Derniers sujets

Larmes Noires

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
Noirceur, de faibles sifflements. Left_bar_bleue182/666Noirceur, de faibles sifflements. Empty_bar_bleue  (182/666)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 22 Aoû 2011 - 22:44
« Le reflet de la tristesse sur ces eaux sait revêtir le plus sordide bouge d'un luxe miraculeux et, fait surgir plus d'un portique fabuleux dans l'or de sa vapeur pourpre, comme un soleil couchant dans un ciel nébuleux. Les ténèbres agrandissent ce qui n'a pas de bornes, allonge l'illimité, approfondit le temps, creuse la volupté et de plaisirs noirs et mornes remplit l'âme au delà de sa capacité. Tout cela ne vaut pas le poison qui découle de tes yeux, de tes yeux rouges sang, lacs où les âme tremblent et se voient à l'envers. les murmures de la bête caressait les oreilles du félidé, si bien qu'il en pouvait toucher l'esprit tortueux et corrompu de l'élu. Mes songes viennent en foule pour se désaltérer à ces gouffres amers. Tout cela ne vaut pas le terrible prodige de ta salive qui mord, qui plonge dans l'oubli les âmes sans repentance et, charriant le vertige, les roulent défaillante aux rives de la mort. Oui, tes frères et sœurs t'attendent maintenant sous le flanelle de la faucheuse. Va. Rejoins les, soit ma lame envenimée et transperce, tue à ton plaisir et au mien. Rejoins les, tout à la fin. Là ou les terres se meurent, stériles. Là ou l'homme souffre, empoisonné. Va. la familière voix s'évaporait dans l'écho de sa propre haine, s'estompant

On ne pouvait plus voir la triste réalité. C'était un tout autre monde, parallèle à celui que nous connaissons tous. Comme si on avait forcé le verrou du cœur pour le subtiliser et le placer ailleurs : dans ce haut lieu embrumé. Rompre tout les liens qui unissent un corps et son esprit pendant quelques instants, n'était-ce pas dangereux ? Délaissant cet amas de chair et de sang, loin, il attendra le retour de celui qui lui offre la vie, de celle qui le fait exister. Les yeux ne se fermaient plus, le regard n'était alimenté par aucun être, vide, une coquille sans âme.

Pourtant dans cet état proche de la mort, on pouvait entendre un sifflement, sentir un souffle tiède sur sa joue. Black Tears se réveillait enfin. Il semblait s'être assoupi, debout. Ses pupilles rouges sang admiraient timidement cet endroit. Quel était-il ? Ou avait-il tombé ? Le félin ne se souvenait pas s'être endormi ou que ce soit. Des filins de vapeurs flottaient autour de lui, une place mystérieuse jouant une mélodie tout aussi étrange alors que la brume valsait doucement, glissait sur les ombres creuses. A part ce fin embrun, il n'y avait rien autour, absolument rien. Avait-il atterri dans le néant ? Un bruit. On pouvait entendre le clapotis de l'eau. Mais ce son semblait si lointain, un écho sans fin le prolongeait, comme si il provoquait l'ouïe de ceux qui réussissaient le percevoir, jouant. Le fond d'un puits ? Probablement. Cherchant à regagner la paroi de sa prison, un autre bruit venait l'interrompre. Si ce n'était pas un rêve alors comment expliquer une place comme celle-ci ? Un imposant vitrail circulaire siégeait à ces pattes. Il l'appelait, le vitrail, le regarder suffisait à distinguer sa complainte, son appel au secours. Ce n'était pas l'une de ces gemmail bardée représentant un événements quelconque avec un panel de couleurs explosant au visage de ceux qui le contemplait. Il était presque nu. La verrière ne portait pas d'apparats tape-à-l'œil comme ses frères et sœurs, celle-ci n'avait rien à cacher derrières milles sens et milles images. Elle n'avait rien à cacher. Si c'était une personne, elle nous hurlerait sa détresse. Une unique teinte blanche bardée de nervures obscures. On semblait l'illuminé en-dessous, seulement c'était un peu comme un néon en fin de vie, des scintillements intempestifs, une lueur tellement aléatoire. En s'approchant du bord illuminé, l'abysse, sans fin.

Des silhouettes. Il y avait d'autres personnes avec lui, au fond du néant. On ne pouvait pas toute les voir à cause de l'obscurité et du frimas. Pourtant, le Compagnon se sentait proche de ces individus, cependant le chat ne les avait jamais rencontré, leur visage et leur prestance naturelle ne lui disait rien. C'est lorsqu'il aperçu un détail peu commun chez l'un d'eux, qu'il compris. Yamata No Orochi, ce perfide démon banni dans les profondeurs, il était revenue mais avec de l'aide et, voici donc ceux qui étaient là pour l'aider dans sa ténébreuse quête. Certains semblaient lui faire honneur, ils dégageaient une aura lugubre qui faisait froid dans le dos. En les voyant, Black Tears faisait tâche dans ce décor avec sa triste histoire et son affectueuse apparence de chat fantastique. Il c'était recroquevillé sur lui même, espérant ne pas se faire remarquer, même si c'est un peu dur sur une scène aussi vide. Il y avait également un autre félin. Celui-ci semblait avoir une aussi triste destiné. On pouvait le voir à travers leurs yeux, ils avaient ce même regard, désespéré, qui n'a plus rien a perdre pour réussir et si puissant à la fois, une graine de colère qui ne demandait qu'à exploser et tout détruire. D'autres personnes quand à eux, n'avaient peut-être pas leur place en tant que tête, en tant qu'élu. Un clown bien étonnant, bardé de maquillage à la toilette criarde, il était difficile, voir impossible, de décrire ce qu'il faisait, il valait peut-être mieux ne pas le savoir. Un autre homme assez mûre et carré, portant le sabre à sa ceinture et un ample manteau dissimulant le reste de son corps. Le genre de voyageur, d'aventurier, de pirate qui en savait plus que tous ici présent derrière sa façade neutre balafrée. Une jeune femme de noir vêtue à la chevelure interminable, elle n'exprimait rien derrière ses pupilles, un véritable poupée de porcelaine. Ses vêtements, ils lui rappelait quelque chose... Non, rien d'important. Un personnage tout aussi surprenant était là, on aurait dit une adolescente peut-être de l'âge de Black Tears, sauf qu'elle portait une ahurissante armure. Elle semblait lourde, malgré tout les creux que celle-ci découvrait, mais cela ne semblait pas gêner sa détentrice. Une longue chevelure blonde encadrait son regard luminescent, pas n'importe quelle clarté, une lueur vide et sans âme. Contrairement aux autres protagonistes, cette dernière paraissait dénuée d'énergie, dénuée du sens du mot : vivre. De singuliers profils se terraient dans la pénombre, il ne pouvait pas tous les voir. En tout, cela faisait huit. Huit martyrs dont le destin allait être chamboulé, changé par les chuchotements du malin.

Avaient-ils le choix ? Peut-être. Si ils ont été choisis c'est pour une bonne raison. Black Tears ne voulait que devenir Ténèbres. Palper jusque dans les tréfonds de son âme, la noirceur qu'il désirait tant, qu'elle aspirait depuis le début de ce drame. Devenir l'ombre qu'il a toujours été. Cette ombre aujourd'hui avait pris une autre forme : celle d'une gueule béante armée de crocs acérés et au souffle putride. Toutefois, c'était le Poison qui l'avait choisie et non son ambition première. Pourquoi ? Le garçonnet ne savait que peu de choses sur cette manifestation, sur ce nuage noir qui est venue à sa rescousse de l'autre côté. On lui a tendu une main généreuse aux doigts imbibés de promesses. Juste qu'il s'agissait d'un saurien au pouvoirs sans nul autre pareil, qui a offert l'opportunité à un matou errant de continuer son histoire en dehors d'un vagabondage inutile. L'adversité pour point commun, c'est sur la même route qu'ils voyagent désormais et ces personne aussi ont rejoint le tronc de cet arbre mort aux milles et unes ramifications. C'est à eux de faire refleurir cet arbre. Un arbre maudit, mort et pourtant si charmeur. On a envie de dormir conter lui, de s'assoupir entre les racines, peut-être à jamais. C'était le genre d'arbre qui avait les plus belles fleurs du monde, puis, il c'est soudainement arrêté de fleurir, de vivre. Le glas sonne sans cesse lorsqu'on l'approche de trop près. Mais ces pétales viendront de nouveaux éclater en une flore si belle, qu'elle sera interdite, qu'elle sera mortelle. Un draps de feuilles viendra recouvrir les esprits naïfs pour les endormir un à un, pour les étouffer, pour les tuer. Un bien sinistre tracé qui attire de nombreux individus. Ce mélancolique garçon faisait parti de ce voyage. Ces chemins sont semés d'embûches alors au lieu de devenir une victime, il faut devenir un danger en puissance. Et ça, Ikaru Cantebury l'avait bien compris. S'en est presque trop facile. Fallait-il se méfier de ce monstre aux dents longues, qui, au détour d'un croisement, venait à nous pour proposer ses services de sa voix perçante ? Que savait-il de la voie qui lui était prédestinée ou encore de celle qu'il propose ? La suspicion était de mise, il fallait peut-être profité de ce ralliement pour ce poser les véritables questions, pour trouver le but exact de ce congrès improvisé, pour découvrir la vérité et peut-être l'avenir. Rien n'appartient au fruit du hasard, tout n'est que fatalité, comme l'a dit une sorcière.

Tout ce beau monde, aussi extraordinaires soient-ils, étaient là pour la même raison que l'éphèbe animale. Cette chose à la limite d'un dieu et du diable les avait convoqués ici et maintenant, pour le ramener à la vie. Il avait été bannie dans les profondeurs et pourtant, sa véhémence lui avait permit de faire une telle chose. Qu'était donc cette créature tapis dans notre ombre qui sifflait à nos oreilles de mielleuses pensées ? Au fond, toutes ces personnes étaient pareil à ce vitrail gisant à leur pieds comme si ils piétinaient quelqu'un de faible et sans défense en quémandant de l'aide. Elles étaient lui. Elles étaient Yamata No Orochi. Une tête du dragon-serpent. Peut-être étaient aussi sournois que lui pour pouvoir fouler sans gênes quelque chose d'agonisant. Un objectif commun à tout ces gens ici-même,. Il fallait en avoir le cœur net et Black Tears décida d'ouvrir le dialogue, ressaisissant ses esprits, debout, fier et honoré d'être quelqu'un d'exceptionnel aux yeux du luciférien déchu poison, croupissant dans la fosse infernale.

