Derniers sujets
DésinformationHier à 19:31Huayan SongBalade nocturneHier à 11:41KestiaLa négociatriceLun 16 Juil 2018 - 23:13Maître AquaLe Tour de ClopinLun 16 Juil 2018 - 17:41Arthur RainbowAbsenceLun 16 Juil 2018 - 13:28ShadowPromenons-nous dans les bois -Dim 15 Juil 2018 - 9:48Vesper EarlLa guerrière satyre AmbrosiaSam 14 Juil 2018 - 18:24AmbrosiaFace contre TerreSam 14 Juil 2018 - 0:36NarantuyaaPeins moi ça en noirVen 13 Juil 2018 - 3:49Jack InèrsseDemande graphique?Jeu 12 Juil 2018 - 18:40KairiAu fond du gouffreJeu 12 Juil 2018 - 13:57Cassandra PentaghastLa Chute de NottinghamJeu 12 Juil 2018 - 10:41Heinrich VentrecrocIl y a toujours un cheminMer 11 Juil 2018 - 23:39Fabrizio ValeriDans un souci logistiqueDim 8 Juil 2018 - 13:59Kurt BrownCe qu'on fait par AmourSam 7 Juil 2018 - 16:31Maître Aqua
Héros en devenir

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Caporal
XP:
86/100  (86/100)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 20 Sep 2013 - 15:08

    Un train file le long de ses rails sur un fond étoilé. Léo est assis sur la banquette... tout autour de lui, les gens profitent de ce voyage tranquille. Certains dorment, bercé par le ronronnement de la grande machine. Les sièges sont si confortables, ce sont de vrais fauteuils. La Shinra a au moins apporté ça au monde : allez d'un monde à un autre est aujourd'hui une promenade de santé. Le train est luxueux... et la quiétude y règne. Le train file le long de ses rails, comme le fleuve tranquille suit son cours.

    Léo Singa quand à lui... reste calme et attentif. Pour lui, tout ceci n'a rien d'un long fleuve tranquille. Oui... c'est un errant, mais ça au pire il peut toujours le nier. Le vrai problème c'est que contrairement aux autres voyageurs, le Héros en Devenir n'a pas payé son ticket. Être clandestin ce n'est pas la chose la plus agréable au monde, mais ça vous oblige à rester éveillé.
    Il faut pouvoir réagir à tout moment et à toute situation... c'est stimulant.

    L'errant aux cheveux de feu regarde devant lui, entendant derrière lui un homme réclamer les billets d'embarquement. Léo regarde devant lui, faisant mine de rien. Il attend un peu avant de se lever... mais n'attendra pas éternellement. Trop tôt ou trop tard, les deux cas sont trop suspect.

    Devenir une ombre... l'important n'étant pas qu'on ne le voit pas. Non, l'essentiel consistait à ce que personne ne le regarde. Ne pas attirer l'attention. Dans ce train... Léo n'a ni ami, ni allié. Il est livré à lui-même... mais il restait confiant. Être clandestin devrait devenir une habitude pour quelques temps encore.

    Léo se leva et l'air de rien, alla aux toilettes, le temps de trouver un meilleur plan. Ça l'intriguait quand même... Illusiopolis est un monde chargé d'histoire mais un monde dangereux. Les démons, les sans-coeur et la nuit y règne en maitre. C'est l'ancien repère de l'Organisation XIII... ce n'est pas un lieu très sain.
    Pourtant, il y avait dans ce train des hommes et femmes bien habillés, le train respirait un certain luxe. Heureusement que Léo a volé ce costard, il ne fait pas tâche dans le décor.

    Il n'y avait ici que des personnes riches, chacun dégageait quelque chose. Des gens pleins de charisme... des hommes d'affaires, des gens de pouvoir. Dans son chemin jusqu'à sa cachette, Léo entendait des discussions importantes... auxquels il ne comprenait pas grand-chose, sinon qu'il y avait du gros poisson ici.
    Ce n'était qu'illusion... mais Léo appréciait l'idée de ne pas faire tâche parmi tous ces gens. Son égo en était comblé et lui le reconnait bien, c'est assez pitoyable.

    Léo passa devant les toilettes et continua son chemin, direction la soute à bagages. Même s'ils vont chercher jusqu'à là-bas, on pourra se cacher derrière une valise. Oui, c'est le meilleur plan... le train arrive qui plus est bientôt à destination.


