Derniers sujets
» Cartographie
par Chen Stormstout Aujourd'hui à 0:29

» Affaitage
par Chen Stormstout Hier à 21:44

» My name is Lea, Got It Memorized ?
par General Primus Hier à 20:14

» Entre ciel, terre et campagne
par Matthew March Hier à 19:58

» La Caverne Hantée
par Chen Stormstout Hier à 19:40

» MAJ des Compétences
par General Primus Hier à 16:46

» D'un prêtre à une soldate, et vice-versa
par Agon Wiley Hier à 16:40

» La vengeance est un plat…
par Death Hier à 16:28

» Loué soit Son nom
par Kurt Brown Hier à 15:39

» Contrats - Demande de Mission
par Adrien Heiser Lun 15 Jan 2018 - 23:20

» Fiche : Ioan Kappel
par Ioan Kappel Lun 15 Jan 2018 - 21:47

» Correspondance interstellaire
par Chen Stormstout Lun 15 Jan 2018 - 18:41

» Bric à Brac
par Lenore Lun 15 Jan 2018 - 17:19

» Les Retrouvailles
par Chen Stormstout Lun 15 Jan 2018 - 14:26

» Ioan Kappel
par General Primus Lun 15 Jan 2018 - 13:19


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Mélopée macabre. (1)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Passionnée
Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 25
Localisation : Le Jardin Radieux.
Date d'inscription : 01/08/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale.
XP:
555/550  (555/550)
Lun 23 Jan 2012 - 0:35

    Attentive aux conseils de Genesis, la jeune consule avait revêtu des vêtements passe-partout lui permettant d'évoluer avec discrétion dans ce monde ennemi. Bien sûr, Mila ne craignait pas une rencontre avec Ariez, la dirigeante de la Coalition Noire, elle la connaissait et malgré son caractère hystérique... Oui, on pouvait dire qu'elles s'entendaient bien. Mais les créatures et soldats au service de la Coalition ne feraient pas la différence, il était donc plus avisé d'opter pour la prudence. De plus, sa mission au Consulat ne regardait pas ses relations extérieures, elle n'était pas là pour une visite de courtoisie.

    Le vaisseau de la Shin-Ra la déposa peu avant l'entrée du village et la brunette continua à pied. Elle portait une jupe bleue tirant sur le violet qui effleurait ses genoux découverts, un débardeur outre-mer avec un col discret, un long manteau anthracite masquant l'étui de son arme, et des chaussures dans les mêmes tons que sa jupe. Ses vêtements lui octroyaient une capacité de mouvement correcte sans pour autant délaisser son penchant pour la coquetterie.

    Le village avait quelque chose de pittoresque, les rues étaient pavées, des enseignes colorées cliquetaient avec le souffle du vent... Mila songeait que si un voile de frayeur et de désespoir n'avait pas recouvert cette pauvre bourgade, elle aurait resplendit de chaleur, de couleurs et de joie. Étonnamment touchée par cette tristesse ambiante, la jeune femme décida qu'elle trouverait le moyen de rendre un peu de bonheur à ce village. Ce n'était pas dans ses habitudes de se mêler de ce genre de choses, mais elle se sentait d'humeur accommodante...

    Mila se dirigea vers la place principale puis entra dans ce qui semblait être la mairie. Ce n'était pas un grand bâtiment, il n'y avait qu'un hall, une petite salle de réception et quelques bureaux. Elle s'avança vers un homme qui lisait le journal derrière un comptoir.

    « Bonjour, je suis de passage en ville, pourriez-vous m'indiquer un établissement où passer la nuit ? » dit-elle simplement.

    Il n'aurait pas été très malin de dévoiler son identité en tant que membre du Consulat. Elle le savait pour l'avoir vécu, toute forme d'autorité, notamment les enquêteurs, paraissait suspect auprès des habitants. En annonçant son statut de consule, la jeune femme aurait perdu toute chance d'obtenir des informations plausibles, les gens se seraient fermés et sa mission se serait soldée par un échec.

    C'était la première mission qu'elle effectuait par elle-même puisque ses deux premières assignations ne s'étaient pas déroulées comme prévu... Elle avait échoué ou reçu de l'aide. Cette fois-ci, Mila était bien décidée à montrer de quoi elle était capable.

    Le responsable lui indiqua une auberge un peu plus loin dans la rue principale tout en lui demandant de ne pas traîner dans les rues la nuit. La peur et l'incompréhension se lisaient sur son visage ce qui poussa la jeune femme à se dire qu'elle allait bel et bien passer la nuit dehors...

    Mila atteignit l'auberge en à peine quelques minutes, et le spectacle d'une salle vide ne manqua pas de la surprendre. Il n'y avait que deux clients discutant à voix basse et l'aubergiste occupé à nettoyer son comptoir. La consule s'avança vers lui et posa une petite bourse de munnies devant lui.

    « Je paie d'avance et je suis là pour une nuit ou deux. Vous avez une chambre de libre ? »

    La petite brune avait travaillé dans une auberge par le passé, elle savait bien comment cela fonctionnait. Les tenanciers étaient méfiants, craignaient les impayés et les repas à l’œil... Les voyageurs se révélaient parfois être des bandits, et si Mila n'avait pas l'apparence d'un voleur, il valait mieux assurer son passage et sa sécurité. En y mettant le prix, la jeune femme savait qu'elle obtiendrait discrétion, information et tranquillité.

    « ... Il se trouve que oui. » dit-il en vérifiant le contenu de la bourse. « Bon séjour. »

    La consule le remercia d'un signe de tête et s'attarda un instant sur la pendule accrochée au mur derrière le comptoir. Il était à peine seize heures, elle avait encore le temps de déambuler en ville afin d'en savoir plus.

    Bien que les maisonnettes soient encore éclairées par la lumière du jour, tous les volets étaient clos et les rues désertes. Il se dégageait une sensation pesante de terreur et d'anxiété, si puissante que Mila pouvait presque sentir l'odeur de la peur... Elle frissonna, cette atmosphère ne lui rendait pas les choses faciles.

    Mais dans les moments les plus durs, quand le désespoir et la crainte se montrent, les hommes de tous les mondes ont la même réaction, le même réflexe... Mila poussa les portes du bar. Un sourire se dessina sur son visage pâle. La salle était pleine.

    « Hé ma jolie... Fais attention par ici, une petite dame comme toi ne devrait pas venir dans ce genre d'endroit. »

    C'était un serveur, il n'avait pas l'air bien méchant.
    « Ne vous faites pas de soucis pour moi... Je suis une grande fille ! » Il haussa les épaules, un peu déconcerté, et reprit son travail sans plus lui prêter attention.

    Mila se dirigea vers le comptoir et s'installa sur un siège avant de commander un verre de vin rouge. Elle sourit pour elle même ; on ne change pas une équipe qui gagne... La jeune femme patienta quelques minutes avant d'engager la conversation avec le tavernier. Il semblait être le propriétaire de l'établissement, ce qui ne rendrait que les choses plus faciles.

    « Votre établissement est plein... Vous devez avoir beaucoup de travail, ce n'est pas trop difficile ? » dit-elle en se mordillant la lèvre inférieure.

    « Oh, vous savez, plus j'ai de clients, mieux c'est... » Il hésita avant de continuer, mais il semblait se sentir coupable. « Enfin vous savez, les temps sont durs, et même si ça m'rend service, je voudrais bien que tout aille pour le mieux par ici... »

    Elle ne commenta pas dans l'immédiat, évitant ainsi d'éveiller sa méfiance.
    « Je comprend bien, vous ne faites que votre travail, c'est bien normal. » Elle patienta quelques secondes avant de reprendre. « Vous dites que les temps sont durs... Qu'entendez-vous par là ? »

    Il se figea un instant et sembla se désintéresser d'elle pendant un moment. L'homme regarda autour de lui et s'approcha d'elle avant de lui chuchoter :
    « Vous avez pas l'air d'être au courant mais... Y'a des disparitions, des gosses... C'est triste, vraiment, j'suis bien content de pas avoir de gamin. Mais c'est dur à gérer pour le village, et du coup ils rappliquent ici pour oublier un peu tout ça... »

    Mila retint une grimace. Il ne savait pas grand chose visiblement... Ce n'était pas grave, elle devait garder son calme. Une autre proie finirait bien par se présenter et elle obtiendrait ce qu'elle désirait. Il allait simplement falloir user d'autres atouts que son sourire...

    Elle paya le tenancier et se rapprocha d'un homme attablé au comptoir. Mila posa sa main sur la sienne, attirant ainsi son attention et plongea son regard dans le sien.
    « Vous m'offrez un verre ? » demanda-t-elle d'une voix suave. L'inconnu, visiblement intéressé, acquiesça. Si la petite brune aimait charmer et séduire, à cet instant la curiosité l'emportait sur son goût pour le jeu.

