Derniers sujets
» Cartographie
par Chen Stormstout Aujourd'hui à 0:29

» Affaitage
par Chen Stormstout Hier à 21:44

» My name is Lea, Got It Memorized ?
par General Primus Hier à 20:14

» Entre ciel, terre et campagne
par Matthew March Hier à 19:58

» La Caverne Hantée
par Chen Stormstout Hier à 19:40

» MAJ des Compétences
par General Primus Hier à 16:46

» D'un prêtre à une soldate, et vice-versa
par Agon Wiley Hier à 16:40

» La vengeance est un plat…
par Death Hier à 16:28

» Loué soit Son nom
par Kurt Brown Hier à 15:39

» Contrats - Demande de Mission
par Adrien Heiser Lun 15 Jan 2018 - 23:20

» Fiche : Ioan Kappel
par Ioan Kappel Lun 15 Jan 2018 - 21:47

» Correspondance interstellaire
par Chen Stormstout Lun 15 Jan 2018 - 18:41

» Bric à Brac
par Lenore Lun 15 Jan 2018 - 17:19

» Les Retrouvailles
par Chen Stormstout Lun 15 Jan 2018 - 14:26

» Ioan Kappel
par General Primus Lun 15 Jan 2018 - 13:19


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Blanche débarque, Noire la suit.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Féminin
Nombre de messages : 17
Age : 24
Localisation : Près du stock de pommes !
Date d'inscription : 21/02/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
58/200  (58/200)
Lun 24 Fév 2014 - 16:00

Blanche



Identité

  • Nom  : Halkan

  • Prénom : Blanche (& Noire)

  • Titre  :  Coeur double

  • Âge :  12 ans

  • Camp :  Errant (pour le moment)

  • Monde d'Origine :Palais des rêves/Contrée adjacente/Cité de Medora

  • Race  : Humaine

  • Grade désiré :Celui que l'on me donnera




Physionomie


Qui pourrait soupçonner une telle instabilité mentale avec une apparence aussi simple et mignonne ?
Une belle chevelure couleur de neige pure coupée court tombe sur la base du cou de la petite fille, formant un amas de cheveux en bataille retenus par un serre-tête de tissu joliment brodé de triangles noirs et blancs. Le tout encadrant le visage fin d'une enfant à la peau pâle et au petit nez légèrement en trompette. Illuminant l'ensemble, ses yeux d'un vert profond sont souvent grands ouverts de curiosité sur ce qui l'entoure.
Du haut de ses douze ans, Blanche possède une taille et une carrure frêles, même pour son âge. Peu de muscles, des membres maigrichons, rien qui laisse à penser qu'elle sache se battre et encore moins tuer une personne.
Ses vêtements en revanche semblent complètement en désaccord avec son physique d'enfant. Dessous, une tunique à l'ancienne d'un bleu délavé, une jupe blanche brodée en bordure de glyphes en fils d'argent et, surmontant le tout, une ceinture de cuir brun à la boucle dorée. Dessus, un manteau de cuir qui semble tout droit sortie du 17e siècle. Poussiéreux et trop large pour elle, il lui tombe en dessous des genoux et prouve par la même qu'il s'agit d'un manteau adapté à un adulte. Néanmoins il possède de nombreuses poches intérieures où Blanche y dissimule une farandole d'objets : du pain, des herbes médicinales, une balle en mousse, du parchemin, trois cuillères et, choses étrange, un magnifique Kukri à la lame d'argent et poignée noire. Pour couronner le tout, ses pieds sont chaussés de bottes de toile, trop grandes aussi, qui lui remontent presque aux genoux et qu'elle a maintenu autour de ses mollets par deux lanières de cuir.
En conclusion de cet ensemble, Blanche porte autour du coup une écharpe d'un beau rouge vif qu'elle quitte rarement.

Pourtant, derrière cette apparence des plus banale, quoiqu'un peu étrange pour une petite fille, Blanche cache un autre aspect inattendu. Peu de gens ont rencontré Noire, mais les rares qui ont pu apercevoir le double de la fillette connaissent désormais le sens du proverbe « Il ne faut pas se fier aux apparences ».
Lorsque l'alter-ego de Blanche prend le pas sur elle et que Noire en vient à se battre, sa carrure fine devient un avantage plus qu'un point faible. Agile, rapide et vicieuse, Noire n'hésite pas à utiliser sa petite taille pour se faufiler partout et frapper son ennemi au moment ou celui ci s'y attendra le moins. Pour le maléfique double de Blanche, tout les coups sont permis du moment que la mort est la finalité. Et si elle doit se retrouver acculée, Noire se transforme en vrai furie, frappant, mordant, griffant, tranchant, tel un fauve pris de folie. Si la force lui fait défaut, Noire la compense par une agilité digne d'un chat et une rage effrayante pour une enfant de son age.
Le combat et le meurtre sont clairement les domaines de prédilection de Noire. Blanche en revanche a choisi de se tourner vers un domaine plus doux destiné à aider son prochain. En effet, si Noire ne possède pas le moindre pouvoir, concentrant tout son esprit malveillant sur la maitrise du Kukri, Blanche a appris depuis sa plus tendre enfant la magie de soin et guérison des blessures. Plutôt douée dans ce domaine, Blanche n'hésite pas une seconde à soigner n'importe quelle personne blessée qui croise sa route. Ce qui bien évidement lui attire souvent des ennuis, car tout le monde ne se montre pas reconnaissant même lorsque leur vie vient d'être sauvée. Par ailleurs, ce pouvoir n'est pas sans contrecoup, car la si douce Blanche utilise par cette magie sa propre force vitale mêlée à sa volonté pour guérir son prochain. Et ce terrible revers de la médaille peu aller jusqu'à lui prendre la vie si la blessure est trop gravissime. Car Blanche, inconsciente de sa propre santé, ne s'arrête jamais avant que la blessure de son « patient » soit complètement soignée.




