Derniers sujets
Nouveau

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade:
XP:
0/0  (0/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 23 Juil 2011 - 4:54
    Je suis heureux d'être là... Je marche sur les pavés de pierres, ces mêmes pierres qui m'ont vu naître et faire mes premiers pas. Ce monde, ca ne fait pas bien longtemps que je l'ai quitté et pourtant... C'est comme si je n'y étais pas depuis des années. Revoir ca, revoir ce décor et ces gens, ces teintes de peaux plus ou moins mates qui se mélangent, sans haine, ni armes, ni violence... Et ce ciel clair tâché de nuages crémeux. Je marche dans une des nombreuses ruelles de la ville... Je suis à la fois loin et proche de l'agitation du centre-ville.

    Je marche dans une ruelle, rien de plus, et ca suffit à me rendre heureux. Cependant, je ne peux profiter de ce bonheur, car je suis en mission. J'avance à l'ombre et m'arrête devant une porte en bois plutôt ancienne. Légèrement abimé mais massif, je frappe de manière sec et ferme sur le bois avec le poing. Personne ne réponds... Je frappe de plus belle, mais plus fort...

    « Il y a quelqu'un ? »

    « DÉGAGES ! »

    Ravie de vous rencontrer... Enfin bon, j'ai une mission et même si ca ne me plait pas... Je dois y allez. Alors je rentre et je franchis la porte. Mon Dieu... Que vois-je ? Une loque, un mort... Un spectre. Je vois tous simplement un cadavre qui n'a plus assez de force pour rejoindre le cimetière. Ça me fait mal de voir ça et me donne une désagréable impression de déjà vu, mais je n'arrive pas à me rappeler où est-ce que je l'ai déjà vu, cette impression...

    L'homme doit avoir la vingtaine, il porte des vêtements plutôt élégant, ce qui me semble être un smoking. Mais il est sale, et usé, comme si cela faisait plusieurs jours qu'il ne s'était pas changé. Les cheveux mi-court, je devine immédiatement qu'il ne se coiffe plus, je vois sa barbe de trois jours mal rasé qui commence à devenir barbe. Je vois ses yeux noisettes, complètement vide me regarder... Ce pauvre homme est assis sur un tabouret, affalé sur le seul véritable ami du musicien, son instrument... Un piano en l'occurrence. Et sur ce même piano, j'aperçois une bouteille de vin ouverte et à moitié vide. L'endroit est sombre car les fenêtres sont fermés, recouvertes par des rideaux... La seule lumière qui parvient à éclairer l'endroit est terne, tamisé.

    Et pire que tout, je vois cet homme puant l'alcool baver... Et alors qu'il me rejetait avec véhémence l'instant d'avant je l'entend, la voix irrégulière et bégayant. Complètement saoul...

    « Et ben tant que t'es là, t'as qu'à picoler un peu ! »

    « Non merci... Je suis Firion et je viens du Consulat, nous aimerions que vous donniez un concert au Jardin Radieux. Apparemment vous auriez un sacré talent. »

    Il y a un léger silence, mais le musicien est toujours affalé sur son piano.

    « Ve te faire foutre. »

    « Où est passé votre passion ? »

    « T'es qu'un soldat du Consulat, je vois tes armes, t'y connais quoi à l'art ou à la passion ? »

    « Je suis le fils d'Erato... Héraut de la poésie. »

    « Enfoiré. »

    Encore ce silence, et cette impression de déjà vu qui revient sans cesse... J'ai déjà vu cela. Un homme complètement détruit, devenu une véritable loque, à fleur de peau et agressif, impulsif... Qui se réfugie dans l'alcool et la solitude, baigné d'obscurité... J'ai déjà vu ! Mais je n'arrive pas à me rappeler exactement, des éléments me manquent, et tout reste incroyablement flou quand à la personne et à la raison...

    « Si c'est juste pour me faire chier, tu peux te casser connard... »

    Ça y est, je m'en souviens... Je viens de comprendre, je sais pourquoi il est comme ça... Il m'insulte, m'envoie balader et me traite comme un moins que rien. Pourtant je reste calme, je ne lui en veut pas... C'est pas un con, juste un homme qui a perdu quelque chose qui lui était précieux.

    « Le plus douloureux, ce n'est pas pour ceux qui partent... Mais pour ceux qui restent, n'est-ce pas ? »

    « Qu'est-ce que tu connais de la mort ? »

    « J'en connais assez pour savoir qu'elle a frappée quelqu'un qui vous était cher. »

    « Enfoiré. »

    Dans le mille, mais ca ne fait pas moins mal pour autant.

    « Je... Qui c'était pour vous ? »

    « ... »

    « J'ai perdu ma petite sœur, et je ne suis plus le même depuis. »

    « Elle... C'était tellement de chose... Je l'aimais, je l'adorais. Elle m'excitait, me calmait, me rendait joyeux... J'avais qu'à la voire sourire pour être heureux. C'était ma muse et elle m'a donné plus d'inspiration que toutes les muses du Consulat ne pourront jamais m'en donner... Et maintenant, je ne la reverrais plus jamais... Merde, voilà que je raconte ma vie à un type que j'ai jamais vu, je dois être bourré. »

    « Hum... Autant continuer, non ? »

    « Enfoiré. »

    Un silence.

    « Quand on me l'a dit... Quand on m'a dit qu'un char l'a percuter... J'étais inquiet, je me me suis levée de mon tabouret et j'ai courut dans l'hôpital la voir... On m'a juste dit qu'elle y était plus... J'ai pas voulut y croire, j'ai donné un coup de crâne au mur, de toutes mes forces... Putain ca m'a fait mal. Mais non, j'y croyais pas, je pouvais pas y croire. Je suis resté plusieurs jours. Elle était morte mais je n'était pas triste. Non je ne ressentais rien... J'étais vide. Ça ne me faisait rien. Ni triste, ni joyeux... Puis quelques jours après, genre... une semaine après... Mon cœur s'est déchirée en deux... La douleur que j'ai ressentit, c'était rien comparé à... Putain, c'était rien comparé à tout le reste, les pires tortures s'raient douces comparés à ca. »

    Mon cœur résonnait à ses paroles... A peu de choses près, c'était la même chose que moi avec ma sœur... Et merde, j'aurais préféré ne jamais faire cette mission ! Me voilà en train de retenir mes larmes...

    « J'étais mort et je le suis encore... J'ai plus envie de rien, j'arrive plus à rien faire... Les couleurs sont tristes, la bouffe n'a plus aucun gout et je boit c'te vin comme si c'était de la putain de flotte dégueulasse, cul sec... J'en peux plus, dès fois je m'énerve pour rien, je sort dans la rue et je me bat avec des types... J'en peux juste plus, je crois que je vais allez la rejoindre... Elle me manque. »

    Ma mission était de le raisonner, de lui refaire connaitre la joie de la musique... Tu parles, en ce moment-même je le comprenais parfaitement. Comment contredire quelqu'un alors qu'au plus profond de soit on l'approuve ? Tout fuit et rien ne dure... L'homme, hélas, crée et rêve, et lie en souriant son âme à d'autre âmes... Il se dit que c'est éternel et poursuit sa route, mais au creux de ses mains il ne reste ensuite plus des cendres... Et tout d'un coup il doute... de tout. La paix que je pensait acquise dans mon cœur, s'envole dès que je pense à elle. Je veux la revoir et la serrer dans mes bras mais malheureusement, je dois avancer car l'homme n'a nul droit de reculer... Monde cruel, enfoiré de destin et de foutue fatalité...

    Putain... Je pouvais presque voir les morceaux de ce cœur tout plein de sa gloire, que la mort à brisé.

    « Enfoiré. »

    Un silence triste envahit les lieux... Surtout lorsque j'aperçois les marques sur son poignent, seul trace d'une tentative apparemment raté de rejoindre sa dulcinée. Cicatrice dont je ne suis pas passé loin à une époque, mais non... Quelque chose m'a empêcher d'abandonner la vie et m'en empêche toujours... Je n'avais pas encore l'art à cette époque... La seule chose qui m'a garder en vie... Elles. Je ne pouvais pas les laisser seul, je ne pouvais pas... Elles aussi souffraient, et si je partais... C'est à peine si j'ose imaginer leur douleur. Maintenant que du deuil qui m'a fait l'âme obscure... Je sors, pâle et vainqueur et je sens la paix de la grande naturequi m'entre dans le cœur.

    « Joues. »

    Il me regarde, mais moi je ne le regarde pas, je ne le regarde plus.

    « Joues pour elle... Offres-lui une ode funèbre. Faits en sorte que ta musique soit si belle, si profonde que même elle puisse l'entendre... Depuis le ciel elle te regarde mon ami, crois-tu qu'elle aimerait te voir comme ça ? Et soit honnête, as-tu des amis ? De la famille ? »

    « Oui... »

    « Soit fort, pour eux. A moins que tu veuilles qu'il ressente la même douleur que celle que tu ressens en ce moment ? »

    « Mais je... C'était elle, je sais que c'était elle la bonne, mon âme sœur... Plus jamais je ne serais amoureux... Je ne connaitrais plus l'amour... »

    « Il reste du vin ? »

    « La bouteille est à moitié-vide... »

    « Non, elle est à moitié-pleine ! La vie ne sera plus jamais comme avant, pour toi comme pour moi mais... Il y a tellement d'autre chose... J'ai moi même une nouvelle famille, au Consulat. Viens, viens jouer de ta plus belle musique... Viens rendre les gens heureux.

    ...

    Rendre les gens heureux, tu verras qu'il n'y a rien de mieux pour apaiser sa propre douleur. »


    « Le concert est quand déjà ? »

    Joie...
Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1124/500  (1124/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 24 Juil 2011 - 3:22
    Mission Accomplie.

    Il y a deux défauts dans ta fiche... Tout d'abord, la couleur des paroles du musicien, malheureusement assez dure à lire. Ensuite, les fautes de conjugaison. Je pense notamment à l'impératif, ce n'est pas "Joues" mais "Joue".

    Je ne sais pas si c'est toujours le cas mais perso c'est ce que je fais et je fais pas trop de fautes... Quand tu cherches l'impératif, prends simplement la première personne du singulier de l'indicatif présent de ton verbe. Ca marche quasi tout le temps.

    Sinon c'est génial, j'ai... Adoré.

    Ouais t'es tout à fait du genre à dire que je dis tout le temps ça mais je le pense à chaque fois. Et là c'est la fin qui est vraiment terrible. C'est un discours assez émouvant et les paroles du musicien à un certain moment sont vraiment prenantes.

    Alors, je te donne le bonus d'originalité... Et pourquoi, pourquoi...

    Parce que... T'es parti dans la direction que tu voulais...

    Tu vois, Firion, parfois c'est consternant... Tu lances une mission et la personne la remplit... Sans inventer quelque chose... Je veux dire, ta mission ne parlait pas du tout d'un mec-épave, en deuil, complètement désespéré... Et ce que j'aime c'est que ça t'a aussi permis d'exploiter toutes les émotions de ton personnage et j'adore ça.

    Ce genre de mission, c'est... Fait pour moi. Tu veux faire un truc que j'aimerai ? Fais ça.

    Alors voila, je suis très satisfait. Mais n'oublie pas les erreurs soulignées.

    Mission Normale :

    26 xp, 260 munnies et 4 PS dont 1 bonus. Deux en psychisme et deux en dextérité.

    Ah et j'aimerais voir le lien vers ta fiche de personnage dans ta signature ^^.


messages
membres