Derniers sujets
» Breaking News : Attaque sur le Domaine Enchanté
par Roxanne Ritchi Aujourd'hui à 11:11

» Explicatif sur l'Académie
par Genesis Rhapsodos Aujourd'hui à 4:59

» L'Annonciation
par Cassandra Pentaghast Hier à 22:48

» Can't stay away
par Milla Maxwell Hier à 22:38

» Mon deuil
par Genesis Rhapsodos Hier à 5:27

» Une main tendue
par Cissneï Mer 16 Aoû 2017 - 23:20

» Game Over RPG
par Invité Mer 16 Aoû 2017 - 20:30

» Réglementations et demande de Partenariat
par Invité Mer 16 Aoû 2017 - 20:29

» Bouc émissaire
par Général Primus Mer 16 Aoû 2017 - 19:27

» L'enthousiasme éternel
par Agon Wiley Mer 16 Aoû 2017 - 15:04

» Fiche de personnage de Lotis Terrick
par Lotis Terrick Mar 15 Aoû 2017 - 21:14

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Mar 15 Aoû 2017 - 12:57

» La nature a horreur du vide
par Surkesh Mar 15 Aoû 2017 - 12:52

» Lotis Terrick
par Général Primus Mar 15 Aoû 2017 - 12:05

» Petit mog, grand mog
par Genesis Rhapsodos Mar 15 Aoû 2017 - 8:54


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Repartir sans souvenir aurait été triste
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Peintre des Rêves
Masculin
Nombre de messages : 416
Age : 25
Date d'inscription : 14/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
288/550  (288/550)
Mer 10 Aoû 2011 - 5:10
    • Parfois, pour se sentir bien, il faut savoir se détacher de ses responsabilités. Certes le peintre n'en avait que très peu au sein du Consulat. Mais fuir pour se laisser envahir par la beauté des choses était bien mieux. Il pouvait ainsi prendre tout le temps qu'il voulait, ne pas partir en mission veut dire ne pas avoir à rendre des comptes, la liberté est un pouvoir, celui de l'envie. Ce sont les seuls moment où nous ne sommes pas enchaînés à la volonté des autres et une peinture ne nait pas de la nécessité, mais de l'envie, de l'inspiration à l'état pur. C'est une discipline certes difficile, mais elle offre une infinité de possibilités. Les seules limites de la peinture sont celles de notre imagination. Ukiyo lui, pourrait peindre pendant des mois entiers sans jamais s'en lasser, c'est très certainement l'un des meilleurs. Pas seulement grâce à sa capacité de créer des objets grâce à celle-ci, non c'est parce qu'il vit grâce à elle. Il a ça dans le sang et vit aussi pour elle ainsi que pour Omikami Amaterasu, la divinité qui lui a tout apporté. Ce peintre se sait bon, il se croit même le meilleur, peut-être est-ce pour n'avoir rencontré que très peu de peintre au cours de son existence. Toujours est-il que dans tous les cas, rien ni personne n'empêchera de vivre sa vocation.

    La destination du jour pour le Peintre des Rêves était atypique, un endroit dans lequel il ne s'y était jamais rendu auparavant. Ce monde où les animaux sont les rois, les humains n'y ont pas accès, pas en tant que tel en tout cas. Qui que l'on soit, c'est un masque qui se dessine sur nous, une nouvelle apparence, un autre corps. Ukiyo ne le savait que trop bien avant de s'y rendre, Jecht lui en avait parlé. Il s'était transformé en un animal gigantesque lui correspondant tout à fait, un éléphant. Le Songe se demandait bien ce qu'il allait devenir, chaque homme à son apparence propre que ce soit dans le monde normal ou là-bas. Alors ? À quoi pourrait ressembler ce jeune et talentueux peintre ? Un éléphant ? Non, il n'en avait pas la carrure alors peut-être un lion ? Non, cela ne lui ressemblait pas. C'est une chose impossible à savoir avant de fouler la savane.

    Cet instant est alors arrivé, Ukiyo s'est vu affublé d'une tout autre apparence. Un animal de taille moyenne, rien à voir avec Jecht et sa masse musculaire imposante. Non, c'était un félin assez maigre d'une couleur blond vénitien parsemé de tâches noires, comme de l'encre. Ce n'est pas un guépard qu'il était devenu, mais un serval. Certes, il était minuscule comparé à beaucoup d'animaux de la savane, mais il n'en était pas moins resplendissant. Chaque animal à ses défauts comme ses qualités, l'important est de savoir en tirer bon parti. Pour le moment, Ukiyo n'y faisait pas attention, il aimait juste sa nouvelle forme, il aurait pu tomber bien pire.

    Il faisait très chaud, les terres était arides, l'exact opposé des montagnes de la Terre des Dragons en somme. Les couleurs chaudes de la région était un régal pour les yeux, mais cette forme l'empêchait de peindre comme à son habitue. Mais en parlant de ça, où était son pinceau ? Il cherchait tout autour de lui, mais pas le moindre outil en vue. Ce n'est seulement qu'en regardant derrière lui qu'il remarqua des taches différentes sur sa queue par rapport au reste du pelage. C'était comme des kanjis, les caractères japonais. En réalité il y était marqué Yomi, le nom de son pinceau et de l'enfer nippon. Il tenta alors quelque chose, peindre avec et ce la marchait, voilà qu'une pierre apparaissait. Il n'avait pas encore l'habitude mais c'était tout de même assez pratique. Pour l'heure ce qui l'intéressait était d'aller au cimetière des éléphants. Pourquoi ? Simplement parce qu'en ces terres reculées se trouvent les hyènes, ces animaux qui sont une véritable plaie en groupe. Au moins il savait déjà à peu près par où aller, ce n'était pas un problème. Non, le véritable soucis était qu'il ferait pale figure face aux hyènes, mais il fallait tenter.

    Le peintre n'était pas très rassuré à vrai dire, il savait très bien de quoi elles étaient capables et en marchant, il cherchait comment s'y prendre. Peu à peu, lorsqu'il avançait, le ciel s'obscurcissait, l'atmosphère devenait presque lugubre. Il paraît que c'est toujours comme ça là où reposent les pachydermes et tout ça était bien lugubre. Des os, des crânes d'éléphant gisaient partout autour du serval. Il passait entre tout cela avec l'agilité d'un félin. La mort, ce lieu empestait véritablement la mort. Comment pouvait-on vivre ici ? Rien que de penser que l'on puisse élire domicile dans ce genre d'endroit donnait des frissons au Songe.

    -Tiens, un chat égaré, tu as vu ça Shenzi ?

    -Oui, il est si mignon, si on l'invitait à « diner »?

    Voilà, il était au bon endroit visiblement. Il y avait trois hyènes face à lui, sûrement plus qui se cachent. La première semblait être un mâle, il en avait la voix en tout cas et la seconde une femelle. Leur façon de parler montrait très bien leur confiance et surtout leur humour certain. Un peu plus et Ukiyo verrait en elles Jecht et Ultimecia. Mais il y en avait une troisième, muette qui bavait comme un chien enragé avec un rire affreux. Ça semblait bien mal parti, mais le Songe n'allait pas se dégonfler pour si peu, oh non.

    -Il me semble qu'un bon ami à moi est déjà venu vous rendre visite.

    -C'est possible, un chat comme toi a dû finir dans mon estomac !

    -Bien sorti Shenzi !

    -Non, pas un chat, je parle d'un éléphant, j'espère que vous vous en souvenez, n'est-ce pas ?

    -Lui...

    Leur figure devenaient beaucoup moins joyeuse sauf pour la dernière qui gardait cet air idiot. Ukiyo avait touché la corde sensible à coup sûr, la mémoire ne leur faisait pas défaut. Maintenant que la situation tourne en la faveur du Songe, il fallait continuer sur cette voie.

    -Oui et on a constaté que vous ne vous laissiez pas démonter si facilement alors pourquoi ne pas agir ensemble ?

    -Avec un matou comme toi et un lourdeau dans son genre ? Plutôt mourir !

    -Banzaï, je suis pas sûr que mourir soit plus intéressant pour nous que ce qu'il propose. Elle est où l'entourloupe matou ?

    Le peintre cherchait les mots à utiliser, ce qui pourrait faire qu'elles le suivent sans broncher, mais elles ne semblaient pas stupides... pas toutes. Là encore l'attitude de la troisièmes hyènes laissait à désirer, elle ne faisait que se mordre pour se gratter ne faisant pas attention au reste.

    -Et bien, il y a des hommes qui -

    -Des hommes ? Jamais entendu parler.

    -Jamais ? Des hommes sont des créatures, j'en fais moi-même partie à vrai dire. Ils se trouvent dans d'autres mondes apposant leur force sur tous les autres êtres. Ils sont bien plus dangereux et nombreux que les lions qui se trouvent ici.

    -Plus dangereux ?

    -Oui très et certains pour ne pas dire la majeure partie nous posent problème.

    -Qu'est-ce qu'on a à faire là dedans ?

    -J'y viens. Si vous nous aidez, on pourra vous aider à renverser les ions et la savane vous appartiendra.

    -Hum... Intéressant mais tu comptes t'y prendre comment mon mignon ?

    -Observez bien.

    Ukiyo utilisez sa queue pour peindre des épines, beaucoup d'épines qui finirent par apparaître comme la plupart de ses œuvres. D'un coup de patte le peintre envoya la centaine d'épine en plein sur en oiseau le tuant sur le coup.

    -Bien sûr, un lion est plus coriace mais ce n'est qu'une infime partie de mes pouvoirs.

    Le silence s'imposa, les hyènes ne parlaient pas, songeuses. Il était difficile de deviner ce qui se passait dans leur tête. Mais là, un événement que ni les hyènes, ni le songe avaient orchestré se produisit. Une sorte de puceron brillant d'une lueur verte sauta de la hyène la plus idiote pour se dresser devant Ukiyo. Le Songe écarta ses pattes avant pour pouvoir baisser son museau plus près de la puce.

    -Apprends-moi à peindre comme toi !

    C'était assez inattendu de voir une si minuscule créature qui veut peindre. Mais malgré tout ça, Ukiyo aimait que l'on reconnaisse son talent et il lui serait très difficile de refuser une telle demande. C'est vrai, même si certains aiment ses peintures, personne ne lui avait demandé cette faveur. Il resta très près de lui pour voir à quoi il ressemblait. On aurait dit un petit homme avec un minuscule pinceau.

    -Tu t'appelles comment petite puce ?

    Le Songe ne faisait même plus attention aux hyènes tellement il était content d'avoir un disciple. Par contre, la petite créature est devenue toute rouge et énervée. Elle sautait partout et même sur le museau d'Ukiyo comme s'il pouvait faire ce qu'il voulait.

    -Ne m'appelle pas « Petite puce » je m'appelle Issun !

    -Très bien Issun, je t'apprendrai à peindre.

    Issun redevenant vert sauta entre les deux oreilles rondes du serval pour s'y assoir. Il devait certainement prendre Ukiyo comme un moyen de locomotion qui pouvait lui permettre de ne pas se fatiguer. C'était compréhensible, il fallait voir la taille ridicule du petit homme et sa présence était d'ailleurs étrange. D'ordinaire, il n'y avait rien de près ou de loin qui ressemblait à un humain. Mais ce n'était pas le moment de se poser des questions comme ça. Ukiyo se retourna vers les hyènes qui étaient restées là à regarder.

    -Alors ?

    -Si on t'aide, les lions ne nous embêteront plus, c'est ça ?

    -Oui et je vais devoir amener l'une de vous pour faire un repérage de terrain. Comme ça vous pourrez tous savoir comment peut se dérouler un raid là-bas. Je ne connais pas encore très bien votre fonctionnement. Je vais prendre celui-là, l'idiot.

    -Prendre Ed avec toi ? Hors de question ! Il ne pourrait pas nous expliquer quoi que ce soit et de plus il ne pourrait rien faire si c'est une entourloupe. Benzaï ira avec vous.

    -Bien, cela me va parfaitement.

    Alors que le Songe était venu seul, il repartait maintenant avec deux compagnons. Cela pourrait être utile et surtout si au long terme les hyènes se mettent de leur côté. Imaginé une centaine envahir une ville telle le Jardin Radieux ? Les dégâts seraient monstrueusement plaisants. Il restait encore à effacer le scepticisme qui persistait encore.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel triste paysage pour une nuit sans étoiles ...
» Un retour sans gloire et une révélation infiniment triste [PV]
» Tourner la page sans oublier le chapitre précédent..| Jethro
» Une journée sans soleil, c'est triste ? [Asilys Eirwen ~]
» Tiens ça m'aurait étonnée !