Derniers sujets
» Et là, un squelette !
par Chen Stormstout Hier à 21:45

» Répétition
par Arthur Rainbow Hier à 21:39

» Qui part à la chasse perd sa place !
par Rufus Shinra Hier à 18:21

» Comme le dit Oscar Wilde...
par Arthur Rainbow Hier à 16:26

» La cerise sur le gâteau
par Général Primus Hier à 15:04

» Loué soit Son nom
par Cypher Hier à 14:01

» Tombe la chemise
par Cissneï Hier à 3:26

» UUUUUUn joyeux bon anniversaire mon (ma) chér(e)
par Cissneï Lun 16 Oct 2017 - 23:19

» Réglementations et demande de Partenariat
par Invité Lun 16 Oct 2017 - 22:19

» Vlog au Moulin rouge ! On vous dit tout ! On cache rien !
par Chen Stormstout Lun 16 Oct 2017 - 18:19

» Breaking News : Annonciation du Primarque Matthew March
par Roxanne Ritchi Lun 16 Oct 2017 - 14:34

» Discussion entre éclopés
par Vesper Earl Dim 15 Oct 2017 - 18:44

» Douce nuit
par Rufus Shinra Dim 15 Oct 2017 - 17:48

» Diviser pour mieux régner
par Huayan Song Dim 15 Oct 2017 - 15:42

» Jour de fête
par Matthew March Dim 15 Oct 2017 - 12:15


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Ainsi Locuste servit Néron
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Sorcière
Masculin
Nombre de messages : 80
Age : 24
Date d'inscription : 12/09/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale
XP:
394/650  (394/650)
Dim 23 Mar 2014 - 3:55
Elle toqua à la porte trois fois avant de croiser les bras sous sa poitrine, tandis que sa peluche tomberry tenait ainsi en équilibre, pressée entre ses deux bras. Lorsque la porte s'ouvrit, elle releva le menton, fit un mouvement de la tête qui transmit pour elle et à son hôte son sentiment. Lulu n'était pas véritablement contente d'être là, devant le seuil de la maison de l'Apothicaire. Ce dernier perdait beaucoup de sa grâce à présent qu'il ouvrait à peine sa porte et glissait un oeil dans l’entrebâillement de celle-ci, le visage transformé par un aspect farouche... voir pathétique.

" Entrez, gente dame. "

Oh vous direz que ce n'est pas original. Toutes les chances sont de votre côté si vous pariez sur l'agacement de la sorcière lors d'une mission. Travailler pour le Sanctum ne la dérangeait pas... disons simplement qu'au cas par cas, elle trouvait facilement à redire. Elle ne dit pas bonjour, ne le salua d'aucun hochement de tête.

" Comment allez-vous ? "

" J'ai des centaines de raisons d'être irritée... N'en rajoutez pas à la liste avec vos questions imbéciles. "

" Entrez, mademoiselle. J'ai préparé du thé. "

Il l'amena dans sa boutique qui devait être aussi son habitat. Les murs étaient jonchés d'étagères dont on ne distinguait pas le bois, tant elles étaient saturées de feuilles, de fioles, de plantes ou de baies. Si les circonstances n'avaient pas été aussi déplaisantes, cet homme si impliqué et doué dans son travail n'aurait pu qu'être apprécié davantage par Lulu. Il l'invita à s'asseoir sur une chaise fragile, seule inoccupée dans la pièce... et il lui tendit une tasse de thé, la main tremblante.

" Je ne suis pas templière, vous vous souvenez ? "

" Oui, j'ai conscience que je vous dérange. "

" Ce sont eux qui mènent les interrogatoires, qui enquêtent... "

" Vous êtes celle qui m'avez le plus convaincu depuis que je suis au domaine enchanté, j'espère que vous saurez m'aider. "

" Toute cette histoire n'est qu'un vulgaire et immense caprice de votre part. Vous avez une chance inouïe qu'Angeal ait accepté votre présence ici, dans la citadelle, malgré vos crimes. Et nonobstant votre dette, vous exigez du Sanctum qu'il vous sorte d'un mauvais pas, sinon quoi vous lui refuserez un service que vous vous êtes engagés à lui rendre. Qui plus est, vous avez l'audace de me convoquer comme une vulgaire servante... "

Lulu cracha ses mots avant de détourner la tête, levant le menton et portant à ses lèvres la tasse de thé.

" Je vous assure que je n'ai pas le choix. Nous avons trop à perdre en laissant cette recette aux mains de n'importe qui. Je vous supplie de m... "

" Assez. "

L'hybride se tût tandis qu'elle déposa sa tasse de thé sur la table basse, se redressant juste après.

" J'ai reçu un ordre, ne faîtes pas semblant de l'ignorer en me demandant mon aide. Nous allons tout de suite commencer. "

De sa manche la sorcière sortit un petit calepin ainsi qu'un crayon. Son tomberry debout sur ses jambes, immobile mais en équilibre, regardait fixement l'hybride.

" Récapitulons. Vous n'avez pas vu votre agresseur, vous n'avez su distinguer sa couleur de peau, sa taille, son gabarit... Tout ce que vous savez, c'est que le voleur vous a dérobé votre recette, et vous lui avez ôté, dans sa fuite, une flèche. "

Elle nota cela tandis qu'il acquiesça.

" Je vous écoute. Racontez-moi comment tout cela a commencé. "

" Le Primarque vous a tout raconté, ma chère... "

" Je vous écoute. "

Elle baissa les yeux une nouvelle fois sur son calepin, froidement, avant qu'il ne commençât, forcé.

