Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
35/0  (35/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 30 Déc 2012 - 5:22
Il en est ainsi, le monde possède un juste équilibre, entre le bien et le mal, entre la lumière et les ténèbres, entre les vivants et les morts, entre le feu et l'eau, entre la terre et les cieux, mais il se peut que parfois, cet équilibre soit altéré, comme tous l'ont vécu avec Sora contre Xehanort. Mais tous n'ont pas forcément conscience de cet équilibre, ils considèrent que l'un doit gagner et l'autre doit perdre, l'un doit vivre et l'autre doit mourir. Ceux qui ont une véritable conscience du monde dans lequel ils vivent savent... Il n'y a aucune victoire éternelle, ce sont les intérêts personnels des groupes qui forgent cet équilibre... Mais parfois, l'intérêt égoïste d'une seule personne suffit à elle même pour tout chambouler... Homme, animal ou démon... Ce que les mercenaires ne savaient pas, et ce que je ne savais pas non plus, c'est que cette Killer Rayne était tout sauf humain.


Je me dirigeais vers le Palais des Rêves, s'imposant triomphalement dans leur domaine, gouverné par un prince. Je n'en savais que très peu et finalement, ce n'était pas ma priorité. Je m'aventurais dans le palais, arrivant dans un temps clément, où le château était accessible... Une fête! En l'honneur de quoi? Je ne sais pas, je m'aventurais parmi les couples dansant, les enfants rieurs, les joyeux buveurs, les citoyens enivrés de boissons et de jeux, je tournais la tête de gauche et à droite avant de m'asseoir sur une chaise, mimant la fatigue et la vieillesse... J'applaudissais doucement pour prendre part à la fête, pour ne pas paraître trop grincheux. Mon but était de trouver "Killer Rayne", d'après une des fiches du Centurio. Une fine lame, taquine dans l'ombre... Je regardais les personnes autours de moi, autant de femmes que d'hommes et d'enfants. Je réfléchissais tout en refusant ces petits gâteaux qu'on vint m'offrir, la veuve noire est à craindre, elle et son poison... Je passais ma main sur mon bâton. Si j'ai une hypothèse juste... Elle serait à la recherche d'une proie. Si elle est fausse... Elle est déjà passée à l'acte. Je me levais en tentant de me diriger vers les appartements le plus discrètement possible. Les couloirs étaient littéralement vides, je m'avançais sur mes gardes. Je fis un sondage... Dans une dizaine de mètres en face de moi, deux personnes, un peu plus sur la droite, j'avançais... Le bruit d'ébat sexuel se faisaient entendre, je me rapprochais doucement de la porte en reproduisant un sondage... Non, personne d'autres à part nous trois, je m'avançais et regardait par la serrure... Je vis des hanches, un pied... Ma vision n'est plus aussi bonne qu'autrefois, un changement de position... Un homme, assez corpulent, et une femme, mûre, la trentaine des formes qui font envie, même à des morts, un visage doux et un maquillage léger, une poitrine généreuse... Une beauté parfaite. Ils changent encore pour qu'elle y aille à califourchon... Elle se passe la main dans ses cheveux long et roux et... Qu'est ce que c'est?! Une dague?! Elle plante son arme dans le cœur de l'homme, fatalement tué! Je recule! Vite Gregus! Réfléchit! Dans quelques minutes elle sortira! Il ne faut pas que tu te fasses remarquer! Il faut...


