Derniers sujets
» Froide Noblesse
par Huayan Song Hier à 19:52

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Hier à 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Hier à 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Jeu 16 Nov 2017 - 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Jeu 16 Nov 2017 - 5:58

» Il était une fois ... Toxine (En cours )
par General Primus Jeu 16 Nov 2017 - 2:06

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Shadow Mer 15 Nov 2017 - 16:46

» Sauver Tania [Exploit]
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:56

» Déménagement
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:34

» Contrats - Demande de Mission
par Merrion Dexelo Mar 14 Nov 2017 - 23:00

» Fiche d'Identité de Narantuyaa
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 9:17

» Attaque Nocturne
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 2:54

» Avant de poster dans Histoires de Grimm...
par General Primus Mar 14 Nov 2017 - 0:15

» L'âme d'un chercheur
par Huayan Song Lun 13 Nov 2017 - 15:45

» La fiche d'identité de D.Va
par D.Va Lun 13 Nov 2017 - 15:03


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 La Journée
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Sorcière
Féminin
Nombre de messages : 140
Age : 24
Date d'inscription : 21/06/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
184/500  (184/500)
Ven 14 Oct 2011 - 21:05
Le soleil n'était pas encore tout à fait levé, plongeant la pièce principale dans une pénombre reposante. Près d'une table basse, assis sur un coussin, se trouvait un homme, un homme qui avait pour nom Dān-Xīn Li. Il s'était levé bien avant l'aurore, et sans un mot avait quitté son lit pour aller prendre son petit déjeuner. A cette heure matinale, Dān-Xīn Li n'était qu'un homme parmi tant d'autres. Il avala un bol de riz bouilli, accompagné de lait de soja et ferma ensuite les yeux une fois son repas achevé, méditant à la journée qui l'attendait. Il fut finalement tiré de cet état paisible par l'arrivée dans la pièce de son fils, puis de sa femme. Dān-Xīn leur sourit, heureux de les voir comme chaque matin. Bien qu'il ait déjà mangé, il les accompagna dans leur petit-déjeuner, s'enquérant de la santé de l'un et de l'autre, leur demandant quelle allait être leur journée. Il avait toujours été un bon père ainsi qu'un bon mari, fidèle et aimant, et c'était bien là l'une des vertus premières de cet homme dont la pureté de cœur n'avait d'égal que son courage et son amour de l'humanité. Lorsque tout trois furent fins prêts pour les nouvelles heures qu'ils s'apprêtaient à vivre, le soleil avait poursuivi à son rythme et se trouvait maintenant bien haut dans le ciel, luisant comme une divinité. Il s'agissait là du signal qu'attendait Dān-Xīn pour quitter sa demeure, car il avait naturellement fort à faire... L'homme se rendit dans la chambre conjugale, et passa une lourde armure avant de placer un casque sur son visage. Il s'observa un bref instant dans un miroir, et constata que malgré le poids des années, sa cinquantaine lui autorisait toujours une stature imposante qui dégageait à la fois un charisme certain et une impression de bonté. Enfin, il sortit de chez lui, embrassant sur le front sa femme et son fils au passage, et se mit en route vers sa journée.

Dès lors qu'il avait quitté son foyer, il n'était plus Dān-Xīn... Il n'était que le Général Li. Un homme apprécié du peuple, un éminent guerrier, un fin stratège connu pour protéger à la fois la Chine et la vie de ses hommes. Par cette chaude matinée, étonnamment chaude pour une matinée d'hiver songea-t-il, le Général se rendit à la Cité Interdite, le magnifique palais céleste connu de tous à travers le pays. Il prit soin de saluer chacun des passants qu'il croisait sur sa route, car la courtoisie était une des valeurs qui lui tenait à cœur. Il ne lui fallut pas plus de vingt minutes de marche avant d'arriver aux portes de la Forteresse... Les gardes hochèrent respectueusement la tête en le voyant arriver, puis il pénétra dans l'immense cour qu'il traversa avant de rentrer dans le palais même. Comme chaque matin, il obtint audience avec l'Empereur, et comme chaque matin il lui répéta ses serments, jurant fidélité et loyauté. Une fois ce rituel accompli, le Général Li quitta la salle du trône et se rendit immédiatement dans les quartiers militaires où se trouvaient les plus jeunes recrues de l'armée impériale qui l'attendaient impatiemment, placés en rang, chacun ayant une lance à la main. C'était à lui qu'il incombait de veiller à leur formation. Aussi, après leur avoir pour une énième fois fait part de la grandeur de leur patrie et de la justesse de leur combat, leur imposa-t-il quelques exercices basiques. Course à pied, lancer de poids, escalade, combat, tout y passait. Et à chaque fois que l'un d'entre eux parvenait à surpasser ses capacités, le Général Li sentait son cœur s'emplir de fierté.