" Je vivais à Notthingham. Ma situation n'était pas la pire mais ne fabulons pas sur la vie d'apothicaire, je subvenais à peine à mes besoins depuis que Kefka occupait le poste de Shérif. Le précédent shérif m'avait habitué à un certain confort, dois-je dire... Si beaucoup eurent à abandonner leur chaumière, je dus moi-même me serrer la ceinture et supporter le regard malveillant du shérif. Jusque-là, croyez bien que je m'étais gardé de rejoindre un camp ou l'autre. Ce que je vous ai dit l'autre jour reste vrai, je n'ai rien à faire de cette guerre. "

" Je m'en souviens, oui. "

" Un jour vint où les brigands prirent l'avantage sur l'armée de Kefka... Ils attaquaient les convois passant par la forêt de sherwood, contenant armes et vivres, destinés à rejoindre Nothingham... Ils les pillaient sans que le shérif puisse y faire quelque chose. Et moi qui vivais pauvrement, je reçus sa visite. Il m'offrit beaucoup d'argent en échange de litres de poison de ma confection. "

" Quel genre de poison est-ce ? "

" Inodore, invisible... Du pain trempé dans ce poison n'en serait pas plus épicé. Aucun effet sur la peau... son parfum est inoffensif. Goûtez-le par contre et vous serez terrassée trois jours après l'ingurgitation, si vous êtes tenace. C'est ma plus grande création. "

" Sans doute. J'ai entendu parler de poisons infligeant une mort instantanée, comme une piqûre de scorpion. "

" Nul ne survit à mon poison, gente dame. Sa force est qu'on ne peut le remarquer. "

" Je vois. Il n'y a pas d'antidote ? "

" Je n'en ai pas préparé depuis très longtemps mais si, je détiens évidemment une recette pouvant guérir le malade de ce poison. "

" Et quels sont les symptômes d'empoisonnement ? "

" Les symptômes sont assez brusques et apparaissent quatre heures après l'ingurgitation. Une seconde vous vous sentez bien, celle d'après, vous subissez une chute de tension assez sèche pour vous mettre au tapis. S'en suit alors le vomissement de ce que vous avez ingurgité et de tout ce qu'on essaiera ensuite de vous faire avaler. Dix minutes après cela, la cible est soumise à de violents tremblements qui ne s'arrêteront qu'à la mort de celle-ci. Ses forces la quittent, elle est alors strictement incapable de se tenir sur ses deux jambes. Le deuxième jour..."

" Attendez. "

Le débit de l'hybride était rapide. Elle nota du plus vite qu'elle put les symptômes avant de l'inviter à poursuivre.

" Le lendemain, donc, la fièvre a atteint les 40°. Les lèvres sont sèches, le teint blafard. Le poison ravageant votre corps vous fera rugir de douleur. A vrai dire, la souffrance est à peine imaginable. Les veines deviennent rouges. "

" Est-ce la fièvre qui abat la cible ? "

" Non. Le troisième jour, les plus robustes succombent de la même manière que les plus fragiles. Le poison finit toujours par atteindre le coeur de la cible, mourant ainsi d'un arrêt cardiaque. "

" Bien. Kefka vous a donc acheté ce poison. "

" Tout à fait. Je l'ai concocté, ai pris la somme promise, et ce fut tout pour moi. Kefka a envoyé des caravanes traverser la forêt de Sherwood, remplies de nourritures et alcools empoisonnés. Les brigands sont tombés dans le piège, ont attaqué les convois, pris les vivres et..."

" Résultat ? "

" Une centaine de morts dans l'armée rebelle, ai-je entendu. "

" Bien. Regardons cette flèche. "

Lulu rangea son calepin et se leva silencieusement, regardant l'apothicaire et sa mine qui singeait la culpabilité. Elle ne croyait pas un instant que cet homme puisse avoir aujourd'hui des regrets.
L'hybride partit quelques secondes dans une autre salle et revint assez vite avec une longue serviette en velours, qu'il posa et déplia sur son plan de travail, dévoilant une longue flèche emmitouflée dans le drap.


" Vous êtes strictement incapable de décrire votre voleur. "

" Sa cape était grise, c'est tout ce que j'ai vu. "

Il n'avait rien vu mais avait réussi à happer des affaires du cambrioleur une flèche, chose tout à fait étrange.

" J'ai entendu dire que les archers de Sherwood sont de loin les meilleurs. "

" Croyez-moi, c'est vrai. Robin des Bois le prouve... Nous avons ça dans le sang. "

" Et c'est une belle flèche... Avez-vous dit. "

" Elle est incroyable. Regardez de plus près ! Le tube est en orme et... il est décoré de nombreuses gravures. "

" Comme une signature ? "

L'hybride parût hésiter avant de secouer la tête.

" Non, ce sont des vagues ou des dessins en tige et en spirale. Peu personnel et assez simple mais... pour une flèche, c'est déjà exceptionnel. La boite est en métal mais... remarquez la pointe de la flèche. C'est du travail de pro... Des flèches qui seraient digne d'occuper le carquois d'un prince. "

Il s'éloigna d'un mètre pour lui laisser la place. Elle se pencha sur la flèche, retenant d'une main ses tresses contre son épaule. Si bien entendu la pointe de la flèche était en triangle, les deux bras de la pointe décrivaient un arrondi à la fois précis et raffiné.

" L'empennage, quand à lui, est en plume d'un animal assez exotique pour que je n'aie absolument aucune idée de sa provenance. "

L'hybride se ponctua d'un rire gêné.

