Derniers sujets
» Pensées rationnelles
par Cissneï Aujourd'hui à 1:03

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Arthur Rainbow Hier à 22:11

» Aux abonnés absents
par Kurt Brown Hier à 20:01

» Les Orphelins
par Septimus Hier à 19:06

» Changer de tête
par Pamela Isley Hier à 18:15

» La nature a horreur du vide
par Lenore Hier à 12:00

» Les sans-coeurs aussi ont le droit de se marrer
par Lenore Hier à 9:37

» Le glorieux et puissant être mystérieux !
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 23:31

» De retour au bercail...
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 22:20

» Lessive à Port Royal
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 17:55

» Tatanes et coups de lattes!
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 16:53

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 16:06

» Envie de me connaitre ? Il y a un peu de lecture - Fiche d'identité A. Underwood
par Abigail Underwood Lun 18 Sep 2017 - 14:31

» Achetez mon vaisseau, il est beau mon vaisseau !
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 14:25

» L'enthousiasme éternel
par Death Lun 18 Sep 2017 - 12:26


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Dead Space.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Homme de Confiance
Masculin
Nombre de messages : 135
Age : 24
Date d'inscription : 14/04/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
161/350  (161/350)
Jeu 25 Sep 2014 - 9:39
-Sorcière ! Sorcière ! Sorcière !

Le mot martelait la salle avec une sauvagerie malveillante, puisant sa force dans la douleur et l’angoisse de celle qui l’entendait. Chaque syllabe résonnait dans son esprit, le meurtrissant, le gauchissant jusqu’à ce que, soudain, dans la noirceur de la pièce, une lumière fit son apparition, une lueur rougeoyante et malsaine se tendit dans sa direction, lui arrachant un hurlement de douleur qui lui déchira la chair et l’âme.
Marianne se réveilla en sursaut.

-Sorcière….

Le mot retentissait dans son esprit, formant un écran que la sérénité de la nuit environnante mit de longues secondes à dissiper. Elle passa la main sur son front, s’obligeant à respirer avec lenteur pour chasser le cauchemar qui pulsait encore dans chacune des fibres de son corps. Elle s’assit sur le lit pour remettre ces idées en place.

-Que t’arrive-t-il ? Murmura Indrick près d’elle.
-Un mauvais rêve.

Ils restèrent immobile un instant avant qu’Indrick ne décide de s’assoir à son tour.

-Alors, ce rêve ?
-La salle de torture.
-Encore ?
-Tu ne peux pas comprendre, Indrick. Pour toi, ce n’est qu’une description de ce que j’ai subit…mais pour moi la douleur était bien réelle, plus forte de jour en jour. Cette endroit était si…monstrueux, si malfaisant….

Un frisson parcourut son dos.
Un frisson d’angoisse.
Indrick la serra contre lui. Il ne supportait pas de la voir souffrir ou s’inquiéter. Il avait besoin de son bonheur comme d’autres ont besoin d’oxygène. Cela faisait quelques jours seulement qu’ils s’étaient retrouvée, des moments intenses et inoubliable. Il avait bien sûr revu Tosh qui pour la premier fois de sa vie, ne lui avait pas fait un salut militaire, mais l’avait prit à son tour dans ces bras. Le Capitaine avait ensuite fait les présentations de l’ancienne escouade à la nouvelle qui semblait, pour la plupart, content pour leur supérieur, ils avaient ensuite improvisé une petite fête qui avait durée toute la nuit.
Dans un souffle chaud, il lui murmura des mots apaisant à son oreille tout en jouant avec les boucles folles de sa nuque. Marianne sentit les battements de son cœur se calmer. Ils se remirent à accélérer lorsque la main d’Indrick quitta ses cheveux pour caresser la courbe de sa joue. Elle pencha la tête, leur lèvres se frôlèrent, s’éloignèrent, leur bouches s’entrouvrirent, hésitèrent, revinrent l’une vers l’autre dans un élan de passion intense. Oubliant son cauchemar, la jeune Femme laissa la vague d’émotion la submerger et accompagna le Capitaine dans une danse endiablé, s’enivrant du parfum de l’autre.

************

-Capitaine ! Je ne mis fait toujours pas.
-Moi non plus je te rassure.
-Quand même, je ne pensais pas qu’ils te reprendraient après ta « démission ».