    « Que savez-vous sur les récentes disparitions en ville ? » énonça-t-elle à voix basse en insistant bien sur chaque syllabe, dardant son regard pénétrant sur l'homme. L'alcool, son charme naturel et le petit coup de pouce mental qu'elle venait de s'offrir lui permit enfin d'obtenir quelque chose de concret.

    « Des enfants disparaissent sans qu'on sache trop pourquoi... Personne n'ose trop en parler, mais vers vingt-trois heures toutes les nuits depuis presque une semaine, un gosse se lève de son lit, sort en douce et file vers le lac... Même que certains ont voulu les en empêcher, mais ils ont pas réussi, c'est un peu comme si, vous voyez, comme si les gamins voulaient se noyer dans l'eau...» dit-il d'une voix un peu mécanique, comme poussé par l'intonation de la jeune femme. « Et puis... Je devrais pas vous dire ça mais... Le pire c'est c'qu'on entend... Un truc bizarre, j'saurais pas vous expliquer... Mais c't'un peu comme une musique, ça chante mais y'a pas de paroles, et puis même y'a pas de bruit non plus pourtant on entend... Peut-être que tout ça, c'est qu'un cauchemar... C'est pas possible des choses comme ça en vrai, hein ? »

    Mila tiqua. Genesis l'avait prévenu pour les enfants et le sauvetage raté, mais la musique, c'était pire que ce que laissaient croire les informations en possession du Consulat. Maintenant que ses renseignements étaient vérifiés, elle pouvait passer à l'action et aller voir d'elle-même de quoi il s'agissait. Sans prendre la peine de remercier l'homme, elle quitta le bar et se dirigea vers le pont à l'autre bout de la ville, à l'opposée de l'endroit d'où elle venait.

    Dix-huit heures sonnèrent alors que Mila allumait une cigarette. Il était encore tôt, mais la jeune femme préférait repérer les lieux avant l'heure fatidique. Elle se dissimula derrière un arbre proche du pont, conservant une vue correcte sur le lac et le village tout en restant discrète. Installée le plus confortablement possible, la consule scrutait les alentours à la recherche de mouvements suspects.

    Mis à part quelques passants, rien d'inhabituel. A vingt-deux heures trente, Mila était frigorifiée sans pour autant avoir obtenu quoi que ce soit. Un bruissement se fit entendre et la jeune femme dégaina son arme par réflexe. Plaquée contre le tronc de l'arbre, son Desert Eagle proche de son visage et le doigt sur la gâchette, Mila observait attentivement, prête à agir à la moindre menace.

    Un enfant. Mais on ne trompe pas une femme deux fois, en tous cas, une femme comme Mila Alvera ne se fera pas avoir de la même façon deux fois de suite. Le souvenir amer de sa défaite à la Terre des Dragons lui revint en mémoire, et Mila ne bougea pas.

    L'enfant semblait somnambule, il marchait mécaniquement, sans réelle conviction. Mais à la surprise de la jeune femme, ses yeux étaient grand ouverts. Intriguée et ne voyant personne aux alentours, elle s'approcha à pas feutrés. Bientôt l'enfant atteignit le pont et le traversa. Mila s'engagea à sa suite.

    Au milieu du pont, la brunette se figea. Elle était comme paralysée... Un froid glacial la transperça soudainement et un son étrange parvint à ses oreilles. Mais en y prêtant attention, il n'y avait aucun bruit. Pas même le chuchotement d'une feuille qui s'envole, le ruissellement de l'eau, ou le râle du vent. Le silence le plus total. Et cette étrange mélodie... Un chant sans clameur ? Comment cela pouvait-il exister ? Mila balaya ces pensées et tenta de concentrer ses forces pour se libérer de cette emprise, elle se focalisa sur sa mission, sur l'enfant qui ne cessait de s'approcher du lac, écorchant ses genoux sur les cailloux...

    Ses membres retrouvèrent leur mobilité et, du même temps, le "son" disparut... Parant au plus pressé, la jeune femme se précipita vers l'enfant. Elle glissa sur la pente boueuse et trébucha en tentant de s'arrêter, sa chute la propulsant dans l'eau glaciale. Tant bien que mal, la consule se releva et s'approcha de l’enfant aussi vite que possible, ralentie par son manteau, le regard fixé sur lui.

    Le petit garçon ne devait pas avoir plus de sept ou huit ans, il était brun aux yeux clairs, frêle, le visage triste et fatigué... Mila sentit une vague d'émotion la parcourir et elle se jeta sur lui, enserrant l'enfant dans ses bras de toutes ses maigres forces. Elle pouvait le sentir lutter, elle pouvait sentir son désir de plonger dans les abysses, mais elle le tenait fermement contre elle, elle ne le laisserait pas s'échapper, elle ne le laisserait pas mourir sans tout tenter.

    Elle tenta de reproduire ce qu'elle avait effectué plus tôt sur lui, mais cela échoua. Sans le lâcher, elle s'agenouilla, immergeant son corps jusqu'aux cuisses, et plongea son regard dans le sien.

    « Cesse de lutter. Écoute-moi. Entend le son de ma voix... Ne regarde que moi. » dit-elle d'une voix tremblante. Sans s'en rendre compte, bien qu'elle le réaliserait plus tard, Mila exerça son pouvoir de persuasion sur l'enfant. Son regard se voila un instant avant qu'il ne s'évanouisse dans les bras de la jeune femme. L'enchantement s'était brisé et l'enfant reposait, sain et sauf, contre sa poitrine. Une larme de soulagement coula sur la joue de Mila qui, pour une fois, avait le sentiment d'avoir été utile à quelqu'un. Elle avait sauvé une vie.

    Mila n'était pas de forte constitution, mais le garçon était si léger, si maigre, qu'elle pouvait le porter sans trop d'efforts. Elle se releva et se dirigea vers la berge, maintenant l'enfant contre elle à l'aide de son bras gauche tout en soutenant ses jambes du droit. La consule se retourna vers l'étendue d'eau qui avait failli faire une autre victime. C'était étrange... Elle aurait juré voir un visage, quelque chose... Mais ce n'était sûrement que son imagination.

    Péniblement, elle gravit la pente, traversa le pont et atteignit le village. Une femme pleurait dans la rue, mais son village s'illumina lorsqu'elle aperçu la consule et sa précieuse charge. Elle se précipita vers elle en la remerciant maintes fois. Bien qu'elle soit touchée, Mila sentit qu'il était temps pour elle de s'éclipser afin d'éviter l'effervescence qui doucement montait, elle le voyait aux lumières qui éclairaient les fenêtres une à une.

    Discrètement, non sans un regard pour cet enfant qu'elle avait sauvé, elle s'éloigna et se dirigea vers l'auberge. Sans un mot, elle monta vers sa chambre et s'allongea sur le lit, pensive. Sa mission était terminée, mais elle avait un goût âpre, une sensation d'inachevé.

    Le mystère restait entier, et Mila s'endormit en songeant à cette étrange mélodie, cette mélopée macabre...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 773
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1094/500  (1094/500)
Ven 27 Jan 2012 - 19:21
    Mission Accomplie.

    Comme je te l'ai expliqué, ce que tu as fait est le premier épisode d'une série de missions... Et une série de missions, c'est une sorte de chapitre, de quête principale qui mobilise vraiment le Consulat et pas juste un membre pour une mission. Tout ça pour dire (je préfère faire ça maintenant ^^) que je te donnerai probablement une autre mission sur cette série, mais pas la suivante ^^. Faut que d'autres fassent avancer la quête sinon ça perd tout l'intérêt que je cherche, désolé ^^.

    Je suis vraiment très content de ce que tu as fait pour ouvrir ce chapitre... Sans vouloir dire "c'est bien, t'as fait exactement ce que je t'ai demandé", il se trouve que je l'ai lu et que je me suis dit "parfait". Déja parce que ton personnage est réellement impliqué dans la cause et que c'est cool, sincèrement, de voir qu'une mission ne se fait pas sur le même schéma que la précédente... C'est pas de la production à la chaîne, il y a des pensées nouvelles, de bons moments. En tout cas, ça fait plaisir de voir une mission ainsi faite.

    Pour ce qui est de la qualité de l'écriture, aussi... Franchement, c'était impeccable, c'était soigné, c'était de beaux mots et un beau style... Ça a donné une bonne ambiance.
    Je ne vais pas dire que c'était génial... Non, c'était excellent mais je n'irais pas jusqu'à génial (je te dis mon appréciation, quoi)... Quelque chose m'a manqué dans ton rp mais je ne sais pas du tout quoi... Il me semble que tu pourrais pousser encore plus loin en profondeur, peut-être...

    Y a beaucoup d'émotions et un bon rendu de celles-ci... Tu incarnes très bien la passion mais c'est vrai qu'on peut déplorer une profondeur limitée.

    En résumé, très bonne mission.

    Mission avancée :
    35 xp, 350 munnies et 3 PS... en symbiose.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» Mélopée des Anges ~ Ciel ~ Femelle ~{PRIS}~
» Danse Macabre
» Une douce Mélopée -
» Intrigue n°2 - Découverte macabre