« Excusez-moi ! fixant l'ensemble de son auditoire, sa timidité exprimant ses paroles. Hum... Je m'appelle Black Tears et... J'ai remarqué que vous avez peut-être une pierre dans le même genre que la mienne. Vous... il peinait à s'exprimer correctement, il ne savait pas par quoi commencer, tout allait si vite. Vous avez peut-être rencontrer une espèce de serpent ou... Je ne sais pas, j'ignore de qui il s'agit vraiment mais ce n'est pas une vulgaire farce. Il nous a peut-être tous réunis ici, pas vrai ? »


Dernière édition par Black Tears le Sam 17 Sep 2011 - 20:17, édité 1 fois
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Noirceur, de faibles sifflements. Left_bar_bleue544/550Noirceur, de faibles sifflements. Empty_bar_bleue  (544/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 22 Aoû 2011 - 23:58
Un combat des plus ardus venait de prendre fin, le jeune félin était épuisé après s'être donner à fond, son corps ne voulaut presque plus bouger mais il avait surement évité le pire... Un combat qui, d'après lui, symbolisait son indépendance, le fait qu'il ait rompu tout lien qu'il avait encore avec la lumière, malheureusement ce n'était pas aussi simple... En tout cas, Raido leur avait tourné le dos, complètement, il ne voulait plus de cette lumière, qui ne faisait que bercer les gens dans des illusions cachant une mort proche pour le bien de cette organisation. Il avait besoin d'une vraie force, d'un vrai but, il se sentait nécessiteux de servir quelqu'un qui ne le jeterai pas à la première occasion, et pour l'instant, une seule entité, pour le moins mystérieuse pourtant, semblait répondre à cette caractéristique.... Yamata no Orochi. Celui qui lui avait conférer le pouvoir de dominer sa colère, de ne pas laisser les ténèbres submergés son coeur, l'empêchant ainsi de sombrer dans le néant. Sa vie ne devait pas prendre fin ainsi, il préférait encore devenir un être des ténèbres, plutôt que d'errer sans but jusqu'à sa mort. Est-ce que le jeune hybride savait ce qui l'attendait à travers les personnes qu'il allait bientôt rencontrer? Bien sur que non, mais il se devait de tenter quelque chose, et ce quelque chose là était assez séduisant pour qu'il se laisse emporter. Les yeux de Raido se fermèrent, il était à genoux, encore dans le monde de la Contrée du Départ, et tomba inconscient, en plein milieu de la salle principale du manoir. Trop d'invocations à la suite, surement. Il avait beau exceller dans cet art, chacun a sa limite, plus ou moins éloignée. Son départ de la Contrée attendrait quelques temps, pour l'instant, c'était un repos qui s'imposait sans prévenir, pas le choix. D'ailleurs, était-ce un rêve qui se profilait à l'horizon? Raido était seul, dans le noir absolu, on ne voyait absolument rien, c'est à peine si il pouvait voir ses propres mains... Il descendait lentement, droitement, sans bouger, comme si il était en apesanteur, une sensation étrange l'envahissait, impossible de réellement décrire ce que c'était, pas de la peur, pas de la tristesse... Comme si il était vidé, à ce moment là, de toute émotion, aussi bien négative que positive. Ses pieds touchèrent le sol, ou du moins, une espèce de plateforme, comme un grand vitrail. Sans qu'on lui explique quoique ce soit, Raido avait compris en partie ce qu'il faisait ici, ou du moins, grâce à qui il se trouvait dans cet endroit. L'atmosphère qui planait autours de cette plate-forme... Ténébreuse, aussi ténébreuse que le jour où Raido avait rencontré Yamata. Enfin, rencontré... Si on peut dire ça. C'était bizarre, le neko avait beau savoir qu'il rêvait, il sentait tout de même que tout ce qui allait se passer maintenant avait une grande importance. Son esprit se trouvait maintenant sur le Pallier des Ténèbres, cela lui rappellait un peu la dernière fois qu'il avait eu accès aux Palliers du Destin, sa rencontre avec Rixak et l'obtention de son arme unique... Il ne se souvenait pas si c'était à ce moment que sa descente dans les ténèbres avait commencer, peut être bien. Pas la peine de regarder en arrière, il fallait se tourner vers l'avenir maintenant, faire ce pourquoi on l'avait fait venir ici... Et il n'était pas seul dans cet endroit. Sept autres personnes en un cercle un peu imparfait, étaient-ils tous les élus de Yamata? Probablement, pourquoi seraient-ils là sinon? Un détail choqua un peu le neko, quand un des autres personnages prit la parole pour briser le silence morbide qui régnait actuellement. Ce type avait des oreilles de chat... C'était bien la première fois que Raido voyait quelqu'un comme lui, un autre neko? Etait-ce naturel, ou bien avait-il subi la même atrocité que lui? A vrai dire, cela avait légèrement perturbé la concentration de l'ancien lumineux, mais cela ne dura que quelques secondes avant qu'il recommence à l'écouter. Lui semblait assez timide, mais il possédait lui aussi une pierre, voilà qui rendait les choses intéressantes. Le félin souriait, il avait des choses à dire, et se sentait obligé d'expliquer à ce Black Tears le pourquoi du comment, en tout cas, il en savait un peu plus que lui alors autant partager ce savoir... Raido s'avança d'un pas, regardant d'un air vide le deuxième félin.

"Il ne nous as pas "peut être" réunis... Il l'a fait, c'est certains, ce n'est pas qu'une coïncidence... Je possède moi aussi une pierre, c'est cette créature... Yamata no Orochi, qui me l'a offerte. Je suppose que ce n'est pas entièrement gratuit, c'est surement pour cela que nous sommes tous ici. Ma pierre représente l'élément du vent, du moins, c'est ce que je ressens quand je la porte, cette brise qui calme mon esprit... Je m'appelle Raido."

Pour le moment, il n'avait rien d'autre à dire, et il attendait de voir à quoi ressemblaient les autres, leurs noms, et ce qu'ils avaient à voir avec le serpent qui les avait réunis sur ce pallier, l'un d'eux en savait peut être beaucoup plus que les autres, qui sait? Jamais le félin n'aurait penser se retrouver dans ce genre de cercle, entouré de gens visiblement si ténébreux... Même Black Tears semblait étrange, il avait l'air faible et timide, mais le neko avait la certitude que ce n'était qu'une apparence, il valait mieux ne pas s'en faire un ennemi... Comme chaque personne ici présente. Raido avait peut être trouvé sa voie, et qu'il devrait continuer la route avec ces gens là. Certes, ils n'étaient pas aussi chaleureux que ceux qu'il avait connu, mais ce n'était pas plus mal... Ici, on ne se voilait pas la face, on voyait clairement, pas d'illusions dans les ténèbres, on peut clairement voir la noirceur qui nous entoure.
La Danse Folle ♪

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: General
XP:
Noirceur, de faibles sifflements. Left_bar_bleue370/0Noirceur, de faibles sifflements. Empty_bar_bleue  (370/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 2 Sep 2011 - 19:09
« Il ne nous as pas "peut être" réunis... Il l'a fait, c'est certains, ce n'est pas qu'une coïncidence... Je possède moi aussi une pierre, c'est cette créature... Yamata no Orochi, qui me l'a offerte. Je suppose que ce n'est pas entièrement gratuit, c'est surement pour cela que nous sommes tous ici. Ma pierre représente l'élément du vent, du moins, c'est ce que je ressens quand je la porte, cette brise qui calme mon esprit... Je m'appelle Raido. »

Tels furent les mots de Raido le Néko alors que nous traînions joyeusement dans notre base secrète qui ne le restera étant donné qu'en plus de ne pas savoir comment y allez, il s'agissait d'un rêve collectif. Aussitôt, plein de nostalgie et avec une profonde tristesse (mêlée d'un étonnant plaisir je ne vous le cacherait pas) je repense à mon ancienne bande d'Astral... Quoiqu'en fin de compte j'étais seulement remplie de joie à l'idée que cette bande d'attardée soit en train de bouffer les pissenlits par la racine accompagné d'une salade de ver de terre. Et là je me rend compte que c'était quand même de grosse enflure. Et donc, retournons à notre repaire super secret digne d'un songe (je parle du rêve bien sur, de quoi d'autre pourrais-je parler ?).

Pour la petite histoire dont tout le monde se fout éperdument, ils étaient huit, chacun étant plus haut en couleur que celui d'à coté et inversement proportionnelle à la sale gueule du mec en face mais sans oublier le fait que chaque personne ici pouvait aisément faire mordre la poussière interstellaire au premier venu. Évidement, moi j'étais dans les huit, parce que sinon je vois pas comment je vous raconterais ca, et bien entendu, vous et moi savons qu'ici c'est moi le roi et que j'enverrais manger les pissenlits par la racine à toute cette clique comme je l'ai fait pour Astral avec la classe digne d'un des sept samurai qu'on me connait. Et comme l'a dit le Néko prépubère, chacun avait reçu une pierre précieuse offerte par une des huit tête d'un énorme serpent démoniaque qu'on appelle Yamata No Orochi. Les pierres précieuses étant sans doute en toc, aucune preuve n'ayant été fournit de leur authenticité et sachant qu'on peut facilement douter du contenu d'un compte bancaire appartenant à une entité ténébreuse morte depuis plusieurs siècles déjà. Puis bon, pouvoir s'en payer huit de la taille d'une balle de tennis... Et cette vielle mégère écailleuse les a tous réunis dans une hallucination collective (ou un rêve, parce que dans la légende ca sera vachement plus classe).

Maintenant que nous avons introduit le pourquoi du comment de quoi, où, c'quoi ce bordel, qui, j'pige pas, quand, nan sérieux quand, alors ça ça me la coupe, c'est pas ma faute c'est Raido qui l'a fait tomber par terre moi je regardait juste par la fenêtre dramatiquement intrigué, nous allons pouvoir passer à la suite...

...

Effectivement, cette réunion est passionnante !

« Bien le bonjour chers nékos, rouquins, psychotiquopate et autres créatures venus d'ailleurs ! » lâchais-je, avançant d'un pas nonchalant mais tellement classe au centre du vitrail. « Je me présente pour ceux qui ne me connaissent pas... Ces gens existent sérieusement ? Bref ! Je suis Kefka, bouffon clownesque, diplômé et diplômant, ultra violent et quelques peu cruel mais juste un peu beaucoup je vous rassure ! Certains me qualifiais même d'idiot !On le les a plus revu depuis... Huohohohohohoh ! Mais qu’est ce que je fou ici me demanderez-vous ? Qu’est ce que le futur maitre du monde branle dans cet endroit miteux ? Et bien mes amis ! Je crois que comme vous, j'ai été pris en intérim par le gros Yamata. »

Et c'est alors qu'au centre du vitrail je me curais le nez. J'aurais bien pris un cure-nez, un cure-dent ou même le doigt élégant et raffiné d'une belle princesse que j'aurais tué par carbonisation spontanée et instantanée. Kefka est inflammable mais sait comment vous mettre le feu ! Hahahaha ! Oui donc ? Ah, je faisais une pause, me curant le nez avant de prendre une petite mine tristounette.

« Me voici donc employé d'un... serpent, honte à moi et à toute ma descendance ! Enfin employé, employé, c’est un bien grand mot hein ! Pour tout vous dire, je ne suis même pas payé. Oui oui oui, je suis bénévole... J'aurais put dire non mais... Il a fait ses gros yeux et j'ai craqué... J'ai craqué quand lui-même a fait craqué mes os un à un avant de me brûler comme une pauvre merguez trop cuite, j'en ai encore mal d'ailleurs alors que je n'ai rien... M'enfin, faut dire que le rubis qu'il ma donné était très jolie, même si je le soupçonne d'être en toc... Puis j'ai un marché avec lui, qui ne regarde que moi, non ! Vous n'en saurez rien vils espions ! Tout ca fit qu'au final, j’ai décidé de me plier à ses désirs les plus vils. Ah ! Quel vil félon ce Yamata ! En plus d’être versé dans la félonie, c’est un tyran, un vrai...

Tout ca pour quoi ? Bah je sais pas mais moi il m'a demandé de le ressusciter, étant moi-même un macabé qui a ressusciter il a surement crut que je pourrais savoir comment faire ! Et vous savez-quoi ?

...

