Derniers sujets
» L'âme d'un chercheur
par D.Va Hier à 22:38

» Tombent les masques
par Lenore Hier à 22:13

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Hier à 21:07

» Loué soit Son nom
par Fabrizio Valeri Hier à 21:06

» Tombent les cartes
par Lenore Hier à 19:25

» Que tombe la foudre!
par Chen Stormstout Hier à 19:18

» Attaque Nocturne
par Surkesh Hier à 15:11

» Reading Project
par Lotis Terrick Hier à 14:27

» Jour de fête
par Cassandra Pentaghast Hier à 12:57

» 1297 Mishtaven Street
par Roxas Hier à 11:03

» Météo en live : le 18 octobre
par Janna Mer 18 Oct 2017 - 13:02

» Pour un peu de bien
par Lulu Mer 18 Oct 2017 - 13:00

» La Chute de Nottingham
par Général Primus Mer 18 Oct 2017 - 12:58

» Comme le dit Oscar Wilde...
par Genesis Rhapsodos Mer 18 Oct 2017 - 4:24

» Et là, un squelette !
par Genesis Rhapsodos Mer 18 Oct 2017 - 4:15


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Suivez les araignés.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Dim 8 Jan 2012 - 0:13
Auron avançait au milieu du village qui avait réunit leur économie pour acheter ses services. Le mercenaire interrogeait les gens, pour tenter d'en apprendre plus sur ses disparitions mais pour l'instant il n'y avait rien de très concluant. Le peu qu'il savait ne l'aidait pas plus que ça. Ça se passait dans la nuit. En même temps, mieux valait savoir ca que rien. Le lune trônait au milieu du ciel noir et il attendait... Un signe, un indice. Une erreur de la part du ou des ravisseurs, qui que ce soit, quoique ce soit. Le village la nuit est d'un ennui avéré. Il ne se passe pour ainsi dire, strictement rien. Mais ca ne dérangeait pas le sabreur venu de l'est, après tout, le temps n'a plus aucune influence sur lui... Devant lui il y a l'éternité, attendre sans rien faire ne le dérange plus. Alors qu'il s'abreuvait de la boisson du démon, c'est à dire l'alcool, quelque chose vint l'interpeller... Une araignée, qui le fixait de ses yeux rouges sang, luisant tel la lueur d'une bougie dans le noir. Ca semblait beaucoup trop évident, beaucoup trop facile. C'était un peu comme... Un piège grossier. Mais si c'est un piège, ca veut aussi et surtout dire qu'on le mènera là où il doit aller. Et si au final, loin d'être un piège ou tout autre ce n'était simplement qu'une araignée ? Non, clairement ca ne l'était pas. Une araignée qui possède des yeux d'une telle couleur ? C'était pas banal. Une distraction ? Un leurre destiné à le faire s'éloigner des futures victimes ? Possible. Mais qui ne tentes rien n'a rien, et c'était pour l'heure sa seule et unique piste. De ce fait... L'aurore rouge a suivit l'araignée.

Le mercenaire s'approchât lentement d'elle et celle-ci se mit à bouger, allant vers la forêt à l'aide de petits pas rapide et nerveux. Malgré son allure vive, Auron n'avait aucun mal à la suivre en marchant tranquillement. Son ennemi serait surement un adepte de la symbiose, à même de contrôler une multitude d'araignée. Les invocateurs... L'aurore rouge n'a jamais aimé les invocateurs, des lâches incapables de se battre par eux-même, pour la plupart du moins. Enfin... La petite bête aux pattes poilus le conduit jusqu'au plus profond de la forêt, devenu sombre et angoissante sous le voile de la nuit. La seule source de lumière en se bois sombre, ce n'était pas la lune couvert de nuages, mais les multitudes de points rouges. Des araignée, des tas avait rejoint le guide d'Auron... Des dizaines, une véritable nuée de vermines.

Le trajet menât finalement jusqu'à un passage souterrain, dissimulé sous un buisson. C'était une porte ornée d'une tête d'araignée, à même le sol qui s'ouvrit dévoilant un escalier rempli de toile d'araignée et de cristaux dégageant un leur bleuté, pâle. Le lieu avait une ambiance froide, sans âme... La température y était véritablement glaciale d'ailleurs. Puis, enfin... Il fut conduit dans une pièce ronde, il y faisait nuit noire. Les lourdes portes de bronzes se refermèrent derrière lui. Auron restait là, stoïque. Il restait cependant sur ses gardes... Quelques points rouges s'illuminèrent dans le noir, beaucoup plus gros que les autres... Et quand tous un tas de cristaux illuminèrent la salle de cette lueur cadavérique, le mercenaire fut surpris, cachant bien sa surprise derrière un visage impassible.

Hum...

Silitha, je suis... Enchantée... J'imagine que tu es venu ici pour me tuer... N'est-ce pas ?