Assit à même le sol, leurs corps dégoulinant de sueur, Indrick et Marianne profitaient d’une pause bien mérité pour discuté de la récente promotion du chef d’escouade. La salle d’entrainement où ils se trouvaient était remplit de soldat qui comme eux, sont venu entretenir leur forme physique. Depuis le retour de ces anciens camarades, le Capitaine avait entreprit de les remettre en forme au plus vite, pour qu’ils soient opérationnel pour leur prochaine mission. Ils passaient donc le plus claire de leur temps à s’entrainer, bien sûr, il n’était pas inconscient, il prenait soin de ne pas trop les forcer pour qu’ils puissent reprendre à leur rythme. Cette décision plus que louable, à vite était corriger par Tosh et Marianne qui lui en clairement fait comprendre de ne pas leur faire de cadeau sous prétexte « que ». Ils avaient donc droit aux même exercices que les autres, même s’ils ne voulaient pas l’avouer, leur corps avaient bien du mal à suivre le rythme, mais Indrick connaissait que trop bien son escouade pour savoir qu’ils préfèreraient souffrir en silence plutôt que d’avouer avoir du mal pour si peu.
Un cri de rage attira l’attention du couple, non loin d’eux, un attroupement de soldat hurlé des encouragements à deux soldats qui combattait à corps perdu pour la victoire. Tio portait de puissants coups de poing et de pied, capable de briser un os d’un seul coup, tandis qu’en face, Tosh usait de tout ça souplesse pour esquiver. La force des deux combattants semblait être à force égale, portant petit à petit, Tosh réussissait à placer des petites contre attaques, de simple coups, mais qui touché toujours la tête. Cela eut pour effet d’énerver la Mastodonte qui avait de plus en plus de mal à se contrôlé et qui enchainer les erreurs. Bientôt les rôles s’inverser et L’Amazone fut contraint de passer à la défensive devant les attaques de plus en plus rapide de l’assassin. Le plus déconcertant pour elle était sans doute la combinaison et le masque recouvrant complètement la tête son adversaire, malgré la chaleur ambiante et les nombreux exercices qu’ils effectuaient, il ne la retirer jamais, à croire que s’était sa véritable peau !
Perdu dans sa réflexion, la guerrière ne vit pas le coup qui lui faucha les pieds et lui fit perdre l’équilibre.

-Sale petit…

Profitant de sa chute, Tosh donna un coup de pied vers la tête de son adversaire, mais hélas, la fatigue et le manque d’entrainement se fit ressentir et le coup fut moins rapide que prévue, son adversaire qui était sur le qui-vive, réussit à l’attraper.

-A mon tour de te faire danser.

Raffermissant sa prise sur la jambe, elle empoigna son pied avec sa deuxième main et commença à tournée sur elle-même avant de le jeter violement au sol. Le choc fut terrible, soulevant légèrement les tatamis, Tosh s’écarta en roulant sur le côté, se releva rapidement, bondit….pour se retrouver à nouveau à terre par le corps massif de son opposante. Tio l’immobilisa à l’aide d’une prise au sol et se déclara victorieuse.

-Et à la fin, je Gagne !

Une acclamation retentit dans la salle, calmée par l’intervention du Capitaine.

-Aller ça suffit maintenant, dispersez-vous !

Tout d’un coup, la troupe trouva soudainement quelque chose à faire, laissant une Tio triomphante et un Tosh se relevant péniblement.

-Ah ! Je savais qu’il n’était pas si fort que ça.
-Ce que je vois surtout c’est que tu a était en difficulté contre une personne affaiblie et que tu a du ta victoire à un seul coup de fatigue de celui-ci.

La mine énervait, mélanger à l’étonnement de Tio n’intimida nullement le Capitaine qui fit mine de ne rien voir…Après tout, il ne voulait pas lui avouer que Tosh à rater son coup à cause d’un moment de faiblisses.

*********

Plus tard, alors que l’équipe se reposer après une matinée d’exercice éreintant. Une convocation était parvenue à Indrick, lui ordonnant d’aller voir d’urgence le Chef de la section scientifique. Sa nouvelle mission ressemblait à une mission d’espionnage….sur leur partenaire, la Shin-Ra, il devait, avec son nouveau vaisseau, se balader dans l’espace à la recherche d’indices sur les routes commercial de la compagnie et peut-être plus avec de la chance. Il n’était pas le seul à avoir un vaisseau ! Il y avait bien cet homme chat,ce Raido, qui en avait un, il lui semblait, et un vaisseau plus petit serait plus discret que leur croiseur. Mais bon, comme toujours, son supérieur n’avait rien voulu savoir et l’avait « gentiment » dit de dégager de son labo une fois la mission donner.
Il retrouva son escouade pour leur informer de leur ordre de mission. Autant vous dire qu’ils n’étaient pas très, emballer par l’idée d’aller espionner la plus grand et surtout la seule compagnie de vaisseau spatial de cet univers ! Surtout que si la Shin-Ra se rend compte de quelque chose, ce n’ai pas avec leur vaisseau moyen qu’ils pourront se défendre. De plus l’espace était infini, ils pouvaient tomber sur n’importe quoi, des vaisseaux pirates de taille chasseau isoler, à d’énorme convoie blindé avec vaisseau de bataille et Destroyer lourd.

