Derniers sujets
L'étoile des vœuxLun 19 Aoû 2019 - 22:05KuroAprès GuerreLun 19 Aoû 2019 - 20:34Heinrich VentrecrocTout un programme !Lun 19 Aoû 2019 - 15:15Erik WoodsZombardiers et cervelles moisiesLun 19 Aoû 2019 - 14:34Ioan KappelLes roses sont bellesSam 17 Aoû 2019 - 23:05Irelia AlishinaBienvenue à la Ville d'HalloweenSam 17 Aoû 2019 - 19:12VentusDistille-moi une vodkaSam 17 Aoû 2019 - 17:24Ioan KappelIl y a toujours un cheminVen 16 Aoû 2019 - 11:31Chen StormstoutLe colloque des CaryatidesMer 14 Aoû 2019 - 20:37Irelia AlishinaVamos a la playaMer 14 Aoû 2019 - 12:57Huayan SongLà est le foyerMar 13 Aoû 2019 - 18:59SoraSombres horizonsJeu 8 Aoû 2019 - 14:24Chen StormstoutBirth by SleepMer 7 Aoû 2019 - 22:35Chen StormstoutEscaleMer 7 Aoû 2019 - 18:26DeathDeus Ex MachinaMer 7 Aoû 2019 - 18:01Death
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Les corbeaux entre eux ne se crèvent pas les yeux.  Left_bar_bleue323/500Les corbeaux entre eux ne se crèvent pas les yeux.  Empty_bar_bleue  (323/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 13 Mai 2012 - 19:26
    Les noires babouches sales et usées d'Auron résonnaient comme le tonnerre dans la nuit silencieuse. La place de la guillotine était infesté de corbeaux. Où que vous posiez vos yeux, il y en aura un. Et ce dernier a les yeux rivés sur vous. L'ambiance était véritablement... tendue. Comme si tous ses sombres volatiles guettaient la moindre occasion pour dévorer ce revenant couvert de cicatrices de la tête au pied. On raconte souvent que ces créatures nocturnes picore les yeux comme des friandises. Un rictus cadavérique se dessinât sur le visage meurtrit par la guerre et le temps du samouraï. Il ne porte pas ce bandage sanguinolent pour masquer son œil... Car il n'y a tout simplement plus d'œil à camoufler. Ils avaient d'ailleurs arrêter de picorer les quelques carcasses à l'arrivé du mercenaire, en guise de respect. La respect qu'on éprouve contre un ennemi intimidant.
    Un sombre et morbide respect.

    Ce monde pouvait déranger pas mal de monde. Il est morbide, sombre, effrayant et sordide. Le pire étant que la ville d'Haloween façonne les visiteurs à son image. Auron en avait d'ailleurs fait les frais, ressemblant plus au cadavre qu'il était. Couvert de blessure et d'un kimono rouge extrêmement vieux sale et usée, celui-ci avait connu de nombreux combats et il volait tel un spectre sanguinolent, porté par le vent. Lui-même ressemblait plus à un défunt, couvert de cicatrices et de bandages, notamment sur l'une de ses deux orbites vides. Ce monde était comme une parodie des enfers... Ça le faisait sourire à l'intérieur. Mais pour comprendre, il faut savoir ce qu'est l'enfer.

    . Quelque chose de plus terrible que les corbeaux le guettait, c'était évident, il le savait, le sentait. Pour l'instant tout était calme, mais ca ne durera pas. Tous les messagers ailés de la mort avaient pris possession des lieux, mais ce n'était que ses messagers. Plus personne n'osait approcher de cette place. Et voilà qu'un homme s'avance au milieu des oiseaux. Il pénètre sur leur territoire... Ils semblent se retenir d'attaquer, comme si ce n'était pas encore le moment. Le reflet sombre des plumes noirâtres disparaissaient dans l'obscurité. Ne restait alors que les yeux, les yeux rouges qui ne vous lâchent pas. Si ce Flinkestein cherchait à faire une sorte de spectacle d'Halloween on peut déjà reconnaitre qu'il sait comment installé une ambiance angoissante. Les corbeaux... Le Samurai voulait en finir le plus vite possible et affronter directement le chef de la nuée, les sous-fifres ne l'intéressait pas... Le silence était lourd à vous clouer un golem au sol.
    Auron n'aimaient par leurs yeux qui avaient quelque chose de... surnaturelle.

