Derniers sujets
» Breaking News : Attaque sur le Domaine Enchanté
par Roxanne Ritchi Aujourd'hui à 11:11

» Explicatif sur l'Académie
par Genesis Rhapsodos Aujourd'hui à 4:59

» L'Annonciation
par Cassandra Pentaghast Hier à 22:48

» Can't stay away
par Milla Maxwell Hier à 22:38

» Mon deuil
par Genesis Rhapsodos Hier à 5:27

» Une main tendue
par Cissneï Mer 16 Aoû 2017 - 23:20

» Game Over RPG
par Invité Mer 16 Aoû 2017 - 20:30

» Réglementations et demande de Partenariat
par Invité Mer 16 Aoû 2017 - 20:29

» Bouc émissaire
par Général Primus Mer 16 Aoû 2017 - 19:27

» L'enthousiasme éternel
par Agon Wiley Mer 16 Aoû 2017 - 15:04

» Fiche de personnage de Lotis Terrick
par Lotis Terrick Mar 15 Aoû 2017 - 21:14

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Mar 15 Aoû 2017 - 12:57

» La nature a horreur du vide
par Surkesh Mar 15 Aoû 2017 - 12:52

» Lotis Terrick
par Général Primus Mar 15 Aoû 2017 - 12:05

» Petit mog, grand mog
par Genesis Rhapsodos Mar 15 Aoû 2017 - 8:54


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Pauvre Jack, n’est-ce pas ? [Mission]
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Sam 27 Avr 2013 - 2:28
    Un mois, peut-être moins depuis son arrivé dans cette ville sinistre, allez savoir. Dire qu’il s’était amusé avec deux espions à la citée avant de venir ici, avec eux il y avait du chalenge mais pas là. L’homme ne bleu pensait qu’en restant au maximum avec le maire il pourrait s’en approcher assez pour le corrompre mais dès qu’il avait l’impression de pouvoir avancer, ce dadais revenait avec le moral à zéro et rarement joyeux tout ça à cause de cet épouvantail squelettique que tout le monde appelle Jack. Bell l’avait déjà croisé de loin, essayant de se faire discret malgré sa tenue tirée d’un carnaval douteux. Le virus se souvient même que ce type l’a approché, qu’il l’avait tourné autour en donnant son avis sur son costume…ça avait donné quelque chose dans ce genre.

    Ce costume est beaucoup trop coloré pour être effrayant, même avec les détails qui le rendent un peu usé et ce masque que tu portes !

    Minute, j’ai travaillé un moment là-dessus ! Qui êtes-vous pour dire ça ?!

    Mais Mister Blue, c’est Jack voyons. Je vous ai montré une photo l’autre jour.

    Alors vous vous appelez Mister Blue ? J’ai beaucoup entendu parlé de vous de par les habitants et surtout du maire. Le squelette avait attrapé les mains de Bell pour les secouer avec une énergie un peu trop forte pour quelque chose d’aussi simple. Il n’arrête pas de pondre des idées grâce à vos encouragements, bravo !

    La suite…ça a été simplement de discuter avec ce type qui était si amical et aimé par cette ville. Plus le virus l’entendait parler, plus il nourrissait une forme de, comment pourrait-on dire ça… du dégoût.
    Jack était aimé, il dirigeait pratiquement cette ville et recherchait toujours quelque chose de nouveau pour rendre la fête annuelle encore plus effrayante que la précédente. Cette obsession l’avait conduit presque à la dépression avant de trouver le village de Noël, chose qu’il a tenté de s’approprié et ruiné en partie par son égoïsme. Quelque part, l’homme en bleu le comprenait parfaitement dans cette quête perpétuelle de l’excitation mais sa façon d’agir l’énervait, ainsi que celle des personnes autour de lui. Ce n’était pas logique, avoir du charisme n’explique pas ça !