<< Je t'aime un peu, mais je ne te touche pas! >> Et je me pris la porte en pleine figure, la demoiselle venait d'ouvrir la porte d'un coup de pied bien placé, fraichement habillée d'une robe, elle prit mon bâton des mains et m'en donna un coup sur le torse, ce qui me fit tomber par terre << Je t'aime un peu plus mais je ne te touche toujours pas! >> elle relâcha mon bâton et se mit à courir vers la salle de bal, mettant du temps à rassembler mes os et mon esprit, je me relevais en appuyant sur mon bout de bois... La vilaine! C'est elle, j'en suis sûr! J'entendis crier... Elle avait avertit la garde! Vite, Gregus! Tes vieux os ne te dispensent pas ton savoir! Je me dépêchais du plus vite que je pouvais au bout du couloir, des pas résonnèrent dans le couloir << L'assassin est partit par là! >>... Diantre! Réfléchit Gregus, réfléchit! Ils s'approchent... Mais oui! Cette tapisserie! Cache toi devant et lance ton sort d'invisibilité. Dans trois... deux... un... << Il est surement partit par là! >>... Par les osselets de la mort, merci! Ils ne m'ont pas vu et sont partit dans toutes les directions, je me redirigeais vers la salle de bal. Où je me rassis calmement... Personne n'avait arrêté la fête, comme si personne n'en avait cure... On n'interrompt pas quelque chose comme cela. Je réfléchissais... Comment piéger la tentatrice? Ce serait très difficile, il me fallait un appât... Je ne suis plus l'homme que j'étais avant, je n'ai plus d'atout masculin ni de peau. Mais l'homme avec qui elle couchait n'était peut-être pas si beau à regarder... Pourquoi je pense à ça moi? Je n'en ai strictement rien à faire! Il me FALLAIT de l'aide... Ou si personne ne peut m'aider, il faudra que je m'aide moi-même. Tout d'abord, j'ai besoin d'un plan, piéger la créature... Il faut que je la ramène au Centurio, morte ou vivante! Avec une preuve... J'avais toute la soirée pour réfléchir... Au moins toute la semaine. Ce sera difficile, mais ça vaudra le coup. L'argent dont j'ai besoin est peut être plus grand... Et mieux, apprendre des choses que j'ignorais. Je me relevais et trainait, ici et là, tout en préparant un plan. C'est tout ce qu'il me fallait. Un plan! Mais dans cette salle, nul homme a l'air assez méfiant pour croire un "vieux fou" avec un bâton déblatérer des choses comme quoi une jolie jeune femme à l'apparence fragile serait en vérité une assassin hors pair... Non... Mais comment...

Une main se tendit vers moi, douce et légère, je levais la tête et regardait... C'était elle! Elle était venue me narguer? Non, c'est surement un piège. Elle me fit un sourire, << Venez, vous voulez surement danser >>. Je lui répondis mimant la fatigue << Mais je suis trop âgé! >>. Elle me fit un regard réconfortant, limite protecteur << Personne n'est trop âgé pour entrer dans la danse! Venez! >>. Elle me tira et je n'eus pas mon mot à dire, n'ayant pas assez de force pour résister. Le prince se leva pour faire un speech... L'orchestre joua un slow. Et on fit un slow. L'un contre l'autre. Mon "cœur" bondé de question, cet être là était hors de mon appréhension... Même si je suis mort, je continue à suivre les pas et la vie humaine... Pendant la tranquillité de cet instant, l'esprit clair, elle m'adressa la parole... << D'où venez vous, beau ténébreux? >>, quelques pas sur la gauche, ensemble, n'en dévoile pas trop Gregus... Cela pourrait-être dangereux et fatal. << D'une terre où rien n'y vit... >> elle ria un cours instant << Une terre déformée et distordue? Où seul les hommes les plus braves ou les plus fous brandissent le danger? >>. Un silence... << Cela pourrait, oui. >>. Un tour sur nous même, le prince claque des doigts, la musique change. Elle rigole et s'éloigne un peu de moi << Vous savez danser le tango? >>, ce à quoi je répondis << J'ai bien crainte que mes vieux os ne soient plus aussi efficace qu'avant... Mais allons-y! >>.



Voila un air que je reconnais bien... Les temps folâtres des premiers amours. Où l'esprit est enivré par les sentiments du cœur. Le tango est une danse aussi magnifique que libre, elle est libre dans le sens où au fil de la musique, l'homme est libre à toutes ses envies... Les pas comme les gestes, les mains comme les sentiments. Je ne savais plus très bien ce que je faisais, entrainé par le rythme comme par la danse, comme par les yeux charmeurs du divin fruit interdit que j'avais en face de moi. Je ne sentais pas l'air se réchauffer, mais je l'imaginais, nous dansâmes... Les heures? J'avais perdu le fil du temps... Les secondes? Longues comme les chemins qui mènent à Rome... Les minutes? Je ne les comptait plus... Nous dansâmes. Comme cela, pendant un temps hors du monde, hors des problèmes, j'avais tout oublié : mon objectif, mon état de non mort, tout autre motivation que cette délicieuse personne... On se suivait l'un et l'autre, elle se tournait vers moi gracieusement, je m'emparais de sa jambe avec toute la ardeur d'un vivant, et la relâchait tel un oiseau dont on ouvre la cage... La danse. Aussi belle et ardente qu'un brasier exposé en plein air dont la flamme, inextinguible, suit le vent avec grâce et beauté... Nous dansâmes comme ça, jusqu'à la fin de la chanson...

