Derniers sujets
» Annonciation
par Matthew March Hier à 17:14

» Une main tendue
par Matthew March Hier à 16:28

» L'empereur du micro
par Lotis Terrick Hier à 10:57

» Breaking News : Annonce du Porte-parole !
par Roxanne Ritchi Hier à 0:03

» Ecrire pour les nuls
par Lotis Terrick Sam 19 Aoû 2017 - 16:36

» Field of Heroes
par Invité Sam 19 Aoû 2017 - 16:07

» Réglementations et demande de Partenariat
par Invité Sam 19 Aoû 2017 - 16:02

» Mais pourquoi peindre un cygne?!
par Genesis Rhapsodos Sam 19 Aoû 2017 - 4:46

» Can't stay away
par Death Ven 18 Aoû 2017 - 13:06

» Breaking News : Attaque sur le Domaine Enchanté
par Roxanne Ritchi Ven 18 Aoû 2017 - 11:11

» Explicatif sur l'Académie
par Genesis Rhapsodos Ven 18 Aoû 2017 - 4:59

» Mon deuil
par Genesis Rhapsodos Jeu 17 Aoû 2017 - 5:27

» Game Over RPG
par Invité Mer 16 Aoû 2017 - 20:30

» Bouc émissaire
par Général Primus Mer 16 Aoû 2017 - 19:27

» L'enthousiasme éternel
par Agon Wiley Mer 16 Aoû 2017 - 15:04


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Tout l'or qu'est Renart!
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Propriétaire
Masculin
Nombre de messages : 34
Age : 22
Localisation : Là où il y a un peu d'or !
Date d'inscription : 10/01/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
153/0  (153/0)
Ven 11 Jan 2013 - 16:54


Un Renart en costume






Nom : Sir Renart Auguste (son père était un Lamartine, mais ça manquait de classe!).
Titre : Certains disent maître, d'autres seigneur, mais il préfère Le Propriétaire.
Âge : Quelque part en plein cœur de la trentaine, autour de trente-trois ans.
Camp : Déloyal membre de la Shinra en attendant un vent de fortune.
Monde d'Origine : Forêt de Sherwood, mais il dit aussi qu'il est citoyen du monde.
Race : À l'image de Sherwood, il est un renard anthropomorphique un peu dandy.
Grade désiré : Seigneur serait bien (et approprié), mais je ne crache pas sur plus.
Le museau et la ruse
Veille de l'an 1 après Renart-Christ

« Par la rousseur des renards! Dieu, viens ici. » En trombe, un homme arborant une barbe grise démesurée entre en scène. D'un œil perplexe, mais sans méchanceté aucune, il regarde son pauvre disciple qui, désespéré, tombe à genoux. « Qu'as-tu fais encore? » Le disciple ne répond pas et baisse le regard. Dieu doit répéter son verbe divin une seconde fois avant de voir apparaître réaction sur le visage de son interlocuteur. « Dieu... J'ai échappé une étagère complète de fioles dans la marmite de la Création. » Il se tait un moment et pointe du doigt l'ampleur de ses dégâts. « J'étais en train de créer le prochain nouveau-né, et boum! Sans explications, l'étagère est tombée - m'a presque tué au passage, soit dit en passant - et toutes les fioles ont glissé jusque dans la marmite. » Dieu devient soudainement rouge de colère, à un tel point que l'eau de la marmite commence à bouillir furieusement. « Disciple! Tu sais très bien que la Création est irréversible. Mais rassure-moi, dis-moi que les fioles qui sont tombées dans la marmite sont insignifiantes! » Le disciple baisse encore un peu plus les yeux. Il espère ne pas avoir honte encore une fois, car ses yeux ne peuvent descendre plus bas cette fois-ci. « Maître... » Dieu hausse le ton. « Disciple, parle! » Un silence emplit les lieux jusqu'à ce que le misérable disciple réussisse à prononcer quelques mots. « Oh, Dieu... Seules les fioles de l'intelligence suprême, de la prestance éternelle, de la magnificence corporelle, de l'agilité surhumaine, de la prospérité incessante et de la gloire sempiternelle sont tombées dans la marmite. » Dieu est fâché. Le disciple est humilié par sa propre balourdise.

