Derniers sujets
» D'un prêtre à une soldate, et vice-versa
par Kestia Aujourd'hui à 19:36

» Basique!
par Fiathen Hier à 22:17

» Absences Aqua
par Maître Aqua Hier à 21:21

» Conseillère en Urbanisme
par Huayan Song Hier à 15:13

» Essai en laboratoire
par Cypher Sam 18 Nov 2017 - 16:24

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Sam 18 Nov 2017 - 14:32

» Jet The Hawk! Storm The Albatross! Wave The Swallow! We're the Babylon Rogues!
par The Babylon Rogues Sam 18 Nov 2017 - 13:59

» La Shin-Ra del Sol
par Rufus Shinra Sam 18 Nov 2017 - 10:30

» Froide Noblesse
par Huayan Song Ven 17 Nov 2017 - 19:52

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Ven 17 Nov 2017 - 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Ven 17 Nov 2017 - 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Jeu 16 Nov 2017 - 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Jeu 16 Nov 2017 - 5:58

» Il était une fois ... Toxine (Finis pas corrigé )
par General Primus Jeu 16 Nov 2017 - 2:06

» Sauver Tania [Exploit]
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:56


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 L'humain derrière le masque
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Boucher de Grimm
Masculin
Nombre de messages : 499
Age : 27
Date d'inscription : 05/02/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1034/0  (1034/0)
Mar 11 Nov 2014 - 14:42


Putain de manoir…
J’arpentais les couloirs du quartier général de la Coalition, il n’y avait personne dans les couloirs pour m’emmerder, juste ma solitude et le corbeau à mon épaule pour m’accompagner. Je venais juste de domestiquer le dernier jouet de la Princesse, il me restait encore à écrire ce rapport pour lui faire part de la réussite de son idée à la con. Qu’aillait-elle bien foutre d’un T-Rex attaché à ce putain de manoir, je n’en avais aucune idée, je me demandais encore à quoi rimaient les objectifs des missions où elle m’envoyait.

C’était triste à dire, mais elle s’attardait du détail. Nous sommes la Coalition ! Pourquoi nous attarder sur des mondes inutiles comme le Pays Imaginaires ou encore Atlantica, nous n’avons que dalle à en tirer, pas d’arme, pas de soldat, pas de puissance… Rien.

Nous avions déjà de nombreux mondes sous notre joug, enfin, en théorie. Le Pays des Merveilles refusait notre autorité et nous défiait publiquement… Tu parles d’une réputation pour la Coalition, et la Princesse ne faisait rien pour éliminer la Reine de Coeur.
J’oubliais presque la Forêt de Sherwood, un monde pauvre et déchiré par une guerre que nous n’avons même pas provoqué, et que nous n’allions probablement pas gagner non plus. Nous n’avons même pas main basse sur notre propre monde, la résistance défie depuis des années notre autorité, je me demande comment Ariez peut se prétendre maîtresse d’un tel merdier… Je me demande même si le Château de la Bête lui obéit vraiment, et que dire d’Agrabah.

Enfin arrivé dans la chambre grassement offerte par le Boss, je pouvais m’occuper de mon rapport. Assis devant le bureau, j’empoignais une plume et commençais à écrire les quelques lignes résumant la situation. Pas grand chose au final : le T-Rex est dominé, je suis toujours en vie, ses sujets son heureux du spectacle offert, elle a vraiment eu une idée fantastique.
Un torchon quoi, je jetais la plume et glissais le papier dans l’enveloppe, elle attendra demain avant de recevoir ce rapport. Je m’appuyais contre le dossier et posais mes mains sur ma nuque, encore une journée de passé sous ses ordres, une journée de trop.

Le croassement du corbeau attirait mon attention, je me retournais pour voir Dust tenant dans ses serres une longue cape noire. Je me levais et m’approchais pour l’attraper et la soulever devant moi, d’où venait-elle ? D’un regard vers le corbeau, il s’envolait pour retourner sur le sommet de l’armoire. Regardant à nouveau la cape, je la mettais sur mes épaules, l’entièreté de mon corps était cachée, je recouvrais mon visage de la capuche et allais m’observer dans le miroir.
Si on ne faisait pas attention, j’étais méconnaissable, mise à part le masque d’os recouvrant mon visage. Mais qu’est-ce que je pouvais faire d’un tel anonymat, surtout ici ? Un autre coassement de Dust m’attirait, il était maintenant posé sur l’appui de fenêtre et tapait son bec vers une tour dépassant les maisons de la ville… Une tour de garde. J’avais déjà détruit un poste à l’aide d’Adrix, il était peut-être temps de continuer à gangrener se groupe de l’intérieur.

