Derniers sujets
» De retour au bercail...
par Abigail Underwood Aujourd'hui à 19:16

» Monter la garde, une affaire simple ?
par Death Aujourd'hui à 18:56

» La nuit égale au jour ; la veille de l'automne
par Fabrizio Valeri Aujourd'hui à 3:20

» Le Train, les Rails et la Montagne
par Narantuyaa Aujourd'hui à 2:08

» L'enthousiasme éternel
par Death Hier à 23:42

» Reading Project
par Lotis Terrick Hier à 22:39

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Lotis Terrick Hier à 22:06

» La Mage Tricentenaire / Kestia
par Kestia Hier à 20:51

» Un mort pour pouvoir vivre libre
par Rufus Shinra Hier à 20:01

» Les Orphelins
par Roxas Hier à 18:10

» Beau gosse
par Arthur Rainbow Hier à 4:06

» Hybris
par Arthur Rainbow Hier à 0:24

» Rex tremendae
par Matthew March Mer 20 Sep 2017 - 21:55

» Pensées rationnelles
par Cissneï Mer 20 Sep 2017 - 19:29

» Entremetteuse
par Arthur Rainbow Mer 20 Sep 2017 - 19:24


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Juste une lettre sur la commode
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Clé du Destin
Masculin
Nombre de messages : 999
Age : 21
Localisation : Château Disney
Date d'inscription : 25/06/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
3449/3500  (3449/3500)
Lun 1 Sep 2014 - 20:18
    Comment je pouvais savoir s'il faisait jour ou nuit ici ? Le Ciel était constamment noir, adieu la lumière du crépuscule, celle ci avait laissé place a de grandes zones d'ombres. Je n'étais pas certain de ce que je m'apprêtait a faire, mais c'était la rage qui me dirigeait, c'était plus fort que moi.

    Surplombant le jardin, je n'attendais qu'une chose, qu'il parte. Ce que j'avais vu l'autre jour sur la place... il était en compagnie de cette petite, il était heureux, et... et je ne pouvais pas le tolérer, pas après ce qu'il avait fait !

    Comme une ombre, je rejoignis le sol et entrais dans le manoir. Je m'approchais du tableau de missions et y vis qu'il était déjà parti a Port Royal. Il devait aller chercher des cobbayes pour Joe, tant mieux. C'était une tâche qui allait me laisser suffisament de temps pour faire ce que j'ai à faire.

    Lentement, je me dirigeais vers les appartements. Les gardes décroisèrent leurs hallebardes pour me laisser passer, je les remerciais et entrais dans le couloir. Un long couloir bordé de portes, menant chacune a la chambre de l'un de nos membres. Je passais devant la porte de Death, devant celle de Raphaël et devant celle d'Indrick. Ses soldats, je ne savais même pas s'ils étaient présents, peut-être qu'ils dormaient ailleurs, je m'en foutais.

    J'approchais le pas lent vers la porte de cette saleté de Neko. Je fus pris d'hésitation quant à ce que je m'apprêtais à faire. Était-ce vraiment une solution ? Je chassais tout ça de ma tête, il me fallait le faire, point.

    Je pris une profonde inspiration avant de clencher la porte violemment et de l'ouvrir. Je pris une mine affollée, j'étais haletant comme si je venais de faire la course de ma vie. Raido était parti quelques heures, ça devait être suffisant...

    Vite... Viiite !!! Il... C'est horrible !

    J'étais plutôt convaincant, du moins ce serait suffisant pour l'innocence même.

    Elle était surprise, et ne comprenait pas ce qui se passait, je fis mine de reprendre mon souffle.

    Raido ! Il... Il a été blessé ! C'est horrible ! Il était en mission, tout ce déroulait bien, mais un énorme sans cœur l'a attaqué, il a essayé de se déféndre tant bien que mal, et il est tombé au sol. J'ai eu très peur pour lui, je pensais que c'était grave, mais on a pu l'envoyer a une station shinra pour l'hospitaliser. Tu es la petite dont il m'a parlé non ? Il veut te voir, il dit qu'il a peur de ne pas pouvoir te revoir !

    Sa mine était terrible. Et mes mots avaient du la toucher. Je lui tendis la main, et elle la saisit.

    Viens, il faut qu'on se depêche, j'aimerais pas qu'une fois rétabli il me frappe dessus parce que j'ai pas été assez rapide. Je deposais une lettre sur la table de chevet et nous sortîmes tout les deux de la chambre.

    Nous pressâmes le pas, je lui racontai que le sans cœur était très fort, qu'il s'était très bien battu, mais qu'il avait aussi ses limites. Qu'elle avait de la chance d'avoir quelqu'un comme lui, qu'elle était assurément en.. sécurité... J'essayais de jouer mon rôle, j'essayais de la mettre en confiance. Je n'étais qu'un membre de la coalition qui avait vu Raido se blesser et qui était venu prévenir ses proches après tout.

    Nous arrivâmes au vaisseau, la petite était exténué. Je remarquais que je n'avais meme pas pris la peine de lui demander son nom. La peur et la course avaient complètement eu raison d'elle, elle s'endormit dans le vaisseau alors que nous venions a peine de décoller. Je me demandais quelle réaction il aurait en me lisant.


    « Cher Ami,
    J'ai appris que tu avais été blessé récemment, aussi j'ai pris le soin d'emmener la petite a ton chevet, loin, très loin, du manoir de la coalition. J'espère que tu ne m'en veux pas. Je suis persuadé, à l'heure où j'écris ces mots, que mon récit la captivera et qu'elle accourera a ton chevet pour s'assurer que tu vas bien.

    Si tu cherches au fond de toi, tu sauras où me trouver,
    Ton ami dévoué »

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'était juste une lettre... [Pv Helena]
» Lettre ouverte au President en rapport avec l'UCREF
» Lettre de George Sand à Musset.
» LA LETTRE DES SENATEURS AU PREMIER MINISTRE
» Lettre ouverte de la famille de François R. Marcello, enlevé le 12 janvier.