Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Aide au logement
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Clé du Destin
Masculin
Nombre de messages : 997
Age : 21
Localisation : Château Disney
Date d'inscription : 25/06/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
3449/3500  (3449/3500)
Ven 5 Avr 2013 - 16:39
    Ça m'emmerde. Ça m'emmerde vraiment. Pourquoi fallait qu'ils défoncent tout ? Dans mes souvenirs, cette ville était belle, elle était... vivante. Maintenant il y faisait constamment nuit, et plus personne ne sortait. C'était la peur qui régnait ! En même temps, fallait les comprendre les habitants, être dirigés par une sale gosse caractérielle, y'avait de quoi flipper !

    C'est pour ça, aujourd'hui, je me suis mis en tête d'aller les emmerder un peu. D'accord, c'est risqué, mais dans le pire des cas... Bah dans le pire des cas... j'aviserai. Fallait bien les aider les pauvres civils. Alors, depuis le Château Disney, je suis allé a la Cité du Crépuscule.

    Effectivement, ça n'a pas manqué. Il faisait noir, pas de lune, pas d'habitants. Les seuls lumières qui faisaient qu'on pouvait encore se diriger a peu près bien, c'étaient celles qui sortaient des maisons. Y'avait du boulot. Du coup, j'ai frappé a une porte. Pas de réponse. Ils devaient me prendre pour un gars de la coalition, je sais pas. J'insistais, puis entrais par moi même. La maison était vachement bien foutue. C'était bien décoré, y'avait du feu dans la cheminée... Alors, j'ai trouvé un homme, sa femme et ses enfants cachés dans le salon.


    Ne nous faites pas de mal ! Je vous en conjure !

    Non mais... Ouais j'avais raison. Ils me prenaient pour un mec de la coa !

    Hé, je suis pas venu pour faire de mal ! Je suis votre allié. Enfin si on peut dire ça comme ça.

    Vous êtes... de la Lumière ?

    Chut !

    Comme un con, j'avais laissé la porte de la maison ouverte. Du coup, une patrouille de soldats, qui tapaient fort du pied en marchant, allaient débarquer d'une minute a l'autre. Je regardais où je pouvais me cacher, et optai pour les rideaux.

    Je ne suis pas là vous m'entendez ? Soyez le plus naturel possible ! Faites une connerie, et nous sommes tous morts. Enfin, moi peut-être pas mais vous...

    Je me tus. Ils étaient là, dans l'entrée. Le chef d'escadron rentra dans le salon. Il observa un peu partout. La famille, elle, avait repris place sur le canapé et mimait son quotidien.

    Qu'est-ce que vous foutez, hein ?

    Mais rien, nous... nous n'avons rien fait ! Tout... tout... tout est normal !

    Oui, normal ! Rajouta sa femme, esquissant un sourire des plus faux.

    Ne vous foutez pas de moi !

    L'un des soldats saisit la jeune fille par le bras, et celle-ci appela a l'aide. Merde... Je ne pouvais rien faire, sinon ils allaient tous les dégommer. Tout était de ma faute en plus. Rah !

    Vous m'insupportez ! Cette ville m'insupporte ! On a eu de la chance de tomber sur vous, ça fera plaisir a Ariez qu'on ramène un prisonnier !

    Non ! Lâchez-là !

    La femme se leva et tenta de récupérer sa fille. Elle fut d'accueillie d'une claque du revers de la main. Elle se fit renvoyer dans le canapé.

    Non !

    Toi, ta gueule !

    Le soldat sortit avec la petite qui pleurait et appellait a l'aide. Lorsqu'ils furent partis, le mari vint me chercher derrière le rideau.

    Pourquoi ? Pourquoi n'avez vous rien fait ?

    Ils vous auraient tous tués ! Non, j'ai une meilleure idée. Je vais sortir, les suivre et récupérer votre fille.

    Je viens avec vous !

    Non ! Vous, vous restez vous occuper de votre femme !

    Je sortis, par la fenêtre de l'étage et suivis la patrouille depuis les toits. A la base, j'étais venu chercher une putain de lanterne pour y voir quelque chose. Mais bon... pour faire une bonne filature, le mieux est d'être discret, non ?

    Je suivis donc la petite troupe jusqu'au bois. Rien d'étonnant, le QG de la coalition était juste derrière. Nom de... Ça craignait, je n'avais pas interêt a me faire remarquer. Je retournais donc sur le sol, et m'engouffra dans une petite ouverture dans le mur qui menait au bois. Ici, je sautais pour monter dans un arbre.

    Les soldats n'étaient plus très loin du manoir. Je devais agir maintenant, sans blesser la jeune fille. Je revêtis mon armure de porteur, afin de ne pas être identifiable, et je descendis de l'arbre. Furtivement, je m'approchais du soldat qui fermait la marche, et l'assomma d'un coup de poing sur le crane. Sous la pression, je sentis son crâne se briser... J'avais peut-être frappé trop fort... Toujours est-il que les autres gardes se retournèrent et me virent. Ça c'était pas cool...

    Je fis une roulade donc pour passer en dessous des gardes et récupérer la petite fille. Je sautais donc et disparus de leur champ de vision. J'étais sur un arbre, dissimulé par la pénombre.


    Tu restes ici, tu ne bouges pas ! Je te ramène auprès de tes parents mais d'abord, je vais leur infliger une bonne leçon !

    Elle acquiesça de la tête, et je me créai un portail pour réapparaître au milieu des ennemis. Ceux-ci avaient opté pour une formation en cercle, aussi, puisqu'ils étaient dos à moi, je saisis deux des hommes par le cou et leur fit se cogner la tête entre eux, violemment.

    Les autres se retournèrent à nouveau, et leur chef somma a l'un des leurs d'aller chercher des renforts. J'invoquais donc un petit poney. Celui-ci sentit mon odeur et prit peur. Il devint alors fou et pris la fuite en direction du manoir, mettant hors course, le soldat qui s'était échappé. Absorbé par le spectacle, je ne vis pas un soldat tenter de me donner un coup d'épée dans le dos. Heureusement que nous étions dans les bois, la probabilité qu'un de mes ennemis trébuche sur une racine étant très faible sur un sol pavé...

    Je ramassais le soldat a terre, et embrasai ma main pour l'immoler par le feu. C'était clairement pas la meilleure chose a faire puisque nous étions dans un bois. Mais pas d'inquiétude ! Je créai un portail des ténèbres menant a la fin des mondes et je le lançais dedans avant de le refermer. Décidément, ce monde me servait de poubelle.... Aucun arbre n'avait pris feu durant l'opération, et aucun animal n'avait été blessé.

    Il ne restait plus que le chef, qui était armé d'une hache double, et d'un pistolet. Oui, oui... Ces deux armes n'allaient pas ensemble, mais il arrivait a faire des trucs sympa avec comme... me tirer dessus... juste dans la jointure entre deux pièces d'armure... Là où ça fait mal...

    Je posai genou a terre, le souffle coupé a cause de la douleur. Il s'approchait de moi, levant sa hache au dessus de lui et prêt a me l'abattre sur le crane. Le pire c'était que j'étais impuissant face a ça, la douleur m'ayant ôté toute force...


    Mais d'où tu sors toi ? Hein ?

    Je...

    Il fallait l'admettre, c'était perdu. Enfin.. c'est ce que je croyais. Alors que la lourde lame allait me fendre le crane en deux, Chaine Royale se matérialisa dans ma main droite. Je bloquais in-extremis le coup porté par mon opposant à l'aide de mon arme. Cet enfoiré continuait de forcer pour prendre le dessus, aussi, je fis une roulade pour m'échapper.

    Je suis la dernière personne que tu auras la chance de voir.

    Je me ruai sur le lui avant de lui donner un puissant coup qui lui arracha le bras. Il hurla de douleur, aussi je lui plantai mon arme dans le torse pour abréger ses souffrances. Il me regarda, les yeux exorbités.

    C'est fini. Lui chuchotai-je a l'oreille avant de retirer d'un coup mon arme de son torse. Le corps tomba lourdement sur le sol. J'avais sauvé la petite.

    Je retournais la voir, et la fis descendre de l'arbre, en faisant attention à ce qu'elle ne voie pas la boucherie qui avait eu lieu quelques minutes auparavant. Nous prîmes le chemin du retour, jusqu'à arriver a sa maison.

    Lorsque j'entrais, la petite fille se rua dans les bras de son père qui me remercia.

    Ce n'est rien. Dites, puis-je vous parler a vous et a votre femme ?

    Nous allâmes dans une pièce adjacente. Là, je fis ma proposition.

    Ça craint un peu par ici. Est-ce que vous voudriez venir au Château ? Peut-être que vous avez des attaches ici, mais le Château vous garantit la sécurité...

    Oh comment pourrais-je vous remercier ? Merci infiniment...

    Roxas.

    Merci infiniment Roxas ! Vous êtes quelqu'un au grand cœur !

    Ouais enfin...

    Non, j'insiste.

    Ils firent leurs bagages, n'emportant que le strict nécessaire, et ensuite, nous embarquâmes a bord de notre vaisseau. Je les amenai au Château en espérant que Cissnei soit d'accord pour leur offrir un toit.

    Y'avait vraiment une atmosphère terrible sur la Cité du Crépuscule. Il fallait vraiment que je surveille cela. Ne serait-ce que pour aider quelques citoyens dans le besoin...

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
L'Ange de Réconfort
Féminin
Nombre de messages : 589
Age : 23
Date d'inscription : 22/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
577/0  (577/0)
Ven 5 Avr 2013 - 16:56
WOW ! Stop, avant que je finisse de lire "immoler par le feu" je note, c'est cool. Y'a pas beaucoup de gens qui disent "par le feu" après, mais en général, immoler c'est tuer avec un des éléments (air, feu, eau, air, etc) mais bien souvent les gens font pas gaffe et disent juste immoler.... Mais le mec, ils l'étouffent avec de la caillasse où ils lui perforent les poumons ou les noient !! .. C'était cool.

"Je suis la dernière personne que tu auras la chance de voir."

Notre petit Roxas grandit ! J'ai adoré, je concevais tellement son regard... Comment dire, ta prose est simple, mais en dit tellement plus, plus long, mieux ! Ca laisse tellement de place pour imaginer, on se lasse pas ; c'est pas chiant et long. Même si la mission a une bonne taille.

Non, bel exploit, sérieusement, je vais le noter en atroce. T'es en territoire ennemi, tu leur... Le verbe zlataner m vient à l'esprit mais je l'aime pas, disons que... Tu leur MEULES LA FACE. Voilà. C'était de l'épique. Mais de l'épique noir quoi, du meurtre, de l'attaque de gamine sans défense !

Et qui finit bien.

Ouais bon je vais devoir encore me taper de la paperasse mais on a réaménagé une pièce vide en piaule. C'est cool !

Mission atroce : 45 points d'expérience + 450 munnies (allez, 50 en bonus) + 4 PS, trois en défense (épique défense de la famille, j'ai adoré), et un en attaque (parce que c'était du meulage de tronches en beauté si j'puis redire)

C'est un bel exploit. Je file que des compliments t'es le premier à le savoir mais... J'attendais depuis longtemps une mission de sauvetage, en plus dans la terre natale de Roxas.. C'était cool.

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption
» ALBA: Aide en matiere energetique et sanitaire
» Plus de 85 % de l’aide étrangère à Haïti sont gérées par les ONG selon Jean Max
» Firefox aide à l'orthographe
» Haïti refuse un cargo d'aide alimentaire mexicaine