Derniers sujets
» Froide Noblesse
par Arthur Rainbow Hier à 21:57

» Visite au cimetière
par Narantuyaa Hier à 16:54

» D'un prêtre à une soldate, et vice-versa
par Kestia Hier à 15:43

» Récréation
par Hoper Mar 21 Nov 2017 - 17:58

» Basique!
par Fiathen Dim 19 Nov 2017 - 22:17

» Absences Aqua
par Maître Aqua Dim 19 Nov 2017 - 21:21

» Conseillère en Urbanisme
par Huayan Song Dim 19 Nov 2017 - 15:13

» Essai en laboratoire
par Cypher Sam 18 Nov 2017 - 16:24

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Sam 18 Nov 2017 - 14:32

» Jet The Hawk! Storm The Albatross! Wave The Swallow! We're the Babylon Rogues!
par The Babylon Rogues Sam 18 Nov 2017 - 13:59

» La Shin-Ra del Sol
par Rufus Shinra Sam 18 Nov 2017 - 10:30

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Ven 17 Nov 2017 - 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Ven 17 Nov 2017 - 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Jeu 16 Nov 2017 - 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Jeu 16 Nov 2017 - 5:58


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 On ne verse pas de larmes pour un adieu.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Dim 9 Déc 2012 - 17:26
    Seul dans un vaisseau, au milieu du néant spatial sans fin, un pilote était en œuvre sans la conviction qui devait l’accompagner. En effet, sa destination était un lieu qu’il a toujours cru bon d’éviter mais cette idée était désormais morte et enterré, seul les souvenirs demeuraient pour donner un goût amer à la pensée de retourner au Centurio, la patrie des mercenaires. Bell s’était décidé à leur rendre visite peu après la réunion, après avoir entendu la princesse de l’envie en parler et avoir bien comprit ce que sa menace envers les mercenaires pouvait signifier pour lui. Entrer en guerre contre les mercenaires, ou plutôt contre un seul et unique mercenaire : Auron.

    Lors de l’attaque des mercenaires contre la Coalition Noire, l’Aurore Rouge avait affronté l’être auquel Ariez tenait le plus, Kuzfo. Leur combat s’est terminé après que le loup s’était laissé emporté par les ténèbres après avoir usé d’une technique risquée. Ariez a dû alors le tuer…mettre fin aux jours de l’être qu’elle aimait le plus et qui lui rendait cette affection. Elle s’était enfermée dans sa chambre, elle aurait pu se laisser mourir si l’ex-mercenaire ne s’y était pas précipité après avoir apprit l’histoire. La princesse a alors fait de lui son prince, et lui l’acceptait après s’être rendu compte de son désire de l’être. À cet instant, les mots doux de l’envie ont effacé les doutes de la cupidité, de l’avarice qui se promit de protéger ce trésor si fragile. Alors que le Port Royal était en vu, Bell sorti le mouchoir qu’il gardait dans la poche intérieur gauche de son costume, celui qui a servit à essuyer les larmes de Ariez et le serre doucement tout en l’approchant de son visage… Le monde allait connaître la décision d’un fuyard.

    Une fois le vaisseau posé à la gare spatiale de la Shin-Ra, Bell en sorti caché sous sa cape et son capuchon pour ne pas jurer avec la populace avec son costume de bleus différents. Mais à revoir ces rues après cette longue absence…un sourire de bonheur ornait son visage. La princesse, non, la Coalition Noire devait tout ignorer son voyage tant que celui-ci ne sera pas terminé. Ça serait bête de ne pas en profiter…L’ex-mercenaire se rendit alors à la petite place où il a rencontré Louise Adareth, à qui il a remit des informations pour un contrat mais aussi avec qui il a dansé une valse maladroite. C’était quelque chose de voir que rien n’a changé, toujours les mêmes braillards. Il osa même en rire un peu ouvertement et baissa la tête par gêne en remarquant qu’on le fixait. Le temps pouvait manquer, qui sait si ceux qu’il désirait voir allait partir pour un autre travail…

    L’homme en bleu se dirigea de suite vers le Centurio, assez rapidement car le chemin restait ancrée dans sa mémoire pour enfin l’apercevoir au détour d’une rue. Une véritable vague d’émotions le frappait, si bien qu’il se tenu contre un mur de peur de tomber à genoux et garda le visage baisser, tremblait alors qu’un sourire ému restait figé et des yeux larmoyant sans larmes… Bell n’aurait jamais pensé qu’un jour entendre des ivrognes allait tant l’émouvoir. L’avarice finit par se calmer et marcher lentement vers la taverne bruyante et y entrer comme de rien, personne ne fait attention aux étrangers ici sauf bien sûr les mercenaires. Il n'avait pas peur d'être attaqué, il avait toujours fait en sorte de taire son existence après l'affaire avec la Coalition...L’encapuchonné chercha du regard un instant une personne avant de s’en approcher et s’arrêter devant sa table, un léger sourire visible sous son capuchon.


    Ça te dérange si un ami vient prendre un verre avec toi, Auron ? Bell finit enfin par relever son capuchon, suffisamment pour que l’Aurore rouge puisse apercevoir son visage qui exprimait la patience d’une réponse.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Ven 14 Déc 2012 - 17:41
    Mon œil l'a tout de suite reconnu. Bell. En vie... Il était en vie... Ce qui m'étonnait le plus dans cette histoire... C'est que je n'en étais moi-même pas vraiment surpris. Un lâche pareil a depuis longtemps appris à fuir le danger et l'hypothèse, qu'au moment où tout a mal tourné il est soudainement fui n'avait rien d'étonnant. Mais c'est louche... qu'après une si longue absence, alors qu'on le croyait mort il se ramène ici, comme une fleur. Autant de temps pour s'extirper des griffes de la Coalition Noir... ? Bell est ce genre de type à toujours réussir à tirer la situation à son avantage. Est-ce qu'il aurait... Je n'en sais foutrement rien, en fait. C'est un homme de l'ombre aisément capable de disparaitre et réapparaitre. La question qui se pose avant toute chose... Depuis quand s'est-il échapper du Château. On dirait qu'au Centurio... Je ne suis plus le seul revenant.

