Derniers sujets
» La cerise sur le gâteau
par Général Primus Aujourd'hui à 15:04

» Loué soit Son nom
par Cypher Aujourd'hui à 14:01

» Tombe la chemise
par Cissneï Aujourd'hui à 3:26

» Qui part à la chasse perd sa place !
par Huayan Song Aujourd'hui à 0:14

» UUUUUUn joyeux bon anniversaire mon (ma) chér(e)
par Cissneï Hier à 23:19

» Réglementations et demande de Partenariat
par Invité Hier à 22:19

» Vlog au Moulin rouge ! On vous dit tout ! On cache rien !
par Chen Stormstout Hier à 18:19

» Breaking News : Annonciation du Primarque Matthew March
par Roxanne Ritchi Hier à 14:34

» Discussion entre éclopés
par Vesper Earl Dim 15 Oct 2017 - 18:44

» Douce nuit
par Rufus Shinra Dim 15 Oct 2017 - 17:48

» Diviser pour mieux régner
par Huayan Song Dim 15 Oct 2017 - 15:42

» Jour de fête
par Matthew March Dim 15 Oct 2017 - 12:15

» Que tombe la foudre!
par Narantuyaa Dim 15 Oct 2017 - 0:39

» Baigné dans la lumière
par Agon Wiley Dim 15 Oct 2017 - 0:13

» La mystique des sombres mystères
par Surkesh Sam 14 Oct 2017 - 21:30


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Révolte!
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Homme de Confiance
Masculin
Nombre de messages : 135
Age : 24
Date d'inscription : 14/04/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
161/350  (161/350)
Ven 20 Juin 2014 - 22:39
Indrick commençait sérieusement à se demander si ce Scientifique savait se que la définition du mot « soldat » voulait vraiment dire ! En sortant de la salle de réunion, le Lieutenant poussa un soupir de lassitude, pour une fois, celui-ci n’était pas en colère contre l’ordre de mission. Il était passé d’explorateur, à ramasseur de jouet, puis coursier dans le désert et maintenant le voilà devenu simple bourreau. C’était une mission très simple en somme, on prend des prisonnières et on n’ont fait des exemples, c’est courant ici….Peut-être trop courant d’ailleurs. Après ce qu’il avait vu a Agrabah, entre le soleil et la bonne humeur relatif des gens, le Soldat avait du mal à se replonger dans cette atmosphère si spécifique à la Cité du Crépuscule, le soleil noir, l’ambiance ville fantôme et les sans-cœurs partout. Ce qu’on lui demandait été simple, prendre trois prisonniers, de préférence des rebelles, et de les exécutaient à la place publique, plus il y aura de monde, mieux se sera selon le scientifique. Mais bon dieu pourquoi veut-il faire cela ? La tension n’est-elle pas déjà assez forte ? Avec cette acte gratuit, c’était sur que les rebelles allaient faire des représailles et notre réputation allait encore chuter auprès du peuple…Peut-être qu’il s’en fou, lui, comme Ariez…

Pour cette mission il devait faire appelle à toute l’escouade, mais pas seulement, il devra demander l’aide d’autres soldats, il n’aimait pas ça, pas qu’il n’avait pas confiance dans les capacités des autres membres de la Coalition, mais surtout parce qu’il ne pouvait pas garantir la sécurité de tout ces hommes. Une fois son escouade rassemblait et informait de la situation, le Lieutenant ne put s’empêchait d’exprimer son inquiétude.

-Je tiens à vous dire que cette action sera peut-être la goutte d’eau qui sera débordé le vase déjà trop longtemps plein. Restez donc sur vos gardes et surtout ne tirez pas les premiers ! Vous ne devez pas être ceux qui allument la mèche d’accord ?! Vous pouvez laisser les autres soldats ouvrir le feu sur le coup de la panique, mais je ne veux pas que l’un de vous soit exécuté à son tour pour avoir tiré la balle qui aura déclenché l’émeute.
-Pourquoi faire ça si le risque d’émeute est évidant ?
-Je ne sais pas Sergent, mais je ne peux malheureusement pas annuler cette mission. Aller chercher une dizaine d’ordre, qu’ils passent sous mon commandement durant cette mission. Je vous retrouve tous dans les hangars de véhicules, armés et prêt à toute situation dans 2 h. Repos !

