Derniers sujets
» Explicatif sur l'Académie
par Genesis Rhapsodos Aujourd'hui à 4:59

» L'Annonciation
par Cassandra Pentaghast Hier à 22:48

» Can't stay away
par Milla Maxwell Hier à 22:38

» Mon deuil
par Genesis Rhapsodos Hier à 5:27

» Une main tendue
par Cissneï Mer 16 Aoû 2017 - 23:20

» Game Over RPG
par Invité Mer 16 Aoû 2017 - 20:30

» Réglementations et demande de Partenariat
par Invité Mer 16 Aoû 2017 - 20:29

» Bouc émissaire
par Général Primus Mer 16 Aoû 2017 - 19:27

» L'enthousiasme éternel
par Agon Wiley Mer 16 Aoû 2017 - 15:04

» Fiche de personnage de Lotis Terrick
par Lotis Terrick Mar 15 Aoû 2017 - 21:14

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Mar 15 Aoû 2017 - 12:57

» La nature a horreur du vide
par Surkesh Mar 15 Aoû 2017 - 12:52

» Lotis Terrick
par Général Primus Mar 15 Aoû 2017 - 12:05

» Petit mog, grand mog
par Genesis Rhapsodos Mar 15 Aoû 2017 - 8:54

» Le cœur a ses raisons que la raison ignore
par Surkesh Lun 14 Aoû 2017 - 13:16


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Comme pullulent les plaies...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 698
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1044/500  (1044/500)
Mar 14 Jan 2014 - 0:46
La fumée noire s'engouffra quelques secondes dans ses poumons avant qu'il ne parvienne à s'en dégager de deux puissants battements d'aile. Il réussit à sortir de l'explosion causé par son propre brasier X. Genesis l'avait lancé à la dernière seconde, cette seconde qui changea toute l'issue du combat. La soeur du purgatoire avait bien failli le toucher en plein coeur, mais avant qu'elle ne l'atteigne, il l'avait réduite en cendres, se débarrassant enfin de cet épouvantable adversaire...

Il était dans les airs, à vingt mètres d'altitude, se maintenant au-dessus de la forêt du Palais des rêves par des faibles battements d'aile. Ses yeux cherchaient son ennemi, distraits par moult choses, des artifices grossiers que le criminel avait utilisé plus tôt dans le combat... C'était comme une sorte de rêve qu'il partageait avec le Tragédien, mais dont évidemment ce dernier ne voulait pas.

Il ne trouva pas si rapidement sa cible... et voulut prendre encore un peu de hauteur mais fut arrêté par le dome de glace qui recouvrait le terrain. Le consul ne vit aucun problème à être enfermé dans une prison de glace, incapable de fuir, puisqu'il était là en tant qu'exterminateur, et non pour déguerpir. Au contraire, un dôme de glace rendait tout risque d'incendie strictement impossible plus loin dans la forêt, laissant à Genesis le droit de déchaîner sa magie, comme l'attestait son ennemi qui fut touché deux fois des plus violemment par ses brasiers.

Haletant, transpirant malgré le froid ambiant et les nombreux sorts de glace qu'il avait subis... Genesis était somme toute dans un état plutôt mauvais. Il s'était bien sûr attendu à ce que Black Tears soit redoutable, mais il ne se doutait pas qu'il serait si acculé. La soeur du purgatoire l'avait violemment touché à maintes reprises, tandis qu'il avait encore le souvenir d'un mage maîtrisant la glace, invoqué par sa cible... et qui l'avait d'ailleurs forcé à déployer son aile.

Néanmoins, pas un instant il s'imaginait perdre... Il ne perdait jamais.

Il le vit... vif, preste... mais affaibli à son tour. De puissants battements d'ailes aidèrent Genesis à fondre sur l'hybride. Ce dernier le vit arriver... et le tragédien se sentit attiré au sol, plus rapidement encore qu'en chute libre; Il crut bien qu'il s'écraserait au sol, quelques secondes durant, suite à ce sort de Gravité; mais une main vers le sol lui permit de lancer un sort d'Aimant pour diminuer la vitesse de la chute. Il se réceptionna parfaitement à terre, brandit sa rapière et courut vers le mage qui était à quelques mètres de lui.