-Et on part quand ?
-Dans deux jours, le temps de faire le plein de vivres et de munitions, car nous ne somme pas prêt de rentré le soir, il se peut que notre sortit dure quelques jours, voir une semaine.
-Autant ?!
-Et oui, avec aussi peu d’information sur notre mission, nous ne savons pas où chercher et quoi chercher, nous allons donc devoir naviguer au hasard dans l’espace en espérant tomber sur quelque chose d’intéressant.

Un long sifflement aiguë de Tio, montra très bien l’état d’esprit de l’Escouade, ils ont avait déjà marre !
Pendant la période de préparation, Indrick installa une petite infirmerie dans le vaisseau, elle n’était pas bien grande, mais avec le retour de leur Doc, cela pourrai leur sauver la vie s’ils ont besoin de pratiquer plus que les premiers soins sur le champ de bataille. Après tout vu la taille du vaisseau, ils pouvaient presque y vivre, mais la cohabitation serai plus que précaire.

******

-On s’ennuis….
-Je sais, et c’est pas en le disant toute les 5 min que cela va changer grand-chose Tio.
-Hum…

Assis dans la salle des commandes, les membres de l’escouade étaient tous ou presque, concentré sur leurs écrans de navigation ou autres. Cela faisait 4 jours, 4 jours qu’ils sondaient l’espace à la recherche…de quelque chose ! Ils avaient passé les premiers jours à faire une liste des routes commerciales et à les cartographier sur un ordinateur. Et ils cherchaient maintenant des possibles positions d’avant-poste de la Shin-Ra et peut-être dans le meilleurs des cas, un astéroïde capable d’abrité un avant-poste de la Coalition.

-A force, ils vont bientôt nous prendre pour une simple équipe de recherche et de création d’avant-poste chez les supérieures.

La phrase tira un petit rire de la part des hommes, c’est vrai que ce n’était pas la premier fois qu’ils sont envoyer pour chercher et installer un avant-poste, même si la dernier fois cela s’était passé sur une planète et non dans le vide interstellaire. Tout à coup un des écrans d’Elizabeth s’illumina.

-Capitaine, nous captons un signa de détresse.
-D’où provient-il ?
-A environs 100 Km de notre position, c’est une balise.
-Montré la position sur l’écran principale.

Une fois la manipulation terminé, l’écran géant s’alluma et une représentation 3D de la zone s’afficha.

-C’est en plein dans un champ d’astéroïde !
-Oui, mais le signal semble venir de la surface du plus gros caillou.
-Qu’est-ce qu’on fait ?

Indrick réfléchit une seconde.

-On peut leur répondre ?
-J’essaye, mais je n’obtiens aucune réponse.
-Très bien, on va aller voir ce qui ce passer. On avant.

Le vaisseau mit quelques minutes à trouver la position du signal…La zone était effrayante, la zone était remplit d’astéroïde de toute tailles qui se déplacer lentement, l’endroit était en constant mouvement ce qui rendez le déplacement du vaisseau très dangereux. Ils leur fallurent presque une heure pour entrer dans le champ de cailloux et pouvoir trouver le rocher d’où provenait la balise.
Ce qu’ils virent leur coupa le souffle, sur la surface rocheuse se trouvait un immense complexe.

-Et bien ! On là trouvé notre avant-poste Shin-Ra !

Lorsqu’ils furent assez prêts, ils comprirent l’origine de la balise de détresse, sur l’un des flans de l’installation, se trouvait un immense vaisseau encastré dedans, créant un trou béant dans la bâtisse.

-Ben maintenant on sait pourquoi ils demandaient à l’aide.
- La vraie question c’est pourquoi personne ne répond.
-Ils ont peut-être était évacuer et en oublier d’éteindre le signal ?
-Ils ne sont pas aussi bête pour oublier un truc aussi gros.

Le vaisseau fit un rapide tour de l’astéroïde pour être sur de ne rien manqué, puis après concertation, l’équipage décidèrent de descendre pour voir s’il y avait encore des survivants. Lorsqu’ils réussir à trouver un hangar pour se poser, l’escouade eut un haut le cœur. Prêt de l’entré se trouvait plusieurs petites silhouettes, des corps de soldats et de personne de la station flotter dans le vide, dans des positions improbable, leurs visages figer dans une expression de douleur atroce.

-Quelque chose me dit qu’ils n’ont pas réussit à évacuer à temps.

Le Croiseur ce posa sans un bruit dans le hangar, le silence de l’espace et la noirceur du lieu donnait à cette endroit un aspect encore plus effrayant.

-Allumer les lumières extérieur du vaisseau et scanner la zone, je veux un plan détaillé de l’endroit avant exploration.
-Attend, tu veux t’aventurer là dedans !?
-Oui.
-Mais les scanners peuvent trouver n’importe quelle forme de vie dans la station.
-Et s’il y en n’a ? Comment vas-tu faire pour aller les chercher ?

***********

La soute s’ouvrit sans un bruit, laissant sortir quatre personnes en combinaisons spatiale, armée de fusil lasers, des lampes frontales éclairées devant eux.

-Escouade en avant !

Lorsque les soldats quittèrent le hangar, les portes du vaisseau se refermèrent derrière eux. Dans le croiseur, Marianne et Tosh continuer à scanner la zone et de tenir au courant les autres soldats de la situation environnante. Malgré leur récent retour, Indrick avait clairement fait comprendre que cette mission d’exploration/Sauvetage se fera sans eux.

-Je sais que vous n’avez pas complètement récupérer et je ne veux pas vous entendre ! Vous resterez dans le vaisseau et serez nous yeux et nos oreilles. Nos armures ne nous permet pas de scanner la base, mais ceux du vaisseau si. Si jamais vous trouvez une forme de vie, faites nous signe et montré nous le chemin.

Considérant que le débat était clos, le Capitaine avait laissé ces hommes et était partit se préparer.
La station était plonger dans le noir, seules quelques rares lumière de secoure bravé l’obscurité. L’intérieur était dépressuriser et ils durent user de chaussure magnétique pour pouvoir rester au sol.

-Faite attention, la moindre fissure dans votre combinaison et vous finissez comme ceux de l’entré.

Plusieurs débris en tout genre flotter autour d’eux, allons de à la poutre en fer, volant comme s’ils ne pesaient rien, à la table de bureau.

-Le générateur de gravité doit être H.S, comme tout le reste dans cette station.
-Elle à l’air abandonner depuis des jours.
-Des mois tu veux dire.
-Alors pourquoi personne n’a jamais rien remarqué et n’ai jamais venu les secourir ?
-Peut-être parce qu’il y a plus personne à secourir…

La phrase lança un froid et la conversation s’arrêta là. Pendant de longues minutes, seul le bruit de leur respiration brisé le silence des couloirs vides. Puis une voix se fit entendre dans leurs casques.

-Je détecte quelque chose, peut-être la salle de contrôle de la station. Avec de la chance, elle nous permettra d’en apprendre plus sur cet endroit et sur les événements qui l’en conduit à sa perte.
- Très bien, guide-nous.

Plus ils s’enfonçaient dans l’installation, plus les scènes de carnages devenaient nombreuse et horrible. Ils repérèrent des signes évidents de morsure et de griffures sur des corps, mais pas seulement, certain avait carrément la tête retourné ou le corps avait été arraché en deux, les tripes ce déplacent lentement autour de leur propriétaire. L’escouade dut à plusieurs reprise détourné le regard pour ne pas rendre leur déjeuné.

-Bordel, mais même là d’où je viens, on ne tue pas avec autant de sauvagerie nos adversaires, ceux qui sont à l’origine de ça devaient vraiment les en vouloir.
-Ce n’est pas des hommes, aucun humain ne peut faire de telle coupure, ce sont des griffes et des crocs qui ont fait ça.

Indrick s’approcha d’un corps et après examinassions, montra les blessures pour confirmer ces dires.

-Ce serai quoi alors ?
-Aucune idée, en tout cas, quoi que ce sois, ça n’a pas l’air de flotter avec le reste de ces victimes.
-Et comment on fait pour l’entendre arriver ?
-On ne peut pas, dans l’espace, nous somme priver de notre ouïe, on ne peut compter que sur notre vue et nos capteur de mouvement.
-Qui sont brouillé par tout ces corps démembré ! Génial, on se croirait dans un mauvais film d’horreur.
-Oui, mais nous au moins on ne va pas former des groupes de un pour couvrir plus de terrain.

Le ton humoristique fit détendre un peu la troupe qui avança maintenant plus prudemment dans les couloirs. Surveillant sur les écrans, le moindre mouvement suspect les mettons en alerte. Leur traverser mit plus de temps et lorsqu’ils trouvèrent enfin la salle de contrôle, ils refermèrent la seule entrée. La salle grande était composer de plusieurs ordinateurs et autres écrans de surveillance, la plupart étaient détruit, mais quelques ‘un était encore en état de fonctionner, pour une raison inconnue aucun corps ne se trouvait à l’intérieur et encore plus étrange, la pièce était pressuriser (Elle contenait encore de l’oxygène). Une fois la zone sécuriser et s’être assurer que le courant fonctionner encore. Baird s’approcha d’un des écrans et commença à farfouiller dans les dossiers.

-Alors ma jolie, qu’est-ce que tu nous cache ici ?

L’opération dura plusieurs minutes, puis le soldat invita son Capitaine à venir.

-Venez voir ce que j’ai trouvé Capitaine.
-Est-ce que c’est ?
-Se sont les vidéos des caméras de surveillance, la plupart des données sont crypté ou endommager, mais j’ai les dernier minutes.
- Affiche-les.
-Attendez une seconde, là, voila !

La vidéo se lança dans un grésillement puis l’image apparut, ce qu’ils virent leur glaça le sang, la station était encore plus grande qu’il n’y paraissait et pire encore, ce qui avait attaqué la base, s’était l’énorme vaisseau qu’ils avaient vu à l’entrée, un vaisseau sans-cœur. Mais le plus impressionnant était sans doute, les résidents de la structure, ils virent plusieurs cellules de toute taille, remplit pour la plupart par des hommes et pour certaine par des monstres. Lorsque le vaisseau sait écraser, il libéra des centaines de sans-cœur de tout type. Très vite les gardes en poste dans cette prison, car c’était bien une prison, furent vite débordé, le crash ayant libérer pas mal de prisonnier et de créature de leurs cellules. Les dernières images de la vidéo montraient le chao qui grandisse dans les salles principales, les attaques de sans-cœur, les tentatives des hommes pour prendre des vaisseaux de secours, et les monstres qui détruisaient tout sur leur passage. La vidéo aurai très bien put être tiré d’un film d’action catastrophe.

-Il n’y a aucun survivant ?
-Si là ! Regardez !

Sur l’une des séquences, ils virent deux hommes qui tentèrent de rejoindre le hangar ou était maintenant leur vaisseau. Ils bloquèrent la porte et montèrent dans un des vaisseaux, ils réussirent in extrémiste à sortir du hangar avant que les sans-cœurs ne détruisent la porte et les attrapes. Puis la vidéo se termina.
Pendant de longues secondes, la troupe d’explorateur restèrent silencieux, regardant l’écran gris sans bouger.

-Maintenant on sait tout, Baird, essayait d’obtenir le plus d’information sur cette endroit et pourquoi il était habiter par tout ces monstres, bref toute données un temps soit peu intéressante. Elizabeth, trouve un moyen de remettre la gravité et surtout condamne toute les portes qui donne un accès directe à l’espace, je veux que cette station soit pressurisé et qu’on puisse entendre ce qui va nous tomber dessus. Vous avez une heure !

Pendant cette heure rien ne se passa, Baird prit tout ce qu’il put dans un disque dur, mais Elizabeth ne put faire grand-chose pour la station, seul la gravite fut remise entièrement, la plupart des couloirs était encore en connexion avec l’espace, mais elle avait réussit à crée partiellement un trajet « sécurisé ». Ils étaient sur le point de partir quand leur communicateur s’alluma.

-Indrick, je détecte plusieurs mouvements qui semblent se diriger rapidement vers vous.
-Sans-cœur ?
-Surement vu que le scanneur thermique ne capte rien lui.
-On se bouge Escouade !

Sans attendre les soldats quittèrent au pas de course la salle de commande. A peine eurent-ils traversé la porte, qu’une dizaines de petits sans-cœurs sautèrent sur eux.

-Merde !

Surpris par leur arrivé, ils ne réussir à les abattre qu’aux derniers moments.
Le trajet ce fit rapide, mais pas aussi rapide qu’ils l’auraient voulu ! Depuis que la gravité avait était remise, les corps qui flottaient été maintenant au sol, et il fallait faire attention à ne pas trébucher sur l’un d’eux. Le combat était très difficile, les sans-cœur surgissaient de partout et il y en avait de toute sorte ! Ils avaient déjà traversé la moitié du chemin, ils étaient maintenant dans une grande salle donnant sur plusieurs étages en dessous, ils étaient sur l’un des ponts permettant de traverser, lorsque Tio trébucha sur un corps, les autres l’aidèrent à se relever, mais un sans-cœur volant sauta sur Indrick et le tira par-dessus la barrière, l’entrainant dans sa chute.

-INDRICK !
-On n’a pas le temps, les sans-cœurs nous talonnent ! On doit le laisser !

Tirant Elizabeth par le bras, Baird et Tio continuèrent leur course, derrière eux, une vague de sans-cœur affamé les poursuivaient. Ils durent jouer des pieds et des coudes pour se frayer un passage dans le dernier couloir qui donnait sur le vaisseau, une fois la porte traversé, les tourelles du vaisseau firent le reste. L’équipage remonta à toute vitesse dans le croiseur et lorsque la trappe de chargement arrière fut fermée, ils expliquèrent la situation.

-Il faut retourner là bas !
-Impossible, le passage est envahi de sans-cœur, on peut ne pas retourner sur nos pas.
-Alors on n’a cas trouvé un autre passage !
-Cela risque de poser problème, les autres hangars sont tous détruit ou encombrée de débris.
-On peut pas le laisser là !
-Je n’ai jamais dit ça ! Mais pour l’instant, notre sécurité prime avant tout ! Nous devons quitter pour l’instant le hangar et stationner autour de la prison, on doit ensuite trouver un moyen de le récupérer, pour l’instant son moniteur est toujours activé, ce qui prouve qu’il respire encore.

Elizabeth ne rajouta rien et le vaisseau quitta le hangar de chargement. Derrière eux, la porte explosa et des dizaines de sans-cœur furent aspirer dans le vide stellaire.

*******

Indrick se releva d’un coup, inspirant une profonde bouffé d’air. Après quelques secondes pour se remettre de ces émotions, il regarda autour de lui, l’endroit ressemblait à une sorte de hangar de stockage. Un violent mal de crane le tira de son observation, il se souvent du pont, de Tio, le sans-cœur et la chute, puis plus rien. Heureusement, après vérification, aucun de ces membres ne lui manqué et aucun n’était casser. Regardant en haut, il vit le pond d’où il était tombé à quelques dizaines de mètres au dessus.

« Comment j’ai fait pour survivre à une telle….. »

Sa réflexion coupa court lorsqu’il sentit que le sol n’était pas si dur que ça….pire ! Il Semblait moue et visqueux. L’endroit où il avait atterrie ressemblait étrangement à un nid, et ce qui avait amortit sa chute était un œuf, où du moins les restes d’un œuf. Lorsqu’il ralluma sa lampe frontale, son sang se figea. Autour de lui, des centaines de ces œufs transparents remplissaient la salle, des œufs de la taille d’un ours dressé sur ces pattes arrière ! Il y en avait partout ! Le Capitaine se releva péniblement et vérifia que son arme était encore en état. Après vérification de l’armure, le soldat tenta de s’approcher des œufs pour en examiner le contenu. Quel ne fut pas sa surprise de voir que quelque chose remuer à l’intérieur et ça le regarder ! Un œil disproportionner fixer la lumière de sa lampe, tendis que la pupille se dilaté. Retenant de justesse un cri d’effrois, Indrick recula de quelques pas avant d’armé son fusil et de regarder autour de lui. Aucuns mouvements, seulement cette impression de respiration irrégulière.

-Indrick à la Frégate, répondez Frégate.
-……*grésillement*
-Indrick à Frégate ? Marianne ? Baird ? Quelqu’un m’entend ?
-….
-Et merde !

Comme si le destin s’acharné sur lui, la chute avait gravement endommagé les scanneurs et les capteurs de mouvement du Capitaine, autant dire qu’il ne pouvait compter que sur ces sens. Il devait d’abord trouver un moyen de sortir d’ici, il réfléchira ensuite à un moyen d’atteindre le hangar. Le Soldat du avancer prudemment, car qui dit œuf dit en général maman pas contente, et vu la taille des petits, il voulait pas voir la taille de la chose qui les a pondu ! Mais plus il s’approchait de la sortit, plus il avait l’impression qu’on l’observer.
Lorsqu’il trouva enfin la sortit, une masse sombre et lourd lui tomba dessus ! C’était un sans-cœur qui ressemblait à un énorme gorille, celui-ci plaqua sa proie sur le sol remplit de mucus et tenta de lui arracher le casque à l’aide de sa mâchoire. Indrick le repoussa à l’aide de son arme et de ces pieds, mais rien à faire, la créature continua inexorablement son avancer vers son casque, il n’était plus cas quelques centimètre, l’homme pouvait presque voir l’intérieur de sa gorge. Son visage se figea de terreur devant l’approche de la mort. Il…
Un cri strident perça le silence du hangar. La créature fut transpercer par une sorte de dard relier à une queue démesurer, le membre souleva le sans-cœur comme s’il n’avait rien pesé. Le Capitaine se releva rapidement, se mit en joue, pour se figer à nouveau, devant lui se trouvait une sorte de loup géant couplé avec un scorpion. Il n’avait pas de poils, mais une impressionnante carapace comme celle des scorpions, et le bout de la queue se terminer par un énorme dard. L’animal, ou la chose, était entrain de lacérer le gorille sans-cœur pour ensuite le dévorer encore vivant. Sans attendre de savoir si cette chose était friande de chair humaine, le Soldat en profita pour fuir le plus rapidement possible.

*********

Cela faisait plus d’une dizaine de minute qu’il courrait, la monstruosité qui avait attaqué le sans-cœur n’était pas la seul avoir élu domicile dans la station, il avait au trousse une dizaine de créature difforme à l’aspect plus que repoussante qui trouvait dans Indrick, une nouvelle source de nourriture. Alors qu’il courrait à s’en faire crever le cœur, le Capitaine fini par trouver une potentielle porte de sortit. Devant lui ce trouver une énorme vitre et juste après, l’espace ! Sortant son fusil, il tira une rafale sur la vitre…qui n’éclata pas ! La Vitre blindé était trop solide à cet endroit, et malgré les nombreuses fissures, le verre ne céda pas. Il était coincé ! La pièce était sans issue, il aller mourir…Stoppant sa course, il fit face à ses ennemis et vida son chargeur sur eux. Plusieurs tombèrent sous les balles, mais ils étaient encore suffisamment pour lui poser un problème. Alors qu’il s’apprêter à jeter une grenade dans le tas, un bruit le stoppa net.
D’abord imperceptible, elle devint de plus en plus forte et de plus en plus rapide.
Puis ce fut l’explosion, suivie par une puissante inspiration.

**********

-Alors ?
-Toujours rien.

La phrase, bien qu’exprimer avec calme, montré clairement que Marianne était aussi inquiète qu’Elizabeth. Voilà presqu’une heure qu’ils avaient perdu contact avec leur Capitaine et pas moyen de le contacter via la radio. Ils étaient condamné à attendre que ce sois leur chef qui les contacts….si il était toujours en vie.
Alors que le vaisseau circuler autour de la station à la recherche encore d’une possible entré, l’équipage commençait à montré des signes évidant d’anxiété.
Debout face à la vitre donnant sur la station, Tosh examiner, cherchant le moindre petit passage pouvant l’accueillir, tout ce qu’il avait besoin c’était d’un tunnel assez grand pour le laisser passer, il n’avait ensuite cas enfiler sa combinaison et y retournée pour le sauver. Quand tout à coup, une lumière dans la structure attira son attention, il crut d’abord qu’il s’agissait de balise de signalement de la Station, mais le phénomène se répéta et il put en déterminer la cause, parmi les rares vitres du Bâtiment, des petits flashes lumineux très rapides et répétitifs. Sans attendre, Tosh donna un grand coup sur la vitre pour attirer l’attention du reste de l’escouade. Alors qu’ils se levèrent pour voir ce qui avait perturbé l’Assassin, une des vitres de la prison explosa, laissant sortir nombre de débris, et par eux plusieurs corps, dont celui d’un certain Capitaine.
Lorsque la Frégate eut récupérer la combinaison qui flotter dans l’espace, l’équipage n’attendirent pas que leur supérieur eut enlevé son armure pour se jeter sur lui en hurlant leur joie ! Malgré le fait qu’il affirmer aller bien, Marianne insista pour qu’Indrick suive une batterie de test plus farfelu les uns les autres.
Alors que cela fut terminer, la jeune médecin fit par de son inquiétude.

-Je…Je ne voulais pas croire que tu était mort…Je…

Elle fut coupé dans sa phrase par les lèvres de Capitaine sur les siens, laissant ces peurs disparaitre, ils s’enlacèrent.
Derrière la porte donnant sur l’infirmerie, une jeune Sergente tenté de faire le vide dans son esprit, elle savait qu’ils ne pouvaient pas être ensemble, elle l’avait comprit à l’instant où elle avait vu cette femme revenir vers l’homme qu’elle aimé. Elle l’avait comprit, elle l’avait accepté, elle avait oubliée….Alors pourquoi son cœur lui faisait autant souffrir ? Et pourquoi ces larmes envahisses ces yeux ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Boucher de Grimm
Masculin
Nombre de messages : 455
Age : 27
Date d'inscription : 05/02/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
934/0  (934/0)
Ven 26 Sep 2014 - 0:52
Et encore une mission particulièrement détestée par notre amis Indrick!
Un jour, je trouverais une mission qu’Indrick trouvera cool et ainsi, je n’aurais pas les deux lignes de haine envers le donneur de mission. Enfin, je m’égare ! Parlons de cette mission.