" Mais autant ne pas vous laisser mûrir votre idée. Ce ne sont pas les brigands ou les hommes du shérif qui m'ont volé ma recette. "

" Trop raffiné ? "

" Disons que d'un côté comme de l'autre, le souci du détail, l'archerie à ce point perfectionnée n'est pas à ce point exhibée. L'armée du régent est sans doute la troupe la moins élégante qui soit... Cela fait cinquante ans que personne ne s'intéresse plus à eux, même pas leur roi, donc je vous dirais que je doute qu'ils aient de si belles munitions... Pour ce qui est des brigands, je ne les connais pas mais j'espère pour le peu qu'ils ont qu'ils ne perdent pas leur temps à graver des soleils et des vagues sur leurs flèches. "

" Je vous fais confiance pour ce point... mais qui, en dehors des habitants de la forêt de sherwood, vous savait en détention de votre recette ? Qui connaissait votre invention ? "

" Très peu de monde ! Il y a Kefka, le Sanctum et peut-être quelques clients de plus ! Je reste un marchand ! Je ne puis vendre ce que je cache ! "

" Je présume que vendre votre âme au nuage noir n'a pas du vous déranger. "

" A qui ? "

" Soit... Réfléchissons. D'où peut-elle provenir ? "

" Un groupe ?... "

Les yeux de la sorcière se baissèrent tandis qu'elle réfléchit à la question.

" Les seuls groupes que nous pouvons éventuellement exclure de la liste des suspects sont la Shinra et les Mercenaires. Je pense qu'ils sont passés à l'ère du canon et de la poudre depuis des années déjà. Cela dit, j'imagine mal la lumière et la Consulat commettre ce genre de larcins. Il vaut mieux ne pas penser aux groupes, on ne peut émettre que de simples hypothèses... "

" Vous voulez écarter les groupes de nos suspects ?! Il y a toutes les chances pour que l'un d'eux soit concerné ! "

" Certes... entre la Coalition noire dont on ne sait pas assez et la Congrégation de l'Ombre dont on ne connait que des noms sans visage... Je doute que l'on puisse déterminer un coupable. Et j'ose dire que si en effet l'un ou l'autre vous a dérobé cette recette... Je ne me risquerai pas à vous sauver la mise."

" Diable... "

Son ton ne plut pas à la sorcière qui lui asséna un regard inquisiteur.

" Quoi ? "

" Il m'apparaît aujourd'hui une nouvelle facette de votre délicieuse personnalité, ma chère. Vous êtes aussi lâche que je le suis. "

Pour Lulu, ce fut une insulte à peine masquée sous l'apparence de la plaisanterie. Si elle avait apprécié l'homme-félin jadis, il avait appris à l'insupporter. Elle n'était pas lâche. Certes, malgré ses grands pouvoirs, elle refusait d'être une militaire ou un combattant pour le Sanctum... et même pour cette mission, pour laquelle Angeal semblait lui demander de prendre des risques, elle faillit bien refuser de l'accomplir. Disons qu'à défaut d'être très courageuse, elle était prudente et surtout ne voulait pas risquer sa vie pour des causes qui n'en valent pas la peine.
Le regard de l'institutrice suffit à transmettre au félin tout ce qu'elle pensa à l'instant, tant bien qu'il fit profil bas et eut la délicate initiative de redonner à cette flèche l'intérêt qu'elle méritait.


" D'instinct, j'éliminerais... les archers du Colisée de l'Olympe. Je n'ai certes pas vu l'agresseur, mais sa cape elle seule n'avait la semblance des habits si originaux des Grecs. "

" Et si il s'agissait d'un Hun de la Terre des Dragons, il est fort à parier qu'il aurait brûler votre maison et vous avec dès son larcin commis. "

" Pourquoi pas un Chinois, dans ce cas ? "

" Si par là vous supposez que cela pourrait être un Chinois envoyé par l'Empereur... Non, ce n'est pas possible. La Terre des dragons a de grands problème actuellement et aucun ne pourrait être réglé à l'aide de votre poison, aussi incroyable soit-il. "

" Bien... Que pensez-vous d'Agrabah ? "

" Je... je ne pense pas. "

A cet instant, elle se rendit compte de la fragilité de la moindre de ses suppositions. Comment deviner les détails d'un cas si précis à partir de connaissances trop globales. Certes elle ignorait ce que le sultan Armand de Beaumont pourrait trafiquer avec un poison comme celui-ci, puisqu'il semblait ne pas avoir tant besoin du crime pour régner... mais empêchait-ce seulement qu'un homme peut-être un peu moins riche mais surtout beaucoup moins sous le feu des projecteurs n'ait commandé ce cambriolage à un mercenaire lambda qui par hasard accordait une grande importance à ses flèches.

Elle ignorait tout. Elle n'avait qu'une flèche trop belle pour appartenir à un simple soldat.

Lulu s'assit sans un mot sur son siège, tenant sa peluche de ses deux mains, et regardant ses jambes en coton balancer dans le vide. L'hybride s'assit lui aussi, pensif... et chacun respecta ce silence de très longues minutes, avant que l'apothicaire ne se prononce enfin.


" Deux pistes me viennent en tête. Deux mondes dans lesquels les flèches sont encore très courantes, dans lesquels on apporte suffisamment de soin à la confection de celles-ci, et dont la situation se prête à ce qu'une personne de la classe dominante puisse vouloir se débarrasser d'une communauté ou d'une assemblée toute entière. "

" Nous ne pouvons exclure une tentative d'assassinat sur une seule personne. Comment savoir si c'est une communauté ou un particulier qui est visé ? "

L'hybride parût à son tour s'impatienter.

" Je sais ce que je dis. Si un homme riche avait voulu tuer un seul autre homme, il m'aurait acheté une fiole de poison pour une cinquantaine de munnies à peine. Là c'est ma recette qu'il a volé, soit le moyen de créer et produire des litres de mon poison mortel. Est-ce que je peux continuer ? "

Elle acquiesça froidement, lui adressant un regard meurtrier.

" La Cité des rêves. Certes les conflits de ce monde n'ont plus rien à voir avec ce qu'ils furent jadis, au temps de ce juge impitoyable... mais on m'a dit que beaucoup de nobliaux voyaient d'un très mauvais oeil que le Consulat ait créé une cohésion entre gitans et Parisiens. Certains aimeraient voir les gitans partir ou même se consumer dans leurs flammes. "

L'hybride dit cela avec un certain dégoût et une compassion qu'il ne sembla pas singer, cette fois. A présent, il était l'étranger dans un monde qu'il connaissait à peine, comme beaucoup d'étrangers, dans ce quartier "fauve" où déjà Lulu sentait les tensions qu'elle ne savait pas encore expliquer.

