Derniers sujets
» Froide Noblesse
par Arthur Rainbow Aujourd'hui à 17:02

» Attaque Nocturne
par Lenore Aujourd'hui à 14:25

» Recensement des Avatars (obligatoire)
par The Babylon Rogues Hier à 22:57

» Fiche des Babylon Rogues
par The Babylon Rogues Hier à 20:39

» Tombent les masques
par Roxas Hier à 17:12

» Il était une fois ... Toxine (Finis )
par General Primus Hier à 16:22

» Jet The Hawk! Storm The Albatross! Wave The Swallow! We're the Babylon Rogues!
par General Primus Hier à 15:38

» Visite au cimetière
par Narantuyaa Mer 22 Nov 2017 - 16:54

» D'un prêtre à une soldate, et vice-versa
par Kestia Mer 22 Nov 2017 - 15:43

» Récréation
par Hoper Mar 21 Nov 2017 - 17:58

» Basique!
par Fiathen Dim 19 Nov 2017 - 22:17

» Absences Aqua
par Maître Aqua Dim 19 Nov 2017 - 21:21

» Conseillère en Urbanisme
par Huayan Song Dim 19 Nov 2017 - 15:13

» Essai en laboratoire
par Cypher Sam 18 Nov 2017 - 16:24

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Sam 18 Nov 2017 - 14:32


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Shinra et Coalition, Un homme en blanc et un homme en bleu
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Dim 20 Mai 2012 - 19:49
    L’espace, un néant d’étoiles et de monde qui en chacun leurs histoires, leurs légendes et leurs avenirs. Un espace sans limite qui possède encore tant de mystères qu’il faudrait à l’humanité la vie éternelle pour espérer tous les percer. En attendant, c’était une entreprise qui a saisit sa chance qui y règne aujourd’hui sur pratiquement tout ce qui était connu, voir sa totalité à quelque niveaux. Le nom de cette entreprise était la Shin-Ra, la toute puissance économique qui relie les mondes entre eux grâces aux vaisseaux qu’elle mettait à disposition pour un prix raisonnable quand on y repense. À sa tête, Rufus Shinra qui a montré des crocs ces temps-ci avec son vaisseau monde et les rumeurs sur une armée secrète. Enfin, les informateurs sont à la fois des amis qu’on doit garder près de soit mais aussi des ennemis qu’on garde encore plus près. Qui sait, ça allait peut-être être des membres de cette armée que l’ex-mercenaire rencontrera en plus du patron. Voir même une jolie femme…minute, Bell se donne de lui-même une gifle alors qu’il pilote son vaisseau vers le point de rendez-vous. La princesse Ariez était la seule qui compte désormais, alors au revoir toutes les femmes et les chances de partageait une nuit flamboyante avec elles. Enfin…elle reste différente, il ne désire que son sourire et c’est pourquoi il a accepté cette mission malgré ce que cela impliquait pour lui.

    Le représentant de la Coalition ignorait quand même comment la princesse a pu obtenir cet entretien avec sans doute l’homme le plus riche de ce siècle sans le menacer ou lui présenter un plat doré sur un plateau d’argent. Elle avait du sang de noble, elle devait savoir y faire avec des négociations mais d’un autre côté, elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir sans attendre ce qu’elle désire. Bell pilotait donc son vaisseau dans cet état d’esprit, navigant vers une station spatiale à la limite des mondes connus pour éviter tout dérangement potentiel de la part d’ennemis. La station a été officiellement fermée pour cause de maintenance mais lourdement gardé par des vaisseaux de combats pour trois personnes, sans doute pour assurer une contre-attaque rapide en l’attente d’un plus gros calibre. Alors que la station était à vue, l’ex-mercenaire remarqua deux autres voyageurs spatiaux lui coller à bâbord et à tribord avant de lui envoyer un message par radio.

    Monsieur, cette station est actuellement en maintenance et nous ne pouvons vous laissez passer sans accréditation et…

    Ça va, je suis là pour les négociations avec Rufus Shinra. L’ambassadeur de la coalition, ils vous a dit ça le patron ?

    Monsieur, il nous est impossible de confirmer vos dires. Nous vous prions de bien vouloir couper vos moteurs et de laisser la passerelle se connecter à votre appareil.

    Tu me files le choix peut-être ? Non mais je te jure… Agacé, Bell s’exécuta sans attendre et quitta son siège de pilote pour se rendre à la passerelle. Arrivé sur place, il dû accepter l’intrusion en tapant son mot de passe habituel et attendu que les portes métallique s’écartent du passage.

    Chose surprenante, ce ne sont pas des hommes qui sont sorti de la fumé mais des traits de lumières qui finissent sur l’ambassadeur qui ne pouvait les voir. Il vu par contre les trois soldats rentrer dans son vaisseau avec des armes à feux qu’ils lui collèrent de suite près du visage. C’était la manœuvre, les directives pour la sécurité de Rufus mais l’homme en bleu ne supporta pas être maintenu contre un mur, les pieds flottants dans l’air parce qu’un soldat lui agrippait le cou avec son gant glacé. Une photo a dû être envoyé à la Shin-Ra car les soldats lui scannèrent le visage avec un appareil qui bipait positivement, et une voix de synthèse annonçant qu’aucune magie n’est utilisée. Retrouva de suite le sol avec ses pieds, se tenant la gorge alors que le soldat qui l’avait tenu en soumission fit signe aux deux autres de baisser leurs armes.

    Nous sommes navrer monsieur DiArmag mais pour la protection de monsieur Shinra, nous avons été obligé de procéder à cette inspection.

    …À la station, vous avez intérêt à ce que le meilleur café soit ouvert. Toussa un coup, un réflexe venant de la mémoire de son créateur et pu retourner à son siège avec le chef des trois gusses qui devait encore suivre son protocole.

    Finit donc escorté par les soldats jusqu’à la station, trouvant quand même désagréable d’avoir quelqu’un qui vous regarde par-dessus l’épaules pour voir si on pilote bien. Maintenant qu’il pouvait en observer un tranquillement, l’ex-mercenaire cru reconnaître un membre de la Coalition à travers ces soldats de la Shin-Ra. Un membre qui porte toujours un masque à gaz et qui suit les ordres de Ariez à la lettre comme ces soldats de la société spatiale. Impossible de se souvenir de son nom, pourtant il est celui qui a réglé le problème qu’il a trouvé dans l’ordinateur du manoir de la Cité du Crépuscule et lui a permit de se mettre au boulot. À bien y repenser, il n’y avait que deux ou trois membres que cet homme d’azure connaissait, de loin ou de prés. Ariez, la princesse pour laquelle il a trahi les mercenaires, Arachné qui détient Soul Black et qui le met mal à l’aise, voir l’effrayait un peu. Yugai à qui il a confié des missions lorsque la princesse n’était pas d’humeur et enfin, ce soldat dont le nom lui échappe totalement. Alors qu’il pensait tout à coup à un blond aux airs arrogants, le soldat tapota l’épaule de Bell pour lui signifier qu’il devait se préparer à atterrir dans ce qui avait tout l’air d’un hangar, ce qui était étonnant à voir pour une entreprise qui mise sur l’avenir. En descendant du vaisseau, Bell eu encore la sensation d’être à une autre époque et non dans l’espace. Des tuyaux apparents, le sol en pierre ou proche de ça, le métal jaunit…il aurait pu voir de la vapeur sortir d’un tuyau que ça aurait pu lui faire plaisir.