    " Le train arrive à destination dans quinze minutes. "

    Un quart d'heure c'est court, mais ça peut tout aussi bien être très long. Léo voulait que cela passe le plus rapidement possible. Et à cause de ça, les quinze minutes lui semblerait une éternité.

    " Monsieur, je peux voir votre billet ? "

    Léo se tourna vers ce contrôleur de train, dans son uniforme noir. L'errant ne voyait même pas son visage, à moitié caché par sa casquette de gare avec cette visière basse. Ça le gênait de ne même pas voir ses yeux... sans ses yeux, il semble sans âme. Léo jeta un coup d’œil vif sur la matraque accroché à sa ceinture. La situation ne pouvait pas être pire...

    " Nous sommes au regret de vous annoncer que le train aura cinq minutes de retard. Toutes nos excuses. "

    L'univers en veut à Léo Singa.

    " ... "

    " Je dois comprendre que vous n'en avez pas ? "

    " Oui... faut croire. "

    Le contrôleur a sortit une paire de menottes, devant les yeux incrédules de Léo.

    " Hey... j'ai pas payé, c'est malhonnête je vous l'accorde. Qu'on me fasse rembourser, voir payer une amende... d'accord. Mais on est obligé d'en arriver là ? "

    " Ce train est rempli de gens importants. Nous ne pouvons nous permettre de prendre le moindre risque. J'userais de la force s'il le faut, pas la peine d'en arriver jusque là. "

    " Et si je veux en arriver jusque là ? "

    " Je ferais mon travail et rien d'autre. Coopérez, nous vous relâcherons quand nous en saurons un peu plus. Un scandale ne nous arrange pas... et croyez-moi, il ne vous arrange pas plus. "

    Le nombre seize est inscrit en grand sur le mur. Léo a compté, il y a vingt wagon au total dans le train. Quatre wagon le sépare de la queue du train... là-bas, on ne pourra pas l'encercler. Stratégiquement, c'est le meilleure endroit.
    L'errant s'était promis de ne pas se mesurer à quelqu'un de beaucoup trop fort pour lui. De manière générale, ne pas s'attirer d'ennui outre-mesure avec quelqu'un dont Léo ne connait pas la force.

    Mais est-ce qu'il avait vraiment le choix... ils veulent en savoir plus, mais Léo lui ne veut pas que la Shinra en sache plus. Avec du flair, ils sauront que c'est un errant.

    Léo lui aurait bien lancer son regard... ce fameux regard qu'il s'est découvert depuis quelque temps. Le Héros en Devenir avait ce pouvoir, en un regard d'intimider quelqu'un ou de juste le surprendre. L'errant sait comment braquer quelqu'un du regard... mais avec cette casquette, il ne pouvait même pas le regarder dans les yeux. Léo n'aime pas devoir se passer de l'effet de surprise.

    Rapidement, le clandestin jette un œil à l'horloge. Il reste encore un quart d'heure... ça le blase, tout ça lui avait fait oublié que le train avait eu du retard.


    " Très bien... mets-moi les menottes. "

    Disant cela, il présenta ses poignets au contrôleur qui saisit une paire de menottes simples. Alors que le contrôleur porta son regard sur les poignets du clandestin, ce dernier lui assena une rapide uppercut du gauche puis enchaina avec un violent coup du droit sans même attendre la fin de son premier mouvement.
    Léo prit la matraque et les menottes du contrôleur sonné puis partit à vive allure en direction de la queue du train, à l’extrême opposé du chauffeur.

    Une fois qu'il y fut, un homme accompagnée de sa femme l'interpella.


    " Pourquoi toute cette agitation ? "

    " Désolé, mais je suis si impatient d'arriver à Illusiopolis !!! " Dit-il, on ne peut plus sincère.

    " Certes, on ne dit que tu bien des appartements loué par la Shinra, mais par pitié, un peu de tenu. Calmez-vous, nous arrivons bientôt. "

    Sa femme se mit à observer Léo, chaleureuse et polie.

    " Vous comptez emménager à l'Illusiocitadelle ? Vivre dans l'ancien repère de l'Organisation XIII... c'est si décadent. "

    " Je suis on ne peut plus d'accord, nous payons cher le prix de cette décadence. " Lanca-t-il, un peu moins sincère et le regard nerveux guettant l'arrivée des contrôleurs.

    Encore... treize minutes, le temps ne passe pas. Il ne passe décidément pas. L'horloge avait toute l'attention de l'errant, si bien qu'il ne réfléchissait pas vraiment à cette histoire d'Illusiocitadelle exploité par ce mania de Rufus.


    " Vous semblez anxieux. Ne vous en faites pas, mon fils aussi a peur dans les transports. "

    " Je ne pense pas que nous ayons peur de la même chose... "

    Trois contrôleurs finirent par arriver, armée de leurs matraques. Léo afficha un sourire inquiet et nerveux. Les choses vont commencer à bouger... et bouger vite. Il reste douze minutes... le temps passe, mais pas assez vite aux yeux de Léo.
    Ce dernier enleva sa veste et continua de la tenir dans sa main gauche, alors qu'avec la droite, il avait cette matraque récupéré. Avec en plus cette paire de menottes accrochés à sa ceinture... et le type assommé plus loin, on a dépassé le stade des négociations.

    Le premier s'avance, rapidement Léo lui jette sa veste au visage, l'aveuglant complètement. Avant qu'il ne parvienne à se défaire de cette veste, l'errant s'avance et lui assène plusieurs coups de matraque sur le crâne. Rapidement, Léo guette ses deux autres adversaires... ils sont prêt à attaquer, mais lui aussi.

    Les deux s'avancent presque en même temps, distribuant des coups que Léo esquive d'une glissade vers l'arrière. Littéralement, dos au mur, l'errant fait un grand pas vers le contrôleur de gauche, lui assénant un coup rapide du droit. Vivement, il repousse son deuxième adversaire d'un coup de pied dans le ventre.

    Bam ! Un violent coup de matraque s'abat dans le dos Léo et le fait vaciller l'espace d'un instant... puis il se relève avec violence, assenant un coup de coude au visage du contrôleur derrière lui.

    L'autre a déjà entamé un coup descendant, Léo bloque l'arme de son avant-bras dans un grognement de douleur et sans attendre, riposte d'un gros coup au niveau du diaphragme, entre les deux poumons... c'était pas tellement précis, mais ça a suffit à lui couper le souffle.

    Léo se retourne et donne un puissant coup de pied dans les côtes du contrôleur en train de se relever...


    " Sergent ! "

    " Poussez-vous. "

    Léo s'arrête... reprenant son souffle déjà un peu épuisé par cette altercation. Une femme en uniforme s'avance, une matraque un peu plus esthétique que les autres contrôleurs à la main. C'était honnêtement une belle femme, bien faite et au charme certain avec ces petites lunettes de bibliothécaire sur le nez. Ses yeux noisettes se plongèrent dans ceux de l'errant, perturbé par sa démarche si... autoritaire. Elle marchait rapidement vers lui... et Léo s'est posé une question qu'il n'aurait jamais du se poser : je la frappe ou pas ?

    Un gout de sang inonde sa bouche, sa matraque lui échappe... un bruit sourd retentit dans son oreille, il n'entend quasiment plus rien. Léo était sonné et reprenait peu à peu ses esprits... mais plus il les reprenait, plus il réalisait à quel point il avait mal. Avoir mal... ce n'est un mauvais moment à passer, après tout. Ce qui l'inquiétait vraiment... c'était d'avoir trop mal pour réfléchir.

    Sergent... deux grades au-dessus de lui et déjà elle le dépasse complètement. Léo a payé son hésitation très cher. Se faire démolir par une femme... quelle honte. Léo tâchait de se faire passer pour assommé... le temps de trouver un plan. Mais non, c'était le vide. Alors quand il sentit ses mains guidé par d'autres jusque dans son dos...

    Léo força son corps à se lever, à peine trois pas et il penchait déjà vers l'avant... l'errant profita de cet élan inattendue pour s'éloigner d'une roulade sur le sol. Se relevant difficilement, Léo jeta un coup d’œil vers le sergent... d'un coup sec, sa matraque s'était changé en un fouet et ça lui donnait une sacrée allonge.

    Léo se protégea de son bras qui s'est alors retrouvé pris dans l’étreinte du fouet, celui-ci s'étant enroulé autour de son bras comme l'aurait fait un serpent.[i]

    " C'est fini, je vous tiens. "

    " Qui tiens qui à ton avis ? "

    [i]Le sergent tenta de ramener l'errant jusqu'à elle mais son geste fut stoppé net par la résistance de Léo, doté d'une plus grande force brute qu'elle. Un sourire au moqueur au visage, l'errant tira le sergent jusqu'à lui, la faisait trébucher sous la surprise. Libérée de l’étreinte du fouet, Léo observa l'horloge... encore neuf minutes à tenir. Autant vous dire que c'est beaucoup trop long.

    La sergente... déjà debout, son arme redevenue rigide. Léo jeta un coup d’œil aux fenêtres... on voyait Illusiopolis et c'était en soit une bonne nouvelle. Léo avait la sensation que si ce train était dangereux, dehors ça l'était tout autant. Mais il n'avait vraiment pas le choix...

    Son but, tout de suite, c'était de passé derrière cette femme. Les passagers étaient paniqués, certains étaient partis mais d'autre étaient bloqués, trop effrayés à l'idée de se prendre un coup perdu.


    " Bon... j'avoue ne pas avoir très envie de te frapper. "

    " Parce que je suis une femme, c'est ça ? A votre aise, ce n'est pas mon problème. "

    Vivement elle s'approcha de Léo, assenant un coup horizontal au niveau du visage qu'il esquiva en se baissant. De suite, elle enchaina avec un coup vertical. L'errant brisa son mouvement d'un coup d'épaule dans la poitrine et profitant de son déséquilibre, passa au travers. Sans s'arrêter il ramassa sa veste et essuya le sang qui coulait le long de sa bouche.

    " Je me casse ! "

    " Tu vas nulle part sale errant ! "

    " Comment t'as deviné ?! "

    Léo fissura une fenêtre d'un coup de pied et... passa au travers sans attendre ! Atterrissage n'allait pas être facile... mais Léo n'allait pas mourir. Ça n'arrive qu'aux autres ça, parce que Léo n'est pas comme les autres !
La lance Tourbillonnante.

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
272/500  (272/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 3 Oct 2013 - 15:35
Exploit accompli.

J'adore cette chanson. "Quand on arrive en ville" est super cool, et c'est le genre de titre que je donnerais à un sujet, pourvu qu'il n'ait jamais été utilisé.
Du coup je me suis rapidement rendu compte que j'avais déjà lu un rp avec ce titre, parce que ça m'avait choqué.

Donc j'ai recherché sur le forum un autre rp appelé "Quand on arrive en ville", et figures-toi qu'il existe.

...

http://www.kingdom-hearts-rpg.com/t3712-quand-on-arrive-en-ville?highlight=quand+on+arrive+en+ville

C'est toi qui l'as écrit.

T'as réussi un exploit assez incroyable, t'auto-plagier.

Donc je te le cache pas que cette petite erreur m'a un peu fait rire ^^, mais je vais pas noter ça...

Je note ce bon exploit que t'as fait. Parce qu'il est bon et vraiment cool. T'as vraiment mis l'accent sur la fraude de l'errant, de ce moment stressant où le contrôleur arrive et qu'on n'a pas payé de ticket.

Je m'y suis senti, sérieusement, j'avais l'impression d'y être ! On ressent le stress, donc je peux difficilement détester cet rp.

Non tout est bien, les combats sont bien décrits, j'ai adoré l'intervention du Sergent, dont la force est constatée par Léo qui n'a pas vraiment le niveau... J'aime toujours bien ce Léo caporal, dans ce monde d'errants tous plus balèzes que lui. Il a vraiment du mal.

Y a qu'une chose que j'ai à te reprocher, et je vais pas te mentir, ça m'a énervé.

Plusieurs fois, Léo a fait certaines choses avec rapidité... genre prendre de vitesse deux adversaires, tout ça. Et y a pas que sur la vitesse que tu as abusé, il y a aussi la dextérité. Ici Léo a des putains de réflexes en étant assez rapide, alors qu'il a 6 en dex et en vit.

Non désolé, je te l'ai déjà dit (dans le combat contre l'errant dans la terre des dragons), t'es pas plus rapide qu'un autre. Tu es plus lent.

La prochaine fois, je pénalise, c'est certain.

Mission normale : 22 xp, 220 munnies, 2 PS en vitesse, 1 en dex.

_______________________________
messages
membres