Et c'est ainsi que fut créé Renart, le grandiose Renart.

En tout cas, c'est ce qu'il s'évertue à faire croire aux gens. Serait-il un peu mythomane sur les bords ou, mieux, mégalomane? Non, non et absolument pas! Selon lui, il n'est en aucun cas narcissique et il ne se considère jamais comme un prédicateur de mensonges. Il préfère dire qu'il porte une attention toute particulière à sa personne, car l’Homme est une œuvre que l'on devrait mettre davantage sur un piédestal. Quant à sa manie de balancer des affabulations d'un côté et de l'autre, il l'attribue au fait que les ignorants qui peuplent le monde comprennent beaucoup mieux lorsqu'on utilise des paraboles et de grandes fables pour expliquer la vie. Évidemment, tout cela est un mensonge d'une absurdité incroyable.

Toute sa vie est un mensonge. Ses propos sont toujours nuancés de cette contrevérité qui fait de lui un homme tout sauf respectable. On peut néanmoins dire qu'il tient toujours ses promesses, mais uniquement lorsqu'elles lui permettent de renflouer ses coffres ou d'amplifier son influence déjà étendue à travers toute la galaxie. [...] Il est donc assez risqué de faire confiance à cette homme-renard qui considère les promesses comme des moyens efficaces pour manipuler les plus frêles esprits. Toutefois, ce n'est pas un être foncièrement méchant; il a de bonnes intentions après tout.

Je rigole. Ses actions ne sont jamais basées sur de bonnes intentions.

Ce qui nous amène à parler de son amour pour sa fortune (et amour est un terme plutôt faible). En fait, il est littéralement passionné par les pièces d'or et les joyaux qui traînent au fond de ses salles du trésor (parce que oui, il en possède plusieurs). Toute son existence est fondée sur l'accumulation de richesses et d'exploits glorieux. Il est avare, cupide, usurier, thésauriseur, grippe-sou, radin, pleure-misère... Mais, au moins, il est beau. Quoi? L'apparence physique ne compense pas pour les vices d'un être? Ah.

Pour lui, pourtant, l'apparence est une vertu (oui) à cultiver. En public, il ne peut se permettre de ne pas être impeccablement parfait. Ses vêtements doivent être toujours propres et luxueux pour bien montrer son statut social. Il porte donc en permanence des costumes qui valent chacun des fortunes : un veston toujours noir, jamais ligné, jamais maculé; un nœud papillon ou une cravate selon ses humeurs (souvent un nœud papillon pour montrer à quel point il est avant-gardiste, ce qu'il n'est pas); une chemise aussi blanche que la neige blanche des montagnes blanches de la Terre des Dragons; des souliers cirés avec minutie par des esclaves qu'il aime nommer « fées » et le même haut-de-forme qu'il aime comme son propre fils - enfant qu'il n'a pas. On ne peut donc pas le cacher : il a beau être un être ignoble, mais on ne peut rien dire sur l'idéalisme de ses accoutrements, sinon que son désir de perfection vestimentaire est devenu maladif.

Mais on ne peut lui en vouloir, car après tout, son plus grand souhait est de ne pas décevoir les gens. Je rigole! Allons, ne soyons pas stupides. Personne ne lui importe, personne ne peut le convaincre de faire quoi que ce soit. Même toi, tu n'as aucune autorité sur lui. Oui, même si tu fais les beaux yeux... Oh, peut-être que si tu lui donnes quelques munnies, tu pourrais avoir un semblant de domination sur lui, mais ce sera temporaire, car ton existence n'est qu'une vulgaire futilité à ses yeux. Et il est à noter que s'il a déjà travaillé pour Rufus Shinra, c'est parce qu'il avait accès à des ressources économiques tonitruantes. Il faisait mine d'obéir à la moindre des exigences de Rufus en attendant de prendre bestialement sa place... Ahem! En espérant que ledit directeur concerné ne consulte pas ces quelques lignes.