    À l’extérieur, un soleil artificiel aurait pu aveugler n’importe qui mais pas cet homme toujours en cyan. La station formait une demie sphère de verre renforcé dont l’intérieur était une réplique presque fidèle de la ville que l’on peut apercevoir depuis Big Ben, au Pays Imaginaire. Londre, la ville que des enfants cherchaient à échapper pour vivre des aventures au pays de Peter Pan. Enfin, c’est ce que disaient des rumeurs. Quant à sa réplique, c’était à la fois d’un charme et d’un calme fou. Les rues pavées, les bâtiments en pierre avec des toits en tuiles, des bâtisses qui grimpaient parfois contre la vitre du dôme et tous relier par des passerelle où des soldats faisaient leur ronde. Le seul point noir serait le soleil artificiel qui domine le centre du plafond qui fait aussi office de base technique. Trop éloigné d’une étoile pour espérer s’en éclairer simplement, ce système d’éclairage capte et amplifie les rayons qui traversent le dôme à partir d’une partie stockée. C’est en tout cas ce qu’expliqua le chef des trois gusses qui collait Bell, ajoutant qu’il a fallu d’abord laisser la station se charger pendant deux mois avant que son soleil soit opérationnel en vu de son emplacement.


    Comme vous le savez, la station a été fermée de façon exceptionnelle au publique pour vous permettre de faire affaire avec Monsieur Shinra en toute sécurité et loin des regards indiscret. Cela poserait beaucoup de problème si on apprenait que le patron de la plus grande entreprise qui soit ait accepté de voir un ambassadeur de la Coalition noir. Vous comprenez, n’est-ce pas ?

    Ça explique aussi pourquoi vous m’avez pratiquement étranglé dans mon vaisseau… J’espère pour toi, l’ami, que ton patron est au courant de tes manières et qu’il s’excusera.

    Monsieur Shinra n’a pas à prendre sur soi les méthodes employées pour sa protection. Visiblement, les manières nonchalantes, les impolitesses et l’affiliation de Bell gênaient le chef de la garde. Effectivement, c’était lui le chef et il a tenu à se rendre sur place pour faire profiter de son expérience. Mais malgré ça, il le conduit à la place centrale en lui présentant avec un cérémonial digne d’un maître d’hôtel le restaurant dans lequel l’entrevu aura lieu. Un bâtiment circulaire dont le toit sert de terrasse qui donnait sur toute la ville. Bell remarqua de suite que c’était aussi l’endroit idéal pour protéger quelqu’un vu qu’il suffirait d’avoir des snipers sur les passerelles prévues pour les gardes. D’un autre côté, le chef de la garde précisa que Rufus aurait peut-être du retard et qu’il était autorisé à commander ce que bon lui plaira…Le directeur risque de tomber sur un homme en bleu qui mange ses déserts les plus coûteux, et ce gratuitement…
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 417
Age : 21
Localisation : Vaisseau-Mère
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
286/650  (286/650)
Dim 20 Mai 2012 - 20:26
    Quel genre de rendez-vous cela pourrait-il être ? Qu'est ce que la coalition vous veut au juste monsieur le président ?

    Probablement la même chose que les autres personnes présentes dans cet univers Scarlet, s'attirer les bonnes grâces de la Shinra. Je m'attends déjà à ce que l'on me lèche les bottes a vrai dire...

    Confortablement installé dans mon vaisseau, je claquais des doigts et un serveur m'apporta un verre de délicieux Whisky. Je lui demandais d'offrir le même a mon accompagnatrice, et le remerciai. Combien de temps restait-il pour arriver à la station ? J'espèrais que je n'aurais pas à trop attendre...

    Dites-moi, est-ce que tout est prêt sur place ? Non pas que je doute de la fiabilité des systèmes de sécurité, mais comme vous le savez, un accident est si vite arrivé. Il ne nous serait pas bénéfique de s'attirer les foudres de la Coalition Noire... Cela représenterait un tel manque a gagner !

    Monsieur le président, ne vous en faites pas. Le lieu de rendez-vous n'est autre que le Stockolm Hotel, au restaurant. La station est fermée au public, et des patrouilleurs quadrillent la zone. Personne ne peut intervenir. Et quand bien même quelqu'un passerait entre les mailles du filet, il n'y a pas moins de deux cent hommes prêts a en découdre. A cela, je ne compte pas les Snipers, tous dirigé vers la place de monsieur DiArmag.