Sa course fut interrompue par un immense clown à ressort apparaissant juste devant lui, faisant sa plus belle grimace. Plus surpris qu'effrayé, le consul se surprit à protéger sa tête d'une main, masquant sa propre vue.
A cet instant, Black Tears traversa l'illusion d'un bond et tenta de toucher Genesis de ses longues griffes. D'un saut en arrière, il put esquiver l'attaque, quand soudain, reproduisant le mouvement du chat... une immense main de sang apparût devant son ennemi et le frappa violemment, le propulsant à quelques mètres de là.

Il chuta sur le dos, mais se redressa directement... les joues gonflées, un liquide dans la gorge... Il cracha un très long jet d'huile sur son ennemi qu'il reçut sur le visage.

Le Tragédien se releva, chargea de l'énergie magique dans sa main gauche, et posa cette dernière au sol. Entre le responsable du virus et Genesis explosa un geyser de flammes. Le consul n'attendit pas une seconde, et d'un battement d'aile, projeta tels des couteaux une vingtaine de plumes vers Black Tears. Les plumes traversèrent le geyser, s'embrasant et se consumant, les plumes sortirent toutefois du geyser, visant l'homme-chat. Une seule de ces plumes suffiraient à embraser l'huile et griller directement ce criminel.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Larmes Noires
Masculin
Nombre de messages : 131
Age : 26
Localisation : Le néant.
Date d'inscription : 02/05/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
182/666  (182/666)
Mar 14 Jan 2014 - 2:51


Les nimbes de vapeurs se mêlant à l'arène gelée ne faisaient que donner plus de grandeur aux assauts de cet humain, le rendant plus intimidant du haut de son perchoir, de son dédain visible. Ce satané corbeau avait plus de ressource que je ne le pensais, il était vif d'esprit et un fin stratège. Les émanations de la glace fondue liées à la lueur du brasier réfléchie de part et d'autre, ne lui prodiguait que l'image d'une ange déchu. Est-ce que c'était ça la mort ? Est-ce que c'était cette image que l'on voyait lors de notre dernier souffle ?

Un liquide visqueux recouvrait ma peau blafarde, la ternissant, la salissant. De l'huile ? A peine avais-je eu le temps de m'écarter de cet espèce de jet de flammes qu'une volée de gerbe s'en échappait. Ces choses étaient plus rapides que moi et l'une d'elle frôlant mon visage, il s'enflamma de lui même. Cette douleur insupportable, le feu. Je détestais cet élément si sinistre, il n'était que funeste présage, annonçant la destruction pure et simple. Mon profil droit me brûlait, brûlait encore, j'avais beau coller celui-ci contre les plaques de glaces, que cela n'allait pas atténuer mes cris, que cela n'allait pas restreindre la douleur. J'étais si faible face au jugement des enfers. Défiguré, je m'étalais sur le sol pitoyablement. Une craquelure de verre énorme dévoilait l'intérieur de mon être par cette lucarne qui était l'emplacement de mon œil droit. Mon adversaire admirant a dépouille. Il n'y a rien dans ce qui est déjà brisé, il n'y a que le néant...

Un léger tremblement retentit, comme si un géant avait frappé le sol de toute ses forces. Ce dôme de glace n'était pas là pour empêcher tous dommages collatéraux ou quoique ce soit. La proie était là, elle était prisonnière du rêve que Ikaru avait crée, de son rêve si immature et candide. Chaque projections étaient encore agréables, un hiver éthéré d'innocents enfants. Toutes ces images se brisaient doucement. Les illusions que le félidé avait invoqués disparurent d'une bien étrange façon, elles semblaient presque pleurer, y compris ce petit clown farceur versait une larme, le regret gagnait tous ce qui se trouvait aux alentours, l'empathie. Une flaque obscure commençait à se répandre autour de moi, d'opaque, de malsain.

« T'es un adversaire... Plus que remarquable.  dit-il toujours face contre terre sur un ton essoufflé et mélancolique. Je suis désolé de devoir t'infliger ça à toi aussi... Je n'y peux rien, je ne contrôle pas ça... »

Je me relevai brusquement, montrant presque fièrement la blessure que mon ennemi m'avait infligé alors que celle-ci commençait à laisser échapper une importante quantité de bulles noires troubles ainsi quelques larmes qui n'avaient rien d'humain ou de naturelles. D'autres commençaient à venir, comme une masse, elles formaient une sphère grouillante autour de moi et je sentais, que quelque chose se produisait, quelque chose de fort de bouillonnant me déboîtant les membres dans des bruits de verre brisé et de carcasses déchiquetées. Lorsque soudain, vociférant de tous mon corps fragile, elles se dispersèrent laissant apparaître ma renaissance. Le blanc de mon dernier œil valide était devenu ébène, observant, analysant et aussi excité qu'un junky en manque, avant que mon regard se pose sur ma victime, frémissant de rage. Le long de mes bras, cette matière en était recouverte, faisant apparaître des veines protubérantes couleur rubis toutes aussi flamboyantes. Quelque chose se mouvait dans mon dos, cette queue de chat s'était dotée d'espèce de protubérances aiguisées, lui rendant un aspect beaucoup plus dangereux. Et surtout ce halo de perles sombres, compactes, dangereuses et intelligentes. Toutefois il n'y avait pas que physiquement que mon apparence avait changé. C'était une toute autre personne en dedans, c'était Black Tears.

« Tu vas mourir maintenant ! provoquant mon hautain ennemi. »

D'un large mouvement de griffes, une volée de ces sphères fonçaient à une vitesse ahurissante sur l'individu au manteau rouge, en course, elles se changeaient automatiquement en mains crochues qui aillaient transpercer leur adversaire, une lame de fond tranchante et imposante. Certaines venaient se planter directement dans des arbres sur leur trajectoire, or après quelques unes, elles les perforaient littéralement, perçant la forêt pour venir trouver leur nourriture. Il était facile d'esquiver une telle attaque pour un oiseau aussi agile. Cependant ce genre de chasseur n'a rien d'ordinaire, le sort changea de direction aussitôt, le surprenant et vinrent écraser le gênant volatile contre l'une des paroi du dôme de glace. Le fauve que j'étais devenu se mit à éclater de rire devant un tel spectacle, le regard empli d'excitation, j'envoyais d'autres de ces griffes acérés dans la même direction.

« Meurs ! Meurs ! MEURS ! »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 698
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1044/500  (1044/500)
Mer 15 Jan 2014 - 5:49
Genesis s'éloigna sans attendre son reste, prit son envol de violents battements d'aile, laissant Black Tears se consumer dans sa propre folie... Il le voyait enfin tel qu'il était vraiment, non un sympathique et cordial félin, mais comme un malade mental aux pulsions tout à fait meurtrières. C'était lui que le consul chassait, c'est pour abattre ce meurtrier qu'il se jetait à corps perdu. Le sacrifice, ça ne lui ressemblait pas... mais il avait lui-même enquêté sur ces meurtres et avait été fort en colère de ne rien découvrir... Quand enfin le coupable se présentait, prêt à être exécuté... Il ne put attendre.

D'immenses mains crochues surgirent du corps de son ennemi, en nombre, avec une vélocité intimidante mais dirigées sans précision vers lui. Il ne tenta pas un instant de contrer l'attaque, conscient qu'il avait tout intérêt à laisser passer la tempête. Du plus vite qu'il le put, il vola à travers l'arène, zigzaguant entre et les arbres et ces horribles et repoussantes menottes crochues. Il fut tenté de croire qu'il avait esquivé jusqu'à la dernière attaque... quand l'une d'elle l'écrasa violemment contre le dôme de glace.

Plus que le choc, il sentit les griffes s'enfoncer péniblement dans son corps. Il ne put retenir un cri en crescendo, tandis qu'il réussissait à peine à repousser les doigts, plus ces derniers transperçaient son corps.
D'un coup de poignet violent, il parvint à trancher de sa rapière la poigne, qui scindée en deux chuta sans vie sur le sol. Et si cette attaque fut la dernière d'une série, Genesis put... constater avec malheur qu'une salve toute aussi meurtrière de ces mains tueuses aux doigts crochus se dirigeaient vers lui, beaucoup trop rapidement pour qu'il puisse toutes les esquiver.

Sa paume se posa sur la garde de sa rapière, effleura la base de la lame et la parcourut rapidement, l'embrasant aussitôt d'un feu puissant. Sans attendre qu'une des mains soit à proximité, il frappa à trois reprises l'air, visant à chaque fois une griffe différente, projetant trois ondes enflammées qui scindèrent quelques unes des mains crochues, les laissant s'écraser pour ne jamais l'atteindre.

Il restait dans les airs, acculé contre le mur de glace, tandis que les griffes se rapprochaient dangereusement. Il lança deux brasier X qui détruisirent plusieurs mains, mais il ne put contenir plus longtemps l'assaut.
Avant de se faire embrocher, il para la première griffe de sa rapière, avant de rapidement contre-attaquer et de la briser d'un coup tranchant. Une deuxième griffe le frappa, l'écorcha au niveau du ventre, sans pour autant le transpercer, pour se briser d'elle-même contre la paroi de glace.