" Je veux bien y croire. "

" Cela... ou on vise encore plus haut. Le Palais des rêves est dans un chaos tel que personne n'a pu l'ignorer, ces dernières années. Le peuple déteste son roi et son armée, et c'est tout aussi réciproque. L'on dit du roi qu'il est devenu plus instable encore que ne l'est Kefka. "

Elle baissa les yeux une nouvelle fois, songeuse. Certes depuis la disparition de Cendrillon, le Prince Charmant faisait parler de sa chute en enfer. Sans doute souffrait-il plus que Cendrillon, dusse cette dernière être torturée jour et nuit... Cependant, vu l'ancienne proximité du Domaine enchanté et du Palais des rêves, considérant l'amitié du Roi Stéphane et du père du Prince Charmant, Lulu ne pouvait être qu'attristée de voir un tel chaos et une folie si grande dans les ambitions du Prince du Palais des rêves.

" La pointe de la flèche correspond à l'identité visuelle des gardes du Palais des rêves... et oui, je pense que nous devrions commencer par ce monde. "

" ... Nous ? "

" Vous venez avec moi. "

" Au Palais des rêves ?! "

" Et dès maintenant... "

Tournant les talons, elle se dirigea sans plus en dire vers la porte d'entrée.

" Retrouvez-moi dans vingt minutes au concessionnaire shinra. "

C'est ainsi et sans joie que dès le délai passé, ils achetèrent deux billets aller-retour pour le Palais des rêves avec pour seul bagage une peluche pour l'institutrice et une dague pour l'apothicaire. Un coup d'oeil sur le tableau d'affichage lui dit que le vaisseau apprêté ne partirait que dans cinq minutes... qu'ils n'attendirent pas pour se trouver deux places dans un véhicule quasiment vide.
Et c'est enfin assise qu'elle ne put retenir un soupir. Sans aucun doute, cette mission s'apprêtait à devenir la plus pénible des tâches que le Sanctum lui confia jusque là. Chercher un homme avec comme indices seules des suppositions et une miraculeuse flèche ne donnait pas beaucoup d'espoir à la jeune sorcière. Quand bien même se trouverait-il dans le Palais des rêves, quelles chances avait-elle de trouver le cambrioleur dans un monde aussi vaste ?
Défaitiste ne faisait pas partie de ses défauts, et pourtant Lulu ne put que se plaindre de cette mission. Bien sûr, membre du Sanctum était un métier comme un autre et... comme dans tout métier, il y a des devoirs plus ennuyeux que d'autres à effectuer obligatoirement et sans trop geindre.
Néanmoins chose était sûre. Enquêter ne lui plaisait pas. Elle n'aimait pas le terrain, l'interrogatoire, les scènes de crime et détestait davantage poursuivre un criminel... Tout ce qui l'attirait dans l'enquête, et par ailleurs tout ce qu'elle a apprécié faire lors de ses précédentes investigations, c'était la recherche et la réflexion.


" C'est tout de même étonnant. "

Elle leva le regard sur le fauve, juste en face d'elle, qui regardait l'intérieur du concessionnaire shinra à travers la fenêtre.

" Le Palais des rêves et le domaine enchanté sont si semblables. "

" Sur certains aspects, peut-être. "

Certes les deux ont des châteaux, des villages qui ont un style peut-être plus ancien que les bâtiments du jardin radieux... mais le domaine enchanté est un monde de magie là où le Palais des rêves n'a pas ce charme.

" Pensez-y. Les deux royaumes ont en leur centre une princesse de coeur, une femme dont on parle dans tout l'univers, au coeur si pur... Et voilà que par le même groupe, les deux princesses sont enlevées à leur royaume. "

" Certes. "

" Et... là où le Palais des rêves est absolument ravagé par ce rapt, allant jusqu'à laisser s'effondrer leur économie et leur pouvoir... le Domaine enchanté a su parfaitement supporter la nouvelle. "

" Nous sommes tous très atteints par la disparition d'Aurore... "

" Ce que je veux dire par là c'est qu'après la catastrophe causée par la Coalition noire avec l'enlèvement de Cendrillon... Imaginez un instant que le but de la Coalition noire ne fut pas de vous priver d'Aurore. "

Elle fronça les sourcils. En dehors du fait que cette discussion relevait juste du débat, il arrivait à l'intriguer.

" Ariez, et le Modéré noir avant elle, voulaient tous deux capturer les sept princesses de coeur pour ouvrir la porte des ténèbres et plonger l'univers dans une nuit sans fin... ou encore pour atteindre le Kingdom Hearts. "

" Pourquoi ne pourrait-ce pas servir une domination plus subtile que cela ? Si leur but n'était pas de réunir les princesses de coeur mais simplement de priver celles-ci à leur monde... Il a suffi que Cendrillon disparaisse, juste cela... pour que le Palais des rêves en soit ravagé. La Coalition noire aurait pu vouloir détruire le Sanctum en vous ôtant la présence d'Aurore. "

" La clé de voûte du domaine enchanté est aujourd'hui le Sanctum et non la princesse Aurore, malgré tout le respect que j'ai pour elle. "

" C'est... pour cela que c'est étonnant. Une même catastrophe pour deux mondes différents bien que semblables... avec des résultats divergents. Si la Coalition noire avait tenté par le rapt d'Aurore de détruire le Sanctum, il semble qu'ils aient échoué. Rien n'a su détruire le Sanctum de l'intérieur. "

Et tandis que l'hybride se tût, elle commença seulement à réfléchir à ses paroles. Oui le Sanctum avait su se relever malgré une incroyable blessure, mais avait-il tant supporter la douleur ? Et si le domaine enchanté tenait debout grâce à la présence du Sanctum et non plus grâce à sa princesse, cela convenait-il à chacun ? Le Roi s'impatientait de jour en jour... Le Primarque ne parvenait pas à retrouver sa fille, et certains n'hésitaient pas à le rappeler au suzerain.

