Derniers sujets
DésinformationHier à 19:31Huayan SongBalade nocturneHier à 11:41KestiaLa négociatriceLun 16 Juil 2018 - 23:13Maître AquaLe Tour de ClopinLun 16 Juil 2018 - 17:41Arthur RainbowAbsenceLun 16 Juil 2018 - 13:28ShadowPromenons-nous dans les bois -Dim 15 Juil 2018 - 9:48Vesper EarlLa guerrière satyre AmbrosiaSam 14 Juil 2018 - 18:24AmbrosiaFace contre TerreSam 14 Juil 2018 - 0:36NarantuyaaPeins moi ça en noirVen 13 Juil 2018 - 3:49Jack InèrsseDemande graphique?Jeu 12 Juil 2018 - 18:40KairiAu fond du gouffreJeu 12 Juil 2018 - 13:57Cassandra PentaghastLa Chute de NottinghamJeu 12 Juil 2018 - 10:41Heinrich VentrecrocIl y a toujours un cheminMer 11 Juil 2018 - 23:39Fabrizio ValeriDans un souci logistiqueDim 8 Juil 2018 - 13:59Kurt BrownCe qu'on fait par AmourSam 7 Juil 2018 - 16:31Maître Aqua
Peintre des Rêves

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
288/550  (288/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 19 Fév 2013 - 17:45
    « C'est toi Ukiyo ? » Demandait un homme patibulaire, mais le songe restait dans un sang-froid à toute épreuve. Ils étaient dans une ruelle déserte d'à peine deux mètres de large. L'homme se tenait sur le pas d'une porte. « Oui. » Répondit impassiblement le peintre, il n'attendait qu'une chose, pouvoir entrer calmement. « Va falloir que je te fouille avant. » Ukiyo soupirait, bien qu'il comprenne ce passage, il était exaspéré et la seule chose qu'ils trouveraient sur lui est un pinceau. Personne ne se méfie d'un pinceau. « Très bien, si j'y suis obligé, faites-le. »

    Le grand gaillard plaqua donc ses mains contre Ukiyo tapotant là où pourrait se trouver une arme quelconque. « C'est quoi ça ? » Il venait de trouver l'objet du peintre. « Rien de plus qu'un pinceau, je peux entrer ? » L'homme prenait quelques secondes de réflexion. « Je le garde, tu le récupéreras quand tu sortiras. » Ukiyo se retint de soupirer une nouvelle fois.

    Ils purent entrer dans un couloir et au bout se trouvait une pièce assez confinée. S'y trouver à plus de dix serait trop. Le songe avait bien compris que ce n'était pas le quartier général de ses hommes. Le but de cet endroit était d'empêcher la fuite, quiconque ferait quelque chose de fâcheux serait abattu avant même d'avoir parcouru la moitié du couloir. Ce n'était pas l'intention de l'invité.

    Il pouvait alors voir trois hommes armés en plus du videur. L'un d'eux, le « patron » comme les autres l'appellent était assis à une table observant le contenu d'un sac. Personne ne parlait et Ukiyo ne voulait pas briser ce silence, il attendait avec patience, ce n'était pas à lui de diriger cette scène. Le sac était plutôt imposant et le patron ne le lâchait pas des yeux avec un rictus malsain.

    « Jack m'a dit que c'est toi qui nous a donné ça. » Aucune présentation, ni même de formalité, ils entraient dans le vif du sujet sans fioriture. « C'est le cas. » Le regard du patron était impossible à juger. Était-il heureux de cette nouvelle ou prenait-il simplement Ukiyo pour un idiot ? « Et où t'es-tu procuré tout ça ? » C'était au tour du songe de sourire, il n'y avait pas beaucoup de personnes au monde capable d'accomplir cela. « Je me le suis procuré chez l'un des deux milliardaires que je connaisse et il ne s'agît pas de Rufus Shinra. » Cette fois-ci, Ukiyo parvenait sans mal à lire dans les yeux de son interlocuteur, il était impressionné. « T'es en train de me dire que tu as volé Balthazar Picsou ? Le gars le plus paranoïaque au monde ? » Le peintre acquiesça. « Et tu veux nous faire croire ça ? Qui me dit que ce n'est pas un coup de la Shin-Ra justement ? »

    Ukiyo soupira une nouvelle fois. Les gens étaient parfois si lents que c'en devenait agaçant. Devoir tout expliquer jusqu'à la plus simple évidence était d'un ennui incomparable. « S'il s'agissait d'eux, vous seriez déjà morts, au contraire, c'est à eux que je veux m'attaquer. » Le patron passa les doigts dans son épaisse barbe mal taillée. « Pourquoi ? » Qui peut bien vouloir savoir les raisons qui poussent un homme à s'en prendre à la compagnie Shin-Ra ? Il y en a tellement qu'en savoir plus n'a aucune importance. Il est bien plus étonnant de voir une personne qui n'a rien contre cette entreprise.

    « Pourquoi ? C'est simple, ils nous entubent. Vous, moi, tout le monde. Ils se font du profit sur notre dos pour engranger encore plus. Je cherche juste à investir mon argent là où il me semble judicieux de le faire. » Le patron regardait de nouveau le sac d'argent, il y en avait énormément. « Pourquoi nous donner de l'argent et pas des armes directement ? » Encore et toujours des questions. « Parce qu'une partie est pour vous armer de la manière qui vous plaira le mieux, le reste pour ce que vous voulez. Si vous avez le désir de créer un réseau de drogue, de commerce humain, avec cet argent, vous pourrez faire ce que vous voudrez. » Le barbu se mit à rire. « J't'aime bien toi, mais on aura jamais assez pour faire tout ça. » Un silence s'installa brièvement. « C'est parce que je veux être sur que vous êtes ce que je recherche. Faites vos preuves et si je juge vos avancées satisfaisantes, je vous verserais une plus grosse somme. »

    Ukiyo se retourna, il n'avait plus aucune raison de rester et eux n'avaient aucune raison de le retenir. Les graines sont plantées, le peintre avaient d'autres choses à faire, mais avant d'être sorti, il ajouta une dernière chose. « Vous ne m'avez jamais vu, j'espère que ça tombe sous le sens. » Il récupéra son pinceau et s'en alla.
messages
membres