Psychologie


Blanche... Ou Noire... Noire, ou Blanche...
Blanche est douce comme la soie, gentille, et d'une bonté sans limite.
Noire est maléfique, vicieuse, et son intelligence n'a d'égal que sa malveillance.
Blanche est comme un rayon de soleil, souvent joyeuse, toujours souriante, admirant la moindre beauté de son environnement, trouvant le réconfort dans la musique et l'affection des autres à laquelle elle tient beaucoup.
Noire est telle un vent du nord, froide et perfide. Manipulatrice et sadique, elle n'aime rien tant que la souffrance d'autrui et sa langue venimeuse lui permet de tromper les gens et les monter les uns contre les autres.
Blanche n'aime pas se battre. Craintive de nature, elle aura tendance à fuir face au danger, sauf si ses amis sont menacés, auquel cas elle n'hésitera pas à prendre des risque pour eux voir à se sacrifier.
Noire n'a pas d'amis. L'ensemble des êtres qui peuples le monde sont ses ennemis. Ses seules alliées sont les ténèbres. Elle ne refusera jamais un combat si elle pense gagner, mais son esprit malicieux analysera la situation pour tenter de prendre le dessus avant même que le combat ai commencé.

Blanche utilise sa magie pour soigner tous ceux qui en ont besoin, bons ou mauvais, fous ou sains d'esprit, anges ou démons... La santé des autres passe toujours avant la sienne et elle n'hésite pas à donner toute son énergie à la guérison d'un inconnu trouvé blessé ou mourant.
Noire ne prendrait jamais de risque pour les autres. Sauver des gens est une perte de temps et d'énergie, ils sont tous destinés à mourir de toute façon. Elle se contentera donc d'achever les blessés si elle s'en sent l'humeur et la clémence.
Enfin...
Blanche n'a pas conscience de Noire. Elle n'est pas au courant de son dédoublement de personnalité, ou plutôt se refuse à cette idée tant elle est effrayante. Il lui arrive bien de se réveiller sans pouvoir se rappeler de ce qu'elle a fait durant les dernières heures, mais elle met cela sur le compte de son étourderie...
Noire tente souvent de prendre le dessus sur Blanche. Elle hait la gentille petite fille, mais ne peut la détruire. Alors elle se contente d'exprimer toute sa rancœur et sa haine envers le monde lorsqu'elle sort.
Car Blanche ne peut vivre sans Noire, et Noire ne peut exister sans Blanche.
Blanche est l'incarnation du Bien.
Le Mal a choisi Noire pour s'incarner.
Bien et Mal, Lumière et Ténèbres, Blanche et Noire, continueront donc de partager le même cœur, et le même corps durant des années et des années, éternel combat entre deux esprits qui n'auraient jamais du se retrouver dans la même enveloppe.




Histoire


Partie I

Keltan ouvrit la porte de la salle avec une lenteur calculée. Toujours intimider un prisonnier avant l'interrogatoire c'était la base. Les geôles du Jardin Radieux avait une réputation tout de même.
L'homme qui se trouvait dans la cellule, assis sur une chaise derrière une petite table de bois, sursauta et marmonna précipitamment des paroles incompréhensibles.
Keltan s'avança en dominant le captif de toute sa taille. Puis s'assit face à lui de l'autre coté de la table. Il prit tout son temps pour lever les papiers qu'il tenait en main et les feuilleter. Au bout de quelques minutes, il releva les yeux et les planta dans ceux de l'homme qui lui faisait face.

« Comment vous appelez vous ? »

« Peryos. » lui répondit le prisonnier sans détour.

Keltan fut ravi d'entendre sa voix trahir son inquiétude. Le faire parler serait très facile, ça tombait bien il n'aimait pas les longs interrogatoires. Le garde du Jardin Radieux croisa ses doigts sur la table.

« J'ai lu qu'environ une heure plus tôt vous vous êtes écrasé avec votre vaisseau gummi sur une tour du Jardin. Votre acte aurait pu avoir des morts pour conséquence. »

L'homme garda le silence.

« D'où venez vous Peryos ? » reprit Keltan.

« Medora. Une petite cité-état situé dans le monde du Palais des rêves. »

« Ce nom ne me dit rien. Enfin, les mondes sont vastes. Alors pourquoi vous a t-on envoyé si loin de chez vous ? »

L'homme eut un frisson presque imperceptible.

« On ne m'a pas envoyé... Je me suis enfui. »

Keltan leva un sourcil.

« Tiens donc, et peut on savoir ce qui vous a amené à fuir de votre propre monde ? »

Cette fois, le frisson de l'homme se fit plus marqué.

« Noire... » chuchota t-il tout bas.

« Je vous demande pardon ? » dit Keltan en levant de nouveau un sourcil.

