Le Voyageur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Le soir au bar. Left_bar_bleue158/500Le soir au bar. Empty_bar_bleue  (158/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 19 Avr 2013 - 12:31
    Ce soir-là, complètement épuisé par une journée des plus fatigantes, Samuel s'était rendu dans un bar qu'il ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam. Ayant choisi au hasard et surtout au plus proche, il se fichait bien à qui appartenait l'établissement pourvu qu'on y serve de l'alcool ! Oui, parce qu'il n'est pas venu au bistrot pour boire du café, mais bien pour se vider la tête.

    Lorsqu'il est entré, un tintement de cloche se fit entendre, mais personne n'en avait rien à faire. C'était bien frustrant, un peu dans le genre, star de cinéma que personne ne reconnaît. Ce n'était pas vraiment comparable, mais c'était son sentiment au moment de passer la porte. De toute façon, ce n'était pas la gloire qu'il était venu chercher alors il s'accouda au comptoir et très vite, une jeune serveuse s'est amenée.

    « Qu'est-ce que je lui sers ? »

    Bonjour, merci au-revoir et super cliché au passage. Sam était en fait tellement crevé qu'il était à fleur de peau. Il n'avait d'ailleurs aucune idée de pourquoi il semblait tant en colère alors que dans la globalité, ce fut une bonne journée.

    « Du saké. »

    « On n'en a pas. »

    « Comment ça vous n'en avez pas ? Mais c'est pas possible comme connerie ! » Hurlait-il en se redressant.

    « Hey, le bonhomme il va se calmer, on n'a pas été livré et s'il est pas content, il peut se casser. »

    Jetstream se calme en une fraction de seconde, se posa sur un tabouret et après avoir soupiré pendant cinq bonnes secondes, il daigna desserrer les dents.

    « Un whisky... »

    « Avec ou sans glaçon ? »

    « Rien à foutre. »

    « ... »

    Dans un jour normal, Samuel aurait certainement tenté une approche plus délicate et essayé d'abuser de ses charmes, mais là, c'était définitivement mort. Il était totalement fiché auprès de la serveuse qui posa le verre en face de lui d'une façon brutale. Ne calculant pas du tout cet énervement, il descendit cul sec la boisson.

    « Un autre. »

    « S'il vous plaît, ça vous tuerait ? »

    « Ouais... »

    Elle lui en resservit finalement un deuxième qu'il ne bu pas tout de suite. À la place, il faisait tourner son verre en observant les glaçons qui flottaient. Il y avait beaucoup de personnes à bavarder, un vacarme assommant et pourtant, ça calmait ses nerfs. Il écoutait sans vraiment le faire, pensait sans trop réfléchir jusqu'à ce qu'il entende le mot « Consulat ». Tout de suite, il se mit à écouter la conversation, d'ici, c'était difficile d'entendre, mais il comprenait l'essentiel au final. Ca parlait d'agir, de faire quelque chose, que ça ne pouvait plus durer. Rien de réellement concret ni de quoi s'alarmer. Seulement, la curiosité du consul avait été piquée à vif et il ne pouvait plus s'empêcher d'écouter. Alors que la conversation allait devenir plus intéressante, deux hommes se sont plantés entre eux et lui.

    « Mais non, c'est pas lui. »

    « J'te dis que si ! »

    « Bah demande-lui alors. »

    « Tu verras, j'ai toujours raison. »

    Alors, ce dernier tapota l'épaule de Samuel pour qu'il se retourne afin de lui adresser la parole.

    « Quoi !? »

    « C'est vous non ? »

    « C'est moi quoi ? »

    « Le gars dans la pub là ! »

    « Ouais... C'est moi, mais je suis occupé là. »

    « Oh génial, c'est la première fois que je vois quelqu'un qui est passé à la télé ! »

    « J'suis content pour toi et bon, écoute, à moins que tu ne me payes un verre, j'aimerais avoir la paix. »

    « Ok, serveuse ! Un autre pour ce gars, là ! »

    L'autre groupe qui discutait non loin se levait et commençait à s'en aller. Samuel attrapa le verre qu'il n'avait pas bu et celui qu'on venait de les servir et en deux gorgées, il avait tout avalé et il partait.

    « Hey, je vous ai payé un verre, vous pouvez pas partir comme ça. »

    « Si et même que je le fais. »

    Il les bouscula pour suivre ceux qui venaient de sortir. L'effet de l'alcool se faisait déjà légèrement sentir et le consul n'était vraiment pas discret dans sa filature. Personne ne le remarquait, ils étaient trop absorbés par le débat. À mesure qu'ils avançaient, Samuel comprenait de mieux en mieux de quoi il était question.

    « Demain, le Consulat fera moins le fier ! »

    « C'est certain qu'une tour en moins, ça va défigurer le machin. »

    « Ouais, puis ça, c'est que la première étape. »

    Tiens, des connards qui veulent s'en prendre aux artistes. Devaient pas être nombreux dans le coin parce qu'il faut avoir des couilles pour ça. Plus sérieusement, quand tu établis des plans contre quelqu'un t'évite de le faire là où il peut être. Bah non, en plus d'être des salopards, ce sont des idiots finis. Au moins, ça donnait quelque chose à faire pour Sam, parce que c'est sûr qu'il n'allait pas laisser passer ça. Mieux encore, il allait s'en occuper seul !

    Jetstream ne savait pas si c'était juste long et loin ou si c'est le temps qui passait lentement, mais ça le faisait déjà chier. Il pourrait très bien faire ça ici. Non, ça fait pas très pro et le Consulat n'apprécierait peut-être pas cette petite pub. (Par contre, ils doivent aimer celle de Colgate, obligé !)

    Bref, cinq minutes après, ils arrivaient enfin près d'une maison dans le genre classe moyenne. Ni riche, ni pauvre, ça se fond dans la masse. Un peu comme ces types parce que personne n'aurait imaginé avoir des terroristes en face de soi. Mais que c'est fourbe, que c'est fourbe ! Ils sont entrés, Sam les suivait puis sans réfléchir, il a ouvert la porte avec un sourire qui montre combien il est fier de sa connerie.

    « Salut les gars ! »

    « Putain, mais t'es qui toi ? »

    « On vous a pas prévenu ? »

    « De quoi ? »

    « Bah que je venais vous botter l'cul ! »

    Tout de suite, un des cinq gars (Parce que oui, au final, ils sont cinq) attrapa la chaise sur laquelle il était assis quelques secondes puis tôt pour la balancer sur Samuel. Ce dernier dégaina si vite qu'il la coupa en deux ! Mais son coup n'était pas assez précis, il s'est pris une des deux moitiés en pleine tête.

    « Putain, t'es con ! »

    Son nez saignait et là encore, il s'en fichait assez, enfin ça l'énervait, mais il avait déjà envie de régler leur compte, ça ne changeait pas grand-chose. Sam faisait tourner son sabre dans sa main en cherchant qui serait le premier à avoir une correction. Il titubait en même temps, plus il attendait et plus il avait la tête qui tourne, pourtant, il n'avait bu que trois verres. Peut-être un peu vite certes, mais seulement trois.

    « Alors qui veut être le pr... Bwoarf.. premier ? »

    C'était quoi ce whisky de merde ? C'est même pas aussi fort que la saké, mais mon Dieu que les effets sont chiants. Ce que n'avait pas vu le consul, c'est le gars qui est arrivé derrière lui pour lui asséner un gros coup avec une nouvelle chaise. Déjà à terre, il peinait à se relever, mais là, il était clairement à cran. Il était à quatre pattes et donnait un coup de pied en arrière pour niquer le tibia de cette enflure de lâche. Puis, finalement, Samuel se releva sans peine sabre en main.

    « Je te jure, tu m'attaques encore une fois dans le dos, je te sors les boyaux du bide. »

    L'épéiste n'était pas venu pour étriper, massacrer ou tuer, simplement pour faire comprendre à ces imbéciles qu'attaquer le Consulat n'était pas une bonne idée. Il y a des choses que l'on fait en tuant, il y en a d'autres avec des avertissements. Ici, il s'agissait surtout de faire d'eux un exemple éloquent.

    C'est donc sans attendre qu'il planta son sabre dans l'épaule de celui qui l'avait frappé. La lame est restée coincée dans le bois de la porte qui se trouvait derrière. Il lâcha la poignée pour se baisser au moment ou un autre attaquait, au final, s'est celui qui était embroché qui s'est fait laminer la tronche. Samuel donne alors un coup de pied dans le creux poplité pour faire tomber à genoux ce gars et lui colla une mandale monstre du revers de la main.

    « Sérieux les gars, j'ai un sabre, mais je sais me battre sans. Vous, vous n'avez rien et ne savez rien. Allez faire chier la Coalition plutôt, parce que là... Sérieux quoi. »

    L'alcool travaillait toujours, en temps normal, il n'aurait pas continué à parler autant et en même temps, les trois autres gars tremblaient. Ils ne savaient pas quoi faire entre prendre la fuite ou attaquer. Samuel soupira fortement puis retira son épée de l'épaule du premier type, qui chuta aussi sec.

    « Je suis crevé alors je vais vous faire une fleur. Je vous laisse en vie pour que vous puissiez réfléchir à ce que vous allez faire de votre vie. »

    Il poussa les personnes devant la porte pour ressortir et avant de la claquer, il se retourna vers eux.

    « J'espère ne pas vous revoir, sincèrement. »

    Ainsi, il parti vers le sommet de l'art pour pioncer un bon moment.
La lance Tourbillonnante.

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
Le soir au bar. Left_bar_bleue272/500Le soir au bar. Empty_bar_bleue  (272/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 3 Mai 2013 - 15:11
    Exploit accompli.


    C’est un exploit intéressant sous différents aspects, mais je crois pouvoir commencer par dire que c’est très bien. Je ne me suis pas poilé de rire, mais c’était comique.
    Pour être tout à fait honnête, quand j’ai lu « bar » et « serveuse » dans un exploit de Jetstream, défenseur de la veuve et de l’opprimé, j’ai fait l’erreur d’imaginer ce que tu allais faire dans ton exploit, en partant du début.
    Tu comprends bien que si j’arrive à deviner, c’est que c’est vraiment trop attendu ^^.

    Je me suis dit « Sam va défendre une serveuse harcelée par un client », parce que je suis naïf.

    Donc voilà, non c’est pas du tout ça. C’est encore quelque chose de sympa avec Sam, c’est un héros sur beaucoup d’aspects, mais est selon les situations un anti-héros, comme là… Comme… James Bond joué par Daniel Craig (les autres James Bond sont quand même moins antipathiques).

    Et d’ailleurs… N’est-ce pas James Bond joué par Daniel Craig qui à la question « Des glaçons avec votre gin ? » répond « Qu’est-ce que j’en ai à foutre ? »… Coïncidence ? Je ne crois pas.

    Blague à part, j’ai beaucoup aimé la carte de la fatigue, de la colère, de l’alcool, ça rend le rp riche.

    Exploit avancé.
    34 xp, 340 munnies et 3 PS... 2 en psychisme pour l'alcool et 1 en défense pour les coups

_______________________________
Le soir au bar. Fa8a4550a89afaabf23a
messages
membres