Derniers sujets
» En ligne de mire
par Cypher Aujourd'hui à 0:41

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Aujourd'hui à 0:10

» A l'abordage !
par Surkesh Aujourd'hui à 0:09

» Le savoir c'est le pouvoir
par Surkesh Hier à 22:07

» Tombent les masques
par Lenore Hier à 16:52

» Tour du Propriétaire
par Narantuyaa Jeu 14 Déc 2017 - 18:21

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Jeu 14 Déc 2017 - 16:06

» Cachons tout ça
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 15:37

» Pourtant, rien ne change
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 11:22

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Jeu 14 Déc 2017 - 11:14

» J'ai PAS mal à mon forum
par Fiathen Jeu 14 Déc 2017 - 8:07

» Que la vengeance commence!
par Kestia Mer 13 Déc 2017 - 22:18

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Cissneï Mer 13 Déc 2017 - 19:09

» ...comme si c'était hier !
par Lenore Mer 13 Déc 2017 - 12:23

» Mille Épines
par Death Lun 11 Déc 2017 - 18:27


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Au Rythme des flammes.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 768
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1094/500  (1094/500)
Ven 1 Juil 2011 - 22:05
    « C’est ici. »

    Il s’approcha silencieusement, le soleil n’était pas encore tout à fait couché, il devait être 18 :00, dans ces zones. Ses rayons éclairaient une tombe, ou plutôt un mausolée sur laquelle était gravée des symboles gitans qu’il ne comprenait que parce qu’on lui avait expliqué au préalable.

    « Vous devriez vous reculer, Dame Rivy. »

    Il la regarda quelques secondes, le visage neutre… Rivy, la fille de la danse, la seule femme au monde qu’il appelait « Dame » et sans véritable explication. Ce fut le fruit du hasard qui, lors de leur rencontre, l’incita à l’appeler « Dame Rivy » et non autrement. La coutume s’était incrustée dans sa mémoire et rares étaient les fois où il la tutoyait.
    Il posa ses mains fermement sur le couvercle du mausolée et força, insista et s’appuya dessus pour que finalement celle-ci cède, il la déplaça sans trop d’efforts et ouvrit assez grand la tombe pour qu’ils puissent passer tous les deux. Sauf erreur, même lui savait que cela était une profanation de tombes mais c’était aussi leur accès à la Cour des Miracles mais avant… Ils devaient franchir les catacombes.

    Il n’était pas un poltron, aussi enjamba-t-il le premier la tombe avant de descendre des marches doucement pour arriver en plein dans les catacombes. Il se retourna et tendit sa main à Rivy pour l’aider poliment à descendre sans risquer de tomber à cause de l’obscurité du moment. Elle prit sans détour cette main même si tout deux devaient se douter qu’elle ne tomberait pas. Elle était la danseuse du Consulat, celle dont les pas étaient les plus aériens, en fait chacun de ses gestes étaient d’une très grande beauté. Genesis la regarda quelques secondes, elle était habillée d’une belle robe et… Ne portait évidemment pas de chaussures. En tant qu’homme, il devait bien avouer qu’elle était très belle, qu’elle avait tout pour plaire et que si elle l’avait voulu, elle aurait probablement pu obtenir l’amour de la presque totalité des hommes des Citées dorées du Consulat. Celui qui gagnerait son cœur aurait beaucoup de chances et aurait de quoi se vanter… En contre partie, il serait juste surveillé et pisté par le Consulat. Il n’était pas son chef mais il estimait qu’il avait une certaine responsabilité envers elle comme envers tous les Consuls… Et il ne tolérait pas qu’un mal leur soit fait.

    Les deux consuls tentèrent de voir ce qu’étaient vraiment les catacombes mais il faisait si noir qu’ils ne voyaient à peine et que grâce à la lumière du jour qui pénétrait dans l’endroit. Genesis tendit la main gauche, s’éloignant un peu de Rivy… Il chargea sa paume de l’énergie du feu et produit un brasier mais qui resta immobile, quelques centimètres au-dessus de sa paume tendue. Un brasier continu directement lié à son énergie magique, de quoi brûler une grande partie de son énergie, en somme. La flamme était grande et produisait une lumière incroyable, ouvrant aux consuls un panorama de l’endroit. Des centaines de crânes et de squelettes étaient rangés de part et d’autre du chemin et tout le long de celui-ci… Il guetta un bâton qui pourrait faire office de torche mais ne vit rien… Que des crânes et ce chemin en dalles. Il se tourna vers Rivy tout en laissant un sourire de « allez courage ! » se dessiner sur son visage.


    « Ca va aller ? »

    Il lui laissa quelques secondes avant de lui faire un signe de tête, en guise de départ et ils commencèrent à marcher à bon pas, à travers ces catacombes. Il devait bien avouer qu’il regrettait de ne pas la connaître plus, de ne pas savoir ce qu’elle déteste (hormis les chaussures et les transports en commun) et ce qu’elle aime (si ce n’est les chocobos, le cirque, la danse et les pommes). Jusque là, ils n’avaient pas beaucoup parlé. Dans son propre vaisseau gummies, il devait bien avouer qu’il était tout juste un assez bon conducteur pour manœuvrer son vaisseau, alors s’il se déconcentrait pour parler… L’accident était garanti. Néanmoins, il n’oublierait pas son visage quand il lui avait dit qu’il avait un vaisseau… C’était comme annoncer à un enfant qu’il n’irait pas à l’école parce que pas de chance, la neige a bloqué la voiture du papa.

    Mais là connaître mieux, c’était l’une des trois raisons et la principale qui l’avait poussé à lui proposer cette mission, ce matin même. En fait, elle serait clairement l’atout majeur pour l’accomplissement de cette mission et il ne doutait pas de sa capacité à égayer. Jusque là, elle était une de ses « favorites » en terme de missions. Quoi qu’elle fasse, elle répandait une bonne humeur et un amour pour l’art dans les mondes. A chaque fois qu’il lui avait demandée de danser pour un public, on lui avait dit après coup du grand bien de sa prestation.
    La seule personne à ne pas savoir que les pas et les gestes de Rivy Pikina étaient légendaires dans les Citées Dorées du Consulat… C’était Rivy Pikina. Il veillait plus que possible à ce qu’elle fasse des choses qui lui plaisent.


    « Quand nous y serons, les bohémiens devraient être déjà tous là. Il faudra se détendre, se mettre dans l’ambiance et nous laisser porter par leurs coutumes. Mais si la moindre chose ne va pas, de votre côté, n’hésitez surtout pas à me le dire aussitôt. »

    Pour la première partie du message, c’était plus à lui de faire attention… Toujours sérieux, souvent sévère, en permanence dans son caractère de Tragédien. S’il ne s’appliquait pas à se faire apprécier par des gens d’une toute autre condition que lui, sa mission serait un échec et il aurait à se reposer sur Rivy. S’il avait un regret pour cette mission, c’était vis-à-vis de lui… Firion, nouvel arrivé, aurait été la meilleure carte à jouer pour l’occasion. Mais pour… Un certain projet, il devait s’en occuper, bien que cela l’attristait. Car quand il aurait à leur parler… A leur proclamer ses paroles… Il serait seul.

    Jusque là… La Cour des Miracles restait un endroit dangereux, abritant des criminels… Soit.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Danseuse Éphémère
Féminin
Nombre de messages : 143
Age : 27
Localisation : Paloum Paloum ~
Date d'inscription : 07/10/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
428/650  (428/650)
Lun 4 Juil 2011 - 13:24


_« Ce n'est pas la destination mais la route qui compte. »_
    Quelle heure était-il ?.. Aucune idée mais, le soleil n'était même pas encore levé quand elle était déjà assise sur le bord de sa fenêtre assez rêveuse.. Non, elle ne pensait pas à sa mission.. Elle regardait les étoiles d'un air un peu nostalgique... Sans vraiment savoir pourquoi, perdue dans ses pensées brumeuses elle regardait, observé les étoiles scintillantes le regard perdu dans un lointain passé oublié...

    Doucement le soleil commençait à se lever donnant à l'horizon des teinte de feu, rouge, orangé et même rose par certains endroits.. Encore quelque chose de vraiment étrange, d'intéressant, une sorte de mystère pour la danseuse qu'elle aimerait percer un jour... Rivy se mordilla le bout du doigt, toujours un peu ailleurs, avant de rentrer dans sa chambre, descendant de son perchoir provisoire... Les pieds nues, simplement vêtue d'un long tee-shirt lui tombant un peu au-dessus des genoux, elle retourna s'asseoir sur son lit drapé de soie... Elle soupire doucement, aujourd'hui elle partirait en mission avec Genesis.. Elle ne le connaissait pas vraiment, il lui donnait des missions, elle les exécutait de son mieux. Elle n'avait jamais vraiment parlé avec lui, fait connaissance avec cet homme.. Mais elle l'appréciait, un peu comme beaucoup de consul.. Medusa qui l'avait si souvent aidé... Nanaki qui était... Celui qu'elle pouvait appeler son ami... Les autres elle, les avaient simplement vue, de près ou de loin...

    Elle avait encore du temps devant elle... Oui, elle pensait qu'elle allait rester plus ou moins une bonne partie de la journée dans sa chambre et qu'elle n'irait pas vagabondé ailleurs pour être sûr de ne pas.. Loupé le départ pour sa mission.. D'ailleurs, pour une fois, elle n'allait pas prendre un transport Shin-ra et elle en avait été méga-heureuse, c'est pour dire. Pas de mauvaises odeurs de plusieurs parfums horrible mélangé, par de gens qui parlent à voix haute sans même se soucier des autres passagers, pas d'enfants turbulent qui pose des questions indiscrète et qui braille comme ce n'est pas possible, pas de chewing-gum sous les sièges et j'en passe.. Enfin quand Genesis lui avait avoué qu'il avait son propre vaisseau elle aurait pu limite lui sauté au cou, mais elle n'en avait rien fait. Elle s'était contentée de la regardait, heureuse, les yeux pleins d'étoiles...

    La danseuse sourit, elle s'était enfin décidé à s'habiller. Elle enfila rapidement une robe blanche, qui lui allait tellement bien.. Elle avait retourné son armoire, essayant de chercher un habille qui n'allait pas la faire tellement remarqué.. Mais la plupart de ses robes étaient tellement.. Extravagante ?.. Excentrique ?.. Enfin, tellement facilement remarquable aux couleurs flash. La plus simple, la plus commune des robes qu'elle pouvait avoir été cette robe blanche assez longue, elle lui arrivait au niveau des chevilles, elle était serrée au niveau de la poitrine seulement et le reste était assez ample..

    Les secondes, les minutes, les heures passaient sans vraiment que la danseuse éphémère y prête attention... Qu'adviendrait-il d'elle si maintenant elle se mettait a compte le temps qu'il lui restait alors qu'elle servait pertinemment qu'un jour où l'autre elle allait mourir.. Elle préférait vivre au jour le jour sans se soucier du lendemain au risque de détruire la vie comme elle la voyait.. Une succession de choses étranges qu'elle voulait découvrir, tout comme son passé d'ailleurs mais, cela est une autre histoire... Le soleil avait fait son parcourt habituel dans le ciel que la danseuse avait finalement suivi toute la journée assise sur le rebord de sa fenêtre, les pieds balançant dans le vide.. Songeuse, elle se posait tellement de questions.. Sur tellement de choses... Quelqu'un toqua à la porte.

    Silencieux était le voyage en vaisseau.. Il faut dire elle était tellement contente de monter dans un vaisseau autre qu'un de la compagnie, qu'elle avait passé tout le chemin à regarder partout, pour voir comment c'était beau et tout... Sans pour autant rester qu'a moitié présente ses pensées divergé toujours, elle avait du mal à vraiment se concentrer trop de choses se bousculaient dans son esprit complexe.. Il fallait qu'elle se ressaisie pour le bien de la mission...

    « C'est ici. »

    Rivy esquissa un sourire... Le soleil était toujours dans le ciel presque couché, teintant le ciel comme au petit matin l'interminable horizon d'une palette merveilleuse de couleur. Ses rayons chatoyant lâchait l'atmosphère et éclairé l'endroit ou se tenait les deux consuls, éclairant un mausolée..

    « Vous devriez vous reculer, Dame Rivy. »

    Elle fit un signe affirmatif de la tête et se recula de quelques pas, laissant Genesis faire. Il posa ses mains sur la pierre qui surement devait être froide pour la déplacer.. il l'ouvrit assez largement pour qu'ils puissent passer. Il passa le premier et tendit sa main à la danseuse, pour l'aider.. Ses lèvres s'étirèrent en un fin sourire, elle posa sa main dans la paume du consul, bien qu'elle était sûr de pouvoir se débrouiller toute seule, mais bon, tant qu'à faire, elle n'allait pas refuser quand même... Mais qu'est-ce qu'il faisait noir dans cet endroit.. Rivy voyait à peine où elle mettait les pieds.. En un instant une lumière.. Enfin lumière, c'était plutôt une sorte de boule de feu immobile qui éclairait l'endroit... Et d'un coup.. Elle préféra retourner dans l'obscurité qui régnait quelques secondes avant.. Elle eut un mouvement de recul.. mettant ses bras contre elle comme pour créer un mur entre elle et.. Ce qui était tout autour.. Dégoûté ?.. Peut-être qu'elle l'était mais sur le coup, elle était plutôt effrayé.. Pour la première fois de sa vie.. Qui dieu seul le sais était vraiment longue, elle avait peur.. Peur de la mort en elle-même.. Genesis se retourna vers elle... Il lui sourit.. Sa la rassura un peu..