    « Je veux bien prendre un verre avec toi, en attendant qu'un ami arrive. »

    La serveuse connait les habitudes et les gouts de chaque mercenaire. C'est pourquoi elle apportât deux verres de rhum sur la table... Parce qu'elle les connait et n'en à rien à faire. Le Rhum est la boisson qui rapporte le plus, parce qu'il n'y a besoin de la faire venir de loin... Et qu'il l'a vende excessivement cher. Les mercenaires en général ne la paye que s'ils peuvent, auxquels ca ca s'ajoutera à leur ardoise. La maison ne fait crédit qu'à ses habitants... Les autres doivent payer sur place. Reste à savoir si Bell... Mettra ce verre sur son ardoise ou le paiera sur place.

    J'en ai toujours eu la conviction, il ne s'est pas fait avoir et n'a pas non plus été tué. Fred a parier qu'il était mort... Tout le monde a parier ca d'ailleurs... Moi, j'ai parier qu'il avait survécu. Avec lui j'ai risquer ma vie, je ne l'aime pas... Mais je le connais, je connais son appât du gain et sa paranoïa maladive. Et je reconnais aussi son intelligence, celle de toujours savoir se préserver. Le moyen... Je veux connaitre le moyen dont il a échappé à la Coalition Noir.

    Mon visage était tourné vers l'agitation du bar, mais mon œil lui, restait rivé sur ce chacal. Ce chacal qui ne fait rien au hasard, le bénévolat, il le connait pas et j'en suis sûre... J'ai la conviction que de toute cette débâcle, il a réussit à tirer son épingle du jeu. Je n'ai que trois questions à lui poser.

    « Le Château de la Bête, j'ai du fuir avec Natsu et la Bête par l'entrée principale du Château, le pont-levis. Alors que tu devais retenir Ariez dans les Jardins... Comment t'es-tu arraché des griffes de la Coalition Noir ? »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Ven 14 Déc 2012 - 19:47
    Un léger frisson parcouru son dos mais sans achever son petit sourire, l’Aurore Rouge lui avait asséné un pic un peu costaud alors que lui était venu en ami. Le mercenaire en attendait un d’ailleurs, et Bell hésitait un instant à retirer complètement son cache si ce genre d’individu n’était pas surveillé au Centurio. L’homme en bleu prit quand même le risque, le bruit ne devait pas courir et le Centurio est bien le genre d’endroit où un simple murmure peut devenir la rumeur populaire qui parcoure Port Royal. Deux verres de rhum ont été apportés à leur table et c’est en jetant un coup d’œil derrière lui que Bell comprit que Fred l’avait reconnu et lui avait servit une boisson qu’il sait que l’homme en bleu n’apprécie guère. Il essaya quand même de boire ce verre, sans s’étonner de ressentir la gêne d’être surveillé comme le pire des criminels. Il fallait s’y attendre, Auron et lui était des opposés sur bien des points.

    La Coalition Noire ? Ah….oui, longue histoire…J’ai eu le temps de penser à pas mal de choses là-bas…mais une question me revenait souvent.

    Une petite gorgée de rhum, une autre, bref un cul sec rapide avant de déposer le verre sur la table paisiblement. Le parfum de du rhum qui remonta lentement dans sa gorge et parti dans un soupire discret. Le souvenir vague des quelque fois où il a participé à des jeux d’argents en buvant sans cesse, la défaite est impossible lorsqu’on ne possède pas d’organes pour en être affecté. Son attitude changea, sa posture aussi lorsqu’il reposa ses coudes sur la table pour joindre ses mains et regarder vaguement l’œil unique de Auron. Cet homme qu’il ne comprenait pas lorsqu’ils étaient du même bord, et il a fallu en changer pour ne serait-ce qu’apercevoir sa façon de penser…quelle ironie.

    Je ne suis pas venu te demander ça…mais maintenant qu’on en est là….Je te dirais ce que tu désire savoir si tu me parles d’un mercenaire qui n’est plus de ce monde….Auron, parle-moi de Yojimbo s’il te plait.

    Bell ne savait pas rester aussi sérieux tout le temps comme le fait Auron, il connaît à peine l’honneur au contraire de cet homme mais là où l’homme en bleu admirait en silence le grand samouraï, celui en rouge devait le connaître, celui en rouge vivait dans le même monde que lui. Yojimbo, Le démon tranchant…
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Ven 14 Déc 2012 - 20:42
    « ... »

    Yojimbo... J'y repensait avec tristesse, fixant Bell plus intensément. Sans m'en rendre compte je me suis mis à le scruter, l'examiner dans chaque détail. Un homme d'honneur... détruit, dévoré par l'avarice. Un homme solitaire qui n'avait comme seul véritable compagnie son chien... Un Yojimbo, un samouraï qui vend son bras à qui peut bien se le payer. Un homme qui marche dans la nuit, seul, qui jamais vraiment n'a réussi à s'attacher, s'attarder... Un nuage solitaire, le regard vide.
    Vide d'espoir ou d'avenir... Une éternité à s'enrichir de chose sans valeur, en pleine connaissance de cause. Un homme... effroyablement seul.
    Bell était là, en attente d'une réponse. Son visage transpirant d'une innocence toute particulière que je n'aurais sut expliquer...

    « Yojimbo voulait tellement s'enrichir... Qu'il restait pauvre quoiqu'il arrive. »

    Rien ne les rapprochait... Hormis cet intérêt dangereux tant il est exagéré envers l'argent. Prêt à tout pour celui-ci.... Yojimbo aurait sauvé le monde ou détruit celui-ci seulement si la somme lui suffisait. Au final... Yojimbo n'a jamais vraiment vécu. Sa vie était d'une affreuse routine. Un jour il accomplissait un contrat, le deuxième aussi. L'argent s'accumulait, encore et toujours sans que jamais il ne le dépense... Sans que jamais il n'en profite...
    Et soudainement il a disparu. Il n'est pas mort, il a juste purement et simplement disparu.

    Certes il n'en avait pas la carrure, ni l'honneur et le charisme... Mais ils ont ce même désintéressement du monde. et sont tout deux dévorés par la cupidité.

    « Yojimbo... me fait penser à toi. »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Sam 15 Déc 2012 - 17:17
    C’était une réponse plus qu’inattendue, il aurait dû se montrer plus précis mais ce qui lui a donné Auron était une explication en elle-même. Yojimbo a inspiré le respect et l’admiration pour Bell sans jamais comprendre réellement pourquoi. Ce n’était pas l’argent qu’il accumulait, le virus ne l’a pas connu assez longtemps pour ça, ni ce côté samouraï de grand chemin qui ressortait tant. L’ Aurore Rouge l’avait comparé à ce samouraï avec une certaine tristesse qu’il a pu percevoir dans l’unique œil du mercenaire. Expliquer ce qu’il attendait serait un coup dans le dos de cet homme qui a disparu du jour au lendemain, comment expliquer à Auron que lui, l’invocateur sentait, ressentait en la présence de Yojimbo la même sensation qu’il a aux côtés de ses chimères. Bell comprenait en parti ce que voulait dire le mercenaire borgne, mais il lui était impossible de l’approuver sans sentir le peu de fierté qu’il possédait se prendre un coup.

    Yojimbo cherchait la richesse pour je ne sais quelle raison…je la possède pour combler des désires qui m’ont longtemps manqués…et si possible, combler ceux d’une personne qui m’est chère.

    Le virus savait pourtant que ses désires comblés n’étaient que des excuses, car la cupidité n’est qu’une horrible fable que des hommes écoutent, lisent et s’en imprègnent dans un espoir toujours vain. Bell a toujours voulu de l’argent, il en a toujours cherché et en désirera plus encore jusqu’au jour où tout l’appartiendrait…et se rendre compte que sa tour d’ivoire n’est qu’une preuve de ses peurs et son envie de grandeur. La cupidité n’est qu’un conte qui s’étale, qui change sans cesse alors que la fin sera à jamais la même. Pourtant, le virus souriait paisiblement, avec une touche enfantine tout en relevant la tête. Il avait reçu quelque chose de mieux que ce qu’il cherchait et pourrait peut-être cesser de penser à ce samouraï. C’était une affaire, Auron a donné ce que Bell désirait et c’était à son tour de donner sa part.

    Et c’est pour cette personne en question que je suis venu ici…Indirectement, tu lui as fait beaucoup de mal, Auron.

    Il faisait de son mieux pour paraître calme, cacher ses émotions était son meilleur atout pour le poker ou pour négocier alors qu’en repensant à la princesse qui voulait en finir à cause de ce qu’il s’était passé. L’ex-mercenaire trahit alors une touche de haine et de tristesse dans son regard, il les avait abandonné mais n’avait de cesse de regretter cet endroit et maintenant qu’il s’était trouvé un but, il devait désormais renier avec ce passé et cette taverne. Fred a dû remarquer le verre vide de l’homme encapuchonné car un nouveau rêve de rhum arriva…que Bell refusa en demandant quelque chose de moins fort. Le virus voulu resté concentré sur cet œil qui le fixait, car en cet instant où les habitués buvaient et riaient, eux devaient se refuser ce plaisir du Centurio.

    On a dû te faire passer son message… et si je suis venu ici, ce n’est pas pour t’attaquer…mais effacer toute surprise. Je…Je respect les mercenaires, Auron et parce que j’ai été l’un des votre… Bell avait du mal à s’exprimer, il avait toujours du mal à être sincère quand on pense qu’il mentait le plus clair de son temps. La tête baissé, l’ex-mercenaire ne pouvait regarder l’Aurore Rouge en face et ainsi dire adieu à ceux auxquels il a pensé lors d’heures calmes. Cuore Ex Macchina aurait pu supplier pour que l’Aurore Rouge comprenne ce qu’il n’arrivait pas à expliquer et qu’ils puissent se quitter en attente d’un face à face…


Dernière édition par Bell DiArmag le Mer 2 Jan 2013 - 22:10, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Mar 18 Déc 2012 - 2:51
    Je l'écoute. J'attrape mon verre, le ramène jusqu'à mes lèvres. Ensuite, je bois le verre. Tout ça, sans cesser de le fixer. Je me refuse à le lâcher, ne serait-ce qu'une seconde. Seconde qui dure une éternité, une éternité qui passe pourtant si vite. En une seconde... On peut faire beaucoup de choses, en une seconde. Bell DiAmarg, de quoi serait-il bien capable en une seconde ? Sans doute, peut-être, lancerait-il un sort sans importance... Sans importance dans le combat, un sort si faible qu'un guerrier avertit ne saurait faire autrement que de l'ignorer. Mais après il y aura une invocation... Faiblarde mais qui, avec ce même petit sort inoffensif, va t'exploser, te foutre à terre sans que tu ne t'en rendes compte... Et sans que tu comprennes, quoique ce soit. C'est un stratège d'exception. Lorsque deux hommes risquent leurs vie ensemble... Cela créer un lien, forcément. Bell et moi... Nous n'avons absolument rien au commun. Lui n'a aucun honneur, aucune fierté, c'est un lâche opportuniste. Nous ne voyons pas les choses de la même façon, on ne se comprend pas, d'ailleurs. Mais deux fois nous avons risqué nos vie ensemble...

