Derniers sujets
» Froide Noblesse
par Huayan Song Hier à 19:52

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Hier à 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Hier à 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Jeu 16 Nov 2017 - 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Jeu 16 Nov 2017 - 5:58

» Il était une fois ... Toxine (En cours )
par General Primus Jeu 16 Nov 2017 - 2:06

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Shadow Mer 15 Nov 2017 - 16:46

» Sauver Tania [Exploit]
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:56

» Déménagement
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:34

» Contrats - Demande de Mission
par Merrion Dexelo Mar 14 Nov 2017 - 23:00

» Fiche d'Identité de Narantuyaa
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 9:17

» Attaque Nocturne
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 2:54

» Avant de poster dans Histoires de Grimm...
par General Primus Mar 14 Nov 2017 - 0:15

» L'âme d'un chercheur
par Huayan Song Lun 13 Nov 2017 - 15:45

» La fiche d'identité de D.Va
par D.Va Lun 13 Nov 2017 - 15:03


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Un jour sans...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Jeu 21 Fév 2013 - 19:36
    Il y a les jours avec, et les jours sans... C'était clairement un jour sans, ici. Auron ouvre difficilement ses yeux, de lourdes valises violettes pendent juste en-dessous... Se battre contre Jecht, ca c'est du sport. Bordel... Le mercenaire avait l'impression de s'être pris trente ans dans la tronche, d'avoir passé trois jours sans dormir et de s'être fait marcher dessus par un troupeau de mammouth. Peu importe comment il tourne la question et le point de vue avec lequel il examine situation... Le samouraï en vient toujours à la même foutue conclusion fatidique... Ça va chier... sérieusement... Il restait là, les bras attachés aux murs par deux énormes chaines, elles-même relié à un mur de pierre rongée par l'humidité et la crasse. Il repensait à ce combat, incapable de l'oublier... Le combat de sa vie... Son sabre s'est égaré, souiller par les mains de ce monstre puant l'alcool, la sueur et les ténèbres... Son honneur a été piétiner par ce barbare sans foi, ni loi... Par ce fils de chien. Auron a du mal à y croire... Ça déjà été dit mais... Le vétéran a quelque chose qui ne peut s'acquérir qu'après une longue vie passé sur les sentiers de la guerre et du carnage, quelque chose qu'on n'a ni avec le talent, ni avec l'entrainement... Quelque chose qu'actuellement, seul les vieux de la vielle ont et qui fait leur force... L'assurance d'être dans son bon droit. La fierté à son paroxysme.

    Mais cette fierté a conduit le vieux de la vielle dans ce cachot miteux... Sa fierté de mercenaire, celle qui l'a poussé trop loin dans la volonté d'écrire sa propre histoire... Ça lui rappelait cette leçon, qu'il a donné à Natsu, à quel point il l'a rabaissé... Au final, il a autant déconné que lui. Sauf que Natsu n'est pas Auron... Natsu n'est pas l'ultime bras armé du Centurio, pas plus qu'il n'en est le plus expérimenté. La vérité c'est que l'ancien des mercenaires... a déclencher une série d'évènement qui échappe totalement à son contrôle. Pourquoi à cet instant, il pensait à tout les gens heureux, qui ont des vies vraiment très agréables, paisibles et qui ne savent pas ce que veut dire... Toucher le fond.

    Tout a commencé au moment où il a attaqué Jecht, en traitre... Certains de son bon droit, aveuglé par sa fierté... La vérité c'est qu'Auron autrefois était incontestablement le mec le plus balèze du Centurio , depuis l'arrivé de ce barbare transpirant l'alcool... C'est devenu contestable et il n'a pas pu l'accepter. Depuis cette onde tranchante... le samouraï a emprunter un chemin de funambule. Il marche sur une corde raide sans aucun filet de protection... A vrai dire, il n'a jamais vraiment prévu de tuer Jecht, pas au départ en tout cas... C'est tout à fait normal que ce gros bœuf est pensé le contraire et répliquer en conséquence... Au final... Auron n'a pas perdu contre Jecht, mais contre ses ténèbres enfouis... Ces dernières qu'il a vraiment chercher à tuer, quitte à ce que les deux guerriers y passent aussi. L'aurore rouge mérite le respect, mais l'est-il seulement encore ?

    Tout espoir l'a quitté... car il est encore assez fou pour hurler, mais toujours pas assez triste pour pleurer. La défaite... c'était étrange... c'est comme un souvenir enfoui depuis longtemps, quelque chose qu'il avait fini par oublier et qui finalement, lui était revenu en pleine gueule... Puis son sabre qui ne l'a jamais abandonné, Auron l'a renié... Ne vous y trompez pas, il ne s'était pas reposé sur ses lauriers... Il s'était avachis dessus. Au final... Auron a été remis à sa place, la défaite lui a fait l'effet d'une grosse claque, la grosse claque qu'il aurai pu mettre à Natsu...

    C'était ce qu'il avait besoin... Il se sentait découragé, affamée et mal nourris... comme si ça durait depuis des mois. Ouais. Auron a touché le fond... Quoiqu'il fasse maintenant, il ne tombera pas plus bas, le retour aux enfers lui-même laverait en partit son honneur... Tout à gagner et rien à perdre. Pour l'instant il restait là... Il se concentrait, écoutait son corps et sa douleur... La douleur se faisait moindre, mais il ne faisait toujours que l'endurer. Il se remettait... progressivement avec une telle lenteur qu'il n'avait même pas l'impression que... En fait, ca ne faisait quasiment rien... C'était comme appliqué un onguent de plante sur un membre amputé.

    Ça, c'est vraiment une sale journée... Enfin bon, si tu connais les règles du jeu tu l'acceptes, parce qu'il n'y a rien d'autre à faire. Puis... la règle dit qu'une fois mort nous suivons tous le même chemin...

    Et Auron venait de se rendre compte qu'hier est passé si vite... C'est comme si c'était aujourd'hui. Il a déjà perdu trop de temps... Il est capable... il est au toujours capable... Mais ça ne l'empêche pas de sentir cette cicatrice plus que fraiche, pouvant se déchirer à tout moment... Ses os ne tiennent... que légèrement.

    Le plus drôle... c'est que le samouraï aimait cette situation autant qu'il l'a haïssait... Les choses ont changés, elles ne sont plus aussi certaine qu'avant. Sans dire qu'Auron ne pouvait pas échouer, il en était persuadé. Maintenant il se souvenait qu'on est jamais à l'abri ni de la défaite, ni du déshonneur... C'est une dure leçon mais le Centurio l'empêche d'abandonner, quelque part il y pense...

    Il a pas mal de problème à régler et maintenant, tout le monde en chez les mercenaires... C'est enfin comme avant... Enfin il ressent la peur de retourner au royaume des morts, la crainte d'échouer et la motivation pour que ca n'arrive pas... Il ne peut pas décidément perdre plus de temps... Une goutte tombe du plafond jusqu'au sol, à intervalle plus ou moins régulier, c'est la seule horloge ici... Il ne la voit même pas, il l'entend...

    A la centième il quittera cet endroit et partira chercher son sabre... Il a vraiment touché le fond... Vous savez ce qu'est un homme, un vrai ? Un homme, un vrai, règle ses problèmes. Auron ne s'est pas sentit plus homme qu'en ce moment, où il est écrasé par une montagne de problème. Il a affaire a la situation la plus grave qu'il n'est jamais connu...

    Car Auron est un homme... et ceci est son rêve. Il n'y avait rien d'autre à dire... Tout ce qui monte haut finit forcément pas redescendre... Aucun homme n'arrivera jamais à ne pas tomber. L'Aurore Rouge n'a pas peur de tomber... parce qu'il se sait capable de se relever. C'est pour ça qu'il arrête de compter... Qu'il arrête de se fixer un moment pour partir, qu'il ne pense plus au futur, qu'il envois se faire foutre le passé et ses erreurs... Mais qu'il n'oublie pas d'où il vient : Du Centurio. Quand à Jecht... on verra ça, quand on y sera.

    Le samouraï tire sèchement sur son bras droit... la chaine relâche son étreinte, un morceau de mur toujours accroché à son extrémité. La deuxième chaine suit la même destiné, inévitablement. Il ne faudra pas plus qu'un coup de pied au samouraï pour que les barreaux s'écartent devant lui, telle la mère devant Moïse. Il regarde les autres prisonniers... Le Père Noël, Aurore... le mercenaire n'a pas prononcer un mot durant toute son incarcération malgré leurs quelques tentatives. Il ne pouvait pas les laisser là ces prisonniers... mais le château de la Princesse Ariez est un des endroits les plus dangereux qui soit.
    Leur cage n'est peut-être pas le must, mais il y serait plus en sécurité. Si Auron les libère, il en prend la sécurité. La Coalition Noir n'est pas connu pour sa retenue, ils ont l'habitude de faire des dommages collatéraux.... Au moins, ils ont valeur d'otage. Sans même les regarder, il les libère... Quel lâche pourrait laisser le Père Noël et Aurore aux griffes de la Coalition Noir ? Pas Auron...

