Derniers sujets
» Un coup de pied dans la fourmilière
par Cypher Aujourd'hui à 1:22

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Hier à 13:41

» A l'abordage !
par Chen Stormstout Hier à 11:03

» En ligne de mire
par Cypher Hier à 0:41

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Hier à 0:10

» Le savoir c'est le pouvoir
par Surkesh Ven 15 Déc 2017 - 22:07

» Tombent les masques
par Lenore Ven 15 Déc 2017 - 16:52

» Tour du Propriétaire
par Narantuyaa Jeu 14 Déc 2017 - 18:21

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Jeu 14 Déc 2017 - 16:06

» Cachons tout ça
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 15:37

» Pourtant, rien ne change
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 11:22

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Jeu 14 Déc 2017 - 11:14

» J'ai PAS mal à mon forum
par Fiathen Jeu 14 Déc 2017 - 8:07

» Que la vengeance commence!
par Kestia Mer 13 Déc 2017 - 22:18

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Cissneï Mer 13 Déc 2017 - 19:09


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Un baisé au goût de trahison.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Homme de Confiance
Masculin
Nombre de messages : 135
Age : 24
Date d'inscription : 14/04/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
161/350  (161/350)
Lun 18 Aoû 2014 - 3:35
La nuit était presque terminée et la lune s’apprêtait à se coucher. Un silence de mort régnait dans les bâtiments du Q.G de la coalition, pourtant cela ne déranger pas Indrick. Accouder sur une barrière de protection du toit, le Capitaine admirait les alentours, d’un regard vague, son esprit vagabondait entre réalité et songe. Repensant à tout ce qui lui était arrivé depuis son entré dans ce groupe, les bonnes comme les mauvaises. Une rafale de vent le ramena à ces premières années de jeunesse, naïve et insouciante. Cela lui tira un sourire, il quitta le toit du Q.G et entreprit de descendre. En ouvrant la porte de la cage d’escalier, il se revit entrant dans l’armée, jeune recrue plein d’avenir et d’étoiles dans les yeux. Aux premières marches, il se souvint de ces premiers faits d’arme et de ces premières désillusions, la douleur de la guerre et de la perte de gens qu’on connait. Lorsque qu’il arriva au dernier étage, il se rappela sa promotion entant qu’officier, sa première escouade, les plaisirs qu’il avait eut avec eux, les joies, les peines. Il continua sa descente et se remémora la trahison de la lumière, la rage qu’ils avaient ressentit lui et ses hommes, et enfin, le choix de rejoindre la Coalition Noire.  Le Capitaine quitta la cage d’escalier pour s’engouffrait dans un couloir, là, les souvenirs des premières missions au nom de la Princesse de l’Envi resurgir, nouvelle vie, espoir obscure. Continuant sa traverser dans les dédales du Q.G il se revit vider le château de Maléfique et en faire un avant-poste, vie et joie, puis mort et souffrance. Il s’arrêta devant sa porte, l’image d’Elizabeth le trouvant dans se fameux bar l’envahie, douleur et haine. Et Enfin, lorsqu’il entra dans sa chambre, il se vit, tel qu’il est maintenant, ces épreuves ayant marquaient son être à jamais, vide.

Il avait beau se voilé la face, continuer à avancer, il n’était plus l’homme d’autrefois, ce qui le maintenait debout, ce qui le permettait d’avancer, n’était que des fantômes et des souvenirs. Assit sur son fauteuil, une vague d’émotion l’envahie, plaçant ces mains sur son visage, comme pour continuer à se cacher, des larmes coulèrent sur son visage…Jusqu’au lever du jour.

******

-Où devons-nous nous rendre ?
-En dehors de nos frontières, le…Colisée de l'Olympe…Avec un nom comme ça, sa doit être tout sauf accueillant, comme la dernier fois…