Vint enfin l'heure du déjeuner. Il leur accorda à tous une heure pour se restaurer, et partit vaquer à ses occupations. Jamais il ne mangeait quand midi sonnait, c'était une habitude qu'il avait prise lors des nombreuses guerres qu'il avait traversé... En lieu et place de cela, il préférait s'accorder un peu de temps pour lui même, s'isoler et quelque part se retrouver dans le calme et la méditation. Aujourd'hui, ses pas le guidèrent vers les jardins. De grands et luxueux jardins bercés par le son d'un cours d'eau. Il s'agissait à n'en point douter de l'un de ses lieux favoris. Il erra alors pendant un temps, contemplant la flore qui le surprenait à chaque nouvelle visite... Et alors qu'il occupait son temps, il eut une vision qui suscita son intérêt. Assise sur un banc, les yeux perdus dans le vide, il y avait une femme qu'il n'avait jamais vu auparavant. Elle lui semblait incontestablement âgée, et n'avait rien d'une figure royale s'il en jugeait par l'état de ses haillons et ses longs cheveux sales grisonnants. Li resta perplexe un instant, puis il se décida à obtenir des réponses de lui même.

C'est pourquoi il s'approcha d'elle et engagea la conversation avec une politesse extrême. La paysanne, car c'était ce qu'elle lui évoquait[, ne réagit pas tout de suite. Son regard continuait d'errer dans le vague, mais finalement se posa sur le Général, et elle lui sourit. D'une voix légèrement effrayée, elle se présenta à lui sous le nom de Wūpó. De plus en plus intrigué, il se risqua à lui demander la raison de sa présence dans ce jardin, mais fut vite découragé par la lueur de désespoir qu'il perçut dans ses yeux. Baissant la tête, la femme lui répondit qu'elle n'avait d'autre endroit où aller... Devinant derrière cette phrase un malheur bien plus grand, le Général Li s'assit à ses côtés, prêt à l'écouter. Ils discutèrent pendant une heure durant, d'abord de tout et de rien, puis de choses plus importantes... Wūpó finit par lui avouer, au milieu d'intonations tremblantes, qu'elle était la seule survivante du village de Shān-Zuò, attaqué par les Huns. Et elle craqua... Le Général ne savait comment agir face aux pleurs de cette femme, aussi resta-t-il muet, craignant de se montrer maladroit à la réconforter. Mais il n'eut pas à agir, car dans un flot de paroles, tout les malheurs de la vieille femme sortirent d'eux-mêmes. Elle avait connu le massacre, le sang, l'horreur des flammes. Elle avait connu la barbarie des envahisseurs, la peine de perdre des êtres chers, le dégoût du viol, la douleur de la torture. Elle avait connu, et contenu tout cela jusqu'à sa rencontre avec lui... Il en fut très touché, car sa confiance spontanée l'honorait grandement... Mais il fut aussi touché par le récit bouleversant de cette femme. Malheureusement, l'heure s'achevait, et le devoir l'appelait. Il lui souhaita d'avoir du courage, ainsi qu'une confiance aveugle en l'Empereur, ce qui parut apaiser ses maux. Mais avant qu'il ne parte, elle lui glissa discrètement, chuchotant comme si elle avait peur d'être entendue, que les Huns parlaient entre eux du village de Gǎ-Tún...

Cette affirmation eut pour effet de le troubler... Si bien qu'il ne fut absolument pas concentré lors de l'entraînement de l'après-midi... Il pensait à trop de choses, beaucoup trop de choses... Le récit de Wūpó, certes, mais aussi la situation précaire des habitants de Gǎ-Tún. Que fallait-il donc faire... ? Il n'avait pas eu d'écho d'une quelconque attaque de ce village par les Huns, donc il était possible qu'elle survienne d'un jour à l'autre... Non! Il ne pouvait décidément pas les laisser mourir en pleine connaissance de cause! Il pensait à sa femme, à son fils... Qu'adviendrait-il d'eux si jamais les Huns arrivaient jusqu'ici ? Quelque part au fond de lui, la peur l'étreignait, mais il savait qu'il était le seul à agir... Pour venger les horreurs que cette femme avait vécu, pour protéger les siens, pour protéger la Chine, pour accomplir son devoir...

Ainsi, le soir même, il rapporta la situation à l'Empereur, lui demandant l'accord d'aller protéger ce village menacé avec quelques uns de ses hommes. A contrecœur, le sage homme l'y autorisa. Il ne pouvait refuser une telle faveur à l'un de ses généraux les plus populaires... D'autant plus que la situation devenait alarmante si les Huns recommençaient à s'en prendre à leurs villages... La nuit était tombée lorsque Dān-Xīn revint enfin chez lui. Mais contrairement aux autres jours, il ne s'y attarda pas... Son honneur le poussait à partir, et sa famille le comprenait malgré leur tristesse et la crainte de ne plus le revoir. Encore quelques heures plus tard, il était paré... Monté fièrement sur un cheval, une quarantaine d'hommes à pied le suivant, ils se dirigeaient vers Gǎ-Tún. Le Général Li espérait y arriver avant le matin, pour ainsi pouvoir renforcer la défense du village... Il fallait prendre de vitesse les Huns, car il ne savait absolument pas quel était leur nombre, ni quelle était leur position. Ils ne seraient réellement en sécurité qu'une fois arrivés...

Bien vite, les torches de la troupe ne devinrent plus qu'une lueur à l'horizon... Une lueur qu'Ultimecia contemplait par la fenêtre de la chambre qui lui était allouée. La journée était achevée, et elle serait probablement la dernière pour ce Général qui, inconscient de vivre ses derniers instants, s'avançait sans peur vers la mort.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» Journée habituelle..ou presque || TOPIC TERMINE