Derniers sujets
» Contrats - Demande de Mission
par D.Va Aujourd'hui à 16:53

» UUUUUUn joyeux bon anniversaire mon (ma) chér(e)
par Maître Aqua Aujourd'hui à 15:24

» Vol pour l'hoverboard
par D.Va Aujourd'hui à 14:57

» Les règles du jeu
par Surkesh Aujourd'hui à 13:08

» Loué soit Son nom
par Kurt Brown Hier à 23:57

» Au fond du gouffre
par Fabrizio Valeri Hier à 22:12

» Nakada versus the Machine
par D.Va Hier à 20:27

» L'importance de faire ses preuves quand on est un fauve
par Bryke Ronso Hier à 1:26

» Mayhem
par Kurt Brown Hier à 0:10

» Bêtes de foire
par Kurt Brown Lun 19 Fév 2018 - 12:41

» [Piano] Compos, reprises, KH et autres...
par Huayan Song Dim 18 Fév 2018 - 13:16

» A l'assassin! Au meurtrier!!
par Lotis Terrick Dim 18 Fév 2018 - 12:05

» Et elle est où mon attraction ?...
par Ioan Kappel Dim 18 Fév 2018 - 3:00

» Un famtôme dans la boutique
par Famfrit Sam 17 Fév 2018 - 12:36

» As de Coeur
par Huayan Song Ven 16 Fév 2018 - 1:10


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Une dimension sans miracles ou un miracle sans dimension ?[P.V. Bernkastel]
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière des Dimensions
Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 29
Date d'inscription : 29/04/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
268/400  (268/400)
Lun 5 Sep 2011 - 0:24
Musique d'ambiance

Sorcière.
1/ Horrible et repoussante vieille femme, en perverse activité avec le diable.
2/ Belle et attirante jeune personne, dont les perverses activités dépassent le diable.

Ambrose Bierce


Chaud. . . . Trop chaud. . . Chaleur !!!!!!!!!! Je ne supportais pas les grandes températures, l’été a toujours été une saison beaucoup trop chaude pour moi, comme une canicule temporaire, tu as chaud donc tu bois et t’asperges d’eau, donc tu attires les moustiques, dont tu te fais piqué, donc tu tombes malade et tu ne profites plus de l’été. Or c’était la fin de saison et j’avais passé mon temps à cuver dans ma chambre en lisant le livre que j’avais emprunté, très intéressant d’ailleurs. Heureusement la fin de saison arrivant à son terme je décidais de sortir du placard pour faire des missions, histoire de ne pas me reposer sur mes lauriers. Et la mission était à la hauteur de mes espérances, une mission dans laquelle je devais assister à un procès et obtenir des informations sur la Coalition Noire, donc ceux qui étaient nos ennemis du moment et aussi ceux qui capturaient les princesses de cœur selon certaines sources. Donc une bonne occasion de glaner quelques miettes de pain avant de se lancer à l’attaque !

Cette mission pouvait paraître banale mais au moins je savais ce que j’allais faire une fois sur place, pour commencer j’avais repris une tenue que j’avais affectionnée pour l’occasion et qui m’offrait de loisir de changer un peu ma garde-robe. Ma tenue préférée qui plus est ! Une grande robe noire qui tombaient sur le sol, le tout accompagné de manches qui recouvrait la totalité de mes bras en offrant aussi des manches assez grandes pour qu’elles puissent toucher aussi le sol, voir se confondre avec ma robe. Le haut recouvrait bien entendu ma poitrine, et était fixé par deux petites épaulières sur les côtés. Ma robe mise je mettais en place le collier en forme de croissant de lune autour de mon cou et j’améliorais ma coiffure, ayant trois différentes tailles de cheveux en même temps il est plus difficile pour moi de les coiffer mais au moins les coiffures m’offre le loisir de m’occuper un peu de temps puisque mes cheveux ne poussent plus depuis des années…
Spoiler:
 

J’invoquais depuis le jardin mon cercle de puissance qui invoquait mes pouvoirs magiques, avec celui-ci je lançais mon sort en balançant mes mains réunies depuis mon torse jusqu’à les étendre pour que mon corps forme une croix totale. Alors des tentacules de magie surgirent de mon cercle et commencèrent à me recouvrir de part en part, pour finir par me recouvrir entièrement sans laisser le moindre interstice. Une fois cela fait la masse qui devait être ma forme s’enfonça dans le cercle en disparaissant progressivement, puis une fois que j’avais disparu le cercle retourna dans le néant.
Le cercle est alors réapparu en un seul point, celui du monde dans lequel je me dirigeais, le cercle s’est d’abord formé, il tournait légèrement sur lui-même dans le sens des aiguilles d’une montre, et lorsqu’il fut complet, la masse humaine sortie de son centre, les tentacules me libérant progressivement telle une fleur qui éclot dans son jardin.

Et justement, une fois le cercle retourné au néant je me retrouvais dans un jardin, il y avait de l’herbe et des plantes partout, la dernière fois je m’étais retrouvé en forêt, là je me trouvais dans l’enceinte d’un palais, le tout était des plus harmonieux, il était d’une couleur argentée rappelant la lune, mais il faisait encore jour et pour l’instant le palais resplendissait de mille feux comme un phare au bord de la mer. Le jardin était entretenu, du moins il semblait l’être, et au milieu de ce qu’on aurait pu appeler une cour se trouvait un petit bassin avec de l’eau, pas de poisson, mais une eau qui reflétait parfaitement le ciel. Un palais bien beau, ou dans le but de respirer la joie et de refléter l’espoir auprès des habitants, depuis qu’ils avaient perdus leur princesse ils semblaient être des moins heureux je pense. Ils sont comme une chaîne dont un des maillons a été enlevé.

Je partais directement vers l’intérieur du bâtiment, beaucoup plus grand une fois dedans qu’à l’extérieur je devais dire. Le tout était à l’opposé du dehors, ici les teintes beiges et rouges s’alignaient tout du long pour rappeler à quel point ce lieu est sacré et bien défendu, il y avait bien des gardes à l’entrée mais une fois présentée comme une personne venue pour assister au procès et venant de la lumière ils m’ont laissés passer. Je relevais qui plus est un étrange regard dans leurs yeux. Angoisse et espoir peut être… Ou alors ma tenue les intriguait drôlement, mais je ne disais rien sur ce genre de regard. Je rentrais en suivant le chemin truffé de gardes, et là où il y en avait plus, il y avait le prince et donc le lieu du procès. Qui avait en lui-même déjà commencé depuis un bout de temps, la salle était des plus spacieuses, dans les mêmes teintes que le reste du palais. L’accusé était assis dans un coin à droite de la salle, derrière un pupitre et escorté de deux gardes du corps, le prince se trouvait au milieu en hauteur sur son siège royal, à son côté on voyait un homme brun avec un monocle et de l’autre une jeune fille aux longs cheveux mauves. La salle était composée de plusieurs bancs pour les personnes qui voulaient participer, et une sorte de juge était debout en train de faire un long discours.