" Sortez vite ! "

Elle se leva et à pas rapide se dirigea vers la porte du vaisseau, dont elle franchit le seuil d'un grand pas, suivie par un apothicaire paniqué qui faillit bien rester coincé dans le vaisseau, puisque les portes se refermèrent une petite seconde après sa sortie.

" Le prochain est dans deux heures, professeur ! "

" Vous m'aviez bien dit que à part le Sanctum et Kefka, très rares étaient ceux vous connaissant en possession de la recette de votre poison ? "

" ... C'est ce que j'ai dit. "

" Qui au Sanctum est au courant de tout cela ? "

" Et bien il y a le Primarque, le Roi Stéphane et les quelques autres membres dont je ne connais pas le nom, qui ont assisté à mon audience avec le suzerain. "

" Ces autres membres... Êtes-vous sûr qu'ils faisaient partie du Sanctum ? "

" Je ne leur ai pas demandé, si c'est votre question ! "

" J'ai... lu un rapport de mission, très récemment... Le rapport d'un parfait imbécile qui je crois... est un templier. Il avait comme tâche d'enquêter sur un proche du roi, tacticien... qui pourrait bien en vouloir au Sanctum. "

" Il pourrait être le voleur ? "

" Pas lui, non... Mais peut-être un de ses hommes. Allons au chateau. "

Pour rejoindre la citadelle, ils prirent la première calèche qui en vingt minutes les amena tout deux à l'intérieur de la ville, après avoir traversé le long pont. Elle n'eut le temps de décider par où ils commenceraient à chercher qu'elle aborda deux templiers patrouillant dans la ville.

" Je me nomme Lulu, je suis membre du Sanctum, en mission pour le Primarque. Pourriez-vous, je vous prie, nous accompagner ? "

" C'est pour quoi, ma petite dame ? "

" Nous aurons peut-être besoin de votre protection. Nous devons arrêter un homme et lui reprendre ce qu'il a dérobé au Sanctum. "

Les deux gardes se fixèrent quelques secondes, hésitants.

" A vrai dire je ne sais pas si nous en avons le droit, sans l'accord de notre chef. "

" Votre chef ? Vous ne m'avez pas entendue ? "

" Si parfaitement, mademoiselle. C'est juste que... "

" Le Primarque m'envoie, messieurs, et je ne suis pas une templière. Or il m'a semblé, au détour de quelques semaines passées ici... que c'était votre travail de protéger les plus faibles. "

" Oui mais laissez-nous peut-être le temps de... "

" Je m'arrangerai auprès de Sir Henri dès que j'aurai fini ma mission. Maintenant je vous ordonne de me suivre. "

Une nouvelle fois elle tourna les talons et se dirigea vers le chateau, et plus particulièrement vers les quartiers plus nobles, ceux dans lesquels les membres du Sanctum vont rarement, suivie de l'Apothicaire et des deux templiers. A ces côtés, l'hybride finit par chuchoter avec un sourire au coin.

" Ils savent qui vous êtes ? "

" J'en doute. "

" En tout cas, vous n'êtes pas une personne faible. Vous m'avez fait comprendre que vous étiez une sorcière. "

" J'ai tout de même besoin d'une protection. Qui plus est, les templiers portent l'uniforme. Ca donnera peut-être au voleur l'impression que nous avons une légitimité pour le mettre aux arrêts. Cela devrait l'intimider. "

Un des templiers marcha rapidement jusqu'à la porte et lui ouvrit poliment, tandis que l'autre prenait déjà très à coeur cette tâche d'escorte, bombant le torse, guettant le moindre signe suspect des personnes aux alentours, une main sur la garde de son épée. Ils avancèrent dans de longs couloirs... parcoururent longtemps les quartiers du chateau, cherchant dans les passants celui qu'ils reconnaîtraient comme étant Le voleur. Bien sûr ils n'avaient pas de description de ce dernier, mais savaient de lui au moins l'apparence de sa cape et des flèches aux plumes peu difficiles à distinguer d'un carquois standard, d'un orange vif.

Curieusement, ce ne furent pas eux qui virent en premier le voleur, mais le voleur qui les aperçut tout d'abord. Et c'est en croisant les yeux d'un jeune homme un instant paralysé par la surprise, voyant à quelques mètres de lui l'hybride qu'il avait cambriolé quelques heures plus tôt.

L'hybride s'écria alors, après quelques secondes de réflexion :


" C'est lui ! Mademoiselle Lulu ! "

Les deux templiers s'avancèrent dans le large couloir mais ils n'eurent le temps de parler que le voleur dégaina son arc et fila, prenant un tournant au bout du couloir. Les templiers coururent assez vivement derrière lui, avec peut-être un peu trop de zèle, suivis par le plus vif mais aussi le plus prudent apothicaire. Lulu marcha du plus vite qu'elle put, anxieuse mais décidée tout de même. Elle atteignit finalement la salle dans laquelle s'était réfugié le voleur. Les deux templiers avaient dégainé leurs armes - pour l'un une grande hache à deux mains et pour l'autre une lance - et se tenaient à quelques mètres du voleur ainsi que de deux hommes, deux soldats du roi, de cette armée qui ne faisait pas partie du Sanctum, qui était là bien avant le Sanctum.

Les deux soldats dégainèrent et se dressèrent entre l'archer et les templiers... La pièce dans laquelle ils se trouvaient était une ancienne salle de classe, maintenant tout à fait abandonnée, où se dressaient des longues rangées de vieux pupitres embaumés de poussière.