    « Je vais vous faire sortir d'ici, je suis Mercenaire. Suivez-moi de près, restez discret et ne dites pas un mot. »

    Les détenus hésitèrent un peu et suivirent finalement le samouraï. Sans attendre, Auron sortit des cachots, empruntant le seul chemin possible... Le samouraï ne tarda pas à croiser quelques sans-cœurs mineurs qu'il balayait aisément à l'aide des morceaux de mur encore accrochés au bout de ses chaines. Les plus gros sont à l'extérieur... ou juste un peu plus loin.

    Aujourd'hui, le mercenaire va laver le déshonneur du contrat qu'il n'a pas accompli ici-même...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Sam 11 Mai 2013 - 18:36
    Le combat entre Jecht et Auron, un combat titanesque qui avait défiguré une partie de la Citée du Crépuscule comme si elle n’était rien. L’Aurore Rouge a été engagé pour s’occuper de ce type qui se croit tout permit et en voilà le résultat, désarmé, déshonoré et enfermé dans un cellule des cachots du château de la princesse. C’était compréhensible, quand bien même ce mercenaire avait répondu à son appelle, Ariez le haïssait autant que sa cible et cette fin était inévitable. Bell était au château pour tenir compagnie à sa princesse lorsqu’on vint leur annoncer l’arriver du samouraï en cage. Il se contenta de garder le silence, d’un côté ravit de voir la leader de la Coalition heureuse à cette idée mais de l’autre…cette joie n’était qu’une vengeance qu’elle se voyait déjà satisfaire.

    L’homme en bleu resta donc au château, nullement rassuré d’avoir quelqu’un comme l’Aurore Rouge, même blessé aussi proche de la princesse et aussi déchiré entre ses nouvelles promesses et ses anciennes encore fraîches. Ses plaies n’était que psychique mais aussi vive que celles que Auron a reçue de Jecht. Penser que ça aurait été si simple de quitter les mercenaires est sans doute sa plus grande erreur, et désormais un chapitre de son histoire. Et lorsque le bruit de la pierre arrachée d’un mur résonna à travers une partie du château, le traître comprit qu’il devait faire face et faire cesser ce qu’on pouvait facilement craindre : l’évasion de Auron.

    La cupidité marcha, décidé et rapidement vers la seule sortie des cachots et ordonna à un meuble d’aller rassurer la princesse sur l’avenir de ses prisonniers… C’était son devoir, en tant qu’ancien mercenaire et actuel gradé de la Coalition Noire d’y aller mais seul, ça serait de la folie même avec ses chimères. Une voix d’enfant, Bell tournoi la tête et remarqua une sorte de fée. Il se ficha de ses occupations, sa présence ici ne pouvait signifier qu’une chose…


    Hey, toi ! Viens avec moi et ne discute pas ! Et si tu n’es pas contente… Bell reprit son chemin, l’idée de perdre du temps était une chose à exclure. Va te plaindre à la princesse !

    Il ignorait si elle suivait, et l’espérait bien pour elle car s’il devait échouer à cause de l’égoïsme d’un autre membre, la coalition pourra oublier ce membre. Le virus ne pourrait pas laisser passer une seule erreur cette fois-ci mais la tension qu’il s’imposait le faisait presque vaciller en descendant les marches. Les sans cœurs étaient déjà là, agglutiné contre la porte comme une masse sombre et à glisser un à un sous la porte qui n’était peut-être qu’à un détour de Auron. Bell ouvrit la porte après avoir repoussé ces créatures et marcha parmi elle jusqu’à apercevoir une ombre voler et s’écraser contre un mur…yep, il n’était pas si loin que ça.

    L’ex-mercenaire inspira inutilement un grand coup et s’avança pour se mettre à vue, les mains dans les poches de sa veste en regardant Auron avec une forme de respect et de colère. Ils étaient ennemis désormais et quand bien même il est affaibli, l’Aurore reste un homme à la force et à la technique exemplaire. D’un mot, il s’efforça de se faire obéir par des ombres dont un nombre réduit obéit et s’en allèrent derrière lui. Le cupide n’était pas surprit de voir le Père Noël et Aurore derrière le mercenaire, il se le gardait bien mais il avait un cœur sur la main…et ignorant si la fée était là, Bell relâcha sa propre tension, sortant une main pour se gratter le haut du crâne en baissant la tête, un long soupire avant de regarder ce qui pourrait être son adversaire.


    Ecoute Auron…Si ça ne tenait qu’à moi, je t’aurais sorti d’ici mais embarquer ces deux-là…ça ne risque pas d’être possible.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Mer 15 Mai 2013 - 16:49
    « De tout les Coalisés, il a fallu que ce soit toi. » Dit le mercenaire, effroyablement sérieux. Puis le visage froid du mercenaire se déforma d'un rictus cruel. « J’espérais te recroiser sur le champ de bataille... mais si tôt ? »

    Le mercenaire n'aurait su dire si croiser Bell était une bonne ou une mauvaise chose. Le bon coté c'est qu'il le connaissait, que ce soit son caractère ou sa personnalité. Et parce qu'Auron le connaissait, il savait à quel point ça pouvait être mauvais.

    Bell se tenait devant lui, les mains dans les poches... et forcément, ça cachait quelque chose. Le danger ne vient certainement pas de son corps de verre. Ce n'était pas non plus sa magie, ses chimères, sa rapidité ou de son agilité... Non le danger vient de l'esprit stratège et fourbe de l'ex-mercenaire... Auron se savait d'avance incapable de lire dans ses stratagèmes et s'il le combat, surtout dans cet état, ça sera loin d'une ballade de santé.

    Au point où il en est, cependant... il n'a rien à perdre à se battre. Son problème et son avantage c'était le père noël et Aurore. Le fait est que si combat il y a... ces deux-là risquent la mort rien qu'avec les dommages collatéraux. Les deux étaient plutôt paniqué. Que savaient-ils d'Auron après tout ? Comment pourrait-il savoir que jamais il ne sacrifiera la liberté de deux personnes bienfaisantes pour la sienne... mais se sacrifier pour eux n'est pas non plus une option. Menacer de les tuer... Si ça n'avait pas été Bell, ça aurait pu passer, mais lui le sait incapable de s'abaisser à ça.

    Tant mieux, mentir ne lui plaisait de tout façon pas des masses. Auron fermait l’œil et se mit à lui parler sur un ton plutôt amical, mais moqueur.


    « Si ça tenait qu'à moi... Tu as changer, Bell.»

    Puis Auron rouvrit l’œil, le regard noir, le visage plein de rage. L'air est devenu lourd, l'atmosphère pesante. D'un coup, c'est comme si la température avait grimpé et l'air lui-même se brouillait autour du revenant. Alors que lui, tourna le dos à Bell, attrapa et porta jusqu'à ses épaules Aurore mais préférant trainer au sol l'énorme Père Noël.

    « Lâche. Quelque soit tes raisons, tu as choisis de lui obéir... Ne rend pas Ariez responsable de ton obéissance. Regardes-toi, tu as perdu le peu de fierté qu'il te restait. Sois mon allié, sois mon ennemi... mais ne tente pas d'être les deux parce que... »

    Auron avança d'un pas, le pied ferme, déployant son Haki des Rois dans tout le château. Avançant lentement et sans crainte jusqu'à la sortie, toujours un œil sur ce chacal. Bell n'était plus mercenaire mais son départ s'est fait dans les règles... ce n'est pas un traitre, juste un ennemi.
    Le Père Noël et Aurore inconscient... Une attaque qui ne les tuerait pas ne ferait rien au samouraï, si ce n'est un peu de souffrance au vu de son état.


    « Moi je n'ai pas changer... »

    Quelque soit les pouvoirs utilisés... Magie ou symbiose il faut incanter, invoquer et ça prend du temps. Un geste suspect de sa part et le mercenaire lâchera ses deux otages pour le massacrer. Ses chaines ne sont peut-être pas les armes les plus pratiques qu'il est connu... mais il gagne en portée et franchement, un coup suffit à briser Bell comme du verre. Auron a la dangereuse capacité d'oublier son corps, d'oublier sa douleur... et peu importe les souffrances qu'on lui inflige, il ne lâchera ni le Père Noël ni Aurore, tant qu'il ne sera pas mort une deuxième fois... et encore, peut-être faudra-t-il faire lâcher l'étreinte de son cadavre.

    Bell ne peut endurer le Haki d'Auron... que s'il choisit une bonne fois pour toutes son camps. Aucun lâche ne résiste au Haki des Rois.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 61
Age : 35
Date d'inscription : 04/04/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
129/200  (129/200)
Jeu 16 Mai 2013 - 15:00
"Allez, fait le beau ! Hop !"

... Non, rien à faire, il doit me manquer un truc pour me faire obéir par cette fichue ombre, elle refuse obstinément mes ordres directs ... pourtant, je vois pas ce que je fais de mal, ça doit pas être compliqué de se faire comprendre de trucs aussi con, ma parole ! Allez, on réessaie !