    Ariez l’avait envoyé ici pour conquérir ce monde, en faire un nouveau territoire pour la Coalition mais être absent aussi longtemps loin d’elle inquiétait Bell. On pouvait l’attaquer à tout moment, elle pouvait se remettre à broyer du noir à cause de lui. Être aussi loin de son trésor l’énervait et sa seule façon d’oublier cette folie était de s’entraîner avec le lien qu’ils ont forgés entre eux, quitte à se fatiguer à se faire obéir par un sans-cœur mineur ou à déplacer des objets par la pensée. C’était épuisant, chose qu’il ne pouvait s’expliquer alors qu’il avait une grande connaissance de la symbiose et une maîtrise proche de la perfection de ses chimères. Pourquoi il ne pouvait manipuler des êtres aussi risibles que des ombres ? Encore plus étrange pour lui, les sans-cœur de ce monde qui tournait la tête en sa direction ne serait-ce qu’un instant l’ignoraient pratiquement à mesure qu’il tentait de maîtriser les ténèbres offerts par sa princesse. Le virus commençait à se poser des questions, il a en mémoire les notes de Ansem que la Coalition possède ainsi que d’infimes parcelles de l’époque où il existait à Space Paranoid...Mais rien ne faisait mention de l’injection de ténèbre dans un cœur artificiel et incomplet comme le sien. Bell avait peur, peur que la simple penser de sa princesse ne le plonge dans la folie, peur de devenir l’une de ces ombres qui obéissent à l’Envie. Peur d’être dévoré par ce qu’il pensait être son trésor.

    Revenons à ce jour bien précis, celui dont parle le texte. C’est normal après tout, faut voir qu’est-ce qui a germé dans le crâne de ce virus qui n’a rien à faire dans cette réalité. Même la nuit la mort bouge et rit, des habitants qui ne supporte pas le jour et le maire qui l’attendait encore pour un café et parler de ses idées passées et nouvelles avant de les soumettre à Jack. Encore des heures à parler d’inventions pour la fête d’une nuit, de quelque heures ou le temps d’une chanson. L’homme en bleu enfila son masque pour cacher des signes de fatigues, la seule ombre qu’il a su invoquer et soumettre correctement à sa volonté derrière lui. Il sorti alors de la pièce, écrasant cette créature de ténèbre d’un coup de talon et ferma la porte derrière lui sans payer attention à cette trace noir qui salit sa chaussure et son pantalon. Le réceptionniste entendu de la part de son client qu’un cafard l’a surprit et a laissé des traces…

    Bell se dirigea sans s’arrêter jusqu’au bureau du maire, s’efforçant à merveille à sourire aux habitants qu’il croisait et les saluer après s’être rendu compte que son masque cache son visage. Il devait faire vite, sa stratégie se devait d’être parfaite alors qu’il saluait le maire de la ville qui lui faisait signe depuis la fenêtre de son bureau. Le virus récitait un appel qu’il connaissait par cœur car c’était celui qu’il utilisait pour se déplacer sur les mondes habituellement. Valefore, la chimère ailée qui apparu parmi les nuages et tomba en piqué pour fondre sur son invocateur qu’il attrapa entre ses serres avant de s’envoler avec sa proie qui hurlait de peur, appelant à l’aide des monstres qui restaient impuissant face à la vitesse d’une telle créature.

    Après que la forêt les cachait, Bell soupirait de fatigue, jetant un coup d’œil sur son ravisseur qui en fit de même…


    Oh ça va, dis-le si tu trouves que j’en ai trop fait. Le virus ordonna alors à sa chimère de le déposer dans un coin à l’abri des regards pour qu’il puisse commencer ses recherches. On disait de Jack qu’il aimait se promener dans ces bois où, quelque part, un trou mènerait aux portes des fêtes. Le virus pensait d’ailleurs le trouver assez facilement vu sa tendance à chantonner…

    Et bien, on commence enfin à agir Mister Blue ?

