Derniers sujets
» L'âme d'un chercheur
par D.Va Hier à 22:38

» Tombent les masques
par Lenore Hier à 22:13

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Hier à 21:07

» Loué soit Son nom
par Fabrizio Valeri Hier à 21:06

» Tombent les cartes
par Lenore Hier à 19:25

» Que tombe la foudre!
par Chen Stormstout Hier à 19:18

» Attaque Nocturne
par Surkesh Hier à 15:11

» Reading Project
par Lotis Terrick Hier à 14:27

» Jour de fête
par Cassandra Pentaghast Hier à 12:57

» 1297 Mishtaven Street
par Roxas Hier à 11:03

» Météo en live : le 18 octobre
par Janna Mer 18 Oct 2017 - 13:02

» Pour un peu de bien
par Lulu Mer 18 Oct 2017 - 13:00

» La Chute de Nottingham
par Général Primus Mer 18 Oct 2017 - 12:58

» Comme le dit Oscar Wilde...
par Genesis Rhapsodos Mer 18 Oct 2017 - 4:24

» Et là, un squelette !
par Genesis Rhapsodos Mer 18 Oct 2017 - 4:15


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Une faveur ou le début des ennuis?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Aquilon
Masculin
Nombre de messages : 330
Age : 24
Localisation : Entre la lumière et l'obscurité... dans les limbes du coeur
Date d'inscription : 14/05/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
42/400  (42/400)
Jeu 11 Avr 2013 - 14:23
-Départ imminent, veuillez attacher vos ceintures s'il vous plait !

Le mercenaire et le chasseur, assit côte à côte, obéirent à l'hôtesse de la Shin-ra, et bouclèrent la petite bande de tissus qui étaient censés les protéger. Mais que pourrait-elle faire contre un crash ou une attaque pirate ? Strictement rien, cependant il se garda bien d'ouvrir la bouche pour le faire signaler. Il ne tenait pas à figurer sur la liste noire de la compagnie de transport avant d'avoir son propre vaisseau. A la place, il s'installa plus confortablement dans son siège, et ferma les yeux. La route serait longue.

-Pourquoi c'est moi qui doit étudier le dossier ? Râla Henry.

-Parce que c'est moi le chef ! Grogna-t-il. Maintenant laisse moi dormir, souffla-t-il.

Septimus perçut un soupire du côté de son ami mais se garda bien de lui adresser la parole. A force de parler, il avait peur de faire remonter à la surface son trac – et d'exciter le côté téméraire de son ami. Ce monde était extrêmement dangereux. Non seulement parce que la coalition noire le revendiquait – ce n'était pas vraiment des enfants de cœurs – mais également parce que la reine de cœur y régnait en maîtresse absolue. Et d'après ce que lui avait raconter les plus vieux mercenaires la veille, mieux valait ne pas croiser son chemin, car peu lui importait que vous soyez son allié.

La fatigue finit par l'emporter, et le keybladeur cessa de se torturer mentalement. Il rêva plutôt de petits lapins blancs, et de gâteaux aux chocolats – volant, car après tout il était dans un songe. Son subconscient devait avoir mal compris les informations de son conscient. Car le pays aux merveilles ne contiendrait rien de tout cela. Ou alors en version cauchemardesque, ce qui n'était pas vraiment mieux. Pourquoi continuait-on à appeler ce monde ainsi ?

Lorsque le colosse le réveilla doucement quelques heures plus tard – il aurait pourtant jurer qu'il ne s'était écoulé quelques minutes – le blond vit qu'ils étaient les seuls passagers restant dans le vaisseau et que l'équipage paraissait presser de repartir. Une mauvaise nouvelle ! Si la Shin-Ra n'était même pas la bienvenue, les histoires concernant la reine était très certainement en deçà de la vérité. C'était un cauchemar. Déglutissant, il descendit avec Henry, et observa le transporteur décollé immédiatement. Adieu leur moyen de s'échapper d'urgence.


-On fait quoi maintenant ?

Le maître de la keyblade n'en avait pas la moindre idée. Tout ce qu'il savait, c'était que son client voulait de la terre à analyser – il y en a qui avait vraiment du temps à perdre. Probablement de plusieurs endroits de ce monde. Ce qui signifiait, plus de risques d'être attrapé. Des sueurs froides coulèrent le long de son dos lorsqu'il emboîta le pas du brun, hors de la station. Il devait se ressaisir, il devait apprendre à être un peu plus courageux. Il était un mercenaire après tout ! Enfin il le pensait.

La vision du monde ne rassura absolument pas le jeune homme, qui devint livide. Des crevasses, des tranchées, des armes laissées à l'abandon. Tout signifiait au voyageur qui se serait promené ici qu'un immense désastre avait eu lieu. Et ce n'était probablement pas le pire endroit qu'il pourrait trouver ici. Grimaçant, il ramassa rapidement la terre qui se trouvait à ses pieds, et la mit dans une petite pochette plastique – cadeau du scientifique handicapé – qu'il lança à Henry. Au moins ce dernier pourrait servir de mule à défaut d'être un maître en discrétion.


-J'crois que la zone la plus proche est le labyrinthe, marmonna sa mule tandis qu'il rangeait le sac.