    Au coeur du combat, au coeur même de la tempête, au coeur du territoire de la Coalition, alors que Natsu et La bête devenaient fou de rage et de peur... Nous avons été les deux seuls à garder la tête froide.

    Et bien avant, la compagnie des Indes. Tu n'aurais pas du être là... Comme un cheveu dans la soupe, une imprévu dans l'équation. Détendu, serein d'une arrogance certaine. Un pauvre nuage, qui s'est égaré dans la tempête. Un nuage... Qui va et vient, apparaît et disparaît.

    Je ne l'ai jamais aimé... apprécier ou même eut une once de sympathie avec lui... Hormis en mission, au coeur de la tempête et il ne fait nul doute que si jamais je le recroiserais comme ennemi, au détour d'un contrat... Là, je serais ravie de le revoir.

    Mais voilà... Bell l'homme trouble, ambiguë, tout ce que je déteste, refuses de lâcher ces sales manies... Celle qui fait que je dois encore attendre qu'un ami me rejoigne pour boire un verre. Lentement, je tourne la tête, scrute le paysage agité, comme une fresque. Les ivrognes se tapent dessus, les gens hurlent et cris. Mais l'atmosphère qui nous entoure créer une sorte de bulle... Tout le monde ici préfère m'éviter et cela créer toujours de moi un certain vide. Et j'apprécie le calme, qui sans cesse l'accompagne. Je crois le voir, mon ami, parmi ces homme abruti de rhum. Mon ami... se démarquera de suite lorsqu'il sera là, vraiment là.

    Tu tournes autour du pot, gamin.

    C'est pour ça, que je ne l'aime pas... Cette façon d'hésiter, sans cesse, cette ambiguïté, de ne jamais être sur de rien... Comme s'il avait toujours peur de ses choix. Au combat c'est tout l'inverse... C'est un stratège, sûre de lui, prêt à prendre des risques mesures, toujours avec de la réserve. Dans la fuite, dans la charge, il y a chez cet invocateur au combat une maîtrise et une confiance total. En combat... Bell assume tous ses choix, prend en compte ses victoires et ses défaites... Que ce soit un adversaire, ou un allié...

    J'espère te recroiser sur le champ de bataille. Qu'importe les circonstances.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chasseur Ardent
Masculin
Nombre de messages : 665
Age : 27
Localisation : Pourquoi ? tu veux te battre !!!!
Date d'inscription : 18/11/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
431/550  (431/550)
Mar 18 Déc 2012 - 18:47
Il n'existe aucun meilleur endroit dans tous Port Royal que le Centurio pour faire la fête ! Vous voulez une ambiance de folie, une bière qui vous fait rouler par terre au bout de deux chopes si vous avez pas l'estomac assez solide, mater des serveuses super canon (mais interdiction de les toucher), vous faite des camarades pour la vie ou encore vous trouver un boulot qui paye bien si vous en avez suffisamment dans le pantalon......Alors cherchez pas plus loin ! le Centurio est LE bar dans lequel on s'ennuie jamais tant que c'est pas nous qui causons ces ennuies. La musique y était accueillante et chaleureuse, la convivialité semblait éclater tel un phare dans la nuit qui rameutait constamment de nouveaux client, et la nourriture ainsi que l'alcool était à la hauteur des munies que l'on dépenser pour les goûter.
Et encore une fois, en cette soirée humide dû aux embruns marin, la fête battait son plein dans le célèbre Q.G des Mercenaires, les combattants les pus redoutable des Caraïbes !


Alors que Fred, le grand tenancier du bar aux mille et une embrouilles, tenait d'une poigne de fer dans un gant de velours son important statu en gérant les nombreuses commandes qui s'accumulaient et en gardant un œil sur ses serveuses pour éviter qu'un marin d'eau douce un peu trop ivre ou arrogant ne s'en prenne à elle, il s'amusait aussi à profiter du spectacles de ces joyeux braillard qui venaient renflouer son commerce.

Et parmi tous ces braillards, il y en avait un qui était toujours chaud bouillant pour faire la fête en bonne compagnie. Le jeune Natsu, avec sa bonne humeur naturelle, beuglait plus fort que les autres et s'amusait à danser la gigue sur l'une des tables du bar avec un énorme morceau de poulet dans la bouche. Faisant sans cesse le pitre pour épater la galerie, déclenchant des montagne de fou rire et de pari pour savoir quand est-ce qu'il finirait par tomber de son piédestal. Quand venait de nouvelles musiques ou des chansons de marin, le jeune garçon ne ce retenait pas d'empoigner à bras le corps quelques clients et les embarquait avec lui dans sa festivité maladive.
On buvait, on chantait, on riait, on s'amusait tous ensemble ! C'était pour Natsu le moment le plus fort où il pouvait renforcer les liens que son cœur avait noué avec celui de chacune des personnes présente au bar. Même les plus discret, les plus sombre, ou les plus sérieux ne faisant pas abstraction à son sens de la famille et de la fraternité. Bien sur, les Mercenaires, le tenancier et les serveuses étaient plus important pour Natsu que n'importe qui à Port Royal....Mais quand venait le moment de faire la fête, le garçon ne pouvait s’empêcher de se lier à tous ceux qui l'entourait.

Au bout d'un moment, le garçon eu l'envie de se rincer le gosier. A force de beuglait comme un idiot à tout bout de champ il finissait par se casser la voix ! Mais peu importe, une bonne lampé dans la gorge et il repartait aussi frais qu'au début de la soirée. Voulant chiper une chope de bière au comptoir, le Draconicus fut une nouvelle fois surpris par la vitesse à laquelle Fred venait de lui immobiliser la main avant de lui enfoncer sur le crâne un verre d'eau.

- Quand t'auras atteins ta majorité je te laisserais le droit d'en boire !

- Enfoiré ! Y'a des gosses de 16 ans qui boivent déjà de l'alcool ! J'y ais le droit moi aussi

- je parlais de ta majorité mentale. Conclut le tenancier avec en sourire tout en tendant le verre d'eau au Draconicus. Chose à laquelle ce dernier répondit par un grognement dissimulé dans son écharpe avant de boire d'une traite le récipient, pour ensuite se remettre à polémiquer sur sa maturité.

Après de nombreux échange d'arguments imparable dont la grande majorité furent pour Fred, Natsu se mit une nouvelle fois à grogner dans son écharpe en jetant un regard furtif à la fête pour voir ce qu'il avait manqué. Et c'est alors que son regard se laissa porter sur l'Aurore Rouge....Lui qui était toujours solitaire pour ses beuveries, hormis les moments où Daigoro l'accompagnait, voila qu'il discutait avec quelqu'un ! Bizarre.....Pour un peu ce type semblait lui dire quelque chose.
Et pourtant, bon nombre savait que le jeune Mercenaire aurait tout de suite laisser tomber cette histoire sachant que Auron était capable de gérer n'importe quelle crise. Si il s'agissait d'un contrat, la personne devait sans doute l'informer un maximum. Le Samouraï était silencieux, mais plus il en savait mieux c'était pour lui. Mais cette aura qui émanait de son unique œil laissait croire à Natsu que le type avec qui il parlait n'était pas n'importe qui ! Il y à peu il avait croisé ce regard, il y à peu il avait put voir ce qu'était véritablement Auron. Alors la curiosité du garçon fut piquée...Qu'est-ce que ce type pouvait avoir fait pour que l'Aurore Rouge puisse le fixer de cette manière tout en discutant avec lui. C'est la raison qui poussa Natsu vouloir savoir qui pouvait être cette personne. Car sa carrure et sa chevelure ne lui était pas inconnue....Mais une fois encore sa mémoire de poisson rouge lui jouait des tours.

Lorsqu'il se déplaça au milieu de la foule qui bondait le bar, Natsu finit sans s'en rendre compte par dévier légèrement de sa trajectoire, s'approchant de sa destination complétement en biais des deux individus.....Et le profil qu'il finit pas reconnaitre lui gifla le visage d'une vague de nostalgie. D'abord immobilisé par la surprise, puis regonflé à bloc par la joie qu'il ressentait en cet instant...Le garçon ne put s’empêcher de forcer le pas, traversant la distance qui le séparait de son ancien camarade en bousculant presque les clients sur son chemin. De son comptoir, Fred voyait la scène et craignait qu'une nouvelle violente bagarre éclate. Ce qu'il prenait pour une sorte de rictus amère sur le visage du Draconicus n'était en réalité qu'un sourire malicieux.
Et quand le garçon fut à porté de bras du virus, il ne put s’empêcher de l'empoigner fermement au col de sa veste avant de le soulever comme si de rien n'était pour lui permettre de se faire à nouveau face. Et enfin, avec une joie débordante, il laissa exploser son plaisir.

- BELL ! VIEUX FRÈRE T'ES DE RETOUR !

Tout en reposant à terre son compagnon, Natsu passa son bras derrière les épaule de jeune garçon avant de se mettre à beugler dans tous le bar avec son imposant sourire carnassier:

- HEY LES GARS ! REGARDEZ BELL EST DE RETOUR PARMI NOUS !

C'est alors qu'un brouhaha tonitruant raisonna dans tous le bar, les ivrognes, les serveuse, les pirates et autres saluèrent le retour du virus ! Ce dernier était aussi connue que n'importe quel Mercenaire, et il avait tout comme ses paires une place importante dans ce lieu.

- TOURNÉE GÉNÉRAL ! ON VA FAIRE LA FÊTE ! Explosa une nouvelle fois le garçon en enflammant le bout de sa langue, et brandissant le bras en l'air comme pour célébrer cette retrouvailles à la façon d'une victoire.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Mar 18 Déc 2012 - 21:13
    C’était bien là Auron l’Aurore Rouge, l’homme qui parlait pourtant rarement et qui savait toujours quels mots prononcer au bon moment. Se revoir sur un champ de bataille, s’affronter après que tout soit éclaircit. Contrairement à ce que pouvait penser le samouraï, Bell avait une forme de respect pour lui et savait pertinemment que ça n’allait pas dans les deux sens. Mais ses mots avaient eux le don de lui retirer un poids sur sa conscience, combattre à nouveau avec tout son potentiel sans avoir une once de penser pour ses anciens compagnons les mercenaires. ….Il y a quand même un petit côté comique dans sa phrase, tous les mercenaires savent que l’homme en rouge n’était plus humain et qu’il devait être vraiment âgé mais traiter Bell de gamin, un être qui a près de quarante ans de souvenir. Le virus se sentait de pouvoir partir, il se sentait en paix envers celui qu’il devra peut-être affronter sous la demande de sa Princesse. Bell allait s’en aller, il le voulait bien d’ailleurs….

    Oui, on se recroisera sur un champ de bataille….Adieu, Au… S’il n’y avait pas eu Natsu qui l’avait attrapé par le col et soulevé, faire tomber son capuchon et pratiquement faire planter son programme avec un tel retournement de situation.

    Bell voulait être discret, il souhaitait que son passage soit du domaine de la rumeur mais voilà que la tête brûlée des mercenaires avait gueuler son nom, cassé ses oreilles au passages et réclamer de fêter ça. Il y avait aussi les clients de la taverne qui le fixaient maintenant, et son côté avare a de suite entendu certains se plaindre d’un certain pari…et de la fortune qu’avait gagner Auron sur son dos. C’était flatteur d’avoir parié sur sa survie mais laisser passer cette fortune serait si bête. Et puis…les habitués qui avaient salué son retours…bon sang ! Natsu faisait tout pour rendre ça plus compliqué. Bell était visiblement énervé mais un léger sourire de joie s’affichait sur son visage. Il ne lui fallu que quelque seconde pour redevenir sérieux et attraper l’écharpe du Dragonicus pour qu’il se baisse à la hauteur du virus assit. Un sourire forcé au visage, il fixait son ancien compagnon dans les yeux comme lorsqu’il allait lui adresser une facture.


    J’essayais d’être discret, crétin de lézard… Pendant un instant, Bell se souvenu encore des fois où Natsu l’avait aussi agacé avec son attitude enfantine et lâcha son écharpe et regarda à nouveau Auron, fatigué. Un verre d’absinthe arriva, coupé avec de l’eau pour lui donner ce teint gris et ce goût plus doux qu’il dégusta simplement. …Mouais, heureux de te revoir, Natsu.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Jeu 20 Déc 2012 - 23:25
    Silencieux je regardais les deux gamin, qui se chamaillait. Rapidement et avec une furtivité digne des plus grand ninja, Fred me lance un regard que j'ai tout de suite compris. Le barman accroche tous les contrats aux murs et celui qui en décroche un... S'engage à le remplir. Quelqu'un qui ne décroche aucun contrat, personne ne lui reprochera rien, sinon d'être feignant. Mais celui qui oserait décrocher un contrat de ce mur et faire marche-arrière... Lui, est un lâche.
    Ce regard que m'a lancé Fred, à la fois si sérieux, à la fois si détendu... J'ai tout de suite compris, que c'était un contrat qu'il n'affichera pas au mur. Parce que ce contrat, il m'est réservé. Une offre qui ne peut pas se refuser. Et là, c'est un peu comme un contrat accroché au mur... Et au moment-même où mon œil a croisé le siens, j'ai décrocher le contrat. Sans même regarder les deux enfants je me lève et part sans rien dire, arme à l'épaule.
    D'un coup, je m'arrête. J'ai oublié... qu'il me restait quelque chose à dire.

    Dis lui, clairement, Bell.

    Puis je continue mon chemin, droit devant. Malgré la foule mouvante qui font régner le chaos dans ce bar, je n'ai pas à changer de direction, pas même ne serait-ce qu'une fois... Et finalement je me retrouve assis au comptoir à boire un verre, pendant que Fred en lave un autre. Entre lui et moi il y a ce contrat, que je parcoure en vitesse.

    Je viens de le recevoir. Tu vas le prendre ? C'est risqué de se mêler à ca... C'est comme se jeter dans la gueule du loup.

    Ce loup là, il est déjà mort... Bien sur que je le prends.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chasseur Ardent
Masculin
Nombre de messages : 665
Age : 27
Localisation : Pourquoi ? tu veux te battre !!!!
Date d'inscription : 18/11/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
431/550  (431/550)
Sam 22 Déc 2012 - 20:25
http://youtu.be/SBATrLRWySg

Ouai ! c'était la fête au Centurio ! Tout le monde buvait, dansait et chantait plus qu'a l'accoutumé parce que Natsu le leur ordonnait. Il faut dire aussi que quand le garçon veut fêter quelque chose il ne le fait pas à moitié, et plus il est heureux plus la fête risque de virer au drame.

Et pour ce soir, le Draconicus était plus qu'heureux ! Bell venait d'apparaitre après si longtemps sans donner de nouvelle.....c'était juste un pure moment de plaisir et de fun qui s'annonçait. Le Centurio avait déjà vue tellement de Mercenaires disparaitre du jour au lendemain pour retourner à une vie plus libre et plus autonome, et même si ils n'étaient plus présent dans le bar, ils le restaient dans le cœur de leur compagnons.
Natsu lui avait un véritable hangar pour cœur ! Mais il aimait par dessus tout revoir de temps en temps ses amis. Alors si il n'en croisait pas durant ses missions, certains venaient faire un tour au bar pour y passer le bonjour et boire un coup en souvenir du bon vieux temps. Pour Bell c'était légèrement différent ! La dernière fois qu'il l'avait vue c'était lors de l'attaque du château de la Bête, et après la déculotté qu'ils s'étaient tous prit durant cette mission, ils avaient du fuir la queux entre les jambes.....Et Bell était portée disparut. ce jour là pour le Chasseur ardent, la perte d'un ami fut aussi douloureuse que la défaite qu'ils avaient subit. Car pour lui, cela voulait dire qu'il ne pourrait jamais plus le revoir ! N'allons pas jusqu’à dire que Natsu et Bell étaient les meilleurs amis du monde ! Ils s'entendaient bien quand Bell escroquait Natsu dans des paris, ou lorsqu'ils s'amusaient à essayer de mater les filles sous la douches. Mais après il y avait des moments où les deux ne pouvaient pas se supporter, comme le fait que le virus était beaucoup trop portée sur l'argent par rapport au Draconicus, ou encore que ce dernier passait plus son temps à s'amuser contrairement à l'autre qui rechercher le calme.....Enfin voila ! Ils était deux camarades avec des hauts et des bas. Et puis même si aux yeux de Natsu Bell devait être le plus beau connard de l'univers, il ne restait pas moins un Mercenaire...un membre de la famille du Centurio ! et quoi qu'il arrive on ne laisse jamais tomber sa famille !

Alors que la fête battait son plein, Bell prit à part quelques seconde la bougie ambulante pour lui faire comprendre qu'il venait de briser une sorte de moment "Ninja"....C'est a dire discret en langage crétin Natsu.....

- ALLEZ VIEUX BUVONS UN COUP ENSEMBLE !.....Chose bien entendu que celui-ci ne capta absolument pas au vu de son cerveau qui s'était désormais presque déconnecter pour faire la fête. Il ne calcula même pas le moment où Auron s'était lever de son coin habituel pour aller voir Fred
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Dim 23 Déc 2012 - 14:53
    Bon dieu… ce que cet endroit pouvait être bruyant. Inutilement bruyant. Ces soiffards qui avaient sans aucun doute une ardoise plus coûteuse qu’une fête d’un aristocrate de bas de gamme, c’est dire s’ils en buvaient ces gens inutilement bruyant. Et le chasseur ardent qui n’y mettait pas une couche, ni deux, ni cinq mais le gâteau comme à chaque fois qu’il désirait s’amuser. Bell était exaspéré, Auron était parti pour on ne sait quelle raison en lui disant de dire les choses clairement à Natsu. Mais oui, avouer directement à une des plus grosse brute de l’histoire, une des personnes qui sait le moins se contrôler que sa joie soudaine est très mal placée. Lui dire qu’une personne qu’il voit comme un membre de sa famille l’a trahit sans grand remords.

    T’es un marrant, Auron. L’homme en bleu en avait sur les nerfs. Dire que l’ambiance était tendue avant que le lézard le remarque, qu’il était là pour prévenir un homme qu’ils seront ennemis… voilà que ça sera aussi à un gosse.

    Bell maudit l’homme en rouge pour l’avoir laissé seul avec Natsu, tout ça pour un contrat car oui, le virus avait de l’œil. Au moins, il est resté dans les parages, au comptoir mais il n’était pas certain qu’il ferra quoi que ce soit si le lézard s’énerve un peu trop violement. Le virus était coincé, une belle erreur de stratégie. Et ces alcoolos qui ne cessaient de chanter… L’homme azuré essaya de se calmer, il se disait qu’il pourra retrouver sa princesse après ça. Sa princesse, son trésor qui ne risque pas d’apprécier ce voyage à l’improviste alors que la guerre est si proche. La pauvre va se sentir trahie tant qu’il ne trouvera pas les mots pour s’expliquer, des mots qu’il avait déjà. Bell pensait encore et encore à Ariez, jusqu’à se lever soudainement pour attraper l’écharpe de Natsu encore une fois et le forcer à aller près d’une chaise. La main pointée vers son visage, grande ouverte et une concentration proche d’une personne qui pratiquait cette magie depuis longtemps. Bell usa du psychisme pour la première fois de sa vie, en poussant Natsu sur une chaise après avoir fait en sorte qu’il perde un peu l’équilibre. C’était infime, l’homme en bleu n’arrivait pas à le croire et le punk aux cheveux roses ne pourra être sûr de ce qu’il s’est passé… L’ex-mercenaire dessina de sa main libre un cercle d’invocation du bout de l’index, assez rapidement pour invoquer une arme à feu avec laquelle il visa le plafond et presque dégommé une lanterne. Le recul assez brutal pour que l’arme lui échappe des mais et disparaisse. Il voulait du silence, il a été forcé d’employer la manière forte pour l’avoir.

    Enfin…Il n’y a rien a fêter, bande d’imbéciles imbibés d’alcool ! La fatigue se lisait dans ses yeux, sans doute dû à sa première utilisation de son lien avec Ariez. Bell parla pourtant en s’adressant à chaque personne présente avec plus de sérieux qu’un membre de la famille royale… Si je suis revenu ici, ce n’est pas pour saluer les mercenaires, et encore moins faire la fête ! Si je suis revenu, c’est uniquement pour mettre les choses au clair.

    Il avait l’attention des habitués, il avait l’attention de Fred et des serveuses, il avait l’attention des deux mercenaires présents même si l’un lui tourne le dos. L’ex-mercenaire se sentait sur un champ de bataille, il n’était plus ici pour faire la paix avec lui-même mais pour débuter une guerre personnelle. Il scruta chaque visage, chaque personne présente en se dirigeant vers la porte de la taverne et faire une dernière fois face à ces hommes et femmes qui l’ont côtoyés.

    Je ne suis plus un mercenaire, et je refuse de le redevenir ! Ma venue ici n’était que pour vous prévenir. Vous prévenir à tous que désormais, l’homme connu sous le nom de Cuore Ex Macchina est un membre de la Coalition Noire !

    Bell se ficha de leurs regards, du grondement soudain que provoquera Natsu sous la colère mais il pouvait s’en aller, son lien avec sa princesse devenu inutile pour son départ. Il se déplaça d’un pas rapide car certain des retombées de ses paroles et ses actes après que la surprise soit retombée et sans prêter attention aux habitants qui le reconnaissaient.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chasseur Ardent
Masculin
Nombre de messages : 665
Age : 27
Localisation : Pourquoi ? tu veux te battre !!!!
Date d'inscription : 18/11/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
431/550  (431/550)
Lun 24 Déc 2012 - 1:16
le silence.....c'était la seule chose que l'on pouvait entendre dans le Centurio après l'annonce du virus. Cet endroit si emplit de vie et de fête il y a un instant venait de sombrer dans un état deuil, et Natsu était le plus affecté par cette situation.