    Bell se retourna en direction de cette voix familière avec frissons pour découvrir Jack accoudée à un arbre, hochant la tête de gauche à droite négativement avant de se mettre correctement debout. L’épouvantail faisait face à l’homme en bleu, le prenant de haut à cause de la différence de taille et du petit talus sur lequel il était. Valefore ne serait d’aucune aide dans une forêt et il a déjà été renvoyé par son invocateur qui regrettait de ne pas avoir ne serait-ce qu’un plan pour ça. Jack prit un petit élan avant de sauter au-dessus du virus comme une ballerine, tourner sur lui-même et appuyer son doigt squelettique sur le front en porcelaine du masque.

    Je me doutais bien que tu préparais un mauvais coup. Comment quelqu’un pourrait supporter les plaintes du maires comme toi tu l’as fait si ce n’était pas sans une idée en tête. Le squelette poussa légèrement Bell sans trop de force avant de marcher dans la direction opposée, exagérant ses pas et les mains dans le dos en attente d’une réponse.

    Tu te doutes bien de ce que je veux, non ?

    Exactement ! D’un nouvel élan, Jack se précipita sur Bell, le doigt accusateur enfoncé dans son torse sans pour autant cesser de sourire. Les portes intéressent tout le monde, on nous les jalouses dans l’univers ! Enfin, moins que notre fête annuel mais quand même !

    La réponse de Jack semblait complètement idiote pour Bell mais ça devait avoir un sens pour lui. Le virus resta figé, ne sachant pas répondre à ce squelette qui se montre déraisonnablement sûr de sa réponse. Il finit par pousser un soupire, repoussant le doigt de Jack qui bomba le torse en voyant son criminel s’éloigner un peu avant de s’arrêter et de lever la tête vers le ciel.

    Ok, maintenant je vois d’où vient le côté déganté de cet idiot de lézard.

    La phrase ne manqua pas de surprendre l’épouvantail, et elle ne mourrait pas lorsqu’il remarqua que Bell commençait à retirer son masque qu’il tenait à bout de bras alors qu’il se retournait vers sa cible du jour. Sa cible se montra d’ailleurs plus froide, reculant de quelque pas mais savait gardé un regard sévère malgré l’absence de ses yeux.

    Un homme aux cheveux et aux yeux bleus…On parle de toi comme celui qui a trahi les mercenaires et qui est allé leur dire en face…Cuore Ex Macchina, Cell DiFarmak !

    ….C’est Bell DiArmag.

    Qu’importe ! Maintenant que je sais qui tu es, tu ne partiras pas d’ici sans te battre et perdre !

    Bell ouvrit un instant la bouche, la volonté de répondre mais finit par sourire, voir à rire un peu alors que Jack était effectivement menaçant. Il ne pouvait pas s’en empêcher, le ridicule de la situation qu’il prévoyait pesante le tuait. Ce type était grotesque, beaucoup trop grotesque pour être prit au sérieux. Le virus ne savait pas comment réagit à ça alors que son adversaire prit son élan pour tenter de frapper Bell d’un coup de poing mais il perdit l’équilibre lorsque l’homme en bleu se replia d’un bout avant d’en faire encore quelque un pour s’éloigner de l’épouvantail.

    Ici la mort est présente sous chaque feuilles, alors pourquoi ne pas la faire combattre quand la peur me recherche…Allez, debout là-dedans.

    Bell tapa du pied, trois fois pour être exacte alors que Jack cherchait encore la signification de ses paroles…jusqu’à sentir deux mains pareilles aux siennes lui attraper les chevilles. L’invocateur ne s’était pas fatigué pour quelqu’un comme Jack, trois autres squelette pourrait suffire pour cet idiot qui avait quand même, il faut l’admettre, de quoi amuser la galerie.

    Qu’est-ce que c’est que cette mascarade ?!

    Quoi ? Je pensais que d’autres chauves te ferrait plaisir.