    Comptez-vous me faire tout le plan de la station ? dis-je, portant mon verre a ma bouche. Je ne comptes pas l'acheter pour tout vous dire. Je vous demande si la sécurité est opérationnelle, à cela vous me répondez oui ou non, est-ce clair ?

    Oui monsieur le président.

    Bien. Combien de temps nous reste-il ?

    Nous devrions arriver dans environ dix minutes monsieur le président.

    Incompétent. Il me faudrait penser à me débarrasser de lui dès mon retour au vaisseau mère. Pourquoi avais-je confié une mission aussi importante à ce guignol en costume ?
    La station nous apparut très vite et nous y débarquâmes. Scarlet m'accompagnait, ainsi qu'un escadron de gardes du corps, tous armés de Colts Anaconda et prêts a dégainer au moindre geste déplacé. Nation Noire aussi était là. Nous approchions de notre destination, dans quelques mètres, nous passerons la porte, et nos « négociations » pourraient débuter.


    Monsieur le président, n'ayez aucune crainte. Monsieur DiArmag ne peut en aucun cas attenter a votre vie, aucun arme n'a été trouvé lors des fouilles, et nous avons pris soin d'installer exceptionnellement un brouilleur magique pour parer a une éventuelle utilisation de la magie.

    Très bon travail. Je vous remercie.

    J'entrais dans la pièce, et effectivement, un homme était assis a une table. Il portait un costume de couleur bleue, et semblait m'attendre. Je ne perdis pas mon temps, et alla directement le rejoindre.

    Monsieur DiArmag, excusez mon retard ! dis-je en lui serrant la main. Voici Scarlet, mon assistante. J'espère que sa présence ne vous dérange pas ! Que me vaut l'honneur de votre visite ? Je suppose que vous avez quelque chose a me demander, n'est-il pas ? S'il vous plaît ! Trois cafés ! Un pour moi, un pour mon assistante et un pour monsieur DiArmag.

    Je m'installais dans mon fauteuil, Nation Noire a coté de moi. J'allais écouter ce qu'il avait à me dire, et je repartirais le plus simplement du monde, en direction de mon bureau. Espérons seulement que cette discussion s'avère divertissante.

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Mer 23 Mai 2012 - 14:52
    Même en étant venu en avance, ce patron en blanc avait trouvé le moyen de se faire attendre d’une dizaine de minutes en plus pour faire son entrée et serrer la main de l’ex-mercenaire. Heureusement que les assiettes ont été emportées avant l’arriver de cet homme qui vaut des millions même s’il n’avait qu’hérité de cet empire. Dès que Bell eu croisé son regard, il devina avec quel genre de mentalité cet homme était venu pour des négociations. Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, Rufus car on ne vend rien à l’avarice sans perdre plus que sa bourse. Avec un léger sourire, serrant sa main.

    Bien le bonjour Monsieur Shinra. Mais appelez-moi Bell, ça sera plus simple s’il faudrait nous revoir. S’asseyant à son tour, il précisa quand même préférer prendre un renversé plutôt qu’un café noir. Evita le regard de l’animal de compagnie mécanique et croisa ses doigts, continuant de sourire de façon hypocrite mais si bien dissimulé.

    Pour commencer, ce n’est pas une demande mais une proposition. Vous devez savoir que la Coalition est concrètement l’ennemi de toutes les autres organisations ou groupe et a des desseins particuliers. Commença à afficher un sourire légèrement plus carnassier mais encore dans les standards d’une négociation entre gentleman. Nous voulons mettre cette image à votre service, et ce dans le plus grand secret. Cela va de sois.

    Laissa un employer arriver avec les tasses de cafés et huma discrètement l’odeur de son breuvage plus sucré, admirant le regard méfiant de la dénommée Scarlet derrière son patron qui ne voulait pas laisser paraître un semblant de surprise. Continua donc, remuant un peu le renversé avec sa tasse pour mélanger un sucre qu’il a ajouté.

    Je m’explique : Saviez-vous qu’avant que la Shin-Ra ne se développe à travers les univers, certains mondes possédaient déjà une technologie avancée, voir égale à celle de votre entreprise maintenant ? Imaginez maintenant que la Coalition possède l’un de ces mondes, qu’elle possède aussi des gens doués pour ça…

    Finit par prendre une gorgée de son renversé, dégustant la légère tension dans l’air avec son discours mais voulu plus que ça, voulait voir le visage de cet homme en blanc perdre cette arrogance. Les SOLDATS ont l’air de faire du bon boulot mais pour ce qui est du G-Darkness, vous risquez de balancer de l’argent à travers la fenêtre. Bu rapidement une gorgée de son renversé, essuyant ses lèvres de la légère mousse qu’il y avait avant de montrer un sourire plus enfantin.

    En quoi ça concerne l’image de la Coalition ? Simple… Une pomme vaut une pomme. Les actions de votre armée pourraient être un jour repéré mais je vous propose de mettre ces méfaits au nom de la Coalition Noir, avec notre participation pour faire plus vraie ainsi que notre aide pour développer le G-Darkness rapidement… Le tout, pour de simple services qui feront plaisir à notre princesse et à ses caprices. Laissa un peu de temps à cet homme en blanc pour bien comprendre la situation. Comprendre que la Coalition serait au courant de plusieurs de ses projets mais qu’elle pourrait aussi couvrir certains « accidents » et lui garantir d’avoir pattes blanches aux yeux des mondes. Enfin, ces heures passées au manoir avec ces ordinateurs seront payantes pour Bell. Alors Rufus, allons-nous pouvoir commencer à faire affaire ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 417
Age : 21
Localisation : Vaisseau-Mère
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
286/650  (286/650)
Mer 23 Mai 2012 - 15:40
    J'écoutais cet homme attentivement. Oui, cet entretien ne me semblait guère important jusqu'à ce qu'il me parle du G-Darkness. Comment savait-il ? Il y avait des fuites dans la société ? Peut-être devrais-je faire une enquête interne dès mon retour. Scarlet, qui était assise a coté de moi ne disait mot, et c'était très bien ainsi. Par ailleurs, il avait parlé de technologies égales aux nôtres. Ce sujet m'intéressait grandement. J'avais sûrement bien fait de ne pas refuser cet entretien...

    En quoi ça concerne l’image de la Coalition ? Simple… Une pomme vaut une pomme. Les actions de votre armée pourraient être un jour repéré mais je vous propose de mettre ces méfaits au nom de la Coalition Noir, avec notre participation pour faire plus vraie ainsi que notre aide pour développer le G-Darkness rapidement… Le tout, pour de simple services qui feront plaisir à notre princesse et à ses caprices.

    Nous sommes assez grands pour nous défendre tout seuls, cependant, cette histoire de G-Darkness m'intrigue au plus haut point. Par quel miracle si je puis dire, êtes-vous au courant de ce projet ? Il n'est qu'a l'état expérimental, nous n'avons rien de concret pour le moment... Et comment pouvez-vous nous aider, si nous mêmes n'y arrivons pas.

    Les meilleurs scientifiques travaillaient a la Shinra, c'était une place de choix dans n'importe quel type de carrière. Ceux-ci travaillaient très bien, mais il est vrai que leurs recherches sur le G-Darkness n'apportaient rien de concluant.

    Vous parliez aussi tout à l'heure de technologies, certaines égalant la nôtre. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ? La Shinra à ce qu'il y a de mieux dans cet univers, et, je pense que nous n'avons rien à envier aux autres mondes.

    Il est vrai que ceci pouvait faire pencher la balance. Mais était-ce vrai ? N'était-ce pas plutôt du bluff pour nous mettre dans leur poche. Je restais pensif, bien calé au fond de mon siège, ma tasse de café entre les mains. Je la portais a ma bouche, et avalais une gorgée avant de reposer le récipient sur la table.

    Écoutez Monsieur DiArmag, nous pourrions très certainement faire affaire, mais il y a quelque chose qui me... dérange. Vous parlez de petits services... Je connais votre petite troupe, du moins j'en ai entendu parler, et vos actions sont.... particulièrement néfastes pour les mondes, je me trompe ? Hors, les mondes, nous en avons besoin pour notre développement. Pensez-vous qu'il puisse y avoir un éventuel terrain d'entente ?

    C'était un des seuls obstacles. Nous avions des visions très différentes, et celles ci se gênaient probablement. Puis est-ce que, bien que ceci me semble totalement impossible, si nous avions besoin d'eux, ils viendraient à nous ? Je ne savais vraiment pas quoi en penser. Il était clair que ce Bell était venu avec des idées précises, ce qui lui conférait une petite longueur d'avance. Oui, la surprise était de son côté, et, je ne pouvais pas rester éternellement a réfléchir, ici, dans ce café.
    Ma décision reposait sur les réponses aux questions que je venais de lui poser. Esperons pour lui que celles-ci me satisferaient...






_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 266
Age : 24
Localisation : Citée du Crépuscule, dans un café
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
148/500  (148/500)
Mer 23 Mai 2012 - 16:42
    Prit dans les filets, c’était le cas de le dire. À aucun moment il avait menti mais c’était un coup risqué de mettre sur table les services et les connaissances que pouvait apporter la Coalition à la Shin-Ra dès le début. Et cette idée de pouvoir se défendre, il l’avait mal comprit et cela amusait d’avantage Bell qui croyait avoir en face de lui un tacticien du commerce. Il jeta un coup d’œil vers la secrétaire qui semblait boire ses paroles et suivre le raisonnement de Rufus en ce qui concerne les tâches d’encres de la réputation du groupe que commande Ariez.

    Pour commencer, ne je vous parle pas de vous défendre mais d’assurer votre image et d’avoir la confiance de tous. Rufus, vous croyez vraiment que la lumière ne va pas s’apercevoir que certaines transactions de la Shin-ra ne sont pas aussi lumineuses que les notre ? Voilà en quoi cette offre devrait vous intéresser. Je pense même me mettre à votre service de temps en temps, presque gratuitement, pour assurer l’innocence de votre entreprise lors de coups de grandes ampleurs.

    Avait ignoré de façon volontaire la curiosité du patron en ce qui concerne ses informations sur ses projets et une technologie proche de la sienne. À cette idée, Bell se remémora ce qu’il avait vu dans l’ordinateur d’Ansem à l’époque de son état de simple virus. Prit une gorgée de son renverser comme si de rien n’était, voulant lui mettre l’eau à la bouche en asséchant sa patience.

    Je parle d’une technologie du niveau du roi Ansem, l’ancien roi des Jardins Radieux qui était à la pointe de la recherche sur les cœurs et les ténèbres…enfin, le plus évolué. Et, pour dire la vérité…Le miracle est que votre système de sécurité est réellement en dessous de ceux du roi. Sans vouloir vous vexer, bien sûr. Ricana à son aise, se sentant encore mieux après avoir avoué avoir piraté les ordinateurs de la Shin-Ra sans qu’on ne le remarque. Avait planché un moment sur le sujet mais était content de ce qu’il avait trouvé. Mais ce que Rufus avoua en fin de compte le fit douter, pensait que ce homme ne reculait devant rien en ce qui concernait l’argent et le pouvoir. Se trompait, ça devait être la dernière fois.

    Écoutez Monsieur DiArmag, nous pourrions très certainement faire affaire, mais il y a quelque chose qui me... dérange. Vous parlez de petits services... Je connais votre petite troupe, du moins j'en ai entendu parler, et vos actions sont.... particulièrement néfastes pour les mondes, je me trompe ? Hors, les mondes, nous en avons besoin pour notre développement. Pensez-vous qu'il puisse y avoir un éventuel terrain d'entente ?

