Derniers sujets
» Essai en laboratoire
par Cypher Hier à 16:24

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Hier à 14:32

» Jet The Hawk! Storm The Albatross! Wave The Swallow! We're the Babylon Rogues!
par The Babylon Rogues Hier à 13:59

» La Shin-Ra del Sol
par Rufus Shinra Hier à 10:30

» Froide Noblesse
par Huayan Song Ven 17 Nov 2017 - 19:52

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Ven 17 Nov 2017 - 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Ven 17 Nov 2017 - 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Jeu 16 Nov 2017 - 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Jeu 16 Nov 2017 - 5:58

» Il était une fois ... Toxine (En cours )
par General Primus Jeu 16 Nov 2017 - 2:06

» Sauver Tania [Exploit]
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:56

» Déménagement
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:34

» Contrats - Demande de Mission
par Merrion Dexelo Mar 14 Nov 2017 - 23:00

» Fiche d'Identité de Narantuyaa
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 9:17

» Attaque Nocturne
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 2:54


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Quelque part
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dévoué
Masculin
Nombre de messages : 287
Age : 22
Localisation : Tortuga
Date d'inscription : 17/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
187/270  (187/270)
Sam 27 Déc 2014 - 3:19
    Je regardais à travers le verre, accoudé à la fenêtre... Je voyais les flammes du bûcher s'élever dans les airs... Avais-je échoué? Avais-je perdu? J’espérais du plus profond de mon être, dans les abîmes de mon âme, que le primarque, notre chef... Mon ami, interviendrait pour faire cesser cette folie.

    Je me tournais vers mon bureau, je le voyais, il était là. Les pieds posé nonchalamment sur la table, se balançant sur ma chaise, il n'avait pas pris la peine de rabattre sa capuche, son sourire défigurant son visage brûlé, il me toisait de son œil rouge, se servant d'une de mes plumes à écrire comme cure dent.

    << Regarde dehors fils, et dis-moi ce que tu vois.
    -Je vois... Je me fis silencieux quelques instants, je vois les flammes de la haine.
    -Exactement! Cette vision... N'envahit-elle pas ton esprit? Ton groupuscule mon fils... Ce ne sont que des morts en sursis, comme de nombreux autres! Il se releva, posant sa main sur la table. Regarde! Vous combattez l'arme au poing contre un ennemi qui se bat pour la même poussière que vous considérez comme une mine d'or! Vos idéaux... Vos dieux, ils vous ont abandonnés. Toi même tu n'y crois pas Henri! Il me pointa du doigt sur ces mots.
    -Et? Que faire si nos idéaux ne sont que futilités et nos dieux que mensonges? Je n'avais pas la force pour une confrontation directe.
    -Vous ne pourrez pas survivre parce que vous êtes vous, mon fils... Mais si toi, tu décides d'être toi...
    -... Ce vieux fou m'intriguait.
    -C'est très simple! Vous n'avez pas la force de changer les choses mon fils... Comme Ariez pense avoir la force de changer les choses, mais il n'en est rien : car votre force est celle de vos suivants... Qui un jour peuvent se retourner contre vous! Sur ces mots il montra la fumée noire du brasier. L'espoir! L'espoir apporte la déception mon fils! Mais...
    -... Mais?
    -Tu dois suivre la voie que tu te choisis... Pas celle d'une autre : la tienne! Il fit un grand geste, renversant ce qu'il y avait sur mon bureau. Tu dois vivre tes envies! Car les ordres de ton primarque ou les idéaux de tes camarades ne sont pas tes envies, et ne doivent pas les supplanter! Tu dois marcher mon fils... Marcher vers ce que tu considères être ton étoile!

    Je restais silencieux, méditant les mots de l'homme qui avait assassiné ma mère. Le Sanctum... Oui j'avais rejoins le Sanctum avec de l'espoir, et maintenant nous sommes secoué par une crise des plus virulentes, à tel point que le brasier s'empare de la ville... Non, mon espoir s'est embrasé en même temps que ce grand feu... Je savais ce que je pouvais faire... Non... Ce que je voulais faire.

    Mon poing... est devenu faible

    << Je peux te donner une chance de t'en sortir fils!... Une seule chan-
    -Ta gueule vieux con, je sais parfaitement que quoique je fasses cela peut servir tes intérêts... Je l'avais saisit violemment par le col, et l'avait fait passer par dessus le bureau, le plaquant violemment contre le mur. Maintenant... Tu vas très gentiment me faire une promesse. Papa. >>

    Il me regardait... Avec ce regard entre l'amusement et la curiosité, son rictus déformant son visage brûlé par la chaleur.

