Derniers sujets
» L'enthousiasme éternel
par Agon Wiley Aujourd'hui à 4:31

» Beau gosse
par Arthur Rainbow Aujourd'hui à 4:06

» Hybris
par Arthur Rainbow Aujourd'hui à 0:24

» Rex tremendae
par Matthew March Hier à 21:55

» Reading Project
par Sauron Hier à 21:00

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Septimus Hier à 20:55

» Pensées rationnelles
par Cissneï Hier à 19:29

» Entremetteuse
par Arthur Rainbow Hier à 19:24

» Aux abonnés absents
par Rufus Shinra Hier à 12:02

» Les Orphelins
par Septimus Mar 19 Sep 2017 - 19:06

» Changer de tête
par Pamela Isley Mar 19 Sep 2017 - 18:15

» La nature a horreur du vide
par Lenore Mar 19 Sep 2017 - 12:00

» Les sans-coeurs aussi ont le droit de se marrer
par Lenore Mar 19 Sep 2017 - 9:37

» Le glorieux et puissant être mystérieux !
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 23:31

» De retour au bercail...
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 22:20


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Putain, ça tombe vraiment mal...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière Vectorielle
Masculin
Nombre de messages : 158
Age : 23
Date d'inscription : 24/06/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
273/350  (273/350)
Jeu 2 Juin 2011 - 21:38
    Je laboure, pam, pam, pam. Un coup, j'avance, un second. Pam, pam, pam. Encore et encore. Pam, pam, pam. C'est comme-ça la vie, ici. Tranquille, c'est l'après-midi et je marmonne les paroles d'une chanson que je chanterai pour ma femme ce soir, en rentrant, pour notre anniversaire. Y a un soleil de plomb, je sue à grosse goutte. Putain... Qu'est-ce qu'il fait chaud... Mais malgré ça, je peux pas m'empêcher d'être heureux. Ça fera un an ce soir. Et je continue mon travail, c'est un enfer de travailler sous cette chaleur, mais je souris à pleine dent et les paroles de la chanson continuent de sortir d'eux-mêmes. Je m'arrête un peu, me ressuie le front avant de donner un coup sec dans le vent envoyant quelques goûtes salées dans son passage. J'attrape ma gourde et vide ce qu'il en reste.

    J'aime cette vie, j'aime ce monde, j'aime les gens d'ici. On est tous une grande famille, quand y en a un qui va mal, les autres le sentent au fond d'eux-mêmes, ça paraît débile, mais qu'est-ce que c'est vrai. C'est un truc qui nous prend au fond de la poitrine, dans notre coeur. Entre-temps, je me suis remis au travail, j'avance assez rapidement, d'ici une bonne heure j'aurai fini et je passerai la plus belle nuit de ma vie. Putain, qu'est-ce que je suis pressé... Et je frappe un grand coup dans le sol, avant d'heurter un rocher. Normalement je l'aurai contourné, mais pas là... C'était pas possible, pas aujourd'hui... Vous vous demandez ce qu'il s'est passé ? Bah, c'est simple... La lame s'est pétée et je me la suis prise dans la jambe et punaise qu'est-ce que ça fait mal.

    Je tombe, je ramasse contre la boue, mais je m'en fous. J'ai les mains contre ma jambe, je tente désespérément de serrer la blessure pour perdre le moins de sang, mais ça marche pas... Je sens le liquide visqueux coulé entre mes doigts... 'Tain, c'est dégueu... Je me souviens avoir crié. Mais bien comme il faut, d'un grand coup, bien fort. J'ai vu des oiseaux s'envoler à cet instant et je suis tombé dans les vapes.

    ...

    J'ai mal au crane... Comme après, genre une grosse cuite. Putain, j'ouvre les yeux et j'ai le droit à une grosse lumière dans la gueule pour me saluer, ça fait du bien... Le côté positif dans tout ça, c'est que j'ai plus mal à ma jambe, je la sens même plus pour tout dire. Je m'apprête à tourner la tête pour voir où je suis quand j'entends une voix aigu, j'en parierai ma chemise que c'est une femme !


    ''-Reste allongé. Tu pourrais enlever tes points de sutures.''

    J'ai jamais fait ce qu'on me disait de faire et c'est pas aujourd'hui que ça va commencer, je bouge un peu, essayant de me relever pour pouvoir enfin voir où j'étais, mais je sens une main me pousser dans le doigt, avant d'entendre un soupir et d'avoir un coussin dans le dos. Je pouvais enfin voir où je me trouvais. C'était une petite tente, genre comme celle de l'armée, y avait un bureau et quelques lits.

    ''-Merci. Je peux savoir où je me trouve, mademoiselle ?

    -Dans une clinique improvisée. Votre nom ?

    -Je me nomme Rang. Qu'est-ce qui s'est passé ?''

    C'était une femme en blouse blanche, un peu plus petite que ma femme, elle tenait à la main un bloc et notais des trucs dessus.

    ''-Vous vous êtes blessés avec une lame à la jambe et, heureusement pour vous, je n'étais pas loin. L'une de mes apprenties vous a trouvé et vous a ramené à moi. Vous lui devez la vie.

    -Ok, où elle est ? Je vais aller la remercier.

    -Ah... Vous êtes stupide ? Vous ne bougerez pas. Vous risquerez de vous blesser encore...

    -Ok, ok. J'ai compris...''

    À partir de là, elle s'est tut, continuant à noter des trucs sur son bloc. Vu que je suis poli, je me suis dit que j'allais attendre bien gentiment et ne rien faire. C'était elle le médecin, je devais suivre ses ordres, mais maintenant je pouvais pas m'empêcher de me demander comment elle avait fait. Nos médecins normalement sont bien moins efficaces que ça avec leurs rituels et tout.