Ce fut une danse avec le diable que je venais de vivre, un homme dans l’œil du cyclone, l'esprit encore enivré de plaisir exquis, on se dirigeait vers les chambres... A cet instant je ne me doutais pas, et j'aurais dû. Dans la chambre, alors que je me tournais pour poser mon phylactère... Un violent coup de poignard dans le dos, que je ne sentis peu, suivi d'un violent coup de bras derrière le cou... qui fit tomber mon crâne. Lâchant un léger cri surpris, elle regarda mon crâne, et moi je la fixais, réalisant mon erreur... Et la sienne. << Vous... Êtes un mort-vivant? >>, je claquais des dents, comme une apparition vengeresse << Ak-ak-ak! Quand je vous disais que je venais d'un monde où rien n'y vit... >> elle se mit à pleurer un peu << Oh! Moi qui comptait vous tuer pour qu'on puisse passer l'éternité ensemble... Me voila le cœur brisé! Je vais devoir vous faire disparaitre! >>... Elle prit mon crâne et le mit dans le panier à linge, et emporta mon... Hé! Mon corps! Revient ici! Démone! Mon phylactère est toujours sur mon doigt! Haarh!' J'enrage! Mais qu'ai-je fait? Charmé par ce visage si fin et beau... Ce n'est pas pour rien que c'est une veuve noire! Bon maintenant il faut que je sorte d'ici... Et sans mon cou, je ne peux pas faire grand chose à part claquer des dents. Ak ak ak ak! Ak ak ak ak ak! J'aurais ma revanche! Ak ak ak ak ak! Ak ak ak ak... Tiens, on ouvre la porte! Ak ak ak! << Où êtes-vous? >> ce fut une voix assez forte, très masculine. << Ici! Dans le panier à linge! Sortez moi de là! Je ne vois pas grand chose! Je suis claustrophobe! Ak ak ak! >>, je vis une main me saisir et me soulever...

En face de moi j'avais un homme en armure, dont la masse ornée d'un lion la gueule ouverte, il me regardait, en haussant un sourcil, je "baissais" les yeux, l'armure bleu marine, la cape ornée d'or... Pas de doute, ça doit être un manieur de la lumière, un "paladin". De ma simple existence je lui suis opposé... J'incarne la mort, lui incarne la vie, il se gratte la barbe. Ses deux mèches tressées sur ses tempes il me regarde. << Vous êtes... Une liche?! Je sens votre puanteur de mort! >> ce à quoi je me suis empressé de répondre << Liche d'infortune! Arrêtez de vous moquer de moi comme ça! Déjà que j'ai du mal à faire fit de mon état... >> Je mentais bien sûr... Qu'à moitié, j'aurais tellement voulu pouvoir la sentir et la toucher avec mon main... De toute mon âme. Il y eut un léger silence << ... Je vois, vous vous êtes fait avoir par la veuve noire, j'imagine? >>, ironiquement je répondais << Me faire avoir? C'est elle qui m'a eu! Ak ak ak!... Excusez moi, c'est le stress, vous la cherchez, vous aussi? >>. Il me regarda avec des yeux ronds, et pris un air sérieux, << Voila plusieurs années que je la pourchasse... >>, instinctivement je répondis : << Alors je suis votre homme! Gregus Mazi, enchanté! Je suis une liche et j'étudie la nécromancie... Enfin, tenter d'y trouver un remède... Voyez vous? >>, il me fit un sourire << Je suis Purist Thunderwrath... Ou Omniknight, enchanté, messire Gregus... Il en va de soit, nous allons devoir coopérer de pair pour vaincre la démone... >>. Je claquais des dents de joie << Ak ak ak! Pour ça il va falloir récupérer mon corps... Il contient mon phylactère, là où mon âme est emprisonnée. Sans lui, je ne pourrais pas jeter mes sorts! Par contre... Il va falloir faire vite! Peut-être qu'elle a détruit mon corps ou enterré quelque part! Il faut se dépêcher, ami Paladin! Sinon je ne vous serais pas d'une grande utilité. Malheureusement je ne sais pas où la coquine est partie! >>.