    Il est vrai que la Coalition Noir n’est pas très fréquentable mais les services que demande la princesse Ariez n’ont rien à voir avec des armes, du soutien ou quelques bricoles pour détruire un monde. De plus, nous mettons un point d’honneur à conserver les mondes dans l’état qu’ils étaient avant notre arrivé. Mais bon… Prit une longue gorgée de son renversé, dégustant près de la moitié de ce qu’il lui restait par pure gourmandise. Sans classe, mais avait de quoi maintenir l’homme en blanc dans ses filets. Ariez désire simplement que certains groupes soient ralentis dans leurs actions. Vous voyez, Rufus ? Elle ne demande pas que vous arrêtez d’exploiter des mondes mais de ralentir un peu. Augmenter les prix, suggérer des jours sans voyages. Vous voyez le genre ?

    Réfléchit un peu à un moyen de présenter ça de façon avantageuse pour la Shin-ra, se remémorant sa vie auprès des mercenaires non pas sans perdre son sourire et son assurance du début de ces négociations. Se laissa aller dans sa chaise, laissant sa tasse sur la table et se pinça un peu les yeux.

    Par exemple, Port Royal et ses mercenaires. Je connais ce monde et ce groupe, je sais pertinemment que des vaisseaux de votre compagnie ont été détruit dans leur folie destructrice et que l’import-export de ce monde n’apporte pas grand-chose. Pas vraiment de matière première à vendre sur le marché… Augmenter les prix, limiter le nombre de vol. C’est tout ce que demande la princesse pour quelque groupes…

    Finit par prendre sa tasse et vider doucement le contenu, regardant Rufus dans les yeux pour lui faire comprendre que s’il voulait en savoir plus sur les aides dont il avait parlé. Bell désirait cultiver la curiosité de cet homme qui ne semblait pas savoir le potentiel de la technologie qu’avait laissé Ansem derrière lui et aussi cette possibilité de gagner en force plus rapidement.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 417
Age : 21
Localisation : Vaisseau-Mère
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
286/650  (286/650)
Sam 26 Mai 2012 - 21:37
    HRP : Bell, je suis désolé de la longueur, vraiment.

    Ah oui, Ansem... Celui-ci possédait effectivement des choses que nous pourrions exploiter. Il n'y avait qu'à lire les notes de l'ex président de la Shinra pour s'en apercevoir. Puis parler des mercenaires... Ceux-là mêmes qui gênaient la Shinra... C'était effectivement intéressant. Toutefois, il fallait se montrer méfiant... Même si les termes du contrat semblaient réglementaires, ce qui était écrit en tout petit me refroidissait. J'avais besoin de cette avancée technologique, j'avais besoin du G-Darkness, mais ce dont je n'avais absolument pas besoin, c'était de me mettre un groupe à dos. Effectivement, Bell me proposait de le couvrir. Mais, si la réelle menace venait de la Coalition, alors nous serions donc démunis... C'était un risque à prendre.

    Bien, Monsieur DiArmag... Cette offre m'intéresse particulièrement. Je m'engage à augmenter les prix de certaines stations en échange vos services.

    Tout se passait bien. Le G-Darkness... Oui, nous allions réussir notre entreprise. Les Mercenaires ne perdaient rien pour attendre... Il fallait que je retourne au vaisseau mère, faire quelques papiers et nous gagnerons un avantage conséquent.

    Bell, ce fut un plaisir. A moins que vous n'ayez autre chose à me proposer, je retourne a bord du vaisseau mère faire quelques bricoles administratives.

    Je me levais, tendis la main droit vers moi, et serrais la main du négociateur. Je fis demi tour, accompagné de Scarlet et de Nation Noire. Je sortis du restaurant et rejoignis mon vaisseau accompagné de la garde. Nous décollâmes et j'observais la station s'éloigner. Bientôt... Bientôt nous arriverions a nos fins. Un large sourire se dessinait sur mon visage...



_______________________________
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...
» A la recherche de l'homme introuvable...
» ? évènement 015 ; Chasse à l'homme dans la forêt interdite
» [FB1622]Dans les rouages de l'homme poisson [FINI]
» C'est pas l'homme qui prend la mer, c'est la mer qui prend l'homme ?