    « Ca va aller ? »

    Elle secoua la tête un peu réticente, en faisant attention où elle mettait les pieds, elle s'approcha rapidement de Genesis, se sentant plus en sécurité à ses côtés.. Ils reprirent le chemin.. Rivy avait les yeux partout regardant tous ses ossements.. Lui faisait peur... Finirait-elle comme ça, elle aussi ? Elle n'avait jamais vraiment eu peur de la mort, elle savait qu'elle un jour, elle s'arrêterait simplement.. Mais voir tout cela... Lui avait fait avoir quelques doutes, des craintes qu'elle n'avait jusqu'à présent jamais imaginé... Mais.. Il fallait qu'elle se concentrait sur cette mission pour que ce ne soit pas un échec, elle essayait de sortir ses pensées de sa tête, sans vraiment réussir..

    « Quand nous y serons, les bohémiens devraient être déjà tous là. Il faudra se détendre, se mettre dans l’ambiance et nous laisser porter par leurs coutumes. Mais si la moindre chose ne va pas, de votre côté, n’hésitez surtout pas à me le dire aussitôt. »

    Se fondre dans la masse... Bof, elle pensait pas que cela aller être difficile en tout cas pour elle... C'était quelqu'un de super curieuse, donc tout l'intéressait, elle posait des questions et s'adaptait rapidement quand il le fallait.. Mais lui ?... Il était toujours sérieux.. Toujours strict et tout.. Enfin, elle espérait que peut-être, il allait lui montrer une face cachée et passé du type hyper... Sérieux à un mec qui se lâche facilement... Sinon.. Ben en espérant que cette mission ne rate pas, de toute façon, elle ferait tout pour la mener a bien, comme toute mission qui lui est confiée. Elle secoua de nouveau a l'affirmative d'une signe de tête puis elle pointa Genesis du doigt (c'est mal poli a ce qui parait mais bon.. )

    - Vous inquiétez pas Maître Genesis ! Cette mission sera un jeu d'enfant !!

    Et elle sourit. Comme à son habitude se sourire entre celui qui ne peut vous empêcher de faire de même et le sourit un peu.. Idiot qu'elle peut avoir.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 768
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1094/500  (1094/500)
Mer 20 Juil 2011 - 18:09
    Si vous deviez vous imaginer… Disons… Maître de la mort ou plutôt, maître de tout ce qu’il y a à savoir sur la mort, et bien comment vivriez-vous ? Au jour le jour, en sachant pertinemment que la mort viendra et qu’il faut carpe le diem… Ou alors, vous n’auriez plus peur car vous en savez plus sur la mort que la mort elle-même. Ça peut sembler relativement humain… Ne pas craindre ce que l’on connait… Comment se méfier d’une chose qui ne vous échappe pas ? La sagesse est le pouvoir, c’est tout ce qu’il faut savoir.
    Mais je crois… Que non, qu’il faut se méfier. La mort n’est pas rationnelle, pas plus que logique… Il n’y a pas de pouvoir, pas plus que de sagesse avec la mort, c’est tout le contraire. La mort est toujours plus forte que l’homme. Vous savez ce que je pense ?... Je crois que le maître de la mort craint celle-ci plus que tout… Il est effrayée par elle parce qu’il la connait et il sait ce dont elle est capable. Ce pourquoi je crois que le Tragédien, malgré le masque blanc de Melpomène, est une victime de la mort. Il vit dans un tourment profond qui ne cessera jamais autre part que dans le chaos.
    Mais c’est un chaos triste et sans lanterne, des catacombes qui resteront tapies dans les ténèbres de l’ombre parce que la lumière en Genesis… S’est éteinte à jamais. .


    « Vous inquiétez pas Maître Genesis ! Cette mission sera un jeu d'enfant !! »

    Elle le pointait du doigt avec un visage triomphant et un peu enfantin comme une enfant bien mignonne et joueuse qui découvre une vérité. Pour bien des gens, elle devait donner l’impression d’être cela mais… Non, c’était une femme, pas une enfant. Et non, elle n’était pas bien mignonne mais très belle. Il la voyait comme une femme du monde, très spéciale, pas comme une gamine dans un corps de femme à convenance pour les lubriques. Elle était bien plus qu’un objet, qu’une guerrière ou qu’une consule. Et c’est ça qu’il protègerait.
    Il lui sourit à son tour, les yeux embrumés par la pensée. Oui elle allait très bien se débrouiller, c’était certain. Et lui réfléchissait probablement trop… Cela devait bien agacer tout son entourage… Sauf Medusa qu’il soupçonnait de réfléchir encore plus longtemps et efficacement que lui. Cela faisait déjà pas mal de pas franchis depuis l’entrée du tunnel et peu le distançaient encore de la lumière du jour et du repère bohémien. Ils marchaient à bon pas, à proximité l’un de l’autre et Genesis maintenait la flamme en vie dans sa main, éclairant le sol, dévoilant les cranes et les ossements.


    « Je regrette qu’on en soit à prendre un chemin comme celui-ci. Ce n’est ni un endroit pour les jeunes femmes, ni un lieu vraiment artistique. »

    Un rictus se dessina sur son visage, il aurait du réfléchir et trouver un autre biais avant de se lancer avec la danseuse dans un tel endroit, heureusement il savait qu’il y aurait de toutes manières plus de peurs que de mal.

    « En tous les cas, ne vous inquiétez pas, nous sommes bientôt arrivés. Et pour le retour, on se débrouillera autrement. »

    Il lui adressa un sourire sincère qu’il espérait encourageant mais c’est difficile d’avoir l’air compatissant quand un visage sévère de marbre reste comme une cicatrice tout contre sa peau. Quoi qu’il fasse, il restait Genesis Rhapsodos, la Corneille, bourré de défauts et résultat d’une triste histoire.

    « On y est. »

    Il y avait de nouveaux escaliers, semblables à ceux franchis plus tôt, il les gravit lentement , balayant les devants de sa flamme, pour découvrir la porte de sortie. Dès qu’il vit une trappe, il la poussa d’un bras fort, illuminant par la même occasion son visage, son corps et même Rivy de la lumière d’une pièce éclairée par une lanterne.

    Il sortit des catacombes et tendant à nouveau la main à Rivy, l’aida à en sortir par la même occasion, l’enlevant de la vision sinistre des cranes… Ils étaient dans une petite pièce qui donnait uniquement sur une porte en bois. Il éteignit d’un geste la flamme au creux de sa main et ouvrit la porte, légèrement méfiant mais pressé de voir ce qui s’y cachait derrière. Avant de franchir le seuil, il se retourna vers Rivy et lui fit un hochement de tête encourageant, accompagné d’un sourire… Et ce fut d’une beauté fascinante.

    Beauté était tout à fait le mot… Comment décrire cette vie qui se jouait devant leurs yeux autrement. Vivre au jour le jour, en harmonie, autour d’un même feu et d’un même repas. C’était un des éléments du décor, des feux de joie allumés et dispersés dans la cour que peu avaient vue. Et la lumière du soir, d’un soleil faible. Plus besoin du soleil pour la chaleur car c’était le mot d’ordre, ici, qui que l’on soit, on n’avait jamais froid.
    Le grand feu principal resplendissait, ses crépitements accompagnaient magnifiquement la nuit et le rythme des flammes avait déjà pris quelques jeunes bohémiennes, de douze ans à peine. Bientôt… Des femmes plus mûres, plus belles et même des hommes énergiques s’y joindraient. Cette vie était belle.

    Mais l’arrivée des consuls ne passa pas inaperçue et quelques hommes s’approchaient d’eux. Il connaissait leur vie et leur caractère… A la cour des Miracles, il faut se plier aux règles gitanes. Avant que les gitans n’aient pu dire un seul mot, Genesis leva poliment les mains et leur parla, ils étaient une petite dizaine, probablement prêts à sortir leurs couteaux ou autres.


    « Bonsoir. Désolé de perturber votre soirée mais… En fait, mon amie et moi aimerions beaucoup passer la soirée avec vous. Je vous présente Rivy et moi je suis Genesis, et nous sommes du Consulat. »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Danseuse Éphémère
Féminin
Nombre de messages : 143
Age : 27
Localisation : Paloum Paloum ~
Date d'inscription : 07/10/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
428/650  (428/650)
Dim 24 Juil 2011 - 16:34


_« Plus on marche vite, plus on s'égare. »_

    « Je regrette qu’on en soit à prendre un chemin comme celui-ci. Ce n’est ni un endroit pour les jeunes femmes, ni un lieu vraiment artistique. »

    ..Tu m'étonne.. Y il a bien mieux que de marché dans un endroit ou il fait sombre, froid et en plus.. Couvert d'ossement.. Froid dans le dos.. Rivy généralement n'était pas du genre a avoir peur ou quoi mais là.. C'est son esprit tourmenté qui lui jouait des tours, regardant quelques ossement, s'imaginant à leur place.. Imaginant les gens qu'elle apprécie, qu'elle aime.. Même si à l'heure actuel ces personnes étaient vraiment peu nombreuse.. Cela lui faisait un pincement au coeur..Elle as beau en avoir un mécanique, il n’empêche que les sentiments ne sont que le fruit de notre esprit donc, les sensations ressentis également.. Elle posa sa main sur la poitrine, là ou son coeur ne battait plus depuis déjà de nombreuse années.. Une mine triste sur son visage habituellement illuminé de cette lumière joyeuse et là.. C'était comme si elle s'était éteinte dans les ténèbres de ce mausolée..

    « En tous les cas, ne vous inquiétez pas, nous sommes bientôt arrivés. Et pour le retour, on se débrouillera autrement. »

    Elle le regarda... Et lui fit un petit sourire.. Un sourire faux.. Ses pensées bouillonnaient, elle avait du mal à s'en défaire.. Pourtant il le fallait, pour le bien de la mission, cela serait une catastrophe si aujourd'hui, elle échoué pour la première fois une de ses missions en plus en compagnie de Genesis...

    « On y est. »

    Elle se sentie d'un coup rassuré.. Sortir de cet endroit l'arrangeait bien, elle n'en pouvait simplement plus.. C'est pensées noirs, ce sentiment de détresse et de désespoir la rendait comme elle n'était pas.. Elle était comme différente et simplement ceci lui faisait terriblement peur.. Et rien que d'imaginer un ami, un compagnon mort.. Elle en avait les larmes aux yeux..

    Face à eux, des escaliers.. Les mêmes qu'il y avait plutôt, Rivy s'élança après Genesis.. Au fond, une trappe que Genesis ouvrit avec son bras.. La boule de feu de Genesis éclairait l'endroit assez petit il faut dire.. Rivy le voyait parfaitement bien et doucement sans trop savoir pourquoi, elle se mettait un peu à le détailler.. Ses cheveux, son visage.. Ses yeux.. Son corps. Tout en faite.. Elle se regarda un instant.. Les hommes, les femmes.. rien que dans leurs constitutions ils étaient bien différents.. Elle sourit doucement, repoussant une mèche de cheveux gênante derrière son épaule.

    Genesis passa en premier, puis il tendit sa main a Rivy, pour l'aider.. Elle glissa donc sa fine main dans celle du tragédien.. Il l'aida pour qu'enfin, ils se retrouvent dans une petite pièce aux murs de vieille pierre usée par le temps, les années qui s'écoulent.. La danseuse regarda autour d'elle.. Puis se mit ensuite à fixer cette porte face aux deux consuls.. C'était là d'après Genesis.. Derrière cette porte donc.. Avant de l'ouvrir d'ailleurs Genesis sourit à la danseuse, qui ne put s'empêcher de faire de même.. Quand il souriait sincèrement.. Cela donnait envie de faire pareil et ça le rendait différent de tous les jours.. Il avait souvent, ce visage fermé, strict.. C'est fou ce qu'un sourire embellis les gens..

    Ils passèrent la porte.. Des gens.. Enfants qui ne pouvaient empêcher de ravir Rivy.. Ils étaient innocents et plein de vie.. Elle adorait ça.. Passer du temps avec des enfants est une vraie bouffé de fraîcheur et de vie.. De plus, peut-importe que l'on ai dix ans.. Vingt-ans ou même dépasser les quatre-vingts comme la danseuse.. Quand on était avec des enfants, on joue on rigole... Et on prend du beau temps.. Il y avait ses femmes.. De belles femmes.. Des hommes.. Certains ne semblaient pas très content de voir les deux consuls.. En même temps, ils venaient un peu de "s'incruster" dans leur petit rituel habituelle d'une petite fête gitane.. Rivy qui elle était plutôt du genre à vouloir toujours bouger et s'amusait ce genre de visite imprévue ne l'as dérangée pas, mais tout le monde n'est pas du même avis.

    Genesis leva la main, pour parler alors que la danseuse continuait de regarder les gens, s'éloignant un peu de son chef..

    « Bonsoir. Désolé de perturber votre soirée mais... En fait, mon amie et moi aimerions beaucoup passer la soirée avec vous. »

    Elle commençait à sourire aux gens, aux enfants surtout, c'était la vie.. C'était un futur sûr.

    « Je vous présente Rivy et moi je suis Genesis et nous sommes du Consulat. »

    Elle se retourna d'un coup, levant la main et l'agitant un peu pour saluer l'assembler.. Bon maintenant que les présentations étaient faites.. On pouvait s'amuser ?.. Ben quoi ? Rivy aime bien s'amuser.. Rivy souriait.. Franchement cette "soirée".. Elle était sûre qu'elle allait bien se passer.. Elle regarda une petite fille qui venait de lui tirer le pan sa robe blanche. La danseuse pencha la tête sur le coter en s'agenouillant devant elle

    - Coucou, je m'appelle Rivy, je suis une danseuse et lui là *montrant Genesis du doigt* C'est un gentil messieurs, même s'il fait un peu strict... Faut pas avoir peur hein, il est gentil comme un chocobo. Parole de Rivy Pikina !

    Pourquoi ?.. Aucune idée, c'était les seuls mots qui étaient venues.. Elle plongea sa main dans une poche pour en sortir une sucrerie qu'elle tendit à l'enfant.. Deux secondes.. Le temps qu'elle saisit la sucrerie parfumé à la fraise, qu'elle court vers ses copains.. Pour qu'une troupe d'enfant ce précipite vers la danseuse pour une distribution de bonbons à la fraise.. Heureusement qu'elle avait prévue le coup et avait pris un stock en conséquence.. Un homme s'approcha de Genesis, lui annonçant qu'on pouvait rester la soirée.. Génial ! Comme quoi, distribuer des bonbons à des enfants cela aide.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 768
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1094/500  (1094/500)
Lun 25 Juil 2011 - 23:08
    « Moi c’est Estéban et… Vous pouvez passer la soirée ici, vous serez nos hôtes. »

    Il accepta d’un hochement de tête et regarda une nouvelle fois autour de lui, plus ébahi et content d’avoir vu ça au moins une fois dans sa vie, qu’il ne semblait, à voir son visage désespérément sévère. Il jeta un coup d’œil sur Rivy qui avait déjà la situation bien en main, parlant à une petite fille, le pointant du doigt dans l’instant. Elle avait tout le talent nécessaire pour la mission, en tout cas pour ce qui était de tous les enfants de la cité des Rêves. Elle avait toute la grâce et la beauté nécessaire pour plaire aux jeunes filles et les garçons, même jeunes, devait bien apprécier la compagnie d’une belle femme dans une belle robe. Un vieil homme s’approcha du Tragédien…

    Il laissa un sourire le gagner… Il devait être comme elle, être plaisant. Et pas comme il était plaisant d’habitude, dans son style gentil homme « Ravi de vous rencontrer, mademoiselle » tout en gardant un côté à la fois mystérieux et sinistre. Il devait adopter un nouveau style et pour cela, abandonner le Tragédien pour une soirée…

    Il aurait aussi à s’abandonner lui-même en route puisque même sans la Tragédie, il restait… Différent.

    Alors oui ! Finie la Tragédie, finis le corbeau et la corneille et Loveless l’attendrait ! Cette soirée, un nouveau Genesis naissait et prenait son envol dans la joie, la bonne humeur et l’envie de passer une très belle soirée !



    Il resta là, planté sur le sol, sans trop savoir que faire… La plupart des enfants étaient auprès de Rivy ou ailleurs et il ne restait plus que des hommes d’un certain âge. Deux d’entre eux s’approchèrent doucement de lui, le fixant d’un regard méfiant. Tous les deux avaient presque le triple de son âge mais ils se portaient bien, rigoureux comme leur peuple. Le Tragédien songea à s’éclipser tant qu’il en était encore tant, pour ne pas leur parler et ne pas respecter sa volonté d’être… Jovial en cette soirée.


    « On aimerait vous parler d’une chose, Genesis. »

    Le même consul ne retint pas son soupir avant de les regarder dans les yeux sévèrement et légèrement agacé et de marcher vers une maisonnette.

    « Très bien… Ecartons-nous, alors. »

    Ils n’eurent rien à reprocher à cela et le suivirent aussitôt… Arrivé là bas, se regardant entre eux pour décider qui parlerait de leur problème… L’un d’eux se décida et d’une voix grave mais basse, il parla.

    « On est pas mal à se dire que notre peuple n’est pas bien considéré du tout par les autres habitants de la cité et même par le Consulat. »

    « Les bohémiens restent des parias et vous ne faîtes rien contre. »

    Le Consul ne cligna pas des yeux, ne détournant pas le regard de leurs iris sombres…

    « Avec tout le respect que je dois à votre peuple, messieurs… Il y a un an, trois cent bohémiens étaient enfermés dans une bastille conçue pour accueillir juste une centaine d’hommes… Sans le Consulat, la moitié d’entre eux seraient morts et l’autre moitié serait à nouveau en prison. A l’heure actuelle, vous êtes régis par les mêmes lois et les mêmes taxes que tous les autres habitants… »

    « Ca ne change rien ! Les gens continuent à se méfier de nous ! »

    Genesis n’attendit plus et s’éloigna de quelques pas, faisant mine de partir vers un autre endroit de la Cour des Miracles… Mais avant, il se retourna et leur prononça gravement quelques derniers mots.

    « Plusieurs consuls sont des gitans, nous ne faisons aucune distinction… Le Consulat peut faire beaucoup mais on ne peut pas forcer les gens à vous aimer… Cela doit venir aussi de vos efforts… »

    Il poursuivit sa marche et s’étant éloigné de plus de dix mètres, une grosse voix parvint jusqu’à ses oreilles.

    « Et Frollo ? »

    Il ne se retourna même plus et soupira…

    « Je ne suis pas le chef du Consulat… Juste un porte-parole… Ce sont les Muses qui choisissent, pas nous. »

    Il marcha quelques pas à travers la Cour des Miracles, regardant les danses qui commençaient à naître autour du grand feu. Il sentit la chaleur et ferma les yeux, réfléchissant pleinement… C’était bien ce qu’il pensait… Il n’avait plus le choix.

    Il se dirigea vers un groupe de gitans, assis à même le sol. Il y avait deux hommes et deux femmes, quatre amis qui discutaient et profitaient de la chaleur, de l’ambiance qui commençait doucement à devenir très agréable pour eux qui savaient profiter de la vie. Ils l’accueillirent aimablement, sans retenue et à cinq, ils formèrent un demi-cerle, ouvert sur le feu de camp. Un des hommes lui tapota le dos quand il fut assis avec familiarité et sincérité.


    « Ta compagne a l’air charmante, Genesis, tu as bien de la chance ! »

    Il laissa un rire l’emporter avant de sourire tout en regardant les personnes à ses côtés.

    « Elle est charmante, oui. Mais ma compagne, comme tu dis, n’est pas ici. »

    Une des deux femmes riait à son tour, se moquant de l’autre bohémien, soulevant un sourire de Genesis.

    « Et à mon avis, vous ne la verrez pas de si tôt par ici. Elle n’est pas vraiment du genre à faire la fête. »

    Remarque… Ca leur faisait ça en commun. Peu après qu’il eut fini sa phrase, un garçon arriva et se planta devant lui avant de lui demander, méfiant :

    « T’as déjà battu des monstres ? »

    « Oui bien sûr.

    « Raconte. »

    « Hum… Je suis occupé, je parle à de grandes personnes. »

    « Pff… T’as jamais tué de monstres alors. »

    Le Consul fronça les sourcils, contrarié…

    « Je pourrais te raconter des histoires qui te feraient frémir… »

    « Ben vas-y… »

    Genesis regarda les bohémiens de son âge qui ricanaient en silence, attendant qu’il se décide.

    « Bon et bien d’accord, je vais te montrer… Alors… »

    Le gamin fit quelques pas en arrière, se retourna et cria à une bande de gamins :

    « Hey, les gars !! Les filles !! Venez, il va raconter une histoire !!! »

    Il regarda sans bouger une dizaine d’enfants courir vers le groupe et s’asseoir devant lui, les yeux grands ouverts, prêts à boire ses paroles pleines de vérité.

    « Je vais vous raconter la fois où… J’ai aidé un… Ent à sauver son ami le… Farfadet. »

    « Personne n’y croira. »

    Genesis se tourna vers le bohémien à ses côtés qui venait de dire ça, lui assénant un regard noir mais il continua…

    « Je marchais dans une forêt très sombre… Vraiment très très sombre…Et j’ai vu un Ent, un arbre vivant, si vous préférez… Qui pleurait. »

    Une jeune fille de cinq ans tout au plus, prit la parole avec innocence.

    « Pourquoi il pleurait ?! »

    « Parce qu’il a perdu son ami le farfadet, c’est le titre du livre… »

    « … Parce qu’il avait perdu son ami le farfadet… Qui a été enlevé par de très sombres créatures. Alors moi, je lui ai proposé mon aide, pour soulager son chagrin et il m’a dit que pour l’aider, je devais marcher jusqu’au Soleil couchant ! Et qu’une fois arrivé là-bas, je devais tourner à gauche et j’y étais… Et c’est ce que j’ai fait ! »

    « T’as marché jusqu’au soleil couchant ? »

    « Et là, je suis arrivé devant une très très grande tour, sans entrée… Il y avait juste une fenêtre au sommet de cette tour. Alors j’ai grimpé à l’aide de… D’une flûte magique. »

    « Une flûte magique t’a aidé à escalader une tour ? »

    « Et je suis entré dans la tour… Et là, j’ai vu le farfadet bloqué à un mur par trois gigantesques trolls et quand ils m’ont vu, ils m’ont mis à terre. J’avais beau lutter, ils étaient trop forts ! »

    « En gros, t’as jamais tué de monstres. »

    Le Tragédien fit taire toute expression sur son visage et fusilla le garçon d’un regard sévère.

    « … Et j’ai regardé fixement les trolls dans les yeux… Et j’avais entendu dire que les troll se transformaient en pierre quand on devinait quel était leur fruit préféré alors sans plus hésiter, j’ai dit « Pomme, pomme… Et pomme ! » Et ils se sont transformés en pierre… C’est ainsi que j’ai battu trois monstres ! »

    « C’est super impressionnant… Et sinon, quoi de neuf ? »

    « Moi j’ai trouvé ça nul comme histoire. »

    « Ouais bah, on sait comme ça qu’il n’a jamais battu de monstres… »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Danseuse Éphémère
Féminin
Nombre de messages : 143
Age : 27
Localisation : Paloum Paloum ~
Date d'inscription : 07/10/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
428/650  (428/650)
Mar 26 Juil 2011 - 14:45


_« Trace ta propre route »_
    A peine la danseuse avait fini de distribuer ses sucreries que les enfants partirent en courant pour écouter l'histoire.. L'histoire ?.. La première petite fille saisit la main de la danseuse la tirant doucement

    -Tu viens ? On va écouter l'histoire du monsieur gentil comme les chocobos !

    -.. Maître Genesis ?.. Oui, bien sûre, je ne manquerais ça pour rien au monde !

    La danseuse se laissa diriger par la petite fille.. Plongeant sa main dans sa poche.. Vide .. plus une seule sucrerie.. Elle leur avait tout donné.. Elle en aurait bien mangé un, mais ce n'est pas grave, elle leur avait fait plaisir, ils avaient le sourire, cela vaut tous les bonbons du monde, vous ne croyez pas ?

    Elle s'assis au milieu de l'assembler d'enfant, posant les yeux sur Genesis.. Elle lui sourit, bien qu'il ne la regardait pas, quelque part, elle savait qu'il le sentirait.. La petite fille s'assit sur les genoux de la danseuse.. Elle entoura la taille de l'enfant de ses bras, comme pour former une protection pour ne pas qu'elle tombe alors que Genesis commença son récit..

    « Je vais vous raconter la fois où… J’ai aidé un… Ent à sauver son ami le… Farfadet »

    Un Ent.. Rivy n'avait aucune idée de ce que c'était de même qu'un farfadet.. C'était la seule vraiment inculte de l'assemblait qui ne connaissait pas ces créatures féeriques ?.. Surement.. Enfin peut-importe. Il commença son récit, elle souriait en le regardant.

    « Je marchais dans une forêt très sombre… Vraiment très très sombre…Et j’ai vu un Ent, un arbre vivant, si vous préférez… Qui pleurait.… »

    Quelques questions posées par des enfants, la réponse de Genesis qui continuait son histoire

    « … Parce qu’il avait perdu son ami le farfadet… Qui a été enlevé par de très sombres créatures. Alors moi, je lui ai proposé mon aide, pour soulager son chagrin et il m’a dit que pour l’aider, je devais marcher jusqu’au Soleil couchant ! Et qu’une fois arrivé là-bas, je devais tourner à gauche et j’y étais… Et c’est ce que j’ai fait !
    Et là, je suis arrivé devant une très très grande tour, sans entrée… Il y avait juste une fenêtre au sommet de cette tour. Alors j’ai grimpé à l’aide de… D’une flûte magique
    Et je suis entré dans la tour… Et là, j’ai vu le farfadet bloqué à un mur par trois gigantesques trolls et quand ils m’ont vu, ils m’ont mis à terre. J’avais beau lutter, ils étaient trop forts ! »


    Rivy avait le sourire aux lèvres, c'était une bien étrange histoire, mais elle lui plaisait, bien que l'assembler restait perplexe.

    « En gros, t’as jamais tué de monstres. »

    Rivy rigola silencieusement.. Genesis avait surement éliminé plus de monstre qu'il était possible d'imaginer, elle en était persuadée.. Tout comme chaque consuls durant leurs missions.. Bien qu'elle n'est jamais vraiment eu besoin de tuer "un monstre".. Le seul vrai monstre qu'elle avait rencontré, pour elle, c'était.. Id.. Il continua son histoire

    « … Et j’ai regardé fixement les trolls dans les yeux… Et j’avais entendu dire que les troll se transformaient en pierre quand on devinait quel était leur fruit préféré alors sans plus hésiter, j’ai dit « Pomme, pomme… Et pomme ! » Et ils se sont transformés en pierre… C’est ainsi que j’ai battu trois monstres ! »

    Rivy ne put empêcher un sourire sur dessiner sur ses fines lèvres, en voilà une drôle de façon de battre des trolls.. Les commentaires laissaient aller.. Rivy était donc la seule à avoir aimé cette histoire ?... Elle passa sa main dans les cheveux de la petite fille assise sur ses genoux, qui la regardait, comme pour lui demander si cette histoire était vraie, un sourire aux lèvres, la danseuse s'exclama

    - Non, mais vous ne comprenez pas.. Maître Genesis vous à raconter.. Une histoire, un peu modifiée.. Simplement pour ne pas vous effrayer.. J'y étais, j'ai tout vue.. Il a vraiment battu ses monstres. Libre à vous de me croire ou non, mais il les a bien battus ces horribles trolls.

    En espérant que cela fasse taire quelques mauvaises langues. Elle avait un petit sourire en coin, laissant ses yeux plonger dans ceux de Genesis... Puis elle s'exclama de nouveau en s'adressant surtout aux enfants.

    - Hey ! Avez-vous déjà vue un minou géant ?

    Un.. Minou ?.. Tu veux dire un gros chat ?..

    Elle secoua la tête pour dire oui. Les enfants n'avaient pas vraiment l'air convaincus.. Franchement.. Une histoire donc.. Pourquoi pas leur raconter une histoire ?.. Comme ça, Rivy serait si elle pouvait faire cela plutôt bien..

    - Et bien moi, j'en ai un ! Un gros chat grand comme ça. S'exclama-t-elle en ouvrant grand les bras. Il s'appelle Nanaki, c'est joli n'est-ce pas. Mais ce n'est pas aussi beau que lui.. Vous voulez que je vous raconte ?

    Des murmure et de grands "oui" sortait des lèvres des enfants.. Les enfants adorent les animaux aussi.

    Et bien.. Mon minou, il est grand comme je vous le dis, il a un magnifique pelage roux et il est tout doux. Et vous savez quoi ? Il a sur le bout de sa queue une flamme qui brûle, comme celle d'un feu de camp au clair de lune... Et un jour, vous n'allez pas me croire, j'en suis sûr, mais nous nous sommes tous les deux, lancé à la chasse au chocobo !..

    Encore des murmures perplexe.. Un gros chat, la chasse au chocobo, c'est peut-être un peu trop pour une histoire non ?.. Même si cela était bien vrai.

    Alors, Nanaki et moi revenions du marché, parce que c'était un mardi, le mardi c'est le jour du marché ! Et nous sommes tombés sur un marchand de laine.. Et là ! Nanaki avait vu cette pelote.. si belle, si attirant.. Il ne pût s'empêcher d'aller jouer avec.. Et au moment le plus crucial... Un chocobo arriva et vola la pelote de laine avant de s'enfuir au loin ! Et là, Nanaki ne l'entendait pas de cette oreille, c'était SA pelote ! La sienne et a personne d'autre !! Alors, il s'est mis à la pourchassé.. Je n'avais pas eu le temps de voir quoi que ce soit qu'ils avaient tous les deux disparut !

    La petite fille regarda Rivy, lui tirant un peu le haut de sa robe

    - Et il n'est plus jamais revenue le minou ?

    Elle avait une petite mine tristounette sur le visage, Rivy lui ébouriffa les cheveux.

    - Attends, j'y viens. Un sourire aux enfants qui la regardaient silencieusement. Alors, ou en étais-je ? Ah oui ! Alors que j'étais là, toute seule.. Je ne savais pas trop quoi faire, il fallait que je retrouve mon minou et ce chocobo voleur de pelote.. Alors, je me suis dit.. Si j'étais un chocobo, où est-ce que j'irais pour cacher mon trésor ?!.. Vous savez, moi, j'ai travaillé avec des chocobos un jour, donc, je sais comment faire pour les amadouer.. Et puis, moi, j'ai toujours ce qu'il faut dans mes poches ! Et là.. Je me suis donc dirigé dans un endroit où il n'y avait personne, c'est connu, les chocobo n'aime pas les endroits trop animés, ils préfèrent le calme.. J'étais donc derrière des maisons et j'ai attendu.. J'avais par avance un chocolègume dans ma poche, les chocobos raffole de ce légume, moi aussi d'ailleurs, mais c'est autre chose. Annonça-t-elle en rigolant légèrement. Donc j'avais ce chocolègume dans la main et je n'ai pas attendu longtemps avant que le voleur soit attiré par son odeur.. Et Nanaki lui, le poursuivait toujours.. Le chocobo est arrivé vers moi, je lui ai tendu le chocolègume et je lui ai caressé son beau plumage d'or.. Et il m'a donné la pelote en échange du chocolègume, ensuite il s'en es allé.. Et alors, Nanaki est arrivé.. Il était vraiment beau, fatigué aussi, un chocobo c'est très rapide vous savez, c'est dur de les suivre, même quand on est un minou géant. Et donc, je lui ai fait un câlin.. Puisque je l'aime fort. Oui, un bon gros câlin.. Il est très doux.. Et après nous sommes rentrés chez nous...

    Des sourires, c'est ce qu'elle voyait sur leurs visages.. C'était une longue histoire oui, mais voir les yeux des enfants briller, c'était tellement beau..

    - Un jour, si j'en ai l'occasion, je vous présenterais mon minou, il est gentil comme tout.

    Quelques minutes et la foule se dispersa.. Les enfants partirent jouer et Rivy fixa Genesis... Une question lui brûlait les lèvres, mais elle n'osait pas trop.. Elle voulait savoir quand il rentrerait Nanaki.. Il était parti depuis longtemps.. Cela faisait combien de temps qu'elle ne l'avait pas vue ? Trop longtemps à son goût.. Mais peut-être qu'il était en mission secrète, donc elle n'osait pas trop.. Elle se leva puis vient s'asseoir à côté de Genesis, lui souriant.

    - J'ai bien aimé votre histoire moi.

    Lui dit-elle doucement.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 768
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1094/500  (1094/500)
Sam 30 Juil 2011 - 4:50
    « Non, mais vous ne comprenez pas.. Maître Genesis vous à raconter.. Une histoire, un peu modifiée.. Simplement pour ne pas vous effrayer.. J'y étais, j'ai tout vue.. Il a vraiment battu ses monstres. Libre à vous de me croire ou non, mais il les a bien battus ces horribles trolls. »

    Il regarda Rivy, fit mine d’être un peu surpris qu’elle ait rajouté ce détail à l’histoire et dit promptement aux enfants :

    « Oui… Tout à fait ! »

    Il retint un sourire, la situation en devenait amusante, même pour lui et bien que la soirée n’ait fait que commencer, il en était déjà à dire que s’ouvrir et passer un bon moment auprès de ces bohémiens, ce ne serait peut-être pas si difficile… Ce ne serait peut-être pas si désagréable.

    « Hey ! Avez-vous déjà vu un minou géant ? »

    Quand les enfants demandèrent à Rivy si elle voulait bien parler d’un chat, elle secoua la tête simplement. Pas de « Oui, c’est cela » ou même une réponse cynique, c’était une réponse de cette dame choisie par sa grâce par Terpsichore. Il y avait en elle ce caractère parfois un peu enfantin. Ce n’était pas désagréable car elle ne le faisait pour Genesis, jamais au mauvais moment. Genesis écouta son histoire, un sourire qui n’était plus dissimulé au visage. Aussi étrange que celui puisse sembler, il ne l’avait jamais entendue parler autant et c’était, il le découvrait au même moment, un grand regret qu’il avait… Probablement parce qu’il était le sinistre Tragédien, elle parlait peu en sa compagnie et si elle était aussi belle et gracieuse que la grâce elle-même, elle n’était peut-être pas en confiance… Peut-être même qu’elle avait peur de lui.

    « Et bien moi, j'en ai un ! Un gros chat grand comme ça. S'exclama-t-elle en ouvrant grand les bras. Il s'appelle Nanaki, c'est joli n'est-ce pas. Mais ce n'est pas aussi beau que lui.. Vous voulez que je vous raconte ? Et bien.. Mon minou, il est grand comme je vous le dis, il a un magnifique pelage roux et il est tout doux. Et vous savez quoi ? Il a sur le bout de sa queue une flamme qui brûle, comme celle d'un feu de camp au clair de lune... Et un jour, vous n'allez pas me croire, j'en suis sûr, mais nous nous sommes tous les deux, lancé à la chasse au chocobo !.. »

    L’introduction avait le mérite d’être amusante, le Tragédien laissa échapper un petit rire alors que les enfants aussi semblaient dubitatifs. D’un côté ça le rassurait, ça voulait au moins dire qu’il n’était pas complètement idiot à être le seul à raconter une histoire à laquelle nul ne croit. Elle décrivait le fils de l’Astronomie très simplement mais de manière si vraie… Elle oubliait certes de dire ce qui était peu agréable à voir chez lui… Qu’il soit borgne, qu’il ait été marqué au fer rouge d’un chiffre romain avec pas plus de quatre chiffres.

    Non… Ce n’est pas qu’elle oubliait d’en parler… C’est que pour Rivy, Nanaki était réellement beau, elle ne voyait pas ses défauts.


    « Alors, Nanaki et moi revenions du marché, parce que c'était un mardi, le mardi c'est le jour du marché ! Et nous sommes tombés sur un marchand de laine.. Et là ! Nanaki avait vu cette pelote.. si belle, si attirant.. Il ne pût s'empêcher d'aller jouer avec.. Et au moment le plus crucial... Un chocobo arriva et vola la pelote de laine avant de s'enfuir au loin ! Et là, Nanaki ne l'entendait pas de cette oreille, c'était SA pelote ! La sienne et a personne d'autre !! Alors, il s'est mis à la pourchassé.. Je n'avais pas eu le temps de voir quoi que ce soit qu'ils avaient tous les deux disparut ! »

    Une histoire pleine d’action, de suspens, d’angoisse… Genesis ne put s’empêcher de rire en imaginant Nanaki courir après une pelote de laine comme si ça vie en dépendait. Lui qui était si mature, si réservé et triste et Rivy racontait une histoire plutôt intéressante sur sa personnalité. Un sourire amusé était resté sur les lèvres du Tragédien depuis le commencement même de cette histoire. La petite fille sur les genoux de la danseuse leva la tête et lui demanda, un peu peinée :

    « Et il n'est plus jamais revenue le minou ? »

    Son sourire disparut à cet instant même et de façon brusque, désagréable… Comment oublier qu’un de ses frères est porté disparu depuis quelques jours déjà, même quand on parle d’une histoire légère. Il ne savait même pas dans quel monde il était, sa disparition fut si brusque, si spontanée… Comment deviner ? Certes, il misait toutes les chances sur la Terre des Lions qui regroupait le plus de raisons pour ce fauve de faire un voyage... La Terre des lions l’avait vu naître et il avait appris qu’elle était en danger… Nanaki n’était pas un monstre mais il était indéniable qu’il y avait en lui une part tout à fait animale, son physique tout d’abord mais aussi son instinct… Genesis doutait franchement de sa part qu’il aurait la conscience de prévenir tout le monde qu’il partait, avant de s’en aller… Non il agissait probablement selon son instinct animal et n’avait peut-être pas voulu perdre de temps…

    Depuis des jours, c’était bien ce que le Tragédien espérait… Chaque lendemain, en arrivant dans le Sommet des Arts, il espérait apercevoir Nanaki qui lui dirait avec une mine fatiguée qu’il avait du accomplir quelque chose et qu’il était désolé de ne pas avoir prévenu.

    Il écouta Rivy qui racontait son histoire avec passion et tendresse. Il se força à sourire, pour ne rien laisser paraître, pour ne pas gâcher la bonne humeur. Et en entendant l’histoire, il pensa à Yuno… Cette prodige du violon qui à peine âgée de huit ans, était venue avec ses parents au Sommet des Arts. Elle était alors complètement fan de l’Astronome et Genesis avait demandé à ce dernier de passer quelques heures avec la petite, pour lui faire plaisir et qu’accessoirement, elle reste au Jardin Radieux. Le sourire revint, il n’oublierait jamais la réaction de Nanaki quand il lui donna cette mission… C’était assez délectable de le voir douter des capacités du Tragédien à gérer le Consulat.
    Genesis regarda fixement Rivy qui terminait son histoire par une touche… Aussi légère que tout le reste, en fait.


    « Et donc, je lui ai fait un câlin.. Puisque je l'aime fort. Oui, un bon gros câlin.. Il est très doux.. Et après nous sommes rentrés chez nous... »

    Et ce fut pour ainsi dire la première fois qu’il ressentit… Une intuition… Jusque là il avait eu peur certes, qu’il ne soit arrivé le pire à Nanaki mais alors qu’elle racontait à quel point elle l’aimait et à quel point il était doux… C’était comme s’il devait lui annoncer qu’il était mort… Mais non, il n’en savait rien… Il n’en savait rien. Il regarda le sol, songeur tandis que les enfants partaient et que les quatre bohémiens s’en allaient se rapprocher du feu. La danseuse se rapprocha du Tragédien et voyant son sourire, il ne put s’empêcher de lui rendre poliment.

    « J'ai bien aimé votre histoire moi. »

    Il eut un petit rire nerveux et laissa un nouveau sourire plus... Calme. Il se voulait rassurant alors qu’il ne savait même pas si elle était inquiète à cet instant. Il tourna sa tête vers elle mais au lieu de la regarder dans les yeux, il laissa ses yeux se poser sur les pans de sa belle robe blanche.

    « Ah oui ? Moi j’ai adoré la vôtre… Elle m’a tenu en haleine du début à la fin ! »

    Il rigola une nouvelle fois avant de regarder les flammes crépiter. Soudain dans la cour des miracles, une sorte d’orchestre improvisé commença à jouer de la musique et des dizaines de bohémiens et de bohémiennes allèrent directement se prêter à la danse… Et sans règles, ils dansaient, tournaient sur eux même et riaient. C’était assez plaisant à voir, assez beau… Tout cela, au rythme des flammes…

    Entre Rivy et Nanaki, il y avait quelque chose de spécial, plus que cette fraternité qui liait les Consuls… Nanaki avait sauvé la danseuse éphémère, c’était bien connu et respecté… Pour tout avouer, le Tragédien avait regretté de ne pas avoir été là, lui aussi. Car un homme était venu, un sans-cœur, et il avait attaqué la Dame… Mais il était toujours vivant et ça, Genesis ne pouvait le tolérer…


    « Vous avez vu… ? La passion qu’ils ont dans leurs regards, dans leurs gestes… »

    Le Tragédien fronça les sourcils tout en examinant attentivement toutes ces personnes qui dansaient… Cette passion, il la voyait en chacun d’eux.

    « C’est ce que je voudrais par-dessus tout… Que tout soit comme ça. Que l’art emporte tous les mondes dans une danse où il n’y aurait que de la passion. »

    Il soupira… Avant de regarder Rivy fixement, avec un sourire au coin des lèvres.

    « Je n’ai absolument pas l’audace que de me croire à votre hauteur, Dame Rivy… Et ne voyez pas cela comme une insulte. »

    Il tendit sa main vers elle… La troisième fois de cette soirée.

    « Mais j’aimerais vous inviter à nous joindre à eux, même si je suis un piètre danseur. »

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Danseuse Éphémère
Féminin
Nombre de messages : 143
Age : 27
Localisation : Paloum Paloum ~
Date d'inscription : 07/10/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
428/650  (428/650)
Sam 30 Juil 2011 - 18:08


_« Danse comme si ta vie en dépendait »_
    Sérieusement elle était triste de ne pas avoir vue depuis trop longtemps à son goût, Nanaki.. il lui manquait vraiment beaucoup. Mais, elle était sûre et certaines qu'il était quelque part et qu'il allait bien. Peut-être qu'il s'était perdu où quelque chose du genre... Enfin, elle espérait chaque jour de le voir rentrer à la maison frais comme une fleur de lis.

    « Ah oui ? Moi j’ai adoré la vôtre… Elle m’a tenu en haleine du début à la fin ! »

    Rivy sourit de plus belle. au moins elle savait raconter une histoire.. Une histoire que c'était réellement passé. Et simplement de voir les enfants rêvait l'avait rendu heureuse, oubliant ses peurs, ses peines, oubliant tous et ne laissant que la joie l'envahir.. en quelque seconde la musique s'éleva et tous se mirent a danser, au rythme de la musique, Rivy sautilla quelques secondes sur place, elle était vraiment heureuse, cette soirée était vraiment super..

    « Vous avez vu… ? La passion qu’ils ont dans leurs regards, dans leurs gestes… »

    Elle s'arrêta de sautiller et elle regarda les gens, hommes, femmes et enfants qui dansaient, qui rigolaient ensemble, s'amusant du peu qu'ils avaient..

    « C’est ce que je voudrais par-dessus tout… Que tout soit comme ça. Que l’art emporte tous les mondes dans une danse où il n’y aurait que de la passion. »

    La danseuse fixa Genesis.. C'était un peu un rêve.. Impossible. C'était beau, idéaliste et complètement sur-réaliste.. Elle sourit..

    - Je vais être franche je ne pense pas que tout les mondes soit comme ce peuple un jour.. Les humains sont tellement compliqué, ils sont bornée, et leurs idéaux sont parfois vraiment.. Improbable. C'est un peu une utopie, non ?.. Je pense que.. il faut prendre en compte les nombreuses différences des gens.. Pour leurs apporter ce que l'ont veut en faite..

    Elle baissa les yeux.. Peut-être qu'elle ne devait pas dire tout cela, elle aussi, voyager pour rependre son art, comme le veut le consulat, de plus elle adorait faire ça, voir le sourire des gens avoir la satisfaction du devoir accomplit quand vous vous couchez dans votre lit le soir après une dure journée de travail.. Mais elle était convaincue qu'il y aurait toujours quelque chose qui ne va pas. Une bête noire qui empêcherait ce rêve de se réaliser.. Les hommes et leurs stupides idées, bornée comme ce n'est pas permis, qui veulent tellement de choses inaccessibles.. Les uns veulent les ténèbres, les autres la paix.. Mais, jamais.. Jamais ils n'auront gains de cause, simplement parce qu'ils sont aveuglé par ce qu'il désire. Il faut prendre en compte tellement de choses pour résonner correctement..

    Peut-être que Rivy est l'une des personnes la moins.. Mature, adulte.. Elle était tellement naïve, elle savait très peu de choses, elle était un peu comme une enfant qui découvrait peu à peu le monde, mais pour elle.. Si ont ne prenait pas en compte la voix du peuple.. Et que quelques hommes et femmes se lançaient dans une course pour leur idéaux.. Ils n'arriveraient à rien..
    Les gens ont des religions différentes, des façons de vivre qui ne sont aucunement pareils.. Des langues propres à la création de leurs races, ce genre de choses.. Ce sont des cultures différentes, des choses qu'il ne faut pas perturber en voulant trop avoir, en voulant.. Conquérir.. C'était cela que tout le monde voulait finalement. Avoir tout, tout posséder, être un peu les grands rois. Mais ils ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez.. Ils ne pensait pas aux gens comme ceux qui dansaient devant les yeux des deux consuls.. Ceux qui ont des préceptes propre à leurs nations.. Enfin elle se perdait dans ses pensées, dans ses dires.. Mais tout ça pour dire seulement que quand on voulait quelque chose, il fallait également prendre en compte toutes les choses, les races et les peuples que l'on rencontre, pour satisfaire tout le monde, sinon, nos efforts auraient été vain.

    Elle pose ses yeux sur Genesis quelques secondes avant de secouer les mains devant elle

    - Oubliez ce que j'ai dis, je sais même pas ce que je raconte moi-même.

    Elle rigola un peu se sentant idiote.. Personne n'a la même façon de penser, même s'ils se côtoient tout les jours...

    « Mais j’aimerais vous inviter à nous joindre à eux, même si je suis un piètre danseur. »

    .. Alors, là.. C'était un peu, impensable.. Qui aurait cru que la tragédie inviterait la danse à .. Danser ... Comme ont dit, "incroyable mais vrai", pas que cela déplaise à la danseuse éphémère, elle ne put que sourire de plus belle, un peu de rouge sur les joues. C'était comme.. Un honneur d'être invité par Genesis. Elle ne le connaissait pas vraiment beaucoup, on peut dire que leurs discutions étaient plutôt limitées, mais elle l'aimait bien, bon, il ne souriait pas assez et tout ça. Mais rien qu'en le voyant sourire sincèrement elle était contente. Et elle ne comprenait pas les gens qui avaient peur de lui, comme les enfants quand on ne le connait pas avec son allure stricte et sévère. Mais les apparences sont tellement trompeuse, n'est-ce pas.

    Elle saisit la main que Genesis lui tendait, vraiment heureuse et elle se mit à prendre le relais et le tirer vers la piste improviser, aux milieux des gîtant qui s'amusait.

    Elle s’approcha de Genesis pour lui souffler a l'oreille.

    - La danse, ce n'est pas difficile, il suffit de laisser la musique porter le corps. Vous savez, c'est un peu inné pour chacun, il n'y a pas de "je ne sais pas danser, moi", ce n'est pas vrai, quand on veut on peut, puis il suffit de connaitre les pas et de danser, de travailler également. C'est comme.. Le combat, vous vous êtes entraîné pour cela.. La danse c'est pareil. Chaque mouvement est un pas qui forme à la fin une chorégraphie. Chaque pas, chaque geste que vous faites en vous battant avec votre épée, quand vous effectuez chacun de ses mouvent, vous réaliser une chorégraphie. En fait, la danse et partout, sauf que ne l'on s'en rend pas toujours compte.

    Bon c'était pas une musique assez douce.. Alors, COMMENT DANSER AVEC GENESIS SUR UN AIR DE MUSIQUE FESTIVE ?.. Là était tout le dilemme qui venait de se poser devant la danseuse.. C'était bien beau, mais elle ne dansait qu'avec des chorégraphies préparées, qu'elle connaissait.. Bon, improvisation ?.. Un petit rock, super bien mouvementé.. Même avec quelqu'un qui disait ne pas savoir danser ?.. Oh et puis zut. Elle saisit une main de Genesis se laissant porter par la musique. En avant pour la danse *o* !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 768
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1094/500  (1094/500)
Sam 20 Aoû 2011 - 3:31
    « Je vais être franche je ne pense pas que tout les mondes soit comme ce peuple un jour.. Les humains sont tellement compliqué, ils sont bornée, et leurs idéaux sont parfois vraiment.. Improbable. C'est un peu une utopie, non ?.. Je pense que.. il faut prendre en compte les nombreuses différences des gens.. Pour leurs apporter ce que l'ont veut en faite.. »

    Le Tragédien la regarda, les sourcils froncés, pas de méfiance, d’incertitude ou de rancune mais parce qu’il réfléchissait à ce qu’elle venait tout simplement de dire, comme l’on conjugue, elle avait parlé et d’une bien belle façon. Avec un discours terriblement raisonné, ce que l’on voit oui, souvent… Mais rarement auprès d’une personne passionnée et donc du Consulat, j’entends. Il est peut-être vrai qu’au Consulat, les hommes et les femmes se brouillent l’horizon de rêves et de chimères. C’était très probable, le Tragédien le savait, Medusa aussi et… Nanaki, c’était aussi certain. Mais ils ont comme une chance unique que l’on ne peut leur retirer. Ils ont des rêves, des passions et ont l’opportunité d’essayer de les accomplir, ce qui est aussi… Probablement ce que tout homme devrait faire.

    « Oubliez ce que j'ai dis, je sais même pas ce que je raconte moi-même. »

    « C’est pour ça que je suis content d’avoir… Une part d’humain en moi, Rivy… Parce que j’ai des rêves et des idéaux. »

    Pourquoi l’avait-il dit… Une raison peu simple mais intéressante… Il s’était souvent vu comme un monstre et à force de le croire, il l’est peut-être devenu… Mais il reste tout de même humain, il a des rêves, il a un cœur.

    Il était… En fait très content d’avoir entendu ces mots de la danseuse et de la Grâce du Consulat. Plus que son point de vue, elle avait dévoilé quelque peu de sa personnalité et venant d’une Consule, d’une fille de Muse… C’était un honneur et une joie. Il n’était plus un inconnu pour elle.

    Et alors qu’il venait de lui proposer de danser à ses côtés, en lui tendant gentiment sa main, elle accepta sans un mot, juste en souriant et en prenant cette même main, ils se levèrent tout deux et s’approchèrent du grand feu de joie où des dizaines de personnes dansaient déjà à leur rythme… Genesis les regarda, un peu intimidé certes mais surtout fasciné… C’était comme s’ils était tous désaccordés mais qu’un rythme inconnu régnait et rendait le tout magnifique. Tout était parfait.

    La danseuse s’approcha du Tragédien, se mettant sur la pointe des pieds pour lui parler à l’oreille, comme pour lui apprendre un secret, lui indiquer une astuce.


    « La danse, ce n'est pas difficile, il suffit de laisser la musique porter le corps. Vous savez, c'est un peu inné pour chacun, il n'y a pas de "je ne sais pas danser, moi", ce n'est pas vrai, quand on veut on peut, puis il suffit de connaitre les pas et de danser, de travailler également. C'est comme.. Le combat, vous vous êtes entraîné pour cela.. La danse c'est pareil. Chaque mouvement est un pas qui forme à la fin une chorégraphie. Chaque pas, chaque geste que vous faites en vous battant avec votre épée, quand vous effectuez chacun de ses mouvent, vous réaliser une chorégraphie. En fait, la danse et partout, sauf que ne l'on s'en rend pas toujours compte. »

    Certes, Genesis avant d’être le combat, était surtout la Tragédie mais il ne relèva pas l’erreur de la part de la danseuse… Un peu dur de lui reprocher quelque chose de ce genre dans de pareilles circonstances. Chose rare mais le Tragédien était assez stressé, en vérité. Il était le genre d’hommes à réussir tout ce qu’il entreprend mais se mettre à danser sans savoir quoi faire devant des tas de gens, c’était assez effrayant… Non en fait, il ne stressait jamais… Toujours confiant, toujours certain de lui. Les doutes étaient pour les autres, lui se contentait d’agir en étant coincé dans sa certitude.

    Il acquiesça et laissa trôner un sourire plus ou moins confiant sur son visage. Mais confiant, il ne l’était pas vraiment…
    Alors il pensa… A ce qu’il était venu faire ici : Se lâcher, prendre du bon temps, passer une excellente soirée.

    Il expira longuement, ferma les yeux et détendit ses épaules… Il était un artiste, fils de Muse, aucune raison pour qu’il ne réussisse pas dans cet art là.
    Un léger soupir et il se laisse emporté par Rivy qui elle-même se laissait porter par la musique…

    Durant les trente minutes qui suivirent… Il fit une tentative de danse. En tout cas, il eut essayé et s’était donné au rythme et à la fête, porté et bercé par la chaleur du grand feu… Protégé par un regard qu’il ne connaissait pas tant, celui de ce lieu, celui des gitans. On ne peut vraiment comprendre un peuple en passant une soirée avec ce dernier mais on peut partager ses sentiments pour un soir, on peut devenir l’un des leurs… Pour quelques minutes, ne serait-ce que cela.

    Rivy avait réussi à le faire aimer ça et bientôt, ils avaient rejoint toute la troupe dansante. Tous ne dansaient pas aussi bien, tous n’avaient pas la même grâce. Tout en haut, il y avait l’élégance du Consulat, Rivy. Alors que tout en bas, il y avait un ridicule bibliophile, s’emmêlant dans ses propres pas… Mais soit, ce qui était le commun de toutes ses personnes, c’était une très jolie étincelle qui comme une perle scintillait.

    Personne ne parlait mais comme un seul homme, cette assemblée dont les deux consuls, formèrent un cercle autour du feu, chacun tenant la main à son voisin… Et comme des enfants, ils tournèrent autour du feu, se rapprochant ou s’écartant. Ce feu avait quelque chose de magique… Rien de brûlant mais tout de chaleureux.
    Le cercle se brisa. Genesis perdit de vue la danseuse, s’éloigna sans trop réfléchir du feu avec un… Très grand sourire sur le visage, pour le public, il avait probablement été hilarant de regarder un homme de sa carrure danser de cette façon mais pour lui… En lui, Genesis était content d’avoir réussi. Il marcha et se laissa tomber sur le sol, aux côtés du bohémien avec qui il avait fait connaissance. Il posa sa main sur son épaule et pointa un doigt tremblant vers le feu de joie.


    « Tu es chanceux de voir ça tous les soirs… »

    Rivy continuait à danser… Genesis lui transpirait et était épuisé d’un tel effort. Il lâcha l’épaule du bohémien et lâcha un grand soupir sous le regard amusé du bohémien. Le ciel était celui de la nuit, plein d’étoiles… Le Tragédien les regarda avec fascination… Il ne le connaissait pas si bien mais Nanaki aurait adoré ça. Et comme un jeu, il s’amusa à chercher les étoiles qu’il connaissait.

    « Tu as soif ? »

    Le Tragédien posa un regard discret sur son ami qui tenait une bouteille d’alcool en main… Et aussitôt, ils burent ensemble, contemplant les scènes devant leurs yeux… Toutes les scènes…

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Danseuse Éphémère
Féminin
Nombre de messages : 143
Age : 27
Localisation : Paloum Paloum ~
Date d'inscription : 07/10/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
428/650  (428/650)
Dim 11 Sep 2011 - 15:37


_« L'amour est sublime et misérable, héroïque et stupide. »_

    Et ils dansèrent encore et encore.. C'était surement la première fois pour Genesis.. Enfin, Rivy ne savait pas trop, puis il y a une première fois à tout non ?.. Elle souriait, elle avait cette sensation en elle, que tout aller bien, que tout irait bien, qu'elle était en sécurité, elle avait sans cesse envie de sourire.. C'était ça le bonheur ?.. Où le bien-être.. Comment savoir, comment être sûre quand on a depuis si longtemps oublié tellement de sentiment ?... En tout cas, elle se sentait bien souriante, elle pouvait elle-même affirmer qu'elle était joyeuse, heureuse d'être ici, de passer sa soirée avec Genesis, avec tous ces gens qui respirent la joie de vivre.. Combien de temps passèrent-ils à danser ?.. Peut-importe le temps, les minutes, les heures finalement..

    Rivy était tellement contente, elle souriait pour de vrai et elle souriait de joie. Elle rigolait, elle passait du bon temps.. Hey ! Il n'empêche.. Que Genesis ne danse pas si mal que ça.. Vous avez vu ?.. Rivy s'arrêta quelques instants, mais vraiment pas longtemps, elle le regardait celui qu'elle considérait comme son maître.. Ben oui, ce n'est pas pour rien qu'elle l'appelle 'Maître Genesis".. C'est pour elle, surement le plus grand, le plus fort et le plus sage du consulat.. Elle le regardait un fin sourire sur ses lèvres.. C'était ça.. Oui, exactement.. Elle avait devant elle, une facette du Tragédien que surement peu de consul aurait l'honneur de voir.. Gentiment cela la faisait sourire...

    Et puis, elle appréciait cela, elle aimait beaucoup de choses.. Que personne ne sait forcement. Son adoration pour les animaux quels qu'ils soient, rencontrer des gens, apprendre à les connaitre, les voir dévoiler peu à peu ce qu'ils sont, ce qu'il cache aux autres.. Elle aimait re-découvrir les sentiments.. Même si cela pouvait lui faire terriblement mal en dedans.. Elle devait apprendre et ré-apprendre.. Elle aimait le jour, la nuit, la pluie.. La lune.. Les personnes qui l'entourent, même si elle ne les connait pas autant qu'elle le voudrait.. Et encore tellement de petites choses plus où moins insignifiante à vos yeux.. Qui pour elle son surement quelque chose de très importante..

    Un cercle se forma sans chercher à comprendre, sans même attendre une quelconque demande, Rivy se joignit à eux, Genesis aussi.. C'était un moment qu'elle pourrait qualifier de magique, ils étaient tous là, différent mais semblable, en train de danser formant un cercle en joignant leurs mains.. La chaleur douce du feu sur leurs visages, qui emplissait l'endroit.. Un moment merveilleux inoubliable, jalonné de rire et sourire de regard émerveillé... Au bout de quelques minutes, trop courte aux goûts de la danseuse, le cercle ce rompis, laissant les personnes aller ici et là, les uns continuait à danser, les autres aller se reposer.. Rivy se retourna cherchant Genesis des yeux..

    Jusqu'à ce qu'une main vient se poser dans la sienne.. elle tourna les yeux, regarda un peu plus bas.. C'était cette petite fille qui avait passé une bonne partie de la soirée avec Rivy.. Elle s'était fait une copine visiblement, haha.. Elle lui demanda d'une petite voix, toute timide si elle pouvait danser avec elle.. La danseuse sourit.. Saisissant la petite demoiselle dans ses bras, elle la sera doucement contre elle, tournant encore et encore, faisant un pas à gauche, un pas à droite, tout en suivant la musique.. Pas plus de trois minutes elles avaient dansé.. Mais, cela était suffisant pour voir apparaître un sourire sur le visage innocent de la petite fille..

    Elles finirent par se séparé la demoiselle retournant auprès de ses copains, copines, et Rivy elle.. Avait repérer Genesis.. Elle vient et s'assit à coter de lui, soupirant

    - Piouf.. J'ai beau être ce que je suis, je suis quand même épuisés...

    Elle se laissa tombé à coter de lui, soupirant doucement essayant de récupérer son souffle, elle n'avait pas arrêté depuis un moment et comme elle l'avait dit, même si elle était une sorte de cyborg, elle était épuisés.. Comme tout humain, elle avait besoin de repos, de sommeil, de manger de boire.. Elle lui sourit.. Avant de fixer le feu des yeux.. Elle se laissa tranquillement aller, sans même demander quoi que ce soit elle posa sa tête contre l'épaule de Genesis.. Peut-être n'aurait-elle pas dû ?.. Peut-importe, elle était fatiguée ce soir.. Mais elle resterait éveillé le temps de la soirée, elle le promettait ! Mais, là, elle avait un peu besoin de repos, de réconfort..

    Elle fixait les flamme et ce fut comme si un flash blanc venait la kidnapper... Elle se sentit tomber, avant d’atterrie assise sur un gradin.. Tout était noir, simplement éclairé par des torches allumé.. Laissant d’effrayante ombre sur les toiles du chapiteau.. Car, oui, elle était sous un chapiteau, cela lui semblait tellement réelle et elle semblait connaitre cet endroit.. Pourtant elle n'avait pas le souvenir d'avoir mis les pieds dans un cirque...

    Cela lui était tellement familier que ça lui en faisait peur.. Elle était seule.. enfin c'est ce qu'elle croyait jusqu'à ce qu'elle voit une silhouette au milieu de la scène couverte de sables fins.. Et cette silhouette, elle la connaissait trop bien.. C'était simplement elle.. A dire vrai, elle se sentait mal, elle avait une impression de malaise, comme quand vous êtes à un endroit mais, que ne vous y sentait pas à votre place, comme si, le dit endroit ne voulait pas de votre présence...

    Elle restait assis alors qu'une musique semblable à celle de tribu tribal commença.. La silhouette de la danse ce mis a bougé, levant ses deux bras en l'air, joignant ses deux paumes.. Elle fit un demi-cercle avec son pied droit sur le sable, puis le ramena à sa position initiale, avant de faire de même avec son autre jambe.. Puis, elle avança, un pas, deux pas alors que des projecteurs se braquèrent sur elle, l'illuminant d'une lumière aveuglante.. Pourquoi elle avait si peur ?.. Elle voulait partir, courir dans n'importe quelle directions et filer loin, loin d'ici.. Était-ce réel ?.. Ou rêvait-elle ?.. Était-ce seulement possible de s'endormir sans s'en rendre compte ?.. D'ailleurs quand on s'endort.. On ne le sait pas forcement... Les humains sont bien trop étrange..

    Elle sursauta, quand elle vit que la danseuse face à elle n'avait pas de visage.. C'était comme si on avait pris une gomme et qu'on avait.. gommé son visage, ses yeux, sa bouche, son nez.. Le tous.. Elle se senti basculer en arrière et tomber.. Avant de tomber lourdement sur le sol... Elle ouvrit les yeux se redressa rapidement... Elle regarda autour d'elle.. Genesis était là, à coter.. Ainsi que d'autre personne... Elle avait donc rêvé ?.. Depuis quelques temps ses rêves était de plus en plus étrange, plus terrifiant.. Et elle n'en comprenait pas le sens.. Y avait-il quelque chose à comprendre d'ailleurs ?.. Cela l'effrayait... Mais, elle n'en parlait pas.. Peut-être qu'elle devrait.. Elle irait peut-être voir Medusa, elle l'aidera, peut-être, surement.. Elle poussa quelques mèches bouclé de ses cheveux derrières son épaule.. Faisant comme si de rien n'était comme si elle n'avait jamais fermé les yeux pour s'endormir.. Comme si elle n'avait rien rêvé surtout.. Elle soupira légèrement, souriant à Genesis..

    Quand elle fermait les yeux, ne serait-ce que quelque seconde elle revoyait cette danseuse.. Comme son reflet qui n'avait pas de visage.. Elle en frissonnait.. Mais, rapidement elle chassa tout ceci de son esprit.. Aussi simple soit-il.. La simple bouille de la petite fille qui avait si souvent était auprès de la danseuse la fit penser à autre chose.. Elle s'assit à coter de la danseuse en lui souriant, avant de pose sa tête sur les genoux de Rivy.. Elle sourit.. Elle était si belle, si mignonne.. Tellement innocente, douce.. Le sourire de Rivy s'étira encore plus.. Elle était comme tous autres enfants, un futur certain.. Un avenir sûr non ?... Elle se mit doucement à lui caresser ses cheveux doux et fin, jouant un peu avec elle.. Et ce soir, Rivy ajouta à ses listes de choses qu'elle aime.. Les enfants.. Si pure, si gentille, si mignon.. Elle les adore.. C'était un réel plaisir de passer du temps avec eux, qui était si insouciant des mondes qui les entourent.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 768
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1094/500  (1094/500)
Sam 24 Sep 2011 - 19:59
    Frollo et lui avaient parlé à plusieurs reprises de la Cité des Rêves... Le Magistrat avait bien souligné cette flamme meurtrière qui rongeait la cité, les attractions d’un tel pays n’étaient que vices, tout n’était qu’illusion de sorciers, de ces gitans, selon l’ancien porte-paroles du Consulat. Ce n’était probablement pas un hasard si c’était à lui qu’était destinée cette flèche, lors de la bataille du Consulat contre des bohémiens manipulés. La haine avait été si forte, ce jour là… Les bohémiens avaient tant voulu détruire Notre-Dame que leurs cœurs en furent pervertis… Et avec ça, les sans-cœurs étaient venus. Ce n’était pas vraiment une belle histoire, c’était tout ce qu’il y avait de plus déplorable…

    Genesis avait devant lui cette flamme… Mais elle ne rongeait rien, elle ne faisait que crépiter devant ses yeux ébahis… Elle ne faisait que danser dans un rythme singulier. Et s’il y avait de la sorcellerie ? Oui beaucoup… Car rien d’humain ne pouvait engendrer une telle joie, une telle danse… C’était une très belle sorcellerie, digne des plus grands artistes.

    Il était fier d’avoir eu une si bonne idée… Car en voyant Rivy danser magnifiquement avec cette petite fille, il n’aurait pu oser parler de la moindre relation interraciale. Il n’existait que deux danseuses, deux passions.

    Il observa avec un sourire la fille de la danse qui se dirigeait vers lui avec un pas las, traînant, sa fatigue se lisait dans ses gestes mais aucune fatigue n’aurait pu gâcher sa grâce. Même exténuée, elle était une danse à part entière. Elle s’assit juste à sa gauche, en ponctuant son geste d’un sourire tandis qu’il la regardait avec un sourire amusé tout en la voyant joyeuse, contente mais fatiguée.


    « Piouf.. J'ai beau être ce que je suis, je suis quand même épuisée... »

    Difficile de dire « moi aussi » en vue justement de ce qu’il n’était pas… Mais il la comprenait tout à fait et lâcha un rire léger la regardant presque somnoler. Que ce soit la chaleur ou tant de gestes, cela l’avait essoufflée, difficile de croire qu’on pouvait tant s’amuser en exerçant un « métier » aussi difficile. Elle finit par laisser tomber sa tête à sa droite, sur l’épaule de Genesis, s’y trouvant à sa place bien vite et surprenant aux premiers abords le Tragédien. Certes il n’avait pas l’habitude d’un tel contact avec d’autres que Mizore mais ce n’était pas tant cela qui l’étonna mais plutôt que ce fut Rivy qui quelques heures auparavant, devait être assez intimidée devant lui…

    Pour Genesis… Cette mission fut intégralement accomplie au moment où il sentit sa tête tout contre son épaule et lorsqu’il vit ses yeux se fermer… Tout simplement, sans fioritures, il était heureux. Elle s’endormit alors qu’il la regarda quelques secondes avec un œil protecteur… Elle était du Consulat et c’était tout ce qu’il avait… Sans les consuls, il serait une bête enragée. Sans paroles, il leur avait promis à tous qu’il les protègerait de tout, qu’il serait leur gardien.

    Il déporta son regard sur les flammes… Il les observa danser et monter dans le ciel… Se changer en vapeur et aller plus haut encore. Cette course le mena sur la voûte céleste qui couvait avec tendresse ce monde… Elle était décorée de milliers d’étoiles, d’une beauté parfaite comme on en fait peu… A l’image de la soirée. Comme si ce ciel n’était là que pour ces gitans et qu’hors de cette contrée, il était triste et à peine éclairé.
    Il n’y a pas de haine… Juste de la joie.

    Il ferait changer les choses… Il s’assurerait à jamais que cette partie de ce monde n’ait plus à se plaindre d’infrastructures, de famine, de pauvreté. Les gitans avaient gagné son respect et il avait gagné le respect des gitans. Pas encore une amitié mais un contrat, il ne les laisserait pas tomber. Ce que lui avait dit Rivy, que jamais les hommes ne pourront tous vivre de leur passion… C’était vrai mais il y avait une part d’idéaliste dans le Tragédien… Il avait changé, il n’existait plus que le Consulat, que sa passion… Mizore était tout cela, Rivy aussi et tous les consuls avec.

    Une révélation ou une promesse, prenez ça comme vous voulez, il en sortirait changé. Et alors qu’il réfléchissait, il fronça les sourcils alors qu’il sentit que Rivy perdait son équilibre et tombait en arrière, il tenta vainement de la rattraper alors qu’au premier contact avec le sol, elle se réveilla et se redressa vivement…
    Expliquez ça comme vous voulez, il vit de la terreur dans ses yeux alors qu’elle regardait autour d’elle et ce n’était pas que par la surprise ou après s’être réveillée douloureusement d’un rêve… Elle avait l’air perturbée et ce n’était plus la chaleur qui la faisait transpirer. Il se retourna vers elle et se mit sur un genou, se penchant vers elle, vérifiant son état d’un regard curieux. Elle lui sourit pour le rassurer mais tout sourire du monde n’aurait pu lui faire croire qu’elle allait bien…

    Il se rassit normalement, ne cachant pas son inquiétude, surveillant Rivy qui était de nouveau avec la petite fille qui l’avait souvent retrouvée… Cette dernière mit sa tête sur les genoux de Rivy pour s’y endormir à son tour… Sans aucune certitude, il pensa qu’il devait être 23 :00.
    Il finit par succomber, si l’on peut dire, à l’inquiétude et s’asseyant face à Rivy, il capta son attention en mettant une main sur son épaule et en la regardant dans les yeux.


    « Comment tu vas ? »

    Pas de sourire, il était très sérieux… Les sourcils froncés, son regard devait bien signifier pour Rivy qu’il ne voulait pas de mensonge. Il poursuivit aussi vite, n’ayant pas tellement remarqué qu’il l’avait tutoyée pour la première fois.

    « Rivy, nous ferions mieux de rentrer, vous n’avez pas l’air d’aller bien… »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Danseuse Éphémère
Féminin
Nombre de messages : 143
Age : 27
Localisation : Paloum Paloum ~
Date d'inscription : 07/10/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
428/650  (428/650)
Lun 10 Oct 2011 - 12:16
_« Mon esprit s'envole au grès du vent »_

    Cette sensation désagréable de ne pas savoir où vous êtes, de vous sentir mal, en danger constant. Les visages que vous pouvez voir vous sont totalement inconnus.. Vous avez terriblement chaud alors que le vent frais vous caresse le visage,emportant doucement vos cheveux dans une danse étrange... Vous ne savez quoi faire, quoi penser, quoi dire.. Même le visage face à vous, ce visage connu, rassurant, sécurisant vous est étranger. Vous vous méfiez, vous doutez.

    C'est comme un voile blanchâtre qui tombe sur vos yeux, tous vous semble flou, différent, vous perdez tous vos repères que vous avez jusqu'à maintenant. Vous vous sentez terriblement seule, désemparé.. Vous tremblez.. Puis, peu à peu.. Comme le vent qui balaye le sable sur une plage déserte, vous commencer a tous retrouvé.. Le visage face à vous reprend des couleurs, doucement vos entendait sa voix devenir plus forte pour qu'enfin vous arrivez à discerner ses paroles.. Ses yeux vous font soupirer d'aise. Vous vous sentez à nouveau chez vous, en sécurité avec quelqu'un à qui vous faites aveuglement confiance... C'est étrange tout ce que l'on peut ressentir pour trois fois rien. Un simple rêve avait complètement bouleversé Rivy.. Peut-être est-elle fragile quelque part. Ces rêves étranges, de plus en plus fréquent commence àl'inquiétait.. Au point de craindre de fermer les yeux ?.. Tellement de choses lui était arrivé depuis qu'elle était au consulat.. Elle était seule perdue et avait tous oublié.. Les sentiments, ses souvenirs passés... Tellement de choses avait bousculé sa vie.. Elle était incapable de dire si c'était une bonne chose où non.

    Mais même si elle pouvait souffrir.. En étant triste, où en colère.. Elle était terriblement heureuse d'être ce qu'elle est maintenant. Qui aurait pu croire qu'une simple danseuse de cirque deviendrait un consul. Et qui aurait pu croire que cette fille qui dormait avec des chocobos était une fille de muse ?.. Si vous racontez l'histoire de Rivy Pikina, personne ne vous croira, elle est tellement étrange. Mais peut importe, tant que vous savez la vérité. Vérité qu'elle ne sait même pas, qu'elle ne se souvient pas. Trouvez-vous cela triste ?.. Peut-être justement est-ce quelque chose de bien pour elle. Si tous avait été différent, elle ne serait pas au coter de Genesis, ressentant une certaine affection pour l'enfant endormi sur ses genoux. Elle n'aurait pas était la danseuse déluré qu'elle est.. Elle n'aurait simplement pas était Rivy Pikina, danseuse éphémère.

    Bien qu'elle sache que son destin est scellé, que comme tout Homme, elle viendra a 'mourir', certes pas de la même façon, mais on peut l'intituler comme tel. Elle savait tellement et ne savais rien en même temps. Peut-être est-ce quelque chose de triste.. Je ne sais pas, mais la danseuse la vie bien, vous ne trouvez pas ?.. Elle vit au jour le jour, nous ne pouvons pas savoir de quoi demain sera fait, alors autant profiter du moment présent, qu'il soit beau où non. Nous pouvons tracer notre route mais, pas choisir notre destin. Enfin, c'est comme ça que Rivy vois la vie. Même si elle est enfantine, qu'elle aime jouer, bouger, faire ce qu'il lui plait sans se soucier de quoi que ce soit, elle passe de timide a extravertis, parce qu'elle se sent simplement bien et peut-être que ce changement de comportement veut dire quelque chose...

    En regardant les yeux de Genesis que vois-t-elle ?.. Un homme, un consul, un ami, un frère. Bien qu'à l'instant ou ses yeux était plongé dans les siens elle voyait autre chose.. Elle baisa légèrement les yeux.. Pourquoi ?.. L'intimidation ? Non, peut-être une honte d'avoir était découverte autrement qu'on l'a connaissait. Terrifié par un songe.

    « Comment tu vas ? »

    La main de Genesis se posa sur l'épaule de la jeune femme, elle ne put faire autrement que replonger ses yeux verts dans ceux du tragédien.. Il semblait inquiet.. Inquiet pourquoi ? Pour elle ?.. C'était encore impensable que quelqu'un se fasse le moindre soucis pour la femme.. Avait-elle était seule trop longtemps pour finir par croire que personne, ô grand personne ne finirait par s'intéresser à elle ?.. Pourtant, elle savait qu'elle avait tort.. Sinon, jamais elle n'aurait fait partie du consulat. C'est une sotte quand elle s'y met.

    Elle hésita ne voulant pas l'inquiéter un peu plus.. Mais elle sentait que si elle lui disait que tout aller bien, alors que ce n'était pas vraiment le cas, cela ferait qu'empirer les choses.. Autant être sincère avec les gens auquel on tient. Même si cela fait mal ?... Peut-être.. Elle soupira doucement, caressant machinalement d'une main une mèche de la demoiselle endormie sur les genoux de la danseuse, elle s'apprêtait à répondre, mais Genesis continua.

    « Rivy, nous ferions mieux de rentrer, vous n’avez pas l’air d’aller bien… »

    Elle regarda l'enfant.. Puis de nouveau sont vis-à-vis.. Elle arrêta son geste pour pose sa main contre la joue de Genesis... Oui, elle ose. Elle ose tous.. Elle sourit, sourire franc parsemé d'une certaine crainte. Elle allait être franche, mentir n'avance à rien n'est-ce pas.

    - Je crois que depuis quelques temps.. Mes propres rêves me font peur.. Mais, ne vous inquiétez pas mettre Genesis, je suis juste un peu.. Perdue.

    Elle laissa retombé sa main pour continuer les petites marques de tendresse vers l'enfant. Première fois qu'elle ressentait quelque chose en faisant ce geste.. Non.. Enfin si.. Quand elle caressait Nanaki, c'était légèrement différent.. Elle se sent très proche de lui.. C'est peut-être la personne qui compte le plus pour elle au moment présent. Comme tout consul, comme Medusa, comme Genesis, il est sa famille, une partie d'elle-même.. Cette petite fille aux cheveux d'or.. C'est.. Différent... Elle soupira de nouveau alors que ses pensées se bousculaient rapidement dans sa tête.. Tout passait si vite...

    - J'ai du mal a.. Comprendre ce que je vois.. Et ce qui m'est montré pendant mes rêves me font peur.. Peut-être me prendrez vous pour une folle.. Mais... J'ai l'impression que mes rêves deviennent de plus en plus effrayant et .. Qu'ils veulent peut-être me dire quelque chose... Je n'arrive pas à .. Savoir quoi...

    Il lui arrivait effectivement de ne pas vouloir fermer ses yeux, de ne pas vouloir succombé à Morphée... Horrible peut-être les rêves... Aussi beau que terrifiant. Elle se stoppa, baisant les yeux vers l'enfant.. Se sentant vraiment idiote.. Pourquoi lui disait-elle tout cela ?.. Il ne pourrait certainement pas l'aider.. De plus, il allait surement plus la prendre pour une folle qu'autre chose. Bien qu'elle possède un coter complètement décalé, déjanté.. La danseuse replaça une de ses mèches de cheveux chocolat derrière son oreille...

    Finalement elle se sentait vraiment idiote et voulait entrer à la maison pour se cacher dans ses draps de satin.. [même si ses draps ne sont pas un satin... ça fait classe sur le coup]. C'est compliqué la vie vous ne trouvez pas ?.. De plus si tellement de choses vous bouscule.. Cela la rend encore plus difficile.

    -.. Vous avez raison, nous ferions mieux de rentrer.. Il commence à faire froid.. Et la fatigue est présente...

    Lança-t-elle d'une faible voix... Elle ne mit pas longtemps pour se dégager de l'enfant, elle l'avait délicatement saisit dans ses bras pour la donnée à une femme non loin d'eux. Elle l'avait accueillis avec une tendresse inouïe. Rivy resta un moment à les regardé. Était-ce la mère de l'enfant ?.. Elle ne put le dire, mais.. Le tableau de cette femme et cette enfant était si belle.. C'était un peu.. Comme une peinture où ou toile brodée.. Ce genre de choses magnifiques que vous regardez pendant des heures sans vous lasser, tellement la beauté de la scène vous réduit au silence. Vous ne pouvez faire qu'une seule chose, admiré sans jamais rompre ce merveilleux moment...

    Quelques secondes paraissant une éternité de tendresse.. Rivy se retourna vers Genesis, ayant encore honte d'elle-même.. Elle ne devrait pas. Elle découvrait peu à peu de nouvelles choses, elle le savait. Cette honte en faisait partis.. Elle devrait peut-être s'en débarrasser au premier coin de rue pensa-t-elle. Ce genre de choses ne sert strictement à rien d'après elle.. A quoi bon ne pas assumer ses actes, ses dires et ce caché derrière un tel sentiment ?.. C'est tellement idiot de se dire cela alors que nous ne somme pas capable de faire autrement en fait.. Pouvons-nous contrôler les dis sentiments ?... Ils viennent et partent à leurs gisent, nous ne choisissons pas d'être amoureux. Nous ne choisissons pas d'être en colère.. Nous ne choisissons pas d'être frustrée, d'être jaloux, triste... Donc.. Peut-être que nous sommes contrôlés par des sentiments... Une vision étrange.. Un peu effrayante.. Se dire que nous sommes contrôlés par des sentiments... Savons-nous au moins ce qu'est un sentiment ?.. Je n'en suis pas sûre.

    Quoi qu'il en soit, il fallait que cela change, elle ne comptait pas être honteuse longtemps. Elle n'aimait pas cela, être joyeuse, heureuse, voir même triste.. Peut importe, mais surtout pas honteuse.. Elle n'aurait peut-être pas dû raconté tous cela a Genesis, mais elle l'avait quand même fait, quelque part elle se sentait mieux. Et lui mentir l'aurait surement mis dans un état encore plus embarrassant que celui dans lequel elle pouvait se trouver.

    Quand on a la phobie de quelque chose, la meilleure façon de se 'soigner' c'est d'affronter cette peur.. Bien qu'elle n'avait pas peur, elle allait affronter le regarde de Genesis.. Elle avait peut-être une petite peur, celle où il l'a prendrait pour une, une dérangé... Elle se planta devant lui sans rien dire. Posant ses yeux émeraude dans ceux de Genesis.. Combien de temps se passa-t-il pendant cette échange de regard ? Pouvait-il lire en elle, rien qu'en regardant ses yeux ? Pouvait-il deviné ses pensées à chaque fois que ses yeux croise les siens ?.. Serait-il lire ce qu'elle pense de lui ? Ce qu'il est pour elle ?.. Pouvait-il deviné qui elle était rien qu'en la regardant ? Pouvait-il perçais le secret de son passé dont elle ignorait elle-même une grande partie ?.. Lui dirait-il seulement quelque chose s'il savait ?...

    Pourquoi toutes ces questions ? Pourquoi en un simple regarde, tellement de choses peuvent traverser votre esprit ?... Tellement de questions sans réponses.. Comme toujours.. Elle se posait énormément de questions. Trop peut-être, au point d'en avoir une migraine, au point de ne pas trouver le sommeil.. Finalement, ce n'est peut-être pas faux, son esprit est torturé.. Torturé de vouloir savoir tant.. Alors qu'elle sait pertinemment que bons nombres de ses questions resteront a jamais sans réponses... Elle baissa la tête en soufflant.. Non pas qu'elle en avait assez où quoi que ce soit d'autre, elle releva la tête presque immédiatement, souriant avec sincérité à Genesis.

    - On.. On rentre à la maison maintenant ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 768
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1094/500  (1094/500)
Dim 23 Oct 2011 - 3:26
    Elle soupira… Tourmentée comme il ne l’aurait jamais imaginée. Elle semblait triste, dans ses pensées les plus intimes. Mais cela se lisait dans ses yeux… Il n’était pas quelqu’un de très fin, si l’on puit dire, à la base, un jeune homme plein d’ambitions et de rage, il n’avait jamais appris à consoler quelqu’un, à lui faire croire que tout va bien. Il est le feu et il avait déjà beaucoup de mal à ne pas brûler cette immense forêt.

    Elle guida sa main jusqu’à la joue du tragédien et l’y posa toute contre. Il fut surpris mais ne protesta pas une seule seconde… Assis face à elle, il la laissa parler et plus ça allait, plus il avait mal pour elle.


    « Je crois que depuis quelques temps.. Mes propres rêves me font peur.. Mais, ne vous inquiétez pas mettre Genesis, je suis juste un peu.. Perdue. »

    Elle ramena sa main à elle, lui lâcha l’épaule de la danseuse… Ne vous en faîtes pas, maître Genesis. Ca ne marchait pas, il s’en faisait, peut-être autant qu’elle. Il ne put s’empêcher de froncer les sourcils, il y a peu elle lui était presque inconnue mais déjà à ce moment là, il s’était déjà juré qu’aucun mal ne lui serait fait.

    « J'ai du mal a.. Comprendre ce que je vois.. Et ce qui m'est montré pendant mes rêves me font peur.. Peut-être me prendrez vous pour une folle.. Mais... J'ai l'impression que mes rêves deviennent de plus en plus effrayant et .. Qu'ils veulent peut-être me dire quelque chose... Je n'arrive pas à .. Savoir quoi... »

    Son regard se perdit alors sur la poussière du sol… De ces grains de rien qui avaient perdu leur chaleur du jour. Il se rappelait cette fois là où les rêves lui avaient parlé… C’était sa Muse qui avait tenté de lui faire comprendre quelque chose. Il ne se souvenait plus de ce dont il était et pourtant, il se souvenait s’être juré de ne jamais oublié. Cela ne prouvait qu’une chose, son esprit était totalement ailleurs, son esprit s’étouffait sous les problèmes du Consulat, en ces temps-ci.

    Il n’arrivait pas à lui répondre… La seule chose qui lui venait en tête, c’était de parler de Nanaki car c’était là le seul espoir de Genesis… C’était le seul à savoir lire les astres et cette sorte de vérité certes contestable pour les autres, énigmatique pour tous mais certaine pour les Consuls.
    Une sorte de temple de Delphes, c’était tout ce qu’ils avaient… Mais parler de Nanaki à Rivy en cet instant était une désastreuse idée qui la rendrait plus perturbée qu’elle ne l’était déjà. Il renonça complètement


    « Vous avez raison, nous ferions mieux de rentrer.. Il commence à faire froid.. Et la fatigue est présente... »

    Ce froid, cette fatigue… Il ne la ressentait pas mais il comprenait très bien Rivy… Ce genre de situation était une belle occasion pour perdre toute chaleur et joie. Et il la plaignait affreusement. Il acquiesça, soulagé qu’elle accepte de partir… Lui, individuellement, aurait adoré rester, la nuit même si on eut bien voulu de lui. Mais une Rivy qui tente de faire croire à son bien-être, cela aurait été désastreux à gérer… Il était donc heureux qu’elle se soumette à son idée.

    Elle porta dans ses bras la petite fille… Il regarda, d’une façon neutre, ce spectacle tandis qu’elle rendait l’enfant à sa probable mère. Elle le faisait si religieusement. Du regard de Genesis, il aurait pu parier qu’elle gravait dans la roche de sa mémoire tous ces instants que jamais elle n’oublierait. Et en revenant vers lui, elle baissait les yeux. Depuis qu’elle s’était confessée, la honte et le désespoir se lisaient sur son visage en porcelaine, c’en était malheureux. Elle était une fille de sentiments, elle se laissait guider par eux et aimait se laisser porter par ceux-ci… C’était d’ailleurs pour cela qu’il l’avait choisie pour venir avec elle, en ce lieu… Et pour cela, elle semblait se détester.

    Elle le fixa alors avec une nouvelle détermination… Un regard lourd de sens qu’il soutint. Un long regard qu’il espérait voir fini. Et elle baissa la tête avant de soupirer… Exténuée ?


    « On.. On rentre à la maison maintenant ? »

    Il acquiesça, souriant légèrement… Retourner à pieds serait une piètre idée, surtout s’ils devaient repasser par les catacombes… Rivy était à peine sortie de ses cauchemars alors la soumettre à d’autres peurs détruirait toute beauté dans son âme mi-femme, mi-enfant.
    Il se retourna et regarda le ciel. Il mit sa main gauche devant lui, au niveau de sa hanche et en l’élevant de plus en plus, une aura rouge commença à se créer autour d’elle, laissant s’évader une brume qui s’évaporait aussitôt. Arrivé à sa tête, cette aura autour de sa main disparut et il sembla qu’elle partit vers les cieux.


    « Valefore ! »

    Sous le regard de tous les gitans de la cour des miracles, un énorme oiseau déchira le ciel, les ailes repliées. La nuit masquait toutes les couleurs de la chimère mais il n’en était pas moins magnifique et cela même si certains le voyaient comme étant laid… Soit, c’est une autre histoire. La chimère se dirigea très rapidement jusqu’aux deux consuls et sans violence, ralentit son arrivée en battant des ailes dans la direction opposée, ralentissant… Quand il atterrit, la plupart des gitans étaient partagés entre la peur de s’approcher d’un monstre qui aurait pu être dangereux… Et l’excitation de se frotter à une créature bien plus mystique que tout ce qu’ils avaient vécus.

    Valefore se posa sur ses pattes et abaissa la tête assez pour que même un enfant puisse monter sur son dos… Genesis tendit la main à la danseuse… Si au moins Valefore pouvait l’éblouir de sa race et de sa nature, il aurait réussi à la rassurer l’espace de quelques instants.


    « N’ayez pas peur, Dame Rivy, Valefore est aussi gentil qu’il est possible de l’être… Il vous conduira jusqu’à mon vaisseau aussi doucement que possible et sans le moindre problème. »

    Il caressa l’encolure de Valefore et se retourna pour s’éloigner un peu… Mais précipité dans son geste, il revint quand même vers Rivy, sérieux…

    « Vous savez… Etre ce que vous êtes… Une consule, ce n’est pas seulement être une fille d’une Muse ou même membre du groupe. Etre consul vous pousse à vivre de vos passions, à les exacerber et à ne pas les refouler… Vous êtes une excellente consule qui m’est très chère… Ne perdez pas votre passion en refoulant ce que vous êtes et vos sentiments. »

    Sans sourire… Il avait dit ça absolument convaincu, pour la rassurer mais en étant réellement persuadé de ce qu’il disait… La passion avait ses défauts, il en était la preuve vivante lui qui jadis, se rongeait de trop de sentiments. Mais il fallait apprendre à vivre avec, ainsi seulement l’on pouvait vraiment s’épanouir.

    Et parce qu’être au Consulat vous assure quand même d’avoir un certain talent pour la mise en scène…

    Il s’approcha des gitans, s’assurant de n’avoir personne trop près de son flanc gauche… Il balaya l’assemblée, croisant le regard de bon nombre d’entre eux avec un très léger sourire aux lèvres. Il fit un coup imaginaire vers sa gauche et une immense aile noire en sortit dans un bruit à la fois dérangeant et fascinant…


    « Je suis ravi que cette soirée se soit si bien déroulée… Si nous sommes venus, c’est pour créer un vrai contact mais aussi pour que je puisse voir avec mon propre jugement votre détresse. Et je vous promets d’arranger ce qui est à la portée de mes moyens… Et j’ai le bras long, si ça vous rassure. »

    Les dizaines de personnes rassemblées autour de lui furent pris d’un léger rire… Ca le surprit, oui… Il n’avait pas du tout cherché cela en usant de l’ironie, c’était devenu habituel… Mais il avait rarement de bons contacts avec le peuple, il faut le savoir.

    « Une bonne nuit à tous. »

    Il battit violemment de son aile contre le sol et d’une sorte de bond, il décolla littéralement… Atteignant une haute altitude en à peine quelques secondes… Valefore fit de même et prit sans tarder la direction voulue… De sa hauteur, le Tragédien le suivit. Malgré les dernières complications, cette soirée fut inoubliable, même pour lui.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Peintre des Rêves
Masculin
Nombre de messages : 416
Age : 25
Date d'inscription : 14/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
288/550  (288/550)
Mer 9 Nov 2011 - 13:36
Je ne vais pas être long pour deux raisons et je m'en excuse d'avance. La première est que vous attendez cette notation depuis un bon moment, la seconde est que je que je ne suis pas réveillé.

Bon, cette une mission accomplie, les bohémiens vont rester cool, Rivy et Genesis ont bien gérés, l'art a recouvert plus ou moins la totalité de ce monde. En fait ouais, pour le moment je ne vois pas réellement ce qui fait que l'art ne soit pas installé ici malgré divers incidents.

C'est un rp très bien mené, je ne me suis pas ennuyé et pourtant j'ai tout lu d'un coup, c'est long. Long dans le sens de la matière à lire, pas dans la lenteur. Vos personnages sont bien respectés (en même temps si c'est pas vous, qui les respecterait ?). Comme à chaque fois, on en apprends un peu plus à chacun de vos rp. C'est pas toujours quelque chose de flagrant mais un petit plus quand même. Je repense au rp où Genesis tue Kadaj en disant ça. On sait tous que Genesis est un homme bon avec la plupart des autres consul, le rp avec Kadaj avait permis de montrer comment il pouvait être avec un ennemi.

Enfin voila, j'ai pas grand chose de plus à dire en fait. Je sais pas vraiment quelle difficulté mettre...

On va dire difficile, ouais ça me tente bien difficile.
Même note pour vous deux :

Genesis :
    38 points d'expérience + 385 munnies + 4 PS en Psychisme

Rivy :
    38 points d'expérience + 385 munnies + 4 PS en Dextérité (rapport à la danse, faut savoir comment s'y prendre.)


Je laisse à Genesis le soin de modifier les fiches de compétences.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Débat : Votre rythme d'écriture
» "Ravivons les flammes du passé" ~ Anthéa x Paris
» Y'a pas de fumée sans flammes ! [CLOS]
» # Les Flammes #
» Du sang et des flammes [Terminé]