Derniers sujets
» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Hier à 23:02

» Tour du Propriétaire
par Surkesh Hier à 22:58

» Chasse aux corsaires
par Surkesh Hier à 19:00

» ...comme si c'était hier !
par Surkesh Hier à 17:46

» Le savoir c'est le pouvoir
par Narantuyaa Hier à 3:51

» Mille Épines
par Death Lun 11 Déc 2017 - 18:27

» Cachons tout ça
par Milla Maxwell Lun 11 Déc 2017 - 11:08

» Tombent les masques
par Maître Aqua Dim 10 Déc 2017 - 0:41

» Fiche Technique: Waltz
par Waltz Sam 9 Déc 2017 - 17:52

» Au coeur du Vide
par Rufus Shinra Sam 9 Déc 2017 - 17:29

» La vertu des brutes
par Rufus Shinra Sam 9 Déc 2017 - 16:56

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Kestia Sam 9 Déc 2017 - 9:47

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Ven 8 Déc 2017 - 21:12

» Attaque Nocturne
par Chen Stormstout Ven 8 Déc 2017 - 15:16

» Waltz, Le Valseur [terminée]
par Chen Stormstout Jeu 7 Déc 2017 - 17:09


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Faire du charme....
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Luxure
Masculin
Nombre de messages : 26
Age : 27
Date d'inscription : 08/07/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
50/270  (50/270)
Jeu 9 Oct 2014 - 11:05
Oasis portait une simple robe d’un blanc au départ immaculé mais bien vite salit de terre et de poussière alors qu’elle arpentait les forêts les plus éloignés du domaine du Prince Jean mais les plus proches des villages où habite le peuple. De ses observations, l’exécutante de la Coalition Noir a pu conclure deux choses. La première c’est que les gardes patrouillent toujours par deux… aussi loin du château, au vu de leurs armures légères, ca se résume à de la surveillance. Surement histoire de voir si les gens d’en bas commencent à se révolter ou pas. Après… Oasis peut très facilement surprendre un homme et le mettre hors-combat si celui-ci n’est protégé que par une armure légère. Sans casques en plus, ils peuvent être facilement assommés.

La Luxurieuse se tenait accroupie sur une branche et sa robe un peu trop large volait dans le vent, la jeune femme dissimulée par l’ombre des feuillages que l’automne n’a pas encore emporté. Elle lança son fouet s’enrouler autour du cou de l’un des gardes et… sauta de sa branche jusqu’au sol. Alors qu’Oasis atterrit lourdement au sol, sentant une douleur dans ses pieds remontés jusqu’à ses jambes et sa taille, le pauvre garde était pendu dans le vide accroché au fouet qui par un système de poulie donnait la force nécessaire à la révolutionnaire pour le maintenir dans cet état.

Si l’autre garde ne posait pas problème… ce fut grâce à la Brigade Flamingo ! Les six flamants roses libérés par Oasis du Château de la Reine de Cœur volaient chaotiques et vifs autour du deuxième garde ! Les Flamants ne volent pas mais d’un battement d’aile, ils arrivent à planer quelque peu en l’air, donnant grosso-modo un double-saut. Plutôt vif, plus réactif par la peur et les réflexes animales que de réels qualités athlétiques.
Alors que les râles effrayés du garde pendu commençait à s’étouffer, voir à disparaitre… elle cessa de tirer et se laissa emporter dans les airs bien au-dessus de la branche tandis que le garde chuta au sol dans une position… tout sauf adapter à la réception. Le garde est tombé sur ses jambes raides maintenant brisés.

Comme le pensait Oasis… s’ils sont deux c’est qu’en cas de problème, l’un d’entre eux pourra chercher du renfort. Alors que le deuxième obéissait surement aux ordres en s’enfuyant poursuivit par la brigade Flamingo… la Luxurieuse se saisit de son cou à l’aide de son fouet. Elle tira sèchement en arrière et dans le même temps, les flamants roses se jetèrent sur le garde pour le ruer de coups de becs tant qu’il est au sol.
Habile de leurs si longs cous… lorsque le garde était relevé, les flamants roses se tenaient agressifs –toute proportion gardée quand on parle d’oiseaux roses- à distance raisonnable.

