Derniers sujets
» Froide Noblesse
par Huayan Song Hier à 19:52

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Hier à 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Hier à 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Jeu 16 Nov 2017 - 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Jeu 16 Nov 2017 - 5:58

» Il était une fois ... Toxine (En cours )
par General Primus Jeu 16 Nov 2017 - 2:06

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Shadow Mer 15 Nov 2017 - 16:46

» Sauver Tania [Exploit]
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:56

» Déménagement
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:34

» Contrats - Demande de Mission
par Merrion Dexelo Mar 14 Nov 2017 - 23:00

» Fiche d'Identité de Narantuyaa
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 9:17

» Attaque Nocturne
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 2:54

» Avant de poster dans Histoires de Grimm...
par General Primus Mar 14 Nov 2017 - 0:15

» L'âme d'un chercheur
par Huayan Song Lun 13 Nov 2017 - 15:45

» La fiche d'identité de D.Va
par D.Va Lun 13 Nov 2017 - 15:03


Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Rufus sans refus !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Propriétaire
Masculin
Nombre de messages : 34
Age : 23
Localisation : Là où il y a un peu d'or !
Date d'inscription : 10/01/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
153/0  (153/0)
Lun 4 Fév 2013 - 3:17
« Rufus sans refus ! »

La dernière fois que Renart a été aussi classieux, c’est… ouais, c’était hier ! Il faut néanmoins préciser que, particulièrement aujourd’hui, il est d’une classe incroyable. Il transpire l’élégance, le luxe et l’opulence. Il porte un smoking qui vaut une fortune – qu’il se fera rembourser après l’avoir utilisé en bonne et due forme – et son pelage n’a jamais été aussi soyeux. Il marche dans les couloirs du vaisseau-mère et tous sont immédiatement abasourdis par tant de fabuleuse beauté. Les gens perdent pied, perdent l’équilibre et perdent leur sens ! Y’a même un garde qui a laissé tomber son fusil d’assaut en le voyant arriver. Ouais, ‘faut dire que, ce matin, il est particulièrement impeccable.

Je vois, je vois bien que vos yeux sont plissés par le doute. Je vois toute l’incompréhension qui vous habite alors que vous lisez ces quelques lignes. Ne vous inquiétez pas, j’allume votre lanterne et je vous éclaire un peu plus sur le sujet ! En fait, dans quelques minutes, Renart se trouvera dans l’office même de l’impératif empereur du cartel de la Shinra pour discuter de plans d’avenir. Après tant d’années à toquer à sa porte sans réponse et à voir ses ambitions totalement détruites par Rufus, Renart peut enfin faire valoir ses idées, faire valoir son intelligence infaillible. Et c’est dans un état esprit allègre et béat qu’il se dirige vers ledit lieu de rencontre. Il a peut-être l’air impassible de l’extérieur, mais, à l’intérieur, c’est le chaos ! Autant il est rare que l’angoisse s’empare de lui, autant il stresse, en ce moment, comme s’il allait rencontrer une divinité supérieure. Il doit se calmer.

Paniquer, c’est une réaction faible. Une réaction de poltrons. Et Dieu sait à quel point Renart n’est pas poltron, même qu’il est doté d’un courage incroyable. En respirant silencieusement, mais profondément, il tente donc de reprendre son souffle et d’apaiser son âme tourmentée.

Là-bas, à quelques mètres, se dresse la fameuse porte qui mène vers le bureau du président. Se dressent aussi une bonne dizaine de gardes, armés jusqu’aux cheveux, qui pointent leurs fusils agressivement vers Renart, en plus de le toiser avec des yeux méchants. Il se dit donc qu’il ne doit pas faire de mouvements brusques, au risque de se métamorphoser en passe-thé ambulant (j’aurais aussi pu le comparer avec une passoire, mais ça manquait vraiment de crédibilité). Il demeure donc placide, marche lentement, tranquillement, comme s’il marchait dans un champ de mines et qu’il risquait de mourir à chaque instant (bon, c’est à peu près le cas que vous me direz).

Ainsi… Il arrive. La tête haute, il arrive. Les surveillants le regardent un peu, admirent probablement son costume et son élégance avant que l’un d’entre eux murmure dans sa barbe :


« Déclinez votre identité. »

« Ai-je réellement besoin de présenter le renard que je suis ? » demande-t-il avec une arrogance brisée par une certaine peur, mais surtout une peur certaine.

« »

« »

« … Euh, ouais. »

« Bande d’incultes ! Je suis sir Renart, et j’ai aujourd’hui rendez-vous avec Rufus Shinra, cet homme si puissant. »

« En effet. Vous êtes bien sur la liste, mais on va procéder à certaines mesures de sécurité avant. »

« C’est-à-dire ? »

Un garde le plaque contre le mur et le fouille. Il passe ses mains dans sa chemise, dans son veston et effleure même vers le haut de ses cuisses ! « J’suis pas à l’aise, en fait », que Renart murmure pendant qu’il est violé par toutes ces mains. Après quelques secondes de malaise constant, on lui retire son révolver, sa canne et même son haut-de-forme qui pourrait être considéré comme une arme contondante et un objet potentiellement dangereux pour les voies respiratoires de Rufus. Le Propriétaire n’ose pas trop rouspéter et se contente de se soumettre à ces mesures de sécurité.

Cela fait, il se fraye un chemin parmi les imbéciles sur-armés et entre dans le fameux office du chef de la compagnie. Il ne prend même pas la peine d’admirer l’opulence des lieux pour distinguer presque immédiatement Rufus Shinra à l’autre extrémité de la pièce.


« Comme on se retrouve, monsieur Shinra ! s’exclame-t-il sans attendre. Oh ! et passons les formalités et entrons illico dans le vif du sujet, si le voulez bien… Je suis en fait ici pour vous proposer des plans prometteurs pour le futur de votre influente compagnie. Vous avez reçu la lettre qui introduisait ma perspective, n’est-ce pas ? »

Renart balaye les lieux du regard pour se rendre compte que sa fameuse lettre est bien confortablement assise sur le bureau principal de Rufus. Il en est presque fier.

« Qu’en pensez-vous ? Je pourrais bien divaguer par la parole durant des heures, mais j’aimerais bien connaître vos inquiétudes avant de m’élancer dans une tirade qui pourrait ennuyer l’admirable personne que vous êtes… »

Phase première entamée : cirer les bottes du président pour optimiser les chances de réussite.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 412
Age : 21
Localisation : Vaisseau-Mère
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
286/650  (286/650)
Lun 4 Fév 2013 - 13:23
    J'étais tranquillement dans mon bureau, au calme, travaillant sur les rapports scientifiques de la semaine passée. Ça n'avançait pas... Je ne demandais pourtant pas grand chose ! Et pourtant... Je devais peut-être en « virer » quelques uns, histoire de raviver l'efficacité des autres...

    Monsieur le président. Votre rendez-vous de ce matin.

    Manquait plus que ça... Il venait me déranger en plein travail ? Et pourquoi ? Pour venir discuter d'un de ses projets encore abracadabrantesques. A l'instant même il rentrait dans la pièce, je le savais, je le sentais... Je faisais tout pour garder mon calme... S'ils me donnaient des rapports concluants... Passons.

    Comme on se retrouve, monsieur Shinra ! Oh ! et passons les formalités et entrons illico dans le vif du sujet, si le voulez bien… Je suis en fait ici pour vous proposer des plans prometteurs pour le futur de votre influente compagnie. Vous avez reçu la lettre qui introduisait ma perspective, n’est-ce pas ? Qu’en pensez-vous ? Je pourrais bien divaguer par la parole durant des heures, mais j’aimerais bien connaître vos inquiétudes avant de m’élancer dans une tirade qui pourrait ennuyer l’admirable personne que vous êtes… »

    Des plans prometteurs vous dites ? Renart, j'ai pris connaissance de votre projet, et ceci me semble encore trop vague. Je vous avouerais qu'oeuvrer ainsi pour la compagnie est une très bonne chose, mais prenez garde a ne pas en faire trop, prenez garde a ne pas obtenir l'inverse de ce vous cherchez. Quant a divaguer par la parole, vous avez raison, il vous est préférable de m'éviter une perte de temps considérable. Venez-en au fait.