Une fois la main sur la poignée, prêt à quitté ma chambre, je me rappelais d’une chose : je dois garder l’anonymat le plus complet. De retour devant le miroir, j’enlevais mes gants de cuir et posais ma main droite sur le masque. D’un geste lent, je le soulevais pour le retirer et le poser sur le meuble… Je ne l’avais pas enlevé depuis longtemps, et d’un geste hésitant, je relevais ma tête pour découvrir mon visage. Il n’avait pas changé, j’avais toujours mon nez crochu et le front plat, mes lèvres étaient bleues, comme privé de sang et la peau toujours aussi grise. La seule différence était l’épaisse cicatrice partant de mon oeil droit vers ma lèvre, dernier cadeau de l’albanais avant ma mort. Je déposais finalement mes faux sur les même meubles, on ne devait pas me reconnaître aussi facilement…

Je déambulais dans les rues de la ville, il faisait nuit, enfin, l’heure était au sommeil. Les habitants étaient rentrés chez eux, les chaumières étaient éteintes, seules quelques troupes de garde patrouillait Habillé de ma longue cape noire, je me déplaçais dans les ombres pour éviter de me faire repérer, encore deux rues et j’étais en vue de la tour.

Je restais immobile un instant devant la lourde porte de bois, le bras levé, prêt à frapper. Combien y avait-il d’homme dans le bâtiment ? Le plan était simple, tuer tous les gardes et foutre le feu à la tour, mais me retrouver seul contre une vingtaine d’hommes, je ne pense pas que la simplicité sera le maître-mot. Je donnais trois grands coups, résonnant dans la ruelle. Immobile pendant un instant, j’attendais que ma première victime vienne m’ouvrir. Un râle se faisant entendre à travers le bois et des pas s’approchais doucement, le spectacle allait commencer.
Un homme à peine plus grand que moi se dessinait dans le chambranle, il me toisait de haut en bas avant d’ouvrir grand la porte et s’avancer en ma direction. Il s’apprêtait à ouvrir la bouche, mais avant qu’un son ne sorte, je serrais mon poing et donnais un coup dans sa gorge. Le choc le faisait basculer en arrière mais aucun cris ne sortait, il portait ses mains au visage les yeux ouverts, il avait tout le loisir de voir arriver le prochain coup dans son ventre. Maintenant à genou devant moi, je m’abaissais pour attraper son épée à la ceinture, je la dégainais pour ensuite lui trancher la gorge, un bruit écoeurant se produisait quand il essayait de parler, attirant l’attention des autres gardes.

Il était trois, assis à table, des cartes dans les mains. Ils m’observaient, le regard vide devant la scène à laquelle ils venaient d’assister, et d’un coup se relevaient en attrapant leurs armes. Ne me faisant pas attendre, je me jetais dans la mêlée, l’épée droit devant moi pour empaler le garde le plus proche. Ma lame le traversait de part en part, j’empoignais sa main pour récupérer son arme, une dague, pour ensuite jeter le corps sur la table.
Debout face au deux autre, l’épée dans la main droite et la dague dans la gauche, je restais immobile, attendant une réaction de leurs part.

- Mais putain ! T’es qui ?! 
- Mauvaise question…

Je sautais dans sa direction, donnais un coups horizontale avec l’épée pour casser garde et je plongeais la dague dans sa gorge, le mettant automatiquement à genou, faisant ruisselé le sang sur ses vêtements.

À moi la garde !
Des bruits se faisant entendre à l’étage, plusieurs pas venait à mes oreilles, les restes devaient se reposer à l’étage. D’un coup d’oeil rapide, je voyais des boîtes de munitions prêt de la porte d’entrée, je me dirigeais vers elle et renversais le contenu à même le sol, devant le garde abasourdie par ma réaction. Une lampe-tempête était accrochées au mur, prêt de l’escalier d’où venait les gardes, sans plus attendre, je lançais la dague sur le dernier garde qui l’esquivait en se jetant par terre. Je traversais la pièce à toute allure pour attraper la poignée de la lampe à l’aide de la pointe de ma lame quand les renforts descendaient les marches. D’un saute, je retournais à la porte d’entrée et observais la petite troupe arrivée, il était maintenant une vingtaine armée d’épée et de fusils. Les canons étaient pointés vers moi quand je lançais la lampe sur le sol, répandant de l’huile enflammée autour des balles. J’avais juste le temps de me mettre à couvert quand les tirs des gardes s’écraser contre le mur de pierre.
J’attendais quelques secondes à couvert que le feu fasse son travail, j’entendais surtout un garde gueuler sa haine et des ordres aux autres. Quand, d’un coup, des dizaines de coups de feu partirent dans tous les sens pendant une dizaines de seconde, une fois le silence retombé, je regardais dans la pièce pour voir le feu s’attaquer au bois autour de tous les cadavres. Le feu avait déclencher toutes les munitions que j’avais répandu par terre, tuant ou blessant les gardes dans la pièces.

Je restais devant la tour, observant le feu prendre peu à peu. La Princesse n’allait pas rester inactive en voyant ses postes être détruit les uns après les autres, et le meilleur dans tous ça ? Les rebelles étaient les coupables idéales. L’incendie prenait de l’ampleur, réveillant les habitants des maisons voisines. Je lâchais l’épée devant la tour et m’en retournais en direction du manoir, j’en avais fait assez pour ce soir.