Un regard devant lui tandis qu'il se débarassait d'une des nombreuses mains et... il vit se rapprocher les nombreux sorts, encore les mêmes, à quelques mètres à peine, prêts à l'emprisonner dans un déluge de mains crochues. Contre ça, ni parade, ni attaque ne pouvait le sauver.

Les griffes se rencontrèrent sur sa position, se fracassant les unes contre les autres, mais presque certaines d'avoir capturé le tragédien.
De cet arsenal de doigts tomba sa rapière enflammé, qui se planta dans le sol gelé de l'arène... pour laisser place à un souffle de silence.
Minuscule face à ces poignes de géant, ayant pu esquiver l'attaque avec une plus petite forme, Genesis transformé en corbeau vola aussi vite que lui permirent ses courtes ailes. Il se dirigea vers Black Tears, naturellement... Et avant que ce dernier n'ait pu comprendre, ses ailes devinrent ses bras, ses serres se transformèrent en bottes, dont l'une d'elles vint frapper violemment le ventre du virus avant même qu'il ne soit redevenu totalement humain. Il s'empara du col de son ennemi dégoûtant et avec force le mit au sol. Son deuxième pied écrasa violemment la queue du félin, tandis qu'il s'apprêtait à asséner la plus magistrale des droites à cet horrible personnage. Il n'en faudrait certainement pas davantage pour l'achever.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Larmes Noires
Masculin
Nombre de messages : 131
Age : 26
Localisation : Le néant.
Date d'inscription : 02/05/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
182/666  (182/666)
Ven 24 Jan 2014 - 1:43

Au fur et à mesures que les assauts se faisaient de plus en plus impressionnants, que ces-derniers n'inspiraient que l'envie simple et pur de tuer à n'importe quel prix, ce corps qui était le mien se revêtait un peu plus de l'ombre grimpante. Cette ombre était une bête affamée et primitive, qui voulait nourrir un appétit gargantuesque voir sans fin, quitte à épuiser ses ressources. Elle empiétait sur ma personnalité, sur mes mots, sur mon objectif. Et cet homme qui m'apercevait ainsi, je me sentais un peu plus comme un monstre, plutôt que comme l'humain que j'aurais voulu être un jour. Il ne pouvait rien faire face à cela, il ne pouvait ni la ramener, ni m'aider en quoique ce soit. Seul Orochi le pouvait...

Il avait esquiver la plus part de mes vagues de crochets, or certains avaient réussis à le mettre mal en point, à en juger par ses blessures et avec le temps, il était accablé. Cependant, ma dernière tentant de l'emprisonner n'a pas réussi. Ou est-il donc passé ? A peine avais-je eu le temps de le remarquer, qu'un corbeau fendit sur moi, pour se révéler être mon ennemi. Il me plaqua face contre le sol, ma queue tenta de le transpercer instinctivement, mais ce n'était pas suffisant. J'étais immobilisé, incapable d'incanter le moindre sortilège pour me débarrasser de lui. C'était si humiliant, cette cendre mêlée à la glace fondue ne faisait que salir mon visage. Je sentais que mon bras auparavant blessé commençait à me lâcher, au vu de la pression exercée par Genesis et le bruit de cassures.

J'étais aussi fragile que ça ? Aussi fragile que du verre ? Je n'étais qu'un faible parmi les puissants, ces mêmes forces qui m'ont prêtés un peu de leur pouvoirs pour rivaliser avec l'horrible réalité et ceux qui la peuplait. Ce n'était même pas suffisant. Encore une fois, j'étais si déficient, bon pour la casse. Ma joue se laissa connaître une sensation bien habituelle. Une larme s'échappait de mes yeux écarquillés et plongés dans les abysses obscures d'une folie qui n'était pas mon œuvre ou ma force. Ce n'était qu'un fléau que je devais porter et répandre. Tel était mon existence de virus. Mes larmes continuaient leur chemin pour s'engouffrer dans le sol et nourrir cette terre dorénavant stérile et empoisonnée.

