Derniers sujets
» Météo en live : le 18 octobre
par Janna Aujourd'hui à 13:02

» Pour un peu de bien
par Lulu Aujourd'hui à 13:00

» La Chute de Nottingham
par Général Primus Aujourd'hui à 12:58

» Tombent les cartes
par Lenore Aujourd'hui à 9:06

» Tombent les masques
par Agon Wiley Aujourd'hui à 4:28

» Comme le dit Oscar Wilde...
par Genesis Rhapsodos Aujourd'hui à 4:24

» Et là, un squelette !
par Genesis Rhapsodos Aujourd'hui à 4:15

» Réglementations et demande de Partenariat
par Invité Aujourd'hui à 2:21

» Field of Heroes
par Invité Aujourd'hui à 2:18

» Répétition
par Arthur Rainbow Hier à 21:39

» Qui part à la chasse perd sa place !
par Rufus Shinra Hier à 18:21

» La cerise sur le gâteau
par Général Primus Hier à 15:04

» Loué soit Son nom
par Cypher Hier à 14:01

» Tombe la chemise
par Cissneï Hier à 3:26

» UUUUUUn joyeux bon anniversaire mon (ma) chér(e)
par Cissneï Lun 16 Oct 2017 - 23:19


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Un mot qui n'a plus de sens.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Peintre des Rêves
Masculin
Nombre de messages : 416
Age : 25
Date d'inscription : 14/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
288/550  (288/550)
Lun 22 Oct 2012 - 19:51
    Ce n'était que du bruit atroce qui résonnait dans toute cette ville. Elle se stoppa à la fin du morceau et il y eut une foule d'applaudissements. Les habitant avaient adoré, ils trouvaient ça effrayant au possible, digne de la cité peuplée de monstres. Si c'était le but, effectivement, ça faisait peur... Comment pouvait-on avoir si peu de talent ? C'était bien là la véritable épouvante. Les personnes présentes hurlaient pour une nouvelle chanson, ils en redemandaient... Les cordes des guitares recommençaient à vibrer quand subitement, les amplificateurs implosèrent à la surprise générale. Un homme était installé sur un riche fauteuil, il se leva et son meuble se liquéfia en peinture avant de totalement disparaître. C'en était assez, il était venu écouter ce concert parce qu'on le lui avait demandé, c'était maintenant chose faite. Ukiyo n'était pas mélomane, mais c'était encore pire avec ce rock, peut-on appeler ça de la musique ? Sincèrement ? Pour les rares fois où le consul avait foulé le sol d'Halloween, il était en colère, c'en était presque de la haine. Oui, c'était bien ça, il haïssait ce monde qui se jouait de lui. Il avait toujours se visage disgracieux, c'était insupportable. S'il le pouvait, il rayerait certainement ce monde de la carte. Néanmoins, quitte à venir, autant y faire quelque chose qui en vaille le déplacement.

    Ukiyo se rappelait d'une seule et unique chose qui l'avait fasciné ici. Une peinture vivante, il avait réussi à la capturer dans un toile avant qu'elle ne disparaisse. Il l'avait placée dans les quartiers du Consulat et souvent il restait en silence à la regarder. Ce peintre est très orgueilleux et il le reconnaît volontiers, mais il aimerait être encore meilleur. Ah, s'il pouvait lui aussi donner vie à la peinture, ne serait-il pas le plus grand artiste dans ce domaine ? Oh si, il le serait, mais il a essayé des dizaines et dizaines de fois sans jamais parvenir à la moindre chose. Ce monde ne lui rappelait alors rien d'autre que son incapacité, sa défaite cuisante contre lui-même.

    Il marchait, sans trop savoir où il désirait aller, ni même s'il n'était pas préférable de partir tout de suite. Ukiyo arrivait aux dernière maisons du village juste avant la forêt. Un monstre caché derrière un mur surgit et hurla, mais le peintre ne sursauta pas. À vrai dire, il pensait trop à cette peinture vivante pour réaliser quoi que ce soit. Ce n'est que dix secondes après qu'il remarqua cette « chose » à côté de lui, hideuse, comme tout ce qui se trouvait ici. Mais visiblement, il n'était pas agressif, c'était un simple habitant d'Halloween. Ukiyo le regarda, il ne comprenait pas. « Il va falloir que vous arrêtiez cela un jour » Dit-il sur un ton irrité. L'habitant lui demanda ce qu'il voulait dire exactement et le consul soupira. « C'est idiot... Vous êtes tous idiots. Vous pensez faire peur à qui ? Tout le monde sait à quoi s'attendre ici, c'en devient lassant. Vous devriez gaspiller votre temps à quelque chose de plus utile. » L'autochtone, malgré son apparence laide, semblait si gentil, un contraste totalement absurde avec la nature de ce monde. « Plus utile à quoi ? Et puis t'es qui pour donner des ordres comme ça !? » Voila qu'il montrait les crocs, ce n'était pas pour déplaire au consul. « Vous êtes inoffensifs, la risée des autres peuples. Dites-moi, le Docteur Finkelstein, où est-il ? » Ukiyo se mit à sourire doucement. « Il a été enlevé et je refuse de croire ce que tu dis ! Rien n'est plus effrayant qu'ici ! » Le peintre se tourna vers la forêt, il la trouvait lugubre, sombre, c'était sans doute ce qui était le plus effrayant à Halloween. Là-bas, il n'y avait que la mort, il est impossible de voir loin, des choses peuvent se cacher derrière les arbres. Ce monde à perdu de sa superbe lorsqu'il a été connu. « Je sais qu'il a été enlevé, ce que je voulais savoir, c'est pourquoi vous ne faites rien pour un de plus célèbre habitant ? On enlève des personnes sans que vous ne cherchiez à changer les choses. Il est justement temps... que vous changiez les choses. »

    Ukiyo commença à partir et se tourna un dernière fois vers son interlocuteur. « Brisez les chaînes qui vous retiennent ici, repoussez les frontières. Il faut amenez Halloween là où personne en s'y attend. Une fête sans limite, ne me dites pas que ça ne serait pas quelque chose de bien ? » Il s'en alla, sans attendre de réponse. Le peintre ne savait même pas si ce qu'il venait de dire changerait quelque chose à la monotonie ici bas. Mais s'ils avaient dans l'idée d'étendre cette fête lugubre et de reprendre leurs droit, de sauver les leurs par la même occasion, tout pourrait alors changer. Cela pourrait permettre au Consulat de prouver sa valeur à tous les autres groupes, de s'imposer en maître en éliminant les menaces. Rien ne serait mieux que ça, à l'heure actuelle.

    En regardant de plus près, Ukiyo pouvait constater que cette forêt est bien comme il l'imaginait, froide et sinistre. Impossible de voir bien loin, mais le peintre voulait découvrir l'invisible. Seulement, il avait décidé de ne pas y aller aujourd'hui, il n'y avait rien qui pressait après tout. Il préféra retourné auprès du groupe de musique qui son un matériel opérationnel n'avait pas pu continuer le concert. Il alla leur parler pour dire la raison de sa venue. Ce n'était pas un secret d'état, à quoi bon le cacher. Néanmoins, il leur avoua également qu'il n'avait pas aimé, ce qui était un mot bien faible pour dire ce qu'il pensait réellement. Tout le monde a le droit à une seconde chance, c'est pourquoi Ukiyo conclut par le fait qu'il allait demander à Genesis de choisir un consul plus apte à ce genre de mission. Le peintre alla regagner son vaisseau et en s'envolant, il jeta un dernier regard à la forêt. Il savait qu'elle pouvait intéresser quelqu'un.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 752
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1054/500  (1054/500)
Sam 3 Nov 2012 - 1:01
    Mission accomplie.

    Très bonne mission, j'ai particulièrement aimé le début... L'effroi de la musique et du groupe venant simplement du fait qu'ils ne savent pas jouer, c'est cool.

    Ce qui est assez sympa, c'est qu'on sent toute l'impatience d'Ukiyo qui est plutôt du genre calme, là c'est assez agréable de le voir craquer contre tout ce qui l'énerve très personnellement. C'est court mais c'est une bonne mission.

    La suite aussi est sympa, bien sûr...

    Désolé pour le retard de la note.

    Mission très facile : 6 xp, 60 munnies et 1 PS en symbiose.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le début d'un amour... à sens unique ! [ PV Anna ]
» SOS RPG[à sens unique]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Un amour à sens unique
» Rêve Ephémère ... Je trouverai un sens a ma vie ...