Derniers sujets
» Cartographie
par Chen Stormstout Aujourd'hui à 0:29

» Affaitage
par Chen Stormstout Hier à 21:44

» My name is Lea, Got It Memorized ?
par General Primus Hier à 20:14

» Entre ciel, terre et campagne
par Matthew March Hier à 19:58

» La Caverne Hantée
par Chen Stormstout Hier à 19:40

» MAJ des Compétences
par General Primus Hier à 16:46

» D'un prêtre à une soldate, et vice-versa
par Agon Wiley Hier à 16:40

» La vengeance est un plat…
par Death Hier à 16:28

» Loué soit Son nom
par Kurt Brown Hier à 15:39

» Contrats - Demande de Mission
par Adrien Heiser Lun 15 Jan 2018 - 23:20

» Fiche : Ioan Kappel
par Ioan Kappel Lun 15 Jan 2018 - 21:47

» Correspondance interstellaire
par Chen Stormstout Lun 15 Jan 2018 - 18:41

» Bric à Brac
par Lenore Lun 15 Jan 2018 - 17:19

» Les Retrouvailles
par Chen Stormstout Lun 15 Jan 2018 - 14:26

» Ioan Kappel
par General Primus Lun 15 Jan 2018 - 13:19


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Boule de gras
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Masculin
Nombre de messages : 7
Age : 23
Localisation : Tu peux pas test.
Date d'inscription : 10/03/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Cordon-bleusaille
XP:
12/12  (12/12)
Dim 24 Mar 2013 - 21:58
L’humidité, le fléau de notre siècle. Après les endives au jambon et les épinards surgelés, l’infiltration sournoise de l’eau dans les murs secs du château avait sa place sur le podium des inventions les plus méprisables du saint créateur, le Gros GRAS et Grand rat blanc vautré sur ses nuages molletonnés. Considérant la goutte glaciale qui venait de glisser sur ses moustaches, Rémy se pelotonna de plus belle entre les deux louches de bois qui lui servait de refuge contre les vicissitudes du temps.

Le plus riche des couples de souris obèses avait beau habiter l’immense battisse pierreuse, le ravalement des façades n’avait pas l’air d’être à l’ordre du jour. Par conséquent, la moindre précipitation faisait régner dans les bas fonds du château une atmosphère suintant le lugubre et le moite.

Le cuisinier soupira, c’est à dire émis un sifflement longuet entre ses deux incisives centrales en tentant de changer quelque chose à son expression complètement blasée. L’ambiance lugubre de son lieu de travail mal isolé, de sa passion entravée par les plocs plocs incessant des gouttes tombées dans sa purée du matin, l’avait privé de son moral de rongeur battant. Au lieu d’expérimenter de nouvelles recettes à base des cardons tout frais qu’il avait chipé à l’économat la veille sous les yeux du chef cuisto' humain Rémy s’ennuyait comme un rat mort et la dépression le tentait déjà de ses doigts décharnés.

Au 4358ème ploc aqueux tombant dans la soupière en cuivre, un long sanglot étreignit le rat, tomba sur sa petite joue poilue et roula contre le fouet de fer que Rémy tenait serré contre son ventre tiède secoué de tremblements nerveux. Parcce qu’en plus de l’humidité s’ajoutait un autre facteur digne des plus grandes histoires d’horreurs, et ce monstre terrible qui terrorisait le rongeur jusqu’à l’extrémité de sa queue avait pour nom... Pluto.

Car Rémy n’était pas un rat inutile, il était investi d’une mission sinon royale, du moins digne de tout les honneurs. Et l’aventure n’aurait été qu’une promenade de santé si le chien maléfique ne s’était pas dressé sur son chemin. Le rongeur repoussa de ses trois doigts la louche renversée qui protégeait son chef des gouttes assassines, et mira avec des yeux hagards les muscles fins qui parcouraient ses cuisses. Il courrait vite certes, mais serait-ce suffisant pour échapper au canidé baveux ?

Quelques secondes de méditation finirent par le convaincre que plus qu’un devoir, la mission qu’il lui avait été confiée était un véritable honneur pour un artisan de son espèce. On lui avait fait confiance, un chien et quelque gouttes ne pouvaient décemment le détourner de son objectif.

Rémy s’empara d’un gros élastique brun et en un mouvement de reins s’en fit un ceinturon dans lequel il enchâssa un petit couteau ouvre-huître abominablement affûté. Une passoire fit office de casque et pour compléter sa défense, il trancha d’un geste expert le chapeau d’un poivron rouge qu’il attrapa par la tige. Et le rat partit pour l’aventure de sa vie.