    Le virus ria à sa propre blagues avant que le troisième squelette sorti du sol, son glaive tenu à deux mains au-dessus de sa tête alors que Jack se débattait avec les deux autres qui l’accrochait. L’invocateur était certain de sa victoire, c’était bien trop facile…si le squelette qui était face à lui n’avait pas eu le crâne explosé par un coup de pied de Jack, qui avait réussit à arracher les bras d’un de ceux qui le tenait prisonnier et donc faire d’une pierre deux coups.

    L’ex-mercenaire en était scotché, ses monstres étaient faibles mais qui aurait cru que ce Jack avait assez de force pour faire ça. En faîte, il était un peu trop scotché pour voir son adversaire se dégager du squelette restant, bondir en avant et coller un pain dans le nez de Bell qui recula de quelque pas, ne voyant pas arriver l’autre poing frapper son visage depuis le haut. Il eu le temps de voir le pied remonter et recula à temps pour sentir le souffle du coup sur son visage fissuré. Le virus recula à nouveau, se cachant le visage d’une main alors que Jack ne prêtait aucune attention aux fissures qui parcourrait le visage de celui qu’il venait de dominer.


    De XZ à YV, soyez six pour me soigner ! Les six drones de la compagnie mécanique formèrent d’un flash un mur entre leur maître et Jack, se collant alors à lui et lançant presque en chaîne des sorts de soins pour au moins cicatriser les plaies artificielles. Jack prit une pose offensive, Bell lui jetait un regard meurtrier.

    Alors ? Il en a dans le ventre le Jack, hein ?! Il était sur ses gardes, Bell qui n’était qu’un amateur au corps à corps ne trouvait aucune faille dans sa défense et les craquements des os de Jack annonçaient clairement la violence de sa prochaine offensive.

    Bell serrait les dents, lui qui avait toujours tout fait pour ne plus prendre de coup il venait de se faire écraser le nez par un foutu squelette en costar. Il ne cessait de répéter dans sa tête la même insulte, enfoiré, avant de regarder de haut son adversaire, le méprisant plus que l’ombre qu’il avait écrasé plus tôt.

    Cette forêt est votre théâtre, votre scène ! Votre place ! Mes amis, mes compagnons, mes bras armés, levez-vous ! Transpercez le temps et l’espace, le ciel, la terre et l’horizon pour punir cet impudent dont le souhait et semblable à tuer le ciel ! Je vous appelle, Fenrir, Ifrit et toi mon frère denté ! Portez mon pouvoir pour frapper ce fou !

    Jack n’était pas dupe, il avait comprit ce que voulait faire Bell dès qu’il a parlé de compagnon. Il serra son poing, sa force se concentrant alors qu’il couru vers l’invocateur qui ne le quitta pas des yeux. L’épouvantail leva le poing en l’air, prêt à briser son crâne avec un coup puissant mais lent. Bell finit par sourire, une flamme s’illuminant derrière eux et une main brûlante parcouru d’éclaires frappa le squelette qui eu le temps se protéger mais ne pu ralentir le recul avec ses pieds, soulevant la poussière jusqu’à ce que son dos frappe un arbre. Ifrit était là, poussant des arbres pour se mettre au-dessus de son invocateur, l’enjamba même avant de grogner comme une bête. Le virus respira fort, c’était l’une des premières fois qu’il avait offert son élément naturel à Ifrit mais pas seulement…

    Jack agita un peu ses bras pour faire partir la douleur, sentant encore des fourmilles à cause du choc électrique mêlé au flamme dans le poing de la chimère. Bell ne voulait plus jouer, et son sourire presque dément l’était d’avantage avec ses fissures presque refermées qui allongeaient sa bouche. Lui pouvait voir les deux silhouettes sauvage derrière l’arbre de Jack, lui pouvait voir le légendaire loup des glaces geler le sol à chaque pas et son animus, un chacal fier présent grâce à la fureur de l’animus mais boosté avec un lien profond, comme ses aînés. À bien y penser, c’était peut-être la première fois qu’il avait son animus en face à face. Il faudra remercier Jack après ça.


    Tu te montres un peu trop chaud, Jack…Laisse-moi te rafraîchir les idées, ou plutôt le laisser te rafraîchir les idées.

    Les chimères sont liées à leur invocateur, ils entendent ses ordres de par les liens magique qui les unis. Fenrir bondit en direction de Jack, mordant son bras par surprise avant de geler ce dernier mais aussi légèrement électrocuté l’épouvantail. Bell n’avait pas encore un contrôle parfait sur ce nouveau don mais ça viendra, et quel plaisir de voir son adversaire se faire arracher son bras squelettique avec une manche de son beau costume. Quel plaisir de voir le visage de son adversaire perdre espoir lorsque le loup usa de son souffle glacé pour faire passer se bras à l’état de glaçon…

    Alors, qu’est-ce que tu en penses l’épouvantail, on continu ?! Tu as encore avoir quelque chose comme 194 os non ? Amusons-nous encore un peu !

    Tu es fou ! Jamais je ne me rendrais, tu entends ?! Jamais !

    L’homme en bleu sourit encore d’avantage, ses fissures refermées et les drones renvoyés mais toujours la même démence et colère dans ses traits. Son animus furieux semblait avoir hérité d’une bonne vitesse grâce à la fureur de l’animus et du lien profond car même Bell avait du mal à suivre sa course pour arracher d’un coup de crocs foudroyant une jambe du squelette qui tomba sur le dos. L’invocateur était surprit de voir son animus à ses côtés, tenant dans sa gueule la jambe encore animée de Jack qui tendait le bras vers elle.

    Bell pouvait lire des supplications sur le visage de son adversaire, tentant même de reculer avec sa jambe et son bras restant et finir sur le ventre à se traîner dans les feuilles mortes. C’était pitoyable, cet homme si on peut dire était respecté, admiré et même aimé dans ce monde, sa confiance en lui n’était pas une faiblesse mais elle allait la perdre aujourd’hui. Ifrit qui l’avait déjà sauvé se pencha au-dessus de son invocateur pour prendre le squelette par le pied et le soulever sans problème. Jack se débattait, agrippant la main de la chimère qui tenait son corps tandis que l’autre main tirait doucement sur sa jambe pour l’arracher à son tour. L’homme finit par exploser de rire, couvrant les supplications de l’épouvantail qui retomba sur le sol, effrayé.


    C’est tellement bon de voir quelqu’un qu’on ne supporte pas comme ça…J’adore !

    Pitié, mes jambes, mon bras…pitié, ne les casses pas !

    Oh mais ferme-la. J’ai d’autre projet pour eux. Bell ramassa les morceaux arraché du costume de Jack et usa de sa magie pour les assembler et en faire une sorte de corde qu’il utilisa pour attacher les jambes et le bras comme un fagot de bois à brûler. Son souffle devenait de plus en plus lourd, maintenir ses chimères plus fortes demandait encore un peu d’entraînement mais il n’en avait plus réellement besoin, attachant solidement les membres de Jack et attrapa sa main restante pour l’empêcher de fuir.

    J’ai juste un endroit à te balancer et je retourne en ville en pauvre victime, le plan parfait quoi. Fenrir et….mon animus, vous pouvez partir, mais j’aurais encore besoin de toi Ifrit. Le virus inspira profondément, ça devait bien être la deuxième fois cette invocation.

    De ce monde à un autre, les passages sont uniques. Moi, Bell DiArmag, réclame le droit d’arpenter cette voie de la porte qui les lie. D’un monde à l’autre, d’un simple pas je rêve d’accomplir cet exploit. Porte d’Outre-monde, élève-toi et montre-moi le Château de la Bête !