J'en sais RIEN ! HAHA ! Donc un mode d'emploi ou une notice sur la résurrection des reptile ténébreux serait sympathique mes amis ! Allez, un conseil, voir deux, allleeeeeeeeeeeeez... Oh sinon, ne seriez-vous pas non plus une bande cas sociaux ? »


Ce vitrail, c’est vraiment un foutu asile. On est huit, et je suis certainement le mec le plus sein d’esprit de cette bande. Vous vous rendez compte ? Bon, il se trouve que non car je suis bel et bien le moins saint d'esprit ici. Faut aussi savoir que les sept autres gars, j'en ai rien à faire ! Et il en va de même pour cette vielle catin défraichie de Yamata... Car à la première occasion je les planterais sur place et m'en irait bien gentillement détruire ce qu'il resterait du monde. Et si ce que dit le Néko est vrai et qu'il ressent l'énergie mystiquo-psycadélique du vent dans cette pierre... Alors peut-être que ces pierre contiennent du pouvoir, de l'énergie ou n'importe quoi d'autre susceptible de me rendre surpuissant. Qui sait, absorber la puissance du serpent, à voir !

« Ce groupe qu'on forme... Ne promet-il pas de bien bel chose ? Huohohohoho ! On va bien se marrer ! »
La lame tueuse de dieux

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
Noirceur, de faibles sifflements. Left_bar_bleue500/500Noirceur, de faibles sifflements. Empty_bar_bleue  (500/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 17 Sep 2011 - 17:32
...

Un peu de silence, par pitié. Beaucoup trop d'imbéciles dans l'assemblée. Mais qui est l'imbécile qui a choisi cette bande d'attardés criminels?

...

Oubliez ma stupide question. Pensons au reste si vous le voulez bien. Honnêtement, il m'était impossible au moment de cette petite sauterie entre fidèles du serpent, de me décider sur uen quelconque marche à suivre. Et puis, nous sommes égaux, à ce qu'on dit. J'aurais bien ri, si j'avais pu. Ce qui n'est pas vraiment le cas, mais passons là dessus, nous n'avons rien à dire.

Je me tournai aussitôt vers l'étrange personnage clownesque et hurlant qui avait pris la parole d'une manière plus ou moins intempestive. Crime ou pas crime?

Ce fut un oui mais non. Il était effectivement une personne qualifiable de mauvaise, mais également de victime, c'est pourquoi il restait d'essence plutôt neutre aux yeux de la justice. Il ne serait donc pas exécuté tout de suite. Peut être même qu'il ne le serait pas du tout, d'ailleurs.

Qu'en était-il des deux chats?

Parlons du premier. Bien triste personnage selon la balance. Un être qui tient plus de moi que la plupart des autres. Aucune sanction à prendre.

Et le second alors? Infâme, le dégoût me vient. J'en aurais de l'eczéma, si ma peau n'était pas immunisée, pensez bien. Je refuse qu'un traître de la sorte puisse m'approcher, m'adresser la parole, ou être lié à moi d'une quelconque façon. S'il y en avait bien un que j'aurais volontiers fai taire sur l'heure, cela aurait été lui sans aucun doute possible. Mais le malheur a fait qu'il était dans mon camps. Ou plutôt, qu'il faisait semblant. J'en suis certaine. Il est le mal et le mensonge. Tôt ou tard, il répondra de ses actes devant un tribunal que je présiderai personnellement, et je suis prête à parier que de nombreux crimes seront à ajouter aux chefs d'accusation. La sentence pressentie est le lynchage. L'exécution publique est encore trop facile pour une créature telle que celle-ci.

Qu'en était-il du reste? Nous le verrions bien assez tôt. Je préférai me concentrer sur le sujet principal de notre présence ici. Il fallait que je puisse être porte-parole, sans quoi je ne pourrais pas prêcher le vrai et dénoncer le faux.

Pourquoi briguer une place si précise? Parce que je sais qu'il faudra une figure d'unification. Et si ce n'est pas le serpent, alors ce sera moi. Je suis la seule personne capable d'assumer le rôle, et les autres s'en rendront compte bien assez tôt, j'en suis certaine. Après tout, ils ne seraient pas là si Yamata n'avait pas une certaine confiance en eux, ou, au moins, un intérêt quelconque envers leurs capacités.

Mais, alors que je m'apprêtai à parler, ma voix s'est évanouie, et mon coeur a chaviré. Sale serpent. Je savais que c'était lui, à ce moment précis, mais je n'ai rien pu faire; ni hurler, ni me débattre.


Enfin, enfin, enfin, cette garce a baissé sa garde. Je la croyais plus faible, plus naïve, mais visiblement, son regain de pouvoir lui a fait croire qu'elle pouvait encore être supérieure à moi.

Haha, quel bonheur de retrouver un corps, même pour quelques instants! Un peu plus petit qu'à l'accoutumée, mais tant pis, on s'en contentera. C'était à moi de parler, pas à elle. Un objet garde le silence.

Qui suis-je? Elle l'a dit. Orochi. Enfin une partie. La tête de la Lumière, si vous voulez, soit quelque chose qu'on ne remarque pas forcément avec une grande facilité.

Que faire pour que les autres esclaves du tas remarquent que je ne suis pas le robot. En plus, ils ne la connaissent pas. Puis bon, faire briller les yeux, c'est cliché quand même. Quelqu'un a une idée?

...

Ah oui.

Changer d'apparence, pourquoi pas.

Ou peut être pas.

Quoique, ça tient la route, faisons comme ça.

Trouvons donc quelque chose qui n'a absolument aucun rapport avec la personne originale.

Un.

Deux.

TROIS.

Spoiler:
Noirceur, de faibles sifflements. Marion_cotillard_aux_oscars_reference

Mon apparence n'est plus la même, la robe de mademoiselle est plus chic, et le reste n'a plus aucun rapport. Au moins, tout le monde verra le chabgemebt de propriétaire de cette enveloppe charnelle. Avant qu'ils ne puissent parler, je prenai immédiatement la parole, d'une voix douce, contrastant avec les propos tenus.


<< - Silence, je vous prie. La politesse est un devoir. Vous me devez votre présence ici. Peut-être pas directement, mais mes homologues élémentaires sont liés à moi... Comme vous l'avez certainement compris, je suis Orochi. Sa lumière, même. Je vous parle à travers le corps de cette demoiselle. J'ai arbitrairement décidé qu'elle sera notre avatar quand il s'agira d'une déclaration officielle.

Première question que vous avez dû vous posez: Mais que puis-je bien faire ici avec des inconnus?

La réponse est: Parce que vous êtes tous pris dans un enchevêtrement de liens. Chacun d'entre vous est l'élu d'une tête. Vous n'avez pas les mêmes buts, les mêmes envies et pensées, mais chacun d'entre vous a émis un souhait qu'il veut voir se réaliser. Il y a une contrepartie à cela. Nous sommes encore faibles. Vous devez nous faire sortir de cet état des plus déplaisant, et alors nous vous récompenserons comme il se doit. Qu'importe ce que voudrez, vous l'aurez.

Deuxième question: Comment nous aider?

Je vais être bref. Vous devez répandre l'ombre, notre zone d'influence. Plus la discorde, la destruction et le chaos, gagneront du terrain, et plus notre force jaillira du néant. Notre fontaine de jouvence, c'est vous. Vos actes importent peu à nos yeux, pourvu qu'ils servent nos intérêts d'une manière ou d'une autre. Du terrorisme aux pires crimes, vous avez droit à toutes les horreurs qui vous traverseront l'esprit. Attaquez, manipulez, faites chanter, ou que sais-je encore. Amusez vous donc, je sais que vous en êtes capables. Je pense et espère que votre imagination sera sans limites. Merci de m'avoir écouté. J'attends vos réactions. Si vous avez des questions ou des idées particulières, il n'est de temps plus approprié pour en parler que celui ci, alors profitez-en.
>>

J'esquissai une sourire espiègle, la curiosité rallumant la flamme de mon aura.
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Noirceur, de faibles sifflements. Left_bar_bleue460/550Noirceur, de faibles sifflements. Empty_bar_bleue  (460/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 7 Oct 2011 - 0:20
    On ne pouvait pas dire que je contrôlais ma vie ces derniers temps, un rêve étrange avec un serpent étrange et maintenant, je suis ici. Où ça ? C'était impossible à dire, je n'en savais rien, je m'étais retrouvée ici pas longtemps après avoir eu la bague que je portais en ce moment même. Un ou deux jours sans doute, pas plus, je n'ai pas souvenir d'avoir fais grand chose mais j'étais là et accompagnée qui plus est. Il y avait des personnes plus ou moins fréquentables, dont une que je connaissais déjà à vrai dire, Raido. Il avait été dans nos rangs autrefois avant de partir quand il a eu le titre de Maître, un tritre de prestige réservé à d'excellentes personnes capable de manier une keyblade. Je ne l'ai jamais vraiment connu, j'ai un avis plutôt neutre et je n'allais pas le blâmé alors que moins non plus je ne portais pas la moindre confiance dans le groupe lumineux. Il ne m'avait pas encore vu, il fallait dire que nous étions plusieurs avec des questions comme bagages, on avait tous l'esprit un peu pris en ce moment. Moi par exemple, je voyais des images de Belphégor et Mukuro, des images d'eux lorsque je me promène dans certains lieux. Des endroits dans lesquels je ne suis jamais allée avec eux et pourtant, je les vois comme des souvenirs. Cela ne m'arrivait que depuis que j'ai trouvé un nouvel espoir. Si tels étaient les pouvoir de ce serpent, alors il pourrait certainement m'apporter bien plus que des réminiscences floues.

    « Excusez-moi ! fixant l'ensemble de son auditoire, sa timidité exprimant ses paroles. Hum... Je m'appelle Black Tears et... J'ai remarqué que vous avez peut-être une pierre dans le même genre que la mienne. Vous... il peinait à s'exprimer correctement, il ne savait pas par quoi commencer, tout allait si vite. Vous avez peut-être rencontrer une espèce de serpent ou... Je ne sais pas, j'ignore de qui il s'agit vraiment mais ce n'est pas une vulgaire farce. Il nous a peut-être tous réunis ici, pas vrai ? »

    "Il ne nous as pas "peut être" réunis... Il l'a fait, c'est certains, ce n'est pas qu'une coïncidence... Je possède moi aussi une pierre, c'est cette créature... Yamata no Orochi, qui me l'a offerte. Je suppose que ce n'est pas entièrement gratuit, c'est surement pour cela que nous sommes tous ici. Ma pierre représente l'élément du vent, du moins, c'est ce que je ressens quand je la porte, cette brise qui calme mon esprit... Je m'appelle Raido."

    Bla bla bla, j'en passe tellement ils ne faisaient que parler. J'avais l'impression de voir des insectes appeurés, cherchant un moyen de se rassurer. Bien sûr, moins non plus je n'étais pas très fière et je ne contrôlais rien de plus qu'eux mais ça devenait assez rasoir. Heureusement, une jeune femme est venue pour clarifier les choses, elle ne m'inspirait rien du tout. Ni confiance, ni méfiance, c'était assez rare en réalité que je ne pense absolument rien d'une personne. Raido, lui c'était autre chose, je l'avais toujours senti perdu, comme s'il se cherchait encore. Mais celle-là, le néant total, rien à dire et à redire.