_______________________________
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Drapeau Blanc
Masculin
Nombre de messages : 778
Age : 24
Date d'inscription : 23/12/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
225/550  (225/550)
Ven 5 Déc 2014 - 15:34
Exploit accompli.

J'ai pas énormément de choses à dire.

Franchement, en te lisant, je me suis dit que t'avais fait quand même beaucoup de progrès. Ton style est nettement meilleur, et puis ton orthographe c'est... tellement mieux.
Honnêtement, au niveau de la forme, cet rp est impeccable. Si tu faisais toujours d'aussi beaux rps, je serais content.

Mais le déroulement me gêne un peu. 'Fin disons-le clairement, c'est une affaire de facilité.

J'ai beaucoup aimé toute l'intro, le fait qu'il mette une cape, qu'il enlève son masque et qu'en prime, il aille au charbon sans ses faux. Y avait une réelle atmosphère, le rp a été super bien réussi à ce niveau. En fait tout le rp est très bien... mais d'une part, Death sort de là en ayant pas la moindre égratignure.

Le problème est flagrant. Certes les stats de Death sont tout à fait correctes et lui permettent d'être rapide, agile et de frapper relativement fort... mais faut dire aussi qu'il tombe contre des putains de stormtroopers de merde. Y en a pas un qu'a tenu une arme jusque-là, visiblement...

" Ma lame le traversait de part en part, j’empoignais sa main pour récupérer son arme, une dague, pour ensuite jeter le corps sur la table.
Debout face au deux autre, l’épée dans la main droite et la dague dans la gauche, je restais immobile, attendant une réaction de leurs part. "

Ca m'a fait rire ce moment ^^. Parce qu'au début je me dis déjà que son enchaînement, ça a du prendre... ouf facilement trois quatre secondes minimum. Et du coup je m'attendais à ce que tu sois attaqué dans le dos et non, quand tu te retournes, les deux gardes te toisent. J'ai... pas du tout l'impression d'avoir un combat en un contre trois là ^^.

Mais le plus gros problème, c'est la deuxième partie du combat.

Donc... les gardes en haut commencent à se dire que ça chauffe en bas... alors ils se lèvent gentiment, se brossent les dents, baillent un peu, barrent un jour dans le calendrier, et puis ils descendent pour manger leurs céréales... Il leur faut quatre putain d'années pour se ramener !

A partir du moment où ils arrivent, là... t'es censé être tout prêt d'eux, parce que t'es allé chercher la lampe ! Et... non ils glandent, ils essaient pas de t'avoir. Ils sont au moins cinq à pouvoir t'aligner mais ils te laissent partir.

Mais y a un autre problème... Que foutent des munitions juste à côté de la porte d'entrée, et visiblement en quantité ?

C'est bien une idée à la con, ça ^^. Elles sont visiblement pas protégées pour un sou... sont à la disposition du premier idiot venu et... en soi, ton finish était bien mais à y réfléchir, il a été amené trop facilement.

En y réfléchissant, je me souviens qu'au début du rp, Death annonce un peu la couleur : Il a pas d'arme, il va y avoir une vingtaine de gardes dans la tour, ça risque d'être très dur.

Et c'est... super facile.

Mais il y a un quatrième problème ^^. Ah ben ouais, sinon ce serait trop facile. Death défonce sa mère aux gardes de la tour, avec un boucan pas possible, en foutant le feu. Ca a réveillé toute la cité du crépuscule ou au moins les quartiers à proximité...

Ah oui parce que : "L’incendie prenait de l’ampleur, réveillant les habitants des maisons voisines."

Ca, c'est... Non direct ^^. L'incendie réveille les voisins ? Eh beh... S'ils avaient été un peu moins cons, ils auraient peut-être été réveillés par la méga rafale de tirs qui a précédé l'incendie !

Donc ça c'est une erreur un peu vulgaire...

Ensuite, Death regarde l'incendie, donc ?

Tu nous avais pas parlé de patrouilles de garde ? Non mais tu devrais avoir cinquante hommes à tes basques, là, t'as pas le temps ^^.

Faut aussi gérer la fuite, quand on fait du boucan. Et ça c'est quand même une grossière erreur.


Honnêtement le rp est génial mais les erreurs sont tellement nombreuses... et franchement grossières (désolé de me répéter), qu'en effet, j'ai l'air négatif.

Je mets un gros malus pour le coup, pour que tu ne l'oublies pas ^^.

Mission... avancée. 30 xp, 100 munnies et 3 PS... en vitesse.

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Derrière le masque... (Thomas et Victoire of Norfolk)
» Isabelle - Cachée derrière le masque de fer [100%]
» Gabriel de Gonzague -
» Jeu des citations
» Retour en enfer ~