Derniers sujets
» Contrats - Demande de Mission
par D.Va Aujourd'hui à 16:53

» UUUUUUn joyeux bon anniversaire mon (ma) chér(e)
par Maître Aqua Aujourd'hui à 15:24

» Vol pour l'hoverboard
par D.Va Aujourd'hui à 14:57

» Les règles du jeu
par Surkesh Aujourd'hui à 13:08

» Loué soit Son nom
par Kurt Brown Hier à 23:57

» Au fond du gouffre
par Fabrizio Valeri Hier à 22:12

» Nakada versus the Machine
par D.Va Hier à 20:27

» L'importance de faire ses preuves quand on est un fauve
par Bryke Ronso Hier à 1:26

» Mayhem
par Kurt Brown Hier à 0:10

» Bêtes de foire
par Kurt Brown Lun 19 Fév 2018 - 12:41

» [Piano] Compos, reprises, KH et autres...
par Huayan Song Dim 18 Fév 2018 - 13:16

» A l'assassin! Au meurtrier!!
par Lotis Terrick Dim 18 Fév 2018 - 12:05

» Et elle est où mon attraction ?...
par Ioan Kappel Dim 18 Fév 2018 - 3:00

» Un famtôme dans la boutique
par Famfrit Sam 17 Fév 2018 - 12:36

» As de Coeur
par Huayan Song Ven 16 Fév 2018 - 1:10


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Ce sont les détails qui font la vie...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Reine de l'Envie
Féminin
Nombre de messages : 349
Age : 22
Localisation : Au Château de la bête, affalée sur son canapé, le monde à ses pieds.
Date d'inscription : 05/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
349/650  (349/650)
Mer 25 Mai 2011 - 16:45
    Ariez regardait d'un air placide le manoir de Cendrillon, assise sur un trône. Entièrement noire, il laissait paraitre des yeux et une gueule au sommet du dossier. Deux oreilles s'y trouvaient aussi. Tout en bas du trône, une queue noire fouettait lentement l'air... C'était Nago, un énorme chat noir capable de prendre toute les formes, en l'occurrence celle d'un trône...
    La princesse, assise, pouvait voir un beau manoir devant elle. Une personne normale serait comblée d'habiter dans une telle demeure. Mais l'envieuse n'est pas tout le monde ! Et pour elle, ce n'est guère digne d'une maison de campagne pour paysans. Quoi de plus normal lorsqu'on habite dans le si célèbre château de la bête ! Après de longues dizaines de minutes d'attente sur son fauteuil, un homme d'un cinquantaine vint l'interpeller en la saluant respectueusement. Ça tenue était celle d'un majordome et ses cheveux grisonnant étaient impeccablement coiffés. Un homme de classe. Trois domestiques étaient derrière lui. Le trio baissait les yeux, en respect pour la princesse. Cet homme de si grande classe n'était autre qu'une invocation, un majordome de moyenne puissance. Lui-même pouvant quelques domestiques d'une faible puissance.
    L'un des trois était une servante, rousse à lunette dans une tenue de soubrette. Le deuxième était un blond et jeune, ne devant avoir plus de treize ans et habillé en écolier. Le troisième devait être le plus vieux, blond avec de la barbe de trois jours.

    Mais c'est le plus âgés, le plus mystérieux, et le plus charismatique qui interpella Ariez. Cette dernière appréciait son efficacité mais restait un peu gênée... Le majordome semblait savoir beaucoup de chose sur beaucoup de monde, une impression d'omniscience extrêmement dérangeante... Mais surement n'est-ce qu'une impression... Hum, surement...

    « Navrée Milady, mais il semble que la chapeau de Sir Alden ne soit plus que cendre. »

    « Tu es sur ? »

    « Oui Milady. »

    « Dommage, c'était un beau chapeau... Tu peux t'en aller. »

    Il s'inclinât respectueusement et disparut, suivit de près par ses trois subalternes. C'est un flash ténébreux qui annonçât leurs disparitions. Alors que le vielle homme avait disparut, la princesse se leva de son trône. Ce dernier redevint un gros chat rondouillard et suivit sa maitresse. Sur le chemin vers le palais royale, la jeune femme se répétait inlassablement que ce n'était qu'une impression, sans pourtant réussir à totalement s'en convaincre. Au final, Ariez parvint, après une petite marche, à atteindre l'entrée du palais.

    Et franchement, c'était pas la joie... Si Alden aurait vu ça, sans doute serait-il joyeux ! Enfin, il serait tristement joyeux. Le palais était beau, si beau qu'il faisait de l'œil à la princesse de l'envie. Oui, une très belle maison de campagne.

    Pour rien vous cacher, cette longue marche en talons aiguilles avaient eus raison des nerfs de la princesse ! Et c'est pour ca que Nago était là... Pour se défouler en lui donnant un gros coup de pied ! Avant de le faire disparaitre. La mine renfrogner, elle s'avançât vers les portes principales. Il y avait deux gardes en armure.