« Noire... répéta Peryos. Elle a livré notre ville aux sans-cœurs... A l'heure qu'il est je dois être le dernier survivant... »

Sentant qu'une histoire allait suivre, Keltan commença à prendre des notes sur une feuille.
Peryos inspira profondément et commença son récit:

« Medora était une petite ville sereine, gouvernée par notre bon roi Adremaï. J'étais son conseiller. Notre roi avait une petite fille, Blanche. Elle était aussi douce que le printemps et d'une gentillesse comme il en existe rarement. Seulement, dans notre grande naïveté et notre trop grande assurance en la paix de la cité, nous n'avons soupçonné à aucun moment que les ténèbres s'étaient insinuées dans la cours elle même... Nous nous pensions... à l'abri... Adremaï avait un mage, Belpheor, un homme d'apparence amicale, que tous appréciaient, et qui pour moi même était un ami... »

Peryos fit une pause et prit le temps de respirer lentement. Lorsqu'il reprit la parole, sa voix était tremblante.

« Personne n'aurait pu prévoir ce qui allait se passer... Personne n'aurait pu deviner les projets qu'avait réellement Belpheor... Personne n'aurait pu imaginer quelque chose comme Noire... »


Partie II

« Blanche ! »

La petite fille leva le nez de son livre et regarda autour d'elle pour savoir qui l'avait appelé. Se rappelant qu'elle était hissée sur la plus haute étagère d'une bibliothèque, elle jeta un oeil en bas, et découvrit Netael, le serviteur en charge de son éducation, qui lui jetait des regards furibonds.

« Oh ! Bonjour Netael ! Lui lança la petite fille en souriant. J'ai trouvé un super livre qui parle de sorciers, de guerriers, de monstres, tout ! »

« Ne détournez pas la conversation jeune demoiselle ! L'interpella le serviteur avec colère. Et descendez tout de suite de la haut ! Vous savez que votre père n'aime pas lorsque vous prenez de tels risques ! »

Blanche soupira et referma son livre après avoir soigneusement marqué la page. Puis elle descendit de son perchoir en passant d'étagère en étagère. Netael insista pour la porter dans les derniers mètres « pour qu'elle ne se blesse pas ».

« Enfin mademoiselle ! S'emporta le serviteur. Pourquoi désobéissez vous toujours à toutes les recommandations ! Vous savez bien que nous nous faisons tous un sang d'encre lorsque vous vous mettez en danger à longueur de temps ! »

Pour toute réponse, Blanche lui adressa un doux sourire qui eu le don d'attendrir l'homme grognon.

« C'est parce que je sais que tu seras toujours là pour m'aider et me gronder Netael. » répondit elle gentiment.

Finalement vaincu par son air angélique, Netael se calma mais ajouta tout de même pour faire bonne figure:

« Je vous prie tout de même de faire attention à vous Blanche. Vous êtes la princesse de cette ville, et nous nous inquiétons tous de votre sécurité... »

La petite fille hocha la tête et l'acheva d'un nouveau sourire joyeux.
Son livre sous le bras, elle suivi le majordome pour son cours d'écriture. Sur la couverture, des lettres d'or formaient le titre parfaitement lisible: « Les élus de la lumière »...


Depuis qu'elle était née au palais, Blanche avait toujours été entourée de toute l'attention possible. Sa femme étant morte lors de l'accouchement, vaincu par la maladie qu'elle couvait depuis des mois, le roi Adremaï chérissait plus que tout le seul souvenir qui lui restait d'elle: sa fille. Et bien que ses devoirs de souverain l'empêchaient de s'occuper d'elle autant qu'un père le devrait, il faisait en sorte qu'elle ne manque de rien et que les serviteurs et gardes veillent à sa sécurité.
Petite princesse aux cheveux de neige, Blanche était aimée dans le palais pour son grand cœur et son visage toujours souriant. Aimant la musique et la nature, elle passait ses journées à gambader dans les immenses jardins ou à écouter les divers musiciens du royaume qui venait jouer à la cours pour le plus grand plaisir de ses oreilles d'enfant.
L'autre partie de son temps était dédié à son éducation que les serviteurs prenaient à cœur. On lui apprenait la lecture, l'écriture, l'histoire, la danse, et bien d'autres connaissances.
Mais ce que Blanche préférait, au grand damne des serviteurs, était de s'inventer des aventures qui l'emmenaient dans les montagnes les plus hautes (les étagères de la bibliothèque), dans les grottes les plus sombres (les remises et greniers), ou dans les marécages les plus profond (les mares du jardin). Et à chaque fois, les serviteurs la voyaient avec frayeur escalader, nager, courir, sauter...
Blanche adorait les livres d'aventures, en particulier ceux qui racontait des histoire de héros de la lumière combattant les forces des ténèbres dans différents mondes.
Elle avait apprit lors de ses cours d'histoire que de nombreux mondes entouraient le leur. Une infinité. Et celui du Palais des rêves, son monde, faisait parfois commerce avec d'autres mondes via les vaisseaux gummi. Mais Medora était lui une petite cité-état, et les rares vaisseaux gummi qui partaient de ce dernier étaient des commerçant appartenant au Palais des rêves.
Blanche rêvait depuis longtemps de partir un jour pour explorer ces mondes et vivre les même aventures que les héros de ses histoires.

Ainsi continuait la vie au palais, paisible et illuminée du sourire de la petite princesse.


