Derniers sujets
» Aux abonnés absents
par Kurt Brown Aujourd'hui à 14:09

» Breaking News : Course poursuite à Costa Del Sol !
par Roxanne Ritchi Hier à 18:50

» La Menace Chocolatée
par Rufus Shinra Hier à 17:56

» Trois petits oiseaux
par Rufus Shinra Hier à 17:37

» De l'ennui naît l'horreur
par Maître Aqua Hier à 16:50

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Hier à 10:38

» Il faut du soin
par Pamela Isley Ven 21 Juil 2017 - 12:18

» Thé glacé sous les palmiers
par Kurt Brown Jeu 20 Juil 2017 - 16:25

» Après une pause
par Abigail Underwood Jeu 20 Juil 2017 - 13:24

» Libre, l'univers pour t'accueillir
par Abigail Underwood Jeu 20 Juil 2017 - 13:11

» Est-ce qu'il y a un médecin dans l'assemblée ?!
par Chen Stormstout Jeu 20 Juil 2017 - 12:04

» Entre ciel, terre et campagne
par Agon Wiley Jeu 20 Juil 2017 - 9:49

» Des morceaux de Fred dans les cheveux
par Jecht Jeu 20 Juil 2017 - 1:43

» Les Orphelins
par Natsu Dragneel Mer 19 Juil 2017 - 21:43

» Réglementations et demande de Partenariat
par Le Cygne Mer 19 Juil 2017 - 16:45


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Crystalline chain reaction [ Déconseillé aux moins de 16 ans ]
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Sycophante
Masculin
Nombre de messages : 95
Age : 26
Localisation : Près de toi moi joli petit coeur carmin, viens là me faire un gros poutou <3
Date d'inscription : 13/09/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Archevêque // Commandant
XP:
219/500  (219/500)
Mer 1 Juin 2011 - 18:58
Marchant dans le long couloir de pierre, la porte s'était refermée violemment derrière le travesti, coupant tout les autres sons des environs, rompant toute vie. Le bruit de ses talons foulant mécaniquement le sol rendait l'atmosphère glauque. Glauque, c'était le mot qui convenait. N'étaient déjà plus les gardes qui étaient postés devant la salle de cette tragédie, comme il aime l'appelée, là ou deux vieux amis parlaient du bon vieux temps, un passé à jamais teinté de rouge, couleur immortelle. La scène venait tout juste de se clore avec le départ d'une des comédiennes. La salle était isolée et n'avait qu'un vestibule munit d'une unique sortie et seulement deux soldats du Sanctum gardaient le sas. L'air gêné au départ en se regardant mutuellement, ils se demandaient ce qu'il c'était bien passé à l'intérieur pour que Grell Sutcliff sorte précipitamment de la salle et déclaré exclu de l'église par la voix ferme et tonitruante du leader religieux. L'ancien archevêque s'approchait de la porte, on ne percevait que l'ombre sur son visage surplombait ses lèvres muettes et désabusées. L'un de pratiquant guerrier tenait fermement sa lance, pourtant chancelante, avant de s'adresser confusément au aujourd'hui paria.

« Euh... Monsieur Sutcliff. partant penaud dés ses premiers mots. Je suis désolé... Vous, vous devez partir... Monsieur.
- … pas un son ne sortant, il s'était juste arrêté devant le duo d'armures, impassible et sombre.
- Monsieur Sutcliff ? Vous... Vous m'entendez ? s'approchant encore en inspectant le visage baissé de son interlocuteur, prit de torpeur instantanément.
- Hu hu ! Je ne me suis jamais sentit aussi bien, depuis dix bonnes minutes ! un large sourire carnassier élargissait son visage, deux fins émeraudes désignant presque sa folle joie. Et vous savez pourquoi ? Car c'est l'heure mes amours ! L'heure d'offrir vos vies pour la gloire des Éternels ! » 

Son discours à peine terminé qu'une lame vrombissante perçait la carcasse d'un des homme. L'autre en restait de marbre devant l'assassin plus gaie et inquiétante qu'à son habitude. Retirant froidement l'outil de corps mort, un petit rire s'accentuait à mesure que Grell s'avançait vers le seconde garde. Un intense slash coupa en deux la victime abasourdie. Le cruor giclait sur ses verres, l'affublant d'une aura plus funeste. C'était un stade au-dessus de la folie, elle était devenue un véritable psychopathe et dieu sait que les personnages ergotant dans la séjour ne devait pas apprécier ce genre d'individu. Qu'importe ! Ils sont morts à la gloire des déités qu'ils vénéraient et par la main de l'un d'eux qui plus est, si c'est pas magnifique ça.

Sn souvenir, plantant sa tronçonneuse dans l'un des morceau cadavérique, elle dessina l'emblème du Sanctum tout autour et sur la porte avec le sang des fidèles, le symbole de la voix qu'ils emprunteraient, un chemin qui sera plus rubescent et chaotique que les flammes alors autant dramatiser les choses, autant s'étendre à l'incendie. C'était une grande dramaturge, le Sycophante adorait l'exagération et les mises en scènes grandioses, peut-être un point faible révélé par un caprice en soit.

Reprenant sa tronçonneuse dans le bruit effroyable des ossements et des organes broyés. Un mouchoir. Car oui, même les meurtres sont salissant. Elle essuya ses lunettes et son visage, ôtant sa veste noir souillée de l'incarnat, non, embelli, en guise de signature, flottante sur la marre cramoisie. Sortant de l'antichambre avec un naturel déconcertant, en pensant à fermer à clé la porte derrière elle, par simple précaution, elle se dirigea vers le hangar en premier lieu. Ce jour était prévu et c'était aujourd'hui que la vérité allait éclatée, rien de tel qu'un sommet politique pour mettre sans dessus dessous. S'approchant d'un haut responsable, perturbé par la présence de la pseudo demoiselle.

« Monsieur Sutcliff ! dit-il étonné. Euh... Nous procédons pour le moment à l'embarcation. Le Primarque n'a pas été tenu au courant de cette affaire et ne soupçonne rien. une ribambelle de partisans montant dans un imposant croiseur stellaire. Tout est comme vous nous l'avez demandé.
- Mais c'est très bien tout ça ! de façon affreusement joyeuse à son habitude. Il ne me reste plus qu'à aller chercher un passager plutôt spécial et nous pourrons embarquer. Dix minutes suffiront. Hu hu. sa main posée sur l'épaule de son interlocuteur, arborant un rictus presque immoral. Je suis certaine que les dieux sauront se montrer reconnaissants envers votre geste mon cher. Angeal n'est qu'un illuminé possédé par le malin. Regardez donc, il fait ami-ami avec une bande de gribouilleurs et doivent se badigeonner avec la peinture de leurs mensonges de bleusaille et de belles paroles à en rire jaune en ce moment même. Il en oubli les fondements de notre église en blâmant les justes.
- Il vous a excommunié ? presque surpris par un résultat évident.
- Oui, je le crains fort. un bref soupir d'amour déçu s'échappant de ses lèvres envenimés. Tant pis. La terre promise nous attend ! Je reviens donc. Ces gardes feront parfaitement l'affaire. faisait des grands signes de main à un groupe de soldats du Sanctum. Youhou ! Sexy fantassins ! Venez donc avec moi. J'ai un petit boulot pour vous. » 