Et même si Rufus envoyait des tueurs à gages pour mettre fin à ses jours, Renart ne tremblerait même pas! Enfin, c'est ce qu'il se dit pour se rassurer. En fait, s'il y a bien une chose qui l'effraie dans la vie, c'est le moment où elle s'arrête. Attention! Il n'a pas peur de la mort parce qu'elle est douloureuse, atroce et pénible, mais bien parce qu'elle le séparerait de sa très chère et tendre fortune. Trépassé, il se retrouve pauvre et il devient une âme miséreuse qui ne peut rien faire d'autre qu'errer. Comment on évite cela? En se défendant, évidemment! À défaut d'être spécialement fort - contrairement aux dires populaires et aux vieux mythes qui disent qu'il a détruit une famille de dragons en utilisant des aiguilles à tricoter -, il est très agile et rapide (et manie même un révolver pour faire genre!). En fait, il est même un peu lâche. Il évite les coups, frappe un peu n'importe comment avec sa canne de bois en espérant faire effet. Et en général, ça fait effet!

Jeune lecteur en perdition, je te mets au défi de répondre à cette question : existe-t-il quelque chose dans ce misérable monde qui fait plus effet qu'un renard au pelage roux et soyeux qui se bat avec prestesse? Allons! Si on oublie la magnificence de la commandante Primus qui lutte un soir de pleine lune dans la broussaille de la forêt de Sherwood pendant un carnaval d'été contre des chevaliers-squelettes, qu'y a-t-il mieux?

Bonne question! Même qu'il y réfléchirait en te regardant d'un œil hautain et fort arrogant qui dit : « Dis donc, bonhomme, t'es inférieur ». Pour éviter l'interrogation - car oui, ça lui arrive assez souvent -, il dégainerait son humour plat en vociférant une série d'insultes aussi absurdes que risibles. Il te dévisagerait ensuite, essayant de trouver tes points faibles. Quand il en aurait eu assez d'admirer « l'immondice que tu es », il lèverait le menton encore un peu plus haut et te tournerait le dos avant de partir vers d'autres lieux. Et là, en le regardant s'estomper sous les lueurs orangées du soleil couchant, tu te dirais : « Bon dieu, quelle démarche insolente! » Tu partirais à ton tour et tu retournerais dans ton chez-soi, dans lequel tu te contemplerais avec répulsion devant le miroir en pestant contre la vie qui ne t'a pas offert la sublime queue rousse et blanche de Renart. Tu sombrerais dans une singulière dépression dans laquelle tu mettrais finalement fin à tes jours en te pendant par-dessus une magnifique roseraie.

Comment ça je vais trop loin? C'est bon, c'est bon, je me calme.

Que dis-je? Renart ne se calme jamais, lui! Il est vif du matin au soir. Certaines langues de vipère disent même qu'il est si paranoïaque qu'il ne dort pas, mais en fait, il ne dort « pas longtemps, mais vite ». Cette fameuse particularité lui permet d'être productif pendant de plus longues périodes de temps et ainsi de pouvoir mettre sa grande intelligence en pratique. Avec Renart, l'expression « être doux comme un agneau » prend tout son sens... Euh, non, navré! Avec lui, l'expression « être rusé comme un renard » prend tout son sens! En effet, même s'il est fortement égoïste, il possède des capacités cérébrale assez surprenantes qu'il utilise à mauvais escient pour s'enrichir. Que de l'astuce et de la stratégie derrière ce regard ambre et ce petit museau mutin!

Ce petit museau mutin qui a du flair, malgré tout. Renart est un être sournois, sans-cœur, égocentrique, orgueilleux et insensible, mais c'est un grand visionnaire. Il voit très loin, souvent trop loin, et est toujours stimulé par mille et une ambitions. Un projet d'un côté, un projet de l'autre. Il finira par mourir d'épuisement, le pauvre. Ce jour-là, toutes les populations vivront en paix pendant l'espace d'un instant pour rendre hommage à ce glorieux personnage. On se souviendra de lui jusqu'à la fin des temps, et même après! Certains, plus fanatiques, prêcheront pour sa grandeur. On le priera, on l'adulera, on se mettra à genoux pour faire l'éloge de ses talents. On le divinisera et tous sans exception seront d'accord pour dire qu'il fut le plus grand homme que cet univers ait porté!