La remarque fit sourire Indrick, marchant dans les couloirs, accompagné de sa Sergente, l’homme était surchargé de travaille et n’avait pas arrêté de bouger dans tout les sens, jonglant entre réunion et paperasse. Il venait d’ailleurs d’en quitté une peu avant midi et avait maintenant qu’une seule chose en tête…Se rendre à la cafétéria pour manger ! Bien sûr comme toute bonne armée qui se respecte, l’endroit était divisé en deux, la cafétéria pour les soldats et les sous-officiers tandis que le Messe était réservé pour les gradés. Le réfectoire était une immense salle climatisé, remplit de grande table et de banc pouvant accueillir des dizaines de personnes. L’heure du repas ayant sonnée, celle-ci grouillait de soldats entrain de faire la queue au buffet ou bien assit à dégustaient leur repas. Bien sûr depuis son grade de Capitaine, Indrick pouvait maintenant se rentre au Messe. Un endroit beaucoup plus raffiné, où des tables de 3 à 4 personnes étaient placer de manière harmonieuse, des couverts et des assiettes richement décorer avaient remplacé les plateaux en fer et les ustensiles en vrac. Adieux queue interminable et self-service, et bonjour  la carte des menues du jour et à un service impeccable avec musique d’ambiance calme et décoration d’intérieure splendide…Oui un autre monde !
Mais notre soldat n’était pas de ce genre là, trop différent de ce qu’il avait connu et il faut dire qu’il préférait manger avec son escouade plutôt qu’avec des gens qui l’exaspérer ! Il avait dont décidé de rester dans la cafétéria avec la masse de non-gradé. Il ne faut pas croire que ce soit le seul, bon nombre de gradés qui on obtenu leur échelon par le travail sur le terrain préfère rester avec leurs amis plutôt qu’avait des gens de leur « rangs ».

**********

Le vaisseau se posa sans encombre dans la Station de Thèbes, le sable chaud et le soleil accentué la couleur bleu claire du ciel. La Journée était encore jeune et fraiche, pourtant la ville ne manqué pas d’activité ! Ce monde n’était plus sous contrôle des Mercenaires, mais cela n’empêcher pas les marchants de commercer avec les autres mondes…ou avec les autres groupes ! Pour cette mission l’escouade devait seulement enquêter sur une mine récemment acheté par les Mercenaires, ce qui, selon son supérieur, était plus que suspect, étant donner que ces ivrognes ne sont pas du genre à acheter et encore moins à jouer les petits mineurs ! La ville était immense, ces bâtiments de marbre blanc aux larges piliers et aux grandes salles, tout dans ce monde montré la grandeur et la démesure des gens. Il en était de même pour le Colisée, un endroit remplit de gladiateur qui combatte à mort pour le plus grand plaisir de ce peuple barbare…Et ils osent les faire passés pour des Héros. Il était clair que pour l’escouade, qui avait mainte fois combattu et tuer, ce genre de « jeu » était vraiment atroce et vulgaire…Si les gens veulent du sang, ils n’ont cas aller sur le front comme tout les soldats qui meurt chaque jour la peur au ventre, au lieu de resté assis derrière des gradins à profité de ce spectacle en hurlant et en s’engraissant comme des porcs.
Pourtant une certaine Amazone se sentait à l’aise dans ce monde, équipé de son armure et de son énorme marteau de guerre, elle ressemblait à un gladiateur du Colisée, ce qui attirait l’attention de pas mal de gens…Et les flatteries par la même occasion. Bondant le torse et remontant le mentant, Tio prit vite goût à cette soudaine attention quand lui porté et se mit à jouer le jeu, jouant des mécaniques avec ses bras ou prenant des poses lorsque qu’un groupe de personne l’acclamé dans la rue.
Très vite ce petit manège énerva le Capitaine qui ordonna qu’ils empreinte des chemins moins fréquenté.

-Hahaha ! J’adore ce monde ! Ici on m’applaudit pour ce que je sais faire le mieux ! Combattre !
-Oui…Et ils hurleront le nom de celui qui t’aura décapité si tu participé aux combats dans le Colisée.
-Bah ! Ça n’arrivera pas ! Je peux me défaire de n’importe quel adversaire.
-On trouve toujours plus fort que sois Tio, retient ça…ça pourra te sauvé la vie un jour.

La remarque tira une grimace dédaigneuse à la par de l’Amazone qui ne dit plus rien de la traversée. Bien sûr, Indrick faisait référence à leur combat dans le stand de tire et du fait qu’il est gagné rapidement et sans aucune difficulté, mais il était trop fin (et n’avait pas envie de l’énervé pour rien) pour le dire de manière explicite. L’enquête mit plusieurs heures à offrir des résultats, les gens étaient peu enclin à répondre aux questions du Capitaine, mais la situation changer vite lorsque Tio se mêler à la conversation à grand coup…D’argument sur les interroger. Inutile de préciser que certains se sont montrés très…compréhensif aux arguments de celle-ci et on indiqué à nos Hommes qu’un Mercenaire est effectivement passé par ici il y a un moment et qu’il chercher la Mine de souffre qui se trouve plus loin en dehors de la ville à environ une demi-journée à pied de là.

-Cela prendra trop de temps à pied et sous se soleil de plomb, allons voir si nous pouvons louer des chevaux pour la journée.
-Même avec des chevaux cela prendra au moins 3h, il nous faut des vivres et surtout de l’eau.
-Très bien, on se retrouve ici avec tout ça, je vous donne 1H !

Ils leurs fallurent qu’une demi-heure pour rassemblé tout ce dont ils avaient besoin. Une fois les chevaux chargée et la carte du trajet dessiné, la troupe ce mit en route. Le chemin fut long et pénible, le Soleil frapper fort sur ce monde et la chaleur compliqué la traversé, heureusement pour eux, des rafales de vents régulières virent leurs portés fraicheur et soulagement, mais vers les coups de midi, la situation changea du tout pour tout. Impossible de faire un pas de plus, les animaux et les hommes étaient au bord de l’évanouissement et ils poussèrent un soupir de soulagement lorsque le Capitaine ordonna une halte à l’ombre d’un grand chêne. Celui-ci se trouvé en bordure d’un petit lac à flanc de colline ou coulait une petite source, l’endroit dégager une aura magique, mélange de quiétude et de silence, seulement troublé par le bruit du vent dans l’arbre et celui plus subtile de la source s’écoulant sur les rochers.

Une fois qu’ils eurent mangé, ils décidèrent d’un commun accord d’attendre que le soleil soit moins haut dans le ciel avant de continuer, ils se mirent donc à dormir aux pieds de l’arbre. Profitant de l’atmosphère de paix que crée cet endroit, seul Indrick ne dormait pas, montant la garde pour évité toute rencontre hostile avec des brigands ou des animaux sauvages. Les pieds plongeaient dans l’eau et le regard dans le vide, le Capitaine laissa son esprit se souvenir…se souvenir des gens qui sont partit et de la tristesse que cela lui avait causée, une vague de nostalgie l’envahie, qu’il balaya d’un revers de mains dans le vide. Pas question de retomber dans cet état, il ne devait plus flancher, il leurs avait promit sur leurs tombes.

Un frisson parcouru le dos du Capitaine, quelque chose n’allait pas !  Il avait l’impression d’être observer ! Alors qu’il était sur le point de se retourné, la pointe d’une lame se posa sur son cou. La lame froide stoppa net tout mouvement du soldat, il s’était fait avoir comme un débutant !

-N’aviez vous pas dit qu’il fallait toujours être sur ces gardes…..Capitaine ?

L’homme reconnu aussitôt la voix et se détendit.

-Je n’aurai jamais imaginé que je serai attaqué par mes propres hommes voila tout…sergente.

La phrase tira un sourire à Elizabeth qui rangea son arme avant de venir s’assoir à côté d’Indrick.

-Tu ne dors pas ?
-Avec Tio qui ronfle comme une machine ? Impossible ! Je me demande comment Baird fait pour réussir à fermer l’œil.
-Je pense qu’il à l’habitude….Avec le bruit des Machines.

Ils sourirent à la remarque et se détendirent, la fraicheur de l’eau leur faisait un bien fou ! Et le vent amener le parfum de la terre et des arbres fruitiers. Ils restèrent là sans rien dire, sans se regardaient, puis sans prévenir, Elizabeth prit la parole.

-Vous savez…Lorsque vous étiez dans votre lit d’hôpital…J’ai vraiment crut…

Elle laissa sa phrase en suspend, incapable de lui dire, de lui avoue qu’elle était resté à son chever durant toute ces nuits de convalescence, à le voir lutter contre la mort à l’entendre divaguer…à l’entendre regretter son impuissance…à leurs demander pardons. Sentant l’émotion lui monté au visage, elle détourna le regard et fixa un point invisible.

-Vous ne devriez…

La Sergente fut surprise par sa réaction, elle s’attendait à ce qu’il lui sourit, la face rigoler ou encore changer de sujet comme toujours, il se contenta de lui répondre sur un ton neutre et froid…Cette réaction lui tira une douleur au cœur et elle dut lutté pour retenir ces larmes. La tristesse laissa place à la colère et l’incompréhension, pourquoi semblait-il si indifférent ? Elle avait des sentiments pour lui et même si elle les lui avait cachés, les derniers événements lui avaient….