    << Si une personne doit te tuer ici, ce sera moi, et personne d'autre. Si je meurs avant de t'avoir étripé : tu seras libre de me sacrifier à ton dieu et de faire ce que bon te semble...
    -...Maaiiiis?
    -Si c'est toi qui meurs, alors je m'emparerais de ton pouvoir... Et celui de ton dieu, peu importe la gueule qu'il ai. Je déplaçais ma main sur son cou, serrant en signe d'avertissement... Et de détermination.
    -D'accord! Sa voix montait dans les aiguës, dans une crainte... Satisfaisante, mon pouvoir contre ma vie! Uniquement si tu me tues...
    -Bien! Puisque-tu sembles d'accord pour notre marché... >>

    Je lui attrapais l'entrejambe, le soulevant au dessus de moi, et, dans un cri de rage et de domination, je le jetais à travers la fenêtre! Le bruit du fracas, du verre brisé et ce cri... Je me penchais par la fenêtre, pour constater que ce vieux débris était retombé sur ses jambes, il me fit un doigt et moi, je le pointais de mon index

    << Templiers! Aux armes! Un espion ennemi est dans nos murs, frappez-pour tuer! Abattez-le! >>

    Je le vis courir sur les murailles, poursuivis par ces hommes en armure, dont la lame ne faiblissait pas et dont le bouclier jamais ne se baissait...

    Qui furent jadis sous mes ordres.

    Je me détournais, abandonnant mon tabard sur mon lit, pas de lettre d'au revoir, pas d'excuse... J'empoignais mon armure, mon arme, je resserrais les lanières en cuir, et, ouvrant d'un geste la porte de mes quartiers, je partais, le sourire aux lèvres...

    Si le Sanctum est condamné par la folie et la haine.

    Alors je pars et je refuses d'être entrainé avec lui dans sa chute!
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Drapeau Blanc
Masculin
Nombre de messages : 778
Age : 24
Date d'inscription : 23/12/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
225/550  (225/550)
Jeu 8 Jan 2015 - 4:50
Il y a de bonnes choses mais il y en a aussi des mauvaises.

Je vois deux problèmes, en fait.

Premièrement, un problème de fond. Comme je l'ai dit récemment à BT, et je ne pourrais te blâmer d'avoir reproduit l'erreur dont tu ignorais peut-être l'existence, ton rp est référentiel.

Au début, tu parles d'un bûcher qui visiblement, n'est pas un feu de camp. Ecoute, moi qui suis... plutôt actif dans le Sanctum, membre de celui-ci, je n'ai pas compris à quoi tu faisais référence.

De la même façon, tout ton dialogue avec ton père est difficile à comprendre si on ne vient pas de lire tous les rps d'Henri avant. Il arrête pas de parler de démons... de dieux...

Alors, je suis quasiment sûr d'avoir lu tes rps où tu parles de ton père, mais si tu penses que je me souviens des détails, tu as tort. Malheureusement, un rp ce n'est pas une page d'un livre. Ce n'est pas parce que je lis celui-là que j'ai lu le précédent... et donc, si tu ne resitues pas un peu ton personnage, tu vas complètement perdre tes lecteurs.

Donc il ne faut pas hésiter à être un peu redondant, pourvu que le lecteur comprenne.

Le deuxième problème est un détail mais je le trouve plus grave; C'est le genre de détails que je ne sais pas pardonner...

Tu mets une couleur à Henri, et c'est tout. Je suis sûr de te l'avoir déjà dit mais ici ça m'a énervé.

"Tu dois suivre la voie que tu te choisis... Pas celle d'une autre : la tienne! Il fit un grand geste, renversant ce qu'il y avait sur mon bureau. Tu dois vivre tes envies! Car les ordres de ton primarque ou les idéaux de tes camarades ne sont pas tes envies, et ne doivent pas les supplanter! Tu dois marcher mon fils... Marcher vers ce que tu considères être ton étoile!"

On ne peut absolument pas distinguer la description du dialogue... J'ai trouvé ça pénible, désagréable.

C'est un bon rp parce qu'il raconte des choses intéressantes, que Henri est un personnage cool et que c'est très bien écrit mais les deux problèmes cités plus haut rendent la lecture assez pénible, je ne te le cache pas;

Le dialogue est en béton et vraiment intéressant et la fin est cool.

Oui parlons-en quand même un peu : Henri qui quitte le Sanctum. Yeah, quoi ^^. Honnêtement en l'apprenant de bouches maladroites, j'ai à la fois trouvé ça dommage et infiniment cool.

Dommage, est-ce que j'ai besoin d'expliquer pourquoi ? T'es peut-être pas le plus actif mais tu as une présence au Sanctum dont on se passera difficilement.

Super cool parce que là, je suis trop en train de me demander ce que tu vas faire à l'avenir ^^.

Bien.

Exploit accompli donc.

J'ai envie de dire Facile.

10 xp, 100 munnies et 2 PS en défense.

Mais que... Ca appartient à qui, ce que tu viens de ramasser ? ... C'est pas signé ?
Bon bah ! T'as trouvé un rapport !

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si jamais vous avez une centaine de secondes qui traine quelque part . ^^'
» Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total.
» « Je ne vous aurais pas déjà vu quelque part ? » [Taylor]
» en retard, en retard. j'ai rendez-vous quelque part ! (jin kyung)
» Etre né quelque part c'est toujours un hasard...