Derniers sujets
Sentinelle des visâmes

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
71/270  (71/270)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 27 Aoû 2011 - 21:02
La citée des rêves, on m'a dit que c'est un lieu figé dans un temps ancien, un temps où sonnait fort les cloches à toutes les heures, un temps où l'ont vivait vraiment de son travail. Un temps dans lequel je n'aurais pas eu ma place en tant qu'aveugle.. Mais je n'ai pas le choix, je devais y aller. Pour un but étrange.. un but qui me faisait mal au cœur. Un orphelinat, détruit ? Pourquoi ? Je ne comprenais pas.. Pourquoi vouloir détruire un lieu où des enfants qui n'ont plus rien peuvent tenter de trouver un peu de joie ? Je n'avais pas le choix, c'était mon contrat, je devais le respecter en surveillant cette destruction.. Je pris la direction de la station Shin-ra pour me diriger vers ce monde. Encore une fois, j'étais seul avec ma lame comme canne.. Je franchis le portail et à peine sortit, je fus assailli de nouvelles sensations. Elle me rappelais un peu le port, avec ces odeurs de pleins de marchandises et de sang. Des gens, partout, pleins de discussions un peu partout, un vrai lieu plein de vie. Et comme on me l'avait dit, un homme se rapprocha de moi et dit d'une voix haute et fière :

-Bien le bonjour !! Je suppose que c'est vous qui devez surveiller la destruction de ce vieux bâtiment sans valeur n'est-ce pas ? Venez donc avec moi, nous allons plus tarder à détruire les premières pierres !

Je le suivis bien malgré moi, j'aurais voulu ne pas avoir à faire ce travail. J'écoutais le bruit de ces pas pour rester dans le bon chemin, il sentait le papier.. Étrange.. Il s’arrêta et j'entendis des bruits de plaintes, des cris de colère, de l'agitation tout autour de moi. Qu'était-ce donc ? Les fameuses personnes contre la destruction de ces lieux ? Je le pensais bien, l'homme reprit son chemin, et je le suivit de nouveau. Je sentis l'odeur des briques, bientôt, tout cela ne sera plus que poussière. On avait du passer un portail apparemment, vu qu'un grincement avait suivit mes pas à partir d'un certain moment. Les gens étaient donc bloqués par le mur et le portail, mais pour combien de temps encore.. Leur colère était immense, j'entendais des insultes à tout bout de champ, et certaines m'étaient destinés. Cependant, je restais de marbre, ou du moins, je le tentais. Je crois que mon seul œil ne put cacher longtemps sa tristesse. Je ne bougeais plus, tourné vers le mur, attentif à tout les bruits. Il me fallait faire attention, qui sait si il ne vont pas tenter de grimper.. Une voix brusque, celle du chef de destruction sûrement, retentit :

-A vos marteaux et vos béliers !! Détruisez moi tout ça !!

Puis j'entendis le bruit fatal, celui de roche brisée par un choc brutal avec l'acier. Ils avaient commencé la démolition. Je me sentais mal, coupable de laisser faire un tel crime.. J'aurais pu finir dans un bâtiment, comme un enfant abandonné.. Et j'étais là, ne pouvant qu'écouter ce massacre.. Les plaintes étaient encore fortes devant le grillage, mon regard ne lâchait pas cette direction, mes oreilles étaient prises dans tout les sens, je ne devais rien lâcher. Puis j'entendis le bruit fatidique, on escaladais le mur. Une seule personne, légère, courait vers moi. Mon sabre en main, je m’apprêtais à lui régler son compte quand je me rendis compte que c'était un enfant, et qu'il m'avais saisi dans ces bras en pleurant. Qu'est-ce que je pouvais faire ? Je l'entendis me parler en pleurant encore. C'était une petite fille à sa voix, je ne pouvais que l'écouter :

-S'il vous plait.. Ne laisser pas cet endroit mourir.. Je serais morte sans ce lieu.. S'il vous plait monsieur..

Elle était blottit contre moi, et à part les bruits de destruction de la roche, un silence de plomb était installé. J'étais déchiré, pris, coincé entre deux choix. Que faire ? La petite fille ne me lâchait pas, elle espérait de toutes ces forces. Puis je m'abaissa, pensant être à la hauteur de cet enfant. Je ne savais pas vraiment où je la fixais, mais je lui parla d'une voix rassurante avec un sourire :

-Promet-moi, promet-moi que si je sauve cet endroit, tu en prendra soin quand tu sera grande..

Elle cessa ces pleurs, et une once de joie avait pris sa voix :

-Oui, c'est promis !!

Je souris encore en me relevant, me tournant vers les lieux du carnage.. J'entendais clairement la voix du chef indiquer à chaque ouvrier où allez. D'un pas franc, je me dirigeais vers lui, mon œil emplit de colère. Avec surprise, il me parla :

-Bah, quelque chose ne va pas ?