    « Qu'on m'ouvre la porte... Et plus vite, je suis pressée. »

    « Écoutes gamine, la princesse Cendrillon vient d'être enlevée ! Nous sommes tous encore sous le choc. Alors tu baisses d'un ton ! Insolente... »

    « C'est bon Jean, pas la peine de t'énerver. En plus elle est mignonne cette petite. Alors dis-moi, c'est quoi ton petit nom ? Si ca se trouve, tu es autorisé à entrer. »

    « Ariez. »

    Les deux gardes se sont figés sur place, devenant tel deux statues de pierres. Après quelques secondes, leurs expressions expressions de terreurs se sont meus en interrogation, doute. Comme si la première gamine venu pouvait être Ariez.

    « Écoutes, tu ne doit pas plaisanter sur ça ! C'est très grave ! »

    « Dégages la mioche avant que je t... »

    S'en était trop... Déjà que cette longue marche l'avait énervée, qu'on ne la reconnaisse pas... En fait, ca lui foutait un coup au moral. Après tous ce qu'elle avait fait, Ariez s'attendait à un peu de renommée. C'était une star ou pas ?! La déception devint colère ! Rage et haine ! Ariez, la grande princesse de l'envie Ariez ! Chef de la Coalition Noire, maitresse de trois mondes et bientôt de quatre ! Cinq ! Six ! Sept ! Huit ! Jusqu'à ce que tout les mondes soit sous la domination de la Coalition ! Mais pour l'instant, avant de se lancer dans de grands plans diaboliques, la priorité de l'envieuse était de punir les deux ploucs qui ne la reconnaissant même pas...

    Elle écarta les bras, lançant un regard noir aux deux gardes... Petit à petit, la poussière des alentours tournait autour d'elle, le vent aussi tournait autour d'elle. Dans l'oil du cyclone, l'envieuse lévitait quelques centimètres au-dessus du sol. Ses cheveux blancs dansaient dans les airs, flottant dans une danse aérienne. Petit à petit, des objets entraient dans la petite tornade, de plus en plus gros. Cette barrière psychique suffit à glacé le sang des gardes...

    « Je suis la sublime et magnifique Princesse de la Coalition Noire... ARIEZ ! A-R-I-E-Z ! »

    Puis la barrière énergétique envoya valser les deux gardes à plusieurs mètres, tous les objets ayant tournés autour d'elle projetés au loin. Les gardes étaient-ils morts ? Juste un peu sonnés, mais surtout effrayé de voir la grande Ariez ici présente. Elle se tourna vers sa victime la plus proche qui avait atterrit dans un buisson. En le regardant, elle se tapotât le crâne du bout de l'index.

    « C'est bon ? C'est retenu ?»

    Un passant non loin de là se mit à crier de toutes ses forces. Puis un autre, et un autre. Au final... Tous le palais criait qu'Ariez était là. Qu'on crie son nom ne lui aurait jamais déplu, mais là ca en devenait fatiguant... Enfin, elle voulait récupérer l'ombrelle de son fidèle Alden, ombrelle qu'il oubliât au palais lors de l'enlèvement de Cendrillon. Enlèvement couronné de succès au demeurant !

    Usant de psychisme, elle ouvrit la porte par télékinésie et entrât. Aussitôt qu'elle eut mit un pied... Toute la garde du palais rassemblé en un point. Elle finit encore quelques pas, et fermât les portes par télékinésie. Ainsi, dos au mur, il y avait des gardes armées, des chevaliers et des archers en hauteur. C'était un grand hall rond avec des balcons en hauteur, par lequel on accédait par un escalier d'un blanc immaculé. Les archers étaient sur les dits balcons. La foule de gens armés s'écartât pour laisser se dessinait un petit chemin, tel un tapis rouge... C'était le prince charmant. Sa tenue était une tenue de noble officielle, pas forcément le plus adaptée au combat mais au moins, le prince était armé de sa rapière.

    Le charmant dégainât sa lame et pointât Ariez avec celle-ci, un regard dure et déterminée au visage. La princesse elle ne lâchât qu'un "Pfff" dédaigneux et méprisant.

    « C'est un beau palais que vous avez là. »

    Elle dit cela comme si c'était un simple rendez-vous entre nobles. Une simple cérémonie mondaine. En fait, alors qu'elle faisait mine de regarder tout autour d'elle par curiosité, elle le faisait pas securité. Personne n'était derrière elle et c'était tant mieux, ainsi la princesse pouvait voir tout ceux qui seraient susceptible de l'attaquer, en particulier les archers.

    « Ne te moques pas de moi Ariez ! Rends-moi Belle ou tu périras ! »

    « Et de la saute tomate avec aussi ? »

    Le prince semblât étonné, puis fronçât les sourcils.