-… et donc de par les preuves que je viens d’énumérer le garde Charles Heston est forcément en lien avec la Coalition Noire qui a enlevé notre princesse !

-C’est faux je ne ferais aucun mal à Dame Cendrillon je le jure !

-Silence ! Les preuves parlent d’elle-même !

Ils continuaient sur ce même ton à déblatérer sur la personne qui avait raison ou tort, je m’asseyais sur le côté de la porte pour être proche de la sortie et avoir une chance de parler au prisonnier, me rapprocher n’était pas dans mon intérêt et je devais encore attendre de pouvoir m’exprimer, peut être que j’allais le pouvoir pendant le procès ? Ou alors je devrais surement attendre qu’il soit enfermé, mais pour le moment je n’avais pas besoin de me faire remarquer, et personne ne semblait m’avoir repéré dans cette pièce mis à part la jeune fille aux teintes violettes. Elle me fixait et je percevais en elle un sentiment totalement différent des autres personnes de la pièce, elle était calme, peut être trop…
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière des Miracles
Masculin
Nombre de messages : 73
Age : 24
Date d'inscription : 28/04/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
216/550  (216/550)
Sam 8 Oct 2011 - 19:54
    Tout cela était si... Lassant... Les preuves qui avaient surgit du néant, tel un miracle éblouissant venu rendre justice ne méritait-elle pas... De tout de suite, le... Tuer ? Ou, le torturer jusqu'à ce que son esprit se perde dans la folie et qu'il raconte des choses, fausses ou vraies quelle importance... Des choses qui tromperaient le royaume... Le prince, oui... Surtout le prince...

    ''-Silence ! Je réclame le silence dans la salle !''

    Les derniers murmurent se turent. Tous les regards étaient dirigés vers ce pauvre garde qui ne contrôlait plus son destin. Il était la cible d'un miracle... Lentement, je me baissai, pour placer ma bouche à quelques centimètres de l'oreille du prince. L'heure était venue qu'il voit que j'étais réellement une aide...

    ''-Vous voyez, mon prince. Je ne vous ai pas menti. Je respecterai ma parole... Cet homme n'est que le premier pas vers votre douce et tendre...''

    Le prince fit un léger mouvement de la tête, puis je me mis comme j'étais quelques secondes auparavant. Mes deux améthystes regardant encore cet homme que je prenais plaisir à tromper... Il était mon nouveau jouet après tout... Mais, pourtant... Il doutait... Cela se voyait... Cette jeune femme, cette mystérieuse inconnue venant de la Lumière, l'avait fait douter... Oh, bien sûr, elle était repartie. J'avais gagné mon pari. Mais la graine du doute avait été planté. Et dès que cette Aqua fut partie, la question frappa le sol avec force et fracas, m'arrachant mon sourire... Ma victoire...

    Est-ce que je savais pourquoi cet homme lui avait menti ? Est-ce que j'avançais ? Est-ce que j'avais des nouvelles de Cendrillon ?...

    Et de sa faute, à lui et à ses questions, à ses peurs... Un innocent en paiera le prix... J'imagine déjà la fin... Quand je lui chuchoterai toutes les pertes que ses décisions ont entrainées... Quand je lui ferai goutter à un désir de vengeance, au désespoir de s'être fait ainsi rouler... Et au dégoût de soi... Le dégoût de s'être laissé manipuler, d'avoir tué, de n'être pas assez digne pour diriger le trône... Je lui ferai goûter et savourer chacune de ses choses... Cela sera son prix pour le miracle.

    Je me tenais droite à côté de ce pauvre homme devenu la poupée d'une Déesse, mon regard se dirigeant vers un autre de mes jouets. Celui qui était debout, marchant devant l'accuser, tout en s'apprêtant à dire de quoi il était coupable...


    ''-Le garde Charles Heston, ici présent, est accusé d'avoir fourni des informations confidentielles sur les faiblesses et forces du château. Ainsi que d'avoir assassiné un de ses collègues. Collègue qui avait découvert la tromperie et qui s'apprêtait à nous le dire.''

    Ah, oui... Ce collègue... Une bien triste histoire... Il a rencontré la Faucheuse et le miracle que l'on nomme, « vie » lui a été retiré... Dévoré par des flammes noires, sans qu'il ne voit rien venir. L'esprit perdu dans une illusion, dans un fantasme qui lui a fait confondre son bonheur avec sa souffrance.

    ''-En premier, nous avons le témoignage de l'une de nos servantes, qui dit l'avoir vu jeter le corps de son camarade dans la forêt, le laissant à la merci des loups. La famille de la victime n'a jamais pu retrouver le corps, même avec toutes nos forces patrouillant dans la forêt. Bien que nous n'avons pas le corps, nous avons retrouvé dans ses quartiers personnels, une lance recouverte de sang. Et comme la servante nous l'a précisé dans son témoignage, la victime avait un trou dans la poitrine...''

    Il s'arrêta brusquement, avant de se retourner vers le public, pointant un doigt accusateur vers le futur coupable.

    ''-La question que cela nous laisse, est le mobile du meurtre. Dans la possibilité que le Lieutenant Charles Heston est coupable, pourquoi avoir tué son compagnon ? Et bien... J'ai peut-être la réponse. Et cette réponse, mesdames et messieurs, est une simple lettre. Aux premiers abords, elle paraît tout à fait normal. Un simple bout de papier. Toutefois, ce qui était marqué dessus, reste une trahison énorme...''

    Il fouilla dans la poche de sa veste, avant d'en ressortir une feuille, soigneusement plié. Il est étonnant de voir qu'un bout de papier crée de toute pièce par la magie peut donner comme résultat...

    ''-Ceci est une réplique de la lettre. L'original a disparu pendant la nuit... Nous pensons qu'un de ses complices l'a détruite, mais, malheureusement, ils ignoraient que nous en avions fait une copie. Il est écrit, précisément. Le nombre de soldat, les points faibles des heures de surveillances, la liste des maisons des familles des autres gardes... Alors, encore une fois. Pourquoi écrire une lettre ? Et bien, la réponse était la première phrase... « Cher Dame Ariez, moi Charles Heston, votre dévoué soldat, vous envoie son rapport sur les défenses du palais. » Je précise que Dame Ariez est la chef de la Coalition Noire... Je pense que tous ces éléments, si nous les rassemblons ensemble sont clairs et donc de par les preuves que je viens d'énumérer le garde Charles Heston est forcément en lien avec la Coalition Noire qui a enlevé notre princesse ! ''

    Et voilà... C'était fini. Le verdict ne pouvait qu'être Coupable. Comment pourrait-il se défendre ? Et même s'il le pouvait... Une autre personne tomberait... Et, puis... Une autre encore... Jusqu'à ce que le Coupable sonne... Puis...

    ''-C'est faux je ne ferais aucun mal à Dame Cendrillon je le jure ! ''

    Puis... Hum... D'un coup... J'ai ressenti l'âme d'une personne dotée d'un puissant pouvoir magique. Qui... Où ?...

    Cette femme ? Son regard, ses habits... Qui était-elle ? Que voulait-elle ? Hum... Serait-elle une ennemie... Ou une simple voyageuse... Dans le cas où ce serait une ennemie, le timing est vraiment mauvais...


    ''-Silence ! Les preuves parlent d'elle-même ! ''

    Peut-être... Peut-être est-ce la solution ? Oui... Si c'est un ennemi... Je pourrai... Oui... Sans-doute que cela pourrait marcher... Et ces deux petites poupées qui ne voulaient pas se taire... Silence... Juste taisez-vous...

    ''-Silence.''

    Ma voix fut juste assez froide pour les calmer... Juste assez forte pour qu'ils m'entendent. Je me baissais une seconde fois.

    ''-Mon prince, je pense que cela suffit. Vous devriez aller dormir... Vous êtes fatigués, n'est-ce pas ? Vous aviez peur que cela ne soit qu'un faux pas ? Je ne me trompe pas... Je le sais... Ne vous en faites pas. Je vais m'occuper de tout et bientôt, très bientôt, vous retrouverez Cendrillon.''

    Très bientôt, même... Tellement proche, qu'il ne le verra pas venir...

    Je ne lui laissais pas le temps de me répondre que je venais de me téléporter devant la scène. Je pourrai sans-doute faire d'une pierre deux coups...


    ''-Je suis Dame Bernkastel et je viens rendre la sentence que le prince a décidée. Monsieur le Juge, vous n'y verrez aucun inconvénient n'est-ce pas ?''

    ''-Ou... Oui, bien sûr...''

    ''-Très bien... Je vais m'occuper moi-même de son interrogatoire... Toutefois... Je ne m'y connais pas très bien, dans cette honorable discipline... Est-ce que quelqu'un, voudrez m'accompagner pour m'aider ?''

    Mon regard repartit vers la jeune femme qui semblait posséder un pouvoir magique. Si elle se proposait... Cela me permettrait d'en savoir plus sur sa présence... Dans le cas contraire... Même un simple soldat sera suffisant... Il disparaîtra comme le traitre, juste avant de donner des renseignements...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière des Dimensions
Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 29
Date d'inscription : 29/04/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
268/400  (268/400)
Mar 18 Oct 2011 - 15:43
Quelle aubaine, quelle chance, quelle mystère se cachait derrière cette proposition ? Cette femme venait de proposer quelque chose des plus intéressants, une chance unique dans la mission qui m’était imposé, la chance de me rapprocher de ce prisonnier, mais la proposition était si brusque et sa manière de la prononcer si inattendu que cela m’amenait à me poser la question de ce que j’allais faire avec elle, il n’y avait aucun doute qu’elle avait proposé cela pour une seule personne : moi. La grande mascarade commençait ici-bas.

Je ne faisais aucunement confiance en elle maintenant, déjà que son attitude était des plus louches, maintenant elle proposait d’interroger un témoin avec une personne dans l’assistance, je ne croyais pas aux miracles, parce que cela n’en était pas un. Elle l’avait provoqué pour moi, je le savais à son regard qui était tourné vers moi sans ciller. Je la regardais en retour avec le sourire, un sourire que je servais d’habitude à mes clients, le sourire commercial, pas trop forcé pour paraître faut, mais celui amusé d’offrir quelque chose aux autres.

Je me levais de ma place sans me faire attendre et sans quitter du regard cette jeune fille, mais au regard je devinais qu’elle n’était pas si jeune, et je me dirigeais vers elle et vers le prisonnier. D’habitude je suis de nature à ne pas me dévouer dans ce genre de tâche sans rien attendre en retour mais ma mission était bien d’interroger ce témoin, donc j’étais payé pour aller avec cette femme et obtenir des réponses. Par contre si cela dépassait le cadre de mes fonctions ici je devrais avoir un supplément. Quoiqu’apprendre d’avantage sur cette fille me semblait intéressant également…

Une fois debout je m’avançais jusqu’à l’auditoire et devant les gardes qui protégeaient l’accès à la jeune dame et l’ex-garde, je devais au moins me présenter avant de proposer mon rôle.

-Bonjour à vous, vos majestés, je suis Lady Nivallen, je viens d’assez loin dans l’espoir d’aider mon prochain et je souhaite apporter mon aide à cette assistance si troublée soit-elle.

La présentation était assez sommaire et mon nom était celui que j’avais utilisé auparavant lorsque j’avais du aider une famille de noble à retrouver son enfant perdu dans les bois. Je ne pense pas que ce nom puisse avoir eu un quelconque écho auprès de leurs oreilles, mais au cas où il pouvait apporter un certains crédits à mes propos, montrant que je n’étais pas une totale inconnue dans ce genre de domaine. D’un côté je n’avais pas vocation à devenir une personne connue dans ce monde.

Les gardes après quelques regards entre eux, semblaient reconnaître le nom, ou du moins en avaient eu écho, ils finirent par me laisser passer, me permettant d’arriver proche de cette dame et de ce prisonnier. Plus je me rapprochais plus je sentais une étrange aura émanait d’elle. Elle me semblait de moins en moins humaine à mesure que je me rapprochais d’elle, elle ne l’était pas et cela j’en étais certaines une fois à son côté.

Les gardes s’approchaient et commençaient à prendre le prisonnier par les bras pour le transporter, je déclinais l’invitation d’un geste du bras et je les remerciais en répondant que mes propres domestiques allaient s’en occuper…

Mes domestiques n’étaient pas encore présents mais j’avais l’intention de les amener avec moi, par simple mesure de sécurité, ils ne m’étaient d’une aide précieuse et indispensable mais au moins elles allaient m’apporter un bouclier contre un individu. Je prétextais de les chercher dans le couloir pour m’éclipser quelques instants. Une fois dehors je lançais rapidement mon cercle de puissance autour de moi et d’un geste de la main j’envoyais celle-ci contre mon torse, aboutissant à la conclusion du rituel. Ainsi deux petits êtres apparaissaient devant moi, sortant des tentacules de magie : Maru et Moro.

Les deux petites filles jumelles ouvrirent leurs yeux en même temps, Maru avec ses cheveux courts et roses et sa petite robe rose, tandis que Moro avait toujours ses cheveux longs et bleus foncés dans un tailleur fait pour un jeune garçon avec une veste de la même couleur et un short marron. Elles n’avaient pas d’âme mais au moins étaient fidèlement à mon service.

-Bonjour Maîtresse ! Bonjour Maîtresse !

-Maru, Moro, cela fait plaisir de vous voir, suivez-moi et quand je vous le dirais vous prendrez un homme avec vous c’est un client.

-Un client pour la maîtresse ! Un client pour la maîtresse !

Je retournais avec elles dans la salle où l’on m’attendait, je faisais signe à Maru et Moro de prendre le prisonnier, elles y allèrent de bon train en chantant qu’il y avait un client pour la maîtresse. Je m’approchais d’elles et je suivais la jeune dame qui allait nous conduire dans une autre pièce, ne connaissant pas le château je la suivais sans en demander plus mais à son regard elle devait avoir deviné ce qui s’était passé avec mes deux domestiques ou du moins avoir des soupçons.

Je la suivais à travers le palais vers la pièce qu’elle avait décidé pour mener l’interrogatoire, elle n’avait pas parlé pendant le voyage mais je me doutais qu’une fois à l’intérieur la situation allait changer de tout au tout. Du moins si elle tentait de me parler au lieu de parler au prisonnier.

Alors, voulez-vous vraiment de l’aide pour interroger ce condamné ? En quoi puis-je vous aider ?

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière des Miracles
Masculin
Nombre de messages : 73
Age : 24
Date d'inscription : 28/04/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
216/550  (216/550)
Ven 28 Oct 2011 - 20:05
    Quelle menteuse... Une vraie hypocrite... Une véritable sorcière... Je n'avais aucun doute sur le fait qu'elle le soit, cette Lady Nivallen. Elle avait invoqué, je le sentais. Du néant, deux présences ont brusquement émergés. Et son âme qui semblait remplie de magie... Oui, c'était une sorcière, mais pourtant, elle le cachait. Pourquoi ?

    Qu'est-ce qu'y pourrait la gêner qu'elle aille jusqu'à cacher sa vraie nature ? Et son identité, était-elle fausse aussi ? Mon regard se dirigea vers les gardes quand cette information fut dîtes, ils la laissèrent passer, preuve qu'elle n'était pas une inconnue... Et pourtant... Tout en elle me criait qu'elle mentait. J'en étais sûre.

    Mais sur quoi, pourquoi... Son identité de sorcière... Pourquoi cacher le fait qu'on ait des pouvoirs magiques, cela pourrait-il la relier a quelque chose d'autre ? A quoi... Tant de mystère derrière ce mensonge... Mais, cette lady Nivallen, ce nom, ce prénom, me paraissait faux. Une possibilité...

    Une seule et une unique possibilité. Un miracle. La vérité, si elle était conforme à ce miracle ne serait que si le nom est faux, c'est que son vrai nom n'est pas le bienvenu parce qu'il est rattaché a quelque chose d'autre. Quelque chose qui ne peut-être le bienvenu dans un monde où mes ténèbres commençaient lentement à dévorer chaque chose, chaque lumière et espoir ici bas...

    Et la seule chose qui n'était plus la bienvenue... C'était... La lumière, les membres de cette Lumière...

    Ceci expliquerait tout. Le faux nom. Le fait de se faire passer pour une humaine, une noble vivante dans ce monde. Pour être la bienvenue... Après tout, bien que je contrôle le prince, les nobles, ces loups prêts à dévorer le royaume pour leur propre pouvoir et richesse, cela restait hors de mon pouvoir...

    Je fermais la porte alors que je me retournais vers elle, c'est deux invocations tenant toujours le détenu. Serait-ce un miracle, ou ne serait-ce qu'une vulgaire coïncidence. En soit... Je ne peux me baser sur des doutes, il faut les transformer en réalité...

    Mentir, c'est entré dans un jeu. Jouons alors, Mme. La Sorcière...


    Alors, voulez-vous vraiment de l'aide pour interroger ce condamné ? En quoi puis-je vous aider ?

    Je la regardais lentement, dans un combat silencieux. La pâleur et la froideur de mon regard contre ses yeux teintés d'un léger amusement. Ma main glissa lentement dans l'air, alors que je continuais ce petit jeu. Elle me jugeait, je la jugeais... Je fis de petits cercles, traçant dans les cieux une paire de menotte. Et lentement, elle se matérialisa dans la plus parfaite des glaces. Elles tombèrent dans ma paume ouverte et mon regard se dirigea alors vers le prisonnier. Je m'avançais alors vers lui et sans attendre je lui mis les menottes à l'un de ses pieds. Je frappai dans mes mains deux fois, avant qu'une petite barre de glace ne fasse son apparition et j'attachai l'autre à celle-ci.

    ''-Voilà... Avec cela, nous sommes sûr qu'il ne s'échappera pas... Pas que je n'ai pas confiance en vos... Domestiques, c'est cela, n'est-ce pas ?''

    J'appuyais tout le mépris que ma voix si froide pouvoir donner dans le mot ''domestiques''. Après tout, ce n'était que des invocations. Mais là, n'était pas encore le moment de commencer le jeu. De frapper dans le tambour pour lui faire signe. Là, était le moment d'offrir au prisonnier de longues minutes, avec le froid qui lui mordra la chaire. Un second mouvement du poignet et une seconde paire fit son apparition. Je me baissais encore pour cette fois-ci, lui menotter les deux jambes entre-elle.

    ''-Et bien... Si nous parlions... Vous et moi. Sans vos petites invocations. Mme. La Sorcière...''

    Lentement, je passais à côté d'elle, pour me retrouver devant le mur sombre et froid des cachots, je claquais des doigts et lentement, tel une luciole une lumière apparu, éclairant d'une douce chaleur les personnes ici présentes. Et le gong résonna...

    ''-J'ai besoin d'aide, certes... Mais, j'aimerais autant savoir à qui je m'adresse et à qui je le demande. Vous comprenez... Pour qu'on puisse se faire, confiance.''

    Je baissais lentement le regard avant de m'avancer dans la pièce. D'un claquement de doigts, deux chaises apparurent, l'un en face de l'autre. Je pris place sur l'un d'eux. Ma queue de chat se mit à bouger doucement, faisant teinté la pierre qui y était accrochée. Deux invocations, une sorcière, contre une Déesse. Un jeu où la vérité est le but et permet d'atteindre le titre de gagnant.

    ''-Vous comprenez, Mme. La Sorcière, que j'aimerais que vous répondiez à mes questions... Alors, reprenons depuis le début, je vais me présenter et ce sera à votre tour... Je suis Dame Bernkastel, Sorcière des Miracles. Et a qui ai-je le plaisir de m'adresser ?''

    J'avais bien fait attention à ne pas préciser que je pensais son nom faux. Je l'avais sous-entendu... Elle pourrait croire que je savais pour cela. Et alors, mes doutes disparaîtraient. Tout comme elle pouvait juste avouer qu'elle était une sorcière et alors là, je lui poserai la question du pourquoi ne pas l'avoir dit devant la cour. Et si elle m'offrait un autre mensonge, je pourrai dessiner par élimination la vérité.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière des Dimensions
Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 29
Date d'inscription : 29/04/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
268/400  (268/400)
Ven 4 Nov 2011 - 15:17
Quelle petite fille intéressante, non seulement elle était pleine de sagesse comme je le pensais mais en plus il s’agissait d’une collègue de travail. Pourquoi une collègue ? Parce que les sorcières sont toutes liées aux autres, nous nous comprenons pour le plupart, nous ne possédions pas les mêmes pouvoirs, chacune ayant sa spécialité, mais la base était la même, tout comme la forme de nos objectifs, tous personnels.