    « Auron... »

    Tous son comité d'accueil à plume se mit à croasser, une véritable cacophonie qui pourrait presque lui faire regretter le silence de la tombe. Un bruit à vous rendre fou. L'Aurore Rouge se mit à balayer la place du regard. Son unique œil à l'affût, le samurai restait en très mauvaise posture. Les croassements l'empêchaient d'utiliser pleinement son ouïe et l'obscurité ruinait ses maigres espoirs de repérer sa cible par la vue. Il avait malgré tout entendu très clairement qu'on appelait son nom... Un murmure déformé par la haine.

    « MONTRES-MOI TA RAGE !!! »

    Puis le silence revint. Les Corbeaux se turent alors que la voix grave ne semblait pas décidé à passer à l'action. Un vétéran sent certaine chose... Il sent le calme ambiant et cette attente angoissante. Le calme avant la tempête !



    Il la fixait. C'était plus une créature qu'un être humain. Elle était entièrement couverte de noir, le samouraï n'arrivait pas à clairement la distinguer. Il ne voyait qu'une silhouette ailé et quelles ailes... Des ailes massives et imposantes qui avait aisément deux fois l'envergure du revenant. Elle se mit à battre violemment des ailes. Auron encaissât de plein fouet la rafale, peinant à ne pas reculer face à celle-ci. Puis soudain elle chargeât le mercenaire, effectuant un vol en piqué à une vitesse hallucinante. L'Aurore rouge plaçât sa lame devant lui par anticipation et il se peut bien que ca lui ai sauver la vie en bloquant les griffes acérés de la créature sans aucun doute possible capable d'arracher une tête, un cœur ou que sais-je encore. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle avait une sacrée poigne...

    La mort venu du ciel s'élevât brutalement d'un impulsion des ailes. Et là où c’était très dangereux, chose qu'Auron compris rapidement, c'est qu'il avait à faire à ses rares adversaires qu'il ne dominait pas sur le plan de la force pure. L'Aurore Rouge osât répondre en tirant lui même de son coté et c'est un véritable bras de fer qui s'engageât alors. Non... Il ne pourrait décidément pas se passer d'un deuxième bras pour ce combat. La bête tirait son épée vers elle et le haut, alors que le samouraï tentait de toutes ses forces de ramener son ennemi au sol.

    Et toute la meute s'agitait, croassait, volant dans tous les insectes. Une pluie de plumes ébènes tombait sur la place de la guillotine. Mais ce sont surtout les cris qui étaient éprouvant, à vous réveiller un mort et à agacer très fortement un revenant. Il n'en pouvait plus et n'avait qu'une envie, faire violemment taire tous ses corbeaux. De sorte à ce qu'ils ne hurlent plus jamais.
    Auron préférât se concentrer sur le boss des corbeaux avec qui il luttait toujours pour son sabre... Son sabre était un compagnon fidèle, le seul dont il puisse être sur que jamais il ne le trahirait. C'est un honneur de porter et manier ce sabre, jamais on ne le lui prendra.

    Les corbeaux... A trop vouloir les ignorer il ne s'en était pas méfié et voilà qu'à présent on le picorait comme une vulgaire carcasse laissé à l'abandon. C'était venu si soudainement, si brusquement comme le froid d'une dague qui vous plante dans le dos. Ça l'a surprit, il n'avait eut qu'un moment de faiblesse et ca suffit à ce que la corneille puisse s'envoler dans les airs avec le sabre. Mais Auron ne lâchera pas son sabre et ne l'a pas fait. Il est simplement pendu dans les airs, toujours les mains accrochés à son sabre.

    « J'AURAIS CE SABRE !!! »

    « Tu l'auras dans tes entrailles. »

    Les rayons de la lune percèrent le voile brumeux des nuages et vint éclairer la créature. C'était un spectacle magnifique. Une femme sublime recouverte de haillons noirs, les ailes suspendu dans le vide... Son visage Auron l'avait vu de nombreuses fois... C'était un visage répandu chez de nombreuses femme. Oakley l'avait, Angelica, Judith de même... Quelques femmes avait parfois ce visage. Hum... Non c'était différent. C'était une colère aussi intense mais un détail faisait toute la différence, le contrôle... Les trois femmes Boss du Centurio étaient avant tout réputés pour avoir un caractère bien trempée et on tolérait leurs hystéries mais leur colère, la véritable colère restait toujours maitrisé. Pour agir au mieux. C'est aussi cela qui inquiétât un instant Auron... Et il eut la confirmation en entendant son cri de rage : Elle n'avait aucun contrôle.