Encore assit sur sa chaise, le garçon était complétement immobile, le temps semblait s'être suspendu pour lui. Et pourtant, son cerveau était en train de fonctionner à plein régime ! Il se remémorait avec une précision incroyable chaque mots, chaque expressions, chaque lueurs dans son regard qui pouvaient le rassurer en lui prouvant que ce qu'il venait de se passait n'était juste qu'une farce de Bell. Au fond de lui Natsu espérait ardemment que ce qu'il venait d'entendre n'était qu'un pari stupide fait avec Auron plus tôt pour se moquer de lui.....Pourtant il n'en était rien ! Bell venait réellement de dire qu'il coupait les ponts avec les Mercenaires.....Et qu'en plus il rejoignait la Coalition Noir !

C'était purement et simplement impossible à concevoir pour le Draconicus. Qu'un Mercenaire décide de s'en aller pour retrouver une certaine liberté était compréhensible, mais jamais aucun de ceux qui ont foulé le bar n'ont coupé les liens qui les rattaché pour autant. le Cuore Ex Macchina lui venait de se séparait de cet endroit chargé de souvenir et de liens comme si il n'avait jamais existé...il ne voulait même plus en entendre parler....
Et puis il y avait ceux qu'il rejoignait....La Coalition Noir ! Ces ordures qui les avaient humilié et trainés dans la boues. Qui sait de quoi ils sont capable. Qui sait que peut être ils avaient en réalité manipuler le virus pour les forcer à les rejoindre ? Après tout c'est depuis le soir de cette bataille où il avait disparut de vue. Peut être avait-il été fait prisonnier....peut-être avait-il subit un lavage de cerveau.....C'était impossible que Bell agisse de cette façon ! Pour Natsu, la dure réalité des choses était encore difficile à accepter. Il ne cessait de croire que quelque chose clochait et voulait en avoir le cœur net.

Alors qu'il venait enfin de se relever de son siège, prêt à partir à la poursuite de son compagnon, Fred le stoppa dans son élan.

- Arrête toi Natsu ! tonna le Tenancier depuis son comptoir, faisant presque trembler les murs du bâtiment. Chose à laquelle le garçon répondit instinctivement la grande surprise de tout le monde. Tu l'a entendu comme nous tous ! Il à choisit sa propre voie, tu n'as pas le droit de le forcer à changer.

Le pire c'est que c'était vrai ! Même Natsu le savait. Mais c'était quelque chose qu'il avait simplement du mal à accepter. Lui qui pensait que les choses resteraient comme elles sont pour toujours. Il avait vécut pendant trop longtemps dans un conte de fée, il était temps pour lui d'ouvrir les yeux sur la réalité: Rien ne peut être éternellement comme on le veut ! Pourtant le Draconicus rendait inconsciemment chacun de ses jours inoubliable, il profitait de chaque instant qui lui était offert. Maintenant qu'il avait suffisamment profité il devait tourner la page.....Mais c'était trop dure pour lui. Depuis qu'il s'était levé, il se serait la main au poing de faire véritablement blanchir ses phalanges. Ses bras tout entier tremblaient de frustration....Il ne voulait pas que cela se termine ainsi.

Le Chasseur Ardent se rua alors à l'extérieur, sans faire attentions aux ordres que lui lançait Fred ! Courant dans les rues aussi vite qu'il le pouvait à flairer l'odeur de Bell. Seulement ce dernier n'avait jamais d'odeur...Il était impossible de le traquer de cette manière, et demander aux passant où il pouvait bien être allez lui ferait perdre du temps supplémentaire. Bordel ! Bell ne pouvait pas partir comme ça !
C'est alors que le cerveau du garçon se mit à lui envoyer une idée: Bell n'avait absolument pas l'intention de rester, il voulait partir.....Et le meilleur endroits était la station de transport de la Shin-Ra ! C'était là qu'il devait se rendre ! Sans plus attendre, le jeune Mercenaire reprit sa folle course dans les rues de Port royal, il ne voulait pas laisser son compagnon partir, il voulait le revoir pour au moins lui dire au revoir comme il se devait.

Lorsque Natsu arriva sur place complétement essoufflé, le dernier vaisseaux de la soirée était déjà en train de décoller....Trop tard pour un dernier mot ponctué d'une accolade amicale en souvenir du bon vieux temps.....Mais pas trop tard pour un dernier message.
Prenant de profonde inspiration répété afin de récupérer plus vite son souffle, le Draconicus finit par gonflé fortement ses joues, concentrant une grande quantité de magie à l'intérieur ainsi que sa volonté et la force de ses sentiments. Puis il recracha le tout dans le ciel sous la forme d'un souffle de feu terrifiant qui illumina le Port plus que la Lune ne le pouvait elle-même. Et lorsque les flammes furent hautes, elle explosèrent telle un feu d'artifice, laissant dans les airs un éphémère message flamboyant: "Au revoir vieux frère".

Est-ce que le virus avait put voir quoi que ce soit ? Etait-il dans le bon vaisseaux ? Natsu l'ignorait, mais il voulait le croire fermement, il voulait être sur que que Bell sache qu'il avait mûrit au fond de lui....Que cela n’annonçait pas une fin....Mais un nouveau départ pour chacun d'entre eux ! Et puis le vaisseau disparut dans le ciel, en même temps que ne se dissipa le message du jeune Mercenaire.

Et dans la nuit, au milieu de Port Royal, un jeune garçon essuyait d'un revers de la main l'unique larme qui avait coulé sur son visage. Une larme qui fut rapidement suivit par un fin sourire. Un sourire plein de force.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chimère "La tristesse assèche le coeur de qui n'a plus de larmes pour pleurer."
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire