Derniers sujets
» L'appel du changement
par Kurt Brown Aujourd'hui à 16:45

» La voix des anges
par Daenerys Targaryen Aujourd'hui à 13:35

» À la croisée des Mondes
par Milla Maxwell Aujourd'hui à 11:59

» Au cœur des festivités
par Chen Stormstout Hier à 15:51

» Bouc émissaire
par Agon Wiley Mer 21 Juin 2017 - 21:10

» Les Orphelins
par Général Primus Mer 21 Juin 2017 - 19:09

» Entre ciel, terre et campagne
par Fabrizio Valeri Mar 20 Juin 2017 - 22:41

» De l'ennui naît l'horreur
par Maître Aqua Mar 20 Juin 2017 - 12:05

» Une menace qui plane
par Chen Stormstout Mar 20 Juin 2017 - 10:27

» Coeur de dragon
par Ulthane Lun 19 Juin 2017 - 16:48

» Préparation d'une somptueuse soirée
par Death Lun 19 Juin 2017 - 10:25

» Une main tendue
par Cissneï Dim 18 Juin 2017 - 22:22

» Un chant d'en bas
par Matthew March Sam 17 Juin 2017 - 20:41

» Evaluation post-traumatique
par Rufus Shinra Sam 17 Juin 2017 - 19:22

» Le bon, l'hideux et l'amoureux.
par Roméo Sam 17 Juin 2017 - 17:24


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Insolente passion.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Passionnée
Féminin
Nombre de messages : 193
Age : 24
Localisation : Le Jardin Radieux.
Date d'inscription : 01/08/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale.
XP:
555/550  (555/550)
Ven 9 Nov 2012 - 18:18
    Il n'y avait que moi et le silence. La beauté d'un lieu sacré plongé dans la brume de l'hiver, et moi. Moi, Mila, l'enfant sale des passions avortées. J'étais ici parce qu'il n'y avait pas d'autre endroit où aller. Je voulais retourner dans les faubourgs, dans notre prison, mais j'avais trop peur pour y aller seule... Alors je suis venue ici, parce que c'est l'endroit le plus calme que je connaisse.

    Et je voulais briser ce calme insolent.

    Dans les jardins immenses de ce Consulat d'antan, il y avait des autels, des chemins tortueux, et loin, loin du cercle des tours... Il y avait un cimetière. Des tombes aux stèles ouvragées, des fleurs gelées par le froid et le temps... Il y avait cette rage, cette solitude, celles-là même qui brûlaient mon cœur. Qui les avait abandonnés ? Qui les avait laissés seuls à leur triste sort ? Qui leur avait fait mal au point d'en mourir ? Qui avait pu les laisser souffrir de la sorte ?

    C'était l'art, c'était ce foutu art, ce monstre insidieux aux apparences trompeuses qui se glisse dans les moindres fissures de votre âme pour mieux la détruire... Et ces Muses qui s'en font les garantes sont responsables de la mort de leurs élus... Muses, quel nom odieusement beau pour des créatures si merveilleusement cruelles ! Il n'y a pas de repos pour les âmes perdues dans la création... Condamnation accueillie avec joie, leurs victimes les remercie, croyant à un cadeau céleste quand il ne s'agit que d'une tragique et funeste destinée...

    Il n'y a pas de repos pour ceux qui aiment. Et moi, je voudrais seulement m'éteindre, à côté de ces hérauts, je voudrais seulement que tout s'arrête et qu'enfin je puisse fermer les yeux et ne plus penser... Mais je n'ai pas de Muse vers qui me tourner... Je n'ai pas de protecteur aux mains de sangs pour m'accueillir dans ses bras... Je n'ai que la passion... Et quand bien même mon art, mon amour, est partout présent, je suis seule, je n'ai pas de Muse...

    Dans tous les arts je me retrouve et aucun ne me suffit, je suis la plus seule entre tous, car eux, eux... Ils ont une mère, une sœur, une protectrice. Ils entendent sa voix quand ils rêvent, ils entendent sa voix quand ils se perdent... Mes rêves à moi ne sont que des cauchemars sans fin.


    Les trois complices des matins du cœur,
    Erato aux mots d'amour passionnés qui corrompent les plus sages,
    Polymnie qui de ses chants ensorcelle les naïfs, les menant vers un destin trop pénible,
    Thalie aux rires sans fins des jeunes amants, qui leur donne l'illusion d'un avenir heureux,

    Les sœurs du déclin,
    Clio, insidieuse créature qui nous dévore de ses jalousies au point de regretter le passé, complice de sa sœur éloquente,
    Calliope, de ses discours impérieux elle enflamme la passion encore jeune,
    Euterpe qui, de son aulos, joue des mélodies dont la beauté et la passion mènent au drame,
    Terpsichore et ses danses ardentes du corps qui mènent à la folie...
    Uranie, même toi la plus étrangère à l'amour, dans les étoiles dont tu es la maîtresse tu abrites les amours à la faveur de la nuit...

    Et Melpomène...
    Toi que j'aime entre toutes, ta cruauté est bien la pire. Tu tires un plaisir inhumain des soupirs passionnés des amants ...

    Ô Muses, est-il destin plus terrible que celui de ne pas être aimé de vous ? Je dois avoir offensé vos desseins pour tant souffrir de votre absence... Je suis consule... Je suis héraut de l'amour et de la passion... Est-ce parce que mon art transperce les limites que vous vous êtes fixées, et que, jalouses, vous avez choisi de faire de ma vie le jouet de votre fortune insidieuse ? Je vous mets au défi de m’écrire une fin plus douce, je vous défie de soulager ma peine et ma souffrance, je vous défie de me prouver que vous n'existez pas dans le seul but de détruire ceux qui ne sont pas vôtres...

    Et je suis là, dans ce cimetière, seule dans le froid de cet hiver naissant... Et je vois le ciel se déchirer dans un hurlement de foudre et de tonnerre.... Il pleut... Il pleut et mon corps est glacé jusqu'à l'os... Je suis seule, et il pleut... Et le vent me chante des sourires, m'enveloppant de ses bras froids, brisant la torpeur qui m'envahissait doucement... Et le ciel me promet un avenir, versant sur mon corps meurtri ses eaux salvatrices, purifiant mon corps de tous ses vices... J'ai tellement envie d'y croire, j'ai tellement d'espoir et c'est comme si ma rage n'avait plus de sens... Je n'ai plus de larmes, je n'ai plus de douleur, je n'ai que la beauté céleste des caresses de cette nature qui s’éveille dans ce cimetière trop vivant...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La lance Tourbillonnante.
Masculin
Nombre de messages : 1675
Age : 23
Localisation : Tour de Yen Sid
Date d'inscription : 25/05/2007

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
272/500  (272/500)
Ven 22 Fév 2013 - 12:34
    Exploit accompli.

    Donc oui je l'avais déjà lu.

    Il est très bon, très personnel, mais en le lisant une deuxième fois dans l'idée de le commenter, il me plait déjà moins. Déjà parce que c'est une relecture et que je ne suis pas fan de ça... Ensuite parce que toute la poésie et la puissance de tes mots ne font que l'effet d'une redite. La vraie force de ton rp, que j'ai ressentie la première fois, en était touchée cette fois-ci.

    Bon, en ayant été moins "surpris" donc, j'ai ressenti un peu de pathos dans l'avant-dernier paragraphe.

    Malgré tout, ça reste vraiment bon ^^

    C'est même une insulte de ma part de parler de pathos alors que je me souviens l'avoir adoré la première fois que je l'ai lu.

    Enfin soit...

    Facile ? 12 xp, 120 munnies et 2 PS... Ouais symbiose me semble adapté.

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma nouvelle passion : le patchwork
» Comment votre entourage vit-il votre passion?
» D'un coeur brisé naîtra une passion dévorante [Aurore]
» On reconnaît la passion à l'interdit qu'elle jette sur le plaisir
» [Arcani] Une passion qui coûte cher