrement la tête. La nouvelle l'avait assez étonné, il devait le reconnaître. En effet... Triton n'était pas seulement un Roi rendu puissant par un Trident. Il était un Eternel, une des divinités priées par le Sanctum.

" Sachez que pour le Consulat, rien ne change. "

" Et votre religion ? "

" Nous n'en avons pas vraiment. Bien sûr nous croyons en les Muses, nous les adorons et leur obéissons mais nous ne leur rendons aucun culte, sinon en répandant les arts. Ma compagne vous le confirmera, elles ne s'intéressent pas à nos croyances. "

" Tout à fait. Un fils de Muse pourrait croire en vous ou en les autres dieux de votre religion, elle n'aurait rien à redire là-dessus. "

" Et nous ne forçons évidemment pas la croyance. De nombreux consuls n'ont pas grand chose à faire des Muses. Croyez-moi, vous ne verrez jamais un apôtre du Consulat parler des Muses à votre peuple. Les Muses n'ont besoin que de l'art pour se sentir aimées. "

" Il n'y aura pas conflit d'intérêts, vous me le promettez ? "

" C'est certain. Preuve étant que la Cité des rêves a gardé majoritairement sa religion malgré  notre arrivée, il y a déjà de cela cinq ans. "

" Je suis au moins rassuré à ce sujet, le Primarque m'avait parlé d'une religion. "

" Malgré notre amitié, j'ignore beaucoup du Sanctum tout comme il ignore énormément du Consulat. Notre alliance arrangera cela, j'en suis sûr. Quoi qu'il en soit, vous êtes actuellement le monde le mieux protégé de tous les territoires... Le Consulat et le Sanctum se battront toujours à vos côtés. "

" Parfait... J'en déduis que vous serez aux côtés du Sanctum contre la Coalition noire ? "

" Rien n'est encore sûr, votre Majesté. Je crains que le véritable ennemi ne soit ailleurs. Nous serons fixés bientôt et... Angeal et vous serez les premiers au courant des projets du Consulat. "

" Bien. Je suis content d'avoir au moins pu vous parler, même si je n'en sais pas beaucoup plus. "

Le Roi Triton caressa sa barbe tout en riant légèrement.

" Le plaisir est partagé. "

" Ouais, merci. "

" Ah au fait, mes amis, je vous propose de rencontrer mes filles. "

Genesis adressa un sourire à Mizore et répondit directement, tout en tendant sa main vers sa compagne, prêt à retourner à la nage.

" Ce serait avec un immense plaisir. "

Le Roi quitta son trône, laissant d'ailleurs son trident derrière lui. Genesis avait cru comprendre que la simple possession du Trident accordait à n'importe qui la toute puissance de Triton et donc... de l'Eternel qu'il était. Heureusement, nul ne pouvait retirer cette arme dans le bloc d'or dans lequel elle était calée, sinon Triton ou sa descendance.

Le couple de consuls suivit le Roi qui les mena plus profondément dans le palais royal, jusqu'à atteindre un salon. Le Tragédien ne put qu'admirer l'architecture du lieu. A vrai dire, le principe le ravissait... Il y avait des murs, des colones d'or qui ne servaient pas plus à soutenir quoi que ce soit qu'à les protéger du froid ou du vent. Toute cette architecture n'existait essentiellement que pour la beauté de l'endroit et n'avait pas d'autre fonction.

Le salon était jonché de grands coquillages, de la taille d'un véritable canapé, où siégeait déjà quelques jolies sirènes, tandis qu'ailleurs, l'on pouvait distinguer de nombreux miroirs ainsi que des tables basses faites en cristaux abyssaux que Genesis aurait été bien incapable de nommer.


" Mes filles. ", s'exclama fièrement le colossal roi de l'océan.

" Venez ici que je vous présente. "

Genesis et Mizore s'avancèrent légèrement, pouvant désormais voir de nombreuses sirènes qui elles aussi s'approchaient, parfaitement coiffés, bien que les coiffures étaient parfois très originales, et avec un grand sourire au visage.

" Je vous présente Attina. "

" Enchantée de faire votre connaissance. "

" Alana. "

" Bonjour ! "

" Adella. "

" Salut ! "

" Aquata. "

" Heureuse de vous connaître. "

" Arista. "

" Je vous rencontre enfin ! "

" Andrina. "

" C'est un plaisir. "

" Mes filles, voici Genesis Rhapsodos, porte-parole du Consulat, et sa compagne... Mizo... re... Shi... "

" Laissez tomber le nom de famille, ça ira. ", ponctua la chanteuse d'un air sombre.

" Bonjour, mesdemoiselles. "

" Ariel n'est pas avec vous ? "

" Non. Mais cette fois-ci elle a prévenu. Elle est sans doute avec Eric. "

" Oh et quels sont vos arts respectifs  ? ", demanda Alana, la seconde fille du Roi. " Tous les consuls en ont un, c'est bien cela ? "

" C'est plus ou moins exact. Je suis Tragédien. "

Cette phrase fut reçue par de nombreuses moues qui semblaient sincèrement intéressées... mais davantage par l'originalité de la réponse que pour la réponse en soi. Il avait l'habitude que son art ne soit pas le plus passionnant aux premiers abords, aussi, regarda-t-il sa compagne.

" Chanteuse. "

Les exclamations furent beaucoup plus franches. Une grande partie de sept jeunes filles poussa un cri de surprise tandis qu'elles se penchèrent vers Mizore, s'approchant davantage. Genesis fut aussitôt éclipsé, ce qui paradoxalement ne convint ni à la chanteuse, ni à lui-même. Cependant pour le coup, sans doute essaierait-elle de faire des efforts pour paraître agréable aux chanteuses les plus connues de tous les territoires de cet univers.

" Vous écrivez vos paroles ? "

" Oui. "

" Je trouve ça fantastique. ", répondit Andrina d'une voix douce et gentille.

" Et vous vous produisez souvent ? "

" Non... et... et vous ? "

" Très régulièrement ! En ce moment, nous ne cessons de faire salle comble. ", dit Aquata, la sirène aux écailles, aux bijoux et au soutien-gorge bleus, avec fierté.

" Maintenant que nous sommes alliés, les mondes entiers parleront de votre spectacle. "

" Oh ! "

" Mais j'y pense, papa ? Nos deux invités pourraient assister au spectacle de ce soir ! "

" S'ils le veulent, oui. Je vous y convie, vous et votre compagne, Genesis. "

" Ce sera avec plaisir. "

Si cela s'était déroulé ailleurs, il aurait refusé sur le champ... Mais assister au concerto à sept voix des filles du Roi Triton était l'un de ses plus grands rêves. Y être invité était une véritable joie.

" Mizoulé ? Vous voudriez... vous joindre à nous pour un morceau ? "

" Euh... durant le concert ? "

Les sirènes acquiescèrent, visiblement toutes d'accord. Genesis avait craint et espéré la question, aussitôt qu'ils furent invités au concert. Si Mizore refusait, la famille royale le prendrait très mal. Non pas que cela aurait vraiment gêné Genesis d'être en mauvais terme avec un roi... Mais il avait à coeur que le Consulat et les sept sirènes soient en très bons termes. Or, si Mizore acceptait, malgré le fait que l'on ait écorché son prénom, cela pourrait vraiment servir la cause.

" Pourquoi pas. "

" Génial ! ", s'écrièrent de nombreuses sirènes, entre d'autres exclamations et inspirations réjouies. Genesis lui-même ne put s'empêcher de soupirer de soulagement. Inviter Mizore à venir à Atlantica avec lui avait été l'une des meilleures idées qu'il ait eues cette année. Certes actuellement, son manque de sympathie pouvait la rendre distante... mais lorsque ce soir, elle chanterait, elle deviendrait sans doute leur meilleure amie... Ou leur pire ennemie, si elles étaient du genre jalouses.

" On est tout de même bien meilleures lorsque nous sommes sept ! "

" Viens ! On va te montrer la partition ! "

Mizore alla s'asseoir avec  Adella et Andrina pour étudier le chant en question, laissant Genesis avec les quatre autres qui semblaient hésiter entre rejoindre leurs soeurs ou accorder quelques minutes au héraut du Consulat. Genesis n'était pas le genre d'homme à déprimer, mais... ainsi devant quatre belles et jeunes femmes, il ne put que regretter sa beauté d'antan. Lorsque ses cheveux étaient rouges et son corps solide... il n'avait pas besoin d'être spécialement intéressant pour néanmoins être écouté des femmes.
A présent, il devait évidemment redoubler d'efforts.


" Vous avez des enfants, Genesis ? ", demanda Aquata avec un léger sourire.

" Non, et je n'en aurai pas. ", répondit sans hésiter Genesis, gratifiant lui aussi ses interlocutrices d'un sourire amical. " Je suis un guerrier. Avec la guerre qui approche et les milliers de personnes qui me haïssent, je ne veux pas garantir à mes enfants de grandir sans leur père. ", dit-il d'un ton inchangé. Il ne se voulait pas trop dur... d'ailleurs il arrangeait déjà la vérité. Comme il le disait souvent, le fait d'être l'incarnation de la Tragédie le destinait à une funeste fin. Sa mort serait atroce...

" Votre peau est toute... desséchée ? "

Genesis leva son bras et toucha ses pectoraux de sa main, effleurant les crevasses. Il acquiesça simplement.

" Ca vous fait mal ? "

" Non. Enfin, ce n'est pas le fait de toucher ma peau qui me fait éprouver de la douleur... C'est la dégénérescence de mon corps. Mais parlons d'autre chose, mesdemoiselles. "

Elles parurent navrées mais Attina, l'aînée, acquiesça et s'exprima assez tôt.

" Désolé, monseigneur. "

" Vous pouvez m'appeler Genesis. "

" Dans la gazette de cette semaine, on raconte que vous avez vaincu Ariez Ibel ! ", questionna Arista, visiblement pressée d'entendre ses réactions, soulevant un sourire auprès du Tragédien.

" Vraiment ? "

" Je n'étais pas seul. Deux consuls étaient avec moi, et la garde elle-même a lutté contre les sans-coeurs. Mais...", Genesis se pencha légèrement vers les quatre sirènes et plus silencieusement, alors que Triton regardait ce que faisaient ses autres filles, il poursuivit. " Je doute que votre père apprécie que je vous parle de ce genre de chose. "

" On dit qu'elle s'est transformée en sans-coeur ! ", insista Arista, toute excitée. Visiblement, le sort de la Coalition noire l'intéressait, ce qu'il pouvait comprendre. Après tout le Sanctum comptait entrer en guerre contre Ariez.

" T'es bouchée ? Ca le gêne d'en parler, Arista ! "

" Si tu as envie de rester dans ta petite vie où il ne se passe rien, c'est ton problème, Aquata. Moi j'ai envie de savoir. "

" Dans ma vie à moi, on ne harcèle pas ceux que l'on rencontre avec des dizaines de questions ! "

" Oh pitié ! Tu me reprends juste pour m'ennuyer ! Depuis quand es-tu aussi farouche ?! "

" Depuis que tu nous ridiculises ! "

A cette dispute naissante, le Tragédien ne put qu'afficher un sourire gêné et attendre que cela se finisse. Car cela ne fit que commencer et il fallut que Triton leur accorde un regard furieux pour qu'elles se taisent et s'éloignent l'une de l'autre, laissant Genesis seul avec Alana et Attina.

" Il faut les excuser. En général elles se comportent bien mais dès qu'elles sont ensemble, elles s cherchent des noises. "

" Nous y sommes trop habituées pour être encore étonnées. Ca ne m'atteint plus depuis longtemps. "

" Avoir six soeurs doit être tout à fait particulier, en effet. "

" Vous avez des frères et soeurs ? "

" Non... mais je sais fort bien ce qu'est la rivalité fraternelle. Voyez-vous, Angeal et moi sommes amis depuis notre jeune adolescence. "

" Vraiment ? A-t-il toujours été aussi... sérieux ? "

" Les années n'ont rien changé chez lui. Toujours aussi fort, toujours aussi bon, et toujours là pour rattraper mes erreurs. "

" Ne m'en parlez pas", répondit dans un rire Attina, " Arista est intenable, n'a aucune organisation. Elle perd tout, emprunte les affaires de chacune d'entre nous, et nous sommes certaines de ne jamais les retrouver. Et comme elle s'excite pour un rien, ça n'arrange rien. "

" La pire c'est Adella. "

" N'exagère pas. On ne peut pas faire pire qu'Ariel. "

" Non oui d'accord. Mais Adella est fantastique dans son genre. Elle flirte avec tous les beaux jeunes hommes qui lui adresseraient le moindre regard. On doit toujours calmer ses ardeurs, où elle risquerait de prononcer ses voeux de mariage lors du premier rencard. "

" Et vous-mêmes avez des compagnons ? "

" Bien sûr. Enfin, certaines d'entre nous, oui, veux-je dire. "

Arista revint vers eux au bout de quelques minutes. Genesis en profita pour la regarder quelques instants. Une très jolie blonde laissant une longue mèche cacher une partie de son visage, lorsqu'elle vous faisait face. Les écailles de sa queue étaient rouges, tout comme les coquillages qui cachaient sa poitrine. Bref, n'importe quel consul aurait aimé être l'élu de son coeur.

" Saviez-vous que nous allons afficher une vidéo dans le Jardin Radieux tout entier, montrant la beauté de votre monde sur de grands écrans ? "

" Non je ne le savais pas. "

" ... "

" Vidéo ? "

" Oui non en fait, qu'est-ce que c'est que cela ? "

" Ah... toutes mes excuses, j'oubliais. Pour... résumer à l'extrême... Il existe des appareils capables d'enregistrer des images et de revoir ces images à l'infini. "

" Je... "

" En fait cela marche comme votre mémoire. Quand vous vous remémorez un souvenir, vous vous repassez certaines scènes dans votre tête. Une vidéo, c'est donc un enregistrement de nombreuses scènes, que l'on peut rediffuser comme il nous plait. "

" Donc... on pourrait se voir... en vidéo. C'est collectif, c'est bien cela ? "

" Oui... Ne me demandez pas plus de précision, je serai bien incapable de vous répondre. Quoi qu'il en soit, grâce à ces vidéos... Nous pourrons montrer aux mondes extérieurs des images de votre monde, notamment un de vos concerts ! "

" Oh c'est fantastique ! "

" Ca, ça me parle ! "

Mizore, Adella et Andrina commencèrent, sur les fauteuils à entonner le récital à pleine voix, sous l'oeil attendri du Roi Triton.

" Sa voix est époustouflante ! "

" Nous ferions bien de nous joindre à elle, surtout si nous ajoutons une voix supplémentaires. On a pas mal de boulot. Pouvons-nous vous laisser, Genesis ? "

" Tout à fait. Dois-je vous laisser ? "

" Oh nous sommes visiblement bien partie pour répéter ici donc... vous pouvez rester et écouter. De toutes façons, rien ne pourra faire bouger notre Père donc...  on a l'habitude ! "

" Mais interdiction d'utiliser une de vos vidéos sur nous ! ", s'exclama Alana, très fière de sa plaisanterie.