Sur ces mots, Purist me posa sur le bureau et se mit à genou devant moi, récitant une prière. Je me sentais mal, extrêmement mal, comme l'impression que quelque chose parcourait mes boyaux et les purifiait... La lumière parcourait mon vieux corps sans vie, il n'était pas là, mais c'est comme tel! J’eus l'impression que quelque chose vint chambouler mes lignes arcanique... Une douleur perçante, digne de l'éclair de Zeus sur un seul homme... Hargh! Pendant ma transe douloureuse, Omniknight me ramassa et me mit dans la sacoche << Désolé, mort-vivant, mais pour repérer votre corps j'ai du faire appel à la force de celui qui voit tout... Et votre race est considérée comme une abomination, une cicatrice sur la face de ce monde... Il est normal que vous en souffrez. >>. Pendant qu'il courait vers la destination, uniquement connue de cet être, je lui tapais la discussion << Oh vous savez, nous, mort-vivants ne sommes pas tous responsables de notre situation... Certains sont justes coincés et veulent partir, comme les fantômes. Moi je suis resté après un accident... Mais j'ai su, je peux servir de passage pour ces pauvres vers le paradis... Un peu comme un croque-mort, voyez vous? Enfin pour ça je dois continuer à acquérir le savoir qui me permettra de le faire le plus rapidement et gratuitement possible... >>. Alors qu'il tournait dans les couloirs et sortait dehors, dans les jardins. Il s'empara de son marteau en se précipitant vers une fontaine... Je fis à travers un trou, Killer Rayne, avec une pelle, et mon corps. << Que croyez-vous faire comme ça... Killer Rayne? >>, elle rigola en se posant la main sur la poitrine << Ah! Puristounet chéri... Tu ne m'as toujours pas oublié, hein? Je dois finir le travail hein? >>. Alors qu'elle le regardait avec un sourire carnassier, elle fit un tour sur elle même... Des ailes de chauves souris avec des cornes de démons, repliées vers l'arrière pour laisser son visage, toujours aussi beau, ses lèvres rouges sang, sa peau d'un bleu abyssal... Des écailles d'obsidienne recouvrant sa poitrine et son entrejambe... Une succube! Ceci explique donc cela. Elle se mit en position de se battre, griffes dehors...
<< Sortez moi de là! Omniknight! Je DOIS récupérer mon corps! >>, ce qu'il fit... en détachant sa sacoche, je crois que la chute fut bonne... Une légère fissure... arrh! Du lait! Il me faudra du lait! Ak ak ak ak! Me concentrant un maximum pour réanimer ce squelette décapité, en tentant de le faire ramper vers moi... Par ici! Idiot! Non là bas il n'y a rien! Ici! Plus à gauche! Droite! Droite! Gauche! Tout droit! Rampe! Non attention Omniknight va marcher par là! Mais... Pendant ma concentration.

Un combat faisait rage... Deux personnalités se disputaient sur le fil de l'équilibre, la lumière contre les ténèbres, le blanc contre le noir, la femme contre l'homme... Le bruit du marteaux frappant le sol... Les rires amusés de la démone... Pendant que mon cadavre rampait, j'assistais à ce duel de titan... Finalement, je n'étais qu'un mort-vivant, mon humanité, je l'ai perdu pour accéder à un état supérieur de conscience. Il fallait que j'aide ce pauvre paladin... Mon cadavre se rapprochait de plus en plus, et discrètement. Sur un coup de pied retourné, Omniknight fut expulsé vers la fontaine. J'arrivais à renfiler mon crâne et me retournait vers la succube, en regardant mes mains... << C'est ça que tu cherches? >> Me fit-elle, en montrant... Mon anneau! Mon phylactère! << Ne tente rien d'inconsidéré... Je risque d'être beaucoup moins doux... >> elle se mit à rire... alors je lançais l'offensive! Je fis des gestes avec les bras, invoquant une horde continuelle de chauve-souris dans sa direction, tentant de s'en prendre à elle. Avec très peu d’efficacité, elle fit un tour sur elle même et me donna un grand coup d'épaule qui m'expulsa aussi bien que mon camarade! Tombant par terre avec lourdeur... Je crois que mon tibia est brisé... Je me relevais avec difficulté, elle ria de nouveau se posant la main sur la bouche, et se pencha en avant, de façon provocatrice... Je voyais Omniknight se faufiler... Levant sa masse! Je fis un stop sur la demoiselle... La seconde.