Se faufilant de fourneaux incandescents en pyramides d'assiettes, il sauta par dessus le fleuve bouillonnent d’un évier, évita le gouffre de l’enfer d’un four préchauffé et atteint sans encombres le seuil de la cuisine. Rémy s’accorda un instant pour souffler, mais s’était sans compter sur le passage inopiné de la reine Minnie et de sa cour, véritable buffet garni ambulant qui força le rongeur et se plaquer soudainement contre le mur humide. Le souffle court, il laissa passer de nombreuses minutes avant d’oser bouger ne serait-ce qu’une moustache.

Quant il se décida enfin à reprendre son voyage, il adopta un pas de course en longeant les parois imbibées, son bouclier de poivron frôlant les dalles polaires. Sa crainte de faire une mauvaise rencontre juchée sur deux pattes lui rendit la rapidité de sa jeunesse, et les moustaches au vent, en moins de temps qu’il n’en faut pour rater un œuf à la coque, Rémy atteint la bibliothèque. Aux sons que perçurent ses oreilles sensibles au moment ou il se faufila par la porte entrouverte, l'artisan comprit qu’il avait un sacré problème.

Damn ! Lentement, sa truffe s’orienta vers la gauche et croisa le regard stupide d’un gigantesque molosse au pelage curry. Il était fait comme un rat.

Ses pensées filèrent. Bouger ? Attaquer ? Fuir ? Proposer une partie de tarot ? Les solutions plus alléchantes les unes que les autres ne manquaient pas. Rémy opta pour le stoïcisme, il mima un sursaut, émit quelques gargouillements de l’ordre de :

« Gasp ! Arrrrg... »

Et tomba au sol, foudroyé.

Seule ses yeux écarquillés par la peur auraient pu trahir la vie dans le corps inerte du cuisinier. Une truffe géante aussi désespérément moite que la cuisine du château vint farfouiller contre les pavillons de ses oreilles sensibles et soudain un objet lourd le souleva de terre.

Et Rémy devint le premier rat volant (sans technologie) de l’histoire des Rattus, pulvérisant le record de son oncle Plattipusse, précurseur de la technique olympique du rongeur-canon. Sur plus de cinquante centimètres, le corps arqué du jeune rat décrivit une courbe parfaite entre les rayons de la bibliothèque et vint s’écraser au sol dans un crac sinistre. A peine eut-il le temps de constater les dégâts encaissés par son chapeau de poivron, qu’une autre patte le réceptionna et le renvoya au pays des volatiles. Des rangées de livres défilèrent sous les yeux du cuisinier miniature enfin qu’il ne sombre dans l’inconscience.
***

Poêles et casseroles semblaient encerclaient Rémy. Une large passoire prit la parole, il portait une armure et était pourvu d’une moustache poivre et sel aux dimensions pyramidales.

« Je ne voudrais vous perturber mon petit monsieur mais les souris en croûte est au four depuis 47 minutes déjà et l’odeur commence à incommoder les poignées de portes »

Celles ci se mirent instantanément à gémir en cœur.

« D’ailleurs vous êtes demandé par le chef Stronghelm dans son bureau, immédiatement. »

Le décor changea. Rémy se trouvait face à un gargantuesque matou roux en armure qui lui miaulait à la truffe.

« Mon petit Rémy si tu ne retrouve pas mon livre de recettes immédiatement c’est toi qui va passer à la casserole. Tu es devenu bien dodu ces temps ci, encore un peu et tu seras suffisamment gras pour un ragoût ... »

Le chat se changea en miroir de poche, révélant au rongeur son corps lardé enroulé dans de larges tranches d’oignons et d’herbes de Provence.

***

Rémy émergea de son songe pour retomber dans un cauchemar autrement plus réaliste. Niché entre deux pyramidales pattes griffues, il semblait n’être qu’un jouet entre les paluches de Pluto. Ce dernier ronflait tendrement, révélant des dents jaunâtres à l’hygiène douteuse. Les armes précaires du rongeur avait toute disparues, probablement envolées dans la partie de jeu aérien et une grosse bosse avait fait son apparition au dessus de son arcade sourcilière.

Sans oser ne serait-ce que respirer, le rongeur s’extirpa de l’étau canin qui profitait visiblement d’un petit somme dans ce qui s’apparentait à une niche de bois parsemée de poils et de vieux ouvrages malmenés. Avec pour seule idée en tête de s’enfuir très loin et très vite pour ne jamais revenir, le jeune rat escalada une vallée de peau plissée en suant à grosses gouttes, passa un pont de vieux os rognés lorsqu’une odeur étonnante vint lui titiller les narines.

Comme un vieux jambon sec, c’était l’odeur vieillie des choses perdues auxquelles sont reliées les désirs de centaines de questeurs. Une effluve d’espoir et de toiles d’araignées. Sous le yeux de Rémy, vingt et unième enfant d’une portée de raton d’égouts, sommeillait un de ces objets de convoitise, le Haut livre des recettes perdues et très secrètes du vaillant Stronghelm, adoubé sans épée, nettoyeur des cuisines d’Augias, inventeur de l’œuf mollet, aventurier des îles caïman et j’en passe.

Mais voilà, à l’autre bout de la niche veillait un monstre invincible et surtout, l’ouvrage pesait bien une trentaine de rats. Évidemment, l’on ne pensait jamais aux petits de ce monde dans ce genre de cas, et les deux-pattes n’avaient que faire des soucis de plus courts qu’eux. Rémy grommela de dépit et se résigna en empoignant une large touffe de poils rêches accrochés à un vieux clou dépassant des lattes de bois sombres.

D’un pas de loup, il prit la fuite en passant par la fenêtre miniature et terriblement inutile décorant l’habitacle de Scylla en prenant soin de semer des touffes de poils sur son chemin jusqu’au bureau du Roi. Sa bosse le lançait terriblement et il rêvait de l’instant ou il pourrait appliquer du yaourt bien frais sur ses plaies, à l’ombre d’une pile de courgettes au discours rassurant.

Il pénétra aussi furtivement que ses facultés naturelles lui permettaient dans le bureau de la souris couronnée, attrapa un parchemin et inscrit d’une patte hésitante.

« Demandez au chien. Mes hommages, Rémy. »



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 32
Age : 26
Date d'inscription : 26/01/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
125/270  (125/270)
Mar 26 Mar 2013 - 11:20
Tout d'abord, je dois dire que j'ai trouvé ça excellent ^^

Je n'avais pas pris le temps de lire ta fiche. J'essaye de lire le plus de choses possibles même quand ce n'est pas à moi de noter, histoire de me tenir au courant de ce qu'il se passe sur le forum. En fait, j'avais dû lire quelques lignes, mais pas plus.

Donc, je trouve que tu as un très bon style d'écriture. Ton vocabulaire est riche sans être pesant, les tournures de très phrases sont superbes. Il y a une dose d'humour, assez léger, mais que j'ai beaucoup aimé. On voit que c'est pas mis là juste pour faire rire ou sourire, mais que ça entre bien dans ton style général dans l'écriture.

Ce que j'ai adoré voir, c'est quelque chose que j'aimerais voir plus souvent dans le monde des jouets. Ici, à aucun moment on ne voit le monde tel qu'il serait vu par un homme, c'est intégralement du point de vue d'un rat et c'est vraiment bien fait. J'ai eu beaucoup de facilité à visualiser ce que tu voulais montrer, on se rend compte que la vie d'un rat est tout sauf aisée.

Franchement, de ce côté, je ne vois aucun défaut.

Il y a une faute, je crois pas en avoir remarqué d'autre, donc ça, c'est pas grave.
Sinon, tu parles d'une passoire, elle est créée par l'homme ou par les rats ? Parce qu'utiliser une passoire comme casque, pour un enfant, c'est faisable, pour un rat, beaucoup moins ^^ Je ne vais pas prendre ça en compte non plus !

Rémy, merci d'avoir retrouvé le Haut livre des recettes perdues et très secrètes du vaillant Stronghelm, adoubé sans épée, nettoyeur des cuisines d’Augias, inventeur de l’œuf mollet, aventurier des îles caïman et j’en passe.

Facile : 12 points d'expérience + 120 munnies + 2 PS en Vitesse + 1 PS bonus en Force.

PS : Ajoute le lien de fiche de compétences dans ta signature, s'il te plaît.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manifestan bizango lavalas fè konnen Si yo tire sou nou, nap boule KEP
» HAITI: NAP BOULE
» Boule et Tessie couple de caniches toy abricot
» petite terrine de foie gras saumon lentilles
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre