Derniers sujets
» Pensées rationnelles
par Cissneï Aujourd'hui à 1:03

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Arthur Rainbow Hier à 22:11

» Aux abonnés absents
par Kurt Brown Hier à 20:01

» Les Orphelins
par Septimus Hier à 19:06

» Changer de tête
par Pamela Isley Hier à 18:15

» La nature a horreur du vide
par Lenore Hier à 12:00

» Les sans-coeurs aussi ont le droit de se marrer
par Lenore Hier à 9:37

» Le glorieux et puissant être mystérieux !
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 23:31

» De retour au bercail...
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 22:20

» Lessive à Port Royal
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 17:55

» Tatanes et coups de lattes!
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 16:53

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 16:06

» Envie de me connaitre ? Il y a un peu de lecture - Fiche d'identité A. Underwood
par Abigail Underwood Lun 18 Sep 2017 - 14:31

» Achetez mon vaisseau, il est beau mon vaisseau !
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 14:25

» L'enthousiasme éternel
par Death Lun 18 Sep 2017 - 12:26


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Interrogatoires
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 66
Age : 25
Localisation : En mission
Date d'inscription : 10/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
455/650  (455/650)
Jeu 3 Mai 2012 - 17:05
    Le début c‘est ici.
    ________________________

    Rose était précise dans ce qu’elle notait, l’heure d’arrivée, les soucis techniques et cætera. Un fois arrivée au moment où ils sont revenus au vaisseau-mère, elle s’arrêta. C’était le moment pour aller voir le trois coupables, presque une heure s’était écoulée. Elle remettait ses gants et son masque avant de sortir, d’emprunter le couloir et d’arriver à la cellule. Sullivan regardait par la fenêtre en plexi glace, ils parlaient vivement. « Mais tais-toi ! Ils vont nous entendre abrutis! » Il avait choisi le premier qui allait subir un interrogatoire, il semblait vouloir cacher beaucoup de chose. Sullivan poussait la porte et pointait le jeune homme à la main blessée. « Toi, lève-toi et suis-moi. » Il se levait, les mains toujours menottées dans le dos. Il fonça tête baissée sur Sullivan, l’imbécile… Le soldat l’attrapa par les cheveux avant l’impact et baissa le bras pour le faire chuter en avant. Il se cogna le nez contre le sol et sans compassion, Sullivan referma la porte derrière eux pour ensuite le trainer en l’agrippant aux chevilles. Il essayait de se débattre, mais il ne pouvait rien faire, ses mains liées, il ne pouvait s’accrocher à quelque chose.

    Huit mètres plus loin, il ouvrait un nouvelle porte, la pièce était vide, aucun meuble, aucune caméra, rien qu’eux deux. Sullivan fermait la porte, il a ensuite démenotté le fautif. « Alors, autant être direct, pourquoi piéger une station ? » Pour le moment, il se fichait royalement de qui il pouvait être. « Tu peux crever pour que je dise quelque chose. »
    Ce n’était pas la première fois qu’on me le disait, ça ne me faisait ni chaud, ni froid. « T’as quel âge ? Vingt ans ? » Il se massait les poignets, il y avait encore les marques des menottes. « Dix-neuf. » C’est maigre, mais toujours est-il qu’il répondait. « Et qu’est-ce qui peut pousser quelqu’un de dix-neuf ans à jouer les terroristes ? » Il détournait le regard. « J’t’ai dis d’aller te faire foutre, tu sauras rien grâce à moi. » Il fallait passer à l’étape supérieure, Sullivan attrapa son couteau et le fit tourner deux ou trois fois dans sa main. Je n’aime pas faire ça, mais quand il faut, il faut. « Tu es sûr de toi ? » Il se mit à rire un court instant. « Le bluff, ça ne marche pas avec moi. »

    Sullivan chargea, plaquant son avant-bras contre sa gorge, i était coincé contre le mur et là, le spectre lui planta son couteau dans la cuisse d’un violent coup sec. Le fautif hurla comme une bête sauvage et Sullivan tourna légèrement la lame dans la plaie. « Pourquoi !? » Il peinait à garder les yeux ouvert, mais s’entêtait à ne pas répondre. Sullivan soulevait la jambe de l’homme à l’aide d couteau planté, déchirant encore un peu plus sa chair. « Il va falloir faire un choix maintenant, soit tu balances pourquoi vous avez fais ça, soit tu risques de rester avec une plaie non-soignée dans une cellule pour très longtemps. Tu n’auras plus qu’à espérer que ça ne s’infecte pas, alors lâche le morceau et on sera plus cléments. » Il lui cracha sur le masque… Pauvre con, Sullivan retira son couteau et laissa l’homme s’effondrer sur le sol, tenant sa cuisse. « Raclure ! » Le soldat essuya la lame de son couteau avant de le ranger. « Je vais interroger tes petits camarades, s’ils sont aussi peu bavards que toi, je reviendrai te voir. »

    Il lui remit les menottes et le tenait par le bras pour qu’il se lève. À chaque appui sur sa jambe, il gémissait de douleur et boitait, mais Sullivan n’en était pas plus aux petits soins pour lui. Il le poussa dans la cellule avec les deux autres avant de pointer l’un d’eux. « C’est ton tour. » Il semblait paniqué en voyant son ami avec la jambe couverte de sang. Contrairement au premier, celui-ci restait calme, presque trop. De nouveau dans la pièce où avait eut lieu le premier interrogatoire, Sullivan allait pouvoir continuer. « Bon, ton copain m’a déjà pas mal irrité, fais en sorte que je ne sois pas tenté de passer mes nerfs sur toi, c’est compris ? » Il faisait oui de la tête très vivement. « Alors, tu vas commencer par me dire pourquoi vous avez fais ça. » Il fixait le sol, i était peu fier d ce qu’ils avaient fais ou peut-être seulement de s’être fais avoir. « Vous n’avez aucune idée de ce que c’est… »

    « Quoi donc ? » Il laissa passe quelques secondes avant de répondre timidement. « Quand on a un père tyrannique, on est capable de tout. » Un père tyrannique, au moins une piste. « C’est lui qui vous a dit de faire ça ? » Il a relevé la tête, paniqué, se rendant compte de ce qu’il venait de dire. « Quoi ? Non ! »
    Je ne me trompais pas quand je disais qu’ils étaient peut-être plus de trois. « Son nom. » Le visage du jeune se noircirait. « Ce n’est pas lui je vous dis ! » Il se rétractait. « Alors pourquoi avoir parlé de lui ? Il te bat ? » Il baissait les yeux de plus belle, tailladé entre l’envie de tout dire et celle de rester muet. « Non, il ne m’a jamais touché. » Sullivan s’approchait et lui attrapa le poignet. « Et toutes ces marques, tu t’es fait ça comment ? » Le jeune homme retira brusquement son bras. « Je suis tombé ! » Il prenait vraiment Sullivan pour un imbécile. « Ce sont des bleus causés par un objet, sûrement en bois, une batte peut-être. » En effet, il y avait quelque trace d’écorchures et des échardes en plus des ecchymoses.

    « Et alors ? Qu’est-ce que ça peut faire s’il me bat et qu’il nous a dit de faire ça !? » Il semblait haïr son père, mais l’aimer quand même. « Ça veut dire qu’il est le vrai coupable. »
    Et qu’il a détruit la vie de trois jeunes personnes. « Ça dure depuis longtemps ? » Il reculait, la peur l’envahissait et il se mit à répondre. « Une dizaine d’années, mais je vous en supplie, ne lui faites rien ! » Comment peut-on protéger une personne comme ça ? « Son nom, dernière fois que je le demande. » Il faisait nom de la tête, il ne démordait pas. Sullivan s’est approché et a attrapé le porte-feuilles qui était dans la poche arrière de son pantalon. « Malcolm Shepard, je n’ai pas besoin de plus. » Sullivan sortit en claquant la porte derrière lui.

    « Un père qui bat son fils ? » Eric suivait sa sœur de près. « Oui, il lui a pourrit son existence et certainement celles de ses amis aussi. » Eric attrapa Sullivan par l’épaule. « Qu’est-ce que tu comptes faire ? Le tuer et laisser ces jeunes être accusés ? » Sullivan continuait de marcher. « Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Ils sont coupables aussi… Avec de la chance, ils ne prendront pas une peine trop lourde, ils sont jeunes et ont été manipulés. » Eric s’arrêta sur place voyant sa sœur continuer d’avancer. « Et ça te suffit ? » Au croisement d’un autre couloir, son frère l’attendait. « Ils vont avouer et quand la compagnie va être au courant, ils ne trouveront pas cet homme, ils penseront qu’il a fuit, mais il aura déjà payé. »
    Ma table va pouvoir servir dans peu de temps.

    Sullivan entrait dans sa pièce personnelle, enlevant encore ses gants et son masque. D’une main, Rose faisait ses recherches sur internet, de l’autre, elle bouclait son rapport. Il ne lui fallut que peu de temps pour trouver le dossier de Malcolm. À partir de là, elle a pu obtenir le nom de son père, Everett. « Tiens, ça ne serait pas le guichetier de la station du Colisée ? » Si, ça explique pourquoi il était si nerveux quand je lui parlais, il s’est bien payé ma tête, il va être déçu. Rose renfila pour la dernière fois de la journée ses équipements. Sullivan attrapa son rapport et sortit de la pièce. Il passait devant un bureau quand il s’est arrêté à son niveau. Derrière, une employée qui gère des choses et d’autres. « Voici mon rapport sur les incidents de la station du Colisée, vous pouvez le transmettre au président de ma part ? » Elle tendit la main pour attraper la feuille. « C’est comme si c’était fait. »

    Sullivan se dirigeait vers son vaisseau pour rentrer chez lui avant tout. À peine arrivé, il enleva tout son accoutrement. Rose enfilait des vêtement plus féminins, elle allait faire ses propres investigations avant que la Shin-Ra soit sur la même piste qu’elle. Mais là-dessus, elle ne s’inquiétait pas pour le moment, les dossiers mettent parfois plusieurs jour à être traités. De plus, il n’était pas certain que les trois jeunes balancent ce qu’ils savent aussi rapidement, ils se concertent peut-être. Rose a prit son sac à main avec des seringues dedans, bien qu’l y ait peu de chance pour qu’elle agisse de suite, comme elle l’avait dit, trop de précautions n’est pas un mal.


    _________________________
    Suite => Ici.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Claudy Gassant est expulsé après avoir subi un interrogatoire aux USA