Derniers sujets
» L'âme d'un chercheur
par D.Va Hier à 22:38

» Tombent les masques
par Lenore Hier à 22:13

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Hier à 21:07

» Loué soit Son nom
par Fabrizio Valeri Hier à 21:06

» Tombent les cartes
par Lenore Hier à 19:25

» Que tombe la foudre!
par Chen Stormstout Hier à 19:18

» Attaque Nocturne
par Surkesh Hier à 15:11

» Reading Project
par Lotis Terrick Hier à 14:27

» Jour de fête
par Cassandra Pentaghast Hier à 12:57

» 1297 Mishtaven Street
par Roxas Hier à 11:03

» Météo en live : le 18 octobre
par Janna Mer 18 Oct 2017 - 13:02

» Pour un peu de bien
par Lulu Mer 18 Oct 2017 - 13:00

» La Chute de Nottingham
par Général Primus Mer 18 Oct 2017 - 12:58

» Comme le dit Oscar Wilde...
par Genesis Rhapsodos Mer 18 Oct 2017 - 4:24

» Et là, un squelette !
par Genesis Rhapsodos Mer 18 Oct 2017 - 4:15


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Quatre mois après le commencement, une altercation.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Démon du temps
Masculin
Nombre de messages : 25
Age : 20
Date d'inscription : 15/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
110/270  (110/270)
Ven 27 Sep 2013 - 21:52
Quatre mois, quatre putains de long mois que j’errais dans les rues des villages de ce monde, monde où je suis né, monde où mes parents sont morts, et pourtant monde si peu intéressant… Rien ne s’y passe, je ne savais pas où allé pour accomplir mon but, je passais mes jours et mes nuits à me promener dans les rues de villages dont je ne connaissais pas l’existence, à la quête d’une quelconque opportunité d’aider une âme en détresse. Rien de bien particulier ne m’était arrivé en quatre mois, des sans-cœurs à droite à gauche, impossible de demander aux villageois si je pouvais leur apporter mon aide, j’avais beau être le plus sympathisant possible, un homme vêtu d’une longue cape noire ne peut inspirer confiance, d’autant plus qu’elle était trouée. Elle était trouée, noire, et couverte de sang, Je ne préférais pas montrer mon visage, cela m’étonnerait s’il inspirait confiance.

Mon estomac criait famine, je ne mangeais presque jamais, quoi de plus étonnant pour quelqu’un qui n’a pas de sous et qui n’a pas de foyer ? Les jours où la chance était de mon côté, je pouvais manger à ma faim, quand je tombais nez à nez avec une poubelle de restaurant par exemple, ou encore lorsque je me retrouvais dans les égouts où un nid de rats avait élu domicile… Un petit sort d’eau pour enlever le plus possible de cochonneries, puis un sort de feu pour les faire cuir, et hop ! À table… Ouais, ma vie ne ressemblait pas du tout à un paradis, elle n’était pas non plus un enfer, mais pourquoi me plaindrais-je ? Je suis en bonne santé, jeune, agile et rapide, je suis dégourdi, je sais me servir de ma tête, de mes poings ou encore de ma gunblade… Ma gunblade, un style artistique particulier, un poids remarquablement léger, le « T » de « Tempo » est inscrit dessus, mon père m’en avait fait cadeau avant sa mort, malheureusement, je ne peux pas m’en servir, par manque de balles.

Il faisait sombre et la ruelle où je me trouvais était déserte, aucun bruit, juste le vent, le vent qui soufflait entre les hauts murs des bâtiments qui m’entouraient. Je vis quelque chose arriver au loin, un point blanc qui se rapprochait, pas très rapidement d’ailleurs, porté par le vent, cette chose se rapprochait, et je n’arrivais toujours pas à l’identifier. Une bourrasque poussa l’objet dans ma direction, qui finit sa course sur mon visage, je le pris de la main droite et l’identifia, une affiche, l’objet qui m’intriguait n’étais qu’une affiche… Pour être intrigué par une chose si peu signifiante, j’étais sûrement fatigué, je m’assis donc contre une poubelle, en tailleur, et ferma les yeux, il n’y avait que le vent qui me dérangeait, ce sifflement qui ne cesse jamais, ce sifflement qui ressemble à celui d’un serpent, ce sifflement qui… Attendez une minute… UN SERPENT ?! Je rouvris les yeux et sans m’agiter, scruta la moindre petite chose en mouvement, le sifflement continuait, il s’approchait, lentement. Un sac poubelle se mit à bouger, pas seul bien évidemment, il y avait forcément quelque chose qui traînait autour. Je la fixais, sans faire le moindre geste, le moindre bruit, une concentration maximum. Une langue fourchue, une tête de forme triangulaire, et ce long corps tout fin… une vipère sortait de sa cachette, je me redressa d’un coup, sauta de manière verticale tout en m’affligeant un sort de célérité et pris appuie sur le mur qui était derrière moi pour me jeter sur la créature. Elle eut tout juste le temps de retourner dans la poubelle, poubelle que je me suis empressé d’éventrer pour retrouver mon diner. Rien, absolument rien, il y avait deux solutions possibles, soit je l’ai éventrée en éventrant la poubelle, soit elle a profité de mon « carnage » pour s’enfuir…


« Pas foutu d’attraper un serpent… Je suis vraiment ridicule ! »

Pris d'un excès de mépris envers moi-même, je mis un coup de poing dans le mur, qui, bien évidemment, ne flancha pas... Contrairement à mes phalanges qui en prirent pour leur grade.

La main en sang et l'esprit ailleurs, je n'avais plus aucune envie de dormir, je marchais, je ne sais où. À la recherche de je ne sais quoi, quand trois mecs, style gothique je dirais, pas très grand mais pas non plus petits, aussi baraqué qu'un poteau et armés de canif, arrivèrentdans mon dos, à l'autre bout de la ruelle.


« Eh, mangeur de merde ! » Dit un des trois types qui semblait visiblement être le chef de la troupe.

« Viens là, j'ai deux, trois trucs à t'dire ! » Ses petits copains rigolèrent, moi pas, ils semblaient excités, j'étais calme. Ils étaient trois, j'étais seule et affamé. Mais ce n'était pas un problème, les gens comme eux ne comprendront pas ce qu'il se passe si j'use de mes yeux.

« T'es muet ? Sourd ? Ou juste débile ? » Encore une fois, ses remarques faisaient rire ses compagnons, je ne répondit pas mais me tourna dans leur direction. Je ne bougeais pas, immobile, droit, la tête baissé pour cacher mon visage, l'arme rengainé. Je ne voulais pas les tuer, les assomer à la limite pourquoi pas.

« Oh, monsieur se retourne, tu veux jouer avec nous peut-être ? »

« Jouer ? Vous ne tiendrez pas assez longtemps pour pouvoir avancer de deux mètres. » Lui répondis-je sur un ton posé.

« Ahah ! Vous entendez ça les mecs ? Il prétend pouvoir nous tenir tête, seul en plus ! » Ils éclatèrent de rire, un des cloportes osa s'adresser à moi.

« Et tu vas faire q... » Il ne put finir sa phrase, j'avais retiré ma cape, dévoilant mes yeux jaunes, qui brillaient intensément, la célérité que je m'étais infligé plus la lenteur qu'il reçu firent qu'il se retrouva en face à face avec la taule de poubelle. Je le tenait par les cheveux, il était à genou, son crâne était intact, j'avais stoppé mon coup, avant qu'il ne meurt. Je le lâcha, et lui mit un coup de pied retourné derrière la tête, lui éclata ainsi les dents contre la poubelle.

Les deux autres énergumènes étaient bouche bée, leur copain était à terre en trois secondes tout au plus.


« Quelqu'un d'autre pour la danse ? »

« … T... Tu... Tu ne peux pas... Nous sommes encore deux, et cette fois.. armés ! Ton petit tour ne remarchera pas ! »

Je marqua une pause, les regarda, ils me fixaient. Mes yeux se mirent donc à luire, leur infligeant un état de lenteur, ma célérité étant encore active, je répliqua :

« Une arme, oui... Un couteau à beurre c'est ça ? » Ma blague n'était apparemment pas à leur goût. J'étais le seul à avoir le sourire aux lèvres.

« ...D'accord, écoutez, c'est bien joli d'avoir des joujous tels que les vôtres, mais.... Faudrait t-il encore avoir le temps de s'en servir ! » Je fis un bond en arrière, pris appui sur le mur et parti dans leur direction. Leur corps étant ralenti, le temps qu'il se tourne vers le mur, j'étais appuyé avec mon dos sur le mur, j'avais pris leurs canifs, je me curais les ongles avec l'un d'eux, en sifflotant un air d'anniversaire.
Je les vis commencer à regarder dans l'autre sens, ses abrutis ne savaient que tourner la tête ou bien ? Je balança les couteaux en l'air, et pris la tête de l'un que je fracassa sur celle de l'autre, le coup ne semblant pas assez violent, je recommença une seconde fois, ils semblaient sonner.

J'avais le patron dans la main droite et un sbire dans l'autre, le sbire en question n'ayant pas l'air bien méchant, je le balança à côté de son pote, qui gémissait de douleur, il s'était réveillé on dirait.

Le patron saignait du nez, ses longs cheveux noirs, ses percings, était immaculés de son sang. Je m'apprêtait à lui mettre un ultime coup de poing, pour les arrogances qu'il m'a fait, quand je crus voir, qu'il me parlait. N'entendant pas, j'approcha mon oreille de sa bouche et entendit :


« … A.. Bru..ti.. » Il en profita pour me mordre de toutes ses forces à l'oreille, ma célérité n'était plus, mais ma colère si, je le pris au niveau de la mâchoire avec mon autre main, le faisant lâcher prise avant de perdre un bout de mon oreille, le pris par la gorge de la main droite et lui mit une patate digne des plus grands boxeurs. Sans exagérer, il vola sur 5 mètres, pour finir sa course dans un poteau qui ne broncha que très peu comparé à son crâne qui devait être en miettes.

Les trois insolents étaient à terre, et incapables de résister, j'eut l'idée de les fouiller, pour voir si quelques munnies traînait... Manque de bol, ces vermines étaient ruiné, pas la moindre trace d'argent sur eux. Je me releva, remit ma capuche, et reprit la route vers une destination inconnue.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La lance Tourbillonnante.
Masculin
Nombre de messages : 1675
Age : 24
Localisation : Tour de Yen Sid
Date d'inscription : 25/05/2007

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
272/500  (272/500)
Mar 5 Nov 2013 - 3:32
    Exploit accompli.

    Alors je...

    Tout d'abord, désolé pour le temps que ça m'a pris. Ce soir, n'arrivant vraiment pas à dormir, j'ai décidé de noter le truc qui datait le plus dans ma liste et c'est toi. Parce que oui, j'ai tendance à un peu écarter les errants pour noter en priorité le Consulat.

    La raison est simple. Les errants font de bonnes missions mais qui hélas se ressemblent souvent.

    Je vais être tout à fait honnête, je n'ai pas lu ta fiche ^^. C'est Ukiyo qui t'a validé et je n'ai pas pris le temps de la lire (parce que c'est un test rp, pour être sincère ^^), néanmoins je n'en ai pas eu besoin.

    Je trouve cet exploit... vraiment sympa.

    Ne connaissant pas ton style avant, j'ai lu... et je n'ai que des détails à reprocher. Le style est vraiment bon, l'orthographe est pas mal, et tu racontes des trucs relativement sympas.

    Au niveau de l'orthographe, juste une remarque pour la seule faute que j'ai trouvée. Tu as dit quelque chose du genre "Je trouva". Alors non, faut vraiment apprendre à former un verbe comme ça au passé simple à la première personne du singulier. On dit "Je mangeai, je trouvai, je nageai, etc". C'est à mon sens une règle qui différencie quelqu'un qui sait écrire à quelqu'un qui ne le sait pas. Donc important.

    Le début m'a particulièrement plu. Tu es un errant, donc tu dois affronter toutes les merdes d'un errant, c'est-à-dire la pauvreté, le rejet de la plupart des mondes, la fraude (il faut savoir que le errant est un hors-la-loi, pour la plupart du temps)... Et ici je l'ai bien senti. J'avais dit à Léo Singa que j'appréciais sa façon de décrire les difficultés d'un errant face à la loi et au rejet des autres... Et bien ici, je souligne ta façon de décrire les difficultés de l'errant face au rejet des autres et à la faim et la pauvreté. C'est vraiment très bien, tout le monde ne le fait pas, loin de là.

    Ce n'est pas un reproche mais juste une interrogation... Il y a cette affiche et il y a ce serpent... deux détails qui font quelques lignes dans ton texte et qui au final ne mènent à rien. Je me suis demandé si tu voulais arriver à quelque chose. Enfin ne me dis rien, je verrai si c'est le cas.

    Le combat est pas mal, bien décrit.

    Mon seul reproche concerne un détail, vraiment. C'est que bon, t'es au Palais des rêves, et tu dis que ton perso se fait agresser par des... mecs habillés genre gothique. Et franchement je suis pas convaincu, t'imagines des gothiques dans le monde de Cendrillon ?

    Voilà donc... mission normale, 22 xp, 220 munnies et 3 PS... 1 en vitesse, 2 en dex.



_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 7 mois après la disparition de Lovensky Pierre-Antoine
» Les larmes post-12 janvier: une sensation de bluff 10 mois après
» DOLLY chiot femelle croisé fox-yorkshire 5 mois SPA DOUAI 59
» CANICHE croisé Griffon de 6 mois champagne Roubaix (59)
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.