    On était tous différent, des chats, un amputé, un clown aussi. Bien sûr, je n'étais pas au courant que ce clown était le meurtrier de Mukuro, comme lui ne savait pas que j'étais son amie. Tous ou presque venait de montrer leur pierre, comme le disait le serpent, je n'étais pas seule à devoir le libérer. Pas seule mais seulement huit si ce que j'avais entendu se révélait être exact. C'était peu, très peu si un groupe venait à s'en prendre à nous. Moi, j'assurais mes arrières en étant dans la Lumière, ils n'imaginaient pas que je puisse assouvir mes désirs en répandant le chaos. Puis j'ai regardé ma bague, symbole de la terre. Je me demandais pourquoi celui-là et pas la lumière de laquelle j'ai été très proche. Je repensais à ce que je m'étais dis quand j'étais perdu dans mon esprit et à cette citation connue. « Souviens-toi que tu es né poussière et que tu redeviendras poussière ». Mukuro et peut-être Belphégor aussi étaient redevenus poussière et de ce fait sont retournés à la terre. Cette bague était le symbole de ce qui nous unissait, de cette amitié de fer qui a survécu à l'épreuve du temps. J'étais consciente de n'avoir pensé qu'à Mukuro lorsque le dragon est intervenu, mais j'envisageais de demander encore plus. Je pouvais aisément amener le chaos dans un groupe tout entier alors il pourrait très bien me ramener Belphégor par le même occasion. J'ai donc décidé de m'avancer, de ne pas rester derrière tout le monde et de m'intégrer au groupe avant de prendre la parole.

    « Yamata No Orochi, c'est son nom alors ? J'ai connu mieux »

    Là, j'ai vu le regard de Raido se poser sur moi, je ne savais pas à quoi il pouvait penser mais j'ai simplement souri, ce sourire qui montre à la fois ma confiance et aussi qu'il n'y a rien à craindre.

    « Bonjour, tout le monde, puisque certains se présentent, je vais le faire aussi même s'il y en a un qui me connait déjà. Je suis Konan et je ne vais pas aller par quatre chemin, j'appartiens à la Lumière. Enfin, c'est pas vraiment ça, je suis chez eux en attendant de trouver mieux. Puis quand j'ai entendu... Elle, qui nous disait quoi faire, je pense que ça sera facile. »

    Bien sûr, maintenir l'ordre était bien plus difficile que de créer le chaos. Il suffit d'une révolution pour que tout change, c'était maintenant à nous de le faire.

    « Facile parce que je peux attaquer de l'intérieur. Pour ceux qui doute encore de moi, voici ma pierre, enfin ma bague, c'est la terre. »

    Je faisais tout pour maintenir un climat de confiance. C'était une ambiance étrange, on était réunis plus ou moins pour la même chose mais on ne se connaissait pas.

    « J'ai exposé mon idée maintenant j'ai une question. Est-ce qu'on a un lieu de ralliement, une planque ou quelque chose qui pourrait nous aider à accomplir ce « devoir » de façon efficace ? Il ne faudrait pas non plus qu'on s'attaque par mégarde. »

    Je n'avais plus rien à ajouter, je pense qu'on pouvait déjà savoir qu'elle femme j'étais et ce dont j'étais capable. Ce que j'attendais en plus d'une réponse maintenant, c'était d'en savoir un peu plus sur les autres. Tout n'était qu'une simple question de temps.
Sorcière des Miracles

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Noirceur, de faibles sifflements. Left_bar_bleue216/550Noirceur, de faibles sifflements. Empty_bar_bleue  (216/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 8 Oct 2011 - 12:06
    Je me souviens aisément... De ses yeux écarquillés par l'effroi de la vérité... De la peur qui pleuvait tout autour de lui... De la souffrance cachée derrière ce regard si meurtrier... Oui, tout cela aurait été un jeu bien amusant, si ce serpent m'avait laissé le terminer. Cette convocation était vraiment tombée au pire moment. Alors, que je ressentais ce si délicieux sentiment de toute puissance... Tout disparu dans les ténèbres.

    Et c'est dans ce lieu, les paupières clauses que je dus écouter les discours des autres élues. Je m'étais attendu à entendre la voix stridente de Lambda, elle aurait parfaitement représenté le feu... Et j'aurai pu jouer en attisant ces flammes. Mais le bouffon qui avait parlé était quelqu'un d'hautement intéressant... Alors, il avait vaincu la mort. Je rouvris les yeux pour diriger mon regard vers lui... Oh, oui... Vaincre la mort, les ténèbres les plus froids, les plus étouffants, les plus dangereux... En plus d'un millénaire d'existence, je n'avais jamais vu quelqu'un qui disait être revenu à la vie. Et les autres... Deux chats. Yamata aimait vraiment récolter les personnes les plus étranges des mondes.

    Une jeune femme passa. Puis, la Lumière se fit. Et elle éblouit notre sombre ignorance. Alors, que Yamata continuait de parler, nous disant ce qu'il souhaitait que nous fassions... Comment nous devrions le faire... Je dirigeais mon regard vers la petite pierre d'un violet foncé que je tenais fermement en main, j'avais bien fait d'accepter de l'aider. Le futur ne promettait que de belles choses, toutefois...

    En tant qu'Éternelle, je ne devrais certainement pas aider à la renaissance d'un tel monstre, mais... La folie... Oui... Cette douce et macabre folie qui pourrait ressortir du chaos de sa seconde existence serait, juste... Magnifique... Je peux déjà voir les humains courir en tout sens, essayant d'éviter la faux de la Faucheuse. Mon regard d'améthyste contemplait chacune des personnes ici présentes, passant et repassant sur certain. Nous n'étions riens pour chaque personne ici présente. La confiance n'existait pas. Chacune des personnes ici présentes pourrait planter un couteau dans le dos de son voisin. Sans le moindre état d'âme. Sans la moindre tristesse.

    Puis, alors que je m'apprêtais à parler. Une jeune femme fut plus rapide. Et pendant qu'elle parlait, je la regardais, la fixais.


    « Bonjour, tout le monde, puisque certains se présentent, je vais le faire aussi même s'il y en a un qui me connait déjà. Je suis Konan et je ne vais pas aller par quatre chemin, j'appartiens à la Lumière. Enfin, c'est pas vraiment ça, je suis chez eux en attendant de trouver mieux. Puis quand j'ai entendu... Elle, qui nous disait quoi faire, je pense que ça sera facile. »

    La... Lumière ? Un membre de la Lumière qui pactisait avec un être qui n'aspirait qu'à plonger les mondes dans les ténèbres ? C'est surprenant... Je me demande... Pourquoi ? Comment ? Comment les membres de la Lumière, s'ils sont plusieurs, veulent briser l'équilibre qu'il chérisse tant... Pourquoi le désir-t-il ? Ne devrait-il pas détester les ténèbres ? Non... Ce n'est pas cela, ou plutôt, ne devrait-il pas haïr les créatures des ténèbres ? Au château, je n'avais rencontré qu'une personne de la Lumière. Et elle était si... Si différente de la femme qui se trouvait devant moi.

    « Facile parce que je peux attaquer de l'intérieur. Pour ceux qui doute encore de moi, voici ma pierre, enfin ma bague, c'est la terre. J'ai exposé mon idée maintenant j'ai une question. Est-ce qu'on a un lieu de ralliement, une planque ou quelque chose qui pourrait nous aider à accomplir ce « devoir » de façon efficace ? Il ne faudrait pas non plus qu'on s'attaque par mégarde. »

    Douter d'elle ? Non... L'impression qu'elle dégageait me rappelait mon moi passé. Quand j'étais ce qui se rapprochait d'une humaine... Quand j'avais perdu ce qui était le plus important pour moi. Et le goût amère de cette unique leçon... Aucun miracle ne peut ramener les morts à la vie... Et pourtant, mon regard se dirigea vers le bouffon, lui l'avait réussi...

    Oh, oui... Ce groupe promettait de magnifiques choses... Les ténèbres, la destruction, l'amusement, le chaos... Ce jeu qui commencerai bientôt, aller peut-être, le plus grand jeu que je n'ai jamais fait... Enfin. Il est temps. Je m'avançais légèrement, fixant un point invisible devant moi, laissant ma voix, si sombre et douce, exprimait... Le mensonge de ma personnalité...


    ''-Bonsoir... Je suis Bernkastel, une simple sorcière errante, ne cherchant qu'à vaincre son ennuie. Je suis celle qui représente les ténèbres... Je suis venue... J'ai accepté ce sombre spectacle, parce qu'il me semblait-être... Intéressant.''

    Une petite sphère de lumière apparu alors dans mes yeux, alors que le souvenir d'une personne me revenait en mémoire. Un sourire enfantin, innocent apparu sur mes lèvres...

    ''-Et que je souhaite quelques choses comme vous tous, nippah !''

    Nippah... Son expression... Elle ne voulait rien dire, mais ça lui permettait de se montrer plus innocente qu'elle l'était vraiment.

    Et mon sourire disparu. Mes yeux redevinrent un puits sans fond.

    ''-Je pense que c'est une bonne idée... J'ai quelque chose de prévu, dans ses eaux là. Une promesse qu'on m'a demandée d'accomplir à réaliser... Et... Je pense que Yamata, ne nous a pas amené ici, juste pour parler et nous montrer son goût pour le déguisement en jeune femme... Il a certainement prévu de nous dire quelque chose comme un endroit où nous pourrions discuter à l'abri des regards indiscrets, et des murs qui écoutent attentivement ce que nous disions... Ou... Aurais-je tord ?''
Le Traître

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
Noirceur, de faibles sifflements. Left_bar_bleue244/650Noirceur, de faibles sifflements. Empty_bar_bleue  (244/650)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 9 Oct 2011 - 23:51
    Aujourd’hui… J’ai vécu une journée particulièrement pénible… Et je peux vous assurer que ce n’était absolument pas le bon jour pour cela. Moi je voulais partir du Domaine Enchanté, évidemment sans payer, n’ayant pas vraiment l’ambition de ruiner mes économies pour la shin-Ra.

    Et si ça a été si horrible, c’est parce que dès le réveil, je ressentais une profonde fatigue. Et une fatigue que je n’ai jamais ressentie avant, ce n’était rien d’autre que néfaste, comme si on m’avait soumis à un sort de sommeil. J’ai eu tellement cette impression que j’ai directement décidé que je résisterais jusqu’à la fin à cette oppression. Et j’ai passé des heures entières, titubant, résistant… Me forçant à ouvrir les yeux, à cligner le moins possible des yeux.

    Et là… C’est dans le train qui me mènerait vers un monde… Quel idiot, je n’étais même pas sûr duquel. J’ai hésité quelques secondes entre deux trains, celui qui me mènerait à la Forêt de Sherwood et un autre qui se dirigeait vers le Colisée. J’étais comme sonné… J’ai pris l’un des deux… Et il y a… Dix secondes, j’étais dans le train, toutes les places étaient prises, je restais debout, accroché à une poignée sur un siège. Le sommeil était incommensurable.
    J’ai fermé les yeux, j’ai décidé de me permettre quelques secondes.

    Et maintenant… Je suis ailleurs… Je ne sais pas où. Mes yeux sont trompés, ce qu’il y a autour de nous n’existe pas. Mes oreilles n’entendent plus le grincement des railles suspendues dans l’espace. Et mon esprit a été manipulé jusque là, il n’y a plus de fatigue.

    Je balaie le panorama… Il n’y a rien, sauf un palier sur lequel je suis… Une sorte de vitrail profondément neutre de tout dessin. Et après, une montagne de brouillards.

    J’ai vu beaucoup de choses étranges dans ma vie… J’ai affronté des ennemis qui m’ont fait subir des choses peu communes. J’ai aussi vu des paysages absolument magnifiques. Mais rien de pareil, jamais un tel lieu.

    Et je suis où ? Avec qui ? Parce que je suis loin d’être seul, on est nombreux, la belle somme de huit et tous dans la même situation. Mon faciès est assez neutre, j’ai juste les sourcils froncés, sceptiques.