Partie III

Le destin de Blanche se décida la veille de ses douze ans.
La personne que la petite fille aimait le plus au palais en dehors de Netael et de son père, c'était Belpheor, le sorcier de la cours. C'était un homme d'une trentaine d'années aux beaux cheveux noirs et aux yeux gris pâles brillants. Belpheor se montrait beaucoup moins à cheval sur la sécurité et emmenait souvent Blanche dans des promenades que la petite fille adorait. Et souvent, il lui montrait des tours de magie dont il avait le secret, pour le plus grand plaisir de la petite princesse. Parfois, il jouait des tours aux serviteurs qui avaient le don de faire rire Blanche aux éclats. Elle se souvenait encore de la fois où il avait fait pousser des champignons de toutes les couleurs sur le crâne chauve du scribe royal pendant un quart d'heure sans que celui ci se rende compte de quoi que ce soit. Blanche avait cru se briser une côte à force de rire.
Belpheor s'était rapidement prit d'affection pour la petite fille et il ne tarda pas à lui apprendre à utiliser la magie elle aussi. Très vite, il s'avéra que la petite fille n'était douée que pour les sorts de soin. Le mage entreprit alors de lui enseigner la magie de guérison, puissante mais dangereuse pour son utilisateur. Blanche montra beaucoup de talent à lancer ses sorts de soin, mais son manque évident d'énergie corporelle ne lui permettait pas de les faire durer très longtemps.
Belpheor lui disait tout le temps qu'elle était très douée, et Blanche en était ravie.

Quelques jours avant son douzième anniversaire, Belpheor convoqua Blanche dans son bureau. La salle était anormalement sombre par rapport à d'habitude, seules deux bougies éclairaient la pièce. Le mage se tenait derrière son bureau et feuilletait fébrilement un gros livre noir.
Blanche toussota pour signaler sa présence. Le mage lui lança un regard où brillait une lueur étrange que la petite fille ne lui connaissait pas. Comme s'il s'en était aperçu, Belpheor reprit un visage normal.

« Bienvenue Blanche, j'avais hâte de te voir. Assied toi donc. »

La petite princesse s'exécuta. Le mage ferma son livre et le rangea. Blanche eu tout juste le temps d'apercevoir sur la couverture un étrange symbole rouge en forme de cœur.

« Si je t'ai fait venir c'est que j'ai de grandes nouvelles pour toi. reprit le mage. Si je ne me trompe pas, tu rêves de voyager depuis longtemps n'est ce pas ? »

Blanche retrouva immédiatement son sourire joyeux et hocha vivement la tête. Belpheor était toujours le premier à lui proposer des aventures. Celui ci lui rendit un sourire satisfait.

« Et bien ton vœu va peut être s'exhausser bientôt. »

« Vraiment ? Tu veux dire pour de vrai de vrai ? » s'exclama Blanche en ouvrant de grands yeux et avançant sur le bord de sa chaise.

« Pour de vrai. Souris le mage en lui adressant un clin d'oeil. Mais je ne t'en dit pas plus pour le moment. Dans quatre jours ce sera ton anniversaire. Je t'en révélerai davantage ce jour là. »

Ravie, Blanche lui lança un regard impatient. Mais le mage refusa de lui dire davantage, et la raccompagna à la porte en lui tapotant affectueusement la tête.

La petite fille attendit avec impatience que son anniversaire arrive. Malheureusement, ce jour ne se passa pas exactement comme elle l'avait imaginé...
La veille de ses douze ans, à la nuit tombée et alors qu'elle dormait sereinement dans son lit, elle fut soudain éveillée en sursaut par des cris et un véritable vacarme qui résonnait dans tout le château. Blanche se redressa vivement et regarda la porte de sa chambre alors que le fracas d'affrontements résonnait dans les couloirs du château.
En totale incompréhension, Blanche resta immobile et silencieuse.
Mais lorsqu'un bruit mat suivi d'un râle d'agonie retenti devant sa porte, elle poussa un petit cri et tomba de son lit à la renverse. Tremblante, elle leva doucement la tête par dessus le matelas et regarda la porte qui était toujours close. Soudain celle ci s'ouvrit avec fracas et Blanche se recroquevilla sur elle même. Mais ce n'était que Belpheor qui se tenait dans l'encadrement. L'air inquiet et préoccupé, il fit le tour de la pièce des yeux et, lorsqu'il tomba sur Blanche, s'avança rapidement vers elle et lui prit la main.

« Blanche, il faut partir, les sans-cœurs attaquent le château ! J'ai réussi à détruire celui devant ta porte mais d'autres arrivent ! »

Éberluée, encore en robe de chambre, la petite fille se laissa entrainer dehors.
Dans les couloirs c'était le chaos. Les soldats se battaient contre des créatures noires et monstrueuses que Blanche avait déjà vu en illustration dans des livres et qui semblaient jaillir du sol.
Le mage l'entraina rapidement à travers le château en évitant les combats. Lorsque des sans-cœurs se dressaient devant lui, il les éliminait d'une salve d'éclairs noirs.
Finalement, ils arrivèrent tout deux devant le bureau du mage. Celui ci fit entrer la petite fille et ferma la porte derrière eux. Puis il s'avança vers la bibliothèque et tira un livre à lui. Aussitôt une étagère s'écarta et découvrit un escalier qui descendait.

« Vite Blanche, il faut te mettre à l'abris ! » s'écria Belpheor en invitant la petite fille à emprunter les escaliers.

La princesse était terrorisée, mais arriva à se secouer assez pour s'avancer vers les escaliers, frissonnant en sentant la pierre froide sous ses pieds nus. Néanmoins, lorsqu'elle mit le pied sur la seconde marche, elle sentie un tissu léger se poser énergiquement sur son visage. L'odeur qui s'en dégageait lui tourna la tête rapidement. Elle se sentie sombrer... Tomber dans un gouffre infini... La dernière image que reçut son esprit fut celle de Belpheor qui était penché sur elle et souriait. Elle ne la comprit pas...