    « Au moindre geste brusque, mes archers te tireront dessus et mes hommes t'affronteront. »

    « Oh, c'est trop mignon... Monsieur veut récupérer sa chérie ! Déjà, on demande s'il vous plait, ensuite, tu n'as pas d'ordre à me donner ! Puis bon, quand on est en infériorité numérique et moins puissants, c'est un peu idiot de lancer des menace... Là, je suis en position de force, tocard. »

    Le prince ne prêta même pas attention à ce que disait Ariez, prenant ce qu'elle disait pour de simple provocation.

    « Pourquoi as-tu remis les pieds ici, Ariez ?! »

    « La personne que j'ai envoyée capturer Cendrillon à oublier son ombrelle. Il y tenait beaucoup, et moi-même j'aime beaucoup cette ombrelle. Alors je suis venu la récupérer. Vous ne sauriez pas où elle est ? »

    « Il est indigne de frapper une femme, à plus forte raison une enfant... Mais tu n'es ni l'un ni l'autre Ariez, tu n'es qu'une sorcière ! Et je sauverais Cendrillon de tes griffes ! »

    Le Prince Charmant accourut vers la Princesse, rapière à la main, près à l'attaquer ! Les archer criblèrent de flèches la princesse, enfin ils voulurent ! Car aussitôt, la princesse invoqua deux rondouillards qui de par leurs énormes gabarit, prirent les flèches à la place de leurs invocatrices. La rapière du Prince Charmant rebondit grossièrement sur le ventre des gros sans-cœurs. Et les flammes violettes annonçaient le pire, car les deux invoqués se déchainèrent, en devenant complètement fou.

    Mais l'invocatrice n'avait pas encore exprimé tout son art. Une aura ténébreuse l'entourât et elle plaça les mains comme les vieux pharaons dans leurs sarcophage. Puis la princesse balançât ses bras violemment dans le vide ! Une centaine de sans-cœurs soldats apparurent. Et bien, ce n'était pas de tout repos... Ariez était fatigué, mais tenir bon elle devait comme disent les vieux maitres de l'au delà. Elle était essoufflée, mais pas au point de ne pouvoir lâcher une moquerie !

    « Comme je le disais, on ne lance pas de menace quand on est en infériorité numérique... Tocard. »

    Le hall d'entrée s'était transformé en véritable champ de bataille. Les sans-cœurs contre les soldats du palais. Ariez n'était plus vraiment une priorité, d'ailleurs, elle allait partir. Elle enverrait quelqu'un d'autre chercher l'ombrelle. Indrick et son escouade ferait l'affaire...

    Ariez rentrât dans son propre hall, au château de la bête. Hall qu'elle trouvât froid et triste...

    « KUZFO ! JE SUIS RENTRÉE ! »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La lance Tourbillonnante.
Masculin
Nombre de messages : 1675
Age : 24
Localisation : Tour de Yen Sid
Date d'inscription : 25/05/2007

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
272/500  (272/500)
Jeu 26 Mai 2011 - 0:07
    Exploit Accompli.

    Un rp très plaisant, comme à ton habitude. Je dirais qu'il est impossible de s'ennuyer, ça n'est pas ampoulé du tout ^^. Plaisant =)

    Mais y a un moment qui m'a pas mal fait rire ^^

    Prince Charmant : « Ne te moques pas de moi Ariez ! Rends-moi Belle ou tu périras ! »

    Ariez : ...

    Gardes : ...

    Figurants : ...

    Nobles : ...

    Prince Charmant : Euh... Rendez-moi... Cendrillon... ?...

    Ariez : Espèce de gros dégueulasse !

    Gardes : Et en plus il en a rien à foutre de Cendrillon !

    Figurants : ... (Un figurant ne parle pas... C'est logique)

    Nobles : Il a une superbe blonde à ses côtés et il se fait une intello !


    Enfin soit ^^, je me suis fait tout un trip, ça a egayé ma soirée ^^.

    Hum... Sinon, il me semble que 11 de Psychisme, c'est pas franchement assez pour expulser des hommes, pour fermer des portes... Je veux dire, pour fermer une porte avec le psychisme, il faut savoir manier son psychisme avec aisance ce qui à ton niveau n'est pas vraiment le cas ^^.

    Sinon, le personnage est superbement respecté, j'aime toujours autant te lire ^^.

    Mission Normale.

    Oui parce que pour moi il y a eu un grand effort avec les cent sans-coeurs moyens mais concrètement, y avait pas de difficulté.

    Donc... 25 xp, 220 munnies et 3 PS... Psychisme =)

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ANNA ✁ Les bonnes choses de la vie sont illégales, immorales ou font grossir.
» Delta Adonis (Bioshock 2) - Nous faisons tous des choix , mais en réalité ce sont ces choix qui nous font
» L'important n'est qu'un détail, mais les détails sont importants selon Monsieur
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)