Derniers sujets
Ce qu’on ne fait pas, le temps le faitLun 18 Juin 2018 - 16:59DeathRecensement des Avatars (obligatoire)Dim 17 Juin 2018 - 22:44SurkeshNever Never LandDim 17 Juin 2018 - 18:35InvitéCe qu'on fait par AmourDim 17 Juin 2018 - 18:31Huayan SongTsuki Tricky's ArtDim 17 Juin 2018 - 14:38Pamela IsleyDemande graphique?Dim 17 Juin 2018 - 0:14Daenerys TargaryenLes vertues des cercles vicieux Sam 16 Juin 2018 - 15:57SurkeshContrats - Demande de MissionSam 16 Juin 2018 - 15:45SurkeshFace contre TerreVen 15 Juin 2018 - 15:37LenoreIl y a toujours un cheminMer 13 Juin 2018 - 22:36Fabrizio ValeriBrunch en bonne sociétéDim 10 Juin 2018 - 17:08Huayan SongField of Heroes Dim 10 Juin 2018 - 15:54InvitéRendez-vous gallantVen 8 Juin 2018 - 14:09LenoreMon cœur pour un ingénieur Ven 8 Juin 2018 - 13:46LenoreRevanche sur la CannibaleJeu 7 Juin 2018 - 19:24Surkesh
Le Pardon Enchaîné

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
292/500  (292/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 6 Juin 2011 - 3:21
Fabrizio, retournes à la forêt de Sheerwood. Un guerrier, un chevalier, paladin selon toute vraisemblance serait invaincu au tournoi organisé par le roi. C'est un paladin, il porte une armure et est un maitre de la lumière. Son arme m'est inconnu cependant, il est très vaniteux et fait beaucoup de bruit en se prétendant être le plus grand chevalier qui soit. Bats-le au nom du Sanctum et prouve que nous sommes valeureux !

    Tout avait en fait été bien plus vite que selon ses espérances. Tout lui paraissait bien loin désormais, maintenant qu’il était en face de son adversaire. La matinée avait été bien longue, mais maintenant que le soleil était haut dans le ciel et qu’il n’y avait plus à attendre le jeune homme regrettait de ne plus avoir justement à patienter. Il avait toujours eu également cette habitude propre au dernier d’une famille dont les ainés étaient partis. Cela, c’était indépendamment de lui : cette cuisante habitude d’attendre, selon l’expression connue et approuvée « que ça lui tombe tout cuit dans la main ». Et non, il n’était pas le parfait martyr qui se battait avec assiduité pour sa cause il avait des lacunes Et quelles lacunes. On lui avait toujours dit qu’il avait un nombre incroyable de connaissances, il avait en effet de temps en temps une envie bête et méchante d’aller lire un bouquin et plus il aimait ledit bouquin plus il retenait des informations en son sein. Selon sa folie du moment pouvait vous dire exactement de combien de pierres se composaient le parvis de Notre Dame. Seulement, ce loisir, il l’avait perdu depuis quelques mois. Cela faisait quelques mois en effet qu’il n’avait pas parcouru de bibliothèque. Où en venir de ce fait ? Et bien, il n’avait plus l’impression d’être chez lui. Chaque personne a besoin d’un endroit où se reposer vraiment, pas physiquement, ni mentalement. Faire une pause, une vraie, chez soi où l’on se sent bien lorsque l’on en a l’opportunité. Mais il ne l’avait plus cette opportunité. Sa maison, son chez lui, voila quelques mois déjà qu’elle avait complètement brûlé. Il évitait d’y penser, mais intérieurement dès que celui lui effleurait l’esprit il avait cette vague et écœurante sensation d’être un cœur sans aucune attaches. Il était dégouté d’encore voir de familles entières, dessous la fierté de se battre pour la cause des Eternels, il avait cette rage de ne rien pouvoir faire d’autre. Il aurait pu être vagabond, mais il se trouvait qu’il avait peur de son ombre. Non, il n’était uniquement fait que pour cette cause qui était celle des Dieux.

    Mais revenons-en au fait. Pourquoi les livres ? Et bien, il y avait repensé le matin même, en réfléchissant à sa mission qui arrivait à très brève échéance. Un paladin. Ces hommes qui se battaient comme des bourrins ? Qui frappaient encore et encore jusqu’à ce que ou eux ou leur adversaire tombe en poussière, comme Henri ? En effet l’image du Dévoué s’était apposée à son esprit. Ce serait face à un homme de la trempe d’Henri qu’il allait devoir faire face ? Ou bien son adversaire allait user de magie, de sort de lumière C’était cela un paladin, non ? Il avait eu vent dans son enfance de ces guerriers qui partaient en territoires ennemis avec une épée, la Voix de Dieu et Sa Lumière. Ils avaient la foi en quelque sorte. Est-ce que ce serait ça ? Et bien, il n’en savait foutrement rien. Alors, lorsque l’on ne sait pas les bibliothèque sont nos amies. Le jeune homme y fouilla une bonne partie de sa matinée, cherchant de quoi conforter ses connaissances maigres du sujet. Il ne trouva que quelques minces choses comme le fait qu’un paladin défendit ce qu’il croyait juste. Entres autres, la Lumière dans le cas présent. Le réel problème restait l’arme. Une arme qui était inconnue du Primarque ? Oh génial… pour faire dans le cynisme, il avait toutes ses chances de gagner, non ? Tant qu’il y croyait. Ce n’était pas qu’l pouvait gagner, c’était qu’il le devait, pour le Sanctum. A ce moment la possibilité d’un échec lui était nulle.

    Un peu moins maintenant qu’il était face à son adversaire. La probabilité d’un échec était possible, probable même, maintenant qu’il était face au colosse devant lui. Il imaginait sans pouvoir s’arrêter le nombre incalculable de façons dont chaque coup de cette armure pouvait gentiment lui exploser les os. Sans compter qu’il n’avait pas une arme ordinaire, soi-disant. Cette dernière justement était attachée dans son dos, aussi étincelante que l’armure qui lui couvrait tout le corps. Ça n’allait pas être une partie de plaisir, il le sentait.

    « Alors ainsi tu viens pour essayer de me battre, mécréant ! La Force de la Lumière m’aidera à te vaincre comme les précédents ! » annonça clairement le paladin qui se tenait à l’autre bout du terrain.

    Le terrain, parlons-en. Il venait à priori de pleuvoir, ce qui ne surprend personne apparemment. Le sol détrempé n’était qu’une boue bien… boueuse. Dans un terrain qui pouvait bien contenir un marché entier délimité par des caisses et des cordes de couleur, une estrade vide était construite à un de ses côtés, faite de bois comme à peu près tout ici. Ce serait donc un vrai combat de chevaliers, comme dans les livres… Si l’un des deux ne se barrait pas en route. Ce qui ne serait pas le cas… selon toute espérance. Mais les espérances, hein… Celle de la foule était bien présente, elle se massait autour du terrain avide de voir le combat qui allait se présenter sous ses yeux. Elle regarda l’immense paladin habillé de métal blanc et gris dégainer son imposante épée, puis son opposant faire de même avec l’arme qu’il avait à la ceinture. Pour ce coup-ci, il n’avait pas été inventif, sous ses vêtements, sa cotte de mailles pourrait sans doute le protéger de quelques coups que son épée ne pourrait parer. Juste au cas où, il avait un poignard à sa ceinture, c’était tout ce qu’il avait, niveau armes. Comme à son habitude il avait également attachés ses cheveux, histoire qu’ils ne le gênent pas. Il s’avançant de quelques pas vers son adversaire, qui se trouvaient vraiment loin. Bientôt, la rumeur des spectateurs se fit plus insistante, quelque secondes plus tard elle se tut totalement. Le combat avait commencé. A ce moment là Fabrizio ne se disait qu’une chose, qu’il allait devoir gagner ce combat…

    « Pour les Eternels !! » hurla-t-il en prenant son épée à deux mains et en se jetant sur son adversaire.

    Non, il ne le faisait pas pour lui. En ce moment même il n’était que ce combattant inconnu du Sanctum, que personne n’avait encore vu par ici. Personne ne le connaissait, il était le porte-bannière de son groupe. Il devait faire bonne impression, comme un fils de sa famille. Il ne pouvait faire autrement. Il le devait pour ses compagnons d’armes avec qui il n’avait pourtant que si peu d’échanges. Ils partaient tout d même la même cause. Une cause dont personne d’autre qu’eux ne voulaient se charger. Donner la confiance des peuples en les Éternels. Toute cette lancée lui parut longue, il avait une vague idée de la marche à suivre. Plus il se rapprochait, plus son adversaire lu paraissait grand et fort, tant mieux. Le paladin avait empoigné son arme à une main, elle étincelait encore plus que lorsqu’elle était encore attachée dans son dos.

    Le premier coup fut échangé, donné de la part du combattant de la Lumière. Dans un hurlement d’effort vainqueur il avait fauché l’air de sa lame latéralement à cent quatre-vingt degrés autour de lui. Manque de chance sa cible aussi mouvante qu’une souris sous les pattes d’un homme un peu maladroit se faufila derrière-lui. Le jeune homme avait profité de sa prise d’élan pour se jeter dans l’espace qui allait être épargné par l’épée du lumineux. Il n’attendit pas longtemps avant de réagir, déjà, à peine eut-il récupéré son équilibre qu’il assena un coup de toute sa puissance en la direction de son opposant. Ce fut une pluie de coups qui suivirent cette action. L’archevêque n’avait plus l’habitude de ce genre de frappe tenace et rapide. En fait, il n’avait jamais eu l’habitude. Il recula rapidement et chut en arrière. Comment ? Est-ce que quand on tombe on sait tout de suite pourquoi ? Bien sûr que non. Il eut le temps de rouler sur le côté pour détaler vers l’arrière en récupérant son arme. Il se retourna immédiatement pour voir ce que son adversaire préparait. Jamais il ne s’était senti aussi remonté face à quelqu’un. Il lui filait la nausée avec son rire suffisant.

    Il repartir pour un assaut, sans hésiter là encore. Il se disait qu’un seul coup de cette épée gigantesque et c’était fini pour lui. Il se baissait jusqu’à tomber à genoux pour éviter ces coups. A chaque fois il lui était plus dur de se relever. Mais il ne voulait en aucun cas montrer à son adversaire qu’il faiblissait même si c’était de toute évidence le cas. Il n’hésitait pas à se jeter sur son adversaire pour le surprendre, jamais il n’arrêtait la lancée de son épée qui était trop lourde pour lui. Seulement, il avait beau frapper encore et encore, cela n’y faisait rien. L’armure dans laquelle butait son épée était trop résistante. Bientôt, Fabrizio recula encore sous les coups, dans l‘espoir de retrouver son souffle. Il avait usé d’une close-combat pour finir cet enchaînement, mais cela n’avait rien fait du tout.

    « Alors, on ne veut pas se battre ? »

    Bien sûr que si, tu m’en laisse pas le temps, taré ! Se dit le jeune homme sans réfléchir. Il jura entre ses dents quand le paladin partit d’un grand rire comme s’il eut affaire à un gosse. Alors qu’il repartait sans hésiter pour quelques grand coup d’épée, la lumière de l’arme de son adversaire s’illumina. Le peu de temps où cette lumière l’aveugla lui fit définitivement perdre espoir quant à gagner ce combat. Il crut un moment apercevoir le reflet que faisait la lourde épée du paladin sur le côté droit. Tout n’était plus que lumière, et par réflexe il brandit son épée là où il sentit venir le danger. En un coup qu’il ne comprit pas elle lu fut arrachée des mains. Un second éclat de lumière et ce fut lui qui se retrouva par terre. Il n’avait rien compris des deux coups qui lui étaient arrivés, la douleur qui fusait dans tout son corps lui faisait monter les larmes aux yeux. Rien, non il n’avait rien vu venir.

    Longues furent les secondes avant que la vue lui revienne. Bientôt, alors que les contour des choses se précisaient dans son champ de vision, il aperçut son épée quelques mètres plus loin. Sans hésiter longtemps il alla la récupérer. Il se lança un sort de soin, ça ne pouvait qu’aller mieux après ! Pourquoi perdre après tout, rien n’était joué ! Il sprinta jusqu’à son adversaire, sans attendre qu’il réagisse. Avec un puissant coup il fit flancher sa garde, et il en profita. Coup sur coup qu’il assena. Sans attendre ni hésiter. Mais avec une aisance sans faille, le paladin abattit son arme encore une fois sur l’archevêque emporté par la force de son coup. Son épée brisa net, l’arme de l’assaillant termina sa course en le frappant de plein fouet et l’expédiant quelques mètres plus loin.

    Il ne sentit aucun choc et ne réalisa ce qui c’était passé qu’après avoir réaterri par terre. Le souffle coupé, il garda les yeux fermé quelques secondes. Il sentait le gout du sang dans sa bouche, il ne voulait rien savoir de lus quant à ce qui s’était passé.

    « Et encore une victoire de plus pour la lumière !! » hurla le paladin.

    Et voila… ce fut tout ce qu’il pensa. Rien de plus, rien de moins. Tout ce qu’il avait appris le matin même le dégoutait, il n’avait aucune envie de rendre des comptes à qui que ce soit. Comment annoncer au Primarque qu’il avait échoué ? Qu’est-ce qu’il allait dire dans son rapport ? Ah il était beau l’archevêque… Elle était belle l’image qu’il donnait du Sanctum tout entier ! Il se releva, au moins, en faisant cela il épargnait le peu d’amour propre qu’il lui restait. Pour l’instant, il ne préférait pas penser au dernier souvenir de son père qui venait de se briser avec sa première défaite depuis qu’il était parti de son monde natal. Désarmé, c’était le mot qui lui restait en travers de la gorge désormais. Il quitta cette arène humide et déprimante qui s'étalait sous un ciel bleu morne comme jamais.


L'Ainé des Surhommes

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
239/350  (239/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 9 Juin 2011 - 19:10
Une très bonne mission. Combat détaillé, bien rythmée et bien chorégraphier. Et puis la surprise... la surprise ! Yep, je m'attendais à un truc du style "Je ne peux pas perde, le Sanctum compte sur moi, pour l'honneur du Sanctum !" et que finalement grâce à la volonté tu le battes mais nan, mais tu te faits fracasser la gueule...

J'aime. Ça m'a surpris et ca m'a plu. Bref, c'était une très bonne mission et tu n'es pas passé loin du bonus...

45 points d'expérience + 450 munnies + 4 PS (1 Dex 1 Vit et 2 Def)

_______________________________

Fiche de compétence
messages
membres