Et ce fut une tension sans précédent qui se créa à cet instant. Elle s'avança, le visage froid et sévère vers les deux groupes, restant toutefois derrière les templiers. L'hybride quand à lui tenait d'une main sa dague, partiellement caché au dos d'une des tables.


" Messieurs... "

" Vous avez un problème, madame ? "

Son ton était menaçant, son allure n'inspirait rien de bon. Le voleur avait visiblement foi en ses compagnons et en sa propre dextérité pour s'échapper de ce mauvais pas.

" Vous avez rien à faire ici. "

" Nous sommes des templiers, imbécile ! "

" Messieurs, ne nous échauffons pas. Nous servons le même roi. L'homme derrière vous est un criminel qui... "

" Dégagez maintenant, on le répétera pas. Si vous tentez quoi que ce soit, on sera obligés de vous tuer. "

" De nous tuer ? "

Le soldat acquiesça... Quel imbécile.

" Je doute qu'il y ait eu des précédents, messieurs. Je n'ai pas forcément envie d'inaugurer la liste des crimes entre Sanctum et gardes de... "

Elle s'interrompit brusquement quand elle vit l'archer saisir avec une vitesse tout à fait hallucinante une flèche et l'encocher à son arc.

" Attention !! "

Lorsque le voleur brandit son arc, elle retint son souffle, arrêta de penser, fut si surprise qu'elle lâcha son tomberry tombant sourdement à terre.

" Lulu ! "

Brusquement elle leva ses bras vers le plafond, les croisant devant elle, tandis que du sol surgit un rocher de sa taille dans lequel la flèche se planta juste à temps.
Soupirant un instant, la sorcière ramassa son tomberry et se réfugia derrière un banc... quelques secondes prise par une panique incroyable, qu'elle ne se pensait pas capable d'éprouver. Sa magie, elle l'avait toujours utilisée contre des sans-coeurs et à présent... elle s'étonnait à faire part d'un combat dans lequel elle ne voulait certainement pas être impliquée.


" Ca va ? "

Elle n'eut le temps de répondre à l'hybride lui aussi caché, alertée par la violence des sons qu'elle entendit par après, de métal s'entrechoquant avec force, de cris de rage. Lulu laissa son tomberry à terre et se leva, tandis que sa peluche grimpa sur le banc et sur le bureau juste devant elle, faisant face, à sa façon, aux trois renégats.
La sorcière, immobile leva un bras, imité par sa peluche, et le baissa brusquement... Au-dessus de l'archer encochant une nouvelle flèche apparût une imposante sphère d'eau qui s'écrasa avec violence sur le sol, assez bien évitée par un petit saut vers le côté de l'archer. Elle n'eut le temps de répéter son attaque, une flèche jaillit de l'arc dans sa direction encore une fois mais changea brusquement de direction et se figea dans le sol lorsque la sorcière leva légèrement le bras et créa une bourrasque dans la trajectoire de la flèche. Reprenant son souffle, sauvée encore une fois d'une flèche qui l'aurait abattu d'un seul coup, elle leva le plus haut qu'elle put sa main et l'abattit dans l'air, frappant l'archer de nombreux éclairs apparaissant juste au-dessus de sa tête, et le sonnant de longues secondes.

Avec effroi elle vit qu'un des soldats se rua sur elle, brandissant une épée, trop proche pour qu'elle ait le temps de tenter quelque chose. L'apothicaire l'intercepta en lui bondissant dessus, le griffant violemment au visage et attrapant de sa patte la main armée du soldat. Ce dernier lui asséna un incroyable coup de genoux dans le ventre mais le marchand ne lâcha pas prise, parvint même à déséquilibrer le soldat et tomber avec lui au sol. Lulu ne sut tout de suite quoi faire, puisque ses sorts tombaient tous pour la plupart du ciel et que les deux combattants étaient beaucoup trop proches l'un de l'autre ! Ils se battirent au sol de longues secondes devant elle qui n'était que spectatrice. Bien vite le soldat prit le dessus, dans les deux sens du terme, puisqu'assis sur l'hybride, il brandit son épée, s'apprêta à exécuter celui-ci... avant qu'elle ne trouve enfin quoi faire;
Elle s'approcha vivement, posa sa main sur l'épaule du soldat et s'écria :


" Chocobo ! "

Lulu s'étonna elle-même de voir l'épée tomber à terre et le soldat diminuer très nettement de taille et devenir une peluche chocobo tremblante, avant qu'elle ne l'éjecte contre un mur d'un léger coup de pied.

" Relevez-vous. Ce sort ne dure même pas dix secondes. "

L'apothicaire n'eut d'ailleurs pas le temps de se relever que le soldat reprenait sa forme normale et se ruait vers eux avec rage.
Un templier eut la bonne idée d'intervenir sur le côté, frappant le visage du soldat du bout contondant de sa lance, l'arrêtant ainsi dans sa charge, tournant sur lui-même et plantant avec violence son arme dans le torse du soldat.
Le son d'un combat de lame contre lame rassura Lulu concernant le deuxième soldat, occupé à combattre le templier à la hache... mais elle s'en fit aussitôt pour l'archer. Lorsqu'elle tourna la tête dans sa direction, elle vit ce dernier tendre sa corde... et tirer cinq flèches en même temps en arc de cercle. Aucune flèche ne la toucha, par chance... et l'hybride fut de peu épargné lui aussi, mais le templier qui les avait sauvés quelques secondes plus tôt fut touché à la hanche, s'effondrant aussitôt... Elle n'eut le temps de considérer son état, lançant déjà deux brasier + sur l'archer, qu'il évita assez facilement avant d'encocher et de tirer deux nouvelles flèches qu'elle dévia de deux bourrasques.
Vivement elle s'approcha d'un pupitre et se cacha derrière... regardant sous le banc, elle vit de l'autre côté de la classe le templier à la hache mener un combat hardi face au deuxième soldat. C'était sans doute la première fois qu'elle voyait des templiers à l'oeuvre et elle n'était pas déçue, malgré son désintérêt pour les duels. Attendant que l'archer se focalise sur quelqu'un d'autre qu'elle, étant certaine que l'hybride était suffisamment agile pour courir et tenter d'esquiver les flèches, elle réfléchit à son nouveau plan d'attaque. Lorsqu'elle crût le moment choisi, elle se leva, lançant un simple éclair s'abattre sur l'arc du voleur avec succès, le désarmant quelques secondes.

Elle enchaîna aussitôt, regardant à présent le templier et son adversaire, et elle leva les deux bras vers le plafond. Elle baissa promptement un bras, puis l'autre, releva les bras en harmonie et les baissa ensemble avec force... lançant trois sorts successifs. Le premier fit jaillir du sol un rocher de cinquante centimètres de hauteur juste au dos du soldat, le deuxième fit exploser une bourrasque d'air aux pieds de ce dernier, le projetant en arrière et le faisant trébucher contre le banc de pierre... Tandis que le troisième fit apparaître au-dessus du guerrier un glacier incroyable qui chuta sur lui et le transperça.

Lulu se baissa alors avec précipitation, sentant venir une nouvelle flèche trop précise pour qu'elle ne compte sur un échec de la part de l'archer.
Elle vit sous le banc les jambes du templier qui se rua vers l'archer. Lulu saisit cette diversion pour se relever et lever une nouvelle fois les bras, tandis que son mog, debout sur le même bureau que tout à l'heure, imitait toujours son geste. Elle vit le templier blesser de sa hache l'ennemi au niveau du ventre avant d'être frappé avec rapidité par deux coups de dague que l'archer sortit de sa manche.
Le templier s'effondra, vivant mais grièvement blessé à l'abdomen... L'archer encocha une nouvelle flèche à son arc, se déplaça de quelques mètres sur sa droite et la pointa vers Lulu. Cette dernière avait le visage à moitié caché par ses bras levé, mais de son oeil droit elle pouvait voir l'arc, la flèche et l'homme qui la tenait en joue.


" Rendez-vous. Cette attaque, vous ne parviendrez pas à l'esquiver. "

" Tu rigoles ? Tu seras à terre avant d'avoir pu lancer ton sort, idiote. "

" Et vous serez capturé et condamné à mort avant d'être sorti de la citadelle, si vous tirez, crétin. "

" Pour ça je ne m'en fais pas. "

Ils se regardèrent de longue seconde, immobiles... tandis que l'hybride restait caché près de la sorcière.

[i]Et il tira. Les bras de la sorcière se baissèrent violemment alors qu'elle prononça avec froideur
"Brûle. "[/color]... Un torrent de flammes emprisonna le bandit et le consuma totalement, ne laissant qu'un cadavre sombre s'effondrer. La flèche se planta dans un banc, à des mètres de l'hybride ou de la sorcière.

" Il vous a manquée ?! "

L'hybride répondit à sa propre question par un long et bruyant rire de joie, tandis qu'il leva les bras vers le ciel en signe de victoire et de profond soulagement... Elle ne put que... soupirer longuement, reprendre ses esprits et remercier les éternels pour avoir réussi à lancer un sort aussi compliqué qu'Hypnôsis sans que sa cible ne le remarque.
Elle marcha prestement vers l'archer, retint sa respiration, serra les dents et posa sa main sur la peau brûlante du cadavre, lui arrachant une grimace de douleur. Lulu ne s'arrêta toutefois pas dans son geste, retourna l'homme sur le dos, se retenant surtout de sentir l'odeur épouvantable qui émanait déjà du cadavre, et plongea sa main dans la poche intérieure de sa veste.


" Qu'est-ce que vous faites ?! La recette est sûrement brûlée. "

Mais elle ne pouvait prendre ce risque. Cherchant dans ses poches, elle trouva enfin un tube en métal... et la douleur lorsqu'elle saisit ce dernier fut véritablement affreuse. Sa main lui suppliait, elle le sentait, de cesser tout cela. Lulu ouvrit l'étui, fit tomber son contenu à terre et lâcha brusquement le tube de métal qui percuta le sol avec bruit avant de rouler sur le sol...
Elle saisit la lettre, s'éloigna du cadavre et reprit son souffle avant de se diriger vers l'hybride.


" Jettez votre dague à terre. Vous avez quinze secondes pour apprendre par coeur votre recette. "

" Q... quoi ? L'apprendre par coeur ? "

" Six hommes se dirigent au pas de course vers nous. Dix secondes. "

En fermant les yeux, elle pouvait ressentir leur présence approcher dans les couloirs. L'homme-fauve se concentra plus que jamais sur le parchemin, le relisant plusieurs fois en un éclair, avant de rentre avec précipitation le papier à la sorcière, qu'elle froissa dès qu'elle l'eut en main avant de le jeter à terre et de consumer la boule de papier. Elle eut juste le temps d'appeler son tomberry à sauter dans ses bras avant l'arrivée des soldats.

Les six hommes entrèrent une seconde plus tard, pointant armes et arbalètes en leur direction, à quelques centimètres à peine de leur visage.


" Qu'est-ce que c'est que ce carnage ?! "

" Je me nomme Lulu et j..."

Un homme s'approcha à quelques centimètres de son visage et lui cria à la figure des mots qu'il jeta tel un crachat.

" La ferme ! "

" J'ai été envoyée par le Primarque.", dit-elle avec sévérité avant de pointer l'hybride d'un mouvement de tête " Et ce monsieur est la victime d'un vol commis par... "

L'homme s'approcha une nouvelle fois, parlant d'une voix plus calme mais absolument glaciale.

" Je t'ai dit de la fermer. "

Elle fronça les sourcils et jeta un regard à l'hybride qui semblait assez paniqué. Les soldats regardèrent le lieu de combat, inspectant les cadavres et les blessés.

" Mettez-les aux arrêts. "

" Les deux templiers sont grièvement blessés, ils ont besoin de soin. "

" Toi le chat, tu la fermes."

" C'est quoi ça ? "

Le soldat qui visiblement les gérait, la regardait d'un oeil inquisiteur.

" Quoi donc ? "

Il s'empara d'un geste vif du tomberry sans qu'elle ne puisse rien faire. Elle dut se retenir de lui arracher des mains et c'est inquiète qu'elle regarda le militaire manipuler l'objet;

" Ce n'est qu'une peluche. "

" Y a quoi dedans ?! C'est un robot ? "

" Qu'est-ce que vous racontez ?! C'est une peluche, rendez-la moi immédiatement ! "

L'officier s'éloigna, prit une dague à sa ceinture et éventra froidement le tomberry avant de retirer l'ouate de son corps à la recherche de Dieu sait quoi. Les yeux de la sorcière s'écarquillèrent alors qu'elle le regardait faire. La fureur ne fit que grandir en elle et c'est par sagesse qu'elle se retint de promettre au soldat d'éventrer ses animaux de compagnie de la même façon...

" Salopard. "

Il jeta le corps vide de la peluche déchiqueté à terre avant de prendre l'arbalète de l'un de ses hommes et de frapper violemment Lulu à la joue de la crosse de l'arme, l’assommant sur le coup.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ainé des Surhommes
Masculin
Nombre de messages : 271
Age : 27
Date d'inscription : 04/09/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
239/350  (239/350)
Mer 26 Mar 2014 - 12:13
Locuste ? Néron ? C’est qui ces deux baltringuent là ?! Rah, avec des noms pareils ca ne peut qu’être des putains de clowns !

Orthographe, syntaxe et ce genre de connerie… c’est évidement parfait comme d’hab.

Alors la mission est divisé en deux parties pour moi… commençons par la première, du début jusqu’au moment où ils sortent du vaisseau. De l’enquête, de la réflexion et une relation entre le chat et la Lulu que j’aime. C’est évidement un PNJ qui va trainer de membre en membre… or, je sais d’avance que c’est toi qui va te le taper le plus souvent !
Parce que voilà… l’apothicaire est évidement un personnage très cool, pas manichéen du tout. C’est malgré tout quelqu’un comme vous et moi, quelqu’un qui cherche à faire la paix avec ses propres actes… bref, j’adore la manière dont tu détailles mon apothicaire, mon pnj !

Puisque voilà, il a l’air de t’inspirer et j’adore sa relation avec Lulu. Puis encore une fois, j’adore les enquêtes et les recherches. J’aime les faire (bien qu’Angeal ne s’y prête pas) et je suis heureux d’avoir un membre qui me fait ça nickel. Henri fait ça très bien aussi, dans un style différent… lui c’est un columbo alors que Lulu a des faux airs d’analyste sexy.

Donc bon… la première partie est excellente, je ne lésine pas sur les adjectifs mais ca ne mérite pas un bonus. Bah oui, j’ai l’habitude avec toi, il m’en faut plus… mais pour la deuxième ? Tu auras un bonus.

Alors déjà tu prends une initiative… j’avais évidement cette idée en tête mais je me demandais si tu saisirais l’occasion. Et bien oui ! La deuxième partie m’a rendu fou, je… n’ai pas supporté qu’on s’adresse à Lulu de la sorte ! Le combat, l’enchainement d’évènement rapide… ca doit être le premier vrai combat que tu livres avec Lulu et je t’avoue que tu vas m’aider à visualiser Kefka en combat.
C’est fluide, bien écrit… seul bémol, les peluches. Tu précises systématiquement que la peluche imite Lulu et… tu ne peux pas faire autrement, ca fait partit du folklore de ton personnage. Saut qu’à chaque fois… ca fait l’effet soit d’une pause, soit d’un rajout un peut longuet tu vois ? Alors je ne sais pas comment tu peux faire par rapport à ça… (ca ne gène pas la lecture de manière outrancière mais bon, faut bien que je critique hein ?)

Puis la fin… je suis curieux de voir ce que tu vas faire. Par contre, voici ma règle… j’adore qu’on prenne des initiatives, qu’on fasse des exploits et tout ça, surtout quand c’est lié aux intrigues. Quand c’est toi, j’avoue être moins inquiet qu’avec d’autre mais ma règle est très simple : Fais ce que tu veux tant que tu le faits bien.

Donc un bonus… pour la fin et le combat, je suis admiratif du nombre de combattants que tu décris sans problème. Alors bon, si… à quelques moments il me semble qu’un ennemi ou allié reste inactif plus ou moins longtemps… mais pendant la lecture j’étais dedans et ca reste l’essentiel.

Je vengerais ta peluche !

Atroce : 45 points d'expérience + 450 munnies + 5 PS (1 bonus) deux en vitesse, deux en dex et un en magie. (Tu utilises certes que des sorts, mais c'est la capacité de Lulu à lancer des sorts rapidement et au bon moment qui m'a le plus frappé)

P.S : Ça me fait toujours doucement rire quand tu t'en prends à Fabrizio... puisque lui, quand il vient et donne un ordre aux templiers, ils ne le discutent pas. Ils ne se permettraient pas, tu vois =)


_______________________________

Fiche de compétence
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ainsi Locuste servit Néron
» Ainsi sera ta vie [PV Mistral Glacé]
» Frère... puis-je t'appeler ainsi? Tant de temps s'st écoulé..
» "Ainsi, font, font, font, trois p'tits tours et puis s'en vont." (Avec Isa)
» Le destin en a voulu ainsi... [poste unique]