Derniers sujets
Les meilleurs voleurs

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: General
XP:
391/650  (391/650)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 12 Déc 2013 - 14:22
    Un vent glacé s'engouffre dans les rues de l'infâme Citée Noire. La Comédienne marche tête baissée, le haut du visage dissimulé par la capuche de son épaisse veste noire. Un jean large, lui aussi noir tombe sur des baskets blanches à semelles compensés. Un motif d’échiquier parcourait les contours de la veste et l'extrémité des manches. Quelques mèches de cheveux raides couleurs noirs de jais jaillissait de la capuche, dissimulant encore plus le haut de son visage. Outre le fait de s'habiller comme les gens du coin pour la praticité, personne n'a besoin de savoir que le Consulat traine dans un endroit pareil. Cet accoutrement la faisait paraître louche et masculine. Ce dernier point l'arrangeait tout particulièrement... la blonde se sait mignonne et... malgré que l'idée lui paraisse horrible, capable de simuler l'amour comme personne, elle ferait une excellente prostituée. Un frisson parcouru son échine, engourdissant ses membres et la paralysant l'espace d'un instant. Puis, dans un élan de bravoure, elle reprit son chemin... guettant d'un œil discret la présence de filles de joies.

    Un groupe de SOLDAT passe en titubant, dans l'obscurité de la ville-basse, on les voit arpenter les rues semblables à des revenants. Natalia passe discrètement et les aperçoit tant qu'ils sont sous la lumière. Tous jeune, plus vieux que la Comédienne de seulement deux ou trois printemps. La nuit est froide, mais l'alcool tiens chaud. Le breuvage qui réchauffe le corps et l'âme, ça a l'air efficace, l'un des soldat se ballade en t-shirt alors qu'il fait assez froid pour neiger. Une voix sortit du ventre de la demoiselle.


    " Sacrées armes. "

    " Des fusils d'assauts... mais tu as vu le coin aussi ? "

    " Pas faux. "

    L’œil bleu de la demoiselle fut attiré par un homme en noir regardant en direction de l'est, agilement perché sur un rebord de toit. La silhouette ombrageuse sembla dessiner le canon d'un fusil sniper. Natalia préférait ne pas en voir plus...

    " Question. "

    " ... "

    " Natalia aurait pu faire sa mission dans des mondes moins dangereux et glauques que celui-ci... alors pourquoi Illusiopolis ? "

    " Pour le frisson qui parcoure mon échine quand je pense à tout ce qui peut m'arriver de grave ici... le danger, le risque... ça me grise. Dans ces moments là, je me sens en vie... plus qu'à n'importe quel moment. "

    " Natalia doit rester prudente... pouvoir gagner gros, c'est risquer de perdre beaucoup. "

    Elle ne l'écoutait déjà plus, concentré sur un ensemble de néon qui prenait la forme d'une femme, certes peu détaillé, mais déjà aguicheuse. Les néons noirs et blancs se confondaient pour écrire ceci au-dessus de la porte : La Rotonde. Natalia marcha en direction de l'entrée, souhaitant entrer... quand un grand homme noir la stoppa d'une main ferme et puissante posé sur sa frêle épaule. Natalia enleva sa capuche, prétendit avec un air charmeur qui laissa le vigile de glace qu'elle cherchait du travail.

    Elle entra, sans problème, dans l'ambiance feutré du bar... des filles aguichantes, des jeux de hasards et d'argents, de l'alcool. La maison des vices, un endroit de débauche et de dépravation... Mais dehors il faisait extrêmement froid et l'obscurité rendait tout à chacun... inquiétant. Ici, dans la lumière et la chaleur, on se serait penser dans un chaleureux foyer. Le corps des catins promettaient de réchauffer l'âme et pour ceux prêt à prendre des risques, les divers jeux de casino offraient une lueur d'espoir... une échappatoire à la misère.
    Natalia sourit en coin sous sa capuche... la maison est toujours gagnante.

    Discrètement, la Consule alla voir les plus belles filles, discutant avec elle... au nombre de six, elles acceptèrent toutes de suivre...

    Zvetlana, une grande blonde généreuse et bien proportionné, l'air d'une femme forgée par un froid impitoyable. Une voix douce et marqué par un très fort accent russe. La plus âgée des prostituées... présente dans ce monde de misère pour échapper à une misère plus grande encore, ses yeux saphirs brillaient sous la proposition du Consulat. Ses cheveux tombaient en cascade le long de son dos... comme de l'or liquide.