Difficile il était pour les autres de nous percevoir, nous étions à la fois tous et rien parmi les autres, nos actions n’étant comprises que de nos semblables plus ou moins, par contre les autres mortels ne sont pas à la portée de nos actes, ils ne les ressentent pas ni ne les comprennent, les pauvres mortels…

Je souriais à cette collègue se trouvant devant moi, assisse, je me rapprochais pour m’assoir à son côté pendant que Maru et Moro venait prêt de moi, en posant leur genoux au sol et en cherchant mes caresses, comme deux petits chats, elles ne souriaient plus et avaient un visage neutre, comme deux petites filles innocentes.

-Je voudrais témoigner de mes excuses envers votre personne, mas vous comprenez que nous ne pouvons dévoiler notre identité auprès de simples mortels après tout chère collègue…

Je laissais planer un petit moment de blanc en gardant le sourire que je voulais sincère. Elle avait deviné que je mentais, en cela je n’avais aucun doute, mais elle s’était présentée à moi, autant faire de même, par contre le problème de mon affiliation se posait, lui dévoiler n’avait aucun sens alors j’optais pour une formulation proche de la vérité.

-Je me présente, je suis Yûko Ichihara, Sorcière des Dimensions, je ne donne jamais mon vrai nom aux inconnus, vous comprenez j’espère… Et la Lumière m’est affilié, et vous ?

J’espérais qu’elle comprendrait au moins la nuance de ma dernière phrase qui sous entendait que je n’étais absolument pas affilié dans ce groupe mais que c’était l’inverse qui se passait, je ne suivais pas tous les principes de la Lumière, mais je restais avec eux puisqu’ils me permettaient d’obtenir les informations dont j’avais besoin.

-Oh et je vous présente Maru et Moro, mes domestiques bien entendu, mais inoffensives pour quiconque, puisque vous devinez qu’elles ne possèdent pas d’âmes…

A ce moment plus précisément leurs regards devaient paraître plus vides qu’auparavant. Elles n’étaient rien et pourtant elles représentaient une représentation de petites filles qui ne pouvaient exister, elles n’avaient pas de caractères propres mais accomplissaient toutes leurs actions avec le sourire et en rigolant, en parlant en même temps le plus souvent. Elles étaient des plus adorables quand elles accomplissaient ce que je désirais.

-J’imagine que vous vous posez la question de ma présence ici, je suis en mission pour la Lumière auprès de lui…

Je me tournais vers le pauvre malheureux garde qui était encore attaché à nous écouter, il devait surement être effrayé par toutes ces paroles, les sorcières ne sont jamais bien vu par les mortels, encore moins par ceux qui en ont entendus que de vagues histoires et des légendes infondées, troublant les enfants et les poussant à se réfugier sous leurs lits.

Il ne pouvait pas s’échapper, mais j’aurais parié qu’il ne souhaitait que prendre ses jambes à son cou et ce le plus loin possible. Cela se voyait à sa tête, dégoût, mépris, incompréhension, la colère pouvait encore se voir chez ce soldat qui souhaitait avant tout rester libre et innocent. Je souriais vers lui, il allait devenir un de mes clients à n’en pas douter, s’il le souhaitait, et si sa volonté était toujours aussi forte, mais malheureusement il n’avait rien sur lui pour pratiquer un échange, sauf éventuellement des informations, mais elles n’avaient pas autant de valeur que les actes, les mots sont sources de tromperie le plus souvent, et même si les actes peuvent l’être, l’acte en lui-même ne l’est pas.

-Ne vous inquiétez pas je ne suis pas contre vos projets quel qu’ils soient, j’ai ma propre clientèle qui m’attends, dont voici un d’eux présent ici.

Je me levais et me dirigeais vers le soldat enchainé, il devait paraitre bien inoffensif, mais au fond de lui ce n’était qu’une bête en cage qui ne demandait qu’à être libre. Je me positionnais debout devant lui, mes mains se rejoignaient devant moi en position peu effrayante.

-Comme vous l’avez entendu je suis une sorcière, mais une sorcière qui exauce les vœux, quel est donc le vôtre ?

-Je ne veux pas faire affaire avec vous sorcière !

En parlant je me suis rendu compte de quelque chose que je n’avais pas remarqué auparavant, il y avait un détail chez lui qui venait de changer, je n’arrivais pas à déterminer de quoi il s’agissait, je me tournais vers Bernkastel, je ne comprenais pas, si elle était aussi proche du pouvoir, du prince, avait-elle révélé sa vraie nature dans ce monde ? Je me posais plusieurs questions à son sujet pour le coup mais elle ne me venait pas à l'idée de lui poser, c’était dans l’indiscrétion la plus poussée.

-Oh je ne vous ai pas demandé votre avis sur la manière de s’y prendre avec ce prisonnier, mais en tant que sorcière vous devez avoir quelques idées…


Maru et Moro se rapprochait de moi en se tenant la main, elles avaient encore leurs regards entièrement vide d’âme et ne parlaient pas, elles s’étaient levées pour me rejoindre et se posaient sur mon côté, chacune d’un côté pour ne plus bouger, elles étaient inertes et presque sans-vie selon le point de vue de la personne. Le but de cette action était juste de les avoir proche de moi si je donnais un ordre et même si j’étais attaquée elles me servaient de bouclier, après tout elles n’ont pas d’âmes, et alors je venais de me souvenir qu’on ne voyait que très rarement des sorcières amies, j’allais devoir y réfléchir en vitesse.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière des Miracles
Masculin
Nombre de messages : 73
Age : 24
Date d'inscription : 28/04/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
216/550  (216/550)
Sam 3 Déc 2011 - 13:59
    Il existe une infinité de sorcières. De celles qui aident les gens, qui les soignent, les sauvent et leur offrent un réel espoir, à celles qui n'ont aucune pensée bonnes, douces, gentilles, pour les humains. De celles où la Lumière, la foi est source de pouvoir, à celles qui veulent détrôner l'Éternel. De celles qui veulent vivre, à celles qui veulent mourir... Et pourtant, chaque sorcière, qu'importe ce qu'elle souhaitait réellement restait un mystère pour les humains.

    Secret, mystères, songe, rêve, cauchemar... Quelque chose de tangible, sans l'être réellement. Un paradoxe. La vie éternelle et la mort éternelle en même temps. La jalousie dévorante envers les humains, libre d'avoir un choix, la haine aveuglante envers les autres créatures, juste parce qu'on l'avait rejeté. Qu'importe comment regarder. Qu'importe quel sens on veut donner à un acte. Pour une sorcière, cela n'est que bagatelle. Chose dérisoire sans la moindre importance. Un acte qui était décidé pour donner la conséquence A, pourra ainsi donner la conséquence B. Et si c'est un miracle, alors, A et B, devienne égal, inséparable, vivant dans le même monde, sans l'être réellement. Paradoxal à jamais.

    Et cette femme, cette sorcière, cette Yûko Ichibara qui s'était assise en face de moi, devait-être l'une des sorcières qui n'offrent son aide, que pour recevoir quelque chose en retour. Pas de l'argent. Pas un remerciement. Quelque chose dont la perte semble dérisoire, mais devient, finalement, quelque chose d'impensable. On ne voit la véritable valeur des choses que l'on perd qu'une seule fois. Quand on vient de les perdre.

    Autant, on pourrait voir par là, le plaisir sadique de faire du mal. Autant, on peut y voir la leçon, la morale derrière cela. Un prix dérisoire face à cela. On échange quelque chose pour gagner deux choses. Et le plus souvent, pactisé avec une sorcière revient à cette unique leçon.

    Ne tente pas le Diable. N'échange rien avec lui. Ne lui parle même pas. Fuis ce qu'il correspond de peur d'être souillé et de perdre ta lumière pour l'éternité, de peur de souffrir pour toute ta mort...

    Et ainsi. Elle était venue, bel et bien, de la Lumière. Pas en tant que membre. Pas en tant qu'être lié à ce groupe. En tant que femme, sorcière, qui voit un client.

    Mon regard était toujours plongé dans le siens. Lumière... Collègue... Sorcière... Et rien que ceci, devait me décider à agir rapidement. Une sorcière ici, en ces lieux était un problème majeur. Surtout que le jeu était enfin fini... Ce serait ridicule de voir tout s'envoler en fumée à cause d'une femme...

    Que faire, alors ?... Que faire, alors qu'elle pourrait comprendre, voir, que tout ceci n'était qu'une sombre comédie ? Elle se leva, se positionnant devant le prisonnier. Pour le moment, je ne risquais rien. Il était trop... En colère... Contre ce peuple... Ce royaume qui le voyait coupable alors qu'il aimait désespérément son pays. Une conversation avec cette Yûko et il pourrait être un problème.

    La sorcière défendrait le soldat si je l'attaque. Et le soldat raconterait tout. Les doutes qu'ils devaient avoir contre moi. Celle qui avait renvoyé cette Aqua... Et en même temps la Lumière, l'espoir. Juste parce que le Prince m'écoutait... J'avais bien trop de pouvoir pour eux...

    Je profitais de l'inattention de la sorcière des Dimensions pour me mordiller légèrement la lèvre, mes mains s'enroulant autour de ma queue.

    Je sentais lentement l'adrénaline montait en moi... Combien de temps, cela faisait-il que je n'avais pas joué avec une Sorcière ? Oh, depuis Lambda... Depuis qu'elle avait perdue... Mais à cette époque, je ne pouvais guère perdre. Perdre signifierait la perte du seul sang qui m'importait en ce monde. Celui de mes amies...

    Et maintenant... Je pouvais être aussi horrible que je le souhaitais... Rien ne pourrait m'y empêcher...


    -Oh je ne vous ai pas demandé votre avis sur la manière de s’y prendre avec ce prisonnier, mais en tant que sorcière vous devez avoir quelques idées…

    C'est vrai... Je lui avais demandé de l'aide pour faire parler le prisonnier. Que pourrais-je faire pour gagner ? Sans que l'un des deux me porte un coup qui pourrait être ennuyeux... Oui, cela était ennuyeux... Il n'y a que trente pour cent de chance que je gagne, sans perdre le moindre pion...

    Posons les pièces. Réfléchissons calmement...

    Premièrement, elle veut lui parler, le convaincre d'accepter mon aide. Imaginons que cela se fait. Qu'il soit libre. Ce serait de la faute de la Lumière et cela renforcera leur mauvaise grâce aux yeux du Prince...

    Mais, le soldat sera libre de raconter à qui que ce soit que je suis celle qui manipule le prince. Et il pourra facilement dire qu'il pense que s'est moi qui ait tué l'autre... Résultat, un groupe au dos...

    Mauvais... Très mauvais... Je n'aurai plus que cinq pour cent de chance de survivre sans alliance...

    De plus, il fallait que je ne montre pas le choix qui m'était donné alors. L'hésitation qui me dévorait les entrailles...


    ''-Et bien... Je pense avoir une légère idée...''

    Le seul problème serait alors, le soldat et sa saleté de voix... Le silence... Je pourrai le lier à moi et ainsi s'il tente de me trahir, il deviendra qu'un vulgaire sans-coeur. Et vu que seul le prince est au courant de mon rang de Dieu du Mensonge, jamais personne ne pourra deviner que je suis celle qui l'a métamorphosé.

    Et pour que l'autre sorcière ne me voit pas le faire, je peux toujours... Dire que j'aimerais garder mes secrets comme tels.

    En tant que Sorcière, elle n'aura d'autre choix que d'accepter.

    Je me levais de mon fauteuil, m'avançant vers elle.


    ''-Je connais un moyen de faire dire la vérité aux hommes. Seulement la vérité. Et j'aimerais garder cela, secret. Vous comprenez ? Après, je vous laisserai lui parler et l'interroger. Nous avons tous nos clients et le miens attend justement mon rapport...''

    Je me retournais, alors vers le prisonnier, faisant voleter mes cheveux autour de moi dans le mouvement. Mon visage, habituellement, sans expression, se tordit d'un rictus malsain quand le bruit de la porte se fit entendre. Merci, cher collègue... Sans qu'il n'ait le temps de dire le moindre mot, je glissai ma main contre sa bouche, laissant apparaître quelques filets noirs autour de ma prise, lui caressant doucement le visage... Je me baissai, alors à sa hauteur et lentement, mis ma bouche près de son oreille.

    ''-Je sais que tu es innocent. Toutefois, je te proclame coupable. En tant que Sorcière des Miracles. En tant que Dieu des Mensonges... Vois l'honneur que je vais te faire. Tu deviendras miens... Tes phrases ne pourront jamais me blesser et je t'offrirai ce que tu désires tout au fond de toi. La liberté... Toi et ta famille qui est actuellement dans les cachots les plus sombres, les plus froids... Tous remplis des pires crapules qui soient, juste pour te punir d'avoir trahi le Prince.''

    Les filets commencèrent à se mouvoir et doucement, elles passèrent sous son pull. Ma paume se faisait de plus en plus froid à mesure que son souffle haché se fracasser dessus. Un moyen de prévention. Parle et je congèle la langue.

    ''-Chut... Chut... Imagine... La liberté, toi et ta famille, heureux comme avant. Bien avant que tout cela ne devienne folie. Je te l'offre en échange de deux choses... La première... Ton silence. Sur mon existence. Sur notre marché. Sur le deuxième point...''