    « Excusez-moi ! Hum... Je m'appelle Black Tears et... J'ai remarqué que vous avez peut-être une pierre dans le même genre que la mienne. Vous... Vous avez peut-être rencontrer une espèce de serpent ou... Je ne sais pas, j'ignore de qui il s'agit vraiment mais ce n'est pas une vulgaire farce. Il nous a peut-être tous réunis ici, pas vrai ? »

    La question ne me laisse pas stoïque, mes yeux grands ouverts par la surprise. Eux aussi ! Lui en tout cas… Et quel genre de gars ? D’apparence, je n’ai rien contre lui, il a l’air très timide mais son air ténébreux le trahit. Des yeux rouges que je peux voir de là où je suis. Il est à trois places de moi dans l’octogone mais ne me regarde pas directement. Sur lui, je n’ai pas d’avis, des ténèbres j’en ai aussi mais tout laisse penser qu’il a quand même un cadavre dans son placard.

    Un autre homme-chat parle, s’avançant un peu. Bon sang… Celui-là est au moins autant meurtri par les ténèbres que ce Black Tears… Des yeux jaunes et pour ne rien arranger, des paroles froides, crues… Pas des paroles d’un gamin. Allez quoi ! Il avait seize ans et avait déjà paumé sa jeunesse dans le coin d’une ruelle… Je commence à en avoir marre de regarder des gamins qui se plantent.

    Lui… Il confirme, il dit que c’est bien pour ces pierres, ce qui nous unit, qu’on est là. Et il est le vent. Non en fait, j’avais pas fait le rapprochement avant ça… Un serpent était venu me parler mais sans parler d’autres serpents, d’autres éléments… Et lui il en a rencontré un autre. Lui c’est le vent et il s’appelle Raido, Black Tears, je n’en sais rien mais en vue de son air…

    Le troisième qui a pris la parole a confirmé mes doutes plus profonds. Kefka… Un clown complètement excentrique, à moitié fou et c’est le point de vue d’un mec comme moi qui vois le bon côté des choses. La mauvaise face de ce comique devait être bien sombre. En le voyant, j’ai pas pu m’empêcher de serrer le poing droit. Il me rappelait un homme.
    Il est allé plus loin et rien qu’avec des mots, a montré qu’il était cruel et violent… Entre lui et moi, ça n’allait pas aller. Mais ce qui me dérange pour l’instant et surtout… C’est que Kefka, Raido, Black Tears… Semblaient tous plongés dans les ténèbres les plus terribles. Et ça, je le voyais avec un œil gauche qui côtoyait les ténèbres depuis une belle dizaine d’années.


    « Ce groupe qu'on forme... Ne promet-il pas de bien belle chose ? Huohohohoho ! On va bien se marrer ! »

    Bon sang… Je regarde par-dessus mon épaule, derrière moi… C’est sur une tour qu’on se trouve et un vide immense. Aucun moyen de m’échapper.

    « Silence, je vous prie. La politesse est un devoir. Vous me devez votre présence ici. Peut-être pas directement, mais mes homologues élémentaires sont liés à moi... Comme vous l'avez certainement compris, je suis Orochi. Sa lumière, même. Je vous parle à travers le corps de cette demoiselle. J'ai arbitrairement décidé qu'elle sera notre avatar quand il s'agira d'une déclaration officielle. »

    Je redresse ma tête et regarde la personne qui a parlé… Comment est-ce possible ? Quand était-elle arrivée ? Une belle femme habillée très chic que j’aurais vue sans doutes si elle avait été là avant.
    J’ai réfléchi, j’ai mesuré toutes ses paroles. Elle, Orochi, sa lumière.

    Cette femme a répondu à beaucoup de mes questions. Tous ces gens avaient été choisis par une tête… Par un élément, donc. Et on a tous des buts différents… Ce qui nous a été offert diffère pour chacun de nous. Ca je veux bien croire…
    Elle aborde alors la question principale… Comment aider cet Orochi à arriver à son but ? Comment le délivrer ?

    Et elle a répondu… Elle a répondu d’une manière on ne peut plus claire… Ses mots resteront gravés en moi jusqu’à la fin de mon existence, je peux déjà vous le dire. Je l’ai regardée fixement, cette femme qui s’adresse à sept autres personnes que je m’attends presque à voir acquiescer et applaudir. Je ne l’ai lâchée des yeux que quand une femme, très belle à son tour et plus mure. Je regarde ses cheveux… Ils sont magnifiques, pour sûr, un bleu épatant. Elle s’est avancée et s’est présentée comme étant Konan, membre de la lumière… Comme Natalia mais je vois mal cette dernière à ce genre de réunions, c’est cette Konan qui me paraît la moins ténébreuse, de toute cette assemblée. Pourtant ce qu’elle dit est au moins aussi cru que les paroles de Kefka.

    Une dernière a pris la parole, elle aussi beaucoup trop jeune pour être ici… Et son côté poupée trahit son appartenance, je ne peux pas savoir dans quel camp elle est. Bernkastel. Et ce n’est pas mieux.

    Elle a posé une question à l’assemblée, a lancé un sujet de conversation… Comme c’est charmant. A part moi, une personne n’a pas parlé, je la regarde quelques secondes avant de poser une nouvelle fois mes yeux bruns sur Orochi.

    Donc je sais que Kefka est le feu, de ce qu’il a dit. Raido pour le vent, Konan pour la terre et Bernkastel pour… Les ténèbres ?
    Et Orochi a parlé de la lumière. Black Tears lui n’a pas fait mention de son élément…

    Je suis presque certain que vous vous souvenez de mon sourire… Essayez de ne pas l’oublier, le temps que je soulage mon cœur. Je leur parle à tous d’une voix forte, autoritaire, qui sait ce qu’elle veut… Et sur l’instant, je parle surtout à cette Bernkastel.


    « Intéressant ? »

    … Je les regarde tour à tour, hormis Black Tears et l’autre personne qui ne m’ont pas semblé mauvais.

    « J’espère que c’est une plaisanterie… Tu trouves que la destruction et le chaos… C’est intéressant ? »

    Je croise le regard complètement psychopathe de Kefka… Les yeux étranges de Black Tears. La lueur corrompue de Raido… Le mystère de Bernkastel et la détermination de Konan.

    « Vous avez tous l’air de bien vous entendre… Moi aussi, je suis content d’être avec vous. »

    Je mets ma main sur mon sabre et le dégaine lentement de son fourreau…

    « Je vais pouvoir régler ça. »

    Non, je ne vais pas tous les combattre… Je sens une boule dans mon estomac mais j’en fais abstraction, me sentir seul contre eux tous, comme si je me suis trompé de trottoir, comme si l’erreur venait de moi…
    Mais j’ai une responsabilité à assumer contre tous ces jeunes idiots… Je fléchis ma jambe gauche et me rue… Non je ne vais pas tous les combattre… Je me dirige vers Konan et Bernkastel, au centre du groupe… A quelques mètres, je saute par-dessus ces deux-là, retombe sur mes jambes et court directement en direction de cette Orochi, un coup d’estoc au niveau de la gorge ! Qui qu’elle soit, pas le temps d’esquiver !



    Quel idiot… C’est pourtant pas elle qui m’a bloqué, c’est pas non plus un autre des gars présents ici. C’est moi-même et ce lieu. Quelque chose m’a empêché de ne serait-ce que la toucher. La pointe de mon grand sabre n’était qu’à un centimètre de la gorge de mon ennemie…

    Je suis resté dans ma position, mon sabre encore brandi. Ici, c’est un lieu spirituel… Pas de sang à couler.

    Et Orochi me regarde… Je suis énervé, mes cheveux tombent sur mes yeux mais je laisse un sourire orner mon visage, un sourire à la fois agacé mais menaçant.


    « Non c’est ni intéressant… Ni amusant…»

    Je me suis redressé… Et sans la lâcher des yeux, j’ai remis mon sabre dans mon fourreau… Me suis retourné et ai rejoint ma place en regardant toutes ces personnes que je croisais… Voila le plan, les regarder tous avec un regard mauvais… Jusqu’à la fin.

Larmes Noires

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
Noirceur, de faibles sifflements. Left_bar_bleue182/666Noirceur, de faibles sifflements. Empty_bar_bleue  (182/666)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 16 Oct 2011 - 13:12
« Je vois... »

Ramenant sa patte acérée au niveau de ses lèvres, il réfléchissait. C'était bien ça. Une large étendard tenu par huit personnes, chacun ayant en sa possession l'élément de la tête bestiale de ce démoniaque serpent. L'immonde reptile, il profitait des faiblesses et du désespoir d'autrui pour se trouver quelques pantins plus ou moins obéissants. Murmurants les folies de l'âme pour charmer les esprits. Et les voici donc, ces êtres meurtris, tout comme le félidé. Tout le monde ou presque avait l'air de s'être présenté. Les regards se croisaient, des foudres s'échangeaient et l'inquiétude naquit dans les rangs. Cela ressemble à un conte de fées, dont tout ces personnages ici présents étaient les antagonistes, les éléments perturbateurs. Un conte de fées.

Une légende de son monde d'origine racontait, que dans un paisible village, une bête terrifiante terrorisait ses habitants. Ce monstre avait pour nom Yamata No Orochi. Une pure coïncidence ? Le doute n'était pas permis. C'était bien le même tyran infernal qui les avait convoqués. Ce n'était pas qu'une histoire pour endormir les bambins ou se la jouer bourgade pleine de mystères et d'odyssées héroïques. Bel et bien, une abomination bannie dans les ténèbres qu'il avait rencontré, qu'ils avaient tous rencontrés. Chaque tête avait un élément et une personnalité propre une fois séparées. Huit élus pour huit têtes. Tous aussi flamboyants que le spectre qu'ils représentaient. Ils étaient en proie des ténèbres en ces hauts lieux embrumés. Assaillis par la raison de leur existence, remise en cause par des sifflements mielleux. On pourrait presque voir les chaînes qui liaient toutes ces personnes, s'entremêlant, résonnant, se frottant l'une conter l'autre dans un horrible grincement., les chaînes de l'oppression. Le mystère planant comme le brouillard.

Les flammes incandescentes de la destruction. Les eaux déchaînées vengeresses. La terre vindicative qui forme les montagnes. La lumière révélatrice des mensonges. Le vent salvateur de la rédemption. Les ténèbres dénuées d'espoir. Le tonnerre grondant mille fois. Et Ikaru, le poison que nul ne peut guérir. Du moins, c'était l'attribut qu'on lui avait gracieusement offert en échange de sa dévotion.

Espérons déjà qu'un membre de cette nouvelle faction ne vienne les trahir ou même que le malfaisant détracteur ne tienne pas ses promesses. Si on ne rendait pas au Compagnon ce qu'il avait perdu, il risquerait de sombrer dans une folie sans fin emmenant avec lui dans cette furieuse colère, peut-être l'univers entier. Il ne faut jamais sous-estimer la puissance des sentiments et, encore moins celui de l'amour perdu au confins du triste tourment. La demoiselle apparue en tenue très élégante avait clarifiée plusieurs points. Peut-être devait-il mettre au courant ses futurs acolytes de ce qu'était vraiment la bête, de ses origines sournoises. Ou peut-être pas... Son cœur n'était peut-être pas complet, néanmoins il restait sincère et loyal, tant qu'on avait quelque chose à lui offrir. Aussi, il préféra leur expliquer tout ce qu'il savait.

« Attendez un peu. dit le chat tout aussi surpris par cette étrange similitude. Il y a une histoire de mon monde qui raconte l'histoire ce Yamata No Orochi. Il terrorisait les habitants sans vergogne, exigeant chaque année, qu'une jeune femme vierge lui soit apportée en sacrifice. Sinon, le village serait détruit avec tous ses habitants. Même si ils tentaient de s'enfuir, ils mourraient dans les griffes de ce serpent. Un guerrier a réglé le problème en l'enfermant dans le Royaume des Ténèbres. Je ne sais pas comment il a fait pour venir à nous, mais ce qui est sûre, c'est qu'il est très puissant pour avoir accompli un tel exploit. regardant Kefka à ces mots, il l'ignorait aussitôt, ayant du mal à accepter qu'un tel clown ai défié la mort. Bref, on sait maintenant à qui on a affaire et malgré son apparence, cette femme n'est rien d'autre qu'un monstre ! envoyant d'un simple échange tout son venin haineux. Tenter d'échapper à cette fatalité ne serait que pure folie, encore pire que celle de Kefka. Se sacrifier inutilement avec l'énergie du désespoir. Nous ne sommes pas de taille face à quelque chose de la sorte, alors pourquoi pas... S'allier à elle.son comportement changea radicalement, passant de l'adolescent naïf pleins de convictions à un être se croyant supérieur et amusé par la situation dans laquelle ils se retrouvaient tous. Je ne suis pas d'accord avec certains points mais je n'en pense pas moins. Elle nous a promis un jolie cadeau à chacun d'entre nous je présume, sinon, nous ne serions pas là. Alors faisons ça. Même si certains d'entre nous ont du mal à accepter un contrat de ce genre, autant y prendre un peu de plaisir. observant celui qui avait tenté d'attaquer la jouvencelle, son regard mauvais faisant transparaître sa détermination. Tant qu'il n'est question que de détruire, toutes les ambitions s'allient aisément. Et comme l'a gentiment proposé ce cher reptile ainsi que Konan, nous devons propager le désordre et gangréner les différents partis. Le chaos doit résonner dans chaque monde, le conflit doit éclater au sein même de chaque faction. À nous de trouver la procédure, nya. Jouons donc les pires hypocrites et plantons avec joie une dague dans le dos de ces êtres bercés d'illusions. Ma tête me l'a tant répétée. Empoisonner. »

Son corps tremblait, d'excitation, d'euphorie. Il aurait bien voulue s'esclaffer furieusement, cependant, ce n'est pas poli devant tant d'invités. On ne pouvait pas dire que les bonnes manières avaient été enseignées à tout le monde. Entre un arlequin se curant le nez d'un doigt adorable à la barbe de ses confrères et consœurs ou que le premier bandit venu brandisse un vulgaire morceau de métal pointue devant ce qui est une divinité. Si cet homme avait réussi à la blesser, sa réaction aurait été automatique et brutale. Le virus ronge le compagnon aurait vite réagit à sa colère, à sa seule option de sauver sa dulcinée. Protéger cette option était primordiale, contraire à toute lois morales mais pleins de sentiments. Peut-être aurait-il été la même chose pour ses collègues, qui auraient répondues à ces actes violents digne de haute trahison. Ou à l'inverse, se ranger du côté de ce pirate. On ne savait pas de quoi tout le monde était capable, si imprévisible. Ils pourraient très bien se retourner les uns contre les autres du jour au lendemain.

Une chose est sûre : Black Tears devait rester sur ses gardes perpétuellement. Toutefois, lui non plus n'était pas sûre de rester fidèle jusqu'au bout, non seulement à cause de son âme corrompue par un mal sans nom, mais aussi à cause de ses propres ambitions. Si le serpent ne lui apporte pas ce qu'il désir, il pourrait le renier ou pire, le tuer lui et tout ses contractants. Les émotions du félin sont extrêmement fragiles, la moindre remarque de travers et il pourrait attaquer toutes griffes dehors un de ses camarade. N'est-il pas merveilleux d'être esclave de telles sensations ? Le dragon ne lui fait pas peur, bien au contraire. Le Compagnon n'a ni peur de la mort et encore moins des Ténèbres. N'avoir confiance en personne et se méfier de tous, voilà qui promettait des discussions flamboyantes. Évidemment, il n'y a qu'un cœur cassé pour résonner de la sorte, céder aussi facilement aux premières sensations qui attrapent cette lumière, la serrant, l'étouffant, ne filtrant que des bribes primaires.

Le palier était dans une situation identique, quelque chose ou bien quelqu'un l'empêchait d'exister pleinement, suffoquant en silence en apparence, on entravait son lamento tourmenté. C'était donc la paix qui resserrait son emprise petit à petit autour de lui ? La félicité a toujours été le pire venin de l'humanité. Car les hommes cherchent toujours les ténèbres quoiqu'il arrive. Que ce soit avec leurs ambitions, leurs actes ou bien leurs paroles, ces provocations engendrent les conflits et la noirceur dans le cœur des gens, éternellement. Tous ces monstres dehors ne sont que le reflet de leur existence, l'autre côté du miroir de l'individu. Tant de mauvaises choses, délicieux. Le sombre éphèbe ne pouvait qu'imaginer la négativité que dégageait ses confrères. Une drogue dont il se nourrissait, une drogue vitale. Les envies se bousculent par milliers et dégénèrent.

Non. Il ne fallait pas céder à cette chose immonde. Si, elle reprenait le dessus, il ne donnait pas cher de son âme saignante de part et d'autre, de son esprit lacéré par la lame de la folie. Il ne vaudrait pas mieux qu'un dégénéré échappé de l'asile. Il devait le faire, pour elle. Il devait s'allier au serpent sournois qui l'emmenait chaque jour un peu plus dans le royaume de l'obscurité. Il devait coopérer avec ces gens aussi insidieux soient-ils. Néanmoins, ils étaient des frères et des sœurs quelque part, partageant le même sang impur et envenimé par le malin. Une nouvelle force venait de naître ou plutôt de renaître, tendant l'hallebarde vengeresse vers la lumière étincelante et exécrable de l'équilibre des mondes.

« Nyah ! J'ai faillit oublier ! tapotant son menton du bout d'une de ses griffes. Lui, il m'a parlé d'un endroit bizarre ou je devais rejoindre tout le monde. Je ne pense pas qu'il parlait d'ici, d'un autre lieu. Il a parlé de terres stériles, de gouffres, de rives, de choses qui se terminent là-bas et qui meurent. Je ne connaît pas trop les autres mondes. Vous ne connaissez pas un qui ressemble à cette description ? fixant tour à tour les différents personnages avec sa façade neutre, quémant une réponse, ou un câlin. Et euh... Je pensais aussi à un truc. Je ne suis pas le chef et je n'en veux pas. Mais, je propose de nous donner un nom qui restera graver dans les mémoires de ces fumiers aveuglés par leur stupide paix. Cette assemblée intrigante qui se cache dans ténèbres pour mordre ses victimes. il savait que sa remarque était un peu gamine, ça restait important, voir capitale au fond, les détails tiennent les faits. Que pensez-vous de la Congrégation de l'Ombre ? »


Dernière édition par Black Tears le Jeu 20 Oct 2011 - 23:46, édité 1 fois
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Noirceur, de faibles sifflements. Left_bar_bleue544/550Noirceur, de faibles sifflements. Empty_bar_bleue  (544/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 16 Oct 2011 - 15:39
Tout devenait lentement plus clair en ce lieu si sombre, ou bien, plus confus encore... Au fur et à mesure que les gens se présentaient, des questions venaient occupées mes pensées, je ne savais plus vraiment quoi dire, ou quoi faire. Nous nous tenions tous debouts, la personne qui m'inspirait le plus confiance dans cet assemblé était certainement ce Black Tears, peut être simplement parce qu'il avait les même gênes que moi? Même Konan, la seule personne dans cet endroit que je connaissais un tant soit peu, ne m'inspirait pas tellement confiance, simplement parce qu'elle proposait de jouer un double-jeu, et que ce genre de personne peut vite retourner sa veste en cas de problème... Enfin, je n'avais vraiment pas envie de me prendre la tête maintenant en me demandant qui mentait ou non, qui manipulait, j'en passe et des meilleurs... La présence de cette femme de la lumière ne me rassurait pas totalement, moi qui ne voulait plus rien à voir avec eux... Néanmoins, si elle jouait double-jeu, elle pourrait peut être m'aider à me tirer de la situation peu avantageuse dans laquelle je m'étais enfoncé avant d'être convoqué en ce lieu. L'atmosphère qui règnait ici devenait de plus en plus pesante, et mon sang ne fit qu'un tour quand j'entendis le bruit du sabre du pirate tandis qu'il le dégainait, je m'étais forcé à ne pas réagir dans la seconde car se battre ici n'avancerait pas à grand chose... Il avait tenté d'attaquer la personne, ou la chose, qui nous avait tous rassemblé ici? Même moi je savais que c'était une mauvaise idée... Pourquoi attaqué cette femme, alors qu'il savait surement que c'était Orochi qui parlait, comment pouvait-il seulement penser que son arme aurait une quelconque effet sur cette créature? Peut être que ce type n'était pas aussi sombre que la plupart des gens ici réunis. Moi même, j'acceptais assez facilement d'obéir à ce serpent en répendant la destruction autours de moi, car j'avais la force nécessaire pour le faire... Personne ici ne semblait faible de toute façon, Orochi savait choisir ses pantins visiblement. Si être manipulé par cette "divinité" ou plutôt, monstruosité, me permettait à la fois de devenir plus fort, et de me trouver un but, je ne pouvais pas vraiment refuser. J'en venais tout de même à me demander si, en acceptant de me mêler à ces gens, je ne prenais pas le même objectif que de simples sans-coeurs qui détruisent tout sur leurs passages... Rien que cette idée me remplissait de dégoût! De toute façon, même si les sans-coeurs venaient à s'allier à moi pour une raison que je ne peux imaginer, je m'empresserais de tous les détruire, sans me poser de question car je ne pouvais pas accepter de m'associer à ces créatures... Je redécouvrais alors cette haine des sans-coeurs que je possédais quand j'étais encore à la Cité du Crépuscule, une haine sans limite...

J'étais soulagé de voir que le pirate avait regagné sa place, je ne saisissais pas la raison qui l'avait poussé à faire ça, mais ça ne me regardait pas en fin de compte... Une autre femme s'était présenté, Bernkastel... J'ai toujours eu moins de mal à accorder ma confiance à une femme, pour celle-ci, je me disais simplement que si je ne la cherchais pas, elle me le renderait bien. Konan avait lancé le sujet, Bernkastel le reprenait en supposant qu'Orochi allait nous annoncer l'endroit où nous pourrions nous retrouvés tous, une sorte de quartier général en fait. Il y avait aussi un être étrange ici, qui m'inspirait une profonde antipathie rien qu'en le regardant... Il se nommait Kefka, un clown?! Lui représentait le feu, je me disais que son esprit était certainement aussi ravagé qu'un bâtiment après un incendie de plusieurs heures... Ce type devait sérieusement nous être d'une quelconque utilité? Certes, il avait visiblement réssucité, enfin, d'après ces dire, moi je n'ai jamais été vérifié... Mais quand même, je ne voyais pas comment il pourrait répendre la destruction, la folie peut être avec des blagues aussi grotesques que son maquillage... Ce n'est qu'en me concentrant un peu plus sur lui que je vis une énergie magique aussi sombre que puissante, finalement celui là non plus il valait mieux ne pas le chercher... Il me semblait que le pirate était le seul à ne pas nous avoir dit son nom, hormis la femme dont Orochi s'était servi... Black Tears avait repris la parole peu après, il parla pendant quelques temps avant de faire une description assez vague d'un endroit où nous devions nous rejoindre, l'endroit qu'Orochi nous confiait... Plus je l'écoutais parlé, et plus cela paraissait clair dans ma tête, j'avais déjà visité assez brièvement un monde qui ressemblait à ça... L'endroit où les mondes finissent, une fois qu'ils ont été détruit par les sans-coeurs et ont sombrés dans les ténèbres...


"... La fin des mondes. J'en suis presque sur, c'est dans cet endroit qu'il veut que nous nous rendions... Le nom de notre organisation m'importe peu, mais je me dois de vous mettre en garde tout de même..."

Je m'avançais un peu, après tout, si chacun avait quelque chose à apporter à notre groupe, il était peut être temps que j'énonce ce que moi je pouvais offrir à Yamata...

"Je suis allé une seule fois dans ce monde, mais à l'époque ma force ne me permettait pas de vaincre tout les sans-coeurs qui y résident, ce monde en est littéralement infesté... Et ce ne sont pas de simples ombres, croyez-moi. Je ne doute pas que chacun de nous possède une force certaine, sinon pourquoi nous choisir pour répendre la destruction? J'ai fais partie de la lumière à une époque, mais c'est du passé maintenant, mais la multitude de missions que j'ai rempli sous la bannière des lumineux m'a permis de visiter de nombreux mondes, j'en suis même venu à trouver la serrure de l'un d'entre eux..."

Ma Keyblade apparut dans ma main gauche, je la serrais avec force tout en repensant à la serrure que j'avais vérouiller au Pays Imaginaire, c'était une des premières missions où j'avais un membre de la lumière sous mes ordres, elle ne s'était pas très bien passé si je me souviens bien...

"La Keyblade m'a choisi, et j'ai été nommé Maître peu avant que je déserte la lumière... Je ne veux pas de cet équilibre que j'étais sensé apporter à travers les mondes, ce n'est rien d'autre qu'une illusion pour moi, c'est pourquoi je me servirais de ma clé pour permettre aux ténèbres de gangréner les mondes encore en paix... Peut être que notre cher Yamata trouvera une certaine utilité à travers ma Keyblade, mais j'y impose une légère condition... Rien de bien exigeant, ne vous en faites pas. Je refuse de m'allier à des sans-coeurs, au cas où l'un d'entre vous ait un certain contrôle sur ces créatures, je préfère encore ravagé moi même mon monde d'origine plutôt que de le laisser à des créatures aussi idiotes et répugnantes..."

Je me tournais ensuite vers Konan, il fallait que je la prévienne de ce qui m'arrivait en ce moment car elle était certainement la seule de cette assemblée qui pourrait y faire quelque chose...

"Konan, nous ne nous connaissons pas vraiment mais je risque d'avoir besoin de toi sous peu... Deux porteurs de la lumière sont venus à moi, et ont tentés de me ramener au Château par la force, mon esprit est actuellement trop embrouillé pour que je puisse te dire si oui ou non ils ont gagnés, mais les affrontés m'a totalement épuisé... Puisque la lumière porte en toi une certaine confiance, je compte sur toi pour me tirer d'affaire si jamais je finissais par retourner involontairement au Château..."
La lame tueuse de dieux

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
Noirceur, de faibles sifflements. Left_bar_bleue500/500Noirceur, de faibles sifflements. Empty_bar_bleue  (500/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 16 Oct 2011 - 18:36

Le déguisement implosa brusquement et je retrouvai ma place dans un bruit de miroir brisé. Il en était assez de cet immonde serpent. J'en avais trop entendu. Visiblement, tout le monde savait désormais quoi faire, ou se rendre. Un serpent cruel et mauvais, la fin des mondes, la vile utilisation du mensonge.

Je tapai dans mes mains, l'air profondément contrarié, les yeux affichant une indescriptible expression qui traduisait bien mon état d'esprit. Cette chose s'était payé le luxe de me posséder, autant que je montre tout de suite que ma personnalité n'avait rien à voir avec la sienne. Sait-on jamais, voyez vous. Je refuse d'être un pantin sans âme comme je l'ai été.

Je me tournai avec toute la grâce dont je savais faire preuve faire l'homme qui avait il y a quelques instants fait une sorte de tentative d'intimidation envers Orochi, lui assénant au passage un regard mystique. Pour qui se prenait-il donc, celui là? Nous n'étions pas ici pour nous donner en spectacle. Et encore moins pour s'entretuer. Quelle mauvaise image il pouvait donner aux autres.

Je m'adressai donc à lui d'une voix qui se voulait la plus calme, claire, concise, et droite que possible.


<< - C'est bien. Vous avez tout de suite compris qu'il fallait tourner se taire après avoir fait le pitre. Vous ne seriez pas ici si vous n'aviez pas cédé aux avances du serpent. Assumez, au moins.. >>

Je secouai brièvement la tête, faisant voleter ma chevelure blonde, tandis que le silence s'installait dans l'assemblée. Agréable sensation que de savoir que l'on nous écoute.

<< - Voyez, nous sommes tous en état de péché mortel. Aucun d'entre nous ne sera sauvé. Aucun. Nous sommes tous au fond du trou, sachez le. Les huit têtes que nous sommes n'ont pas été tranchées pour rien. >>

J'avançai d'un pas vers cet étrange personnage. Un deuxième. Un troisième, et j'étais parfaitement devant lui, le toisant, le narguant, me dressant de toute ma hauteur.

<< - On reconnaît les idiots au fait qu'ils osent tout. Allez vous tenter de vous soustraire au jugement dernier, comme vous tentez ici de fuir? De tous les crimes, le mensonge est le pire. Si je venais à apprendre quoi que ce soit qui me déplaise à votre sujet, sachez que je m'occuperai personnellement de votre cas. Et ma sentence sera irrévocable. >>

Il était solide, fort. Peut être plus que moi. Certainement. Mais me taire ne m'apporterait rien de plus que la honte.

Une aveuglante lumière m'entoura, cherchant à m'enlacer, à me protéger. Je tournai les talons, me dirigeant vers un second problème.


<< - Chartreux, la Fin des Mondes, vous dites? C'est un lieu bien vide, à l'écart du monde vivant. Voulez-vous nous éliminer discrètement? >>

Méfiante, oui, paranoïaque, peut être. Peu me chaut. Il est le mal. Autant se prémunir tout de suite de ses éventuels méfaits. C'est la logique qui le veut.

<< - Ceci dit, c'est une idée, en effet. D'après les informations que nous avons, c'est un endroit sûr pour nous. Vous avez notre confiance, ne la gâchez pas. >>

En y réfléchissant, il y avait peut être des chances que l'on puisse s'y établir. Il y avait un risque de traquenard, mais s'il ne nous était encore rien arrivé une fois là-bas, nous y serions en parfaite tranquillité pour y élaborer nos plans.

Il disparut, sous mes yeux, comme ça. Il fut rapidement suivi de l'impérial du grotesque et du chat noir. Leur rôle ici devait être terminé. Tant mieux, je n'appréciaix pas particulièrement le bouffon ridicule qui s'était distingué par son humour de mauvais goût et par ses habitutes vestimentaires désagréables à la vue, et, somme toute, parfaitement ridicules.

Je m'élevai au dessus du sol, de quelques centimètres seulement. Suffisamment pour qu'on remarque mon envol.


<< - Je compte sur vous. Nous sommes la Justice. L'épée de Damoclès qui rôde autour des criminels. Le Ciel nous observe, bienveillant. Non. NOUS sommes le Ciel. Nous sommes le verbe! >>

J'écartai les bras, les tournai vers les cieux, grisée, les yeux exorbités, un large sourire insolent sur mon visage. Je venais de faire comprendre au serpent qu'il n'allait pas jouer à la poupée avec nous, et encore moins avec moi.

Qu'il sache que nous sommes ses alliés, pas ses pantins! Peu m'importent l'or et les diamants, le luxe et la débauche! La Lame Juste triomphera! Et si l'immonde se dresse devant elle, qu'il sache qu'il n'est qu'un simple mortel! Qu'il tremble, qu'il hurle, qu'il craque, qu'il siffle, qu'il glapisse, qu'il meure!


Dernière édition par µ-12 le Dim 16 Oct 2011 - 23:18, édité 1 fois
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Noirceur, de faibles sifflements. Left_bar_bleue460/550Noirceur, de faibles sifflements. Empty_bar_bleue  (460/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 16 Oct 2011 - 19:26
    J'avais certains points communs avec des personnes présentes ici mais si je devais m'identifier à l'un d'eux, ce serait le pirate. L'attaque tentée par cet homme... Il y a quelques jours à peine, j'aurais régi de la même façon. Je n'aurais pas approuvé la formation d'un tel groupe, mais Orochi avait su être convaincant, il restait à réfléchir. Pour dire vrai, je n'étais pas certaine d'agir au nom de ce serpent, mettre ma vie entre les mains d'une entité si malsaine, je perçois ça comme de la folie. Je n'avais aucune certitude sur sa bonne foi et vu son but, il n'hésiterait pas à nous jeter une fois le travail accompli. Non, si je suis venue ici, si j'ai été choisie, ce n'est pas seulement parce que j'étais désespérée. La raison était que je devais retrouver l'espoir, que je devais me réaffirmer et j'ai fini par comprendre. Peu importe d'où vienne cet espoir, j'étais la seule à choisir mon avenir. Je ne sais pas ce qu'à perdu ce pirate ou ce qu'il attend de Yamata mais il ne semble pas plus enclin à se laisser manipuler que moi. J'avais d'ores et déjà une idée assez précise de ce que j'allais faire. Mais Raido, cet homme qui a trahi la lumière, je n'ai aucune haine contre lui mais je n'approuve pas son choix. J'étais sur le point de faire la même erreur, lui aussi m'a ouvert les yeux, il était devenu prétentieux, suffisant. Bien que j'ai accepté l'offre de Yamata, il ne faut pas que j'oublie qui j'étais et si je vis pour Mukuro et Bel, je ne peux pas me rabaisser à ça.

    "Konan, nous ne nous connaissons pas vraiment mais je risque d'avoir besoin de toi sous peu... Deux porteurs de la lumière sont venus à moi, et ont tentés de me ramener au Château par la force, mon esprit est actuellement trop embrouillé pour que je puisse te dire si oui ou non ils ont gagnés, mais les affrontés m'a totalement épuisé... Puisque la lumière porte en toi une certaine confiance, je compte sur toi pour me tirer d'affaire si jamais je finissais par retourner involontairement au Château..."

    Raido, il s'imaginait déjà tout savoir de moi, il n'avait pas encore compris que j'étais aveuglée et que peu à peu, je retrouvais la vue. Mais c'était vrai, je pouvais bel et bien ouvrir sa cellule, mais pas pour les raisons qu'il s'imagine. J'ai toute ma vie œuvré pour la maintien de la paix et j'ai toujours combattu pour la Lumière. Je suis passée par une crise de paranoïa, tout mon monde s'était écroulé mais ce n'est pas aujourd'hui que j'allais passé du côté de l'illégalité. Ils comprendront tous l'erreur de faire confiance à des personnes qui n'ont rien derrière eux qui puisse justifier cette confiance. Ils se battent tous pour leur propre personne et ils s'imaginent qu'en retour ils auront ce qu'on leur à promis. Je ne pouvais faire confiance à personne ici, tout ce qui venait de se passer me le montrait.