    Nicky, une femme venue des tropiques, chaudes et agréables. Joyeuses et pleine de vie, même ici. Elles savaient déjà danser et pour avoir eu droit à un aperçu... Natalia ne voyait guère que Rivy pour concurrencer ce rythme qui l'habitait jusque dans son cœur. Ses cheveux noirs et frisées volaient dans tous les sens, avec ici et là quelques épaisses tresses.

    Gwendolyn, une rousse au teint pâle et aux yeux verts. Fine et aérienne, douce, de toutes elles semblaient la moins à sa place ici. Une beauté glaciale et froide... presque désagréable, le charme d'une peste qui pourtant se fend d'un sourire rien que pour vous. Elle avoua être prête à tout pour vivre la grande vie et voyant que le Consulat lui offrait cela... elle accepta. Vêtu de son manteau de fourrure blanche, et quasiment rien en-dessous, on aurait dit une princesse des neiges.

    Kaitlyn, femme à l’œil sournois et au sourire ravageur. Femme sensuelle, aguichante... promettant des sévices auxquels, si vous n'y prenez pas garde, vous consentirez joyeusement, l'esprit confus par son air de dominatrice. Lassé par cette vie glauque, elle accepta la carrière plus glorieuse que lui offrait le Consulat.

    La cinquième... choqua la Comédienne, puisqu'elle avait le même âge que la blonde. Hormis qu'elle était brune et avait les yeux verts. Jeune, pétillante, aux formes légère et rebondies, le regard un peu éteint... c'est un destin bien noir qui l'a conduisit jusque dans ce magasin de chair. Évidement qu'elle accepta.

    Malgré tout ! Si les cinq prostituées étaient chacune partante, il y avait un mais... et de taille : le proxénète. Celui-ci était décrit comme charmeur, élégant et raffiné... à la fois doux et impitoyable. Il avait fait disparaitre l'ancien proxénète beaucoup plus violent et a prit sa place. Bien que plus compréhensif... elles le dirent ainsi... on a l'impression que rien ni personne ne lui importe vraiment. Dans un mélange de peur et de reconnaissance, aucune ne voulait partir sans son accord. Craignant de lui demander... les négociations étaient entre les mains de Natalia. Monsieur Lachance... un drôle de nom.

    La Comédienne rentra dans son bureau, au dernier étage de la tour. Son singe fièrement posé sur l'épaule, la consule portait une élégante robe rouge ouverte sur le dos, ainsi qu'un chapeau noir au bandeau blanc. Un carré d'as était cousu à même le chapeau. Lorsqu'elle pénétra dans le repaire du patron, ses yeux ne virent que le dos d'un immense fauteuil luxueux.

    Une voix charmante et charmeuse, empreinte de sagesse sembla résonner dans la pièce richement décorer.

    " Hum... Monsieur Lachance, enchanté. Malgré que vous soyez venu ici pour prendre mes filles, je n'ai pas le plaisir de vous connaitre. "

    Le fauteuil se retourna et l'homme se dévoila...

    Mon dieu qu'il était beau, Natalia en était troublée. Un charme indéfinissable, insaisissable se dégageait de lui... un corps bien fait, emballé dans un smoking on ne peut plus élégant. Jambes croisées, mains jointes sur le genou, être à ce point à l'aise force le respect. Ses yeux bleus clairs, presque transparent se posèrent sur la Consule, qui en resta muette d'admiration. Des boucles d'oreilles pendaient à ses oreilles, si discrètes, reléguer au rang de détails... à tel point qu'on ne voyait que ça. Natalia reconnut l'emblème des similis... mais redirigea bien vite le regard sur ses courts cheveux platines et son bouc plus sombre. Soigné et il ne s'en cachait pas... Monsieur Lachance avait une classe incroyable. La Comédienne le regardait... un érudit, un sage, un homme politique, un philosophe, un artiste, un gigolo même tant il était séduisant. Mille et un métier incroyablement prestigieux pourrait lui convenir.
    Mais à aucun moment elle ne pourrait le penser proxénète. Puis comment savait-il que Natalia en voulait à ses filles ? Avait-il vraiment un œil sur tout ce qui se passe ici ? Pourtant la Consule sait passer inaperçu... et son costume n'a pas suffit à le tromper. Cette perspicacité quasiment palpable chez lui... ne le rendait que plus charmant encore aux yeux de la vilaine menteuse.