Couché l'ombre ! Là, maintenant !

... ... ARGH ! Je perd mon temps avec cette erreur de la nature ! Incapable d'en tirer quoi que ce soit ! Mais elle fait comment la Princesse ! ... Tiens, c'st quoi ce bruit de course dans le couloir ? C'est l'heure du diner, déjà ? J'vais voir ... huh ? C'est qui ce type bleuâtre ?

Hey, toi ! Viens avec moi et ne discute pas ! Et si tu n’es pas contente… Va te plaindre à la princesse !

Hein, mais c'est qui ce type qui me donne des ordre ? Un autre gars qui travaille pour la princesse ? Oh eh, c'est quoi ce manque de politesse, j'suis pas un toutou qui ... eh mais ... ça c'est une idée ... où elle est passé cette sombre idiote d'ombre ... ah, la voilà ... et si je lui apprenanis par l'exemple ? Je sur plus que cent pourcent certaine que ça marchera ! Ca marche avec les chiens et les humains, alors pourquoi pas les sans-coeurs ?

Bon, écoutes moi toi. Je vais te montrer ce que ça veux dire obéir, histoire que tu me fasse plsu le coup de pas comprendre. Obéir, c'est quand quelqu'un te demande quelque chose, c'est de le faire, pigé ? Genre là, y'a un type qui a rien eu à faire que me demander de le suivre poiur je ne sais quel raison, sans me dire où je dois aller et tout ça. Donc comme je suis une bonne fée toute mignonne bien accomodante et tout, eh bien je vais le suivre. Tu as bien saisie, hein, il me DEMANDE de suivre, moi je le SUIS. Comme ça !

Et c'est parti ! Direction aller avec le bonhomme qui viens de passer pour que ça rentre et ... et ... zut, j'ai pas regardé, il a pris quel côté au croisement, au fait ? ... Meeeeeerde, je sais même pas par où aller ... bon, allez, disons ... cette porte ! Ouais, je suis, genre positivement sûre, y'a une traçe thermique ! Il doit donc être passé par là ! ... Je crois ... ... tiens, non, c'est juste la route vers la cuisine, ça explique la chaleur mais je vois pas ce qu'il pourrait être parti faire ici ... et ... l'autre idiote qui m'a pas suivi ... ah, pas grave, je m'occuperai de ça plus tard.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Sam 18 Mai 2013 - 21:14
    Lâche…lâche…lâche…toujours la même rengaine, comme un disque qui tourne éternellement pour répéter encore et encore des mots qui n’ont, je vous le dis, aucun sens. Auron avait sa façon de voir mais son adversaire avait la sienne, l’unique vision des choses qui l’a animé dès qu’il s’est enfuit des Jardins Radieux pour tenter, par ses propres moyens, à rejoindre les mercenaires et s’entraîner à la magie. Le traiter de lâche parce qu’il exprimait juste une parole rassurante mais cette pression dans l’air, cette force qui se dégageait de l’Aurore Rouge…cette force avait eu le don de briser ses mensonges pour laisser place à la vérité.

    Bell vacillait, il était bien trop faible pour résister à quelque chose de ce niveau, pratiquement un genou à terre mais les dents et les poings serrés, résistant comme il le pouvait sans savoir réellement ce qui faisait qu’il pouvait le faire. Le virus ne comprenait pas le choix définitif qu’on lui imposait, il ne les apercevait pas comme l’aurait espérer l’Aurore rouge mais il tenait quand même alors que le mercenaire s’en allait sans avoir une quelconque résistance… Cette idée…n’avoir rien pu faire alors qu’il était allé jusqu’à lui pour lui annoncer ses attentions, n’avoir pas pu être un obstacle dans son histoire. Lui était pratiquement à la porte, les ombres qui n’étaient qu’une bagatelle pour ce guerrier. Il devait être sur ses gardes…mais quelle erreur de tourner le dos à celui qui prétend pouvoir provoquer les miracles, le Cuore Ex Macchina.

    …Ariez responsable de quoi que ce soit ? Arrête de parler comme si tu me connaissais, Auron. Bell finit par se remettre sur ses pieds, respirant fort mais le regard fixé sur le dos que lui présentait le mercenaire. Si lui avait eu un regard noir, la rage teintant son visage, le virus reflétait une froide logique et un dégoût sans nom pour cet homme. Ses paroles étaient froides mais la princesse de l’envie envahissait ses pensées, son visage en larmes à cause de deux hommes.

    Bell DiArmag, connu sous ce nom laissa les ténèbres l’envahir, ceux qui animent le cœur de l’envie et qui animaient le sien à sa seule pensée. Bell DiArmag, celui qui pensait être sans aucun doute le meilleur invocateur parmi les plus connus…et qui à l’instant laissa son talent le surprendre à maîtriser ce lien basé sur son amour envers Ariez. L’Aurore Rouge s’était peut-être arrêté pour entendre la suite de son discourt, il n’en savait rien mais plus il se tournait dans sa direction, plus un nombre de noirceur émergeait dans l’espace. Si les guerriers peuvent tirer leur lame dans un mouvement éclaire après des années d’entraînement, fendre l’air après des duels insensés, un invocateur dont la magie se base sur sa volonté pourrait soulever une armée de faibles comme il respire. Les noirceurs prenaient formes, des Capriccio gris, assez pour envahir les couloirs. Le virus recula en silence, comptant sur ses sans-cœurs pour servir d’écran alors qu’il dessina des cercles rapides comme l’aurait fait l’envie…

    Je ne suis pas un vrai membre de la Coalition, comme je n’étais pas un vrai mercenaire. Refermant sa main droite, un desert eagle orné d’un symbole de la foudre apparu tendit que cet élément semblait l’entouré. À sa main gauche, Assemblage prêt à sceller les chaînes dans la pierre. Auron était sous doute prêt à frapper, à contre-attaquer, à esquiver…Bell s’en moquait, il braqua son arme dans sa direction, prêt à faire comme lui.

    Les mercenaires n’étaient qu’un moyen de me faire du fric et le rêve d’un autre, quant à la Coalition et Ariez… Elle est mienne et aussi cupide que je sois, je veille sur elle et à son bonheur !

    Comme un signale, les faibles sans-cœurs se rassemblèrent autour d’Auron pour lancer leur sort de téléportation sur les deux otages et les bazarder plus loin. Comme un signal, une masse plus importante formait un mur autour de l’invocateur pour le déplacer si nécessaire…et comme un signal, Bell tira ses premières balles imprégnées de son élément naturel. Et pourtant, malgré tout ça…son instinct lui disait de fuir, que son adversaire est déjà en mouvement…
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Dim 19 Mai 2013 - 21:46
    Auron c'est subitement retrouvé avec deux petites créatures dans les mains à la place des détenus. Sans même savoir ce que c'était... il les écrasa purement et simplement au creux de sa main. Partit en fumée, des sans-cœurs... C'est inattendu. La Coalition ne s'encombre pas de prisonnier pour rien, où qu'ils soient ils vont bien. Au moins là il pouvait se battre... et c'était peut-être mieux comme ça.
    Pas besoin de comprendre ce qu'il se passe, il faut juste contrer et déjouer.

    Bell vise Auron avec son arme à feu... Le samouraï remarque à quel point leurs styles de combats sont différents... Ce genre de combat à défaut d'être agréable est riche en enseignement. Le mercenaire regarde bien son adversaire... Bell est un chacal, il va viser le cœur pour tuer le vétéran au plus vite... Autant l'éviter, il est crevé mais débout et capable. Mais après Bell ça sera surement autre chose...
    A peine le coup de feu retentit qu'Auron se décale sur la droite, la balle passe à côtés.

    D'autres coups de feu retentissent... Le sabreur les repousses grâce à ses colliers, de justesse puis soudain quelque chose le stoppe... Le rocher au bout de sa chaine s'est fondu dans le sol... Après un temps d'arrêt Auron tire violemment sur ses chaines avec un cri de rages et frappe violemment Bell...

    Le mercenaire peut le voir, en train de gambader.... Quelque chose a fait barrage mais ce quelque chose a disparu. C'est intense et si Auron le gère... ça n'en reste pas moins une rééducation violente. Le mercenaire puise dans sa rage de vaincre et ses chaines dont les morceaux de roches ont volés en éclats chauffe d'une énergie du feu, les armes de fureur.

    Rapidement le vétéran braque son œil sur Bell... et lui envoie une rafale de puissance brève pour le surprendre, avant de donner un effroyable coup de pied au sol... qui en tremble.

    Auron croise le regard du Bell, juste un instant mais c'est suffisant pour lui envoyer une rafale de puissance à l’état pur, pour l'éprouver encore plus... Puis tel un tigre il lui saute dessus, n'ayant pas long à faire avant d'abattre ses chaines...