    Un peu de temps passa, la porte demandant du temps pour s’ouvrir comme le désirait Bell qui devait se concentrer sur sa tâche, heureux que Jack ce soit calmé après un combat aussi rapide. C’était d’ailleurs l’avis de l’invocateur, ça a été trop rapide…il ne cessait d’y penser alors que la porte s’extirpait du sol avant de s’ouvrir au bout de quelque minutes et d’avoir toute la magie qu’il lui fallait.

    Bell n’hésita pas un instant, traînant son trophée dans les jardins où la porte s’était ouverte et se dirigea au plus vite dans le château pour appeler des serviteurs meubles. On aurait cru qu’un ou deux étaient surprit de voir l’homme en bleu sortir de nulle part, un squelette vivant en compagnie mais plus encore lorsqu’il le laissa tomber , prenant soin de jeter ses jambes plus loin.

    Enfermez les bras et les jambes dans un coffre et portez le reste dans un cachot… Bell semblait s’épuisé à vue d’œil, les meubles bougeant à peine alors qu’il leur avait donné un ordre… BOUGEZ-VOUS OU JE VOUS BALANCE DANS LA CHEMINEE EN PETIT BOIS !

    Bell s’était énervé pour la première fois contre ces pauvres gens, ce qui surprit ceux qui le pensait différents et n’en pouvait plus. Il prit un des Ether qu’il gardait dans la poche intérieur de sa veste et la vida cul sec…sans pour autant arranger sa fatigue mais la calmait légèrement. Le virus finit par suivre Jack et les meubles jusqu’au cachot, les forçant à aller plus vite car le temps lui manquait mais à peine son prisonnier en cage, lui se devait de se tenir contre un mur pour ne pas tomber. Il s’en alla seul, surprit de voir les meubles apporter un coffre devant lui avec les membres à l’intérieur et dû le fermer lui-même, emportant la clef avec lui jusqu’aux jardins.

    Dîtes à la princesse…que j’en aurais bientôt finit…avec ce travail. Le virus était pratiquement à ses limites, tombant à genoux une fois qu’il avait traversé la porte et renvoyé celle-ci là d’où elle vient.

    Son dernier ordre à Ifrit a été de légèrement le brûlé une fois qu’il aurait remit son masque, il fallait qu’on le croit avoir été victime d’un monstre…

    C’est ainsi que lorsqu’un loup-garou retrouva ce Mister Bleu à la limite de l’inconscience, encore fumant et murmurant le nom de Jack, le pauvre Jack qui l’a sauvé d’une bête des ténèbres…

    Pauvre Jack, n’est-ce pas ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Reine de l'Envie
Féminin
Nombre de messages : 349
Age : 21
Localisation : Au Château de la bête, affalée sur son canapé, le monde à ses pieds.
Date d'inscription : 05/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
349/650  (349/650)
Ven 3 Mai 2013 - 16:08
Quelques trucs m'ont gênés dans le comportement de Jack... C'est plus dur que ça en a l'air et dès fois Jack ne fait pas très Jack. Notamment au début, je le trouve trop soupçonneux.

A part ça j'ai adoré et tu gagnes un petit bonus ! Le combat est génial et j'adore ton fair-play, tu finits crevé et battre Jack n'a pas été si simple. Puis ton plan se met en place, tu a quelques embêtements et tu faits ce qu'il faut pour que tout se passe bien.

Puis j'ai l'impression de voir Bell devenir un peu plus sombre et ca ne me déplait pas !

Gains : 50 (dont 5 bonus) points d'expérience + 700 (dont 250 pour le vaisseau) munnies + 4 PS (Atroce)

Pour les ps hum... 2 en dex et 2 en def !
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand on se fait accueillir par une fille de dix ans... [PV Iron Ash Galak et Jack Lakebird]
» Mission commando (Jack)
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Technique du Jeune Jack