Lorsque la petite fille se réveilla, elle était allongée sur un sol de pierre froid et humide.
Elle se redressa en se massant la tête, elle avait encore le tournis...
Se rappelant ce qui venait de se passer, elle regarda vivement autour d'elle. Elle se trouvait dans une pièce circulaire en pierre noire. Tout autour, contre les murs, des tuyaux de cuivre remontaient vers le plafond sphérique et se réunissaient en son centre pour former un seul tuyau qui se tenait au dessus de la tête de Blanche. Des machines fumantes et sifflantes se tenaient à l'autre bout des tuyaux. Enfin, un escalier remontait sur la gauche.

« Vous êtes enfin réveillée princesse. »

La petite fille sursauta et se retourna. Belpheor se tenait derrière elle près d'une des machines, tenant dans les main un livre ouvert que Blanche reconnu comme étant celui qu'elle avait vu dans le bureau du mage quelques jours plus tôt.
Le mage lui lança un sourire effrayant que la petite fille ne lui connaissait pas. Dans ses yeux brillait la même lueur la dernière fois. Une lueur froide et avide qui figea Blanche.

« Que... Je... vous... » bafouilla t-elle.

« Vous vous demandez sans doute ce que vous faites là ? Ma chère vous allez participer à la plus grande expérience que le monde ai connu ! Vous allez devenir une légende ! Vous qui rêviez de vivre une aventure voilà que votre vœu va se réaliser ! »

Il éclata d'un rire froid et malveillant bien différent de celui chaleureux que Blanche lui connaissait. Elle ne comprenait pas... Pourquoi le mage faisait il cela ? Était ce un jeu ? Voulait il lui faire peur ? Si c'était le cas, elle ne trouvait pas ça drôle du tout.
Mais la lueur de son regard n'avait rien d'amusée. Blanche avait l'impression qu'un autre homme se tenait devant elle. Elle frissonna et recula d'un pas.
Quoi qu'il se passe, elle devait partir d'ici. Elle se rapprocha doucement à reculons des escaliers sans alerter le mage. Puis soudain, elle bondit sur ses pieds et se précipita vers la sortie. Mais elle buta contre quelque chose d'invisible et tomba à terre.
Le rire mauvais du mage l'accompagna lorsqu'elle se releva.

« Pauvre sotte ! Vous pensiez vraiment que je n'avais pas prévu votre tentative de fuite ? Ce mur magique vous retiendra captive le temps que je concrétise l'expérience ! »

Blanche lui lança un regard terrifié.

« Pour... Pouquoi?... » demanda t-elle les larmes aux yeux, sans relever.

Belpheor lui adressa un sourire avide.

« Parce que vous êtes la seule personne de ma connaissance à pouvoir servir mon expérience ! Votre cœur est aussi pure que du cristal... Emplie d'une lumière que je n'ai pu trouver chez personne d'autre de cette ville ! Voyez vous, la création de l'opposé ne peut fonctionner que si la personne possède un cœur empli de lumière, ou de ténèbres. S'il hésite entre les deux, l'expérience sera incomplète. Croyez bien que j'ai déjà essayé avec d'autres sujets. Vous êtes mon ultime essai. Gagner votre confiance n'a pas été une tâche difficile, mais parvenir à vous capturer sans que personne ne remarque votre absence m'a donné plus de fil à retordre. Mais j'avoue que cette attaque de sans-cœurs était un coup de génie, ces petites bêtes sont toujours prêtes à dévorer des cœurs lorsqu'on leur en offre la possibilité ! »

Blanche ne comprenait pas tout ce que disait le mage, mais assez pour comprendre qu'il s'était joué d'elle et l'avait manipulée. La petite fille se sentie envahie d'un profond désespoir. Le mage pouvait il être aussi mauvais que ça pour avoir joué la comédie tout du long ?
Ce dernier ne lui laissa pas le temps de réfléchir, il s'avança vers une machine et actionna un levier en annonçant:

« Bon, installez vous confortablement princesse, et détendez vous. Que l'expérience commence ! »

Il actionna un autre levier et commença à prononcer une incantation d'une voix gutturale en lisant son livre.
Quelque chose s'agita dans une cage de verre au dessus de la machine. Quelque chose de très sombre... La chose remonta alors dans le tuyau. Blanche se recroquevilla sur elle même et ramena ses genoux contre sa poitrine, laissant ses larmes couler sur ses joues.
Une sensation étrange la saisi alors. Elle avait l'impression que tout son corps se glaçait. Elle senti son cœur s'accélérer. Le froid s'insinua dans ses veines, gela ses muscles un à un et s'avança vers son cœur. Blanche voulu hurler, mais sa gorge était figée. Au moment ou la glace allait atteindre son coeur, elle entendit des bruits violents et vit quelqu'un qu'elle ne reconnu pas arriver dans la pièce et se jeter sur Belpheor. Puis son coeur fut envahi par le froid et les ténèbres l'entourèrent...
Blanche sombra... Elle sombra très profondément...
Elle avait l'impression de tomber dans un gouffre sans fin... Sans savoir si elle en sortirait un jour...

