Derniers sujets
» Froide Noblesse
par Arthur Rainbow Hier à 21:57

» Visite au cimetière
par Narantuyaa Hier à 16:54

» D'un prêtre à une soldate, et vice-versa
par Kestia Hier à 15:43

» Récréation
par Hoper Mar 21 Nov 2017 - 17:58

» Basique!
par Fiathen Dim 19 Nov 2017 - 22:17

» Absences Aqua
par Maître Aqua Dim 19 Nov 2017 - 21:21

» Conseillère en Urbanisme
par Huayan Song Dim 19 Nov 2017 - 15:13

» Essai en laboratoire
par Cypher Sam 18 Nov 2017 - 16:24

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Sam 18 Nov 2017 - 14:32

» Jet The Hawk! Storm The Albatross! Wave The Swallow! We're the Babylon Rogues!
par The Babylon Rogues Sam 18 Nov 2017 - 13:59

» La Shin-Ra del Sol
par Rufus Shinra Sam 18 Nov 2017 - 10:30

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Ven 17 Nov 2017 - 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Ven 17 Nov 2017 - 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Jeu 16 Nov 2017 - 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Jeu 16 Nov 2017 - 5:58


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Nettoyer est un art
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Titre
Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 23
Date d'inscription : 18/08/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
12/500  (12/500)
Mer 14 Jan 2015 - 20:31
« Bonjour, citoyens du Jardin Radieux ! »

« Non mais, tu vas faire ça tous les matins ? »

« Ta gueule !! »

« Personne ne t'aime, va t'en ! »

Rien de telle qu'une mélopée d'insultes pour bien commencer une journée !
Après avoir pris une dernière bouffée d'air frais - parce que l'air frais permet de bien oxygéner le cerveau, créant ainsi un sentiment de bien-être inégalable (chapitre du bon citoyen, page 342, article pi) -, Emmet ferme les volets de sa fenêtre. Il se sent revigoré; mieux, il se sent totalement motivé ! Il a l'impression de pouvoir grimper n'importe quelle montagne, de pouvoir dompter n'importe quel fauve, de pouvoir parler de tolérance avec le FN et d'en ressortir indemne et victorieux !
Ce genre de journée, quoi ! Ce genre de journée où on se sent invincible !!

Alors qu'il enfile l'uniforme officiel du charpentier exemplaire (ce n'est pas parce qu'il ne travaille pas qu'il chôme, hein), on toque à la porte de ses appartements. En gambadant comme si sa vie en dépendait, Emmet se dirige vers la source des bruits et ouvre tranquillement la porte. N'est-il pas surpris lorsqu'il aperçoit le fameux vieillard !
Attends, je vous remets en contexte. Y a quelques temps, avant l'absence du narrateur de cette histoire, Emmet est atterri au Jardin radieux et a participé à un super-méga-défi artistique. Il a eu la reconnaissance de tous les hispters du coin en reconstruisant une charrette avec les vestiges d'une charrette déconstruite. La classe, quoi !

Le vieillard, c'était un peu l'instigateur du challenge. Et maintenant, il sert de mentor à notre cher ouvrier. Ouaip ! Parce que le vieillard veut faire d'Emmet le plus grand architecte que ces terres aient connu. Y a beaucoup de pain sur la planche, mais soyons optimistes : Emmet est un fidèle travailleur, un honnête citoyen prêt à tout pour répondre aux exigences.

Bref, Emmet est bien heureux d'apercevoir un visage connu sur le seuil de ses quartiers. Il ne peut s'empêcher de sourire comme il le fait si bien, d'empoigner la main de son interlocuteur avant de serrer tout son corps contre le sien, mais attention ! Il le fait avec virilité, comme un mâle alpha dans une meute de loups !
Ouais, comme deux mecs un peu cool qui se font une accolade à la télé.


« Bonjour, citoyen du Jardin radieux ! »

Emmet relâche le vieillard (c'est pas trop tôt) et ce dernier soupire.
Malheureusement, il ne s'agit pas du genre de soupir qui pue la béatitude, la joie, la sérénité sempiternelle. Non, c'est plutôt un soupir qui effleure le désespoir et le désaccord. Mais ça, Emmet ne le discerne pas, parce qu'Emmet est un joyeux-luron qui voit tout du bon côté !


« Il faut vraiment que t'arrêtes de faire ça. »

« Faire quoi ? »

« Saluer les gens en hurlant sans lendemain. »

« Le manuel d'instructions dit que... »

« On a reçu des plaintes. Beaucoup de plaintes. »

« Mais le manuel... »

« Emmet, t'as deux options. Soit on brûle ce livre, soit tous les gens de cette ville vont te kidnapper pendant la nuit pour ensuite te brûler sur la place publique. Et je ne rigole pas. »

« Oh. »

« Et crois-moi, si tu n'arrêtes pas, je serai le premier à te regarder calciner. »

« Ah... Attends, j'ai une idée pour réparer cette erreur ! »

Emmet, le cœur sur la main, décide qu'il serait juste et bon d'expier ses fautes. Emmet est un bon berger, un berger qui adore ses moutons et qui veut le bien de tout un chacun. Il ne pourrait vivre avec l'once d'un regrets, alors décide-t-il de se diriger de nouveau vers l'unique fenêtre de ses appartements et d'ouvrir les volets avec sa grâce usuelle.
Alors qu'un faisceau de lumière pénètre dans la pièce et aveugle le vieillard, Emmet profite de l'impulsion du moment pour prendre une grande respiration et s'époumoner :


« Je suis désolé, chers citoyens ! Je ne recommencerai plus !! Bonne journée à tous ! »

« Meurs ! »

« Retourne dans ton pays, idiot ! »

« Ouais, retourne d'où tu viens !! »

« ... »

Ouais, comme on dit, mission accomplie ! Il n'y a pas à dire, cette mission fut réussie avec le plus grand des succès. Maintenant, tous les citoyens du Jardin radieux sont totalement exempts de haine et d'envie de mort pour notre très cher Emmet [...].

Tapant sa tête contre le mur jusqu'à en défoncer le plâtre, le vieillard gémit en se répétant qu'il a failli à sa tâche, qu'Emmet ne sera jamais un artiste notoire à travers la galaxie, que tous ses efforts sont déjà réduits à néant et que sa vie ne vaut plus rien.
Mais... mais, alors que tous les espoirs du monde semblent être éradiqués par l'habituelle maladresse du charpentier, ce dernier s'approche du vieillard et y dépose une main sur son épaule. D'un coup, la pièce retrouve sa sérénité.

Certes, Emmet est probablement l'être le moins habile avec le sarcasme. Il a assurément beaucoup de difficulté pour régler ses problèmes. On pourrait parfois croire qu'il se met volontairement les pieds dans les plats, qu'il souffre bénévolement tel un martyr. Il est également très gauche physiquement et n'est pas capable de faire deux pas consécutifs sans trébucher sur un minuscule caillou inoffensif.  Mais...
MAIS ! Emmet est un jeune homme empli de bonnes intentions, d'allégresse. De son corps émane une joie universelle qui ne fléchit jamais, une lueur d'espoir qui illumine dans tous les horizons et qui peut traverser toutes les intempéries.
Oui, Emmet est con, mais c'est un gentil con. Un brave garçon !


« Que puis-je faire pour vous aujourd'hui ?! »

De s'interroger l'ouvrier en relâchant son emprise. Sa voix est claire, sa voix est pure. Tellement pure que le vieillard se retourne et en oublie tous ses problèmes.
De nouveau, le monde s'ouvre à nos deux aventuriers.


« Aujourd'hui, tu-- Tu... Ouais, aujourd'hui, tu vas faire des courses ! »

« Génial ! Des courses ! C'est ce que je préfère !! »

« Non, en fait... Tu vas désherber mon potager. »

« Désherber ! Je ne ferais que ça si on me le permettait ! »

« Attends, attends, mieux. Tu vas nettoyer le grenier. »

« Super, OUAIS. Mon passe-temps favori !! »

Le regard gai, le menton haut, les épaules droites, Emmet salue son interlocuteur poliment et quitte ses quartiers. Il marche (court, presque) de pièce en pièce à la recherche des fameux escaliers qui mènent vers le grenier. Il ne baisse jamais les yeux, fonce devant lui, charge dans la vie ! Il est garant d'une mission-providence. Seul lui peut mettre fin au Mal nocif qui s'acharne sur les innocents ! Ouais.
D'un coup, Emmet n'est plus un simple bonhomme. Il n'est même plus charpentier, ni même ouvrier : il est un corsaire qui traverse vents et marées à la recherche d'un trésor perdu il y a des millénaires. Il est un gardien de la paix qui déracine les vices. Il est un preux guerrier qui, balai à la main, franchit tous les périls pour sauver une princesse éperdue.

Non, Emmet n'est plus Emmet.
Il est... l'incroyable Emmet.

À chacun de ses pas, on pourrait presque entendre une foule qui scande son nom, qui crie à sa gloire, qui louange son corps d'Apollon. Et lorsqu'il aperçoit les escaliers à l'horizon, ses enjambées s'accélèrent. La foule est en délire. Il s'approche, s'approche de plus en plus. Il pose un pied sur la première marche, puis sur la deuxième.
Quelle élégance ! Quelle dextérité ! Quelle agilité légendaire !! Après cette dure épreuve, il atteint ultimement le grenier et, devant tout le bazar qui se dresse devant lui, il ne se plaint même pas. Non, il grogne.

Il grogne parce qu'il est prêt à affronter ce désordre. À remettre en place qui doit être remis à sa place. À nettoyer ce qui doit être nettoyé et à jeter ce qui doit être impérativement jeté (en faisant attention, bien sûr, de porter un regard conscientisé sur l'environnement, car, même dans l'adversité, même devant le plus grand des défis, même devant l'apocalypse imminente, Emmet est un fier défenseur de l'écosystème et n'oublie jamais, tel un citoyen honorable, qu'on doit avant tout recycler, réutiliser et revaloriser).

Cela en tête, Emmet fonce. Il décide d'entamer cette ardue remise en ordre en emplissant des boîtes de carton vides de bibelots et d'objets inutiles qui traînent ici et là. Il est rapide, il est efficace, mais il est surtout tendre, Il empoigne chaque accessoire avec une tendresse telle qu'on aurait l'impression qu'il les chérit et les caresse avant de les déposer dans leur boîte respective.
En deux temps trois mouvements, le sol canardé par le résultat d'une surconsommation massive, elle-même provoquée par la montée du capitalisme bestial, par la désinstitutionalisation de la famille et par l'explosion du narcissisme hyperindividualiste ( !!); bref, le sol souillé se retrouve purifié. Que des boîtes pleines à des kilomètres à la ronde.

Content de cette première étape, Emmet descend à l'étage, empoigne un balai et un seau avant de remonter dans le grenier. Après avoir étalé sur le plancher ce que Moïse divisa dans une certaine fable religieuse, Emmet resserre l'emprise de sa vadrouille et commence à effectuer des mouvements de va-et-vient afin de nettoyer chaque centimètre carré de la pièce : plafond, plancher, murs, fourniture, meubles et même un cadavre qui traîne par là.
Peu à peu, la salle se met à briller. La lumière qui entre par l'œil-de-bœuf est reflétée par la magnificence des lieux, emplissant le grenier d'une clarté presque mystique. Emmet n'eut besoin que de quelques heures à peine pour en arriver à cet heureux résultat, et le grenier autrefois Amytiville Horror-style prend dès lors une apparence de chalet champêtre dans lequel on boit du whisky en toute alacrité.
Quelle fierté que d'avoir décrassé le grenier de son mentor !

Admirant son œuvre, Emmet se rend compte que quelque chose cloche dans le fond du grenier. N'est-il pas dégoûté lorsqu'il aperçoit un nid d'abeilles perché sur l'une des poutres fondatrices du bâtiment.
Prenant son courage à deux mains, Emmet traverse la pièce, ouvre la fenêtre au passage et considère la situation. Il se met à réfléchir si intensément qu'une délicate fumée s'échappe de ses oreilles. Son visage se rougit, son front se réchauffe et... Illumination !

En se servant de babioles joliment posées dans les boîtes et de quelques outils, il fabrique la Super-Pince 3000X Télescope avec la technologie « Merde-Des-Abeilles-Je-Dois-Trouver-Une-Solution ».
Aussi, parce que le narrateur de cette histoire est un être excessivement imaginatif et dévoué pour ses personnages, il a  même créé de ses maigres talents une illustration représentative de ladite pince (j'dis ça j'dis rien, mais je crois qu'il mérite un sacré bonus pour ça !!).

Spoiler:
 

Prêt à tout pour répondre aux exigences de son mentor, Emmet empoigne le manche du balai. Il utilise l'abat-jour comme ultime protection contre les furieuses créatures qui voleront dans tous les sens si le stratagème ne se déroule pas à merveille. Il ajuste longuement la longueur du manche télescopique en s'approchant de la ruche.
Plus il est prêt, plus l'angoisse monte en lui. Cependant, tel un courageux paladin en mission divine, il dissimule sa peur derrière une façade de fer ! Lorsqu'il se sent prêt, il approche la Super-Pince 3000X Télescope du nid, tire sur la corde et la pince se referme sur sa proie.

Tout en rapidité, il se retourne et lance la ruche à travers l'œil-de-bœuf ! Succès, triomphe, joie !

Au même moment, comme pour couronner la beauté de l'instant, le vieillard grimpe dans le grenier et un sourire grimpe jusqu'à son visage ! Il s'exclame :


« Emmet, bien joué ! »

« Oh, vous savez... Rien de tout cela n'aurait été possible sans vous. »

Un moment de synergique fraternité, de la bromance à l'état pur !!  

« Que puis-je faire pour vous ensuite ?! »

« Tu dois te forger une réputation dans la cité, Emmet. Les PNJ du Jardin radieux doivent connaître ton nom. Va, jeune apprenti, va dans la ville et aide tous les individus dans le besoin. Montre leur qu'Emmet n'est pas uniquement une plaie pour la société ! »

« JE SUIS PRÊT !!! »

IL EST PRÊT, MESDAMES ET MESSIEURS.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Drapeau Blanc
Masculin
Nombre de messages : 778
Age : 24
Date d'inscription : 23/12/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
225/550  (225/550)
Mer 4 Fév 2015 - 18:35
Exploit accompli.

Je ne sais pas si il est possible qu'un rp me plaise plus que ton premier avec Emmet, mais celui-ci s'en rapproche fort ^^. Encore une fois j'ai beaucoup rigolé, il y a d'excellentes choses. C'est très intelligent, bourré d'énergie et ridicule à en mourir. Et tout, tout, tout est fait pour faire rire... et pourtant ! Je ne trouve pas ton rp parodique (et par là je veux dire "juste pour la déconne".)

Mais je me marre et j'adore lire ça, c'est vraiment bon.