    " Miss Fortune, le plaisir est partagé. "

    " C'est incroyable, cette rapidité avec laquelle vous vous êtes changez... j'ai failli ne pas vous reconnaitre. Hélas, l'odeur fruité de Nicky vous a suivie. Elle s'occupe aussi des cocktails, délicieux d'ailleurs, son parfum s'en ressent. Ça me flatte que le Consulat s’intéresse à mes filles. "

    Le Consulat n'est certes pas le groupe le plus agressif qui soit... mais tout à chacun sait que les enfants de l'art savent obtenir ce qu'ils veulent. Au détriment du prochain s'il le faut... pourquoi ce calme alors ? Sa réputation fait état d'un homme à qui rien n'apporte. Natalia comprenait pourquoi, en parcourant ce bel homme du regard... sa sérénité dépassait l'entendement, comme si rien ni personne ne saurait l'atteindre. La jeune femme serait bien curieuse de savoir comment il sait tout ce qu'il sait.

    " Vous n'avez pas l'air d'un proxénète... c'est quoi votre histoire ? "

    " J'habitais ici autrefois. Des évènements imprévus ont forcé mon départ et j'ai errer avant de revenir ici, curieux de voir ce que devenait ce monde. Illusiopolis a bien changé ces derniers temps, alors je suis resté pour voir ce que ce nouveau monde avait à m'offrir... et à l'issue d'un pari, je suis devenu propriétaire de cet endroit. Or, après l'excitation de la nouveauté j'ai commencer à me lasser... le piment de ce style de vie s'affadit assez vite. " Un sourire cruel déforma élégamment son visage... un frisson parcouru l'échine de Natalia. " Et vous voilà ! "

    Natalia en sursauta presque, tant le ton de sa voix avait changer du tout au tout. Son regard se mit à briller d'une lueur... inquiétante. La Comédienne lisait de l’intérêt et de la convoitise dans ses yeux, quelque chose dépassant l'entendement. Elle se sentait... telle une simple pièce de son jeux et malgré tout l’intérêt qu'elle aussi éprouvait à son égard, le contrôle de la situation lui glissait lentement des mains. La Comédienne souhaitait en finir vite... avec l'impression que ça ne faisait que commencer.

    " Le Consulat est prêt à payer... cher, très cher. "

    " Je ne connais pas les personnes avec qui les vôtres traitent d'habitude... mais l'argent ne m'intéresse en rien. "

    " Quoi donc alors ? "

    Il ferma les yeux, portant une main jusqu'à son menton qu'il caressa, exactement comme l'aurait fait un philosophe ou un penseur. Puis, dans un geste brusque, Monsieur Lachance tendit froidement le bras vers le petit singe, arborant un sourire confiant. L'instant d'après, le poids léger du singe s'en alla de l'épaule de la Comédienne. Cette dernière vit, effrayée, une carte à la place de son compagnon... avec l'image silencieuse et mouvante de Bobo à l'intérieur. Vive comme l'éclair, la carte alla voler jusque dans la main du mystérieux mage. Un tour de passe-passe plus tard... on vit six cartes dans sa main. Bobo et les cinq prostitués en étaient prisonniers. Que Natalia ne se soit pas fait piéger l'effrayait au plus haut point, tant elle ne comprenait rien. Au moins... il lui restait une chance de les libérer.

    " J'aime parier, miser, jouer... plus l'enjeu est grand, plus je me sens vivant. Allez savoir pourquoi... mais je parierais ma vie que vous faites une adversaire redoutable. Alors je mise votre singe et les prostituées que vous convoitez... ma question est donc, qu'allez-vous miser ? "

    Natalia lui jeta un regard noir... jouer avec la vie des gens, juste pour se distraire et se sentir vivant... c'est horrible. Assez triste, quand on y pense, de ne se sentir vivant que dans ces moments là. Quelque part, et elle devait bien le reconnaitre, sa question est lourde de sens. Il n'était pas simplement question de mise... mais définir la valeur de ses six captifs du point de vue de la Consule. Cette confiance incroyable en lui qui faisait son charme commençait à taper sur les nerfs de la jeune femme... mais il n'était agressif en rien. La Comédienne ne supportait plus non plus son regard... il l'observait avec attention, la jaugeant du regard.

    Au tour de Natalia d'abattre son jeu... Monsieur Lachance veut tellement jouer qu'il en oublie qu'il faut être deux !

    Elle glissa très rapidement jusqu'à lui et le défiant du regard, lui subtilisa les cartes... et sans attendre, elle partit en direction de la sortie. Une carte plus grande qu'elle obstrua soudain la porte, comme sortant de nulle part. La jeune femme se retourna vivement... mais plus aucune trace de Lachance. Inquiète, elle observa les cartes dans sa main... elles étaient tout à fait banal. Mince, il les avait interverti, devant surement garder l'enjeu en sécurité sur lui.


    " Je vois. Il semble que vous ne suiviez que vos propres règles, pour peu que vous en possédiez. Hélas, j'ai bien peur que les seules règles en vigueur ici... ce soient les miennes. "

    Lança-t-il un sourire arrogant au visage. Natalia fit volte-face, apercevant le joueur sortir de sa propre et immense carte... quelle poisse... on dirait qu'elle n'a d'autre choix que de jouer le jeu. Il semble honnête, dans le sens où il veut jouer avec la jeune femme... sinon, il l'aurait déjà attaqué par surprise. Pris au piège... elle peut déjà être contente qu'on lui laisse une porte de sortie.

    " Très bien, jouons. Le gagnant remporte les six cartes. "

    " Pardonnez moi cette remarque déplacée mais... valez-vous un singe qui parle et six magnifiques femmes ? "

    " Quand on sait qu'une Muse m'a adoptée... oui, je les vaux. "

    Lachance claqua des doigts et des cartes apparurent, traçant un cercle autour des deux belligérants. Natalia regardait partout, cherchant à ne manquer aucun détail important. Les cartes disparurent... et c'est comme si la dimension avait changé. Un sol et un plafond au motif d’échiquier, s'étendant à perte de vue... Natalia pourrait marcher des heures et des heures, le décor ne changerait pas. Le beau blond l'observa, ses lèvres dissimuler par sa main caressant son bouc.

    " Nous avons tous les deux vingt-quatre heures... "

    Natalia vit une carte flottante au niveau de son épaule droite et, la chassant d'un geste de la main, vit qu'elle revenait. Lachance... avait la même.

    " Le premier qui n'a plus de temps a perdu... jouons ! "

    Une carte géante s’éleva dans son dos et pivota, faisant tout simplement disparaitre le joueur avant de se plaquer face cachée contre le sol... au milieu d'une cinquantaine d'autres cartes, glissant incroyablement vite sur le plancher. Les cartes se mélangèrent et bien vite... Natalia perdit de vu son ennemi.

    Trois cartes... il ne resta plus que trois cartes qui se dressèrent majestueusement devant la Comédienne. Deux d’entre elles arboraient une croix, alors que celle du centre avait un rond rouge. Elles se retournèrent et inter-changèrent frénétiquement leurs places... calqué sur le principe du bento, qui n'est pas un jeu de hasard ! Hormis que... c'était impossible à suivre des yeux quand on est humain ! Finalement, alors qu'elles ne bougeaient plus, Natalia du s'en remettre au hasard pour décider...

    L'indécision l'envahit, tout simplement tétanisée par le fait de ne pas savoir comment gagner ou perdre... et de n'avoir qu'une idée approximative de ce que tout cela signifiait. La Comédienne regarda sa carte, alerter par un bruit de sonnerie... le vingt-trois heures cinquante-huit devint dix-neuf heures cinquante-sept ! Déjà trois heures ?! Et sans ça... c'est le temps, qui est en jeu mais le temps passe et s'écoule ! Natalia devait bien reconnaitre que c'était un bon jeu... le fait que la mise diminue à chaque seconde la forçait à saisir chaque opportunité de gagner du temps ou d'en faire perdre à l'adversaire.

    Natalia était devenu un vulgaire et pitoyable dé... alors, soudain effrayée par ce géant qu'était maintenant Lachance à ses yeux, elle se mit à fuir en rebondissant. Manquant de rapidité sous cette forme, elle redevint humaine après un coup de pied de son ennemi.


    Miss Fortune : 19 heures 30 !
    Monsieur Lachance : 26 heures 30 !

    Natalia comprit alors qu'il ne s'agit pas de perdre ou gagner... mais d'en donner ou d'en prendre. D'en voler et de s'en faire voler. Le coup de pied lui avait fait perdre un peu plus d'une vingtaine de minute... alors le toucher, c'est tout ce qu'elle avait à faire ! Ça l'arrangeait puisque contrairement à un combat normal... elle se fichait de lui infliger des dégâts, seul comptait le nombre de coups. Elle pouvait facilement compenser le manque de puissance par le nombre...

    La blonde sauta vers le ciel, glissa dans les airs et d'un double saut, se propulsa sur son ennemi pour lui infliger un coup de pied à l'arrière du crâne... et sans attendre, donna autant de coup qu'il lui était possible, frappant au hasard sans se soucier du où et du comment elle frappait.
    Elle se replia vivement, une coupure sur la joue dû à un coup de carte...


    Miss Fortune : 22 heures 29 !
    Monsieur Lachance : 25 heures 00 !

    Le même jeu avec les trois cartes que tout à l'heure... Natalia était dans une position délicate, elle ne pouvait tout simplement pas repérer son ennemi lorsqu'il se cachait dans ses cartes. Les trois cartes se tournent... deux croix et son ennemi représenter à plat sur celle du milieu. Face cachée... et avant que les cartes ne se mélangent, Natalia éffleura du doigt sa plaie et vivement, envoya une goutte de sang sur la carte du milieu.

    Les cartes se mélangent, Natalia invoque un pistolet de mauvaise facture... les cartes se stoppent et, un sourire narquois au visage, la Comédienne tire sur la seule carte où se trouve une goutte de sang. L'épaule endolorie, elle jette un œil au score... lentement mais surement prise par le démon du jeu.


    Miss Fortune : 22 heures 28 !
    Monsieur Lachance : 18 heures 00 !

    Natalia n'a pas gagner de temps... probablement parce qu'elle a triché. Pour la première fois, elle entendit de la colère dans le voix de son ennemi... et ça n'était pas pour lui déplaire.

    " Comment as-tu... "

    " Je suis la meilleure tricheuse au monde... pas de chance pour toi ! "

    " Hum... tu me parais bien insolente pour penser pouvoir passer outre l'empire du destin et du hasard. "

    " Et toi tu me parais bien hypocrite... tu as triché aussi. Qui s'appelle Monsieur Lachance en étant un fana de jeux de hasards ? Je parierais trois heures que ce n'est pas ton vrai nom ! Hey... dis-moi ton nom et j'arrête de tricher. Je le jure sur le nom des Muses. "

    " Bien... mon nom est Luxord. "

    " Enchantée... Luxord, moi je m'appelle Natalia. Tu me laisserais de poser une énigme ? Si tu réponds juste, je te donnerais trois heures. Si tu te trompes... alors ça sera l'inverse. "

    Luxord regarda Natalia avec sévérité... avant de reprendre son allure de philosophe, plus calme à l'idée de répondre à l'énigme... surtout lorsque cette énigme est l'objet d'un pari. Les joueurs adorent prendre des risques, c'est ce qui les rend si dangereux... pour les autres autant que pour eux-mêmes. Il acquiesça au bout de quelques secondes de réflexion, sérieux et attentif. Un mur de cartes en mouvement cerna les deux opposants, comme pour signifier le début du pari.

    " J'ai des mers... mais pas d'eau... des déserts mais pas de sables... et j'ai des pays sans personne pour y habiter. Qui suis-je ? "

    " C'est assez simple, je dirais une car... "

    Natalia mit en joug et très rapidement tira, une douleur intense la prenant à l'épaule. Surprenant Luxord, le mur de carte tomba au sol et Luxord, une main sur sa plaie, lança un regard noir à la tricheuse.

    " Non, ce n'est pas une "car" ! " Lança-t-elle pleine d'arrogance.

    Miss Fortune : 22 heures 23 !
    Monsieur Lachance : 7 heures 52 !

    Il semble que son jeu est considéré "car" comme sa réponse... les trois heures du pari, plus le coup de feu, neuf heures en tout ! Un peu près, le calcul n'est pas clair sachant que le temps ne cesse de diminuer. Luxord afficha un sourire dans un douleur... un rictus mauvais et cruel, effrayant par la joie qu'on lisait dans ses yeux clairs. Natalia s'en inquiéta... alors, tout sembla s'obscurcir et tout disparu, hormis trois cartes qui se mélangeaient à une vitesse impressionnante. Natalia se retrouvait... démunie, complètement soumis à sa belle étoile. Le cout de la goutte de sang ne marcherait pas... vu qu'à aucun moment le verso des cartes furent dévoilés.

    " Dernier jeu... choisis la bonne carte... bonne chance... "

    La Comédienne ferma les yeux et donna un coup de pied dans l'une des cartes... peu sûre d'elle... lorsqu'elle les rouvrit, elle était de nouveau dans ce bureau. Luxord était là, regardant un sourire serein aux lèvres la Comédienne.

    " Je ne supporte tout simplement pas la triche... effectivement, je n'ai pas eu de chance de te choisir. Qu'as-tu ressenti, au moment de laissez le hasard décider de ta vie, celles de mes filles et celle de ton compagnon ? Apprends à... lâcher prise, chère Natalia. Sur ce, je m'en vais... "

    " Non, attends ! "

    Luxord disparu dans portail des ténèbres... Natalia avait un goût amère dans la bouche, sans savoir si c'était à cause de sa fuite ou à cause du fait qu'elle n'est pas jouée le jeu.
    Quoiqu'il en soit, "Monsieur Lachance" a bel et bien tenu sa parole de libérez le singe et les filles de joies... ce que Natalia n'a pas fait aujourd'hui.

_______________________________
Je le sais ! Tu le sais ! Si on s'affronte c'est moi qui gagnerait !
Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1114/500  (1114/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 23 Déc 2013 - 3:36
Mission accomplie.

Laisse-moi te dire que de la première à la dernière ligne j'ai adoré ta mission.

... Non en fait, ce n'est pas tout à fait exact.

Dans ta première mission "danseuses", tu as recruté 6 nymphes, sans les décrire physiquement ou mentalement, et je ne pense même pas que tu les avais nommées dans le rp. C'était ma déception de ta mission. Par contre, la difficulté de ta mission était de les convaincre.

Ici tu as fait exactement le contraire. Tu les as très bien décrites mais il n'y a pas eu la moindre ligne sur "la façon dont elle les persuade"

Au début ça m'a gêné, je trouvais ça... dommage.

Puis je me suis rendu compte, au fil de ton rp génial, que tu avais bien fait de ne pas t'attarder sur la persuasion. Parce que là ton rp est en deux parties, chercher un bordel, et te battre pour pouvoir prendre des filles avec toi.

Si il y avait eu toute une partie de discussion entre les prostituées et Natalia, bah... j'aurais quand même aimé, mais c'est vrai que ça aurait été de trop.

Non finalement, le problème avec les danseuses, c'est la façon dont tu les décris, c'est-à-dire toutes en même temps... je sais pas j'ai trouvé ça vraiment dommage.

Mais passons, j'ai très vite oublié ça.

Revenons au début, à la première partie où elle erre dans Illusiopolis... C'est vraiment pas mal. C'est décrit, c'est simple mais c'est beau.

Mais alors... le proxénète, là...

Tu m'as mis KO direct. J'ai été épaté par ton idée que je trouve grandiose. Et malgré le fait que tu dises qu'il disparaisse à la fin du rp, laisse-moi te dire que je vais en toucher deux mots à Rufus... je veux qu'il reste dans son bordel.

En fait, tout est génial, tout.

La description que tu fais de lui. Figures-toi que je n'ai pas vite compris de qui il s'agit (note bien que j'évite de dire son nom, histoire d'inciter tous ceux qui liront mon caractère, de se ruer sur la lecture de ton rp)... mais cette description est très bien, vraiment.

Même sa façon de parler, c'est tout à fait ça, c'est ce charisme. Je vois qu'on partage cet amour pour ce perso !

Le pari, le combat, le jeu... c'était absolument parfait.

Je trouve qu'avoir opposé Natalia à ce mec, c'est juste ton chef-d'oeuvre avec elle, c'est parfait, c'est beau. L'opposition est tellement... riche.

La conclusion aussi est très bien.

Je suis très content, vraiment.

Mission experte : 60 xp, 600 munnies et 6 ps (dont 1 bonus) en psychisme.
messages
membres