-Je ne veux pas....

Ce fut la phrase de trop, Elizabeth tourna son visage vers son Capitaine pour lui…Elle stoppa son action, pétrifier par la vision qu’elle avait devant les yeux. Assit, les pieds dans l’eau, la tête levée vers le ciel, Indrick irradié d’une telle mélancolie… De ces yeux coulaient des larmes, contrastant avec son visage impassible et son sourire las, si son corps paraissait figé, ces mains tremblaient légèrement. Oubliant sa colère, la jeune femme laissa à son tour son émotion la submerger et sans lui laissait le temps de réagir le prit dans ces bras.

D’abord étonné par cette action, l’homme se laissa faire et l’enlaça à son tour. Puis ce fut d’une voix brisé par l’émotion qu’il murmura.

-Je ne veux pas Elizabeth…Je ne peux pas….Je n’ai pas le droit…Je ne doit pas…pour eux….Je suis désoler…Tellement désoler.

Le cœur déchiré par cette déclaration, la jeune Sergente tressaillit, elle se dégagea délicatement d'Indrick et plaça son visage en face du sien,fermant les yeux un instant avant de les rouvrir pour ficher son regard dans celui de Capitaine.
Parmi la multitude d'émotions qui y dansaient ,il lut une tristesse immense, une incompréhension tout aussi profonde et quelque chose qui ressemblait à une supplique. Son cœur se serra.
D'un geste doux, Elizabeth essuya une larme qui barrait la joue d'Indrick, lui offrit un doux sourire, approcha son visage...
Aucune veine ne palpitait follement dans le cou d'Indrick, mais elle ne le remarqua pas. Elle ne perçut pas non plus son hésitation avant qu'il ne réponde à son désir.
Leurs lèvres se trouvèrent et ils échangèrent un long baiser. Un baiser au goût de sel.

******

Plus tard, bien plus tard, lorsque l’escouade fut de retour à la Station avec les informations sur la mine. Quelque chose s’était brisé…Et autre chose s’était crée…Était-ce quelque chose de bien ou de mal ? Même Indrick ne le savais pas encore…
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Boucher de Grimm
Masculin
Nombre de messages : 510
Age : 27
Date d'inscription : 05/02/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1054/0  (1054/0)
Lun 18 Aoû 2014 - 22:07
Indrick… Le bourreau des cœurs !

Alors, vu le nombre de missions que tu m’as donné à lire… Je commence à le connaître le jeune Capitaine ! Je n’ai rien à te dire par rapport à ton introduction… Tu es pareil à toi-même, toujours à parler du quotidien de soldat et ça reste plaisant à lire !

Tu décris très succinctement ton ordre de mission, on en apprend ni trop, ni trop peu. Ton arrivé dans le monde est assez chouette, la vie de ton escouade et comme à son habitude bien décrit et on prend toujours autant de plaisir à la lire. Petit bonus pour la romance ENFIN installé que j’attendais depuis… Longtemps ?

Non serieusement, ta traversé du monde est bien décrit, tu as de très bonne idée. Les paroles entres chaque membre sont drôle… D’ailleurs, ou est passé Baird ?
Et le moment avec la sergent est juste magique… J’ai vraiment aimé.

Mais maintenant, je vais pointer ce qu’y me dérange dans ta mission ! *Bruit de tonnerre*

Quand est-il de ta mission ? Je t’envoie dans une mine de souffre mais tu n’en parle nul part. Tu dois faire des observations mais il ne se passe rien… Tu vois le problème ? Tu as fait ton habituelle popote, c’est bien, c’est beau même ! Mais la mission est passée complètement à la trappe. Et je trouve ça tellement dommage, j’aime toujours les idées que tu proposes dans tes missions.
Enfin voilà… je ne peux faire autrement que… Donner une malus !

Mission échouée !

Facile : 8 points d'expérience + 75 munnies + 2 PS. (Euh… 2 en dextérité)

_______________________________
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un trahison qui n'a jamais éxister
» [Trahison] - Fayom 27-05-1459 [coupable]
» Trahison : extrait en exclusivité
» Fidélité ou trahison [Az']
» [Ibanez - Nicorishi] Amitié, ou trahison ?