Partie IV

Adremaï retira son épée de la poitrine du mage félon et se précipita sur sa fille. Il écarta rapidement Netael qui l'avait relevée et la prit dans ses bras. Fébrilement, il caressa le visage de sa fille. Elle était extrêmement pâle, mais sa poitrine se soulevait toujours au rythme d'une lente respiration témoin de la vie qui habitait encore son être.
Le roi se redressa, sa fille dans ses bras et l'emporta hors de la pièce, laissant à ses gardes le soin de détruire l'endroit. Lorsque les sans-cœurs avaient attaqué, sortis de nul part, il avait tout de suite envoyé des hommes mettre sa fille à l'abri. Lorsque ceux ci étaient revenus en annonçant qu'elle était introuvable mais que des soldats l'avaient vu accompagnée de Belpheor, Adremaï avait immédiatement compris. Il avait confiance en ses hommes, mais il n'était pas stupide et l'attaque des sans-cœur au beau milieu de la nuit donnait la preuve d'un traitre dans leurs rangs.
Il avait alors dépêché un groupe de soldats et s'était rendu au bureau du mage. Ils n'avaient pas tardé à trouver la pièce secrète et s'étaient précipité aux bas des escaliers, mais il était trop tard, sa fille subissait déjà les expériences maléfiques du traitre.
Imperturbable, le roi couru jusqu'à la chambre de sa fille ou des guérisseurs l'attendaient déjà.
Ils examinèrent la petite fille pendant quelques minutes et lui administrèrent différents réconfortants.
La fillette ne se réveilla pas, mais les guérisseurs conclurent qu'elle avait seulement besoin de repos à présent.
Adremaï serait resté toute la nuit à son chevet si son conseiller n'était pas venue requérir sa présence pour la remise en état du château après l'attaque des sans-cœur. Le roi soupira et se résigna. Il ordonna à Netael de veiller sur sa fille, embrassa cette dernière sur le front et suivi son conseiller.
Quelques minutes seulement après qu'il soit partie, Blanche ouvrit les yeux.
Elle regarda le plafond fixement, puis tourna la tête vers Netael. Celui ci s'aperçut alors qu'elle était réveillée.

« Mademoiselle Blanche ! Vous êtes enfin parmi nous ! Quel soulagement... Nous avions vraiment cru que vous étiez... que vous étiez... »

Le serviteur ne pu terminer sa phrase et se contenta de jeter un oeil inquiet à la petite princesse. Celle ci le fixa d'un regard neutre. Puis ce regard se teinta d'une étrange lueur froide. Le visage qu'elle adressa au majordome fut si différent de celui qu'elle abordait d'ordinaire que Netael se figea de stupeur. Lorsqu'elle parla, ce fut d'une voix glaciale et mauvaise qui ne pouvait pas lui appartenir.

« Blanche... Quel nom horrible... Et stupide. »

Elle se redressa lentement et s'assit sur le bord de son lit. Ses yeux verts étaient à présent chargé d'une haine incroyable qui donna un mouvement de recule à Netael. Qui était cette fille ? Elle ne pouvait pas être la petite Blanche ! Pas avec un tel regard !
La petite fille lui adressa un sourire. Pas le sourire bienveillant qu'elle lui réservait d'habitude. Un sourire mauvais et sadique emprunt de malveillance.

« Mon nom à moi sera Noire. Il me va beaucoup mieux. »

Avant que le serviteur ai pu réagir ou même crier, la créature qui parlait avec la bouche de la princesse se jeta sur lui. Ses mains se refermèrent sur son cou et serrèrent. Elle serrèrent fort...
Le majordome tomba à terre en suffoquant. La petite furie qui l'étranglait augmenta encore sa prise. Juste avant de rendre son dernier souffle, Netael croisa le regard froid et emplie du plaisir de la tuerie et eu la confirmation que cette petite ne pouvait être la princesse Blanche. Mais qui était elle alors ?!
Il mourut sans avoir la réponse.
La petite meurtrière se releva et jeta un regard plein de dégout et de haine autour d'elle.
Puis elle s'étira, fit craquer son cou et lança un sourire mauvais à la porte de la chambre.

« Bien, je crois que j'ai des amis ténébreux à aller voir. »

Elle se mit à rire. Un rire maléfique que personne n'aurait pu soupçonner entendre un jour jaillir de la gorge de la petite Blanche.



Blanche flottait dans un monde sans fin... Un vide infini... Était elle morte ?... N'y avait il rien d'autre que ce vide après la mort ?...
Elle se sentait extrêmement somnolente...
Elle percevait des sons au milieu des ténèbres... Des cris... Et puis un rire... Un rire malveillant... A qui appartenait t-il ?...
Oh, elle verrait plus tard, pour le moment elle avait vraiment trop sommeil...

Au moment où elle allait sombrer dans le sommeil, elle se senti soudain revenir... Une lueur brilla au dessus d'elle, grandi, et finit par l'envelopper...

Lorsque Blanche ouvrit les yeux et revint enfin à elle, un homme était penché sur elle. Sa vue s'adapta et elle reconnu son père, le roi Adremaï.
L'homme arborait un visage inquiet.
La petite fille se redressa lentement, la tête lui tournait. Puis elle regarda autour d'elle.
Elle se trouvait dans une large salle sans toit qu'elle reconnu comme l'arrière cour du palais, là ou était garé le petit vaisseau gummi royal, le seul que possédait la cité. Il n'y avait personne aux alentours, pourtant l'endroit était ravagé comme si de violents combats avaient eut lieu. Elle ne portait plus sa robe de chambre mais une tunique légère, une jupe et une pair de bottes trop grandes pour elle.
Blanche jeta un regard d'incompréhension à son père. Elle s'aperçut alors seulement que celui ci était blessé au bras. Du sang coulait d'une plaie à son épaule et une étrange et inquiétante aura noire s'agitait sur son bras.
La petite fille lança un regard effrayé à son père. Elle voulut parler mais son père l'en empêcha en posant délicatement le bout de ses doigts sur sa bouche.