    Et de s'offrir une minute de stoïcisme.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 61
Age : 35
Date d'inscription : 04/04/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
129/200  (129/200)
Lun 20 Mai 2013 - 23:18
Bon ... ben le type aux cheveux couleur flamme d'octane n'étant passé par la cuisine, j'suppose que j'vais devoir remuer tout le manoir pour le retrouver. C'que c'est chiant les types qui sont direct sur les mauvaises choses, aussi ... Et l'autre machin qui continue de me regarder avec des yeux jaune vitreux débile de cocker mort-vivant sans bouger le etit doigt pour m'aider ... enfin, pas sûre qu'elle comprenne un traitre mot de ce que je lui ai dit depuis le début. C'que c'est con en fait un sans-coeur ! Ca n'a pas d'esprit d'initiative, pas de réflexion, pas même de faculté de compréhension, francheent, j'ai vu des chihuahuas plus dangereux que cette chose.

Ha mais voilà que j'oublie ce que je faisais : retrouver le type ... bon, voyons, vu que ce couloir là c'est pas possible, essayons ... hmm ... Ah, je sais ! Je suis positivement certaine qu'il a dû passer par cette porte là ! Ca doit mener vers une salle de réunion super importante vu que personne y va jamais engénéral ... et si on m'a appelé, c'est obligatoirement pour un truc supra important donc ca s'rait logique que ce soit par là. Bon, par contre, vérifions ... personne à auche, personne à droite ... bien ! Non, parce que je veux pas faire dee jaloux en y allant come ça au débotté, hein ! J'tiens quand même à rester humble dans la surpuissancitude intragalactique. Hop, juste tourner la poigner et à moi la gloi-*BONK*

... Hou ma tête ... HE ! Mais c'est quoi ce bordel ! Déjà on me frappe dessus mais en plus il fait tout noir ! Oh mais c'est quoi ce bordel ! ... Mas ... y'a un mur tout autour de moi !! Dur, froid ... qu'est ce que ... et j'ai beau le toucher, je peut avancer avec ... mais dans quoi je me suis fourré en traversant cette porte ? C'est un raccourçi pour la fin des mondes ? Un portail vers le néant ? Un truc qi transfome en sans coeur ? Incroyable ! Faut que je vois si je suis toujours normal ! Une petite flamechounette et ...

...

Ok, au temps pour moi ... c'est un seau qui vient de me tomber sur la tête depuis un placard à balais ... ouep, j'ai un poil honte, mais au moins, personne m'a vu ... plus qu'à retirer ce machin de dessus moi pour retrouver une lumière normale et j'aurais réglé ce problème ... PUIS faut que j'essaie un autre chemin !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Mer 12 Juin 2013 - 20:19

     Il avait esquivé et repoussé ses tires, à croire qu’il n’était pas blessé au point de perdre ses réflexes de survie mais sa rapidité d’action ne pouvait pas surprendre lorsqu’on connaissait ses faits d’armes. Mais malgré tout, son arme aurait pu être un désavantage une fois que Bell l’avait soudé à nouveau avec la roche mais c’était sans compté sur la force de ce samouraï qui arracha à nouveau la chaîne et le frappa. Prévisible, quand on est aussi faible que l’homme en bleu, on apprend à tout préparer et son coussin de sans-cœurs avait bien servit, sentant quand même sa force à travers les petites créatures et s’éloigna de petits bonds en arrière. Ses mains vides, son arme sera inutile pour sa nouvelle stratégie qui demandera plus de liberté.

    La roche qui éclate, les chaînes qui dégageait une certaine chaleur n’était pas rassurant, encore moins le fait que ces armes soient dans les armes d’un vieux guerrier. Bell garda sa position, un autre Capriccio gris caché dans son dos et les mains jointes pour une prière à nuls autres dieux que deux autres compagnons, sa bouche qui murmurait des mêmes paroles qu’il y a un instant pour un autre miracle…jusqu’à l’instant où il sentit à nouveau la force de son adversaire dans l’air à l’instant où leur regards se croisèrent et le coup de pied au sol lui fit perdre l’équilibre pour le mettre pratiquement à genoux.

    Le virus pu voir les chaînes arrivaient sur lui mais son corps tremblait encore face au pouvoir de Auron. Il senti la chaleur l’approcher, pratiquement lui mordre le visage et le lui arracher d’un geste. L’homme en bleu, pétrifié regarda son sans-cœur finir en poussière sous le poids des deux chaînes brûlantes qui soulevaient un nuage de pierres et de poussières. Le vieux tigre restait de pierre à une quelconque douleur alors que le chacal fébrile bondit en avant, les crocs en avant pour contre-attaquer et lui arracher une griffe, un croc, qu’importe !

    Bell attrapa les deux chaînes brûlantes en poussant un cri de douleur, sa magie qui unissait à nouveau l’acier à la pierre des cachots. C’était un pari fou, loin de l’audace mais simplement fou, et aussi dément que ça puisse paraître, on aurait pu entrevoir un sourire sur le visage du virus. Le regard du chacal croisa à nouveau celui du tigre, qu’importe la force et le talent de ce dernier, son adversaire avait apprit depuis longtemps que  même les stratégies qui implique de le blesser.

    Les chaînes tombèrent au sol, le calme était revenu alors que deux bêtes jumelles si ce n’est la couleur avait prit la place des deux combattants. Ces derniers pouvaient à nouveau voir la lumière du jour, le vent frai souffler car par le talent du virus, Auron et lui avait échangés leur place avec ses chimères qui ne tardèrent pas à revenir devant leur maître avec l’aide de Capriccio gris. La distance entre les deux combattant étaient plus importante et le mercenaire avait perdu ses armes improvisées… les mains encore fumantes et la respiration bruyante, Bell ne pouvait que faire appel à deux drones pour le soigner tandis que ses gorilles se lancèrent dans un combat contre l’aurore rouge avec des capriccios pour les assister. Leur maître prévoyait alors de garder ses distances, une nouvelle arme à feu imbibé de foudre entre ses mains dès que possible et cette foi-ci, dévier les balles si nécessaire. 

    Deuxième round, Auron.

    (navré d'avoir prit autant de temps pour répondre.)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Sam 15 Juin 2013 - 13:41
    Bell est une véritable plaie. Auron préférait mille fois affronté Jecht... certes, il soufrerait énormément plus, mais au moins il en connaitrai la raison. Oui... ce combat était placé sous le signe de la crainte. Le samouraï ne craignait pas son ennemi en tant que tel mais il était dans l'attente d'un évènement... imprévu et tout simplement déroutant, ça le perturbait plus qu'il ne s'y attendait. Quand à Bell et bien... un stratège fourbe comme lui, le genre à tout prendre en compte, le moindre détail...
    ...il ne pouvait juste pas faire comme si un seul coup du mercenaire mettrait fin à ce combat.

    Le chacal menace le mercenaire d'une arme à l'aura chargé d'électricité... inquiétante. Deux gorilles... un blanc et un noir, accompagné de ces maudits sans-cœurs téléporte. Puis ces machines... qui soignent Bell. Ce dernier point en fait... ne dérangeait pas du tout le mercenaire. Oui... il avait clairement l'avantage face à un mercenaire encore capable mais en mauvais état.
    Auron se raccrochait à cette idée... il n'avait besoin que d'un seul coup, le tout était de le mettre, ce coup. Le samouraï maintenant son Haki des Rois à son maximum... voulait le contraindre à s'épuiser, le forcer à commettre des erreurs. Et au moins... il n'y aura que les membres puissants de la Coalition qui pourront intervenir dans un rayon de cinquante mètres.


    Deuxième round, Auron.

    C'était la merde... mais oui... Auron se sentait plus vivant que jamais. L'adrénaline le remplissait d’énergie nerveuse, c'est son corps qui s'entourait maintenant d'une aura de feu. Ça et Jecht... cette fureur guerrière qui fige le visage du vétéran dans une expression de haine. Son œil plus sombre et froid que jamais...

    Allons-y.

    Les deux gorilles arrivent chacun de leur côté... Auron ramène les bras en arrière, tendu au maximum et frappe le vide... une frappe de zone qui balaye les petits sans-coeur et repousse les deux gorilles... Le samouraï prend un risque... il tourne le dos à Bell et court vers le château.

    Puis le château, d'un coup est beaucoup plus loin... et le gorille blanc beaucoup plus proche... merde, les gorilles aussi sont téléportes. Le yéti blanc fonce, fou de rage sur Auron... le haki rend cette bête nerveuse. Un coup de feu... c'est Bell. Le mercenaire attrape l'épaule du singe, s’agrippant à ses poils et tira d'un coup sec. Le singe revient vers lui et se prend la balle destiné au sabreur... puis il devient noir et expédie le mercenaire d'un violent coup de poing plus avant vers le château... mais le samouraï inter-change sa place dans l'univers avec celle du gorille noir...

    Bell va en profiter pour tirer, à n'en pas douter et Auron fait un super-saut dans les airs. La balle... monte soudain dans les airs, et même au sol... le samouraï n'aurait su dire si son ennemi avait, oui ou non, changer de place avec un de ses gorilles. Le mercenaire balaye la balle du revers de la main, avec son gant... des décharges parcours son poignet et sa main. Les gorilles sont de retour côte à côte.

    Le samouraï retombe au sol et se concentre... l’œil attentif à toute attaque. Le décor... tous les éléments dans la vision du borgne change, il a changer de place. A l'endroit où était Auron... un geyser de flamme s'élève dans les airs et le gorille noir... se prends un coup de poing brise-roche. Ciao.

    Le gorille blanc est plus très loin, à ce moment du combat... et Bell toujours dans les parages... Auron n'attend pas, il adopte une posture stable et basse, proche de la terre, puis frappe de toutes ses forces la terre avec son pied dans un cri de rage... puis s'élève d'un super-saut dans les airs.

    Son envol l’amène jusqu'à l'un des murs qu'il brise dans son passage... Auron brise rapidement un mur, comme s'il voulait se frayer un passage. Mais il court en suivant les couloirs... putain c'est château est grand et Bell doit surement être en mesure de détecter sa présence. Puis, enfin... un immense couloir avec un tapis mauve au sol... et des rangés d'armure en position de combat, comme si elles allaient y participer.

    Le samouraï se fendit d'un grand sourire... il attrapa une épée de chevalier. C'était très différent de son sabre... beaucoup plus léger, c'est toujours un peu déroutant au départ. Rapidement le samouraï fait quelques moulinets dans le vide... puis se remet à arpenter les couloirs, complètement perdu dans ce château...

    Un petit être se promène dans le château... un sceau sur la tête... une créature au combien ridicule au milieu de ce combat.


    ...

    C'est un ennemi ou... Auron court en sa direction et l'envoie valdinguer très loin... d'un sublime coup de pied que n'aurait pas renié un joueur de Blitzball alors que le samouraï concentre toute la puissance de son Haki dessus. Histoire d'être sûre que ce truc ne l'emmerdera pas... Bell n'est que bien trop capable de ce genre de piège.

    Maintenant le samouraï a un sabre... et Bell risque fort de sentir la différence quand Auron lui déviera ses propres balles vers Bell et ses invocations.


    Troisième round Bell, je suis là.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 61
Age : 35
Date d'inscription : 04/04/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
129/200  (129/200)
Mer 17 Juil 2013 - 23:09
... Huh, c'est quoi ce bruit? On dirait que quelqu'un se bat ... et ça se rapproche, il semblerait ...

*BAAM*

Queoioioioioioioioiouilleouilleouille !!! Bon sang que le métal ca fait mal au crâne ... oww ... attendons donc deux secondes que ça arrête de résonner dans mes oreilles... owww ... bon ... je sais pas ce qui c'est passé, mais je crois qu'une chose est sûre ... ça va barder pour qui ou quoi que ce soit qui est responsable de cette blague idiote ! Et on va commençer par se débarrasser une fois pour toute de ce couvre chef débile et trop grand ... attention, explosion imminente ...

*BANG*

... Et un seau à propulsion atomique finissant sa course dans le plafond, un ! Bon, premier souçi réglé, où est le ... ... eh, mais c'est qui ce bonhomme, maintenant ? Grand et baraqué comme ça, ça me dit rien ... un p'tit nouveau ? Y glande quoi là, maintenant, avec son coupe ongle géant de luxe qu'on appelle une épée ? Et c'est quoi cette tête qu'il se tape en me voyant ? Il a jamais vu de fée ou quoi le type en pyjama ? Oh mais attends voir ... pourquoi ils sont abîmés, ses fringues ? Et il fait quoi dans ce couloir, armé et tout ? C'est p'tetre un type important, qui sait, dans ce coin ils sont tous barjos, donc vaut mieux éviter les ennuis ... un p'tit coup d'aile et on prends une pose bien cool, histoire de pas se montrer trop impressionné. Non qu'il me fasse peur, hein, c'est qu'un gros costaud armé et dangereux perdu dans un couloir dédié comme le reste du bâtiment au mal absolu, rien de plus ... hum ... enfin bon, faut faire bonne impression quand même quoi ...


"YO ! EXPLIQUE MOI EN DEUX MOTS ..."

Ah ben merde, entre les explosions et tout ça, voilà que j'ai les oreilles qui suivent plus et j'mentends plus parler ... ou gueuler, il paraît que je parle fort quand je m'entend pas ... aïe, et du coup, je fais quoi, si il répond ? J'vais pas lui tirer dessus si il dit "Je suis le petit ami caché de la princesse", ça ferait tâche sur mon CV. Mais si il dit "Va voir ailleurs si j'y suis, Barbie Tchernobyl" et que je répond avec une courbette, ça l'ferait trop pas.

... Note pour plus tard, rien faire exploser à bout portant, ça aide pas ... et le bleuet qu'il faut en plus que je retrouve, décidément ... pas ma journée, aujourd'hui. Ah, et voilà que l'ombre sans cervelle pointe le bout de ses antennes maintenant. Un peu tard pour montrer qu'on a compris la notion de suivre, la chose, c'était tout à l'heure qu'il fallait remuer ses petites pattes, là y'a rien pour toi ! ... Et arrête de fixer le bonhomme ça te rends encore plus bête que ce que tu l'es déjà ! Enfin, à quoi bon, t'es pas télépathe et je sais que t'es aussi sourde que moi, donc j'peux rien y faire, reste là et fait la potiche comme tu sais si bien le faire ... EH ! Mais ... voilà qu'elle se jette sur le type en rouge par derrière ! Mais c'est pas normal, ça, ceux qui habitent ici sont sensés ne rien craindre de- ... MAIS ... Il lui rends une baffe ? Il vient de gifler MON OMBRE !? Oh ça c'est pas bien ça, oh que je sens que je vais m'énerver, l'asperge bodybuildé ! T'as merdé sur ce coup, parce que faut pas être d'ici pour pas aimer les ombres et si t'es pas d'ici, alors je connais qu'un remède contre les intrusions : la CALCINATION ! ET JE T'ASSURE QUE LORSQUE MES AILES BRILLERONT DE MA COLERE CA VA MORFLER SEC !!!
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Mar 20 Aoû 2013 - 14:17
    Les ailes de la fée se mirent à briller, c'était surnaturelle... et sentait la magie à plein nez. Auron fléchit les jambes et se replia rapidement quelques mètres plus loin d'un bond. Une déflagration incroyable eut lieu là où était le samouraï. Si Bell ne savait pas où était le mercenaire... maintenant il le savait. Cette fée était ridicule, mais puissante. Le couloir était bouché devant par la fée... Auron n'y avait pas pensé jusqu'ici, mais cette créature haute en couleur devait surement être une invocation de Bell. Quoiqu'elle soit, elle est dangereuse... et alors que Bell a attirer le samouraï dehors, la fée se fichait bien d’endommager le château.
    Soit elle n'est pas une chimère... soit Bell est enfin décidé à sacrifier l'intégrité de la maison d'Ariez. Dans les deux cas, la retenue qu'imposait le manoir à la Coalition n'existe plus.

    Soudain... une bourrasque violente frappe Auron dans le dos, le couvrant d'une légère couche de givre des pieds à la tête. Le samouraï déclencha les armes de fureurs, s'entourant d'une aura de feu et jeta un rapide coup d’œil derrière lui.
    Le mercenaire vit un loup à la fourrure glacée, l’œil sauvage et la gueule ouverte débordant de buée froide.

    Le froid... ça allait, mais il était encerclé par deux monstres. Bell ne se montrait pas, préférant surement tirer les ficelles depuis sa cachette. Les invocateurs deviennent de plus en plus dangereux à mesure qu'ils s'éloignent, ils ont avec leurs invocations... une portée extraordinaire. Même un sniper doit voir sa cible... et Bell lui, n'a même pas besoin de voir Auron pour le toucher.
    L'Aurore rouge se sentait plus qu'affaibli... au train où allaient les choses, il ne trouverait jamais Bell et devrait attendre qu'il soit à cours de symbiose. Quel enfoiré... au départ c'était Auron qui devait avoir Bell à l'usure. Il a retourné la stratégie du vétéran contre lui...

    Quand à savoir où peuvent bien être les deux prisonniers...

    Le samouraï fléchit les jambes... la fée et le loup s'apprêtent à l'attaquer... puis d'un bond, l'Aurore rouge traverse une fenêtre, la brisant en mille éclat de verre. Auron atterrit lourdement au sol, forcé d'amortir la chute avec ses bras. Puis s'élance à corps perdu vers la forêt... le loup et la fée déjà sur sa trace. L'Aurore rouge court aussi vite que permis et plonge dans l'obscurité du bois aux loups...

    Finalement, le troisième round aura lieu sur un tout autre ring.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Mar 20 Aoû 2013 - 16:18

    On aurait pu dire que le second round a été rapide, l’ancien mercenaire avait encore l’impression de braquer son arme sur son adversaire en plein combat contrer ses gorilles quelque instants avant mais voilà qu’il a disparu en éliminant le gorille noir. Le blanc fut renvoyé, l’utiliser sans savoir où est Auron serait stupide et trop risqué. Les blessures à ses mains étaient pratiquement des souvenirs mais il éprouvait des difficultés à les refermer sans se montrer patient et ressentir ça avait un goût amer en bouche, c’était comme être une machine rouillée…

    Bell mit fin à son lien avec la princesse pour éviter de s’épuiser et par crainte des ténèbres juste au moment de l’explosion qui le força à tourner la tête vers le château, le visage pâle en remarquant un trou dans un mur. Auron était dedans, d’accord mais qu’il utilise de la magie à l’intérieur sonnait beaucoup trop faux, ce qui voulait dire que quelqu’un d’autre était là et ce quelqu’un pouvait n’être que cette fée…


    Ariez va me tuer… Inspirant un bon coup, sa tension était retombée et il pouvait se permettre de réfléchir calmement. Lacère sa chaire de ton froid, ronge ses os de tes crocs et abandonne ses restes dans la glace qui tapisse tes traces. Fenrir, soit sa fin et mon compagnon dans ce combat.

    Le château n’avait pratiquement pas de secret pour le virus, alors voir ce trou et entendre l’explosion pouvait suffire à donner l’endroit où se cache Auron pour y invoquer le loup de glace à ses trousses. Le combat pouvait se faire sentir d’ailleurs, un invocateur doit sentir ses chimères pour les guider après tout et son ordre était simple : Tue l’homme en rouge. Ce dernier fuyait à travers une fenêtre, ça allait simplifier les choses et éviter d’énerver d’avantage la princesse. Bell ignorait que cette fée suivait Auron aussi pour se battre mais son ordre était à la fois simple et précis pour qu’elle ne court aucun risque…L’invocateur marcha pour faire le tour du château, pour se ménager mais aussi pour éviter de perdre la trace de sa proie alors qu’il cherchait de quoi assister sa chimère qu’il sentait bondir sur Auron avant de se faire repousser. Un en particulier lui venait en tête…sa manière d’être en quelque sorte plus présent face à l’Aurore Rouge.

    Pardonne-moi de ne t’avoir jamais nommé, mais offre moi ton pouvoir encore une fois, puise dans mes forces et ne faisons qu’un malgré la distance. Soit la foudre qui incendie ce qu’elle frappe, soit le tonnerre qui effraie mes ennemis car l’orage gronde derrière nous.

    Le poing gauche serré, levé comme une prière face à son visage pour faire appelle à la chimère qui lui est propre, son animus sans nom… Combinant la fureur de son animus avec leur lien profond pour renforcer leur élément naturel qui imbibait son chacal qui se tenait à ses côtés. Le pelage noir aux reflets bleutés, plus proche du chacal égyptien qu’on pouvait voir sur des fresques. Une noblesse dans sa posture mais le regard qui inspirait la méfiance absolue…l’aura de foudre qui l’entourait aurait pu lui donner un air de divinité s’il ne s’était pas tourné vers son invocateur et dire

    T’as vraiment pas plus en stock? On a un tigre blessé et enragé, et ton loup commence à fatiguer.

    T’étais plus commode à Halloween. Je m’occupe de la suite, dépêche toi d’y aller et c’est tout.

    C’était son animus après tout, jamais très optimiste lorsqu’il s’agit d’un combat… Bell laissa son chacal bondir au-dessus des arbres et admirer l’agilité et la rapidité que lui offrait sa combinaison d’invocations. Il le sentait d’ailleurs tomber du ciel derrière Auron se jeter sur sa nuque alors que Fenrir avait atteint ses limites, la lame du guerrier qui avait meurtrie sa chair et rougit son pelage blanc. Le virus se mit à claquer des doigts cinq, six, sept fois peut-être pour faire appel au même nombre de faiseurs de miracles autour de l’aurore, de la fée et de son animus. De quoi booster les attaques élémentaires et renforcer les pouvoirs du chacal au prix de laisser Auron en profiter aussi.

    Le cœur qui naquit d’une machine était dans les jardins à ce moment-là, et continuait à invoquer des monstres pour soutenir ses deux alliés. Des sylphides pour drainer les forces de Auron, des bombos pour servir de bombes…C’est lorsque le combat se mit à faire rage que l’homme en bleu compta le nombre d’Ether qui lui restait et dessina dans l’air un cercle pour invoquer Omukade pas très loin de son adversaire qui pourra voir un scolopendre monstrueux traverser la forêt pour lui faire goûter le tranchant de ses pinces.  


Dernière édition par Bell DiArmag le Jeu 14 Nov 2013 - 21:16, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 61
Age : 35
Date d'inscription : 04/04/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
129/200  (129/200)
Lun 9 Sep 2013 - 23:44
[Nouveau fond, nouvelle couleur]

... J'aurais dû le fumer tout de suite, ça m'apprendra à me retenir, le voilà qui prends la fuite ! M'en vais lui ... eh ... c'est quoi cette grosse bestiole bleue, là, je l'avais pas vu ... J'suis pas en forme moi. C'est quoi, un loup ? M'a l'air bien froide pourtante la chose ... bah, vu qu'elle à l'air d'en avoir après l'intrus, on va dire que c'est un pote ... j'espère. En tout cas, le prédateur viens de se mettre à courser le gusse en rouge par la fenêtre, j'ferais mieux de suivre fissa avant de me faire distancer ... hôla ... mais c'est que je vole pas tout à fait droit, moi ! Qu'est ce que ... mais c'est pas vrai, j'arrive pas à me stabiliser ! ... Attends, c'est pas un de ces trucs débiles comme quoi si on a trop tourné sur soi même on a un machin dans l'oreille qui tourne plus rond et te fait perdre l'équilibre ? Ah mais zut, quoi ! ... Bon, tant pis, faut espérer que le gars se rende pas compte de ce petit détail. Au pire, je tirerais dans le tas et ca passera tout seul ... Quoi qu'il en soit, en avant !

Et ... formidable, je viens juste de me rendre compte que dehors, c'est la forêt ... donc défense de tirer à vue, ca veux dire, sinon, je vais me retrouver à la rue pour la deuxième fois si par "inadvertence", je venais à y mettre le feu. Autant dire que ça m'arrangerais pas ...

Bon, essayons de suivre le tas de froid à fourrure sans me prendre trop de branches pour commencer, ça m'aiderais ... Ah tiens, d'ailleurs, je crois qu'ils se fritent entre eux, déjà, je sens le mouvement thermique d'ici. J'espèrer au moins qu'elle m'en laissera ! Y'a un minimum quand même de savoir vivre, j'ai droit à ma part de massacre ! Déjà que je dois partager, hein ... ... Heu? C'était quoi ce mouvement, là haut ? ... J'aurais crû ... Ah, ça fait rien, je me concentre, massacre, destruction et tout ça ! Pas me laisser distraire alors que j'arrive sur eux !

Et nous y voilà, avec du retard ! Voilà-t-y-pas que le fauve m'en a charclé un bout en mon absence si on en croit le sang, ce qui veux dire qu'il va falloir que je trouve fissa un moyen de shooter le type ... sans tirer à côté, ce qui risque de pas être évident ... vivement que ca passe ca me stresse ce déséquilibre débile ... voyons voyons ...


"KHYAAAHHH !!!"

... C'était quoi ça ??? L'ombre qui vient de tomber depuis le haut des arbres ? Un coup foireux ? Un sans coeur perdu ? Un responsable télémarkéting embusqué ? ... Un autre fauve ? Oh mais c'est quoi, une sortie de groupe organisée pour le zoo du coin et personne ne m'a prévenue ? Encore une chose à rajouter sur la liste des mystères à expliquer ou oublier ... Quoi qu'il en soit, au vu de sa prise de position, je crois pouvoir dire que j'ai pas trop de chose à en craindre, vu qu'elle tient le type à l'oeil et qu'elle se fiche éperduement de moi. Champagne, plus y'a de cibles, moins y'a de chance qu'il me tape dessus une nouvelle fois le fuyard. Manquerais plus qu'il y en ai une petite quinzaine et ...

...

Je rêve ... Oui c'est ça, le coup sur la tête était pire que prévue, je vais me réveiller ...

Nan parce que ... c'est quoi les chances pour que j'ai très exactement maintenant une quinzaine de créatures qui se ramènent ? Et en plus y'a des bombos, mes cibles favorites, accompagnés de ... dés, ce qui est tout sauf probable donc obligatoirement un songe.

Bon, donc postulat de base ... si tout ça n'est qu'un rêve, qu'il me faut juste en profiter avnt d'être réveillée par le regard vide de ma bestiole ombrée ... ON VA PAS SE FAIRE PRIER ! Autant qu'à faire, faisons les choses bien. Vu qu'il y a plein de support, on va prendre notre temps ... préchauffons donc tout ça ! Un de mes tours préférés, avant de faire sauter quoi que ce soit, le plus drôle reste encore de s'assurer que ce qui devait simplement fondre soit vaporisé sur place. Et pour ça, rien de tel que de déployer mes ailes à pleine température et laisser les radiations faire leur travail d'agitation moléculaire. Ca prend une petite minute, mais j'ai jamais été déçu du résultat. Ah ça, je me souviens de la dernière fois, y'avait plens de types qui se sont affolés en cherchant le missile atomique qui aurais dû attérir dans ce fichu désert ! Enfin ... rien que le préchauffage, ça calme beaucoup d'ardeurs ... ça enflamme l'air derrière moi tellement ca chauffe, vive l'oxygène pour ça ! Mais surtout, dans quelques instants ... c'est l'azote qui deviendra combustible ! Et là, on va vite rire quand le moindre brasier aura des proportions de guerre mondiale ! Best rêve ever, je le sens déjà !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Ven 4 Oct 2013 - 12:32
    Bell DiArmag... Auron l'a laissé seule quelques minutes et en voici le résultat prévisible. Plus de créatures qu'il ne peut en compter... et chacune d'elle aurait ses chances. L'Aurore Rouge ne voyait pas vraiment d'échappatoire. Ce soir-là... on aurait véritablement dit un cadavre. La peau plus livide sous le clair de lune, le visage creusé, presque déformé par la fatigue. Des cheveux et une barbe depuis longtemps plus entretenus... les habits usés et le corps meurtris. Un mort qui chemine encore... mais qui ne se bat plus vraiment. Trop de chimères, d'attaques, de sorts... Auron est submergé et se retrouve à devoir encaisser du mieux de son possible. Avec le chacal c'est pas passé loin... il n'a pas eu sa nuque mais lui a fait une belle morsure à son épaule. Le nuage de fée autour lui fait quelque chose, comme un sort qui l'épuiserait.

    Des flammes mauvaises frappent juste à côtés d'Auron, brûlant un peu d'herbe avant de se dissiper. Il n'a même pas pu esquiver... son corps est comme paralysé. Il tient debout... et se demande comment. La douleur est présente dans son corps, des pieds à la tête... il n'arrive plus à tenir son arme. Le mercenaire veut se battre, ça ne peut décidément pas finir comme ça.
    Pourtant... son corps ne peut plus rien faire, au point d'en lâcher son arme de fortune.

    Kuzfo, c'était déjà un sacré morceau. Une bête sauvage incroyablement puissante...

    Mais Bell... est une armée à lui tout seul, Auron était déjà submergé... alors qu'est-ce que ce serait avec Ariez ? C'était une erreur de sous-estimer la Coalition Noir. Son sort dépendait de Bell... c'est une autre défaite.

    Beaucoup d'échecs ces derniers temps... ça lui rappelait les plus grandes défaites de son existence, celles qui le hantent. Ça l’enrageant, s'était-il ramolli à ce point ? Tout portait à croire que oui... c'est décidément une sale journée.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Jeu 14 Nov 2013 - 22:30

    L’animus représente l’âme d’un être, son totem, son jumeau, c’est du moins ce que pensait Bell. Son animus combattait l’Aurore rouge de toutes ses forces avec la vitesse de la foudre qui l’imbibe mais alors que les coups pleuvaient sur le mercenaire, le chacal s’arrêta en retrait pour observer son ennemi. L’invocateur n’était pas conscient de l’ordre qu’il venait de lui donner, leur lien était profond, presque unique pour que la bête puisse prétendre pouvoir deviner la moindre pensée du virus….

    On disait de cet homme être un samouraï dont le courage et les nerfs se reflétaient dans la perfection de sa technique au sabre, puissant mais mortellement mortel quand il décidait de tuer car c’était ce qui faisait de lui un vrai guerrier : le choix de laisser vivre quand il peut tuer. On le sait mais Auron était sans doute le mercenaire le plus admiré et le plus reconnu parmi les mercenaires, et ce titre lui appartient encore…mais…

    L’animus représente l’âme d’un être, son âme, son jumeau, il est l’être…Le chacal sans nom de Bell observait cet homme qui ne faisait que se défendre, un homme qui semblait abandonner alors que sa légende était loin d’être terminé, son histoire loin d’être achevée…Le chacal grogna en silence sous le tintamarre des explosions. Lentement, les chimères se calmèrent, le restant des bombos disparurent sans feu d’artifice… L’animus prit une pose d’attaque, se retenant à peine…Bell se tenait le front des deux mains, les dents serrés pour nourrir sa soudaine rage qu’il ne pouvait s’expliquer… à cet instant, les jumeaux poussèrent un cri de rage. Le chacal attira l’attention de Auron pendant que le virus leur créait un ring avec l’aide de son scolopendre. Ses fées s’occupaient de l’énergie de cette Pun et la poussaient pour la tenir éloigner… les faiseurs de miracles en créaient donc un en cet journée de combat : Soigner comme ils le pouvaient le mercenaire.

    C’était stupide, réellement stupide mais c’était aussi une envie du virus qu’il ne pouvait pas avouer…l’envie de se battre, de faire face à ses ennemis avec ses chimères au lieu de rester en retrait comme il l’a toujours fait…Ah, les idées des mercenaires doivent l’avoir marqué… Alors admire cette bête, Auron ! Admire la bête qui partage le désire de son maître de te combattre et tend l’oreille pour entendre ses paroles dans les grognements de la bête !


    Réveille-toi et bats-toi ! Prend ton épée et bats-toi ! Affrontes-moi ! Affrontes-moi ! Affrontes-moi, l’Aurore Rouge !  
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 61
Age : 35
Date d'inscription : 04/04/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
129/200  (129/200)
Sam 16 Nov 2013 - 18:20
Eh eh eh eh ahaha ... quoi ... ? Nan mais comment ça, le soigner ? Mais hé oh, c'est quoi ce rêve à deux balles ? Me dites pas que c'est un truc dans mon subconscient débile qui dit que c'est pas mon combat, j'y crois pas ! Et ... eh, mais quoi encore ! Pourquoi y'a des copines qui me poussent ? Nan mais c'est pas possible ! Tirez vous du champs de tir, bande de nazes, vous voyez pas que ca fait des siècles que je rêve comme là de vouloir faire un carton pareil ? ... Non, vous comprenez pas le langage des yeux qui veulent du massacre ? Bah tant pis, plus que quelques degrés et je vous range au rayon dommage collatéraux sans l'ombre d'un-

*Cling*

"... AIIIIiiiiieeee !!! ... Que ... non ... mes ailes maintenant ? Elles se sont fissurés ? Mais comment ... c'est un cauchemar ! Je vais me réveiller, c'est pas possible, ma température qui baisse ! C'est ça, je me suis pissé dessus de plaisir, hein, HEIN ? Pitié non ... pas là ... j'veux me le faire ... il est ... c'est pas ...
Non, je ...

J'ai ...

...

Froid ..."


*Paf*

... Eh oui, quand Pun perd la source de chaleur, elle s'évanouie en attendant que les cristaux dans son dos se reforment, ce qui prends quelques jours et arrive quand elle consomme trop d'énergie ou que les cristaux eux même sont cassés par exemple, oh, des suites d'un coup de pied vivace ! Bonne chance Bell !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Mer 4 Déc 2013 - 17:28

    Décidément... tu as changé, Bell.

    Auron laissa cette épée tombé au sol... ce n'était pas une mauvaise lame, mais ce n'était tout simplement pas assez lourd pour lui. Il peinait malgré tout à s'y habituer. Quand aux soins... ça faisait du bien, sans être en mesure d'effacer les traces d'un combat avec le monstre dénommé Jecht. Le samouraï l'avait mauvaise, jetant un regard noir au chacal. C'était noble de sa part... honorable même et ça, l'Aurore Rouge ne l'aurait jamais imaginé. L'invocateur avait changé, ce n'était plus le même homme. Qu'est-ce qui pouvait bien en être la cause ? Ariez... ? La Coalition Noir ? Ou tout simplement les ténèbres ? Peu importe... Auron n'était pas en droit de refuser ce duel et n'en avait aucune envie. Ça tombait juste incroyablement mal. Sans vouloir être méprisant, le mercenaire avait mieux à faire que de satisfaire ses caprices. Lui qui est si avare devrait comprendre.

    Je traque un monstre qui a volé mon sabre... et dès lors que je l'aurais récupéré, je t'affronterais. Au maximum de mes capacités, comme tu le souhaites.

    Auron observait l'animus, comme s'il observait Bell lui-même, celui-ci semblait réfléchir... mais le temps presse.

    Je n'ai qu'une parole ! Reportons ce duel... retrouvons-nous à Oerba, toi et moi. Laisses-moi régler mes affaires ou tues-moi maintenant.

    Et il sembla... que toutes ses invocations soient plus calmes. Auron pu partir... et si Bell a appris la fierté, l'Aurore rouge peut bien apprendre l'humilité. Écoute bien,Bell... car il ne le redira pas deux fois. Sans se retourner, il lui lança...