De nouveau, le mercenaire laissa passer son ami devant, lui ouvrant la voie. Tous deux marchaient rapidement et silencieusement, à moitié courbé – comme s'ils pouvaient ainsi se rendre invisible. Le chemin parut lui parut long, et pourtant ils ne mirent que quelques minutes à atteindre l'entrée, sans croiser la moindre présence humaine – vivante du moins. Ils avaient de la chance, ce qui était généralement mauvais signe. Tendu à l'extrême, il entra dans le labyrinthe, avança de quelques mètres, ramassa une poignée de terre qu'il stocka de la même manière avant de revenir vers le chasseur.


-Et maintenant ?

Henry n'eut pas l'occasion de répondre, une grande clameur monta de l'autre côté du labyrinthe, de ce qui était un château particulièrement hideux – il préférait largement les châteaux médiévaux de leur monde. Septimus ne tenait pas particulièrement à savoir ce qui avait pu déclencher ici autant de joies. Une horreur, il pouvait le jurer. Oubliant toute prudence, les deux comparses se mirent à détaller, vers une destination inconnue, mais très loin d'ici – pas assez cependant à son goût.

Après plusieurs minutes de course ininterrompu – et un point de côté – le keybladeur s'arrêta, plié en deux, tentant de reprendre son souffle. Le brun quant à lui observait les alentours, un peu essoufflé aussi. Lorsqu'il se redressa, il remarqua qu'il se trouvait dans une cour pour le moins inhabituelle. Une longue table recouverte d'ustensile et de nourritures était posée sur l'herbe, encadrée par deux tout aussi long bancs de bois. Au bout de cette table se trouvait un fauteuil impressionnant. La place du chef de famille très certainement.


-Où on est ?

-Pas la moindre idée, ça figurait pas sur les fiches !

-Génial, on est perdu en territoire hostile, grommela-t-il.

Son ami allait ajouter quelque chose, mais il prit soudainement son arc en main. Le blond fit apparaître sa keyblade, mais avant qu'il ait pu se retourner, un violent coup fut porter sur le haut de son crane. Titubant un peu, il tomba lourdement au sol, et lutta inutilement contre l'inconscience. Les ténèbres l'emportèrent sur sa volonté, lui laissant comme dernière image de nombreuses ombres qui encerclaient l'archer.

Des baffes lui servirent de réveiller. D'un bond, tout son corps se débarrassa de sa léthargie et son esprit fut sur le qui-vive – mais toujours embrumé. Il fallut quelques instants au jeune homme pour apercevoir deux cartes qui encadraient un Henry grimaçant. Une tension se propagea dans tout son être en attendant la suite des événements... qui le laissa perplexe. Brutalement, les gardes-cartes l'amenèrent de la drôle de cour jusqu'à un petit vaisseau – fait pour une personne – caché sous une bâche. Ses gardiens le poussèrent dedans avec le colosse, et lui ordonnèrent de partir sur le champs.

Sans un mot, les deux amis tentèrent de trouver une place à peu près confortable – le maître d'Armoiries dût monter sur les genoux du brun – et décollèrent immédiatement, obéissant à leurs ennemis. Le petit vaisseau monta lentement, provoquant de drôles de bruits, mais ils purent quitter le monde sans ennuis. Le silence régna un moment jusqu'à ce qu'il trouve le courage de demander quelques explications.


-Hum, fit-il. Et bien après qu'ils t'aient assommé, ils m'ont facilement maîtrisé. J'ai pensé que notre dernière heure était venue. Pourtant ils ne nous ont pas amené à la reine. A la place, quelques gardes-cartes sont restés avec toi pendant que je suis rentré dans la maison. Il fit une pause, évitant de juste un astéroïde. Une... femme m'attendait. Elle était horrible ! Si tu l'avais vu tu en aurais fait des cauchemars pendant des mois. Enfin bref, elle m'a proposé un marché. Elle dirigeait cette garnison de cartes, au nom de la reine de cœur. Et elle acceptait de nous laisser partir à trois conditions. La première était que je lui dise ce qu'on était venu faire ici. La seconde, qu'on ne remette plus jamais les pieds sur un monde de la coalition. Et la dernière... je préfère la garder pour moi, mais je peux te dire que j'ai passé un horrible moment.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Peintre des Rêves
Masculin
Nombre de messages : 416
Age : 25
Date d'inscription : 14/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
288/550  (288/550)
Ven 12 Avr 2013 - 19:21
Alors, je ne sais pas trop quoi dire ^^
C'est bien écrit, bon, il y a quelques fautes, mais ça passe. Le truc, bah c'est qu'il ne se passe pas grand chose quoi. Donc vu que tu me dis que c'est une suite de rp, j'aurais limite préféré tout lire que de noter là. Parce qu'en soit, tu as eu un coup sur la tête, on t'a dit de partir et voila. Donc là j'ai envie de dire : Normale ?

Bon, t'as pris la terre comme demandé, donc contrat rempli, c'est au moins ça.

20 points d'expérience + 200 munnies + 2 PS en Défense pour toi et 1 PS en Défense pour ton pnj compagnon.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je plante en ta faveur cet arbre de Cybèle... {Victoire}
» Quand on cherche les ennuis, on les trouve ! (pv)
» les ennuis ne viennent jamais seuls (PV Jared)
» Parce que les amis ça sert lorsqu'on a des ennuis [ Wilhelm Murnau ]
» Fugue, prémices d'ennuis collatéraux - Hôtel de Courtenvaux [rp unique]