Derniers sujets
» Pensées rationnelles
par Cissneï Aujourd'hui à 1:03

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Arthur Rainbow Hier à 22:11

» Aux abonnés absents
par Kurt Brown Hier à 20:01

» Les Orphelins
par Septimus Hier à 19:06

» Changer de tête
par Pamela Isley Hier à 18:15

» La nature a horreur du vide
par Lenore Hier à 12:00

» Les sans-coeurs aussi ont le droit de se marrer
par Lenore Hier à 9:37

» Le glorieux et puissant être mystérieux !
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 23:31

» De retour au bercail...
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 22:20

» Lessive à Port Royal
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 17:55

» Tatanes et coups de lattes!
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 16:53

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 16:06

» Envie de me connaitre ? Il y a un peu de lecture - Fiche d'identité A. Underwood
par Abigail Underwood Lun 18 Sep 2017 - 14:31

» Achetez mon vaisseau, il est beau mon vaisseau !
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 14:25

» L'enthousiasme éternel
par Death Lun 18 Sep 2017 - 12:26


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Une nuage bleu dans le ciel ténèbreux.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Reine de l'Envie
Féminin
Nombre de messages : 349
Age : 21
Localisation : Au Château de la bête, affalée sur son canapé, le monde à ses pieds.
Date d'inscription : 05/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
349/650  (349/650)
Mar 30 Juil 2013 - 19:09

    Un rondouillard, passif, inactif et vide se trouvait là, allongé sur le dos au milieu des ruines d'Oakey. Ariez, assise en tailleur sur ce sans-coeur lisait avec attention ce grimoire, qu'elle venait de récupérer. Un grimoire noir. Ce qu'elle y lisait... était bien trop complexe pou elle... mais elle s'y noyait, sans comprendre, cherchant à comprendre. La princesse tendit son bras meurtri... et un pot magique apparut, soignant petit à petit son bras.
    La Princesse n'avait d'yeux... que pour ce grimoire. Au point d'en oublier sur quoi elle est assise et pourquoi elle tend son bras vers un pot.

    Ariez entendait des mots... d'une autre langue, dans sa tête... des chuchotements... inquiétant et chaleureux à la fois. Un chuchotement... mais les sans-coeur ne parlent pas... les ténèbres parlent à la Princesse.
    Cette dernière... entendait très distinctement le message... ce qu'elle cherche, elle doit absolument le trouver.

    Il faut donc trouver ce qu'il faut chercher. Puis trouver ce que l'on cherche. Et les ténèbres murmurent...


    Ce que tu cherches... est plus loin... beaucoup plus loin...

    Alors Ariez ira plus loin... beaucoup plus loin...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Mar 30 Juil 2013 - 20:43

    Les ruines d’Oakey, le propriétaire du vaisseau gumi qui se posait à l’entrée de la ville commençait à la connaître à force d’y passer pour des missions mais aujourd’hui, c’est bien quelque chose d’autre qui lui a dit de venir. Ariez ne donnait plus de nouvelle et seul son lien avec elle pouvait lui donner ne serait-ce qu’un indice, enfin c’est ce qu’il pense. Bell se décida alors à sortir, ajustant son costume habituel avec difficulté à cause des restes du combat face à Auron quelque jours plus tôt… des marques qu’il avait pu visiblement réparer sans pour abandonner l’idée de le gêner même dans ses pas à travers la rue principale.

    Le virus n’était pas totalement rassuré d’être dans ce monde rongé par les ténèbres, comme une bouffée d’air moite qui refusait de sortir s’il fallait un exemple, chose qui lui arrivait de plus en plus depuis qu’il utilisait son lien avec la princesse. Ce même lien qui semblait le guider avec plus de clarté suite à son arrivé. Les sans cœurs semblaient l’ignorer, sauf s’il s’en approchait un peu trop comme s’il se fichait de sa présence, c’était presque habituel pour Bell qui n’avait pas un vrai cœur mais ils le regardaient passer d’habitudes.

    Arrivé à l’angle d’une ruelle, le virus pressa le pas par instinct vers un bâtiment en particulier, presque avec le sourire lorsqu’il agrippait un peu à l’angle de la porte pour tomber sur Ariez qui lisait, assise et à se soigner. Le sourire pouvait mourir, loin d’être en paix alors que l’invocateur invoquait deux drones de la compagnie pour venir en aide au pot. S’approcha d’un pas bref avant d’écraser un peu le ventre du sans sœur au sol pour espérer grimper un peu dessus et attraper sans mal la main de la princesse.


    Ariez, mais qu’est-ce qui t’es arrivée ! Ton bras… Un léger mais glacial frisson parcourrait son dos, le regard de la princesse sur lui alors qu’il serra à peine d’avantage la main de sa princesse. Elle semblait heureuse, lui non. Tu pars en disant à peine où tu vas, tu donnes peu voir aucune nouvelle…qu’est-ce qui t’arrives, Ariez ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Reine de l'Envie
Féminin
Nombre de messages : 349
Age : 21
Localisation : Au Château de la bête, affalée sur son canapé, le monde à ses pieds.
Date d'inscription : 05/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
349/650  (349/650)
Mar 30 Juil 2013 - 21:29

    Ariez a levé les yeux de son grimoire... et vit Bell. Un Bell inquiet, perdu... un bel homme, son homme qui est venu avec des questions. La Princesse se soulageait à l'idée que, peut-être, elle avait des réponses. Mais... elle avait peur que ses réponses amènent plus de question encore dans sa tête. Elle s'offrait le caprice de rester silencieuse... lentement, précautionneusement elle posa son grimoire. Puis serra un peu plus fort la main de Bell, le visage radieux de bonheur. Son autre bras complètement restauré vint lentement, comme un serpent langoureux, s'approcher du visage de Bell. Sa main caressa le visage de son beau. Ariez heureuse, parce qu'elle le voyait et l'entendait. Le Cœur de la Princesse... bondissait comme jamais, car il ne bondissait jamais que pour Bell.

    La Princesse se taisait... elle profitait de cette belle surprise, incroyablement touché que même ici, il soit venu la chercher... et après ce moment de silence, les drones disparurent avec le pot magique.


    Comment t'expliquer... quelque chose, dans les profondeurs de la Fin des Mondes m'appellent. Je ne saurais pas te dire... ce qu'il me veut. Mais je sais que cette voix me mènera à ce que je cherche.

    Ariez regarda les deux yeux bleus de Bell... et afficha un sourire triste. Comment lui faire comprendre... elle y réfléchissait en caressant tendrement sa cuisse.

    Je dois y allez et rassures-toi, je reviendrais... mais il se peut que ce voyage me... change.

    Il ne doit pas venir...


    Mais la vraie question... qu'est-ce que tu faits ici... ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Mer 31 Juil 2013 - 2:10

    Elle était de nouveau prés de lui, rien n’est plus rassurant que voir son trésor le plus précieux à nouveau prés de sois. Si la main guérit de la princesse lui offrait une caresse, la sienne ne pouvait que l’attirer timidement plus prés de lui de peur qu’elle ne s’en aille encore. Les drones, le pot, le grimoire, le rondouillard encore couché sur le dos n’étaient que des détails face aux yeux rouge d’Ariez que le virus pouvait à nouveau admirer dans son monde en noir et blanc.

    Mais une voix qui lui demande de venir dans un lieu pareil, et même la faire aller plus loin. Elle avait beau essayer de le convaincre ou de se montrer douce, Bell ne montrait pas de doute dans ses pensées. La forçant à arrêter sa caresse et la remonter jusqu’à son visage, la même délicatesse pour tenir sa main et la caresser sans la quitter des yeux.

    Disons qu’après quelques événements, j’avais envie de te revoir. Bell se remit à sourire, sans craintes quelconque alors qu’il se permit de voler un baiser de la princesse. Le premier baiser depuis longtemps qu’il voulait savourer qu’il mit fin par une caresse pour éloigner une mèche de cheveux d’Ariez.

    Si tu tiens vraiment à me rassurer, laisse moi t’accompagner et veiller un peu sur toi.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Reine de l'Envie
Féminin
Nombre de messages : 349
Age : 21
Localisation : Au Château de la bête, affalée sur son canapé, le monde à ses pieds.
Date d'inscription : 05/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
349/650  (349/650)
Mer 31 Juil 2013 - 12:46
    Mon cœur... Elle lui parlait lentement, doucement... pour être sûre qu'il comprenne bien la situation. ... tu ne peux pas me suivre. disait-elle, on ne peut plus désolée.

    La Princesse se leva, les yeux plongés dans l'horizon ténébreux. A moins que ce ne soit ce dernier qui observe Ariez... et toujours cette voix qui s'insinue dans son esprit, comme un voleur dans la nuit. Cette... conscience, qui désire ardemment la venue de l'Envie, seule. Sans raison, l'invocatrice se demandait comment se passait ce genre de choses, à la lumière...
    Ce genre de chose ne se passe pas à la lumière... la lumière ne tente pas, n'attire pas, ne piège pas. La lumière ne récompense que la bonté, le courage et la détermination.

    Les ténèbres quand à eux... ne récompensent pas. Tout à un prix. Ariez continuait de fixer l'horizon, fascinée, légèrement hypnotisée... et enfin la pénombre surgit des profondeurs noirs de la fin des mondes. C'est magnétique... la princesse ne pouvait qu'y allez. Les ténèbres aspirent lentement mais surement la Princesse, absente, indifférente à tous ce qui peut se passe autour. Les ténèbres convoitent, veulent Ariez... et tous ceux prêt à vendre leur âme.


    Viens....

    La Princesse se retourna vers Bell. Les yeux plus rouges qu'à l'habitude. La princesse s'approcha de lui... et lui confia sa couronne. Il savait à quel point... c'était important pour Ariez. C'était la preuve qu'elle reviendrait. Elle devait le garder à l'écart, pour son bien... ainsi ses yeux étaient sévères et sa voix cruelle.

    Avises-toi de me suivre... qu'on rigole.

    Ariez partit vers l'horizon, rejoint par une dizaine de crypto-ombre, son escorte.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Sam 3 Aoû 2013 - 18:16

    La couronne en main, le léger souvenir de ce rouge différent dans les yeux de la princesse, le nuage bleu la regarda marcher, escortée par les ténèbres en le laissant derrière parmi des ruines. Elle disait être appelé, elle voulait sans doute qu’il soit en sécurité loin de ces ombres…non, Bell ne pouvait pas se contenter d’un truc pareil même si c’était Ariez qui le lui donnait. La princesse était connue comme celle de l’envie, il est connu qu’au fil du temps des membres de la Coalition se présentaient comme des incarnations d’un péché…l’homme en bleu devait être l’avarice, la cupidité…

    Te suivre serait amusant ? Le pas rapide, la couronne doucement posée sur la tête alors qu’il dépassait la princesse et son groupe de sans cœurs mais sans s’arrêter. Alors oublis, je vais simplement te devancer.

    S’il était comme les autres de la Coalition Noire alors il sera la cupidité la plus pure, celle qui refuse qu’on lui prenne ne serait qu’un souffle, qu’un souvenir de ses trésors et ce qu’importe s’il s’agissait de choses ou de personnes. Si les ténèbres voulaient la princesse de l’envie, alors autant se donner un titre royal, autant devenir un prince de la cupidité et clamer son bien, autant déclarer la guerre aux ténèbres et les soumettre s’ils veulent lui voler celle qui fait battre un cœur absent !

    Bell ralenti pour avoir encore la sensation de la princesse qui fixait son dos, peut-être avec de la haine, ou de l’incompréhension, les deux qui sait mais pour être sûr qu’elle ne fuirait pas ou ne le dépasserait pas. Dépassant des sans coeurs, le virus sentait bien leur hostilité mais qu’importe, un nuage peut parfois foudroyer un simple passant…

    Un regard jeté en arrière, il ne souriait pas à la princesse comme à son habitude, il ne montrait pas une marque d’attention autre qu’une question évidente :


    Et maintenant, tu vas faire quoi ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Reine de l'Envie
Féminin
Nombre de messages : 349
Age : 21
Localisation : Au Château de la bête, affalée sur son canapé, le monde à ses pieds.
Date d'inscription : 05/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
349/650  (349/650)
Dim 4 Aoû 2013 - 12:59

    Ariez ne pouvait s'empêcher d'être... attendrie par son obstiné de prince qui, pas si différent qu'elle en fin de compte, n'en fait jamais qu'à sa tête. Lui aussi se fichait bien de tout, des principes, de la morale et du bon sens. Qu'il ose la défier, alors qu'elle se montre aussi douce que possible... qu'elle essaye de lui faire comprendre que certaines choses doivent arriver. La Princesse s'imaginait à sa place, et lui à la sienne. Les choses se passeraient exactement pareil... et rien, rien ne la ferait jamais changer d'avis. Alors que son cœur faisait des bonds, qu'un sourire s'affichait sur ses lèvres et que son regard se perdait ailleurs... la solution est simple, la solution s'appelle Bahamut, Ifrit, Léviathan, Bélias et toute sa clique de monstres.

    Qu'elle regrettait à ce moment d'être à ce point doué en symbiose... son lien avec ses chimères est si fort, si puissant. Elle aurait beau demander à Bahamut de l'arrêter, il n'en ferait rien, puisqu'il sait ce que veut la princesse au fond d'elle.

    Tout ça... n'a de toute façon aucune importance. La Princesse Ariez obtient toujours ce qu'elle veut. Contrairement à Bell qui se sent obliger de se presser... elle, elle marche, tranquillement, sereinement. Elle a l'avantage. Dans l'obscurité des formes se dessine. Des myriades d'yeux jaunes brillent dans le noir et tous ces yeux... ne regardent que Ariez.


    Ils sont venu sur mon ordre... mais je préfère économiser ma symbiose. Au moment où je te parle... Un petit sourire satisfait se dessine sur son visage alors qu'elle continue d'avancer. ...rien ne les retient de me tuer.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Dim 18 Aoû 2013 - 21:18

    C’était ridicule, cette histoire sonnait plus comme une comédie dans la tête de Bell quand il y réfléchissait, et à commencer par cette couronne qu’il retira bien vite de sa tête pour la glisser dans une poche de sa veste. C’était ridicule de le voir marcher rapidement devant la princesse tout en gardant un œil sur elle alors qu’il disait ne pas vouloir la suivre. Elle pouvait aussi se débrouiller, Ariez restait une excellente invocatrice dans son genre mais allez mettre ça sur ses sentiments ou sa cupidité car il ne risquait de partir comme ça. Cependant, Ariez avait peut-être trouvé un moyen de mettre le virus hors de lui…

    Des sans-cœurs qui fixaient la princesse, qui avouait qu’ils pourraient la tuer à tout moment…L’homme en bleu s’arrêta après avoir ralenti ses pas, la princesse qui devait peut-être continuer à marcher ou qu’elle s’était arrêtée aussi. Bell la regarda à nouveau par-dessus son épaule…froid, vide et sans aucune émotion, une machine comme il l’a toujours été.


    Qu’ils partent alors…ou c’est toi qui seras forcée de quitter ce monde avec moi. C’était bien une colère froide qui parlait, et c’était elle qui guida ses pas pour se retourner et marcher dans sa direction. Ariez avait bien prévenue que ces sans-cœurs ne l’obéissait pas, un de ces crypto-ombres se montrait menaçant mais le virus continua son chemin…un colt dans la main, le canon entre les yeux du garde qui se prit une balle. Abattu au sol, le virus vida son arme méthodiquement sur le sans-cœur… avant de marcher encore vers Ariez, son arme encore fumante.

    Elle avait peut-être usé de sa symbiose pour les calmer car Bell ne voyait pas les autres réagir après cette brève tentative de leur semblable. L’homme en bleu s’arrêta enfin, moins d’un pas devant Ariez sans avoir laissé ce regard de machine. Son arme encore en main, chargée sans la menacer…

    Fais tes caprices de princesse ou ta élue des ténèbres si tu veux mais ne pense pas que j’ai à t’écouter comme tes autres toutous de ta Coalition… Sans sourire, sans émotion, seule la couleur de ses yeux le séparait de l’idée d’un sans-cœur en chasse. Il ne parlait jamais mal à la princesse, il l’a traitait comme telle après tout… Je prends ce que je veux, je fais ce que je veux, je vais où je veux. Je t’ai, je t'aime et là, je vais te coller au train... Alors ne joue plus jamais à ce jeu avec moi.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Reine de l'Envie
Féminin
Nombre de messages : 349
Age : 21
Localisation : Au Château de la bête, affalée sur son canapé, le monde à ses pieds.
Date d'inscription : 05/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
349/650  (349/650)
Dim 18 Aoû 2013 - 23:07
    Ariez... n'a jamais autant aimé Bell qu'en ce moment. Enfin... enfin une personne dans son groupe capable de lui tenir tête. Sérieusement... la princesse en devenait folle. Folle de Bell, oui plus encore qu'avant ! Mais surtout folle de rage... Pun, Vesper, Raphaël et toute sa clique. Comment peuvent-ils aspirer à conquérir des mondes s'ils craignent les réactions de la Princesse ?! L'invocatrice a toujours pensé... que par les sentiments elle tiendrait Bell et ne le lâcherait pas. Déjà, s'imaginait-elle contrôler son concubin. Sauf que... non, elle n'y arriverait que par la force. Même là, elle n'était pas certaine d'y arriver. La Princesse tremblait... pas de peur et ce n'était pas non plus dû à l’énervement. C'était... un état étrange où elle sentait son esprit glisser vers une folie toute particulière. Il lui ferait presque peur... et elle aimerait presque ça. Ariez ferma les yeux, un petit sourire hautain destiné à l’énerver.

    Très bien, voyons la situation... je veux allez quelque part, seule. Toi tu veux me coller au train. On se connait... ni toi, ni moi ne lâchera le morceau. Donc soit l'un de nous est contraint d'abandonner... par la force.

    Ariez aiguisa son sourire encore un peu plus... et dans l'ombre les sans-cœurs s'agitaient, s'excitaient. On aurait presque dit des sauvages en transe dansant sur les tambours de guerre.

    Soit on négocie. Je n'irai pas là-bas autrement que seule. Fais-moi un offre, si elle est à la hauteur de mes espérances... je rentre. Qu'as-tu donc à me proposer pour que j'accepte de rentrer et qu'on est pas à s'affronter ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Jeu 22 Aoû 2013 - 17:34
    Ariez avait très bien expliqué le problème, et elle semblait voir ça d’un bon œil au vu de son sourire, sans compter sur l’agitation des sans-cœurs alentours qui pressentaient peut-être un combat entre eux… Se battre pour quelque chose d’aussi idiot, c’est bien le genre de la princesse pour imposer ses choix avec des options pareils : abandonner ou combattre. Le virus ne partageait pas son sourire, il était question de la ramener si elle ne prenait pas ses gardes face à ses guides et voilà que l’idée de faire attention ne l’effleurait pas. Cela prouvait sa volonté, Cela montrait l’importance de sa…"quête" mais Bell n’arrivait pas à accepter le fait de ne pas en être, ne pas être présent pour elle si ça devenait difficile. Il n’avait peut-être qu’un choix à faire, et ça sera le troisième : le sien.

    Je te propose autre chose : Tu acceptes de me laisser venir et…je t’avouerais quelque chose sur moi.

    L’homme en bleu se pencha à peine au-dessus de l’épaule de la princesse dans le seul but de lui chuchoter quelques mots, de quoi attiser sa curiosité, son envie de savoir quelque chose qu’il lui aurait caché. Bell n’en avait parlé à personne, trop peureux pour affronter les regards et même celui de Ariez qui pourrait en avoir le cœur brisé comme elle briserait le sien… mais c’était son seul atout pour pouvoir rafler la mise en quelques manches et éviter un affrontement qu’ils ont évités par le passé dans le jardin du château de la bête.

    Quelque chose qui pourrait tout changer entre nous, te faire me haïr peut-être et que je garde sous silence pour cette seule raison. Mais sache une chose : personnes d’autre ne l’a entendu de ma bouche, tu seras seule à connaître cette vérité et…m’avoir entre tes mains dira-t-on.

    S’il avait un vrai cœur, il battrait la chamade et briserait le sérieux de ses mots. Est-ce que ça suffirait à accepter sa demande et éviter un combat stupide basé sur la volonté de l’un ou l’autre. Mais si elle refuse, si elle désire rester dans l’ignorance alors les chimères devront montrer leur visage et faire face à des invocateurs qu’elles connaissent, à qui elles ont déjà prêté leur force pour des duels en nombre… L’ignorance et la guerre ou la vérité et un nouveau tournant.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» Une Etoile s'éteint dans le ciel de Terrae.
» etaine (?) une plume dans le ciel, du sang sur les ailes
» Sous le beau ciel d'été (Pv Nuage de Fée)
» L'orage se prépare dans un ciel sans nuage.