« Écoute moi bien Blanche. Lui dit il d'un air grave. Tu vois ce vaisseau derrière toi ? Il va t'emmener loin d'ici. Tu vas enfin pouvoir vivre une aventure comme tu le rêvais. »

« Papa... » bredouilla la petite princesse d'une voix tremblante.

Son père lui adressa un sourire plein d'amour.

« Je vais rester ici le temps de remettre de l'ordre, et puis je te rejoindrais. D'accord ? »

Blanche senti les larmes lui monter aux yeux. Mais elle hocha tout de même la tête.
Adremaï l'embrassa sur le front et lui passa son large manteau de cuir autour des épaules et son écharpe rouge autour du cou. Puis il la souleva et la plaça dans le cockpit du vaisseau. Il programma en vitesse un itinéraire sur le tableau de bord puis s'éloigna.
Blanche pleurait maintenant.

« On va se revoir tu promets? » demanda t-elle la voix brisée.

« Je te le promet. » sourit son père.

Blanche ravala un nouveau sanglot. Le cockpit se ferma alors et le vaisseau se mit à trembler. Puis dans un soubresaut plus violent que les autres, les propulseurs s'allumèrent et le gummi s'éleva vers le ciel...
La dernière image que Blanche vit de Medora fut des centaines d'ombres grouillant sur les bâtiments du palais...


Partie V

« Donc, conclu Keltan, si je comprend bien, vous avez abandonné votre ville lorsque cette... Noire y a attiré les sans-cœurs. »

Peryos fronça les sourcils.

« Que pouvais je faire d'autre ? Tous les habitants de Medora étaient en train de se faire dévorer par les ténèbres. Le roi était introuvable, sûrement mort. Je n'avais pas d'autre choix ! »

Keltan prit encore quelques notes puis demanda:

« Et cette fille ? Blanche ou Noire. Que lui est il arrivé ? »

Peryos soupira.

« J'imagine qu'elle a été emportée par les sans-coeur elle aussi... »

« Vous en êtes sûr ? »

« Presque sûr. »



Au même moment, dans les rues du Jardin Radieux, une petite silhouette vêtue d'un large manteau de cuir et d'une écharpe rouge traversa une route et jeta un regard autour d'elle. Ses cheveux blancs brillèrent au soleil...


(Je précise que Blanche n'a pas de vaisseau gummi, celui dans lequel elle était s'est écrasé et est irrécupérable.)




Questions diverses



1) Votre personnage est-il capable d’aimer, d’avoir une relation ? Question amour, des amourettes oui comme la plupart des filles de son âge, mais cela ne va jamais plus loin. Bien sûr je parle ici de Blanche, Noire n'a aucun ami et ses seules relations sont celles qui peuvent servir ses intérêts.
2) Si l’esprit de votre personnage s’incarnait en un animal mythologique ou chimérique ou réel (nuances acceptées). Que serait-il ? Un chat au pelage argenté et ébène, à la fois doux et fourbe.
3) Qu’en est-il de la fidélité et de l’esprit de camaraderie de votre personnage ? Blanche n'a pas encore d'amis, mais si il lui arrive de s'en faire, elle est prête à mourir pour eux. Noire peut, elle, à tout moment poignarder un « camarade » dans le dos sans le moindre remord si elle ne le juge plus utile.
4) En vue de votre race, quand pouvez-vous dire que votre personnage a forgé une amitié. Citez quelques unes de vos relations amicales. Blanche avait quelques amis dans son ancienne ville, principalement des serviteurs, mais jamais d'enfants de son âge. Neteal, le majordome était son ami le plus proche, et, avant qu'il montre son vrai visage, elle avait aussi lié une forte amitié avec Belpheor, le mage de la cour.
5) Quelle est la devise de votre personnage ? S'il y en a plusieurs, donnez les toutes.
Blanche : « Toujours penser aux autres avant soit même. »
Noire : « Les êtres vivants sont soit des ennemis soit des outils. »
Les deux : « Les pommes c'est trop bon. »
6) Vis à vis de votre façon d'écrire, quels sont vos points forts et points faibles? J'ai tendance à me répéter au niveau du scénario et j'ai parfois du mal à mettre en place une action. Sinon je pense faire pas mal attention aux réponses et à l'histoire des autres rpistes.
7) Pourquoi incarner ce personnage ? Les personnages fictifs de Blanche et Noire me trottent dans la tête depuis un petit moment et je les voyais bien s'imbriquer dans l'univers de Kingdom Hearts. J'aime leur personnalité controversée du fait qu'elles soient deux esprits totalement contradictoires dans le corps d'une petite fille d'apparence un peu perdue. Je sens que les rps qui vont en découler en seront très intéressants. ^^


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Drapeau Blanc
Masculin
Nombre de messages : 789
Age : 24
Date d'inscription : 23/12/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
225/550  (225/550)
Mar 25 Fév 2014 - 2:33
Salut !

Alors pour l'instant je n'ai lu que le caractère et le physique ^^. Mais en ce moment j'aime bien noter ces deux-là avant de m'attaquer à l'histoire.

Le physique et le caractère sont vraiment pareils, dans le sens où je ne saurai dire lequel des deux est le meilleur. Ils sont bons tous les deux et je peux faire un commentaire commun.

C'est long et c'est assez complet. Complet mais pas très précis. Disons que quand tu dis "tunique à l'ancienne"... je suis pas sûr de visualiser. Oui et tu décris pas plus que ça, je sais même pas si tu en dis la couleur. Je vois ce qu'est une tunique mais la seule tunique ancienne que je visualise, c'est tout simplement la tunique dans l'antiquité ^^' Et je doute que ce soit ça.