Les soldats le saluèrent et disparurent, chacun ayant leurs propres préparatifs. Une fois la salle déserté, le Lieutenant quitta à son tour la pièce, direction les cachots. Il lui fallut une dizaine de minute de marche pour arriver devant la fameuse porte. Plus il descendait les marches, plus les lieux gagnaient en délabrement et en insalubrité. L’endroit sentait fort, un mélange de sueur et d’excrément, ce n’était vraiment pas un endroit ou vivre. Heureusement des petites fenêtres permettaient de ne pas plongé complètement le Cachot dans l’obscurité et offrait une pseudo ventilation. Toutes les cages étaient sales et sentaient la mort, la majors partit d’entre-elles étaient remplis de 3 à 5 prisonnières dans des états plus au moins avancer de fatigue et de stresse lier aux maltraitances que faisaient les soldats. Quoi ? Non la Coalition ne torture pas ces prisonnières, enfin pas trop, Ariez préfère une méthode moins barbare et beaucoup plus efficace, elle est très simple. Cela consiste à fatiguer mentalement la victime en la privant de sommeil et on la réveillant à toute heure de la journée, mélanger à ça une sous-alimentation et vous pouvez obtenir pratiquement tout ce que vous voulez des prisonniers.
Lorsque les gardiens des lieux virent le Lieutenant, ils se mirent au garde-à-vous.

-Repos, je suis ici pour exécuter des prisonniers, des rebelles de préférence.

Indrick leur avait demandé cela sur un ton calme et neutre. Pourtant les soldats ne purent s’empêchaient de lâcher un rire mauvais en affichant un large sourire carnassier. C’est à se moment là qu’Indrick se rappelait dans quel genre de faction il était et pourquoi celui-ci avait si mauvaise réputation…Les soldats le guidèrent a travers les dédalles de couloirs de la prison, les portes des cellules étaient en fer ave une petite ouverture en bas et une autre au niveau des yeux, cela permettait aux gardes de nourrir et surveillaient leurs prisonniers (et évité que les locataires ne passe leurs mains au travers des barreaux. Ils finirent par s’arrêter devant une porte semblable à toutes les autres, l’un des tortionnaire frappa trois fois sur la porte avant de l’ouvrir en s’exclament.

-Debout mes jolies ! On n’a de la compagnie !

Lorsque la porte s’ouvrir complètement et que le garde laissa voir ce qu’il y avait à l’intérieur, Indrick n’en revenait pas, d’abord la pièce à peine un mètre carré, quatre murs en ciment, une minuscule fenêtre sur la façade en face du lieutenant et trop haute pour pouvoir admiré le paysage, ensuite les propriétaires des lieux. Recroquevillaient dans un coin de la pièce, vêtus de haillons sale, les cheveux gras, la peau couverte de saleté et de grasse, se serrent les une contre les autres, essayent vainement de se protéger. 3 jeunes filles gisez ici, s’il n’avait pas vu leurs torse et entendis leurs crie apeuraient, le Lieutenant aurai douté ! Les yeux ronds de l’officier tirèrent un nouveau rire mauvais des soldats.

-Ce sont des prisonnières qui nous ont été amené il y a 2 semaines maintenant et comme vous pouvez voir, on sait bien occuper ! Buahahaha !
-Ce ne sont pas des rebelles ?
-Non,non, le Chef de la brigade scientifique à spécialement choisie celle-là pour vous savez quoi.

Indrick comprit tout de suite où ils voulaient en venir, et la réaction des jeunes filles confirmait cette impression. En les détaillant attentivement, il remarqua que ces filles étaient très jeunes, peut-être n’étaient-elles même pas encore majeur ! Oscillant entre la colère devant cette atrocité ou l’indifférence que devait faire un soldat, l’homme s’approcha des filles et enleva son manteau, il le plaça sur la plus jeune et la prit dans ces bras, il eut un pincement au cœur en remarquant qu’elle était si légère ! Il obligea les deux autres filles à se levaient et ordonna aux geôliers de lui donner leurs manteaux pour qu’ils recouvrent ces jeunes femmes. Reprenant le chemin de la sortit, le Lieutenant stoppa sa marche devant une autre cellule.

-Qui est enfermé ici ?


Les camions roulèrent à vive allure vers leurs destination, 2 camions remplit de soldats de la Coalition Noirs, Chacun armé à balle réel, mais avec ordre de ne tiré sur la foule que si on leurs tire dessus, ils devaient utiliser leurs balles pour tiré en l’air pour dissipé la foule. Installait dans un camion avec son escouade, Indrick regardaient les trois corps encapuchonnaient et bâillonnaient qui lui faisait face, lorsqu’il avait montré les prisonniers à ses hommes ceux-ci affichèrent une tête choquaient.

-Il ne veut quand même pas qu’on…
-Ce sont les ordres Sergent !
-Mais…

Elle fut coupé dans sa phrase par un geste de son supérieur, sans rien ajouté elle monté avec lui dans le camion. Une fois arrivé à la grande place, les camions se garèrent et déposèrent leurs soldats. Tendis qu’Indrick et son escouade se mettaient en position sur l’estrade prévu à cette effet, les autres membres de la coalition rassemblèrent le plus de monde possible et créèrent ensuite un barrage entre la plate-forme et la foule. Le Lieutenant n’avait pas besoin d’expliqué la situation, les gens savaient parfaitement pourquoi ils étaient rassemblé ici et cela les attristé autant que cela les énervaient. Alors que ces hommes plaçaient les condamnés à genoux et en rang en face de la foule, leur chef entama un discours.

-Peuple de la Cité du crépuscule ! Il semble que certains d’entre vous n’accepte pas l’occupation, ils se rebellent et font des actes de terrorisme. Mais ils ont oublié à qui ils avaient affaire ! La Coalition noirs ne plis devant personne ! Regardaient ! Voici ce qui arrive à ceux qui n’accepte pas notre domination ! Que cela serve d’exemple à tous et en particulier à ces rebelles !


Les trois prisonniers tentèrent de s’exprimer et de ce libérer, mais les liens qui attachaient leurs mains étaient trop solide et les chaines a leurs pieds trop serraient. Un tambour ce mit à jouer un air lent et régulier. Indrick sortit son pistolet et s’approcha doucement de la première victime. Encapuchonner et bâillonnait, elle ne savait pas ce qui aller lui arrivait, elle gesticulait dans tout les sens, et lorsque le canon froid de l’arme se posa sur l’arrière de son crane, elle se figea. Toute l’assemblait fut plongeait dans un silence de mort, retenant sa respiration, seul le tambour continua à jouer, puis tout à coup ce fut le silence complet…Suivie par un bruit de détonation et le bruit sourd d’un coup qui tombe. La scène se répéta une nouvelle fois et lorsque ce fut le tour de la dernière, quelque chose se passa. Alors que le Lieutenant avait son canon posé sur la dernière tête, quelque chose lui percuta le crâne, un objet lourd et contondant, une pierre. Le choc fut si violant et la surprise totale que le Soldat recula de quelques pas en posant sa mains sur sa tête, heureusement pour lui, l’impact n’était pas assez puissant pour lui faire une plait, mais il allait quand même avoir une bosse. La place fut de nouveau plongeait dans le silence, Indrick examina la folle à la recherche du tireur, mais il n’eu pas à attendre longtemps. Derrière la foule, debout sur une chaise, un jeune garçon le défia du regard, la main sur une autre pierre, il devait à peine avoir 16 ans et semblait plein d’énergie, mais le regard qu’il portait sur le bourreau était remplit de haine et de colère. Alors que les soldats s’apprêtaient à interpeller le perturbateur, une voix s’éleva dans la foule.