Le garde se relève, forcée de s’aider de son arme pour cela… face à Oasis et ses flamants qui tâchèrent de reprendre leurs souffles avant que l’homme ne se remette à attaquer, bien qu’il ne semble pas dès plus pressé non plus. Quand à l’autre il avait l’air plus ou moins inconscient mais de toute façon incapable de marcher, la Luxurieuse s’en fichait.


« Bon… le Prince n’est pas si paranoïaque que ça, apparemment. Saches simplement que si nous ne revenons pas d’ici deux heures… il y aura des renforts pour comprendre notre absence. Si tu tiens d'ici là. »

Tant mieux… comme ça, peu après la remise des gardes au peuple indigné, ils se feront attaquer et à mon avis, ils ne discuteront pas assez longtemps pour comprendre que l’attaque est dû à la disparition des gardes en patrouilles et donc, de la faute d’Oasis. Cette dernière attrapa deux de ses flamants par leurs pattes maintenus ensembles et… avec celui dans sa main droite, elle se rua vers l’ennemi pour un coup d’estoc. Évidement le garde plaça habilement son épée en protection… mais le cou forma une courbe qui passa au-dessus de la lame pour que finalement… le bec se plante dans son œil. Au final, elle n’avait qu’à frappé avec un flamant vers l’ennemi… et l’oiseau rose se chargeait de viser.
Elle avait donné cinq coups… un œil crevé, un nez tordu, deux impacts qui n’ont même pas su briser le cuir et un cou à la cheville qui semble avoir laissé une trace dans sa manière de se déplacer… beaucoup moins fluide.

Oasis reprit son fouet et se servant de sa dextérité autant que de la mobilité réduite de son ennemi… n’eut absolument aucun mal à le frapper à répétition de son fouet sans qu’il ne puisse l’atteindre. Harceler par les oiseaux flamants roses avec la technique connu mais toujours aussi efficace dites du « Attaquer et Courir ». Finalement, alors que les plaques de cuir de son armure commençaient à se détacher les unes des autres, que son corps portait toujours plus de scarifications et de brûlures, il tomba à genou.
Après s’être fait ruée de coups une dernière fois, il laissa une Oasis et ses flamants épuisées mais victorieux ! Malgré tout, il en fallait trois et pas deux… bon dieu… ca ne lui disait pas du tout de se retaper la corvée.

Le Docteur Joe va se faire voir… que ce scientifique de malheur crève en enfer avec ses expériences de tarés. Oasis a faillit mourir à cause de son foutu sceptre et… on se contentera de deux gardes pour commencer la rébellion !



Quelques heures elle était sur une estrade improvisée à la va-vite… les deux gardes pieds et mains liées, un capuchon d’exécution sur la tête de chacun. Le chef du village –ainsi que de la milice nouvellement crée- exhibait avec fierté les deux gardes à la merci du peuple… mais présentait avec orgueil et joie leur sauveur. Vous voyez, le scientifique à préciser de ne pas oubliez de nommer leur sauveur… donc lui voudrait surement qu’ils sachent que c’est la Coalition Noir. Or, tout le monde sait que c’est le rapt de Cendrillon exécuté par Alden et commandé par Ariez qui a mis le Prince puis le monde dans cet état.
De toute façon, à la Coalition Noir vous savez… si vous attendez qu’on vous donne la promotion que vous méritez, alors c’est au bas de l’échelle que vous continuerez. Dans le groupuscule du loup sombre, on a pas ce qu’on mérite… on a ce qu’on réussit à prendre.


« Du calme s’il vous plait ! Laissez-moi nommez votre sauveur… la personne… non ! La femme qui la première osa s’en prendre aux hommes du Prince ! » La personne ? Non ! La Femme ! Elle ne sut si elle devait bien ou mal le prendre… mais jamais très regardante sur les compliments, elle préféra le prendre bien. « Je sais que vous me suivez… et moi je la suis elle. Voici donc… Marianne ! »

La foule applaudissait, acclamait et chantait les louanges de Marianne ! Cette dernière se mit à danser, un peu, après s’être laissé emporté par la gène d’être ainsi acclamée… ce n’est pas si mal d’être l’héroïne de l’histoire pour une fois ! La gloire, la reconnaissance… le fait que beaucoup ici rêverait d’être l’homme de la révolutionnaire… et ce qui suit la mit encore plus en joie.

« Elle se propose de guider quiconque en a le cran et la force vers la mort du Prince Jean ! Je le répète, vous avez décidé de me suivre… et aujourd’hui, j’ai décidé de la suivre elle. Voulez-vous en faire la Chef de la Révolution ?! Qui veut pouvoir appeler cette femme Marianne La Libératrice ?! »

Ils se sont tous mis à hurler en redoublant de passion, de force et de puissance ! Ce fut… incroyable. Oasis n’aimait pas l’amour traditionnel mais… cet amour à sens unique que lui portait la foule la rendait si heureuse ! Comme si le peuple tout entier était amoureux d’elle ! Les hommes l’acclamaient pour sa beauté et son courage alors que les femmes l’admiraient comme une modèle. Le sauveur est nommé… non pas Coalition Noir mais Marianne la Libératrice. Elle ne peut bien sûr pas se vanter d’avoir volé la révolution à son groupe… puisqu’elle reproduit en gros ce qu’Armand a fait avant elle.
Alors que le chef de la milice exécutait avec barbarie, violence et cruauté les deux gardes, Oasis envoyait des baisers à la foule et leur jeta même ses dessous… Marianne la Libératrice ne repartira que demain matin.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Boucher de Grimm
Masculin
Nombre de messages : 506
Age : 27
Date d'inscription : 05/02/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1034/0  (1034/0)
Jeu 9 Oct 2014 - 14:16
Et c’est une chouette mission que tu m’as donnée à lire !

Je dois dire que depuis l’épisode « Ballade au Pays des Merveilles », je pensais que ton histoire avec les flamands roses ne serait utilisée que dans ce contexte. Et j’ai été surpris de les voir revenir durant l’attaque des gardes , ce qu’y n’est pas un mal ! Le combat où tu te sers, à proprement parler, de tes nouveaux esclaves est à la fois hilarant et impressionnant.


Mais, ton récit n’est pas dénué d’erreur, donc une assez grosse :

« …les plus éloignés du domaine du Prince Jean mais les plus proches… »

Prince Jean, c’est uniquement dans Sherwood. Et après recherche, il n’est mentionné nulle part le prénom du Prince… Il est juste Charmant.

Et… Un truc, qu’y depuis le début m’horripile, mais que j’oublie toujours de mentionner :

 « …sachent que c’est la Coalition Noir. » 

Je suis vraiment une bille en orthographe, mais une des rares règles que je connais est que l’adjectif d’un mot féminin devient lui aussi féminin. Donc, LA Coalition NoirE.
Se serais vraiment sympa que je ne relève plus cette erreur dans tes prochaines missions.

Le discours été peut-être un peu bref, mais l’esprit était là et tu es maintenant à la tête d’une future révolution, félicitation ! Donc voilà, je n’ai pas grand chose à dire en plus, se sera un fort court commentaire !

Mission accomplie !

Normal : 22 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS. ( 2 en Symbiose et 1 en Dextérité )

Oh ! Tu as trouvé un rapport en franchissant les portes du Manoir.

_______________________________
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Valkyries, l'équipage de choc et de charme de Cyanure la Shichibukai
» [TUTO] Faire des socles
» Faire des arbres?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» [Tutoriel] Une gourde sympa à faire.