Une grande partie des croyants embarquait en ce moment pleins d'interrogations, prétextant une mutation, d'autres disent que le voyage vers la terre promise a commencé. Le comploteur à la chevelure carmin se rendait cette fois-ci vers la chapelle, accompagné d'une poignée de fidèles armés. Poussant la porte grinçante et entrant dans l'église, le groupuscule chassa les priants sous le regard véhément de la divinité bisexué. Le prêtre, abasourdi, beuglait des choses incompréhensible. Grell était beaucoup trop occupé à regarder ce qui se cachait sous une draperie sombre dégageant de minces filets de lumière boréale. Oui. L'adolescente l'appelait. Sa petite protégée et objet de désir de ses pensées obscures nourrissait son appétit, l'excitation de voir la foi sous sa plus belle forme : solide, éternelle, parfaite. Admirez donc l'immortalité. Débarrassant le rideau qui couvrait la prodigieuse chose, la lumière chassa la pénombre dans un éclat blafard. Une clarté si intense, si belle ne pouvait être que céleste. Un ange prit dans le glacier de la gloire infinie.

Le clerc en robe continuait de vociférer, le Sycophante n'entendait rien et décida de l'étrangler jusqu'à ce que aucun son polluant ses rêves ne sorte de cette maudite bouche d'être humain. Le souffle l'abandonnait, l'ultime soupire volait dans le brise comme le manteau de la faucheuse planant au dessus de la bâtisse. Les enterrements ne sont jamais assez sanglants à son goût alors transformons la tristesse en horreur, la boucherie est le summum de l'extase, découper la chair humaine est un plaisir interdit dont on ne peut se passer une fois que l'ont y a goûté. Tranchant l'abdomen de la cible, elle le découpa minutieusement avec sa tronçonneuse, par à-coup de façon à le modeler grossièrement une nouvelle fois tel le sceau de leur faction en évitant de trop se salir. Accrochant le cadavre au mur avec les pics effilées des montures de cierges métalliques, elle bougeait les bras du macchabée avant de les clouer définitivement. Il faut que tout soit parfait. Les gardes ignoraient la scène avec dégoût, l'un d'eux vomi sans retenue. Petites natures.

Ordonnant aux quidam en armure d'emporter le cristal, un des factionnaire grommelait dans sa barbe alors qu'ils portaient la statue. Cette fois-ci, c'est un message qu'elle laissa derrière elle : Kingdom Hearts, écrit en lettre de sang sur le sol là ou était placée Noel Vermillon initialement. Déposant par la même occasion, la larme de cristal qu'avait pleurée la fillette avant de devenir un monument. Grell Sutcliff venait de voler ou plutôt, de récupérer un des instrument des Éternels, son outil. Cette petite allait se montrer beaucoup plus utile qu'elle ne le pensait.

Le château était si silencieux, si désert. Beaucoup de croyant étaient embarqués de leur plein gré, ou forcé par les ordres d'une folasse, dans le croiseur. Le visage de la belle Noël, luisant comme de la glace, était toujours aussi serein et paisible, même en quittant le Domaine Enchanté. Pourtant, on percevait sa mélancolie autour de nous, son chagrin. On tendait le classique manteau vermeil de Shemhazai voletant lorsque celle-ci le mit sur ses épaules. Admirant la splendeur de ce château une dernière fois, elle était persuadée que le monde allait sombrer dans le néant absolu. Le sommeil lui manquait, il voulait dormir. L'éternité est un châtiment, un poison, une malédiction et seul le Créateur peut apporter le dernier jugement sur ces terres. Ils dormiront ensemble dans la même tombe. Surpris soudainement par son oubli, il cherchait dans ce même manteau, une lettre qui était destiné à Angeal. Il l'avait écrite en prévision de ce jour, en fait peu importe le pape actuel de ce culte, cette lettre sera un vestige du chaos. Épreuve qu'est le passé, Mélodramatique est le présent et Tragédie sera le futur.

« Tout sera emporte dans une vague sublimée de rouge... »
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deux roses enlacées [ Déconseillé aux moins de 16 ans ]
» Interdit aux moins de 18 ans
» Le 'Chain-mail Bikini' poussé a son extrème
» Chain Axe: Question de fluff?
» Réglage du PC pour consommer moins