-Peuple du crépuscule ! Que cela cesse ! Nous ne voulons plus des ces actes de barbaries gratuite ! Nous ne voulons plus que nos familles souffrent ! Nous ne voulons plus de cette princesse et de son armée corrompue ! Nous ne voulons plus de ce soleil noir ! Nous voulons que la nuit de terreur et d’oppression laisse enfin place au soleil de la liberté !!! Lever vous peuple de la cité du Crépuscule ! Levons-nous, ensemble ! Et reprenons ce qui nous a été volé !

Pendant le discours, un petit cercle s’était former autour de l’orateur, c’était le chef de la Rébellion ! Celui qui était à l’origine de tout ! Si seulement ils pouvaient le capturé ils…

-Lieutenant !

La phrase tira Indrick de ces pensées et remarqua enfin le problème qui se posé. Devant lui, des centaines de pairs d’yeux le regardaient avec méprit et rage, se n’était plus la foule d’apeurait de tout à l’heure mais un groupe de chien enrager trop longtemps tenu en laisse. Comprenant que la situation était sur le point de lui échapper, le soldat ordonna une rafale de tir en l’air préventive. Mais cela eut l’effet inverse et très vite les regards devinrent des actes et les gens se mirent à crier et à lever les poings, certains lançaient même quelques cailloux sur l’estrade Les soldats avaient de plus en plus de mal à repoussait la foule et cela allait bientôt finir en bain de sang si le Lieutenant ne réagissait pas ! Abatant le dernier otage, il ordonna aux soldats de quitter la place en vitesse. Quitté la zone fût plutôt difficile, même si les gens n’osaient pas affronter directement des gens armées, ils leurs crachèrent dessus et leurs jetèrent tout ce qui leurs tombé sous la main, cailloux, tuiles, fruits et légumes. Lorsqu’enfin les camions quittèrent la ville sous les houlement et les acclamations de victoire, la plupart des soldats avaient des bosses ou des bleus sur tout le corps. Même Tio n’avait pas cherché à affronté la foule lorsqu’elle vit combien ils étaient. La mission avait été remplit, mais à quel prix ?


Plus tard dans la nuit, alors que la sergente était entrain de diner, elle fut convoquée par son supérieur pour une urgence. Lorsqu’elle entra dans son bureau elle fut surprise par ce qu’elle vit. Le Lieutenant s’approcha d’elle et posa ces mains sur ces épaules.

-Je peux vous faires confiance Sergent ?

Dans la pénombre de la nuit, une voiture s’engouffrait dans le labyrinthe de ruelles de la Cité, depuis l’émeute sur la place, l’état d’urgence avait été décrété et bon nombre de soldats patrouillaient maintenant un peu partout dans la ville « Ce n’ait que provisoire, cela ne changera rien à la situation » avait confié Indrick à ces hommes. Malgré les nombreuses patrouilles et poste de contrôle, la voiture n’eut aucun mal à les évités et a quitté la ville dans le plus grand silence. Elle continua à rouler pendant un moment avant de quitter la route principale pour ce faufilé dans un bois proche. Elle termina sa course dans une clairière dégageait. Là sortant de derrière un arbre, un homme apeurait apparut, se protégeant des phares à l’aide de ces mains. Sans que rien ce sois dit, un autre homme sortit du véhicule, portant un grand manteau noir pour se protéger du froid et un chapeau pour cacher son visage. Sans rien dire, l’homme au manteau ouvrir l’une des portes arrières de son véhicule et en laissa sortir 3 personnes en uniformes. Les habits étaient bien trop grand pour eux, pourtant cela ne les empêchaient pas de courir après l’homme des bois pour se jetaient dans ces bras les larmes aux yeux.