Et Renart mourra triste, parce qu'au fond, jamais ne fut-il heureux.

La fortune et la gloire
Avant de détailler l'histoire très peu rocambolesque de notre cher personnage à museau, détaillons avant ce qui n'est s'est passé et ce qu'il n'a pas vécu. Parce que Renart a une fâcheuse tendance à falsifier la réalité pour lui donner un aspect mystique, il faut que vous soyez tous à l'affût des mensonges qui pourraient circuler entre deux vérités (quand il y a de la vérité, bien sûr!).

Renart n'est pas né dans la pauvreté et n'a pas franchi de dures étapes pour devenir aussi riche et prospère qu'il l'est aujourd'hui. Non, en fait, il naquit dans une des familles les plus fortunées de toute la galaxie. Son père était un propriétaire redoutable et redouté dans la forêt de Sherwood. Il possédait plus ou moins la moitié des terres des environs et sa plus grande passion était donc de récolter les taxes et d'augmenter les impôts. Il se forgea une véritable fortune en faisant varier le loyer et en manipulant les pauvres paysans qui ne vivaient pas dans la misère, mais qui peinaient parfois à joindre les deux bouts. Pendant les dernières années de sa vie, il décida d'élargir son contrôle économique en achetant quelques terres ici et là à travers différents mondes. Il fit même affaire avec la Shinra, mais ne parvint jamais à réaliser ses ambitions.

Son père ne fut pas assassiné par une révolte de paysans en colère, il ne fut pas démembré et on ne retrouva pas des morceaux de lui un peu partout à Sherwood. Sa mort fut beaucoup plus tragique que ça! En se rendant au sommet des montagnes éternelles, une avalanche l'engloutit, mais il survécut. Il fut néanmoins trop las pour trouver de l'aide et se laissa périr dans la neige, dans le froid, dans la peur. Son père n'a donc rien d'un héros de grande renommée qui s'est battu pour survivre. Quand il mourut, Renart devint un pauvre orphelin, sa mère ayant elle aussi mis les voiles vers un monde meilleur quelques jours après la mise au monde de son fils.

Renart ne suivit pas son père partout où il allait pour apprendre les rudiments du travail ardu. Pas du tout, même. Il demeura chez lui durant une grande partie de son enfance. On vint lui faire l'école à la maison et il rencontra presque personne (sinon qu'ne dizaine de majordomes). Il était seul, mais son père - toujours absent et préoccupé par ses obligations - compensait cette triste solitude en lui offrant une myriade de jouets et d'objets inutiles. Il vécut donc dans un paradis artificiel jusqu'à l'âge de dix ans, en étant artificiellement heureux et en se divertissant de la façon la plus artificielle qui soit.

Renart ne fugua pas à l'âge de dix ans pour entamer une nouvelle existence et pour fouler des terres inconnues. Il ne le fit pas non plus armé seulement de son audace et d'un couteau de chasse qui ne coupait point (avec lequel il n'a pas dépecé le dernier mammouth de la Jungle profonde). Il fut plutôt transféré à des nourrices un peu partout à travers les mondes. N'ayant plus tellement le temps et la motivation pour s'occuper de lui, son père décida de se décharger de ce lest. Pendant quelques années, le renardeau fut trimballé d'un côté et de l'autre et il perdit tout ses repères, toutes ses habitudes, toutes ses routines. À défaut de lui avoir permis de se forger des relations stables avec les autres, il a au moins pu connaître l'univers qu'il allait, quelques années plus tard, littéralement dominer (bon, ce projet n'est pas encore à terme, mais espérons toujours!).

Pendant sa jeune adolescence, il ne fut pas interpellé par le mysticisme de la Keyblade et, par la suite, il ne refusa pas d'en être le porteur. Il raconte que cette histoire pour montrer qu'il est élu et que même la puissance des cieux est donc de son côté. Pendant qu'on y est, il ne suivit pas non plus un entraînement ardu avec un maître du kung-fu en Terre des dragons, même qu'il n'a jamais appris à se battre.

À la mort de son père, il ne traversa pas vents et marées pour retrouver le trésor maudit de la famille sur une île perdue envahie par une tribu d'indigènes cannibales! Il ne se rendit même pas au chevet du lit de mort pour lui faire ses adieux. Il attendit simplement qu'un des majordomes de la famille vienne lui porter la clef du coffre-fort. Il hérita de toute la fortune et devint de plus en plus prospère, de plus en plus matérialiste et de moins et en moins authentique.

Renart ne laissa jamais tomber des amis pour des questions économiques!

...

Ah oui... Il l'a fait. Plusieurs fois.

Il ne fut jamais séquestré pendant huit mois par des assaillants qui voulaient obtenir rançon. Il ne s'évada pas non plus en invoquant l'esprit de Valefore et en épargnant la vie de ses agresseurs. Durant sa montée au paradis (et quand je dis paradis, c'est une façon de parler, car tout le monde sait pertinemment que l'argent fait le plaisir, mais pas le bonheur!), il ne connut presque aucun encombre et aucun obstacle. Le moment le plus difficile qu'il vécut au cours de sa vie est un rapt qui dura trente minutes durant lesquelles lesdits trois criminels entrèrent en conflit et s'entretuèrent.

Son cœur ne fut pas non plus sauvagement brisé par une sirène de Port-Royal qui était muette. En fait, la plus grandiose peine d'amour qu'il traversa mettait en vedette un haut-de-forme auquel il tenait beaucoup...

Au contraire de ses dires, Renart n'a jamais entretenu des relations privilégiées avec Rufus Shinra, la divinité du transport suprême et de la magnificence. Tout ce qu'ils entretenaient ensemble, c'était une relation économique qui battait de l'aile. Renart débarquait souvent sur le vaisseau-mère en proposant la fusion de leurs entreprises, mais à chaque fois Rufus refusait catégoriquement en précisant que ce genre de projet était voué à l'échec et que la Shinra en souffrirait.

Renart ne se servit pas de sa fortune pour sauver les jeunes orphelins de la Cité des rêves, et loin de là. Au cours de sa vie, il ne fut jamais très charitable ni généreux. Il garda toutes ses ressources pour lui, et pour lui seul. Le geste le plus bienveillant et indulgent qu'on le vit faire au cours de sa vie, c'est de réduire les taxes de 0,01% (peut-être moins) pendant quelques jours (peut-être moins). On le monta sur un piédestal pendant temporairement, mais sa célèbre charité fut vite traînée à la boue quand il revint sur sa décision. (Le pauvre! Ça lui apprendra à faire des erreurs et d'inscrire, sur le contrat, moins 0,01% plutôt que plus 0,0,1%. Sacré Renart!)

Il ne fut jamais mécène! Renart détestait et déteste toujours toutes les formes d'art, sauf s'il en est le modèle! Il ne se rendit pas non plus au Jardin Radieux dans lequel il n'encouragea pas de jeunes artistes à propager à tous leur passion pour la peinture, la sculpture, le chant, la poésie et la danse. Et même s'il est parfois difficile de le croire, il ne fonda pas non plus le Consulat... En fait, Renart a toujours éprouvé une haine profonde envers ce groupuscule pour des raisons qui sont quelque peu obscures. L'hypothèse la plus cohérente qu'on daignera avancer est que l'art empêche la productivité et donc l'argent. L'art empêche l'or et, en plus, elle corrompt les gens! Bref, il ne fonda aucune entreprise, aucun groupe et aucune association de toute sa vie, sinon le fan-club de sa propre personne.

Toutefois, le plus important de tous les mensonges n'a pas encore été énoncé. Renart, malgré tout ce qu'il pourra dire, n'est actuellement pas l'homme le plus riche de toute la galaxie (ce sournois narrateur vous ment depuis le début!). Personne ne le sait encore et personne n'est au courant de sa triste décadence, mais vint un jour il décida d'investir des sommes faramineuses dans la conception de réseau de transport par téléportation. Le projet connut des difficultés financières très ardues et Renart continua tout de même d'investir, d'ajouter de l'argent et de déposer des munnies pour que tout fonctionne. Le réseau ne vit jamais le jour et le pauvre renard se retrouva en faillite. Aujourd'hui, il ne possède presque plus rien, sinon que son vieil habit de luxe, sa vieille canne, un de ses vieux majordome qu'il paie du mieux qu'il peut, sa vieille arrogance et ses vieilles amertumes. Et s'il travaille pour la Shinra, ce n'est pas aux côtés de Rufus et encore moins dans l'objectif de le détrôner : c'est uniquement pour survivre.

Renart n'a plus d'or, l'or n'aime plus Renart.

La question et la compréhension
1) Votre personnage est-il capable d’aimer, d’avoir une relation ? Aimer? Si ton nom de famille c'est Dollar et que t'es une pièce d'or, peut-être. Sinon, il n'a pas le temps d'aimer.
2) Si l’esprit de votre personnage s’incarnait en un animal mythologique ou chimérique ou réel (nuances acceptées). Que serait-il ? Un rat, pour sa fâcheuse manie de tout accumuler et de faire des provisions pour une fin du monde imminente.
3) Qu’en est-il de la fidélité et de l’esprit de camaraderie de votre personnage ? Nulle, ou presque, sauf peut-être pour les quelques uns de ses partenaires économiques.
4) En vue de votre race, quand pouvez-vous dire que votre personnage a forgé une amitié. Citez quelques unes de vos relations amicales. Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, dans la nuit éternelle emportés sans retour, ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges, jeter l'ancre un seul jour? (Autrement dit, c'est actuellement le vide sidéral niveau relationnel.)
5) Quelle est la devise de votre personnage ? S'il y en a plusieurs, donnez les toutes. Le temps, c'est de (je vous laisse terminer).
6) Vis à vis de votre façon d'écrire, quels sont vos points forts et points faibles? J'ai déjà parlé de mes points forts, mais j'ai oublié le point faible le plus important... La kryptonite.
7) Pourquoi incarner ce personnage ? J'avais besoin d'un personnage un peu excentrique et j'ai tout de suite eu un coup de foudre en cherchant des images. C'est un peu le Reaver de Fable 3, version canine (question de bien amplifier l'originalité du personnage). Mais malgré tout, Renart a un fond émotif, un fond "j'ai raté ma vie" et un fond "personne ne m'aime" qui peuvent être exploités pour approfondir le personnage et son évolution.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La lance Tourbillonnante.
Masculin
Nombre de messages : 1675
Age : 24
Localisation : Tour de Yen Sid
Date d'inscription : 25/05/2007

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
272/500  (272/500)
Jeu 24 Jan 2013 - 7:33
    Alors, tout d'abord, désolé pour le retard ^^

    Directement, l'introduction m'a fait sourire, c'est vraiment fin. Et dis-toi, jeune homme qu'en général, j'ai du mal à vraiment rire à de l'humour en rp. A la limite, je trouve ça marrant mais je ne rigole pas alors que là... ouais j'ai souri !

    Et j'ai souri durant l'entièreté de la fiche... J'ai même rigolé à la réponse à la question 6 ^^ !

    Blague à part c'est vraiment une fiche amusante. Faire l'histoire sur "Ce que son histoire n'est pas", j'ai trouvé ça vraiment énorme.

    Je dois te féliciter parce qu'on m'a rarement fait des fiches aussi drôles. Là c'est pas vulgaire, c'est juste très fin ^^.

    Donc vraiment, j'ai beaucoup aimé, je l'ai lue très facilement.

    Enfin voilà, j'hésite entre Commandant et Seigneur... J'hésite vraiment. J'ai encore du mal avec la nouvelle sévérité donc dans le doute, pour aller dans la direction souhaitée... Je vais te donner Commandant. C'est une très bonne fiche.

    Fiche validée et toutes conneries du style.

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]
» La politique du « tout va mal »...