Une araignée... Une immense araignée grise, le crâne surmontée d'une longue chevelure pâle. La tête en bas, tenant en l'air, accrochée à un fil de ses huit pattes... Son haleine nauséabonde parvenait jusqu'au nez de l'aurore rouge... Tout comme l'haleine puant l'alcool de ce dernier parvenait jusqu'à elle.

Veux-tu savoir pourquoi... Pourquoi j'enlève ces gens ?

Non. répondit Auron, net, froid et dur. Tranchant la conversation comme un sabre tranche le bambou.

Silitha reculat sa tête vers l'arrière, pratiquement choquée par cette réponse, tandis que l'aurore rouge bon dit et d'un coup net... Tranchât le fil qui la tenait suspendu. Elle s'écroulât lourdement au sol se remettant maladroitement sur ses pattes. Elle semblât vouloir dire quelque chose... Mais le mercenaire ne lui en laissât pas le temps, bondissant sur elle avec la rage d'un tigre. Mais malheureusement, elle ne put s'empêcher d'ouvrir sa sale gueule d'insecte... Et on se contrefout tous que les araignées ne soient pas vraiment des insectes, ils sont aussi moche. De sa bouche puante sortit une gerbe d'un étrange liquide gluant et glissant. Le jet propulsât Auron contre le mur et alors qu'il comptait se relever, cette étrange liquide verdâtre et visqueux le fit glisser et... Il mit genou à terre. La première fois... C'est la première fois depuis bien longtemps qu'on le force à mettre genou à terre aussi vite... Il voulait retourner à la charge ! Mais le liquide ralentit sa course et une toile d'araignée venu du ciel le clouât au mur... Il y a peine deux secondes, Silitha était en face de lui.

Et elle approchât sa sale gueule, au sol cette fois...

A une époque, tous venait me défier... Et je les ai tous vaincu, puis capturé vivant... Je les enroule dans un petit cocon capable de les garder en vie aussi longtemps que je le souhaite... Veux-tu savoir pourquoi... ? dit-elle, sur un ton fier...

Non. répondit-il, non moins fier.

Elle poussât un cri de rage avant d'asséner un violent coup de patte au mercenaire.

Je collecte des histoires ! Et tu m'en raconteras ! Comme tous les autres après des années de torture ! Tu craqueras... Et tu m'en raconteras des histoires... Par faiblesse ou par orgueil... Cela faisait longtemps... Qu'un guerrier, un vrai n'était venu me voir ! Tu n'es pas habillé comme les gens de ce monde... Tu viens de loin et tu as l'air vieux... J'ose imaginer tous ce que tu as à me raconter !

Auron fermât les yeux... Et il se mit à penser à Silitha... A son épée qui déchirerait son corps laid. Aux cris de douleurs qu'il lui arracherait... Il les ouvrit et la toile prit feu. Une onde rouge incandescente se créât autour de lui. Elle allait gouter aux armes de fureurs. Quelques instants suffirent à ce que toutes les toiles d'araignées prennent feu. Silitha était inquiète, elle craignait le feu. Et elle avait bien raison... Auron se servir du liquide visqueux qui le recouvrait de la tête aux pieds pour glisser vers l'araignée, qui s'éclipsât, disparaissant littéralement pour venir réapparaitre devant la porte, tentant vainement d'ouvrir la porte en frappant dessus.

Et c'est à ce moment qu'il comprit que ca n'allait pas... Le manque d'entrainement avait réussit à faire diminuer ses capacités. Il était toujours aussi fort, toujours aussi endurant mais bien moins habile... Il ne put s'arrêter ou changer de direct et se dirigeât droit le mur, ne trouvant comme seul moyen de se bloquer que d'utiliser son sabre. Le feu commençait à périr et il est certain que l'araignée géant retrouverait son calme. Il fallait l'abattre maintenant ! Il attrapât son saké et le jetât sur son ennemi. Elle hurlât en sentant l'alcool s'écraser sur sa peau à tel point qu'elle en sursautât... Et une flammèche embrasât l'alcool... Et Silitha avec. Le feu s'était peut-être calmée dans la pièce, mais c'était bien le seul endroit. Un incendie avait ravagé l'endroit !

Auron se mit à courir, Silitha mourrait à petit feu et la priorité était de sauver ceux qui étaient encore en vie... Il sortit de la pièce et vit un escalier montant qu'il empruntât. Là il vit une salle rempli de tas de cocon en toile d'araignée. Un chevalier avait réussit à se libérer de la toile comme du feu et il libérait les autres. Le mercenaire se dépêchait de faire d'eux même, et même si la plupart de ceux ayant été sauvé n'avait qu'en tête de s'échapper, d'autre restait là, à aider les gens à fuir. Enfin, tout le monde fuyait la cachette de Silitha...

Fin de la mission...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Mer 25 Jan 2012 - 21:35
Tu sais déjà ce que je pense de ta mission Very Happy

Atroce : 45 points d'expérience + 450 munnies + 4 PS (45 lignes minimum.)
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bagu Kirima, une araignée au plafond...
» repousser les araignées
» Araigné géante
» Attention, araignées qui tuent ..
» L'araignée