Le temps... S'écoule. La loi l'emporte sur le chaos... Un coup de masse, décisif. Elle s'écrasa par terre, relâchant mon anneau qui roula jusqu'à moi... Je le ramassais et l'enfila. Le sang maculait le marbre... Écarlate. Elle leva la tête... Je compris la question. << Les démons n'appartiennent pas à ce plan, ils n'appartiennent pas à ce monde, ils appartiennent aux enfers d'Hadès, aux livres maudits et aux hommes fous... Je pense savoir d'où tu viens, tu va être bannie... Bannie jusqu'à ce que quelqu'un te ré-invoque. Et si cela ne suffit pas, eh bien il faudra détruire ton âme... Ak ak ak! >>. Cet instant jubilatoire failli m'être fatale... Alors que je claquais des dents, elle me sauta dessus! Réprimée d'un violent coup de masse! Elle vint s'empaler sur la branche d'un arbre... La vie la quittant. Je m'avançais vers le cadavre, me tournant vers Omniknight << Je dois apporter la preuve de sa mort au Centurio... Cette personne est recherchée. >>, me rendant compte que son armure était fendu et qu'il saignait, j'approchais ma main << Ne bougez pas... Même dans la mort, j'ai le pouvoir de rendre la vie. >> appliquant un soin efficace sur la blessure, qui cicatrisa, il me regarda, amicalement et reconnaissant... Il m'invita à aller chez lui, dans une maison, dans un village... Quand il prit les devant, je me retournais et sortait ma dague de ma sacoche... J'arrachais la tête de cette femme dont j'étais tombé sous le charme... Il faut bien que tu me rapportes un peu d'argent, et peut être plus... Ak ak ak!

Arrivé chez le chevalier, il posa sa masse, son armure et fouilla dans sa bibliothèque, il me parlait pendant ce temps. Je me permis de tenter de ressouder mes os avec du lait et un soin... Mais c'était long, trèèès long... << Je pourchassais cette démone depuis un moment déjà... Mon père, un commerçant, avait un goût pour les plaisirs interdits... Il demanda à un démoniste de lui invoquer une succube capable de satisfaire ses besoins... Il passait toutes ses journées avec elle, frôlant même parfois la mort, à cause du lien qui les unissait. Des plaisirs exquis... Un jour, ma mère découvrit le pot-au-roses et le fit condamner à mort pour magie noire... Le lien fut brisé, et Killer Rayne, la Reine de la douleur, fut relâchée, libre d'infliger ses souffrances sur ceux qui l'intéressaient... >> il sortit un petit grimoire, poussiéreux, orné d'un pentagramme << Voici la formule d'invocation... Je n'ose ouvrir ce livre, je pense que vous, vous pourrez le détruire... J'ai confiance en vous. >> J'hochais la tête, en ressoudant mon crâne << N'ayez crainte, avec la formule, je peux faire un bannissement... Pour nombreux sorts il est de même, il suffit de faire la formule à l'envers pour en inverser les effets... Ainsi, le plus salvateur des soins peut devenir la plus ravageuse des afflictions... Si vous avez d'autres sorts dont vous souhaiteriez vous débarrasser. Prévenez moi... >> Et nous discutâmes la soirée de frivolité. Des problèmes du monde, de sa croyance et de ma non-mort... Je partis la matinée, empruntant à nouveau un transport de la Shin'ra...


Mon grimoire de connaissance, ouvert, dans l'auberge de port royal, la tête de la démone posée sur mon bureau, je recopiais à l'encre... Toutes les formules, tout ce qu'il fallait pour l'invocation, et ensuite, je détruirais l’œuvre... Là où est mon travail pour l'équilibre, je me dois d'archiver... Le savoir, fait le pouvoir... Il faut le cacher aux yeux indiscrets, bien sécurisé dans mon grimoire, nul ne pourra le prendre, nul ne pourra se l'approprier... Je serais le seul à pouvoir l'utiliser. Car dans ma non-mort, je suis impartial, objectif sur l'équilibre... Car ceci est une œuvre unique, et pas un sort basique... Ce sort sera miens, et j'en ferais une utilisation sage... Contrairement à certains.

Et c'est ainsi qu'une nouvelle page se tourne dans mon grimoire de connaissance... La vie se poursuit et dans ma non-mort, je suis la route tracée de mon objectif...
L'Insaisissable

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
138/400  (138/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 16 Jan 2013 - 18:50
Pourquoi j'ai mis environ dix ans à noter cette mission, c'est la question à dix mille munnies. En fait, c'est ta mise en page. Tu fais vraiment pas d'efforts, et je sais que pour beaucoup sur le forum c'est pas important... Mais je pense vraiment que ça nuit à un rp d'avoir une mauvaise présentation. Donc voilà, tes énormes pavés, le manque d'espace et les couleurs qu'on voit pas bien... Bah ça m'a vraiment pas emballée, et avant même d'avoir commencé, j'avais envie de râler sur cette mission. Mettre une musique pour mettre dans l'ambiance c'est bien, c'est cool... Mais je préfère une belle mise en page, ou au moins une mise en page correcte.

Ensuite.

C'est marrant, dès qu'on va au Palais des Rêves, pratiquement tout le monde décide qu'il y a un bal ou une fête (moi y compris), je trouve ça terrible. ^^ Le monde est plongé dans la révolte, la famine et l'insalubrité et on ne voit que les fêtes de l'aristocratie, j'adore. ^^

J'ai quand même un truc à dire... Si je me fie à ton avatar, Gregus est un squelette. Tu ne décris pas beaucoup Gregus dans ton rp, ce qui en soit n'est pas gênant... Mais la foule de nobles là, elle serait pas un peu choquée de voir se trimbaler un cadavre sur la piste de danse ? Et puis euh... "T'es un mort vivant ? Non parce qu'avec les os qui dépassent, j'avais pas deviné !" ... C'est pas crédible.

Franchement, j'ai pas aimé la façon dont tu as parlé de la scène de sexe entre Killer Rayne et sa cible. C'était tout sauf élégant, et peut-être que c'était le but, mais ça ne m'a vraiment pas plu. Et puis j'ai pas trouvé logique que le bal ne tourne pas au vinaigre... C'est bon, ce sont des nobles, pas des sociopathes...

Sérieux, je suis désolée si je suis cassante et tout, mais cette mission fait un peu succession de clichés... Les répliques des personnages, l'intrigue... Tout est attendu, y'a aucune surprise.

Le tango est un peu mieux, j'ai bien aimé que Gregus soit embobiné... Même si c'est euh... Perturbant... Un squelette quoi... u_u Je suppose que le phylactère contient l'âme de Gregus... Mais une petite phrase pour le rappeler n'aurait pas été de trop. ^^

A partir du moment où ils sont dans la chambre, c'est bien mieux.... Et puis tu fais intervenir le Paladin. Sérieux, si je suis un paladin et que je vois une liche, je la défonce. Et puis leur alliance est franchement easy... Oh, tu pourchasse cette meuf ? Moi aussi, c'est dingue ! Si on faisait ça ensemble ? Oh ouais grave, et puis on s'en fiche de l'argent, rien de mieux que l'amitié virile et fraternelle entre un homme et un cadavre !

"Au niveau du style, tu écris plutôt bien, c'est relativement agréable à lire, je n'ai pas grand chose à dire de ce côté là." Ca c'est ce que j'ai écrit au début de ta mission. Ensuite, j'ai noté que tu faisais énormément de fautes et que certaines phrases ("coopérer de pair" ...) ne voulaient rien dire. Relecture et mise en page, je sais je vous fais tous chier avec ça, mais sérieux, ça rend juste la lecture super désagréable !

Si je n'ai pas compris pourquoi tu parlais de Sora et Xehanort... J'ai encore moins compris pourquoi tu as fait de Killer Rayne une succube. Et puis une succube... C'est sexy, sensuel, élégant tu vois... Quand tu l'écoute, quand tu la vois, chaque mot ou geste est plein de chaleur humaine... J'ai pas trouvé ta succube convaincante en fait.

Alors j'ai lu la fin d'une traite.

Il y a un truc que j'ai totalement adoré... C'est le côté "Les aventures de Gregus et des os perdus" en parallèle au combat titanesque à côté. A vrai dire, j'aurais préféré qu'il ne prenne pas du tout part au combat, ça aurait été énorme. ^^ Bon le combat est pas mal, la fin aussi... Je suis pas du fan de l'histoire de démon et tout ce qui va avec... Mais je juge pas, c'est relativement cohérent.

Le gros reproche que je te fais, c'est que tu choisis la facilité. Tourner en ridicule les personnages, c'est bien... Mais au final, c'est juste ridicule. T'es un guerrier du nord qui a la flamme épique, et au lieu de ça, j'ai un peu l'impression de lire une parodie. C'est dommage, vraiment.

Mission difficile.
35xp + 4 PS en ... Erf erf. Défense.
Récompense : 700 munnies.
messages
membres