    ''-Dîtes, vous êtes pas de ce monde, hein ?''

    Elle a souri là. Mais putain, d'un sourire pas doux, c'était genre un sourire forcé, comme si elle se forçait à me parler, à être gentille avec moi. Je vous jure, j'avais l'impression que plus je parlais, plus je la faisais chier.

    ''-Non, en effet. Je suis envoyé par le Consulat pour m'occuper de la médecine de votre monde.

    -Ah, ouais, je vois...''

    J'ai fermé les yeux et je me suis mis à entendre la musique que j'avais écrite pour ma femme dans ma tête. Merde... Qu'est-ce qu'elle devenait !? Elle devait-être morte d'inquiétude... Putain, ça gâchait vraiment notre anniversaire.

    ''-Et ma femme ?''

    Elle posa ce qu'elle tenait avant de me regarder dans les yeux.

    ''-Votre femme... Elle est épuisée d'avoir veillé toute la nuit à votre chevet, elle se repose dans la tente de mes apprenties. Quand elle sera en forme, elle viendra d'elle-même. Pour l'instant je reste avec vous, pour surveiller votre état.''

    Quand elle m'a dit ça, je me suis dit, merde... Je vais me faire chier avec. Alors, je me suis dit, qui ne tente rien à rien et j'ai posé une question. Sa réponse me faisait un peu peur, elle dégageait une aura des plus effrayantes...

    ''-Et... Vous avez pas une petite histoire à raconter ? Parce que bon, si on reste là à se regarder dans le blanc des yeux, on va se faire chier. Tiens, pourquoi vous me raconterez pas ce qu'il s'est passé depuis votre venue dans ce monde.

    -Hum... Certes... Je déteste raconter les histoires, alors écouter bien, je ne le répéterai pas.

    -Ouais.

    -Bon. Tout a commencé il y a un mois. Le Consulat m'a envoyé m'occuper de tout ce qui concernait la médecine dans votre monde. Je dois dire que quand je suis arrivée, j'étais débordée. J'ai décidé d'aller dans les villages et de m'occuper des blesser et si je trouvais des personnes qui voulaient me suivre pour apprendre mon métier et le continuer par la suite, cela pourrait bien propager la science dans votre monde. C'est ce que je fis. J'ai voyagé dans deux villages avec un marchand avant de tomber sur une famille de noble. C'est là que j'ai découvert ma première apprentie. C'est une gamine de dix-sept ans, sérieuse, travailleuse, attentionnée. Le soucis, c'est qu'elle était malade. Terriblement malade. Son système immunitaire la détruisait. C'est comme si son corps se blessait de lui-même. Je l'ai guéris. Je dois dire que ce fut vraiment compliqué. Mais pour vous garder des détails plus qu'ennuyeux, je lui ai fait boire un poison. Ça l'a détruite. Complètement. Ses parents me traitaient de folles, mais après que je lui ai fait boire un élixir, c'est allé bien mieux. Le venin était déjà bien affaibli, puis il a été détruis. Ça la soignait.

    -Ah, je vois. Et la fille ? Elle vous a suivi après ?

    -Oui. Elle m'a suivi et ses parents n'ont pas été contre, ils m'ont même donné tous ce matériel. Au prochain village, j'ai rencontré une deuxième fille, c'est elle qui vous a sauvé. Contrairement à la précédente. C'est son petit-ami que j'ai soigné, mais il est mort. La science ne peut pas tout soigner et c'était pareil. Je ne pouvais que diminuer la douleur qui le rongeait. Elle m'a suivi pour que plus jamais cela n'arrive. Puis nous sommes partis. Pendant nos voyages, je leur enseignais les bases. Et cela va bientôt faire trois semaines que cela a commencé. Et maintenant, je peux dire qu'elles ont presque mon niveau. Il leur manque l'expérience.

    -Et vous allez faire quoi après ?

    -Hum... Je pense resté encore une semaine. Et je les laisserai s'en occuper. Je reviendrai de temps en temps voir ce qu'il se passe.

    -Ok, ok, j'ai compris.''

    Et à ce moment, y a ce qui servait de porte qui s'est ouvert brusquement et ma femme s'est jetée sur moi. J'ai vu le docteur se masser les tempes, mais je m'en foutais. J'ai caressé les cheveux de Lucie et je me suis endormi là, dans ses bras. Le lendemain, elle était partie. Bien avant. A ce que j'ai compris, c'était ses apprentie qui m'avait soigné, pas elle. Alors, je les ai remerciés et après quelques jours, je suis rentré chez moi avec ma femme et on a fêté mon anniversaire et le fait que j'aille bien. Ce fut une fête du tonnerre !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 722
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1054/500  (1054/500)
Sam 4 Juin 2011 - 22:01
    C'est très bien ^^.

    Non mais celle de Bernkastel était bien mais celle-ci est géniale.
    Ce qui est vraiment originale : Ta façon de raconter avec un autre personnage, le côté qui n'est plus omniscient, te faire des apprenties c'était une très bonne idée et puis l'ensemble en général, c'était très cherché.

    Ça a pris longtemps mais ça valait le coup ^^.

    Je vais dire que c'est une mission Atroce puisque ça a duré 1 mois.

    50 xp, 500 munnies et 5 PS... en Symbiose.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» tombe du commandant PARQUIN à Doullens (SOMME)
» Déterre la tombe d'Astrid pdt la nuit (pv Luca et Victoir)
» une plume qui tombe du ciel
» tombe du général DUMAS à Villers-Cotterets