Alors, attaquons direct ce que je n’aime pas…

Dans ta description des lieux, digne des stations spatiale les plus glauques de roman/film/jeux-video, tu me faisais une promesse. Mais laquelle ? Celle de peur, de tension et d’horreur camouflée dans le moindre conduit d’aération. Et au final ? Je n’ai pas eu cette peur viscérale.
Dans bien des autres missions que je t’ai donné, tu m’avais déjà démontré que tu pouvais installer une atmosphère, implanté une idée dans la tête de ton lecteur. Mais dans tout le récit, seulement deux actes sont restés figés dans mon esprit : l’introduction et la conclusion.

Je ne vais pas te refaire une explication des textes en général… Mais j’avoue avoir été surpris de retrouver, dans mon interprétation, les points culminants de ton récit dans ses deux points-là. Ou simplement, par mes habitudes de lecture et cinématographique, trouvé le reste du récit… Déjà vu.

Attention, je ne suis pas en train de dire que tu as fait de la merde… J’ai aimé la partie d’exploration et la fuite. Simplement que l’introduction m’avait amené à en voir plus.

Pour l’exemple… J’ai ressenti votre course-poursuite pour une simple vague de sans-coeur vous talonnant. Alors que dans ton récit du Monde des Jouets, j’ai clairement le souvenir de vague inépuisable d’assaillant sortant de chaque centimètre carré du magasin pour te refaire le portrait ! À l’époque, je ressentais beaucoup plus la tension.

Enfin, fini de parler négativement de ce point. J’ai juste une nouvelle remarque à ajouter.

Quand la « Reine » croque le sans-coeur… Je n’ai pas pu m’empêcher de tiquer. Aussi loin que je me rappel… Quand une saloperie d’ombre meurt, elle s’évapore et laisse s’échapper un coeur. Ici, j’ai imaginé ton clébard-scorption se faire un petit gueuleton avec un sans-coeur. Ce qu’y est, pas du tous logique !

Voilà, j’ai vraiment fini de parler négativement…

Comme je t’ai déjà dis… Il y a un paragraphe que j’ai particulièrement apprécié :

Un frisson parcourut son dos.
Un frisson d’angoisse.
Indrick la serra contre lui. Il ne supportait pas de la voir souffrir ou s’inquiéter. Il avait besoin de son bonheur comme d’autres ont besoin d’oxygène. Cela faisait quelques jours seulement qu’ils s’étaient retrouvée, des moments intenses et inoubliable. Il avait bien sûr revu Tosh qui pour la premier fois de sa vie, ne lui avait pas fait un salut militaire, mais l’avait prit à son tour dans ces bras. Le Capitaine avait ensuite fait les présentations de l’ancienne escouade à la nouvelle qui semblait, pour la plupart, content pour leur supérieur, ils avaient ensuite improvisé une petite fête qui avait durée toute la nuit.
Dans un souffle chaud, il lui murmura des mots apaisant à son oreille tout en jouant avec les boucles folles de sa nuque. Marianne sentit les battements de son cœur se calmer. Ils se remirent à accélérer lorsque la main d’Indrick quitta ses cheveux pour caresser la courbe de sa joue. Elle pencha la tête, leur lèvres se frôlèrent, s’éloignèrent, leur bouches s’entrouvrirent, hésitèrent, revinrent l’une vers l’autre dans un élan de passion intense. Oubliant son cauchemar, la jeune Femme laissa la vague d’émotion la submerger et accompagna le Capitaine dans une danse endiablé, s’enivrant du parfum de l’autre.


Alors, il est fort possible que mon côté « vieille ménagère en mal d’amour » parle… Mais ce paragraphe, c’est un réel plaisir à lire.



Il y a vraiment tous dans ces quelques lignes. De la passion, de la tension, du suggéré, de la beauté,… J’ai tellement apprécié que je n’arrive pas à décrire mon ressentit !
Mais attention, je ne suis pas en train de dire non plus que le reste est du caca ! Dans l’ensemble, j’ai vraiment apprécié cette mission.

Et pour finir sur mon deuxième point culminant… Le final.

Je t’avoue avoir été perdu, pendant le début, je ne voyais pas Elisabeth, juste une parole ou deux. J’avais limite peur de la voir disparaître avec la réapparition de Marriane. Et la bim! Observation discrète du couple retrouver… Non franchement, même remarque que pour le début, du caviar !

Aussi, comme d’habitude, j’aime que tu permettes de créer des suite de mission.

Ah oui ! N’étant pas un joueur de Dead Space, si tu as glissé des références… Je ne les ai malencontreusement pas repérées.

Mission accomplie !

Périlleux : 36 points d’expérience + 300 munnies + 3 PS (2 en force et 1 en défense)

_______________________________
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dead Space 2!(coop : Death)
» Dead Space Apocalypse
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Nouveau FAQ de GW sur Space marine
» Space wolves VS tyranides