Derniers sujets
» Un coup de pied dans la fourmilière
par Cypher Aujourd'hui à 1:22

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Hier à 13:41

» A l'abordage !
par Chen Stormstout Hier à 11:03

» En ligne de mire
par Cypher Hier à 0:41

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Hier à 0:10

» Le savoir c'est le pouvoir
par Surkesh Ven 15 Déc 2017 - 22:07

» Tombent les masques
par Lenore Ven 15 Déc 2017 - 16:52

» Tour du Propriétaire
par Narantuyaa Jeu 14 Déc 2017 - 18:21

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Jeu 14 Déc 2017 - 16:06

» Cachons tout ça
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 15:37

» Pourtant, rien ne change
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 11:22

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Jeu 14 Déc 2017 - 11:14

» J'ai PAS mal à mon forum
par Fiathen Jeu 14 Déc 2017 - 8:07

» Que la vengeance commence!
par Kestia Mer 13 Déc 2017 - 22:18

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Cissneï Mer 13 Déc 2017 - 19:09


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 [ Village ] To the Castle of Nightmares.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Larmes Noires
Masculin
Nombre de messages : 131
Age : 26
Localisation : Le néant.
Date d'inscription : 02/05/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
182/666  (182/666)
Jeu 22 Déc 2011 - 6:02
« Il est là ! Attrapez-le !
- Merde ! »


Un bon nombre de gardes poursuivait le félidé sous sa cape opaline à travers la ville, armés de hallebardes toutes plus acérées les unes que les autres. On aurait dit qu'ils poursuivaient un fantôme, un revenant assez rapide d'ailleurs. Le peu d'habitant qu'il restait ce soir s'écartait brusquement en entendant de loin le bruit insupportable des armures métalliques. Un commerce venait de laisser sur le côté une remorque pleine de potirons. Réflexe, Ikaru bouscula la roulotte pour en vider le contenu sur la chaussée. Cela tâchait à peine leurs cuirasses et ils continuaient leur course effrénée sans lâcher d'une semelle le fuyard. Comment il pouvait savoir que la Lumière n'était pas du tout la bienvenue ici ? Mise à part quelques rumeurs ici et là, rien ne pouvait penser à ce que ses membres soient bannis de ce monde. Tournant à la jonction entre deux maisonnettes, un habitant traînait au milieu de l'allée déjà très étroite. Sautant au-dessus de cet obstacle improvisé, un garde surgit devant lui, un peu trop près et, il tomba sur le fantassin. Exécutant une belle roulade aussitôt pour se rattraper, les autres poursuivants arrivaient plus nombreux.

Une des lance fût envoyée à bout portant. L'épaule gauche de l'adolescent transpercée sous le son du verre brisé. Pas une goutte de sang se versait, uniquement de fin morceaux transparents parsemaient le sol. Il la retira aussi vite qu'il le pouvait, trop tard, un des soldats se rua sur lui plaquant le visage du fugitif contre la pierre. Une de ses pattes restait libre et à peine eu-t-il le temps de la balancer qu'un Nescient mineur se jeta violemment contre l'agresseur de celui qui l'avait invoqué. La créature le lacera à maintes reprises, mais son existence fût de courte durée puisque les renforts le firent disparaître en un instant munis de leurs armes d'hast. Habituellement, il aurait prit le temps de se débarrasser de ces énergumènes mais le temps était justement ce qui lui manquait, ainsi qu'une certaine concentration qu'il ne pourra pas avoir avec des lames plantés dans son corps, préparer un sortilège nécessite un moment qu'il n'avait pas. À ce rythme, ils allaient finir par le piéger et en finir. La pèlerine blanche s'enfuyait. La course reprit.

La sortie qui menait au château était en face. La grille était en train de se fermer. Le Compagnon courrait aussi vite qu'il le pouvait. Non, la barrière se referma tout près de lui. S'arrêter sur un échec n'était pas la solution; la cité est enfermée dans un immense mur et ils étaient beaucoup trop hauts même pour un chat, il y avait forcément une autre sortie. En revoyant les traqueurs, il sauta sur les toits. On percevait deux autres portes de ce genre de là haut. Ces gars montaient le rejoindre. Il ne fallait pas traîner, cette déduction fût renforcée par des flèches atterrissant à ses pieds, l'une d'elle venant se loger dans sa main droite. Son regard carmin froissé devant la ténacité abjecte de tels êtres, comment une bourgade aussi minable osait tenir tête à un monstre ? Et surtout, comment elle en était capable ? Un courage admirable ou des tendances suicidaires. Et un tour supplémentaire pour l'animal à travers quelques baraques truffés d'hommes qui voulaient lui faire la peau. Voilà une attraction qui devrait faire fureur.

« Ils veulent jouer, alors on va s'amuser. »

Tout en courant, Black Tears déposa délicatement sa paume brisée contre sa poitrine, qui s'illumina instantanément. Il y avait en fait toute une série d'archers bardés sur l'enceinte de ce qu'on pouvait maintenant désigner une forteresse. Pourquoi tant de préparatifs ? Est-ce le genre d'accueil que l'on réserve à présent à ces chevaliers protecteurs du jour ? Ou bien quelque chose de bien pire, ce monde était définitivement remplis de surprises. Et ça n'allait pas s'arrêter là. Les moyens déployés pour stopper les menaces étaient sans limites. Une explosion. Le hurlement du feu vint déloger l'animal des toits en le soufflant contre un bâtiment de la place. La lueur de son buste ne vacillait pas malgré la douleur que l'incanteur ressentait. On ne le voyait à cause de son manteau blanc, son dos craquelé laissa quelques plumes sur son passage. Personne n'arrivait à sa portée pour le moment, son bras gauche s'armait de runes complexes verdâtres pour les libérer dans une mélodie creuse surnaturelle faisant vibrer tout son corps. Sa peau se reforma doucement, une magie vivace et chaleureuse qui atténuait les blessures.

Des enchanteurs prenaient place à présent. Ensuite quoi ? Des invoqueurs ? Ridicule. Reprenant son chemin le plus discrètement possible dans ce dédale de bois et de moulures. Personne ne l'avait remarqué heureusement. La sortie était près de lui, or elle était fermée. Trop tard, s'était évident qu'ils les avaient toutes condamnées. Invoquer une monture volante serait trop long et périlleux, les airs n'étant pas à l'abri de flèches ou de sorts. Faire une brèche dans cette muraille serait du suicide, puisqu'on le localiserait rapidement après ou même avant et si il réussissait seulement à le faire, l'attaque pour faire ce miracle demande beaucoup trop d'énergie et la garde viendrait vite le rattraper. Une seule solution s'offrait à présent : passer au-dessus du mur d'enceinte tout en créant un genre de diversion. Et le meilleur pour ça, était cette protubérante horloge qui était à l'opposé de la ville.

Passer toutes ces avenues découvertes sans se faire remarquer, aussi discret que l'on puisse être, cela relève de l'impossible. Une diversion cette fois, il l'avait préalablement préparée. Une ambiance froide et mystique éclata. Des hommes aperçurent Ikaru entouré d'un cercle lumineux. Prêts à le mettre sous les verrous, ils furent balayer par une queue de poisson proéminente, alors que d'autres furent gelés sur place. Mateus, le corrompu, soutenait celui avait prié son aide.

« Mateus ! Débarrasse-toi d'eux sans retenue ! Mets-les en charpie ! »

La réponse fût la lance de l'invocation plantée sur le mur d'enceinte qui se transforma aussitôt en glace. La pluie de givre tranchante en dissémina quelques-uns également. Tandis que la chimère du Grand Nord luttait corps et âme sous les ordres de son maître, celui-ci s'enfuyait en direction de la tour. Tous ces efforts étaient inutiles. On ne pouvait pas arrêter un coeur déterminé. La rage de vaincre est fatale comparée à la lame la plus aiguisée. Il entendait les cris des troupes se faire massacrées mais également les plaintes de son gardien souffrir. Ce n'était pas suffisant pour arrêter l'escouade du Prince ? Pour les retenir, s'était amplement possible.

L'entrée était en vue, et le félin par la même occasion, il se fit repéré par une compagnie des alentours. La porte, pas la peine de savoir si elle était fermée ou ouvert, des flammes vinrent régler le problème en la défonçant. Montant les escaliers quatre par quatre, on suivait toujours Ikaru. Arrivé au sommet, plus aucune issue, la mécanique de l'horloge grinçait à en faire friser les tympans et ce n'était pas vraiment le moment de s'éterniser devant les merveilleux vitraux filtrant la clarté lunaire. Les hommes affluaient en sa direction, le garçon encapuchonné reculait vers une des façades verrières. C'était la fin ? Non pas encore, il ne s'avouerait jamais vaincue avant d'avoir accompli son but. Aimer encore une fois.

Relevant brusquement ses manches, deux rangées violacées de marques ésotériques armaient chacun de ses bras. Souriant de ce qui allait arriver à ces abjectes personnes. Souriant de son rôle incertains dans le prochain chapitre. Il croisa ses derniers avant de sauter en arrière. Le vitrail céda derrière lui, accompagné du cri de désespoir du jouvenceau.

« Je vais tous vous tuez ! »

Les ténèbres s'abattaient à présent au sommet de l'horloge. Une déflagration obscure ruina le dernier étage de la tour. La créature convoquée disparue, elle aussi, dans les filaments célestes. Quand au chat, la rafale de son assaut l'éclipsa dans les feuillages de la forêt. Son plan autodestructeur avait fonctionné. Ne daignant pas observer l'avenir, il ricanait dans un arbre perché, blessé, épuisé. Songeant au vide et à la folie de cette soirée. Lorsque le matin se lèvera, tout aura disparu, y compris les rêves de ce palais, qui se sont métamorphosés en cauchemars.
Voir le profil de l'utilisateur
La lame tueuse de dieux
Masculin
Nombre de messages : 209
Age : 20
Localisation : Sourire depuis les cieux.
Date d'inscription : 15/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
500/500  (500/500)
Jeu 22 Déc 2011 - 23:40
Bon. C'est trop bourrrrgeois à mon goût, mais ça reste entre nous.

Le RP en lui même est bon, c'est clair. Il y a de petites fautes comme tâche au lieu de tache, mais ça reste de l'ordre de l'anecdotique.

On est bien dans l'ambiance, c'est cool, ça fait police de Philadelphie, c'est formidable, ça bouge... Et tu casses tout avec une phrase pourrave. Tu portes en toi l'art de foutre l'ambiance en l'air, même quand tu commences bien. Comme Lénine.

Ce que je trouve dommage, et je vais être honnête, c'est qu'autant ton style peut être très bon, le scénario... Non. Parce que là, un Maréchal qui fuit pour se blesser pour tout péter sans mal à la fin, je trouve ça un peu chiant, prétexte fallacieux à l'appui. Tu t'évertues à créer une ambiance qui repose sur du vide, et je trouve ça dommage. Quand tu ne te détournes pas de ton sujet et que tu ne pars pas dans tes délires (ici, tu as été assez calme là-dessus), tout finit par s'écrouler parce que la bâtisse ne repose sur rien. Imagine le Kremlin sans fondations! C'est une boule de Noël, rien de plus. C'est beau mais c'est vain, terriblement.

Une success story avec un succès mais pas d'histoire, c'est un concept mal exploité. Je te pense capable de mieux, beaucoup mieux à ce niveau.

Ceci dit, ça reste pas mauvais dans l'ensemble (quoique certaines phrases sont affreuses, mais tout le monde pond des trucs bizarres au hasard d'une soirée d'écriture). J'ai aimé sans aimer. C'est... existenciel.

Allez va, mission périlleuse. 35 en expérience, 300 munnies, et trois PS en magie.

Ce forum est vraiment trop capitaliste. On a des valeurs a leur enseigner
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Village Hentaï[accepté]
» Village Hentaï
» Merac Castle Siege
» Village d'âme.
» Premier village rush trophée crotall