Le dôme de glace s'effondra de lui-même, je n'avais plus l'énergie de le maintenir plus longtemps.  Il fondait littéralement, offrant à ce bois et à cette scène une averse conséquente, laissant également apparaître la nuit, qui était loin d'être terminée. Malgré ma position désavantageuse et le combattant prêt à mettre fin une bonne fois pour toute à mon agonie, je trouva la force de lui parler, ce qui allait sans doutes être mes dernières paroles :

« Qu'est-ce que... Cela t'apporte de me tuer ? disais-je sur le bruit de quelques craquelures et de la pluie s'abattant. Tu apporteras certes la paix pendant un temps, mais d'autres personnes comme moi apparaîtrons. Te sentiras-tu concerné ? Devras-tu... Les tuer à leur tour ? je pris un court instant avant de reprendre mon discours. Et si c'était toi... Qui allait devenir ainsi ? Une menace ? »

Je sentais l'hésitation s'installer dans le cœur de mon opposant, derrière son flegme et cette assurance frigide. Je poussais contre toute attente, un ultime cri de tristesse, plus pour me sentir libérer de toutes peines. Pardon Lénore, je n'ai pas pût te retrouver. Peut-être que finalement, vous êtes toutes les deux au paradis à m'attendre. Malheureusement, le genre de personnes que je suis n'a pas accès à un tel privilège. Je ne suis qu'une erreur qui n'a ni lieu, ni nécessité d'exister. Alors je mourrais en tant que tel : avec la rage, considéré comme une abomination et n'envisageant pas une seule fois ma mort.

Quelques sphères noires surgissaient du sol brusquement, venant souffler mon détracteur. Aussitôt je me relevais, préparant un sort de mon seul bras valide. Il voyait ce que je préparais et tenta de m'asséner un coup de pied au niveau du ventre, or, mes sphères noirs vinrent me protéger brièvement et je l'éloigna en balançant ma queue tel un fouet, manquant de le taillader. Mon maléfice était prêt, posant mes griffes contre les sol inondé. De la glace se mit à apparaître sur cet oiseau de malheur, d'abord doucement puis soudainement, alourdissant ses membres un à un. Son corps finit pas être emprisonné dans la glace presque dans son intégralité, seul son torse et sa tête était à l'air libre. Cet adversaire si particulier qui n'appartient qu'à l'immense panthéon des monstres de notre univers, allait se montrer utile, en quelque sorte. Ressens ma désolation, ressens cet abandon...

« Je suis désolé, mais il me faut plus temps pour retrouver celle que j'aime. j'avais repris mon sérieux hormis mon apparence monstrueuse. Et ce temps, c'est toi qui va me le donner. En volant le tiens ! »

Mes griffes plongèrent dans le buste du captif, un cercle noir se formant à cet emplacement. C'était comme si je serrais quelque chose pour qu'il s'évide de toute sa contenance. Ce n'était pas son cœur, non, il ne s'agissait que de son esprit, cette âme dont je serrais le cou, que ma patte acérée griffait et soustrayait par la force cette énergie qui lui donnait tout espoirs, cette énergie qui lui donnait l'envie de vivre. J'observais la douleur atroce que cela procurait, c'était satisfaisant. Il ne m'avait pas laissé le choix et c'était tout aussi nécessaire pour ma survie, quitte à briser quelques personnes pour atteindre mon but. Je ressentais enfin la libération, mes yeux redevinrent ceux d'une triste humanité, mon apparence de bête s'évaporait, laissant réapparaître l'innocence d'un chat. Drainant cet espoir tangible à travers ma victime, matérialisé par une lueur opalescente regagnant mon corps, il fallait évacuer cette bestialité à présent.

« Je suis désolé... »

A l'inverse, un autre flux serpentait autour de mon bras, plus nébuleux. On entendait toute la complainte qui s'en dégageait, on sentait que cette chose n'avait rien de bon par son apparence que par son inspiration maléfique. Il se glissa rapidement à l'intérieur du corps du consul dans un bruit de craquelures d'ossements et de chair. Je pouvais le sentir, cette conscience qui se torturait, la souffrance, un cri insupportable, le pire des poisons : le doute.

« Je vais te le dire pendant que tu es encore conscient alors que c'est malheureusement la dernière fois que nous nous voyons. Je sais que ce n'est pas approprié, mais merci. pendant que je retirais ma main de son thorax, la prison de glace fondant petit à petit. Je n'ai peut-être pas choisi une bonne voie selon vous tous, c'est juste celle que j'ai voulu emprunter, pour réaliser mon rêve... »

Et je disparu sur ce même chemin, m'évaporant dans les ténèbres de cette forêt dévisagée par la bataille, abandonnant ma dernière victime infectée par le virus : Genesis Rhapsodos.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» les bugnes comme chez le patissier