Derniers sujets
» Mais pourquoi peindre un cygne?!
par Genesis Rhapsodos Aujourd'hui à 4:46

» Breaking News : Annonce du Porte-parole !
par Genesis Rhapsodos Hier à 22:49

» Can't stay away
par Death Hier à 13:06

» Breaking News : Attaque sur le Domaine Enchanté
par Roxanne Ritchi Hier à 11:11

» Explicatif sur l'Académie
par Genesis Rhapsodos Hier à 4:59

» L'Annonciation
par Cassandra Pentaghast Jeu 17 Aoû 2017 - 22:48

» Mon deuil
par Genesis Rhapsodos Jeu 17 Aoû 2017 - 5:27

» Une main tendue
par Cissneï Mer 16 Aoû 2017 - 23:20

» Game Over RPG
par Invité Mer 16 Aoû 2017 - 20:30

» Réglementations et demande de Partenariat
par Invité Mer 16 Aoû 2017 - 20:29

» Bouc émissaire
par Général Primus Mer 16 Aoû 2017 - 19:27

» L'enthousiasme éternel
par Agon Wiley Mer 16 Aoû 2017 - 15:04

» Fiche de personnage de Lotis Terrick
par Lotis Terrick Mar 15 Aoû 2017 - 21:14

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Mar 15 Aoû 2017 - 12:57

» La nature a horreur du vide
par Surkesh Mar 15 Aoû 2017 - 12:52


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 La pression d'un cauchemar
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le cauchemar ambulant
Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 23
Date d'inscription : 07/04/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Officier
XP:
45/150  (45/150)
Lun 23 Sep 2013 - 15:27

    Depuis toujours les hommes se battent pour des territoires, pour le pouvoir, l'argent, la religion. Il y a tant de motivation dans la guerre qu'on ne pourrait les compter sur nos deux mains. Aujourd'hui, il n'était pas question de guerre, mais de pression. La pression peut tout changer chez une personne, certain s'épanouisse et d'autres tombent sous celle-ci. On m'a demandé de faire pression sur un peuple qui n'étais pu surveiller par ma soeur de guerre qui s'était sacrifié pour nous, mon devoir en était de respecter les ordres de la princesse et de faire que le peuple soit sous la terreur pour ne pu avoir a user de la surveillance constante.

    La terreur peut changer un homme et l'obliger à devenir l'esclaves des plus forts, seul les faibles sont poussés par la terreur. Moi qui étais supérieur à eux en matière de puissance, je devais inspirer la terreur a ces faibles et vauriens d'habitants. Un plaisir gâcher, car je n'avais pas le droit de tuer et dans mes habitudes, je ne laisse aucun ennemi vivant si je le peux, là c'était diffèrent, la coalition avait besoin de ces faibles. Raison économique, spirituelle ou militaire, tout m'étais égale de toute manière. Je n'avais pas besoin de raisons pour exécuter cet ordre offert, un ordre c'est un ordre et je me dois de l'exécutais.

    Passons aux choses sérieuses...

    La cité noire, qui portait normalement le nom de crépuscule, mais à mes yeux son nom devait être changé, car pu aucun crépuscule n'illuminer le coeur des gens. Il n'y avait que l'obscurité qui berçait cette ville. Une obscurité alimentait d'un nouvel espoir pour le peuple, cet espoir que j'allais réduire à néant aujourd'hui !

    Marchant dans les ruelles d'un regard vide et sans sentiment, je cherchais la civilisation, mais il n'y en avait aucune, étrange, ils avaient tous disparues des rues et même des boutiques. Des boutiques tous fermaient spécialement en ce jour. Mes pensées furent guider par mon instinct qui me disait de chercher la plus grande place de ce monde. La place des fêtes, là où le peuple s'affronter avec des armes en plastiques comme divertissement. Stupide humain, il n'y a pas meilleur divertissement que le combat à arme réel, c'est en offrant la mort qu'on se rend compte à quel point c'est jouissif.

    Me dirigeant vers cette grande place, en m'orientant grâce au panneau, j'avançais lentement avant de m'arrêter non loin en observant une foule. Une colère noire l'alimenté et je ne pu m'empêcher de l'observait avant d'intervenir, me tenant loin d'elle, assez pour ne pas attirer l'intention sur moi, trop occuper à écouter un homme qui semblait enflammer leurs espoirs dans un discourt de révolte.

    M'adossant contre un mur d'une propriété, je pris une voix faible pour dire discrètement.

    - Intéressant..

    Écoutant le discours de l'homme en question, je me mis à rester dans un silence serein et une écoute avec les oreilles à grande ouvertes, les bras croisés et la tête baisser ainsi que les yeux.

    L'homme tenait fermement sa pelle et la brandissait vers le ciel, geste de révolte servant juste à motiver la violence des gens.

    - Mes frères !! Mes sœurs !! Tout ceci est enfin terminé !! La surveillance à prit fin et nous sommes maintenant un peuple libre ! La coalition n'est plus là pour nous dire quoi faire ! Ne la laissons plus venir dans ce monde ! Car nous avons tous déjà assez souffert ! Je me souviens de cette époque où nous fûmes un peuple heureux ! Bercer par le crépuscule qui illuminait nos sourires ! Nous voulons tous la même chose !!! Le bonheur et ça commence par la liberté !!!!

    Tous s'enflammèrent en levant leurs outils en guises d'armes, tous criais raison à ce faible. La liberté à mes yeux, n'est qu'une perte de temps et je n'allais pas laisser cette vermine aller plus loin dans son discourt, car si il continuait, je ne pourrais pas tous contenir tout seul. Je ne pouvais permettre aucun renfort de la coalition à cet endroit, car c'était ma mission, mon devoir. Me relevant du mur, je rouvris mes yeux pour avancer vers la foule et me tenir à quelques mètres de celle-ci, croisant mon regard avec cet homme, qu'elle chance pour lui que je n'avais pas le droit de le tuer. Un regard vide montrant l'obscurité d'où je venais.

    - Alors c'est ainsi que née l'espoir du peuple hein... Qu'il en soit ainsi, mais tout espoir à une fin...

    L'homme me montrant avec sa pelle au loin, attira encore l'intention du peuple qui se retourna directement par moi, tous les regards sans exceptions étaient dans ma direction, sur ma personne. Je n'en avais rien à faire de leurs yeux plaquer sur moi, quand on doit couper l'espoir d'un peuple, il suffit de le couper à la racine et seulement la vermine du fond m'intéresser. Lui aussi d'ailleurs, je l'intéressais, car de sa voix grave, il s'adressa à moi.

    - Qui es-tu étranger ?! Je ne t'ai encore jamais vu !

    Cette question, qu'on me posait sans arrêt stupidement, car ma réponse était toujours la même. Levant les mains vers le ciel et le regardant, je me désignai à son égale dans une voix résonnante et intimidante pour quelques rare personne qui comprirent directement.

    - Je suis... Le reflet de votre soleil noir, je suis... votre cauchemar à tous !

    Le peuple s'enflamma encore plus à ma réponse et des personnes crièrent « Un membre de la coalition ! » et plus ils criaient et plus cela m'amusait. Certains ce mirent même à me jeter des objets, tels que des canettes ou des bouteilles, visant aléatoirement mon humble personne, je ne bougeai pas. Restant stoïque à cet affront, je me mis à baisser les bras pour les garder le long du corps regardant de gauche à droite la foule en délire. On dirait que j'allais devoir calmer tout ceci, mon objectif était simple atteindre la racine et la couper net. Donc cet homme qui les dirigés tous.

    - Il est temps pour vous de comprendre...

    Marchant lentement vers la foule, j'accélérais mon pâs au fil en me rapprochant plus en plus afin de finir par courir tout court. Sautant dans la foule, je frappais tout le monde au hasard toute en continuant de courir, cassant des bras, balayant des femmes et expulsant les enfants sur ma route de coups. Aucune pitié, voilà comment faire naître la terreur. Certains volèrent, d'autres tombèrent et certains même se tortillaient de douleur après mes coups, recevant des coups dans ma course, je frappais aussi fort que je pouvais ces gens qui essayaient de frapper dans mon dos, recevant une pluie de coups de faibles niveaux me forçant à bondir hors de la foule pour sauter d'un coup vers l'homme.

    - Nous y voilà..

    Et atterrissant, les deux pieds sur lui, il fut plaqué au sol et maîtriser juste avec mon poids sur lui. Le regardant de haut et avec un regard cette fois remplie de haine.

    - Tous les coups, que j'ai reçus, tu les recevras par ton propre peuple... Estime toi heureux, que la princesse des ténèbres m'a donnée l'ordre de ne tuer personne... Vermine..

    Recevant encore des projectiles dans le dos cette fois, j'allais infliger la punition du siècle à cet abruti. Le relevant en l'attrapant par le col, je me retournas d'un coup sec en me servant de lui comme bouclier, le laissant se prendre des projectiles pour forcer le peuple à arrêter. La compassion était une faiblesse, car pu aucun projectile vola après qu'ils aient réalisés que ce n'était pas moi qui les recevaient. Le balançant au sol, je fis à mon tour un discours.

    - Aujourd'hui, l'ère Arachné est terminé... Tous vermines que vous êtes, vous obéirez à nos ordres, car sinon, je vous tuerais un par un, jus-qu'attends que vos projectiles et vos outils soient rangés bien au fond de vos maisons. Je ne ressens aucun regret, aucune pitié et je n'hésiterais pas à vous obliger à vous punir ou torturez vous-même... La terreur ! Voilà ce que je veux lire dans vos regards. Voir vos visages blancs de peurs, voir vos enfants, vos femmes et vos vieillards se soumettre totalement à la coalition.

    Regardant le chef un court instant, je posai mon pied sur sa face devant tous ces gens pour lui écraser le visage le forçant à crier de douleur toute en se tortillant.

    - Arrrg Nooooon ! Arrrg !

    Les gens furent choqués et la plupart porter un regard de haine sur moi, cette même haine qui fallait alimenter pour la transformer ensuite en peur.. Mettant de plus en plus de force et de poids sur mon pied à cause des regards noirs, je voulais faire en sorte, qu'il n'y ait que de la peur.

    - Encore de la colère ? Cet homme va mourir ! Si vos regards continuent... vous aussi ensuite encore plus douloureusement que cette larve !

    Les regards ne se baissèrent toujours pas, quelle insolence, il fallait que ce soit encore plus efficace. Donnant un coup de pied dans l'homme après lui avoir enlevé du visage, je l'expulsais loin des autres pour ne pas qu'ils ne reçoivent d'aident. Contre toute attente, une femme et un enfant coururent à son secours. C'était parfait. Avançant vers ces deux-là, je les attrapais et les lança sur la scène avant de les rejoindre à mon tour.

    - Alors nous allons voir, si votre rage va toujours exister après cette scène.

    Attrapant la femme, je la mis au sol et regarda l'enfant pour lui ordonner de lui écraser le visage.

    - Toi, l'enfant sans courage... Écrase le visage de cette femme où tous ces gens autour de toi mourront dans d'atroces souffrances.

    Un mensonge, certes, mais qui allait porter ses fruits... L'enfant au début hésita, d'un regard terrifier, il regarda tous les autres en face de lui entendant les crient de certains qui lui disaient de ne rien faire, mais mon regard remplit de haine, le poussa à le faire. La pression peut tout changer et en plus facilement chez les enfants. Mon sourire narquois pour le peuple ce dessina sous le regard de cet enfant qui écrasa le visage de la bonne femme avec force sous la pression.

    Choquer et empathique, le peuple resta silencieux et n'en revenait pas du tout... Sous les cris de la bonne femme, aucun n'eu le choix de ce pliait à la volonté de la coalition, au point de laisser certains hommes criaient leurs accords vers la nouvelle terreur de la coalition. Attrapant le jeune dans le dos, je le représentais aux yeux de tous avant de dire mes derniers mots.

    - Cet enfant qui a si bien réussi ce que je lui demandais, sera maintenant celui qui vous tueras ou vous torturas sous mes ordres... Si j'apprends que vous vous pliez à la volonté de la princesse, alors je resterais miséricordieux... Par contre... Si sa volonté n'est pas respecté, je tuerais femmes et enfants en premier devant vous tous, il ne s'agira pas de pendaisons, mais de propres mutineries entre vous tous...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Reine de l'Envie
Féminin
Nombre de messages : 349
Age : 21
Localisation : Au Château de la bête, affalée sur son canapé, le monde à ses pieds.
Date d'inscription : 05/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
349/650  (349/650)
Lun 23 Sep 2013 - 18:56
"On m'a demandé de faire pression sur un peuple qui n'étais pu surveiller par ma soeur de guerre qui s'était sacrifié pour nous, mon devoir en était de respecter les ordres de la princesse et de faire que le peuple soit sous la terreur pour ne pu avoir a user de la surveillance constante."

C'est trop long comme phrase ! Y en a qu'une comme ça... mais j'ai décidé d'être chiante. Héhé !

C'était pas mal, même si j'ai quelques réserves ^^ Disons que Fuû est officier... il a 10 en force, défense et dextérité. Que tu n’aies pas de problème avec les habitants, c'est normal mais parfois Fuû un peu plus qu'il ne peut réellement pour l'instant. Là ce n'est pas tellement grave, mais il faut quand même faire attention.

Sinon c'est bien le style de Fuû, ce gros bourrin ! Mention spécial au petit discours d'intro que j'ai bien aimé ^^

Très Facile : 5 points d'expérience + 50 munnies + 1 PS. (En dex)
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.
» Dépression totale (Pv: Miwako)
» Indicateur pression d'huile
» [Nov.] Cauchemar ou mauvais rêve ? [n'importe quel garçon]
» La peur d'un cauchemar... [Terminer]