    Et les ténèbres rentrèrent dans sa peau, justement à l'emplacement où se trouvait son coeur. Et ma marque se dessinait alors sur ces pectoraux. D'abord, rougeâtre, brûlante de magie. Puis, elle devint noir, ne dégageant plus qu'une aura de froideur, de mort... Des simples liens qui enserraient sa poitrine, tel un serpent, près à mordre face à sa proie. Le piégeant et attendant qu'elle s'étouffe.

    ''-Gentil... C'est fini... Le deuxième point... C'est la vision que tu aurais dû avoir. Mais je te fais gain de cet énigme et te l'offre de suite. Tu es coupable, parce que tu devras... Poignarder le prince... La liberté de ta famille, ou le prince ? Choisi. Mais n'oublie pas. Notre marché restera un secret, sinon, tu deviendras une ombre. Et ta famille sombrera dans les plus grands tourment de l'éternité. Face a ce que je leur offrirai même l'enfer où ils iront leur apparaîtra comme le paradis perdu... Alors, choisi bien...''

    Je me relevai et regardais le regard sombre du prisonnier se tentait de dégoût. De haine. De rage contenue difficilement. Lentement, je me tournai vers la porte. Avec ceci... Je ne vois pas ce qui pourrait être fait contre moi... La porte tourna, mon regard rencontra celui brûlant de Yûko.

    ''-J'ai fini. Il est tout à vous. S'il commence à mentir, une douleur commencera à lui enserrer le coeur. Il faudra alors l'arrêter, ou il ne deviendra plus que l'ombre de l'homme qu'il était... Son âme a jamais perdu dans la souffrance... J'ai eu ce que je voulais... Je m'en vais faire mon rapport, avez-vous encore besoin de moi, Sorcière des Dimensions ?''

    Et alors que ma voix commençait à disparaître dans les ténèbres de ce couloir de pierres grisâtres, mon regard disait clairement un message. Un avertissement des plus simples.

    Si vous désirez mon territoire, je vous tuerai...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière des Dimensions
Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 29
Date d'inscription : 29/04/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
268/400  (268/400)
Lun 12 Déc 2011 - 14:33
Les secrets, aucune définition n’est aussi alléchante que celle-ci, elle évoque le mystère et ce qui ne doit être absolument pas révélé, ce qui est caché aux yeux des autres mais qui est pourtant évident aux yeux des autres, il s’oppose donc en tout point à la vérité qui s’offre librement, ou après des recherches. Mais alors le secret porte toujours un poids que l’on doit assumer et porter, quiconque cherche à le garder doit payer un prix à la hauteur du secret, que ce soit physique ou pour l’âme. Je me souviens d’une fois où une cliente se voyait répété le meurtre qu’elle avait commis dans une photo, la photo restant la seule preuve de son crime mais ne disparaissant pas, elle voulait la voir disparaître pour toujours, que son crime soit effacé si l’on peut dire, cependant elle n’avait pas eu le choix devant mon prix, en échange de la disparition de cette photo elle ne devait plus être vue par aucun appareil électronique quel qu’il soit, au risque de voir la photo refléter son crime de nouveau…

Ces secrets rongent les personnes souvent de l’intérieur, et la vérité fait parfois autant de mal que le secret envers la personne, toutes les personnes existantes ont des secrets avec des poids différents, le tout est d’en assumer les responsabilités. Après il faut savoir respecter ceux d’autrui, et nul ne le comprend mieux que les sorcières. Ces sorcières solitaires travaillant pour leur propre compte, ces sorcières dont les perverses activités dépassent l’entendement des humains classiques, ces sorcières dont les secrets ne sont retenues que par un corps physique. Nous savions pertinemment que chacune d’entre nous possédait un ou plusieurs secrets, des marques de fabrique si l’on peut dire, comme sur l’origine de notre pouvoir, nos actions et nos buts, mais aussi sur notre animal gardien. Or personne au monde ne voulait connaître les secrets d’une sorcière, parce que les connaître impliquer un choix pour la personne, un choix cruel mais qui payait le prix de ce savoir : travailler pour la sorcière ou tout simplement mourir en emportant les secrets.

Attention je ne dis pas que travailler pour elle est le meilleur choix possible ! Travailler pour nous implique d’avoir la même doctrine que nous, de nous suivre et de nous obéir, parce que si le contrat est rompu alors la mort s’impose, les secrets ne sont pas des choses à dévoiler en public, surtout pour une sorcière.

C’est pour cela que lorsque la sorcière des miracles m’a proposé de rester dehors le temps qu’elle emploie sa technique j’ai approuvé, je n’aurais pas aimé et souhaiter aborder certains sujets avec elle, nous étions semblables mais pas au point de vouloir nous confier comme ce que les humains appellent « amies ». L’amitié est un sentiment très rare, je me souviens l’avoir éprouvé il y a longtemps, avec un ami proche qui était sorcier, ce maudit binoclard me le paiera si jamais je revois sa réincarnation, déjà qu’il ne m’a rien offert en remerciement de la saint-valentin pour le white day…. Rhaaaaa du calme !

Je me retrouvais avec Maru et Moro dans le couloir en attendant que l’autre sorcière soit terminée et je m’interrogeais sur sa nature, les miracles…. Qu’est qu’un miracle ? Selon la dernière version du dictionnaire c’est un fait exceptionnel que l’on suppose d’origine surnaturelle, enfin c’est ce qui était écrit la dernière fois que je l’ai lu. Je sortais ma pire chinoise pour fumer un peu, et je réfléchissais, provoquait-elle la chance ? Au dernier moment or de toutes probabilités ? Dans ce cas un miracle allait surement se produire dans cette cellule et cela n’allait pas être favorable pour moi, puisque le miracle n’était surement décidé que par elle, et je soupçonnais que le prix à payer pour qu’il arrive devait être lié à moi d’une quelconque manière, tout en ne me déclarant pas la guerre. Je pouvais toujours agir sur le compte de la Lumière mais je n’en voyais pas l’intérêt pour le moment, en plus elle devait au moins assurer ses arrières, une sorcière au service d’un prince… Elle devait avoir un autre plan en tête…

Enfin elle sortait et me priait de rentrer dans la cellule.

''-J'ai fini. Il est tout à vous. S'il commence à mentir, une douleur commencera à lui enserrer le coeur. Il faudra alors l'arrêter, ou il ne deviendra plus que l'ombre de l'homme qu'il était... Son âme a jamais perdu dans la souffrance... J'ai eu ce que je voulais... Je m'en vais faire mon rapport, avez-vous encore besoin de moi, Sorcière des Dimensions ?''


« -Non je vous remercie de votre intervention, je veillerais à le maintenir en vie pour vous… Je vous enverrais Maru et Moro quand j’en aurais terminé…. J’aurais alors quitté votre palais… Mes serviteurs disparaîtront après avoir rendu votre message… A bientôt Sorcière des Miracles… »

Je la laissais partir en portant un regard neutre vers elle, mes yeux étant teintés de cette couleur rouge sombre caractéristique, je n’éprouvais plus rien envers cette sorcière, rien qu’un mélange de sentiment entre le fait qu’elle soit une collègue et le fait que je ne lui faisais pas confiance du tout, je la regardais s’éloigner puis reporter mon attention sur le prisonnier, Maru et Moro me suivaient et gardaient la porte dans un regard sans vie, sans âme même…

Le prisonnier semblait différent, je ne pouvais percevoir les émotions de son cœur et je sentais que la magie de cette sorcière devait avoir modifié quelque chose chez lui, après tout si elle voulait couvrir ses arrières il fallait s’en prendre à ce que je désirais savoir… Les informations de ce prisonnier…. Bon cette mission prenait une tournure que je n’aimais pas, autant dire que je n’aimais pas plus que ca devoir le faire mais elle ne me laissait pas le choix.

-Alors maintenant vous êtes prêt à me dire tous ce que vous savez ?


-Oui… Tout…

-Alors ma question est de savoir ce que désire actuellement votre cœur…

-Je…Je ne veux plus avoir affaire avec une sorcière comme vous !

-Bien il suffisait de le demander ! Maru ! Moro !

Aussitôt appelée mes deux serviteurs adorées approchèrent et empoignèrent le prisonnier pour basculer sa tête en arrière, le forçant à regarder le plafond, puis à le forcer d’ouvrir le bouche. Je m’approchais alors en invoquant dans ma main des cocons, oui mais des cocons minuscules, à peine plus grand que la pointe du doigt à la première phalange, j’en laissais tomber quelques-uns, le forçant à les avaler les uns après les autres, pour un total de cinq. Puis je demandais aux filles de le relâcher, et j’intervenais sur son esprit, il ne devait en aucun cas se souvenir de ce qui venait de se produire, son esprit étant plus faible que le mien il était facile d’agir dessus, quoique compliqué, je ne pouvais pas effacer la mémoire mais en modifier légèrement les détails, heureusement Maru et Moro lui avaient fermés les yeux et boucher les oreilles pendant la durée de l’opération, aussi ses deux sens étaient hors service, quand à l’odorat les cocons étaient inodores, et j’avais pris soin de les faire avaler comme une lettre à la poste. Non il ne savait pas ce qui s’était passé, et les cocons resterons sagement là où ils sont, jusqu’au moment venu.

-Ton souhait est exaucer, je m’en vais et je te laisserai…pour le restant de ta vie.

Et je disais vrai puisque j’avais implanté des papillons de la mort, magiquement imprégné pour qu’ils soient indétectables, en plus d’offrir le fait qu’ils ne pouvaient pas éclore dans un hôte vivant, mais seulement lorsque l’hôte était mort, et alors il se dirigeait tout droit vers leur maîtresse, le but était que pendant leur phase de chrysalide ils enregistraient toutes les informations sur leur hôte à partir du moment où ils sont ingérés, très pratique et très efficace, son souhait était exaucer et mes perverses actions dépassant le diable aussi…

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ange de Réconfort
Féminin
Nombre de messages : 629
Age : 23
Date d'inscription : 22/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
577/0  (577/0)
Ven 16 Déc 2011 - 21:56
Ah bein punaise, ça c'était de la mission, il m'en a fallu pour tout lire ! *note sur son petit carnet de chef de groupe "toujours commencer les missions en plusieurs posts quand elles sont pas encore finies"*. 'Tain de papillons, et ma maman qui a planté des arbres à papillons partout dans le jardin, cet été je vais pas sorti moi, brr... En tous cas, c'est une mission réussie à ce que je suppose, ça c'est des mouchards de premier choix !

22 points d'expérience + 210 munnies + 3 PS en symbiose ! le bonus s'imposait :3

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Masculin
Nombre de messages : 17
Age : 20
Date d'inscription : 22/12/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général.
XP:
22/550  (22/550)
Ven 23 Déc 2011 - 18:01
Bonsoir...

C'est la première fois que je te note (mauvais compte, je sais).

Attends.

Je savoure ce petit moment de bonheur.

Passons.

J'ai jugé dernièrement ce cher ami Black Tears. Je lui ai clairement dit ce que je pensais de son RP... Avec tout le tact que mon égo me permet d'avoir. Je lui ai donc fait, comme tu l'as certainement deviné, quelques reproches.

Sache que tu auras droit au négatif de la photo.

Le contraire quoi.

Black Tears est bon que certains points, et mauvais sur les autres. Tu es pareil, mais pas sur les mêmes choses.

Premier point important.

Je vais être honnête et dire les choses comme je les perçois. Si le RP était de la gymnastique, tu serais plein de luxations. Tu prends beaucoup de libertés par rapport à la langue francaise; malheureusement, certaines sont difficiles à comprendre pour le lecteur tant elles sont injustifiables. Enfin si, je comprends ta démarche, mais au niveau de la langue, ce que tu écris est parfois incorrect. Par exemple, les points de suspension. Tu en uses et abuses au point que je finis par en avoir les yeux en feu. Tu me diras, Céline les utilise aussi énormément et reste un grand écrivain. Sauf que toi, tu les utilises mal une fois sur deux. Quand une virgule suffit, pèse le pour et le contre. Je tiens aussi à insister sur le point virgule; il est bien souvent très utile de part sa qualité d'intermédiaire. Franchement, pouvoir lier deux propositions compatibles dans une même phrase, ça n'a pas de prix. Et puis, ça fait toujours son petit effet.

Sinon, tu es un expert des aberrations grammaticales; certaines des tes phrases, en dehors du souci des points de suspension, sont des... des choses. Voilà.

Quant à ta conjugaison, elle s'améliore. C'est pas encore ça (surtout au niveau des participes, c'est n'importe quoi) mais franchement, c'est beaucoup plus lisible qu'avant. Honnêtement, j'apprécie le changement.

Second point, l'histoire.

Là ça devient bon. Parce que t'as réussi à me tenir en haleine jusqu'au bout sans que je lâche une seule fois la lecture. Tu réussis à créer une ambiance particulière, assez sinistre, mai très amusante. Contrairement à celui de Black Tears, ton scénario tient la route (et même plus que ça). On sent bien le jeu tordu que ton personnage met en place et les conséquences encourues par les deux joueurs. Autant dire qu'à ce niveau, on a vraiment, vraiment envie de connaître la suite du déroulement, les rebondissements, tout ça...

Ça c'est du RP.

Ça fait oublier les petits soucis de langue.

Bonus, dude. Bonus.

Bon, je note sur le même palier de difficulté que Yûko...

« Exploit » normal.

21 points d'expérience, 210 munnies et 4 PS en symbiose.

Enjoy.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un homme sans ennemis est un homme sans valeurs
» "Il y a pas de lumière sans clarté, pas de beauté sans bonté" - Sara Ebstein
» « Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. » - Périclès.
» Une femme sans parfum est une femme sans avenir.
» [FINI] « Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. »