    D'un coup d'un seul elle envoyât violemment sa proie s'écraser contre les murs pierreux d'une ancienne bâtisse. Auron atterrit à l'intérieur du bâtiment tel un véritable boulet de canon. Cette arrivée fracassante avait secoué notre combattant. Il avait sentit un violent choc à l'intérieur de son corps et à l'extérieur aussi... Sans dire mot il se levât.
    Toute la cavalerie avait cerné le mercenaire de toute part. Surveillé par le chef des corbeaux, légèrement en hauteur. Dans un incroyable silence. C'était insoutenable, le calme plat de la mort juste avant la mise à mort... Insoutenable, mais il a connu pire.

    La tête haute et fier, les grandes portes en bois massive de la maison s'ouvrirent d'un simple coup de botte. Il marchait calmement fixant les yeux dans les yeux son ennemi. Il ne s'énerverait pas, il ne lui donnerait pas ce plaisir.

    « Énerves-toi... Laisses ta rage bouillonner en surface... Le stress, la peur, sans compter que tu n'es plus très jeune... MOI A TA PLACE JE CRAQUERAIS ! EXPLOSES ! »

    La bave du Corbeau n'atteint par le Tigre. Il pointât son sabre vers l'ange noire et affichât un rictus moqueur bel et bien visible.

    « J'attends toujours que tu viennes prendre mon sabre. »

    Elle criât de rage, réclamât vengeance et à ce même moment les corbeaux s'agitèrent. Il comprit à ce moment que les corbeaux et leur chef... C'était la même entité, ca lui semblait évident. La nuée attaque et la chef ne tardera pas non plus... Les armes de fureurs. Sa lame se mit à rougeoyer, brillant comme un lampadaire dans la nuit. Sans attendre il se mit à trancher dans le vide tout autour de lui, tenant éloignés les corbeaux... Ils avaient peur du feu, ca ne restait que des corbeaux, après tout...

    « GRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

    Un plongeon en piqué, mais non, Auron ne chercherait pas à esquiver... Il ne ferait que se livrer en pâture aux corbeaux. Sa vitesse était affolante, l'espace d'un instant, le mercenaire pensait faire face à un boulet de canon. En réponse à cette charge il frappât de toutes ses forces, un violent coup latéral. Il mettait tellement de force dans ce coup que ses bras lui semblait beaucoup plus fort. Ce fut... redoutablement efficace.

    Une torche humaine et volante ! Un projectile enflammé, envoyé directement contre un mur. Le coup était si violent qu'elle ne s'en relevait que lentement.

    Le mercenaire l'aurait bien achever sur-le-champ mais il était si occupé, les corbeaux étaient enragés, comme devenu fou. Des flammes bleus les faisait luire... Berzek... La chef des corbeaux elle aussi brillait de cette même lueur. Elle fit quelques pas maladroits avant de décoller comme la plus violente des flèches vers le vétéran. Elle mis le feu à nombres de ses corbeaux et leurs cris gravir d'un coup dans les décibels. Auron a toujours préféré le calme... Pressé de réduire au silence tous ces volatiles il tentât d'abattre sa lame brulante sur son ennemi pour l'achever d'un coup mais n'y réussit pas. Il ne réussit qu'à la ralentir en plant sa lame sur son épaule. La lame s'enfonçait lentement mais surement, cautérisant sa chair dans le même temps... Malgré cette lame qui la transperçait implacablement elle continuait d'avancer, n'étant tenu en distance que par le tranchant d'un katana. Ses serres frôlait le visage d'Auron.
    Plus elle s'avançait, plus la lame la transperçait et plus ses serres acérées étaient proche du borgne...

    « Tu voleras moins comme ça...»

    Ses yeux étaient d'un rouge vif et elle criât si fort qu'Auron n'entendait quasiment plus rien. Il ne voyait plus que son visage déformé par la colère. Auron l'avait rendu folle et c'était bien ce qu'il cherchait. Plus la colère nous gagne, plus nous sommes dangereux, autant pour l'ennemi que pour soit-même. Planter dans le sol, elle s'enfonçât jusqu'à une bonne moitié de l'épée et était maintenant extrêmement proche du mercenaire. Ce dernier sentait même cette haleine répugnante de mort sur son visage... Une odeur qui ne le dérange plus. Rapidement il posât son pied sur le buste de la bête pour la tenir à distance. Mais ne voulant pas reculer il dut donner un coup de pied. Elle perdit du terrain mais s'accrochait à la lame de son sabre... La Samouraï donnât alors un deuxième coup de pied, plus violent cette fois qui lui fit lâcher prise l'espace d'un instant... Un autre coup et la bête reculât de plusieurs pas, loin de l'épée ensanglanté du sombre samouraï.

    Les corbeaux étaient fous, attaquaient des choses inanimés, se frappait entre eux...

    Le chef revenait à l'assaut, frappant de ses poings aussi violemment que possible. Chaque fois repoussé par Auron. Mais la joute était serré, sa force était extraordinaire et la samouraï ne parvenait qu'à repousser, subissant plus qu'autre chose. Ça ne pouvait plus durer... Au lieu de contrer comme il l'avait toujours fait pendant ce combat il esquivât d'une roulade sur le coté.

    Cela lui permit de la regarder un peu mieux... Voir le corps mutilé d'une femme le dégoutait, même s'il ne s'agissait pas vraiment d'une femme. On est pas humain quand on est débout après de telles blessures... Elle se contentait de poursuivre maladroitement Auron, semblant s'écrouler à chaque pas, comme une sorte d'automate sans vie qui se contente d'agir mais qui ne pense plus. Une danse macabre avec dans chacun de ses coups toute sa folie meurtrière, une force à en faire trembler les montagnes.

    « Je te ferais craquer... Tes nerfs ne tiendront pas... Tout comme les miens n'ont pas tenu... Ils ne tiennent jamais, ils craquent toujours.... MONTRES TA RAGE !!!!!!!!!! »

    Et en disant cela elle portât un violent coup de griffe vers Auron. C'était un coup maladroit, grossier qui laissait une faille grande comme la chine. Ce coup était pitoyable car il n'y avait tout simplement aucun contrôle... L'Aurore Rouge n'eut aucun mal à trancher ce bras. Les Corbeaux n'étaient plus là, juste elle. L'affaire de quelques secondes seulement.

    « J'ai pour mission de te neutraliser. Je n'ai pas le droit de craquer. »

    « AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARGH ! »

    Elle tenait son moignon tout en disant cela. Enfonçait ses griffes dans sa blessure...

    « Où sont les autres ? »

    « CRÊVES ! »

    Et sans dire mort il plantât sa lame au profond de son cœur. Il remit son épée sur son épaule, sans prendre la peine de la nettoyer. Elle serait souillé de nouveau bien vite.

    « Moi, mourir ? C'est déjà fait. »
L'Insaisissable

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
Les corbeaux entre eux ne se crèvent pas les yeux.  Left_bar_bleue138/400Les corbeaux entre eux ne se crèvent pas les yeux.  Empty_bar_bleue  (138/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 21 Mai 2012 - 11:37
Mission accomplie.

J'aime beaucoup la transformation d'Auron, très adaptée. Mais certains passages des descriptions m'ont paru un peu flous, à un moment tu dis qu'il a deux orbites vides, puis qu'il a un oeil valide, etc.

Pour le combat contre Raging Raven, j'ai bien aimé. Pour les dialogues, tu aurais pu faire mieux, mais c'est une majorité de bons moments. J'ai vraiment apprécié l'idée des corbeaux liés à la créature. Mais j'ai trouvé sa mort un peu... pitoyable (pour elle). Mais c'était peut être le but recherché.

Sur cette partie de la mission en soi, j'ai pas grand chose à dire, je pense que je développerais plus une fois que j'aurais lu les quatre parties.

Difficile : 35 points d'expérience + 350 munnies + 4 PS en Force.
messages
membres