    Je me décidais enfin a lui faire face, retournant mon fauteuil. Par simple politesse, je l'invitais a s'asseoir d'un geste de la main.

    Mes inquiétudes ? Les seules inquiétudes que j'ai sont que cette riche idée vient de vous, je n'ai pas envie de me retrouver avec un plan abracadabrantesque. Même si votre idée me plaît, j'ai bien peur de devoir y apporter quelques modifications. Aussi, je vous l'ai dit, venez-en au fait. Vous avez cinq minutes pour être convaincant, sinon, je vous demanderai de me laisser travailler...

    Il avait les cartes en main. Je ne savais pas ce qu'il allait en faire, mais il était tout a fait possible que j'accepte.

    Scarlet, apportez-moi un café. Noir.
    Quatre minutes trente.

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Propriétaire
Masculin
Nombre de messages : 34
Age : 23
Localisation : Là où il y a un peu d'or !
Date d'inscription : 10/01/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
153/0  (153/0)
Lun 4 Fév 2013 - 18:33
Le chronomètre est enclenché. Renart entend presque les tic-tacs d’une horloge quelconque, mais il ne panique pas ! S’il est maître pour monologuer des heures durant en ayant l’air toujours aussi intéressant qu’au début, il excelle également dans l’art de la synthèse et du résumé. Et, soyons sérieux, on pourrait le diviniser en tant qu’entité du discours. Il enligne la rhétorique, les sophismes, les fausses argumentations, les vérités détournées et les techniques de persuasion sournoises avec tant de crédibilité qu’on a l’habitude de boire toutes ses paroles. Alors, Rufus, viens ! Viens t’abreuver dans la fontaine de vérité du vénérable Renart.

Pour faire changement, et aussi parce qu’on ne change pas de bonnes habitudes, il cherche du regard quelque chose – un objet, une personne, un chaton ou autre corps matériel – sur lequel il pourrait poser ses pieds pendant qu’il discourt élégamment. Malheureusement, rien de très concluant à l’horizon. Il décide donc de garder les pieds sur terre pendant qu’il envoie Rufus au vingtième ciel de ses palabres triomphants.

Trois minutes trois… Ouais. Pour bien faire, il devrait s’activer le plus rapidement possible. Il s’élance donc enfin d’un ton grave plein de gravitude.


« Sauf votre respect, monsieur Shinra, vous n’avez pas du tout à vous inquiéter. Et si je daigne, je dirais même qu’il est foncièrement absurde de s’inquiéter ! Le Palais des rêves est un monde tourmenté, certes, mais il est un monde riche et prospère derrière son apparence délabrée. Le seul élément qui souille le doré blason de cet univers, c’est le Prince; le Prince et rien d’autres ! C’est lui qui dirige la garde, c’est lui prend les mauvaises décisions, c’est lui qui décrète les mauvaises lois et c’est lui qui accable le pauvre peuple miséreux et défavorisé… »

Dans son élan, il bondit de confiance !

« Rufus… Vous permettez que je vous appelle Rufus ? Oh oui, bien évidemment… Donc, Rufus ! Il suffira d’éliminer le Prince de n’importe quelle façon pour que nous puissions retrouver cette paix égarée dans les limbes du temps. Les gens sont exaspérés, attendent un messie qui permettra leur salut… Nous sommes ce messie. Ils sont calomniés par un souverain égocentrique. Quand ils verront arriver les séduisants cavaliers de la Shinra, ils se prosterneront et accepteront de vivre sous votre joug, Rufus. Ils en ont assez. Nous sommes la goutte de bonheur dans cette mare de tristesse, nous sommes la lueur d’espoir dans ces ténèbres, nous sommes… nous sommes la délivrance de ce peuple soumis !

Monsieur... Une fois en votre possession, le Palais des rêves ne ferait qu’augmenter la faramineuse fortune que vous cachez dans votre salle du trésor ! Il suffira de légèrement baisser les taxes et les impôts imposés par le Prince pour que la populace nous propulse leurs munnies au bout de leurs bras ! Il suffira de rénover les ruines qu’a laissées son Altesse pour les voir s’incliner et aduler votre puissance ! Il suffira de leur insuffler l’espoir pour qu’ils soient sempiternellement loyaux à la Shinra ! Faites-moi confiance. Ce n’est pas une proposition que je vous fais, c’est une promesse !

Et, qui plus est, j’ai un plan, un plan infaillible que je défouraille de mon costume sur-le-champ ! Il se divise en trois phases : la prospection – dans laquelle j’attirerai la sympathie du peuple –, le rassemblement – dans lequel je rallierai les troupes pour ne faire qu’une seule unité infranchissable – et l’assaut – dans lequel nous vaincrons le Prince et conquerrons tout le duché, et plus encore ! Ce plan, c’est l’ultime stratagème qui vous permettra d’annexer ce faste territoire à votre cartel, de faire en sorte que le peuple du Palais des rêves soit sous votre domination sans même qu’ils ne se rendent compte. Il est avéré, il est sûr, il ne peut échouer ! J’ai exploré tous les détails, j’ai passé en revue tous les problèmes qu’on pourrait affronter et j’en suis venu à la conclusion que ce plan… est parfait ! En même temps, il faut dire que je l’ai conçu de mes mains et de ma tête, donc…
»

Quelques secondes… Plus que quelques secondes.

« Rufus, je vous connais comme si c’était moi qui vous avais conçu ! Entre vous et moi, on ne peut dissimuler que vous avez une passion certaine pour le pouvoir, n’est-ce pas ? Vous avez repris les rennes de la compagnie de votre père, vous avez étendu votre domination sur toute la galaxie. Vous avez rebâti les vestiges d’Illusiopolis pour en faire une cité animée et pleine de vie ! Eh bien, Rufus, avec ce plan, je vous propose de doubler votre puissance, de tripler votre influence et de décupler votre richesse ! »

Coup de grâce, il lève son chapeau très haut !

« N’oubliez pas… La fortune sourit aux plus audacieux. »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 412
Age : 21
Localisation : Vaisseau-Mère
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
286/650  (286/650)
Lun 4 Fév 2013 - 19:00
    Et c'est... fini. Voilà, remettez votre chapeau. Je dois dire que votre plan est assez bien réfléchi. Ce monde effectivement, est en proie au doutes, et a tout un tas de choses que nous pourrions exploiter. Nous serions même très bêtes de ne pas profiter d'une occasion pareille.

    Son plan était sympathique, il fallait l'avouer. Puis, un si grand palais... tant d'habitants... Il y avait de quoi faire.

    Nous allons faire cela Renart, mais je veux, j’exige même, que le choses soient bien faites. Je ne veux pas d'accroc, pas de bavure, rien qui puissent entraver nos plans.


    Attirer le peuple, le réunifier, et ensuite attaquer. Cela nous permettrait d'économiser les hommes. Bien sûr, je pouvais moi-même ordonner l'ordre d'assassiner le prince, mais cela aurait plus eu pour effet de semer la panique dans la foule d'insectes qui peuplaient ce monde. Non, Renart avait bien pensé a la chose, il fallait que ce soient eux-même qui le fassent, afin qu'ils croient être en détention d'un quelconque pouvoir. Renverser l'autorité en place, et ceci de la façon la plus subtile qui soit.

    C'est presque parfait, je vous laisse vous occuper de ça...

    Scarlet arriva avec mon café, et me le déposa sur mon bureau.

    Merci Scarlet... revenons a Renart. … mais je veux un rapport détaillé a CHACUNE de vos actions. Je pourrais ainsi agir en conséquence si le besoin s'en fait sentir. Partez maintenant. J'ai du travail.

    Si l'on se fiait a ce qu'il me racontait, il avait bien réfléchi a la façon dont il agirait. Enfin... je n'avais pas a faire avec n'importe qui non plus. J'avais a faire a Sir Renart... un être dont la folie n'était égale qu'à sa prétention. J’espérais qu'il était au courant qu'au moindre écart, au moindre soucis... Je devrais me débarrasser de lui pour éviter que la Shinra ne soit reliée une fois de plus a une histoire dont personne n'a envie d'entendre parler...

_______________________________
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet