Derniers sujets
» De retour au bercail...
par Abigail Underwood Aujourd'hui à 19:16

» Monter la garde, une affaire simple ?
par Death Aujourd'hui à 18:56

» La nuit égale au jour ; la veille de l'automne
par Fabrizio Valeri Aujourd'hui à 3:20

» Le Train, les Rails et la Montagne
par Narantuyaa Aujourd'hui à 2:08

» L'enthousiasme éternel
par Death Hier à 23:42

» Reading Project
par Lotis Terrick Hier à 22:39

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Lotis Terrick Hier à 22:06

» La Mage Tricentenaire / Kestia
par Kestia Hier à 20:51

» Un mort pour pouvoir vivre libre
par Rufus Shinra Hier à 20:01

» Les Orphelins
par Roxas Hier à 18:10

» Beau gosse
par Arthur Rainbow Hier à 4:06

» Hybris
par Arthur Rainbow Hier à 0:24

» Rex tremendae
par Matthew March Mer 20 Sep 2017 - 21:55

» Pensées rationnelles
par Cissneï Mer 20 Sep 2017 - 19:29

» Entremetteuse
par Arthur Rainbow Mer 20 Sep 2017 - 19:24


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Huns et deux.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Sorcière
Féminin
Nombre de messages : 140
Age : 24
Date d'inscription : 21/06/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
184/500  (184/500)
Dim 9 Oct 2011 - 15:35
Si la grande salle du trône était silencieuse, cela ne semblait gêner aucunement les hommes présents. Les gardes se contentaient de maintenir leur poste, le conseiller de sa majesté griffonnait à la plume sur quelques parchemins, et l'Empereur semblait somnoler, mais il était pourtant plongé dans une profonde méditation qui constituait le quotidien des hommes de son rang. Et ainsi, dans cette pièce, le temps paraissait comme suspendu, laissant chacun vaquer à ses occupations. Un léger parfum d'encens pouvait être humé dans toute l'immensité de la salle, omniprésent à un tel point qu'on aurait pu le prendre pour l'un des acteurs de cette scène. Et alors que l'attente d'un quelconque évènement à même de troubler le calme pesant se faisait de plus en plus grande... Rien ne vint... Rien de plus que la quiétude, rien de plus que le repos de l'âme. Et ainsi se déroula toute une matinée, comme de nombreuses précédentes... Les audiences étaient ouvertes, et pourtant personne ne se montrait, le peuple de Chine devait être bien trop occupé à vivre, à cultiver son existence, pour venir ennuyer leur souverain qui faisait déjà tant pour les protéger. Malgré les assauts, malgré les guerres, malgré les pactes qu'ils avaient dû établir... Quelque part, ce peuple vivait un rêve idyllique. Hélas, il ne fallait que bien peu de choses pour qu'un nouveau Songe se présente à l'horizon, et ne transforme l'onirisme en cauchemar...

Ce fut finalement par un début d'après-midi que la machination débuta. Quatre soldats, escortant une vieille femme, pénétrèrent dans la salle du trône, eux même accompagnés du bruit de leurs armures. Ils s'avancèrent religieusement, finissant leur marche face au trône, et saluèrent respectueusement leur Empereur. Puis, ils reculèrent, se plaçant en ligne derrière la femme qui semblait perdue face à un univers qui la dépassait. Seule, face à l'homme qui représentait la Chine, elle ne payait naturellement pas de mine. Qui plus est, cette impression était renforcée par ses haillons, vêtements de paysanne déchirés, et ses longs cheveux gris, sales, emmêlés... Son visage était extrêmement pâle, presque maladif, et ses yeux hagards étaient soutenus par d'épaisses cernes qui soulignaient son état de fatigue avancée. Elle tremblait par ailleurs, et semblait pouvoir s'écrouler d'un instant à l'autre. L'empereur ouvrit finalement ses yeux, qui étaient clos depuis qu'il avait pris place dans dans son impérial siège, et contempla sa sujette... Mais ce fut finalement son conseiller qui prit la parole, sa lourde voix résonnant dans toute la salle du trône.

« Qui êtes-vous ? Et pourquoi demander audience à notre empereur ? »

La vieille femme sembla apeurée et se recroquevilla sur elle même. Elle marmonnait de temps à autre des paroles incompréhensibles, perdue dans ce qui semblait être une folie paniquée. Ce fut finalement l'Empereur qui intervint, dans un geste gracieux. Il tendit la main vers son conseiller, lui intimant ainsi de cesser son interrogatoire. Et pour finir, il déclara d'une voix tremblante, mais qui paraissait emplie de sagesse...

« Ma chère enfant... Contez nous vos malheurs... »

Elle avait jusque là caché son visage entre ses mains, mais ces mots, choisis judicieusement, et l'intonation rassurante la poussa à se découvrir un peu plus, dévoilant un spectacle accablant de misère. L'une de ses mains était agitée de spasmes, et ses paupières se refermaient parfois sans raison. Enfin, elle se décida à répondre... D'abord, seuls des sons sortaient de sa bouche, puis des mots dans des propos relativement incohérents... Et enfin, elle put articuler une phrase complète.

« Je... Je su... Suis... Wūpó... Wūpó du village d... De Shān-Zuò, au delà des montagnes... Les Huns... Je... Voulais... Vous avertir... »

« Y a-t-il d'autres survivants ? Parlez enfin! »

Ce fut toutefois trop d'efforts pour la vieille femme qui s'évanouit subitement, se laissant tomber au beau milieu de la salle. Cette nouvelle était des plus inquiétantes pour l'Empereur! Il y avait bien longtemps que les Huns ne s'étaient attaqués à un village... Trop longtemps... Il aurait dû se douter qu'ils préparaient quelque chose, cet acte ignoble en était la preuve, les dieux seuls savaient ce qu'ils avaient pu faire subir à cette pauvre femme. Ainsi, il prit décision d'envoyer quelques hommes afin de chercher de quelconques survivants. Trop peu pour que l'on puisse croire à une attaque, mais suffisamment pour pouvoir se défendre. Et enfin, il établit que cette femme resterait vivre au palais jusqu'à ce qu'elle ait recouvré la santé. C'est pourquoi, l'un des hommes l'emmena, passa de nombreuses portes, grimpa quelques étages, et finalement la coucha sur un lit dans une chambre. Le garde l'observa quelques instants, s'apitoyant sur son sort... Puis il se retira.

Et dans la pénombre, les paupières de la femme se relevèrent pour laisser apparaître deux yeux jaunes. Tout fonctionnait donc selon les plans de la Songe...

« Et pourquoi on devrait vous croire ? »

« Ouais, c'est peut-être une espionne des Chinois! »

Cette scène se déroulait bien plus tard, dans les montagnes. Face à une dizaine de Huns qui avaient établis leur campement ici, Ultimecia se tenait, imposante, ayant retrouvé sa tenue habituelle de Sorcière... Les soldats étaient méfiants, et pour cause... La Songe leur était apparue par magie, et leur avait fourni des informations qui pourraient se révéler importantes pour eux. Devaient-il la croire ? Ou tout au contraire devaient-ils s'en méfier ? Cela elle ne pouvait l'influencer... Mais les Huns étaient désormais avisés de la présence d'une petite troupe Chinoise, si fragile, si simple à exterminer... Elle croisa alors les bras et leur offrit un regard perçant tandis que ses lèvres s'étiraient très légèrement dans un sourire comploteur.

« Faites comme bon vous semblera. Mais le Temps passe et vos choix se réduisent. Peut-être pourrais-je gagner votre confiance, peut-être pas... Seul l'avenir nous le dira, huhuhu... »

Et elle disparut aussi subitement qu'elle était apparue, laissant tout au plus derrière elle quelques plumes noires qui chutaient vers le sol. Les Huns profiteraient certainement de cette occasion de prendre leur revanche sur la Chine, et ils seraient alors d'autant plus malléables à leur prochaine rencontre. Mais s'ils ne suivaient pas ses conseils... Et bien, il y aurait probablement d'autres occasions.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Deux humoristes virés du poste
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]