Derniers sujets
» Et là, un squelette !
par Chen Stormstout Hier à 21:45

» Répétition
par Arthur Rainbow Hier à 21:39

» Qui part à la chasse perd sa place !
par Rufus Shinra Hier à 18:21

» Comme le dit Oscar Wilde...
par Arthur Rainbow Hier à 16:26

» La cerise sur le gâteau
par Général Primus Hier à 15:04

» Loué soit Son nom
par Cypher Hier à 14:01

» Tombe la chemise
par Cissneï Hier à 3:26

» UUUUUUn joyeux bon anniversaire mon (ma) chér(e)
par Cissneï Lun 16 Oct 2017 - 23:19

» Réglementations et demande de Partenariat
par Invité Lun 16 Oct 2017 - 22:19

» Vlog au Moulin rouge ! On vous dit tout ! On cache rien !
par Chen Stormstout Lun 16 Oct 2017 - 18:19

» Breaking News : Annonciation du Primarque Matthew March
par Roxanne Ritchi Lun 16 Oct 2017 - 14:34

» Discussion entre éclopés
par Vesper Earl Dim 15 Oct 2017 - 18:44

» Douce nuit
par Rufus Shinra Dim 15 Oct 2017 - 17:48

» Diviser pour mieux régner
par Huayan Song Dim 15 Oct 2017 - 15:42

» Jour de fête
par Matthew March Dim 15 Oct 2017 - 12:15


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Loi et Chaos
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dévoué
Masculin
Nombre de messages : 287
Age : 22
Localisation : Tortuga
Date d'inscription : 17/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
187/270  (187/270)
Sam 20 Avr 2013 - 6:16
Spoiler:
 

La pluie tombe... Je suis allongé dans un lit d'infortune, à regarder par la fenêtre, les nuages gris flottent au dessus du royaume du Sanctum, au dessus du Château de notre bon Roi Stéphane, au dessus du Domaine enchanté. Je me sens triste, la responsabilité pesant lourd sur mes épaules. Je me cambre de douleur, me passant la main sur le torse, ma cicatrice me fait mal, elle me brûle, elle m'arrache des grognements de douleurs, parfois la fièvre monte et je cauchemarde, je pense à Azur et à Hotaru, parfois elle redescend, tout ce que je mange est amer, rien n'est là pour m'aider, je suis seul dans ma culpabilité, culpabilité qui n'a de sens, ni d'origine, je ne sais pas de quoi je suis coupable, mais je le suis, et de toute mon âme, je me le reproche.

Les jours et les gens passent, les traitements et les pansements sont appliqués, je suis fade, il a fière allure, le gardien, le dévoué, je n'ai plus envie de rien, je suis fatigué, et je n'ai juste qu'une envie, c'est de me reposer, de dormir et de me réveiller dans un mois, mais je ne peux pas, et je ne dois pas... Angeal compte sur moi, et le Sanctum aussi, mais je n'arrive pas à me rétablir.

La pluie tombe... Et elle s'abat, telle une pluie de flèche sur le cœur mis à nu des hommes... Je m'enfonce dans mon lit en relevant la couverture, regardant le plafond, le toit me protège de la pluie, mais ma main ne peut pas protéger le Sanctum, ni ses fidèles. Cette blessure ne guérira pas toute seule. Les visites que j'ai sont insignifiantes... Je suis allongé, dans un lit d'incapacité, le monde est gris, tout a perdu de sa saveur. Ce n'est pas drôle d'être oisif... C'en est déprimant, j'aimerais mourir et renaître...

Mais cette journée là... << Monsieur Henri? >> Entendais-je, au dessus de ma tête, je croulais sous la fièvre, nourrie par ma culpabilité encore plus forte et une haine, une haine envers soit qui ne se pardonne pas... C'était une voix douce, brisée par une voix dure, maladive << Quoi, putain?! >>, j'ai tenté de me relever, en sueur, je voulais me débattre, me libérer, et les ronces de la haine me serraient fort, m'enfuir. La culpabilité est un cancer affreux et j'en souffre. J'ai essayé de me débattre, j'ai voulu combattre, comme si j'étais agressé par mon pire cauchemars, en sueur et en larme, que je fus, les mains sur le visage, je me plaignais, je gémissais, je ne voyais plus rien, que la lumière mourante du jour, j'hurlais le nom d'Azur... La tête mouillée par un verre d'eau...

Et ses bras, qui m'étreignent, me bercent, et cette chaleur, accompagnée de douloureux sanglots, les larmes du regrets, attendrit par l'innocence... J'ai fait peur à une enfant, à l'infirmière qui me surveille, je la serrais contre moi, << Désolé >> que je disais, << Je comprends >> qu'on me répondit, << Reposez vous >>. Les oreilles bouchées par le remord, mais j'entendais, derrière la porte << Non, nous n'irons pas voir Henri pour l'instant. >>, et quelques échos de pas << Je vous le dis mon bon roi... Le Sanctum n'est plus rien! >>, réprimandé par un << Silence! >> dur et agressif.

Il continue à pleuvoir, mais je me sens mieux, le cœur allégé, par les quelques rayons de soleil et la compassion que l'on m'a offert, les sens fonctionnent de nouveau, les couleurs retrouvent de leur gaieté, les aliments reprennent leurs gouts, et moi même je reprends un brin de soleil... Je suis de nouveau content et positif, la jeune fille dont le nom est Aalana - un bien joli nom que voila -, me tient compagnie, on discute, on partage des repas, je vois en elle une partie de mon passé, encore jeunette mais déjà partie à l'aventure, si on puis dire. Les jours sont meilleurs, et c'est tant mieux, je me sens moins perdu, j'ai même oublié l'absence du Primarque.

Le Roi vint me rendre visite alors qu'on jouait aux cartes avec l'infirmière, il vint prendre une chaise et s'asseoir à côté de mon lit, il me regardait avec cet air hésitant, celui d'un homme troublé par des obligations, j'hochais la tête, je comprenais, me mis en tailleur sur mon lit.

<< Mon Roi, Angeal notre Primarque est partit accomplir un pèlerinage, je me dois d'assurer le bon fonctionnement du Sanctum, je ne suis pas le nouveau Primarque, mais juste son gardien, nous sommes en des temps troubles, je sais qu'Angeal vous a promis de retrouver votre fille unique, nous tenons toujours promesse, nous vous ramènerons Aurore. Mais d'ici là... >>

La séance fut interrompue, par un homme boiteux et chauve, ayant fait claquer la porte de sa main, et cet individu s'appelle Swain, et des oiseaux de mauvais augure, il est peut être le pire.

<< Mon bon Roi! Tout ce que vous dit cet homme n'est que calomnie et mensonge! Le Sanctum a échoué pour protéger votre fille, il échouera pour la retrouver! Je le prédis! Nous DEVONS les punir pour cet affront?!
- Je vous demande pardon?! >>

La colère grondait en moi tel le tonnerre.

<< Je ne vous permet pas d'insulter mon ordre en ma présence, Swain! Nous savons tout deux ce qui se passerait si vous bannissez le Sanctum de ces terres!
-Vous n'êtes que des incapables! Voila ce que je dis! Nous n'avions pas besoin de vous et...
-SWAIN! SORTEZ! >>

Le Roi venait d'imposer son veto, son courroux et Swain sortit, en maugréant comme un fou, je hais cet homme, il est toujours signe d'un mauvais présage... Le Roi me fit un signe de tête et sortit à son tour, il ne m'avait pas dit ce qu'il voulait m'annoncer, peut-être un autre jour... Je n'aime pas ces histoires, peut-être que cet épouvantail va tout mettre en œuvre pour nous faire sortir d'ici. Je regardais par la fenêtre en fouillant dans ma sacoche, je sortais une feuille et du tabac de Port Royal, je me roulais un cigare, Aalana surprise << Vous fumez, Henri? >>

<< Uniquement quand je suis stressé, Aalana... Ce sont des heures sombres que nous allons traverser, mais nous les surmonterons! >>

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» Mercenaires du chaos vs gamines
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» Ork vs chaos khorne
» Chaos Nova, Double bash...