Je crois que c'est mon seul reproche vis-à-vis du physique. Je ne crois pas en avoir pour le caractère; Soyons honnête, c'est assez classique. Attention, je ne critique pas ^^. J'ai bien aimé le caractère et le physique mais un personnage qui a un dédoublement de personnalité, ou sais-je comment tu vas expliquer ça, ne sont pas vraiment rares dans la culture... fantastique et/ou asiatique.

De cette façon, avant même de lire ton caractère, je savais précisément ce que serait son caractère; J'ai trouvé intéressant (oui je reviens cinq secondes sur le physique) cette opposition qui existe même dans la façon de se battre; L'une est physique et a un style de combat qui me semble tout à fait intéressant ^^. Tandis que l'autre est une mage blanche.

Je dois quand même te dire que ton idée d'énergie vitale utilisée pour soigner, ça cloche un peu avec ce forum-ci. Disons qu'on est dans une logique où la magie est une énergie, oui, mais simplement une énergie magique. Ne plus en avoir ne signifie pas la mort.

Enfin bon ce n'est pas très grave ^^.

Donc ton caractère est intéressant dans la mesure où on a vraiment affaire à... bon, ce que je vais dire est évident, voir un peu tarte à la crème, surtout si je prends en compte ton pseudo... un personnage totalement blanc opposé à un personnage totalement noir. Et si d'habitude, tu me parles de personnage parfait sans défaut, je te fiche deux paires de baffe et un regard désapprobateur, ici ça marche pour une raison évidente. Pourquoi je dis ça ? Parce que ça peut être intéressant d'avoir un personnage tout blanc/noir parmi nous...

Néanmoins, je dois quand même reprocher à ton caractère le fait d'être... tellement réglé à l'avance, réglé par la façon dont on imagine un schizophrène dans un univers fantastique... réglé de façon à ce qu'on n'ait pas besoin de lire ton caractère pour le connaître. Et ça c'est un peu dommage. C'est un choix que tu as fait... et tu vas peut-être me dire "ça j'y peux rien, de toutes façons j'étais coincée avec ce type de personnage"

Je ne pense pas, en fait. Je pense que tu aurais pu adopter un point de vue... aborder un angle plus original, moins convenu ^^.

Bref c'était quand même fort bon ^^. Mais bon, moi je suis comme Goldman... Entre gris clair et gris foncé Cool

Quel grade... Je dirais... Sergent pour le caractère et physique.


Alors je suis en train de lire l'histoire et... je dois m'arrêter parce que je vois un problème.

"Il avait confiance en ses hommes, mais il n'était pas stupide et l'attaque des sans-cœur au beau milieu de la nuit donnait la preuve d'un traitre dans leurs rangs."

Pourquoi cela ? Je veux dire, y a plein de raisons qui peuvent expliquer l'attaque de sans-coeurs au beau milieu de la nuit. L'île du destin est attaquée durant la nuit, mais ça n'a rien à voir avec un traître ou quoi... Et puis pourquoi ne pouvait-il pas s'agir de quelqu'un d'extérieur, voulant attaquer le chateau, et lançant des sans-coeur sur la cité ?

Voilà j'ai fini ! Tout cela est très intéressant.

L'histoire m'a vraiment plu. Elle est vraiment bien ^^, très bien racontée.

J'en profite pour parler de l'orthographe. Franchement ça va ^^, mais c'est pas parfait. Je remarque que tu oublies presque systématiquement les tirets.

"Pourquoi le mage faisait il cela ? Était ce un jeu ? Voulait il lui faire peur ? Si c'était le cas, elle ne trouvait pas ça drôle du tout."

"Faisait-il" "Etait-ce" "Voulait-il" Tu vois ?

Sinon, ce sont des petites fautes d'accord ^^. Je doute que j'aurai à te reprocher ton orthographe plus tard dans tes rps ^^. Comme tu vas être errante visiblement quelques temps, c'est moi qui noterai tes exploits que tu m'enverras par mp =)

Alors... j'ai aimé l'histoire parce que j'ai eu l'impression de lire un livre. L'air de rien c'est une qualité rare. Ton histoire est écrite comme l'est un livre, d'une manière ordonnée et littéraire. Moi-même j'écris façon "rp" et pas façon livre.

C'est bête mais ça m'a beaucoup plu.

J'ai aussi aimé l'histoire parce qu'elle est... étonnamment classique. Ce n'est pas une critique, j'ai eu l'impression de lire un conte. Une jolie petite histoire qui vient annoncer la suite. C'est ça la force de ton histoire, elle finit d'une manière parfaite. Blanche est paumée, quitte son royaume de force... et alors qu'elle voulait une aventure, elle a le nez dedans.

Donc... je vais donner Capitaine à l'histoire.

J'ai noté très sincèrement mais malheureusement, le capitaine ne va pas remonter la moyenne. Attention, Sergent est un bon grade ^^. J'ai quelques très bons consuls qui sont sergent.

Donc... vérifions : 4 + 4 + 6 = 14... /3 = 4,6

Si tu avais été plus proche de 5 (désolé si t'y comprends rien, en fait c'est une simple moyenne), je t'aurais donné lieutenant. Mais désolé, c'est un peu léger ^^

Ton grade est donc Sergent.

Fiche validée et toutes conneries du style. Maintenant je te dirige vers la fiche de personnage. Si tu as des questions, tu les pose à Roxas ^^. Précise-lui qu'il doit lire la deuxième partie de ton physique.



_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» Femelle croisée caniche noire de qq mois à LL
» Les Annales de la compagnie noire
» Dans la nuit noire (Pollo)