-Papa !

Crièrent en cœur les trois filles lorsque leur père les serra contre lui. Aussitôt une femme sortit de sa cachette et se jeta à corps perdu dans les embrassades. Ce moment tendre fut interrompu par l’approche de l’homme au manteau qui leurs tendirent une enveloppe.

-Vous avez tous les instructions et les billets pour quitter ce monde. Arriver dans votre nouveau monde vous serez livré à vous-même.

Sans rien ajouté de plus et sans écouté les remerciements du marie. L’homme retourna dans sa voiture et reprit sa route. Lorsque celle-ci fut assez éloignée Indrick enleva son déguisement en poussant un soupir de soulagement.

-Enfin ! Cette fausse barbe me grattait le menton !
-La prochaine fois que vous voulez quelqu’un pour jouer le rôle de votre femme…demandez à Tio. Je n’arrive pas à croire que vous ayez changé les personnes a exécuté par des rebelles !

Lui répondit une jeune femme joliment maquillait sur un ton légèrement énervait.

-Mais voyant Sergent ! Vous étiez toute qualifié pour cette mission ! Et puis c’est pour la bonne cause, je ne pouvais pas abattre des jeunes filles innocentes ! Elles avaient seulement volé de la nourriture à des soldats pour manger !
-Quand même, tuer des potentielles sources d’information et risqué des représailles de la part des supérieurs, vous êtes fou.
-Roh ! Ne faite pas cette tête ! Vous êtes si belle comme ça !

En guise de réponse, Indrick eut un petit « hum.. » de résignation.

-Je vais vous le faire payer demain à l’entrainement d’épée !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Boucher de Grimm
Masculin
Nombre de messages : 483
Age : 27
Date d'inscription : 05/02/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1004/0  (1004/0)
Sam 21 Juin 2014 - 11:04
Et une mission de plus dans la série d’Indrick !

Et je suis une nouvelle fois de plus satisfait de ta mission. J’ai beaucoup aimé l’ambiance que tu as installée dans les cachots et le ressentit d’Indrick par rapport à l’attitude générale des geôliers. Et surtout, la pensé général que tu a retransmis : tous les larbins d’Ariez sont des sadiques sans cœurs. En passant par les sadiques occupés a torturés les prisonniers et le mental dérangé du scientifique tenant à exécuté des petites filles.

Quant à ton show, j’ai beaucoup aimé l’ambiance sur la place : froid, détaché et aucune réaction des deux cotés. Indrick fait son job et le peuple subit. Jusqu'à ce qu’un enfant décide du contraire ! Petit bonus pour l’intervention d’Hayner, trop souvent oublier. Par contre, j’ai trouvé le paragraphe de la révolte court, j’aurais aimé ici aussi en savoir plus, voir un peu plus de réactions par se peuple opprimés depuis le début.

Et je suis content de la dernière scène. Tu montres que, malgré les ordres, malgré l’affiliation du soldat, il reste un cœur et des principes derrière ton personnage. Et quand on connaît le groupe, on ne peut qu’applaudir le geste.

Et une grosse critique aujourd’hui : relis-toi ! Il y a de nombreuses fautes qui auraient pu être évitées si tu avais relu ton texte. C’est dommage, car ça a légèrement coupé le rythme de lecture.

Finalement, mission accomplie !


Mission normale :

22 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS. (2 en dextérité et 1 en défense)

_______________________________
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un vent de révolte chez nos frères Mapuches ?
» [Tentative de révolte] Feodorowka (25/09/1457)
» Preval rejete lwa sou salè minimum nan e Benoit pa sanble kontan ak sa
» Visite d'État de la Gouverneure du Canada en Europe de L'est
» La révolte des étudiants de l’université d’État d’Haïti