Certaines vannes m'ont fait beaucoup rire... (Si certains lisent mon commentaire sans avoir lu le rp, je leur suggère de s'arrêter maintenant et de lire le rp avant de poursuivre. Ce serait dommage de gâcher ça ^^)

« Aujourd'hui, tu-- Tu... Ouais, aujourd'hui, tu vas faire des courses ! »

« Génial ! Des courses ! C'est ce que je préfère !! »

« Non, en fait... Tu vas désherber mon potager. »

« Désherber ! Je ne ferais que ça si on me le permettait ! »

« Attends, attends, mieux. Tu vas nettoyer le grenier. »

« Super, OUAIS. Mon passe-temps favori !! »

Ce dialogue, parmi d'autres, est très bon. Il m'a fait rire, et pourtant c'est un des moments qui m'ont le plus troublé.

Je me suis dit... que si le vieux changeait toujours d'avis, c'est qu'il voulait en venir quelque part, du genre "Tu vois, Emmet ! Tu n'as pas assez de caractère, tu dis oui à tout et tu dirais n'importe quoi pour faire plaisir"..; Je voyais le truc venir à 1000 kilomètres et non... J'ai l'impression qu'il manquait d'une logique au vieux. Ou alors il savait tout simplement pas quoi lui demander, dans quel cas... je n'ai pas ressenti ça comme ça.

"Content de cette première étape, Emmet descend à l'étage, empoigne un balai et un seau avant de remonter dans le grenier. Après avoir étalé sur le plancher ce que Moïse divisa dans une certaine fable religieuse"

Ca c'est de l'art, c'est grandiose. Qu'est-ce que j'ai ri.

Le coup du piège, illustré qui plus est, était très bien joué. Et quand tu dis "ça mérite un bonus", même si je sais que c'est un gag... Disons que c'est tout ce que je recherche dans un rp. Pas nécessairement être le plus original possible mais que dans son style, le rp soit surprenant...

Je trouve tout assez parfait.

J'ai un peu tiqué à ce moment : "Tapant sa tête contre le mur jusqu'à en défoncer le plâtre, le vieillard gémit en se répétant qu'il a failli à sa tâche,"

Si tu m'avais dit que c'est Emmet qui avait fait ça, y aurait pas eu de gêne. Mais là c'est un vieux totalement... normal... Bon hipster, oui, je sais, c'est abominable... mais il est pas à ce point différent de la masse populaire.

Et si y a bien une image que je trouve mauvaise, c'est celle d'une personne qui se tape la tête contre un mur... à répétitions qui plus est. Personne fait ça, sérieux. T'es pas dans un cartoon non plus.

Il y a autre chose... Je ne sais pas si c'est un problème. Moi perso, les incursions de la vie réelle dans le rp (qui se passe dans un univers majoritairement fictif) ne me gênent pas. Je pense au FN ou même à ces parenthèses que tu fais pour le lecteur... Ou encore et surtout lorsque tu parles des PNJ du jardin radieux. Je trouve ça assez drôle (pas tellement pour le principe mais parce que la vanne marche bien) mais je sais (parce que j'en ai subi les critiques plusieurs fois) que de nombreuses personnes n'aiment pas ça.

Là ou je suis tout de même un peu d'accord avec ces personnes (et le rapport n'est pas direct), c'est que l'humour ne doit pas forcément être un but dans un rp. Le risque étant qu'on passe d'un personnage drôle (ou d'un style drôle) à un personnage essentiellement "pour la déconne".

Car il ne faut pas oublier que ce qu'on fait, c'est du rp. Je ne dis pas du tout que ton texte n'est pas role play, et je ne veux pas te freiner, mais je veux te désigner l'ennemi; Parce que les personnages "déconne", c'est de l'anti roleplay à en crever.
S'éloigner du role play, notamment en parlant de PNJ, peut devenir un risque.

Comme tu l'as compris, je suis toutefois très content ^^; C'était surtout une réflexion, plus qu'une remarque.

Mission très facile : 6 xp, 60 munnies et 2 PS dont 1 bonus. En vitesse et en dex

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nettoyer son jeu et son Pc.
» [Mission D] Ramasser, nettoyer et ranger
» Atelier du Mek Rukza
» Maskol
» [TUTO] Lasure