J'étais suffisamment près de lui, ma lame fut dégainé et trancha le corps du malheureux. J'étais décidé, cet orphelinat vivrait. Les ouvriers s'étaient brutalement arrêtés, leurs regards devaient me fixer avec surprise, peut-être même avec haine. L'un d'eux hurla même que j'étais juste un monstre et comme un chef, ordonna aux autres d'accélérer la cadence dans leurs démarches. Je courrais vers eux, m'aidant des bruits des masses et des béliers pour me diriger, lame bien en main. Une voix dans ma tête, la même que celle qui m'avait troublé sur la Terre des Lions :

-Tue-les.. TOUS !!

Qu'était-ce donc ? Je m'en fichais bien sur le coup, je voulait juste les châtier pour ce crime impardonnable désormais à mon œil sanglant. J'étais plein de furie au fond de mon cœur. Les pleurs de cet enfant m'avait touché au plus profond de moi, alors c'était décidé, je les tuerais tous si il le fallait ! Je ne me retenais plus, de ma lame, je les tranchais tous, me fichant bien de si il allaient mourir ou non, juste leurs faire comprendre qu'ils ont choisis le mauvais contrat. Au bout d'un moment, ce fut le calme, je m'étais arrêté, respirant un peu. Je n'avais pas eu le temps d'entendre la flèche arriver dans mon dos et se planter dans mon épaule, m'arrachant un cri de douleur. Je ne comprenais pas, qui avait tiré cette flèche ? Je les avais pourtant tous.. Une voix me donna la réponse, celle du notaire ;

-Messieurs les gardes, arrêter ce traitre !!

Je l'avais oublié, mon client.. Je ne savais pas quoi faire, causer un désastre à l'échelle de la ville.. Ou renoncer parce que j'ai fait ce que je voulais, empêcher la destruction de ce bâtiment. J'étais à genoux, et cette voix encore :

-Relève..-toi.. Démon..

Démon ? J'étais perdu.. Je ne comprenais plus rien, je préféra chuter, tête dans la poussière de roche, et tomber dans l’inconscience.. Quand je repris mes esprits, je me sentais mieux, allongé sur le dos. Mes mains sentait de l'herbe fraiche, et sur mon front, de l'eau fut versé. Des voix joyeux, des chants mêmes atteignait mes oreilles. La petite fille était encore là, prêt de moi, était-ce elle qui avait pris soin de moi ? Une chose est sûre, elle est heureuse :

-Merci !! Merci ! Le notaire a renoncé à la destruction de l'orphelinat ! Quand vous êtes effondré, tout le monde à franchis le portail pour vous protéger, face à tant de détermination, il a abandonné. Merci encore !

Il avait renoncé, je n'en revenais pas.. Je sentais la petite me prendre dans ces bras à peine relevé. En même temps, je venais de sauvez son rêve.. Mais moi.. je continue à restez dans la tourmente de cette sombre voix..

Mission échoué.. Pardonnez-moi.. Mais je ne pouvais permettre ça... J'ai un cœur..
La lance Tourbillonnante.

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
272/500  (272/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 31 Aoû 2011 - 23:05
    Mission non-accomplie...

    Mais bon, dans le fond, dans la note on s'en fiche ^^

    Alors ta mission est vraiment très bien et elle apporte quelque chose de nouveau dans ton rp... Que c'est assez touchant en fait, comme mission ^^. Touchant et donc, ça me plait, bien entendu, j'ai aimé cette gentillesse pas vraiment mercenaire chez ton personnage. Je crois que c'est ce que j'avais bien aimé dans cette mission (qui n'est même pas de moi ^^), le fait qu'on pourrait voir ce que ton personnage ferait, confronté à sa conscience.

    Et là t'y vas pas dans l'irréaliste ou dans le sentimental puisque t'essaies pas de convaincre les démolisseurs. Non en fait tu les tues ^^ et j'ai envie de dire ça comme ça, tiens :

    "Ce matin, pour sauver héroïquement un orphelinat et une tribu d'enfants mal aimés d'une pauvreté et de la famine certaines, Ketsurui a tué cinq ouvriers qui voulaient juste nourrir leur femme et leurs trois enfants."

    Je me moque mais c'est plus marrant qu'autre chose ^^

    Alors sinon, un défaut de cohérence. L'employeur de Ketsu à la fin "abandonne" l'affaire et laisse Ketsu en vie... Et je me suis dit que c'était quand même gros... Ketsu a quand même tué plusieurs personnes et failli à sa promesse, c'est pas comme s'il avait volé une voiture.

    Donc l'excuse est un peu trop grosse ^^ Mais enfin soit.

    Mission Normale

    22 xp, 220 munnies et 3 PS... en force.

_______________________________
messages
membres