    -Raido, si tu devais te retrouver au Château, je saurai te retrouver, ne t'inquiète pas.

    Je repensais à plusieurs personnes qui vivaient là-bas. Je ne connaissais pas grand monde sauf de réputation. C'était vers Tifa que mon esprit s'était focalisé, elle avait toujours été une bonne personne. J'avais l'intention de lui faire part de mes inquiétudes, même si je ne devais pas être très claire sur le sujet d'Orochi. J'avais aussi besoin de parler à une autre personne, je sais qu'elle risque de douter de moi, Mukuro ne s'était pas très bien entendu avec elle il me semble et comme je suis sa meilleure amie. Toujours est-il qu'elle était chef de la garde et que même si ce n'était pas à elle que revenait le choix des actions à menée, elle devait être prévenue. Ses faits ont toujours été exemplaires et c'est la personne la plus intègre que je connaisse. Une rencontre s'imposait de ce fait. Pour le moment, j'allais bel et bien jouer double-jeu, les choses peuvent encore évoluer mais j'avais toutes les cartes dans ma manche. Mais s'ils veulent le chaos, il pourrait très bien être s'abattre au sein même du ce « groupe ».

    << - Voyez, nous sommes tous en état de péché mortel. Aucun d'entre nous ne sera sauvé. Aucun. Nous sommes tous au fond du trou, sachez le. Les huit têtes que nous sommes n'ont pas été tranchée pour rien. >>

    Tous... Que savait-elle de nous ? Elle avance des faits sans en connaître l'ensemble. Cela révélait bien la stupidité une fois encore. Mais si elle disait qu'aucun de nous ne serait sauvé, ça renforçait l'idée que faire confiance à Yamata n'était que de la folie. Mais on moins je savais où allait être la base des opérations, j'avais d'entrée de jeu révélé être dans le groupe de la Lumière. Sans se poser de question, ils ont cru que ça allait leur être utile, mais ils ne voyaient vraisemblablement pas qu'ils s'enfonçaient déjà. Raido, l'autre chat dont je ne me rappelle même pas le nom, ce clown et aussi cette fille se faisant passer pour Orochi... même cette sorcière qui vient juste pour s'offrir du spectacle, ceux-là je n'hésiterai pas à faire en sorte qu'ils disparaissent. Comme je l'ai dis, le pirate semble différent, il doit seulement être perdu. Je n'ai encore aucune animosité envers lui.

    -La Fin des Mondes, il est vrai que personne n'ira venir nous chercher des ennuis mais il faudra bien essayer d'enrayer la menace des sans-coeurs. Bien que certains ici soit plus ténébreux que lumineux, le risque est le même. Votre coeur sera traqué, souvenez vous de ça.

    S'il le faut, j'irai éliminer ces créatures mais leurs ennuies ne s'arrêteront pas pour autant. J'allais juste attendre d'en savoir plus.


Dernière édition par Konan le Dim 16 Oct 2011 - 22:13, édité 1 fois
Sorcière des Miracles

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Noirceur, de faibles sifflements. Left_bar_bleue216/550Noirceur, de faibles sifflements. Empty_bar_bleue  (216/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 16 Oct 2011 - 21:55
    « Intéressant ? »

    Je tournais alors la tête pour voir qui venait de dire ça. Un manchot...

    « J'espère que c'est une plaisanterie... Tu trouves que la destruction et le chaos... C'est intéressant ? »


    Oh ? Un désaccord... Et bien... Yamata se serait-il trompé en choisissant ces membres ? Qu'un de ces pantins veulent, disent, pensent que son précieux petit but n'était qu'une chose stupide, méprisante. C'est... Étonnant... Et c'est Ainsi, l'amusement commence. Avec les futurs actions de ce pirate... Attaqué, dans un lieu où seul l'esprit est maître, dans un lieu de parole et non d'acte. Ridicule. Mais son culot est intéressant. Une personne qui n'hésitera pas à retourner sa veste contre Orochi, si... Si les actions du reptile deviennent trop sombres pour lui. Bien trop sombre, sadique... J'imagine déjà son regard sur le corps des enfants rongés par les ténèbres. Nos ténèbres... Ceux que nous aurions crée, par notre lien avec une telle monstruosité.

    Je vois déjà le voile de la souffrance dans son regard. La souffrance et le dégoût qui tordent ses traits... En fait, en venant ici. En disant haut et fort ce qu'il pense et en le montrant. Il est devenu la personne la plus amusante ici. Celle qui rapporterait le plus de plaisir malsain à voir son calme devenir colère et sa colère devenir haine. Pour finir dans le dégoût. Contrairement au clown psychopathe, aux deux chats, ainsi qu'à la femme possédé par Orochi.

    « Non c'est ni intéressant... Ni amusant...»

    Je fermai les yeux. Le silence. Le calme agréable, terminant le spectacle du manchot. Bien trop vite brisé par le premier à avoir parlé ici. Et ce changement... Comme s'il était deux. Un timide, doux, affectueux et recherchant l'affection de ses maîtres, un chaton... Et un autre... Plus dangereux, plus sombre. Il fut celui qui raconta la légende du serpent aux élues. La vérité, même...

    Il raconta aussi ce qu'il savait de notre QG. La fin des mondes... Un lieu idéal pour nous. Un lieu parfait où je ne mettrai que rarement les pieds... Après tout, la vraie promesse, le vrai jeu que m'a offert Yamata n'est pas l'amusement par la destruction...

    Je ne suis pas Shemhazai. Détruire m'est terriblement ennuyeux et dénué de sens si ce n'est pas pour voir un de mes jeux commencer, ou se finir... Détruire, ce serait l'ennui total. Le silence et le calme infini. Aucun mouvement. Rien. Le néant pur et simple.

    Quelque chose d’incompatible avec mes pouvoirs.


    << - Voyez, nous sommes tous en état de péché mortel. Aucun d'entre nous ne sera sauvé. Aucun. Nous sommes tous au fond du trou, sachez le. Les huit têtes que nous sommes n'ont pas été tranchée pour rien. >>

    J'ouvris mon regard à cette femme. Je ne pus m'empêcher de sourire à ses paroles... Sauvé ? Moi... Je suis une Déesse. Je suis celle qui juge, qui tue, qui aide les humains. Je suis celle qui a participé à dire ce qui était mal et bien. Je suis l'un de ces péchés mortels...

    Mais, cette femme qui disait cela, pouvait-elle simplement voir la vérité, ou n'était-elle pas perdu dans le mensonge... Et puis... Comment, elle, humaine, avait pu résister à un Démon... Lui tenir tête et réussir à s'en défaire. Cela... Cela n'était pas normale. N'importe quel humain normal aurait été dévoré par Yamata. Mais pas, elle... Elle, elle semblait être un mystère... En la regardant. Ses gestes. Ses paroles. Ce qu'elle disait... Le ciel ? La lumière ? Celle qui combat les ténèbres... Et pourtant, n'avait-elle pas accepté de servir Yamata ?

    Je ne la comprends pas... Je ne sais pas si elle pourrait-être utile, ou non. Le pirate, lui... Le pirate pourrait certainement être d'accord avec moi. Pas avec mon but. Mais avec ce que je veux faire pour l'atteindre. Ce que m'a promis ce serpent...


    -La Fin des Mondes, il est vrai que personne n'ira venir nous chercher des ennuis mais, il faudra bien essayer d'enrayer la menace des sans-coeurs. Bien que certains ici soit plus ténébreux que lumineux, le risque est le même. Votre coeur sera traqué, souvenez vous de ça.

    Je me tournais vers celle qui venait de parler. Konan, la femme de la lumière. La Fin des Mondes est l'endroit rêvé pour un tel groupe. Loin de toute vie, loin de toutes choses qui pourraient avertir le monde de la création de la Congrégation de l'Ombre. Bien que dans ses paroles on pouvait dire qu'elle semblait s'inquiéter pour nos coeurs, le tout était faux. Sa voix ne semblant teintée d'aucune marque d'attache montrée bien que c'était chacun pour soi. Je m'avançais un peu, me positionnant devant le pirate. En quelques secondes une faux apparue dans ma main. Une faux d'un noir éclatant.

    ''-Intéressant ? Amusant ? Sans-doute... Le mouvement est amusant. Le mouvement est ce qui peut rendre les choses intéressantes et ce qui empêche de les rendre lassantes. Un humain ne pourrait sans-doute pas comprendre, n'est-ce pas...''

    En un battement de cil, je me trouve devant la jeune femme qui s'était fait possédée.

    ''-Pour être la cible d'un péché mortel, il faut-être humain. Malheureusement... Ma longue vie... Ma longue existence d'Éternelle m'a appris que les Dieux ne souffraient aucunement de péché...''

    Et en un second mouvement, je me retrouvais devant le pirate encore une fois.


    ''-Yamata... Le chaos... La destruction... Cela ne m'intéresse nullement. Cela n'entre nullement en cause avec mon but. Le monde pourrait bien être détruit que cela ne me ferait ni chaud ni froid. Les humains ne sont pas uniques. Ils ont été crées, ils peuvent l'être encore et encore... Jouer avec eux, n'est pas intéressant. Mais jouer avec un Démon qui est au même rang que les Dieux, n'est-ce pas bien plus amusant et intéressant ?''

    Et mon corps disparu avant d'apparaître à la place que j'occupais avant. Je suis le Mensonge. Je suis le Miracle. On ne peut couper un miracle, on ne peut détruire chaque mensonge en ce bas monde. Je suis éternelle... Je suis celle qui manipulera toutes ces poupées... Mon regard se dirigea encore une fois vers le pirate. Mes yeux se fermèrent légèrement, mon sourire s'agrandit et je me mis à rire légèrement...

    ''-Huhuhu... Pour quelqu'un qui semble détester le chaos, pourquoi avoir rejoint ce groupe ? Le but que le reptile t'offre est-il plus important que la vie d'innocents petits êtres humains... Tes amis, ta famille, les personnes que tu ne connais pas, que tu ignores jusqu'à leurs propres existences ont-ils un prix d'échange égale à celui de ton pitoyable désir... As-tu réfléchis aux enfants que tu tueras ? Aux vies que tu prendras pour satisfaire un Démon ? Les sans-coeurs ne sont pas les seuls enfants des Ténèbres, huhuhu...''

    Et le petit ricanement disparu lentement, avant d'être remplacé par un rire énorme, emplie de joie.

    ''-Ahahahah ! N'oubliez pas. Nous ne sommes pas alliés. Nous ne sommes pas amis. Nous ne sommes pas ennemies... Vous avez décidé d'offrir à Yamata no Orochi ce qu'il voulait. De briser la vie d'innocent. N'oubliez pas... Pensez... Réfléchissez... Vos proches, vont-ils être d'accord avec vous ? Êtes vous près à tuer votre prochain, qu'il soit un enfant, un adulte, un vieillard, une femme violée et battue par son mari, juste pour vous et vos envies d'humains faibles et ridicules ? Un miracle ne s'offrira jamais à des êtes tels que vous, toutefois je ne suis que la Déesse du Mensonge... Mes paroles ne sont peut-être qu'illusions, huhuhu... Ahahahaha !''

    Et lentement, je disparaissais. Revoyant peu à peu le plafond de ma chambre au Palais des Rêves. Ce groupe allait-être terriblement amusant... Ce jeu promet de bien belle choses. Et quand je m'en serais lassés. Je partirais... Parce que, derrière le mensonge et l'hypocrisie de la Sorcière des Miracles, je suis aussi la Trahison même...
Contenu sponsorisé

XP :

messages
membres