" Il faudrait tout de même que Sébastien vienne... Il sera furieux si nous lui annonçons à la dernière minute l'ajout d'une voix. "

" Ok, ok, je vais le chercher. "

Elles se préparèrent donc plus sérieusement tandis que Genesis s'assit sur un coquillage voisin à  celui de Triton... en attendant d'écouter le récital; C'était typiquement pour ce genre d'occasions qu'il avait signé lorsqu'il était devenu le porte-parole du Consulat. Pouvoir partager quelques heures avec de jolies jeunes femmes bourrées de talent n'avait aucune concurrence dans son échelle des plaisirs. Qui plus est, il espérait, à force d'amitié entre son groupe et les princesses, pouvoir convaincre quelques-unes d'entre elles supplémentaires de rejoindre le Consulat. Ariel était un atout incroyable... Genesis n'aimait certes pas la noblesse et la royauté, cependant il devait reconnaître qu'avoir une princesse parmi les consuls, qui plus est une princesse aussi réputée qu'Ariel, attirait les foules. S'il pouvait un jour avoir les sept... Ce serait là son nouveau Moulin Rouge.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Maître brasseur
Masculin
Nombre de messages : 438
Age : 27
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
100/400  (100/400)
Mer 4 Mar 2015 - 18:34
Comme tu me connais, j’ai déjà lu une fois ce rp quand tu nous la poster, il y déjà plus de trois semaines. Et maintenant que je vais le noter, je l’ai juste lu en diagonale, histoire de me remémorer les points importants !

Alors en premier lieu, un truc que j’adore toujours autant quand je plonge dans un de tes rp est… Les entrées.

Tu as le don avec ce personnage de les soigner, toujours nous promettre un truc énorme. Ici, l’arrivé avec une partie de l’armée du Consulat suivie du discours, je repense à notre rp avec Ariez ” Décomplexée “ où tu arrives avec un tour de force. Et plus récemment, avec Aréopage, où tu viens par LA grande porte.
Bref, j’aime bien lire ça et imaginer ça ! Le côté ”grandeur“ toujours liés au Consulat, mais tu es parmi les seuls à l’exprimer.

Enfin, il n’y a qu’un dixième du message qu’y est passé et je t’adule déjà ! Mais bon, il ne faut pas non plus s’attendre à de grosses critiques ici… J’ai quand même foutrement apprécié ta mission.

Et comme tu le signales aussi bien dans ton intro, la moitié des consuls sont déjà venu ici sous tes ordres… Mais quant à toi, c’est ton premier coup de nageoire dans ce monde. Et tu nous le rappel constamment, une sorte de remerciement à chacun de tes membres.

Pour les exemples (enfin, les évènements liés) :

La rapière de l’armée du Consulat, créer par Ulthane
Eva, la sirène recrutée par Natalia
Ariel ayant rejoint de Consulat
La vidéo ramenée par Chen

J’ai vraiment aimé voir ça, pas parce que j’ai été concerné (deux fois!), mais uniquement car il s’agit d’une sorte d’hommage du boss à ses membres. Enfin, c’est comme ça que je le vois et tu viendra me voir après “Hey Billy Bob, j’ai pas voulu faire ça pied tendre“.

Ensuite, qu’est-ce que je pourrais dire de plus… Les dialogues en général sont vraiment très bons, j’ai noté deux/trois punchline un peu molle venant surtout de Mizore et des filles du Roi Triton… J’ai aussi été un peu énervé par Mizore, mais n’ayant pas vraiment lu de rp de celle-ci, ma critique est nulle… Et voilà.

Enfin, je n’ai rien de plus à dire… J’aimerais pouvoir te critiquer plus fortement, mais généralement ce que je lis de toi est très bon, et quand je vois des trucs moins bons, c’est avec un autre personne que je ne commente pas ! Donc je clôture ce commentaire !!!


Mission accomplie !

Bon, pour la difficulté, j’ai beaucoup hésité entre facile et normal… Étant un rp bourré de dialogue, mais ayant leur importance, je me penche vers le deuxième choix !

Normal : 23 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS (En dextérité… Nager, c’est galère)

Tiens, tu trouve un papier sur ton siège à la salle de concert… Surement un rapport !

_______________________________
 
 
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chap. 4 - Droits et devoirs des nobles
» Le National Sarkozysme