    Merci...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Dim 15 Déc 2013 - 21:40
    Ça finissait donc comme ça. Alors que l’invocateur ressentait une soudaine envie de se battre, les sensations qu’il senti à travers son animus le calmait, renvoyant une à une ses invocations si ce n’est le chacal qui restait pour entendre les pas de Auron s’éloigner de lui. C’était une sensation étrange, Bell ne pouvait pas avoir entendu les paroles de l’Aurore Rouge mais c’était exactement comme s’il était à la place de sa chimère, chimère à laquelle il ordonna de ramener sans discuter cette Pun… Le combat était finit, la victoire peut-être sienne sans pourtant en avoir la joie des vainqueurs. Un homme en bleu se laissa tomber sur l’herbe et fixa le ciel en se reposant sur ses mains, la fatigue le rattrapant.

    Le virus aperçu au bout de quelques minutes son chacal qui portait Pun par le col, marchant paisiblement bien que l’un pouvait lire une forme étrange de tristesse. La bête déposa la fée aux côtés de son maître avant d’aller s’allonger sur les jambes de celui-ci, haletant un peu après un tel combat et méritant une caresse du virus pour le remercier.


    Tu as bien combattu, Jazz.

    C’est quoi ça, Jazz ?

    Ton nom je pense, c’est un genre de musique que j’affectionne.

    Ça sonne bien… Enfin, tu n’as plus besoin de moi je pense. Laissant le chacal se relever, il ne pouvait s’empêcher de le regarder dans les yeux en se posant une question. Le nouveau nommé Jazz comprit bien vite, regardant au loin alors qu’il s’en allait dans cette direction. Il te donne rendez-vous à Oerba pour finir ça. Il doit récupérer son épée si j’ai bien comprit.

    Oerba hein ? Je me trompe peut-être mais il a dit quelque chose de plus…non ?

    Bell regardait sa chimère s’arrêter et lever la tête vers le ciel, gardant le silence alors que son corps devenait lentement transparent, signe qu’il était sur le point de s’en aller. Jazz le chacal ne se retournait pas, ne daignait pas regarder son maître qui attendait une réponse qu’il connaissait déjà sans le savoir. L’image de la bête, ses traits étaient déjà un souvenir pour le moment alors qu’il laissait son maître…

    "Merci"

    Le virus resta comme figé, son animus était déjà parti mais lui pouvait encore trembler à l’idée que Auron l’ait remercié de l’avoir laissé partir. Il aura donc à nouveau l’occasion de le combattre… Est-ce que c’était là ce qu’on ressentait lorsqu’on se battait avec honneur ? Bell se le refusait, l’idée de combattre le mercenaire relevait plus de l’envie, l’envie de posséder quelque chose même s’il s’agissait d’un fait… C’était sans doute dû à sa cupidité qu’il désirait une victoire honorable sur le mercenaire, une victoire dont personne ne pouvait réfuter la légitimité ou en dire du mal. Une victoire parfaite contre un adversaire renommé… ça sonnait bien.

    Bell finit par sourire et regarder le ciel avec plaisir, riant doucement à l’idée de pouvoir affronter l’Aurore Rouge et ajouter cette victoire prochaine à ses trésors. Enfin, c’était bien beau tout ça mais il va avoir du boulot pour arranger un peu le château avant que Ariez ne découvre toute l’histoire… Le virus finit par se relever, prenant Pun au passage et la portant comme une petite princesse endormie vers un canapé un ou meuble doux dans le château…s’il arrivait à esquiver les coups de poings et de pieds qu’elle donnait alors qu’elle rêvait.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Drapeau Blanc
Masculin
Nombre de messages : 778
Age : 24
Date d'inscription : 23/12/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
225/550  (225/550)
Jeu 16 Jan 2014 - 22:07
Exploit accompli.

Tout n'est pas parfait.

J'étais sûr, au moment où les premiers rps ont été notés, que je déchargerais toute ma haine sur le commentaire.

Je rappelle brièvement tous les problèmes de cet rp :

- Ariez qui voulait emprisonner Auron dans ses cachots... mais consciente que "Olala Auron est beaucoup trop badass !" déserte le château et le vide de tous ses habitants, laissant Auron se barrer avec les prisonniers super précieux, seuls trophées d'une Coalition noire à ce moment-là au plus bas.

- Auron qui veut reproduire le schéma de l'évasion de Jecht. Bonne idée. Sauf qu'il le fait un jour après être enfermé, encore mourant, alors que Jecht a pris huit mois. je ne voulais certainement pas que tu prennes huit mois, Auron... mais là t'es limite censé être mort.

Evidemment, le premier problème a été réglé. Je le rappelle néanmoins, non pas pour vous rabaisser, mais parce que l'existence-même de cet rp n'a pas de sens. Je rappelle que Bell va laisser Auron se barrer... Conformément à ce que je lui ai demandé. Mais à ce prix-là, fallait pas enfermer Auron, Coalition noire.

Votre chance, c'est que je ne suis plus en colère... en plus du fait que c'est un bon rp.

Pas parfait.

- Auron... le haki des rois, tu l'utilises tout le temps (pour ne pas dire "trop"). Tu l'utilises tout le temps en l'introduisant d'une manière bien classe... mais au final, comme tu le fais dans absolument tous tes combats sérieux, ça pète tout ton effet.

Mais plus encore, on dirait que tu crois que c'est... une compétence qui s'utilise comme ça, sans problème.

Or... C'est une rang 5, je rappelle. Une rang 5, ça ne s'utilise jamais sans effort. Or, c'est limite si tu ne l'utilises pas du début à la fin du combat. Ca te pompe de l'énergie.


- Auron, encore une fois. Tu as certes la dextérité suffisante pour esquiver une balle, mais tu n'as certainement pas la vitesse qu'il faut pour agir si rapidement. Or, là où j'en suis, tu t'es démerdé pour dévier, parer, esquiver toutes les balles. Mais c'est pas un ballon de plage, ça va vite.

- Auron, encore. "A l'endroit où était Auron... un geyser de flamme s'élève dans les airs et le gorille noir... se prends un coup de poing brise-roche. Ciao."
Un geyser de flammes ?
Tu as Geyser, oui... Mais tu n'as aucun sort de Brasier. C'est pas parce que tu as une nature élémentaire de feu, et que tu utilises des armes de fureur en flammes, que tu sais faire un geyser de flammes. Qu'on ne me dise pas que c'est pas évident, surtout ^^.

"Geyser : Actif. Celui qui détient cette magie, peut accumuler un élément sous terre et le faire exploser sous le premier humain qui marchera dessus. Mag : 28"


Alors une autre chose, pour Auron. Tu as reproché (j'étais là) à Pun de ne pas pouvoir se relever après un coup de pied de sa part... Alors oui c'est vrai, tout comme il est vrai que tu ne devrais pas être capable d'avoir autant d'énergie alors que la veille, tu t'es fait ouvrir. Ca, je pense te l'avoir déjà dit.

- Bell, pour être sincère... Ce moment où tu soignes Auron, j'y ai pas cru une seconde. J'ai trouvé ça mal joué, peu cohérent, zéro émotion. C'est peut-être le moment du rp où je me suis dit le plus "Ca c'est vraiment bidon".

La réponse d'Auron, par contre est bien... inattendue, logique tout en étant puissante.


... Bon... Là j'ai dit tout ce qui n'allait pas. Passons aux rares compliments.

Le rp n'est pas du tout chiant. Il est assez long sans qu'un moment je me sois dit "Oh pitié, qu'on les abatte". Les principaux problèmes relèvent des abus d'Auron... Sans que ça affecte la qualité du rp.

Le combat est bien, sans plus. Il est bien.

J'ai beaucoup aimé Pun, même si sur le moment, quand j'étais préoccupé par le fait de ne pas laisser les prisonniers partir, j'avais envie de t'assassiner, Niko. Faut arrêter Auron, je te mets sur le coup avec Bell et tu décides de faire absolument n'importe quoi !

Oui la relation entre Bell et Auron est sympa.

Un petit truc m'a choqué. Auron dit "Natsu n'est pas l'ultime bras armé du Centurio" ... Détrompe-toi, Auron ^^, il t'explose !

Et voilà, Auron et Bell, vous êtes biens, fidèles à ce que vous faîtes d'habitude.

Donc voilà, mon appréciation est bonne.

J'ai toutefois remarqué qu'à part une fatigue méritée pour chacun de vous, la difficulté n'est pas tout à fait intense. Au fond, vous mettre une grande difficulté pour ça serait comme vous donnez une récompense pour ce que j'ai déjà récompensé. La grande difficulté est là à cause de vos précédents exploits !

Alors !

Pun : mission périlleuse. 39 xp, 330 munnies et 3 PS en défense.

Auron : Mission périlleuse. 37 xp, 320 munnies et 1 PS en vitesse, 2 PS en psychisme.

Bell : mission périlleuse. 37 xp, 320 munnies. 2 PS en dextérité et 1 PS en psychisme.





_______________________________
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Partir un jour, sans retouuur ~ [PV]
» Est-ce qu'on pourra parler un jour sans s'engueuler ? [Fini]
» Partir un jour sans retour || feat Jayden
» Noël est le seul jour de l'année où les hommes se conduisent comme les oies du Périgord, mais sans se forcer. | Willow & Kassim & Zohra
» Le palais Sans-souci en Danger